Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85EditionLettre du grand rabbin Lipman à V...

Edition

Lettre du grand rabbin Lipman à Victor Hugo

Protestation contre les pogromes en Russie, 1883
Danielle Delmaire
p. 119-140

Texte intégral

1Le 29 août 1883, le grand rabbin Benjamin Lipman, de Lille, écrit une lettre à Victor Hugo pour l’inviter à protester contre les pogromes qui, en Russie, font de nombreuses victimes juives. Elle a été publiée dans le livre qu’Armand Lipman consacre à son père pour lui rendre un hommage de grand respect filial : Un grand rabbin français Benjamin Lipman (1819-1886), Paris, Durlacher et Lipschutz, 1928, 472 p. La page de garde précise : « Biographie, sermons, allocutions, lettres pastorales, lettres, notes » et en exergue on peut lire : « À la mémoire chère et vénérée de mon père Benjamin Lipman, zatsal ». La lettre à Victor Hugo se trouve p. 285-286.

2Le grand rabbin Benjamin Lipman est un personnage notable du rabbinat de France. Il s’est fait remarquer en préconisant la traduction de la Bible en français, par un groupe de rabbins, afin d’entretenir la foi de ses coreligionnaires. Il a occupé un poste important puisque Lille est le siège d’un consistoire régional.

 

À Victor Hugo (1)

Lille, le 29 août 1883

Monsieur,

Les invectives, aussi gratuites que haineuses, dont une certaine presse poursuit les Israélites pris en masse, pourront, si l’on n’y met bon ordre, amener les effets les plus déplorables pour l’Humanité, les plus honteux pour notre époque. La haine fanatique, qui réapparaît contre les Juifs, n’est pas une ivraie qui ait poussé spontanément dans le champ de la civilisation moderne : elle a été semée par les hommes de lettres, qui font monnaie courante des préjugés les plus ineptes et les plus dangereux dans leurs écrits, où ils déversent l’insulte, le mépris et la raillerie sur ceux que le moyen âge [sic] a traités avec tant d’inhumanité et auxquels notre époque doit une juste réparation. – Il est bien fâcheux que votre grand nom puisse être compté parmi ceux des écrivains qui ont excité le fort contre le faible.

Bien souvent vous avez accablé le Juif, de qui, pourtant, le monde tient ce qu’il a de plus précieux. Je ne puis pas parcourir toutes vos œuvres pour faire des citations. Je mentionnerai de mémoire : Marie Tudor, les Burgraves et une poésie intitulée : Un homme qui vend (ou qui livre) une femme (Duchesse de Berry).

Vous êtes vieux (2) : ne voudriez-vous pas, avant de descendre dans la tombe, et de paraître devant Dieu et devant la postérité, laisser tomber, de la hauteur où vous êtes placé, quelques pages en faveur de ceux contre lesquels vous avez aidé à déchainer la bête ? (3). Vous répareriez ainsi le mal et vous préviendriez de grands malheurs.

Ma signature est inutile à côté de celles de la vérité, de la justice et de l’humanité.

 

Notes d’Armand Lipman

(1) L’illustre poète avait généreusement pris la défense des Grecs contre les Turcs oppresseurs en 1828, celles des Bulgares massacrés par les bachi-bouzouks en 1877 ; on pouvait espérer qu’il parlerait en faveur des juifs russes, persécutés dans les années 1881-82.

(2) Victor Hugo avait 81 ans. En février 1885, son quatre-vingt-troisième anniversaire fut célébré, dans le monde entier, par les écrivains et les hommes célèbres ; Hugo entrait ainsi vivant dans l’immortalité.

(3) Allusion aux massacres de Russie en 1882.

 

  • 1 Le journaliste allemand Wilhem Marr (1819-1904) est à l’origine du mot antisemitismus qu’il utilise (...)

3La lettre, assez brève, se compose de trois paragraphes et d’une dernière ligne qui peut être lue comme la conclusion. Le premier paragraphe, le plus long, est une réflexion à portée universelle sur les méfaits de la haine des Juifs que l’on commence à appeler « antisémitisme »1. Le second paragraphe s’adresse plus personnellement à Victor Hugo qui, dans quelques-unes de ses œuvres, aurait diffusé une hostilité contre les Juifs. Enfin le dernier paragraphe contient le but de la lettre par une invitation à prendre position, publiquement, contre les pogromes en Russie.

Armand et Benjamin Lipman, des Français israélites2

  • 2 La biographie de Benjamin Lipman est connue grâce au livre de son fils Armand Lipman dans lequel se (...)
  • 3 La même année, Alfred Dreyfus intègre aussi l’École polytechnique.

4Lorsqu’il publie l’ouvrage en l’honneur de son père, Armand Lipman, né en 1858, est âgé de 70 ans. Il a terminé une brillante carrière militaire en 1918 alors qu’il a atteint la limite d’âge. À 20 ans, en 1878, il intègre l’École polytechnique3 puis il entre à l’École supérieure de la guerre en novembre 1886. Breveté d’état-major, il est affecté au 7e régiment d’artillerie comme capitaine en 1889, puis comme chef d’escadron au 32e régiment d’artillerie. Âgé d’à peine 50 ans, il prend sa retraite mais à la déclaration de la guerre, le 3 août 1914, il est rappelé comme chef d’état-major de la 85e division territoriale d’infanterie. En 1890, il a épousé Gabrielle Moyse avec laquelle il a eu quatre fils. Définitivement rendu à la vie civile, après la guerre, il s’implique auprès de la communauté juive et collabore à l’Alliance israélite universelle, la Société des études juives et écrit de temps à autre dans le journal Archives israélites. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages sur le judaïsme, notamment La Loi de Moïse commentée par un croyant du XXe siècle, verset par verset (éditions Leroux 1926). Il décède à Versailles le 2 février 1935.

 

  • 4 Créée en 1829, l’École est transférée à Paris en 1859.
  • 5 Armand Lipman, Un grand rabbin français, op. cit., p. 7.

