Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85HommageHommage au grand rabbin René-Samu...

Hommage

Hommage au grand rabbin René-Samuel Sirat 1930-2023

Danielle Delmaire
p. 141-144

Texte intégral

1Le 10 février 2023, à Jérusalem où il avait fait son alyah en 2013, le grand rabbin René-Samuel Sirat s’en est allé. Né à Bône en Algérie le 13 novembre 1930, il était dans sa 93e année.

2Les hommages ont été nombreux, entendus et lus dans les médias confessionnels ou non, juifs ou non juifs, pour honorer le souvenir du grand rabbin qui revigora le judaïsme en France après la grande Catastrophe destructrice que fut la Shoah, et qui consacra sa vie à l’enseignement des valeurs juives, de la civilisation hébraïque et de l’hébreu. Tsafon revue d’études juives du Nord se doit de s’associer à ces hommages, à ces souvenirs. Je ne pourrai pas être exhaustive et détailler tous les domaines dans lesquels le grand rabbin a œuvré tant ils sont nombreux, d’autres l’ont déjà fait et d’autres le feront encore. Je veux simplement, ici, rappeler quel soutien il a apporté à la revue et à son fondateur Jean-Marie Delmaire dans le cadre du développement de l’enseignement de l’hébreu dans les établissements publics.

  • 1 « Entretien avec le grand rabbin René-Samuel Sirat », Revue d’Histoire de la Shoah (Mémorial de la (...)

3Mais auparavant, je souhaite rappeler l’amabilité de l’homme chaque fois qu’il nous a reçus, mon mari et moi-même, et plus particulièrement l’entretien qu’il m’accorda pour l’écriture d’un article paru dans la Revue d’Histoire de la Shoah1 qui faisait partie d’un dossier sur l’attitude des catholiques et des protestants français après la Shoah. Il me parla longuement et avec émotion de ses bonnes relations, dès le lendemain de la guerre, avec Mgr Saliège lorsqu’il était en poste à Toulouse, puis plus tard avec Mgrs Decourtray et Lustiger lorsqu’il lui fallut batailler pour contrer le projet des carmélites de s’installer sur le lieu du camp d’Auschwitz et celui de l’Église de canoniser Édith Stein, juive convertie au catholicisme et assassinée à Auschwitz parce que juive. Son martyre n’était pas celui d’une catholique mais celui d’une juive qui ne pouvait être canonisée.

Le grand rabbin René-Samuel Sirat et Tsafon

4Notre amitié était déjà ancienne lorsque Jean-Marie Delmaire et moi-même avons décidé de créer Tsafon, et je ne me souviens plus si nous l’avions sollicité pour intégrer le comité de rédaction ou le comité scientifique dès notre premier numéro paru en février 1990. Quoi qu’il en fût, il n’y participa pas mais je puis assurer que, dès ses débuts, il a soutenu et même encouragé la revue. Et finalement, c’est tardivement qu’il nous rejoignit au comité scientifique lorsque nous avons fait appel à de nouveaux collaborateurs à partir du n° 69 du printemps-été 2015. Depuis, il nous est resté fidèle jusqu’à ce n° 85 qui paraîtra sans son nom. Il a toujours accepté d’écrire pour Tsafon lorsque nous le lui demandions. Retenons deux principales contributions.

5Il a répondu favorablement à la demande du professeur Carol Iancu de l’université de Montpellier pour participer au colloque international intitulé Les Juifs d’Algérie, de l’enracinement à l’exil. Les textes furent rassemblés par Carol et Michaël Iancu dans la publication de notre numéro 6 hors-série d’octobre 2013 (p. 255-271) sous le titre : « Témoignage sur la vie religieuse des Juifs d’Algérie à la veille de l’indépendance ». Il y affirmait sa reconnaissance envers la France qui libéra les Juifs d’Algérie de la dhimmitude, grâce au décret Crémieux de 1870, qui permit à un enfant juif algérien de poursuivre des études à l’école de la République et enfin qui favorisa son accès à la plus haute fonction religieuse juive. Il poursuivait en évoquant la perception péjorative que les institutions juives avaient des rabbins « indigènes » dont elles déploraient l’inculture et le manque de civilisation.

6La seconde contribution occupe les pages 11 à 14 du n° 50 de décembre 2005, entièrement consacré à Jean-Marie Delmaire. Son article qui ouvre le dossier, s’intitule « Jugement face à Dieu. Jugement face aux hommes ». Il commente le verset 1 Rois 3, 28 dans lequel s’exprime la crainte du peuple d’Israël après le jugement de Salomon car celui-ci serait la manifestation de la sagesse divine. Le grand rabbin affirmait son amitié envers le fondateur de Tsafon en participant à ce dossier et en dédicaçant son article : « En mémoire de Jean-Marie Delmaire, que son souvenir soit béni, mai 2005 ». Il ne s’en tint pas à cette dédicace. Immédiatement après avoir reçu son exemplaire, il m’adressa une lettre emplie d’émotion et dont je cite les dernières lignes : « Merci d’avoir rappelé l’amitié qui nous liait, merci d’avoir ‘rappelé à la vie’ intellectuelle et spirituelle celui qui nous manque encore tant aujourd’hui. J’admire tout ce qu’en sa courte vie il a réussi à réaliser. L’enseignement, la recherche, le contact avec l’Autre ‘celui qui a des droits sur moi’, l’amour infini de la vie… », lettre datée du 24 janvier 2006.

7En effet, avant de soutenir et de collaborer à Tsafon, le grand rabbin René-Samuel Sirat avait noué des liens d’amitié forts avec le fondateur de la revue, dans le cadre de leur collaboration au sein de l’inspection de l’enseignement de l’hébreu dans les établissements publics.

