Navigation – Plan du site

Accueil75À travers les livresRobert Bober, Vienne avant la nuit

À travers les livres

Robert Bober, Vienne avant la nuit

Danielle Delmaire
p. 184-186
Référence(s) :

Robert Bober, Vienne avant la nuit, Paris, P.O.L éditeur, 2017, 155 p., 32,90 €

Texte intégral

1Livre abondamment et agréablement illustré (photos, dessins, reproductions notamment des œuvres d’Ilex Beller sur le sthetl), Vienne avant la nuit donne le contenu du film de Bober portant le même titre. On y retrouve les photos d’Ellis Island, de Vienne, du cimetière où Bober cherche obstinément la tombe de son arrière-grand-père, les photos de sa famille et particulièrement, en ouverture à l’ouvrage, celle d’un juif pieux, couvert du talith et de la kippa, la barbe blanche et la tête tenue dans la main gauche, les yeux perdus dans une profonde réflexion surgie de la lecture du livre tenu de la main droite. C’est Wolf Leib Fränkel, l’arrière-grand-père qui voulut fuir la Pologne pour se réfugier aux USA mais le contrôle à Ellis Island le refoula pour cause de maladie ! Il revint en Europe pour s’installer à Vienne, la Vienne d’avant la guerre.

2Bober sort de l’oubli son arrière-grand-père, dont il conserve précieusement les chandeliers fabriqués de sa main d’adolescent, sa famille dont il possède encore une photo d’une vingtaine de personnes — la moitié disparue dans la Shoah. Il cherche dans le passé de Vienne, d’avant la nuit, les foules acclamant l’entrée des troupes nazies dans la ville, l’insouciance face aux exactions commises contre les juifs. Tout cela appartient-il au passé, au temps d’avant ? Lorsque Bober propose, à des Viennois des années 2010, la lecture de journaux d’avant-guerre, ces derniers manifestent une certaine perplexité voire incrédulité à l’égard de ces informations d’avant la nuit. Bober remarque encore que le maire Lueger élu sur un programme antisémite, à la fin du XIXe siècle, reste à l’honneur dans la Vienne de maintenant : un boulevard portait encore son nom en 2012 et « un monument le célèbre encore sur une place viennoise » (p. 94).

3Avec Vienne avant la nuit, Robert Bober complète son abondante œuvre de documentariste et d’écrivain, reposant essentiellement sur le sort des juifs avant, pendant et après la guerre. Né à Berlin, en 1931, d’un couple juif originaire de Pologne, Bober vécut ses premières années à Paris, dès 1933. Il échappa aux rafles et sa scolarité fut écourtée, n’allant pas au-delà du certificat. Il exerça divers métiers : tailleur, potier avant de rencontrer, dans les années 1950, Truffaut dont il devint l’assistant. Sa carrière commença à partir de cette collaboration. Il fut également le complice de Georges Perec pour le film : Récits d’Ellis Island. Tandis que son premier roman : Quoi de neuf sur la guerre (1993) obtenait le prix du Livre Inter en 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Delmaire, « Robert Bober, Vienne avant la nuit »Tsafon, 75 | 2018, 184-186.

Référence électronique

Danielle Delmaire, « Robert Bober, Vienne avant la nuit »Tsafon [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 06 mai 2019, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.724

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Alithila - Analyses Littéraires et Hitoire de la Langue
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search