5En 1883, le grand-rabbin de Lille a déjà une belle carrière derrière lui. Benjamin Lipman est né, à Metz, le 9 octobre 1819 dans un foyer juif de Lorraine dont le chef de famille, commerçant en draps, s’exprime correctement et facilement en français à la différence d’un grand nombre de ses coreligionnaires de l’époque. Sa mère, d’une grande piété et devenue veuve en 1826 alors que le petit Benjamin n’a pas encore sept ans et qu’elle doit élever quatre enfants, encourage son fils dans son projet de devenir rabbin. En 1839, après des études profanes et religieuses, Benjamin Lipman entre à l’École rabbinique de Metz4 qui n’a que dix années d’existence et dispense une formation plus complète que celle des écoles talmudiques en donnant aux futurs rabbins un enseignement général (philosophie, littérature, musique, latin, grec etc.) à côté d’études talmudiques approfondies. Il en sort en 1845, diplômé du 2e degré ce qui lui permet d’espérer d’obtenir un poste de grand rabbin. « Benjamin Lipman fut de cette génération de transition […] le judaïsme, sortant enfin du ghetto, parlait haut et net » ; il a vécu « la transition entre le moyen âge et les temps modernes5 ». Le manque de poste de rabbin oblige le jeune diplômé à accepter la direction de l’enseignement religieux à l’École israélite de Nancy.

  • 6 Après les événements de février 1848, les Ateliers nationaux sont mis en place pour juguler le chôm (...)

6Le 24 janvier 1848, alors que le grondement révolutionnaire commence à se faire entendre, il est nommé grand rabbin du consistoire de Constantine dans une Algérie nouvellement colonisée et qui entame sa francisation. Lors de son voyage, il fait étape à Marseille où le grand rabbin de la place le dissuade d’accepter ce poste difficile. Il rebrousse donc chemin et réintègre l’École de Nancy. Il n’attend pas très longtemps pour obtenir de la toute nouvelle Seconde République, mise en place à la suite des journées révolutionnaires de février 1848, le poste de rabbin de Phalsbourg dans la Meurthe, le 7 juin 1848, laissé vacant par la nomination de Lazare Isidor à Paris. Paris est à la veille des journées insurrectionnelles qui mettent fin aux espoirs d’instauration d’une République sociale6. L’accueil à Phalsbourg est très amical tant du côté de la communauté juive que des communautés chrétiennes, catholique et protestante, qui vivent en bonne entente. Benjamin Lipman reste à Phalsbourg jusqu’en 1863, année où il obtient le poste de grand rabbin du consistoire de Metz, sa ville natale. Il succède au grand rabbin Lion Mayer Lambert. C’est en cette ville qu’il se trouve lorsqu’éclate la guerre franco-prussienne en juillet 1870, la ville devient le quartier général de l’armée française. Le conflit tourne vite à la déroute française et la IIIe République est proclamée le 4 septembre. Dans la ville de Metz affluent les prisonniers et les blessés, le grand rabbin, épaulé par sa femme Rosalie Sée elle-même appartenant à une famille de militaires, leur apporte son secours matériel quelle que soit leur appartenance religieuse et un secours spirituel à ses coreligionnaires.

  • 7 Armand Lipman, Un grand rabbin français…, op. cit., p. 19. Lire aussi sa lettre au président du Con (...)

7Le 3 octobre 1871, « bien déterminé à ne jamais réciter la prière pour Guillaume7 », Benjamin Lipman opte pour la France. Cette décision lui fait perdre son poste de grand rabbin. Le nouveau gouvernement républicain décide de créer deux nouveaux consistoires, à Lille et Vesoul, afin d’attribuer un poste à deux grands rabbins restés fidèles à la France. Le poste de Lille lui échoit sur décision du gouvernement Thiers, le 12 septembre 1872. Il y reste jusqu’à son décès le 7 juin 1886, à la veille de la fête de shavouot.

Quelques aspects des œuvres du grand rabbin Lipman

8Dévoué à ses coreligionnaires et soucieux du développement du judaïsme, le grand rabbin s’est impliqué dans de nombreuses œuvres durant toute sa carrière qui s’étend sur près de quarante années. Il est donc impossible dans le cadre de cet article de les exposer toutes et je renvoie au livre d’Armand Lipman.

Entretenir la foi de ses coreligionnaires

9Selon son fils, il se fait rapidement remarquer par son éloquence lors de discours ou d’éloges funèbres. Il en reproduit quelques-uns dans son livre et la lettre à Victor Hugo ne dément pas l’admiration du fils pour l’écriture élégante du père. En cette occasion, le grand rabbin use d’un style emphatique presque hugolien.

  • 8 Ibid., p. 229.
  • 9 Ibid., p. 230.
  • 10 La Bible traduite par Samuel Cahen dans les années 1830-1840 est, selon lui, trop savante.
  • 11 Sur l’implication du grand rabbin Lipman dans la traduction de la Bible de Zadoc Kahn, voir Daniell (...)

10L’éloignement de ses coreligionnaires à l’égard du judaïsme le préoccupe. Il se désole de constater qu’un grand nombre abandonne peu à peu les pratiques. Il a à cœur de maintenir l’enseignement religieux auprès des enfants : à Lille, il est aumônier au lycée et pour son dévouement il est honoré du titre d’officier d’académie en 1878. Mais l’éducation religieuse des enfants ne suffit pas, il faut aussi entretenir l’ardeur juive auprès des adultes : « Il nous faut trouver des moyens d’éveiller et de nourrir le sentiment religieux dans les générations qui viennent » écrit-il dans sa lettre au grand rabbin de France Lazare Isidor du 20 avril 1869 et il ajoute : « nous avons une grande tâche à accomplir8. » Et le meilleur moyen est de mettre la Bible à la portée de tous car il déplore la grande ignorance de ses coreligionnaires : « Je n’ose pas dire avec assurance à mes coreligionnaires : lisez la Bible. Ils ne comprennent pas l’hébreu, et je n’ai pas à leur offrir une traduction israélite, élégante, non hérissée des aspérités rebutantes de la science, et à bon marché9. » Auparavant des traductions ont bien été tentées mais elles ont des prétentions savantes qui l’agacent10. Il propose donc une traduction par un groupe de rabbins sous l’autorité du grand rabbin de France11. Suggérant à ce dernier de former un comité de rabbins traducteurs et de répartir la tâche selon les chapitres plus ou moins difficiles, il est donc à l’origine, dès 1869, de la Bible du rabbinat publiée dans les années 1899-1906 :

  • 12 Lettre au grand rabbin Isidor du 20 avril 1869, Armand Lipman, Un grand rabbin français…, op. cit., (...)

Avant peu vous aurez la traduction complète entre les mains, vous demanderez quelques pincées d’or à nos riches, et vous ferez imprimer : La Traduction de la Bible, publiée par le Rabbinat français. Puis vos collègues, après avoir été traducteurs gratuits, se feront marchands désintéressés. Ils offriront, pour quelques sous, une Bible aux fidèles, qui l’achèteront et la liront12.