Le grand rabbin René-Samuel Sirat et l’enseignement de l’hébreu avec Jean-Marie Delmaire

  • 2 Danielle Delmaire, « Le goût de l’histoire et de l’hébreu, une aventure à deux », Archives juives, (...)
  • 3 Les lignes qui suivent sur le développement de l’enseignement de l’hébreu doivent beaucoup à l’arti (...)

8J’ai eu l’occasion de rappeler la collaboration entre le grand rabbin et Jean-Marie Delmaire dans le cadre de l’inspection de l’enseignement de l’hébreu2 mais avant d’en évoquer les résultats, il faut revenir sur les débuts balbutiants de cet enseignement grâce aux efforts du grand rabbin3.

9Dès 1954 le rabbin Feuerwerker réussit à faire passer des épreuves d’hébreu langue vivante au baccalauréat à Paris et André Neher en fait de même à Strasbourg. En 1959, un accord franco-israélien consolide ces débuts pour la diffusion, en France, de l’hébreu, langue vivante. Malgré cette initiative, dans les années 1960, l’enseignement se répand difficilement dans quelques lycées parisiens et de province. Les enseignants, des lecteurs israéliens parfois, manquent de formation conforme à l’enseignement public en France et surtout manquent de matériel pédagogique. En outre, aucun programme n’est encore élaboré et il n’existe pas d’institution de contrôle. Tout est à inventer.

10Titulaire d’un doctorat en études juives, le grand rabbin Sirat obtient, en 1972, une charge de mission au sein de l’inspection générale pour mettre en place des instructions officielles d’enseignement de l’hébreu en tant que langue vivante et pour définir des programmes, ce qu’il fait immédiatement en 1973-1974 en s’entourant d’une petite équipe d’enseignants. Son but primordial est d’instaurer un recrutement d’enseignants sur concours comme le sont les enseignants de toutes les disciplines dans l’enseignement secondaire. Très efficace, dès 1973, il parvient à créer un CAPES en hébreu et en 1978 une agrégation. Désormais, l’enseignement de l’hébreu s’aligne sur celui des autres langues vivantes et des autres disciplines.

11Dans le même temps, Jean-Marie Delmaire, agrégé de grammaire et titulaire d’une licence en hébreu, introduit dans le lycée d’Hazebrouck (Flandre française), où il a été nommé en 1972, un enseignement optionnel de l’hébreu langue vivante. En 1975, informé par le proviseur qui n’avait manifesté aucune réticence pour cette innovation dans son lycée, le grand rabbin Sirat vient inspecter Jean-Marie Delmaire. L’affaire est vite conclue : non seulement il accorde l’autorisation de transformer l’option en cours réguliers en tant que langue vivante 3 ou 2, mais il propose à l’enseignant de le seconder à l’inspection. Jean-Marie Delmaire entame alors une carrière d’inspecteur à mi-temps, l’autre mi-temps est réservé à ses cours d’hébreu au lycée. Parallèlement, Yossi Cohen, enseignant à Lyon, devient l’autre inspecteur adjoint pour le sud de la France, le nord étant réservé à Jean-Marie Delmaire.

12Ainsi commencent une belle complicité et une forte amitié entre les trois hommes dévoués à l’essor de l’enseignement de l’hébreu langue vivante. Ils ont organisé des journées pédagogiques à Paris mais aussi à Jérusalem. Yossi Cohen et Jean-Marie Delmaire sont également conseillers pédagogiques des nouveaux certifiés et agrégés qu’ils reçoivent dans leur établissement respectif. L’équipe autour de ces promoteurs s’étoffe et réfléchit au matériel pédagogique à inventer tant pour l’acquisition de la langue que pour la connaissance de la civilisation hébraïque plurimillénaire.

13Cette coopération dure peu : en 1981, René-Samuel Sirat est élu grand rabbin de France tandis que, la même année, Jean-Marie Delmaire est élu sur un poste de maître de conférences en hébreu et civilisation hébraïque à l’université de Lille 3. Accaparé par ses nouvelles charges et par son enseignement à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) à Paris, René- Samuel Sirat doit céder sa place à l’inspection générale que quitte également Jean-Marie Delmaire car il ne relève plus de l’enseignement secondaire pour lequel il assurait encore un demi-service.

14De ce trio, bien que le plus âgé, le grand rabbin René-Samuel Sirat était le dernier à être encore en vie en ce début de l’année 2023. Jean-Marie Delmaire, né en 1943, disparut en 1997 et Yossi Cohen, né en 1936, disparut en 2005.

Haut de page

Notes

1 « Entretien avec le grand rabbin René-Samuel Sirat », Revue d’Histoire de la Shoah (Mémorial de la Shoah), n° 192, janvier-juin 2010, p. 467-473.

2 Danielle Delmaire, « Le goût de l’histoire et de l’hébreu, une aventure à deux », Archives juives, n° 55/1, 1er semestre 2022, p. 111-129, particulièrement p. 116-117.

3 Les lignes qui suivent sur le développement de l’enseignement de l’hébreu doivent beaucoup à l’article de Létitia Lambert qui elle-même fut inspectrice adjointe de l’enseignement de l’hébreu, « Naissance de l’enseignement de l’hébreu en France dans les lycées et collèges », Tsafon, revue d’études juives du Nord, n° 50, automne 2005-hiver 2006, p. 165-190, il est accompagné de documents qui témoignent des efforts du grand rabbin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Delmaire, « Hommage au grand rabbin René-Samuel Sirat 1930-2023 »Tsafon, 85 | 2023, 141-144.

Référence électronique

Danielle Delmaire, « Hommage au grand rabbin René-Samuel Sirat 1930-2023 »Tsafon [En ligne], 85 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/8446 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.8446

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search