Navigation – Plan du site

Accueil75InformationsExpositions temporaires du Musée ...

Informations

Expositions temporaires du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (MAHJ), Paris

p. 177-178

Expositions au MAHJ, Hôtel de Saint-Aignan, 71, rue du Temple, 75003, Paris

« Helmar Lerski. Pionnier de la lumière »

Du mercredi 11 avril 2018 au dimanche 26 août 2018

20 ans ! À l’occasion de son vingtième anniversaire, et pour célébrer en même temps les soixante-dix ans de l’État d’Israël, le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme a monté une exposition du photographe et cinéaste d’avant-garde Helmar Lerski (1871‑1956) qui travailla, entre les deux guerres en Allemagne et en Palestine mandataire.

Né à Strasbourg, ville allemande en 1871, de parents originaires de la région de Lodz Helmar Lerski vécut une grande partie de son enfance en Suisse dont il avait la nationalité. En 1896, il s’installa aux États-Unis où il commença une carrière dans le théâtre. Dès 1909, il se tourna vers la photographie travaillant beaucoup sur les effets de la lumière. Durant la guerre, en 1915, il revint en Allemagne, à Berlin, et participa, en tant que caméraman, à de nombreux films muets (une quarantaine entre 1916 et 1929. Il créa de nombreux effets spéciaux et collabora auprès de Fritz Lang pour Metropolis (1927).

Il se distingua désormais dans l’avant-garde photographique et cinématographique en utilisant toutes les ressources de la lumière pour valoriser des portraits comme par exemple Métamorphoses par la lumière qui rassemble 139 photographies d’un même homme (1935‑1936) ou encore Visages juifs (1931). Fuyant le nazisme, il s’établit en Palestine en 1932 où il réalisa huit films à coloration sioniste, certains pour le compte de la centrale syndicale, Histadrout. Le plus connu est Avoda [Travail], documentaire qui glorifie le travail des pionniers en Palestine grâce à des gros plans sur des visages ou des corps en sueur. Il s’impliqua également dans le courant Bauhaus qui imprégnait alors la toute nouvelle Tel-Aviv.

Après la guerre et en mars 1948, peu de temps avant la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël, il retourna en Suisse où il s’éteignit en 1956.

L’exposition rassemble près de 200 œuvres du Folkwang Museum à Essen et du MAHJ, épreuves et négatifs acquis par le musée en 2015 grâce au soutien du ministère de la Culture et de la direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France, du Conseil représentatif des institutions juives de France, de la fondation Fams sous l’égide de la fondation du Judaïsme français, de la fondation Rothschild-Institut Alain de Rothschild, de la fondation Pro MAHJ, et de 330 généreux donateurs.

Commissariat de l’exposition : Paul Salmona (MAHJ), Nicolas Feuillie (MAHJ).

« Hommage aux donateurs »

Du mercredi 7 mars 2018 au dimanche 13 janvier 2019

À l’occasion de son vingtième anniversaire, le MAHJ met à l’honneur une centaine de donateurs dans le parcours permanent et le foyer de l’auditorium, auprès des œuvres qu’ils ont données. Des centaines de photographies anciennes et contemporaines, des objets rares du judaïsme comtadin et de nombreux témoignages sur les mondes juifs maghrébins, des archives familiales restituant l’histoire des juifs de France, des portraits illustrant un genre qui ne pénètre les mondes juifs qu’au début du XIXe siècle, des autoportraits d’artistes de l’École de Paris, de nombreux judaica, des textiles, des dessins, des gravures, des objets évoquant la vie quotidienne des communautés, des vestiges archéologiques, des ouvrages imprimés attestant de l’importance du livre dans le judaïsme, des manuscrits médiévaux insignes, des milliers de documents de l’affaire Dreyfus, des croquis arrachés à l’enfer des camps et des tableaux en appliqué pour dire le bonheur du shabbat…, l’inventaire des dons reçus par le MAHJ depuis 1998 est à la mesure du champ immense que recouvrent ses missions. Il est aussi le reflet de la générosité de près de six cents donateurs.

En effet, lors de son inauguration en 1998, le MAHJ présentait deux fonds majeurs déposés par le musée de Cluny : un ensemble de stèles funéraires données par Louis Hachette en 1849 et la collection constituée au XIXe siècle par Isaac Strauss, puis acquise en 1890 par Charlotte de Rothschild pour le musée de Cluny.
Il réunissait également le fonds du musée d’Art juif de Paris, ouvert en 1948, rue des Saules, par des survivants de la Shoah, ainsi qu’une série d’acquisitions effectuées depuis 1988. Au fil des années, les collections se sont enrichies grâce à des achats importants, mais elles seraient restées lacunaires sans les innombrables dons reçus de personnes privées.

À l’occasion de son vingtième anniversaire, le MAHJ met à l’honneur une centaine de donateurs dans le parcours permanent et le foyer de l’auditorium, auprès des œuvres qu’ils ont données. Une occasion de revoir les collections, de redécouvrir leur richesse et de célébrer la générosité de ces personnalités qui ont, toutes, fait le choix de transformer en un bien public inaliénable une partie de leur patrimoine.
(Texte du MAHJ)

Commissariat de l’exposition : Paul Salmona (MAHJ), Dorota Sniezek (MAHJ), avec la collaboration de Nicolas Feuillie (MAHJ) et de Fanny Schulmann (MAHJ).

  • Logo Alithila - Analyses Littéraires et Hitoire de la Langue
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search