11Le projet est finalement réalisé dans les années 1890 après les décès des grands rabbins Isidor et Lipman, sous l’autorité du grand rabbin de France Zadoc Kahn.

12Dans ce même souci de maintenir et développer la foi de ses coreligionnaires, Benjamin Lipman s’efforce de créer des sièges rabbiniques dans chacune des circonscriptions dont il a la charge, à Boulogne-sur-Mer (1873), Reims (1879), Sedan (1880), Dunkerque (1880, il s’agit là d’un oratoire), et il entame les démarches pour la construction, à Lille, d’une grande synagogue digne d’un siège consistorial. Il décède avant de voir ce projet réalisé : la synagogue est inaugurée en 1891. Il s’implique également dans les œuvres de bienfaisance religieuse et civile, côtoyant alors des responsables d’autres religions.

Aider les « malheureux »

13Parmi les actions de bienveillance envers les populations en grande souffrance et que son fils et lui-même appellent « malheureux », deux sont à retenir : son intervention auprès des autorités prussiennes pour régler le sort de Polonais menacés du jour au lendemain de quitter la ville de Metz en 1870, d’une part et d’autre part, sa protection accordée à de jeunes délinquants incarcérés à la Colonie agricole de Saint-Bernard, annexe de la prison de Loos, dans la banlieue de Lille.

  • 13 Armand Lipman, Un grand rabbin français…, op. cit., p. 17. Les lettres écrites par le grand rabbin (...)

14En décembre 1870, un régiment polonais se mutine lors de son passage à Metz. En représailles, le préfet prussien émet un arrêté d’expulsion, sous huitaine, d’une vingtaine de familles polonaises, juives pour la plupart. Bien que la guerre ne soit pas encore terminée, le grand rabbin « n’écoutant que la voix du devoir, se rend chez le préfet Haenkel von Donnersmark pour intercéder en faveur des victimes13 ». Habilement, il utilise l’argument de l’opinion publique qui risque de désavouer l’occupation prussienne en cas d’exaction envers des populations civiles. Comme le temps presse :

  • 14 Ibid., p. 18.

Le grand rabbin ne s’en tient pas là ; il provoque une démarche en corps du Conseil municipal de Metz auprès du préfet, une visite de son collègue de Nancy chez le Gouverneur de la Lorraine occupée et l’intervention, en haut lieu de collègues ou de coreligionnaires influents en Allemagne14.

15La décision de reporter l’arrêt d’expulsion est ainsi obtenue dans la précipitation. Les familles polonaises ont cessé d’être menacées. Son attitude durant le siège et l’occupation de la ville de Metz lui vaut l’obtention de la Légion d’honneur, décernée le 30 janvier 1877.

 

  • 15 Ibid., p. 442.

16La colonie agricole de Saint-Bernard de Loos est une maison de redressement pour adolescents dont le régime est sévère, comme dans toutes ces colonies où sont détenus des adolescents délinquants. Il s’y trouve une dizaine d’enfants juifs retirés à leur famille bien souvent défaillante. Le sort de ces enfants, leur abandon matériel et moral retiennent toute l’attention du grand rabbin pour qui cette œuvre est essentielle. Il est soucieux de leur bien-être en leur apportant des gâteries mais il veille aussi de près à leur respect de la religion et il leur procure, par exemple, du pain azyme pour la Pâque. Il leur donne des livres de prières et une Histoire sainte, et veille à ce qu’une Bible de la famille soit à leur disposition15. Il intervient auprès du directeur pour que ces enfants puissent vivre correctement religieusement et surtout pour mettre fin à des attitudes hostiles, parce qu’ils sont juifs, de la part du personnel d’encadrement. Et sa présence semble bien avoir permis une bonne tenue des enfants à l’égard de l’institution, ce que le directeur ne pouvait qu’apprécier.

  • 16 Ibid., p. 21.

Le grand rabbin consacrait à cette œuvre de sauvetage beaucoup de son temps, donnant aux enfants l’instruction et l’éducation religieuses, appuyant souvent, auprès d’eux, de son prestige moral l’autorité du Directeur de l’établissement, ne les perdant pas de vue dans les années qui suivaient leur sortie de la colonie16.

17Leur amélioration morale est une grande récompense, il la note dans un carnet dans lequel il rend compte de ses visites et qu’il tient de 1873 à 1886, c’est-à-dire durant tout son ministère lillois. Voici un exemple parmi tant d’autres d’intercession du grand rabbin en faveur d’un de ses protégés :

  • 17 Ibid., p. 445.

Le plus jeune des L… est à l’infirmerie. Ce pauvre enfant laisse échapper du sang par les urines, et nous avons appris que ce désordre est imputable à la brutalité du gardien La…, qui aurait donné à L… (enfant de 9 ans) un coup de pied dans le ventre. […] Nous sommes allés trouver le gardien-chef. Nous avons prié celui-ci de nous accompagner à l’infirmerie, devant le lit du jeune enfant. Interrogé par nous, en présence du gardien-chef, l’enfant dit avoir reçu le coup de pied dont il est question, et à la suite duquel il urine du sang. Le gardien-chef a fait observer qu’il est indispensable d’entendre l’avis du Directeur, avant de se prononcer17.

18L’intervention du grand rabbin Benjamin Lipman auprès de Victor Hugo afin de secourir les Juifs de Russie victime de pogromes n’est jamais qu’une de ses nombreuses actions en faveur des « malheureux ».

L’année 1883 en Russie et en France

Les pogromes de Russie 1881-1882

19L’hostilité aux Juifs est une constante dans l’Empire russe du XIXe siècle où l’établissement d’une zone de Résidence rendue obligatoire pour les Juifs n’est qu’une illustration partielle. Mais c’est dans les deux dernières décennies du siècle et dans les années 1900 que les pogromes sont les plus meurtriers notamment celui de Kichinev en 1903.

  • 18 Sur les débuts du sionisme avant Herzl et des Amants de Sion, voir la thèse de Jean-Marie Delmaire, (...)

20Les Juifs sont d’abord rendus responsables de l’assassinat, le 1er mars 1881, du tsar Alexandre II auquel succède Alexandre III qui s’entoure de conseillers très hostiles aux Juifs. En représailles, des populations parfois encouragées par les Églises orthodoxe et catholique dans les régions de Pologne pillent les maisons des Juifs et s’attaquent aux personnes. Durant l’année 1881, dans les villes d’Elizavetgrad (le 15 avril lors des Pâques russes), Kiev (26 avril), Odessa (3 au 5 mai) où la part juive de la population est importante, le pillage s’accompagne de meurtres et de viols, tandis que la police intervient tardivement. En juillet 1881, la Lituanie est touchée puis c’est Varsovie en décembre. Les violences se déroulent souvent sur trois voire quatre jours. S’ensuivent de nombreux départs de familles juives vers les Amériques. En même temps émergent des mouvements de retour à Sion – le sionisme – comme celui des jeunes membres du Bilou qui partent vers la Palestine dès 1882 et c’est cette même année qu’est publié l’ouvrage de Léon Pinsker : « Auto-émancipation » qui préconise l’établissement d’une terre nationale juive. Toujours en 1882, le mouvement des Amants de Sion (Hovévé Tsion) se met en place à Odessa. Eux aussi émigrent en Palestine où ils fondent les premiers établissements pionniers qui deviendront des villes de la Palestine mandataire et d’Israël18.

21L’opinion internationale s’émeut de ces violences. Des manifestations agitent des villes comme Londres et New York. L’Alliance israélite universelle, qui a été créée en France une vingtaine d’années auparavant pour venir en aide aux communautés juives menacées, réagit et organise des collectes partout en France. À Lille et dans d’autres villes du Nord, elle récolte des dons versés par des familles juives.

22Les violences durent jusqu’en 1884 pour reprendre en 1903. Aussi en 1883, lorsque Benjamin Lipman prend sa plume pour écrire à Victor Hugo, elles restent toujours d’actualité.

1883 en France

23L’émancipation des Juifs de France décidée par l’Assemblée constituante les 27 au 28 septembre 1791 ne met pas fin subitement à l’hostilité d’une grande partie de la population à l’égard des Juifs. La grande nouveauté réside dans le fait que, désormais, les Juifs bénéficient de la loi qui leur est favorable en cas de discrimination. Mais les préjugés et les libelles persistent. Dès le milieu du siècle, une littérature polémique diffuse « la haine fanatique, qui réapparaît contre les Juifs » (§1) comme le constate le grand rabbin.

  • 19 « Le cléricalisme ? Voilà l’ennemi » formule d’Alphone Peyrat, reprise à la Chambre par Gambetta.
  • 20 Voir Pierre Sorlin, La Croix et les Juifs, 1880-1899, Paris, Grasset, 1967. Malgré son ancienneté, (...)

24La naissance du socialisme, selon lequel des Juifs seraient les représentants du capitalisme, réactive cette haine. Dès 1845, Alphonse Toussenel, disciple de Fourier, publie, chez Flammarion, un ouvrage dont le titre est évocateur : Les Juifs rois de l’époque. Histoire de la féodalité financière. Quelques années plus tard, des catholiques lui emboîtent le pas. En 1869, Gougenot des Mousseaux, adepte des théories antijuives de de Bonald (1754-1840) et de Maistre (1753-1821) ainsi que de Louis Veuillot (1813-1883), livre un ouvrage confus mais violent : Les Juifs, le judaïsme et la judaïsation des peuples modernes, chez Plon et réédité en 1886. Puis c’est l’abbé Chabauty qui se fait remarquer par ses libelles : L’Antijuif (1881), Les Juifs nos maîtres (1882) et enfin parodiant Gambetta : Le Juif voilà l’ennemi (1884)19. Et c’est en 1880 que La Croix fait ses débuts mensuels grâce aux Assomptionnistes puis devient quotidien en 1883. Lors de l’Affaire Dreyfus, que ces excès antijuifs annoncent, le journal très populaire se targue d’être le plus antisémite20. Le krach bancaire de l’Union Générale en 1882, faussement attribué à des banquiers juifs, n’est pas étranger à ce regain d’antisémitisme. Toutes ces publications contiennent bien « des invectives, aussi gratuites que haineuses » (§1) et la haine du Juif « a [bien] été semée par les hommes de lettres, qui font monnaie courante des préjugés les plus ineptes et les plus dangereux dans leurs écrits » (§1).

  • 21 Avec l’affaire de Damas (1840), des Juifs sont accusés de meurtre des chrétiens, l’affaire Mortara (...)

25La vague d’hostilité aux Juifs contamine d’autres pays d’Europe. En Allemagne par exemple, Wagner répand sa haine du Juif et le journaliste Marr crée la Ligue antisémite ; le Tchèque Rohling publie les pires absurdités sur le Talmud (1871). Auparavant c’est l’Italie qui est secouée par l’affaire Mortara en 185821 – l’enlèvement d’un enfant juif baptisé à l’insu de ses parents et dont l’Église refuse son retour dans sa famille – et des rumeurs de meurtre rituel circulent en Europe, notamment en Hongrie à Tiszaelar en 1882.

Victor Hugo

Victor Hugo en 1883 : « de la hauteur où vous êtes placé » (§3)

26Deux ans avant son décès, Victor Hugo (1802-1885) est devenu le poète national : ses funérailles en témoignent : « Hugo entrait ainsi vivant dans l’immortalité » (note 2). Actuellement, nombreuses sont les rues Victor Hugo et les écoles du même nom. Son œuvre immense est multiple et couvre tout le XIXe siècle. Encore maintenant, son nom représente la culture française « dans le monde entier » (note 2). Inutile dans le cadre de cet article de dresser la liste de toutes ses productions, il suffit de rappeler qu’il est l’auteur de pièces de théâtre, de romans (fleuves souvent), de poèmes rassemblés dans des recueils abondants sans compter une correspondance foisonnante et de nombreux dessins.

27Il fut également un homme politique dont les discours sont remarqués. Dans sa jeunesse il est royaliste, sous l’influence de sa mère, mais il est vite attiré par un système politique plus libéral : d’abord la Monarchie de Juillet puis la IIe République dans laquelle il s’implique. Le 4 juin 1848, il est élu député à l’Assemblée nationale, dans les rangs conservateurs et il condamne l’insurrection sociale des journées de juin. Il soutient la candidature de Louis Napoléon Bonaparte à l’élection de la présidence et il siège à l’Assemblée législative de mai 1849. Mais la rupture avec le bonapartisme est consommée à la suite du coup d’État de Louis Napoléon du 2 décembre 1851 dont il désavoue le tournant autoritaire. C’est désormais l’exil sur les îles anglo-normandes pour une vingtaine d’années. De retour en France après la chute de l’Empire, il participe activement à la vie politique de la IIIe République, en tant que sénateur élu en 1876.

28Il a très tôt pris parti en faveur de la misère humaine notamment les enfants : Cosette et Gavroche, enfants malmenés dans le roman Les misérables, en sont les victimes emblématiques. Le 9 juillet 1849, il prononce son éloquent « Discours contre la misère » et, plus tard, lorsqu’il est sénateur, il se positionne pour l’amnistie des communards dont il a pourtant dénoncé les excès. Il s’est constamment opposé à la peine de mort, affichant un siècle d’avance sur le sujet. Le sort des opprimés a toujours retenu son attention.

Victor Hugo défenseur des opprimés

29Jeune encore, Victor Hugo s’est associé au mouvement philhellène qui soutenait la cause de l’indépendance grecque à l’égard de l’Empire ottoman : « L’illustre poète avait généreusement pris la défense des Grecs contre les Turcs oppresseurs en 1828 » (note 1) ; plus tard il prend position en faveur « […] des Bulgares massacrés par les bachi-bouzouks en 1877 » (note 1).

30Dans le contexte de l’émergence des nationalités dans l’Europe du XIXsiècle, les Grecs, majoritairement chrétiens, revendiquent très tôt leur indépendance vis-à-vis des Turcs, musulmans. En 1821, la révolte éclate et la guerre dure jusqu’en 1829 pour entériner l’indépendance grecque. Dans les premiers mois, les Grecs prennent le dessus sur les troupes turques mais la Sublime Porte se ressaisit rapidement et ordonne des massacres de population notamment dans les îles. Le plus célèbre est celui de l’île de Chios, avril 1822, avec un grand nombre de morts dans la population et davantage de personnes sont réduites en esclavage, ce qui occasionne de nombreuses protestations de la part de gouvernements, France, Royaume-Uni, Russie, et de personnalités parmi les plus connues : Eugène Delacroix qui expose les Scènes des massacres de Scio en 1924 et Victor Hugo qui inclut dans Les Orientales (1828) le court poème « L’Enfant ». Dans les ruines de l’île jadis florissante, le poète rencontre un enfant accablé, humilié :

Les turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.

Chio, l’île des vins, n’est plus qu’un sombre écueil […]

Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,

Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,

Courbait sa tête humiliée ; […]

31Décidé à le faire sourire, le poète lui propose divers cadeaux

 Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !

Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus […]

Que veux-tu ? Bel enfant […]

Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ? […]

Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,

Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,

Plus éclatant que les cymbales ?

Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l’oiseau merveilleux ?

32L’enfant reste muet jusqu’à la chute brutale du poème qui ne supporte aucune concession :

– Ami, dit l’enfant grec, dit l’enfant aux yeux bleus,

Je veux de la poudre et des balles.

33Comme il a soutenu politiquement et poétiquement les Grecs pour leur indépendance, Victor Hugo a également apporté son appui à la cause des Bulgares qui, à leur tour, s’insurgent contre les Turcs, en avril 1876, pour obtenir aussi leur indépendance. Là encore, le conflit s’accompagne de massacres opérés par les Turcs contre la population bulgare que les gouvernements occidentaux condamnent et des personnalités, parmi lesquelles Victor Hugo auprès de Garibaldi, élèvent la voix. L’insurrection échoue mais lors des négociations du traité de San Stefano qui y met fin, en mars 1878, les massacres pèsent lourdement en faveur de la cause des Bulgares qui finalement obtiennent leur indépendance.

34Étant donné ces engagements précédents : « […] on pouvait espérer [que Victor Hugo] parlerait en faveur des juifs russes, persécutés dans les années 1881-82 » (note 1).

Victor Hugo et les Juifs

Dans son œuvre

35Le grand rabbin Lipman déplore que Victor Hugo ait pu se laisser convaincre par une certaine hostilité aux Juifs : « Il est bien fâcheux que votre grand nom puisse être compté parmi ceux des écrivains qui ont excité le fort contre le faible » (§1). Il précise : « Bien souvent vous avez accablé le Juif » (§2) et mentionne « de mémoire : Marie Tudor, les Burgraves et une poésie intitulée : Un homme qui vend (ou qui livre) une femme (Duchesse de Berry) » (§2).

  • 22 Je dois à ma collègue Michèle Hecquet, spécialiste de la littérature française du XIXe siècle, ces (...)

36La pièce de théâtre Marie Tudor (1833) met en scène un personnage secondaire sans nom, l’« Homme », qui reçoit des insultes parce que juif. Il participe à un échange, nuitamment, afin d’ourdir un complot. Il est présenté avec des stéréotypes anti-juifs : son manteau est misérable, il porte un chapeau jaune, il se montre cynique mais, entre tous les personnages qui complotent, il est le moins nocif et il s’aventure dans des reproches envers plus puissants et plus vils que lui, tandis que lui s’en tient à la vérité et ne ment pas. Et finalement le personnage attire la sympathie. Dans une lecture rapide, il est possible de voir dans cet « Homme » un Juif peu recommandable mais finalement une lecture plus attentive dévoile un personnage innocent et digne d’être respecté22. Il semble donc que Benjamin Lipman s’en tienne à une lecture littérale de la pièce sans en déceler le sens profond.

  • 23 Troisième partie scène trois, cité par Nicole Savy, ibid., §17.
  • 24 Cité pas Nicole Savy, ibid., §18. Sur Samuel Cahen, un des premiers érudits juifs de France au XIXe(...)
  • 25 L’amitié entre Samuel Cahen et Victor Hugo ne se flétrit pas pour autant. En 1849, Hugo répond au r (...)

37Les Burgraves est aussi une pièce de théâtre (1843) qui, dans un contexte médiéval, fait apparaître les préjugés antijuifs de l’époque et va même jusqu’à évoquer les meurtres rituels : « Mais la nuit du sabbat, tu le sais, on égorge un enfant23. » Le rédacteur et fondateur du journal Archives israélites, Samuel Cahen, réagit à l’accusation et Victor Hugo s’en trouve peiné car il entretient de bonnes relations avec ce savant juif, traducteur de la Bible dans les années 1830-1840. Dans une lettre, il proteste : « Vous m’avez mal compris, monsieur, et je le regrette vivement, car ce serait un vrai chagrin pour moi d’avoir affligé un homme comme vous, plein de mérite, de savoir et de caractère24. » Il explique qu’il a reproduit une situation vécue durant un Moyen Âge très hostile aux Juifs et qu’il respecte les faits de l’époque. Il est possible que le grand rabbin Lipman s’en soit tenu à la lecture, dans les Archives israélites, des échanges entre Victor Hugo et Samuel Cahen qui persiste dans sa réprobation car la pièce, selon lui, laisse entendre que les Juifs pratiquent toujours un rituel meurtrier. Ou bien, comme Samuel Cahen, il n’est pas convaincu par les arguments déployés par le poète pour s’absoudre de tout sentiment anti-juif25.

  • 26 Le parti légitimiste, dont la duchesse de Berry était un soutien indéfectible, espérait renverser l (...)
  • 27 Cité pas Nicole Savy, op. cit., §11.

38À l’homme qui a livré une femme est le titre d’un poème qui appartient au recueil Les Chants du crépuscule, dont le titre exact échappe à la mémoire du grand rabbin Lipman et qu’il cite : « Un homme qui vend une femme » (§2). Il condamne vigoureusement le responsable de l’arrestation de la duchesse de Berry, en 1832, qui n’est autre qu’un juif, Simon Deutz, fils d’un rabbin, converti au catholicisme26. Le poète est violemment hostile au « traitre » mais il s’emporte contre « Un renégat, l’opprobre et le rebut du monde27 » plutôt que contre un Juif qui d’ailleurs a agi vénalement contre une rémunération puis a quitté rapidement le pays.

  • 28 Nicole Savy, ibid., §13. Victor Hugo relate aussi sa rencontre avec le ghetto de Francfort dans Le (...)

39« Bien souvent vous avez accablé le Juif, de qui, pourtant, le monde tient ce qu’il a de plus précieux. Je ne puis pas parcourir toutes vos œuvres […] » (§2) se plaint le grand rabbin Lipman. Nicole Savy remarque que « C’est dans le théâtre de Victor Hugo que des personnages de Juifs sont les plus intéressants » et de citer, en plus de Marie Tudor et Les Burgraves, Cromwell (1827)28.

Victor Hugo et les pogromes de 1881-1882

40L’illustre poète, universellement reconnu, est donc invité à condamner les persécutions antijuives dans la Russie tsariste :

[…] ne voudriez-vous pas, avant de descendre dans la tombe, et de paraître devant Dieu et devant la postérité, laisser tomber, de la hauteur où vous êtes placé, quelques pages en faveur de ceux contre lesquels vous avez aidé à déchainer la bête ? (§3).

  • 29 Ibid., §41.
  • 30 Pour l’implication de Victor Hugo dans ce comité de secours aux victimes des pogromes voir ibid., § (...)

41Si Victor Hugo n’a pas vraiment « aidé à déchainer la bête », en 1883, il a déjà « laissé tomber […] quelques pages » (§3). Précisément, comme le suggère le grand rabbin, Hugo profite de sa « notoriété internationale29 » pour intervenir. Dès le printemps 1882, il accepte la présidence d’un comité de secours aux victimes des pogromes constitué par Le Gaulois et Le Rappel qui lancent ensuite une souscription. Puis, pour les mêmes journaux, il écrit un appel, paru les 18 et 19 juin 1882, aux différents responsables politiques mais aussi religieux, ce qui est particulièrement courageux en ces années où les Églises catholique et orthodoxe entretiennent une haine contre les Juifs. L’appel est largement diffusé en France et par la presse à l’étranger. L’action semble faire quelque effet puisque, peu après, les violences sont enfin contenues par le pouvoir tsariste30.

42Étant donné l’ample distribution des deux feuilles choisies par les auteurs de l’appel, il est étonnant que le grand rabbin Lipman n’en ait pas connaissance, semble-t-il. Et son fils, ne corrige pas son manque d’attention à l’égard de l’engagement de Victor Hugo pour une amélioration du sort des Juifs. Ceci d’autant plus que le grand rabbin écrit tardivement, plusieurs mois après les pogromes et l’intervention de Victor Hugo. Il n’informe pas davantage sur la suite que le poète aurait pu donner à cette lettre.

Conclusion

  • 31 Nicole Savy, op. cit., (§4).

43La lettre du grand rabbin se place dans la continuité de ses actions précédentes pour secourir les défavorisés, les persécutés. Comme il l’a fait pour éviter aux familles polonaises une expulsion de Metz lors de la guerre franco-prussienne, il interpelle des personnages importants, influents. Il s’adresse donc au poète universellement reconnu : Victor Hugo qui est en pleine gloire à la fin de ce siècle. Mais ce qu’il lui reproche : « vous avez accablé le Juif » (§2) est immérité. Il est un lecteur peu attentif du théâtre de Hugo qui finalement met en scène des personnages juifs certes parfois stéréotypés mais dont il dénonce la situation de paria. Il semble tirer sa connaissance des Burgraves de la lecture des Archives israélites et, comme Samuel Cahen, il se méprend sur les intentions de Victor Hugo qui se défend de nourrir une haine des Juifs. Sa présidence du comité de secours aux victimes des pogromes en témoigne. Et finalement, parmi les romantiques, il est le moins hostile aux Juifs. Selon Nicole Savy « Un seul est allé jusqu’au bout de la destruction des mythes, c’est Victor Hugo » à la différence de Gautier, Vigny, Lamartine et Balzac31.

44Bien que royaliste, Victor Hugo se montre très tôt réceptif au sort réservé aux Juifs et il évolue vers ce que l’on appellerait maintenant un respect des droits de l’Homme pour exiger publiquement la fin des pogromes et pointer la responsabilité des Églises. Et s’il accable le dénonciateur de la duchesse de Berry, ce n’est pas le Juif qu’il fustige mais le traitre intéressé. Il est dommage que la réponse de Victor Hugo demeure inconnue d’Armand Lipman qui n’en fait pas état.

  • 32 Voir Geneviève Dermenjian, « Les Juifs d’Algérie entre deux hostilités, 1830-1943 » in Geneviève De (...)
  • 33 Michel Winock, Édouard Drumont et Cie : antisémitisme et fascisme en France, Paris, Seuil, 1982, p. (...)

45L’inquiétude du grand rabbin Lipman n’est toutefois pas infondée car, en cette fin du XIXe siècle, l’antisémitisme s’affirme et s’affiche de plus en plus, en Europe orientale (Russie) et centrale (Allemagne, Autriche). Les griefs économiques (les Juifs sont riches) et politiques (les Juifs sont les maîtres du monde) priment de plus en plus sur les griefs religieux (les Juifs déicides). Dans les années qui suivent la lettre, des partis antisémites apparaissent, à Vienne l’antisémite Lueger prend la mairie en 1897 et la conserve jusqu’à sa mort en 1910 ; dans l’Algérie des années 1880-1890 des émeutes antijuives éclatent et, en 1898, quatre députés « antijuifs » sont élus dans le contexte de l’affaire Dreyfus32 ; en Russie les pogromes ne cessent pas. En France, en 1886 année du décès de Benjamin Lipman, Édouard Drumont publie La France juive qui dénonce le prétendu asservissement de la France à la « puissance juive ». L’ouvrage, malgré sa malfaisance, connaît un énorme succès, en 1914 sort une 200e réédition, et il devient la référence des antisémites33. Ces événements annoncent l’affaire Dreyfus qui débute à la fin de 1894 et s’étale sur une dizaine d’années.

Illustrations

Illustration 1. Décret présidentiel qui crée deux nouveaux consistoires dont celui de Lille à la tête duquel est rapidement nommé le grand rabbin Benjamin Lipman.

Illustration 1. Décret présidentiel qui crée deux nouveaux consistoires dont celui de Lille à la tête duquel est rapidement nommé le grand rabbin Benjamin Lipman.

Archives départementales du Nord : 7 V 49.

Illustration 2. Le grand rabbin Benjamin Lipman peu de temps avant la rédaction de sa lettre.

Illustration 2. Le grand rabbin Benjamin Lipman peu de temps avant la rédaction de sa lettre.

Armand Lipman, Un grand rabbin français, Benjamin Lipman (1819-1886), Paris, Durlacher et Lipschutz, 1923, entre les p. 156 et 157.

Illustration 3. Signature du grand rabbin Benjamin Lipman et cachet du grand rabbinat de Lille.

Illustration 3. Signature du grand rabbin Benjamin Lipman et cachet du grand rabbinat de Lille.

« Ma signature est inutile à côté de celles de la vérité, de la justice et de l’humanité ».
Les trois mots en hébreu sont Torah : La Loi, Avodah : Le Culte, Guemilout Hassadim : La Charité.
Armand Lipman, Un grand rabbin français, Benjamin Lipman (1819-1886), Paris, Durlacher et Lipschutz, 1923, p. 221, non numérotée.

Illustration 4. Tombe du grand rabbin Benjamin Lipman au cimetière de l’Est à Lille, état actuel.

Illustration 4. Tombe du grand rabbin Benjamin Lipman au cimetière de l’Est à Lille, état actuel.

Photo D. Delmaire

Illustration 5. Souvenirs du grand rabbin Benjamin Lipman. Boîte de jetons ayant appartenu au grand rabbin. Propriété de la communauté juive de Lille.

Illustration 5. Souvenirs du grand rabbin Benjamin Lipman. Boîte de jetons ayant appartenu au grand rabbin. Propriété de la communauté juive de Lille.

Photo StudioptiK

Haut de page

Notes

1 Le journaliste allemand Wilhem Marr (1819-1904) est à l’origine du mot antisemitismus qu’il utilise pour la première fois dans le sens de haine des Juifs en créant la Ligue antisémite. Le néologisme est rapidement traduit par « antisémitisme » en français, avec son adjectif antisémitique qui est employé par Édouard Drumont lors de la fondation de la Ligue nationale antisémitique de France, en 1889. Auparavant, Drumont a publié La France juive en 1886.

2 La biographie de Benjamin Lipman est connue grâce au livre de son fils Armand Lipman dans lequel se trouve cette lettre, p. 5-22. Voir aussi la notice à son nom dans Jean-Philippe Chaumont et Monique Lévy, Dictionnaire biographique des rabbins et autres ministres du culte. France et Algérie, du Grand Sanhédrin (1807) à la loi de Séparation (1905), Paris, Berg International, 2007, p. 499-501 ; Richard Ayoun, « Benjamin Lipman, grand rabbin », Archives juives, 27/1, 1er semestre 1994, p. 110-112 ; Danielle Delmaire, Les communautés juives de la France septentrionale, au XIXe siècle (1791-1914). L’entrée dans la Nation, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 107-110.

3 La même année, Alfred Dreyfus intègre aussi l’École polytechnique.

4 Créée en 1829, l’École est transférée à Paris en 1859.

5 Armand Lipman, Un grand rabbin français, op. cit., p. 7.

6 Après les événements de février 1848, les Ateliers nationaux sont mis en place pour juguler le chômage et réduire la misère ouvrière. En fait, les ouvriers sont employés à des travaux peu utiles et les Ateliers coûtent cher. Le 21 juin, la nouvelle Assemblée décide leur fermeture ce qui occasionne la révolte des ouvriers parisiens qui érigent des barricades. Elles tiennent jusqu’au 28 juin, s’ensuit une répression.

7 Armand Lipman, Un grand rabbin français…, op. cit., p. 19. Lire aussi sa lettre au président du Consistoire central, p. 45 : « Je puis donc m’attendre à être bientôt invité à jurer fidélité et obéissance à l’Empereur d’Allemagne. Je m’y refuserai. Mon refus me rendra l’exercice de mes fonctions à Metz impossible ».

8 Ibid., p. 229.

9 Ibid., p. 230.

10 La Bible traduite par Samuel Cahen dans les années 1830-1840 est, selon lui, trop savante.

11 Sur l’implication du grand rabbin Lipman dans la traduction de la Bible de Zadoc Kahn, voir Danielle Delmaire, « Les traductions de la Bible au XIXe siècle et la Bible du rabbinat », in J-C. Kuperminc et J-P. Chaumont : Zadoc Kahn, un grand rabbin entre culture juive, affaire Dreyfus et laïcité, Paris et Tel-Aviv, éd. de l’Éclat, 2007, p. 89-109.

12 Lettre au grand rabbin Isidor du 20 avril 1869, Armand Lipman, Un grand rabbin français…, op. cit., p. 231. Les mots sont en caractères italiques dans le texte.

13 Armand Lipman, Un grand rabbin français…, op. cit., p. 17. Les lettres écrites par le grand rabbin concernant l’affaire de l’expulsion des Polonais de Metz occupent les p. 37 à 44.

14 Ibid., p. 18.

15 Ibid., p. 442.

16 Ibid., p. 21.

17 Ibid., p. 445.

18 Sur les débuts du sionisme avant Herzl et des Amants de Sion, voir la thèse de Jean-Marie Delmaire, De Hibbat-Zion au sionisme politique, thèse pour le doctorat d’État, université de Strasbourg II, 1986. Une version très écourtée De Jaffa jusqu’en Galilée. Les premiers pionniers juifs (1882/1904) est parue aux Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 1999, 132 p.

19 « Le cléricalisme ? Voilà l’ennemi » formule d’Alphone Peyrat, reprise à la Chambre par Gambetta.

20 Voir Pierre Sorlin, La Croix et les Juifs, 1880-1899, Paris, Grasset, 1967. Malgré son ancienneté, le livre reste d’actualité. Sur la Croix du Nord qui sort en 1889, voir Danielle Delmaire, Antisémitisme et catholiques, dans le Nord pendant l’affaire Dreyfus, Presses Universitaires de Lille, 1991.

21 Avec l’affaire de Damas (1840), des Juifs sont accusés de meurtre des chrétiens, l’affaire Mortara est à l’origine de la création de l’Alliance israélite universelle.

22 Je dois à ma collègue Michèle Hecquet, spécialiste de la littérature française du XIXe siècle, ces remarques. Qu’elle en soit ici remerciée. Voir aussi l’excellent article très fouillé de Nicole Savy, « Se déprendre de la doxa, ou la genèse de ‘l’intellectuel engagé’ : Victor Hugo et les Juifs, histoire d’une désymbolisation », Fabula/Les colloques, De l’absolu littéraire à la relégation : le poète hors les murs, pour Marie Tudor, §15. URL http://www.fabula.org/colloques/document2446.php, page consultée le 14 février 2023. L’article ayant été consulté sur un site internet, les références ne citent pas des pages mais des paragraphes.

23 Troisième partie scène trois, cité par Nicole Savy, ibid., §17.

24 Cité pas Nicole Savy, ibid., §18. Sur Samuel Cahen, un des premiers érudits juifs de France au XIXe siècle, voir aussi : Danielle Delmaire, « Traduire la Bible au XIXe siècle. Pour quoi ? Pour qui ? Les traductions de Samuel Cahen et du rabbinat », Tsafon, revue d’études juives du Nord, n° 77, printemps-été 2019, p. 65-76.

25 L’amitié entre Samuel Cahen et Victor Hugo ne se flétrit pas pour autant. En 1849, Hugo répond au rédacteur des Archives israélites qui l’avait félicité pour son discours en faveur des Juifs de Rome enfermés dans leur ghetto : « […] j’ai une sympathie profonde pour votre malheureux peuple qui a tant souffert et qui est une lumière du passé ». Cité pas Nicole Savy, ibid., §24. Plus tard, Victor Hugo s’en remet à l’avocat Adolphe Crémieux pour le défendre dans un procès contre Verdi, son amitié avec Alfred Naquet ne faiblit pas tandis qu’il fait confiance à la banque Rothschild pour gérer ses comptes. Ibid., §40.

26 Le parti légitimiste, dont la duchesse de Berry était un soutien indéfectible, espérait renverser la Monarchie de Juillet récemment mise en place à la faveur de la révolution de 1830 et rétablir l’Ancien Régime, seul gouvernement légitime pour ceux qui désapprouvaient la nouvelle monarchie plus libérale. L’arrestation de la duchesse met fin à ces espérances.

27 Cité pas Nicole Savy, op. cit., §11.

28 Nicole Savy, ibid., §13. Victor Hugo relate aussi sa rencontre avec le ghetto de Francfort dans Le Rhin (1842), Nicole Savy, ibid., §22 qui cite encore d’autres titres dont Torquemada (1882).

29 Ibid., §41.

30 Pour l’implication de Victor Hugo dans ce comité de secours aux victimes des pogromes voir ibid., §41-43. C’est probablement son importante audience auprès de la noblesse et de la bourgeoise qui justifie le choix du Gaulois (créé en 1868) pour lancer l’appel à l’aide en faveur des victimes des pogromes car la couleur politique du journal correspond peu aux engagements de Victor Hugo et ses amis de l’époque. En effet, le journal s’affiche franchement conservateur et légitimiste. Durant l’affaire Dreyfus, il participe à la propagande anti-dreyfusarde, grâce entre autres à Léon Daudet, féroce antisémite notoire. Le Rappel est, en revanche, très proche de Victor Hugo. Parmi ses fondateurs se trouvent les deux fils du poète et l’anti-bonapartiste Rochefort. Victor Hugo y écrit dès le premier numéro (mai 1869). Le journal se positionne radicalement pour la République lors de la Commune, sa publication est temporairement suspendue tandis que des journalistes sont condamnés à quelques mois de prison. À partir de 1872, il reparaît régulièrement remportant un certain succès qui laisse présager une large diffusion de l’appel.

31 Nicole Savy, op. cit., (§4).

32 Voir Geneviève Dermenjian, « Les Juifs d’Algérie entre deux hostilités, 1830-1943 » in Geneviève Dermenjian et Joëlle Allouche-Benayoun (dir.), Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, Presses universitaires de Provence, 2015, p. 105-133 ; consultable sur openedition, 2020. L’auteur parle de crise « antijuive » des années 1880.

33 Michel Winock, Édouard Drumont et Cie : antisémitisme et fascisme en France, Paris, Seuil, 1982, p. 117.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Décret présidentiel qui crée deux nouveaux consistoires dont celui de Lille à la tête duquel est rapidement nommé le grand rabbin Benjamin Lipman.
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/8441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Crédits Archives départementales du Nord : 7 V 49.
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/8441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Illustration 2. Le grand rabbin Benjamin Lipman peu de temps avant la rédaction de sa lettre.
Crédits Armand Lipman, Un grand rabbin français, Benjamin Lipman (1819-1886), Paris, Durlacher et Lipschutz, 1923, entre les p. 156 et 157.
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/8441/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Illustration 3. Signature du grand rabbin Benjamin Lipman et cachet du grand rabbinat de Lille.
Légende « Ma signature est inutile à côté de celles de la vérité, de la justice et de l’humanité ». Les trois mots en hébreu sont Torah : La Loi, Avodah : Le Culte, Guemilout Hassadim : La Charité. Armand Lipman, Un grand rabbin français, Benjamin Lipman (1819-1886), Paris, Durlacher et Lipschutz, 1923, p. 221, non numérotée.
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/8441/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Illustration 4. Tombe du grand rabbin Benjamin Lipman au cimetière de l’Est à Lille, état actuel.
Crédits Photo D. Delmaire
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/8441/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Illustration 5. Souvenirs du grand rabbin Benjamin Lipman. Boîte de jetons ayant appartenu au grand rabbin. Propriété de la communauté juive de Lille.
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/8441/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Crédits Photo StudioptiK
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/8441/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Delmaire, « Lettre du grand rabbin Lipman à Victor Hugo »Tsafon, 85 | 2023, 119-140.

Référence électronique

Danielle Delmaire, « Lettre du grand rabbin Lipman à Victor Hugo »Tsafon [En ligne], 85 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/8441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.8441

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search