Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Au fil des lecturesIancu Michaël, Iancu-Agou Danièle...

Au fil des lectures

Iancu Michaël, Iancu-Agou Danièle (avec la collaboration de Pierre-Joan Bernard), Présence juive en Bas-Languedoc médiéval. Dictionnaire de géographie historique

Danielle Delmaire
p. 145-147
Référence(s) :

Iancu Michaël, Iancu-Agou Danièle (avec la collaboration de Pierre-Joan Bernard), Présence juive en Bas-Languedoc médiéval. Dictionnaire de géographie historique, préface de Daniel Le Blévec, Paris, Éd. du Cerf, Nouvelle Gallia Judaica, n° 12, 2022, 276 p., 25 €.

Texte intégral

1La collection de la Nouvelle Gallia Judaica des éditions du Cerf vient de s’enrichir avec cet ouvrage signé par Michaël et Danièle Iancu qui s’inspirent d’un opus devenu, depuis plus d’un siècle, un outil de travail : Henri Gross, Gallia Judaica. Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbiniques, sorti chez Cerf en 1897 ! Depuis ce dictionnaire a été fort heureusement réédité, en 2011, dans la collection de la Revue des études juives chez Peeters, complété par l’historien Simon Schwarzfuchs et préfacé déjà par Danièle Iancu-Agou.

2Ici, l’étendue géographique de ce dictionnaire est limitée au Bas-Languedoc c’est-à-dire trois départements : l’Aude, le Gard et l’Hérault, les départements de Provence en sont exclus. On y retrouve la démarche initiale de Heinrich Gross avec une notice pour chaque commune ayant hébergé une communauté juive au Moyen Âge ou ayant connu une présence juive parfois éphémère. Les sources archivistiques sont citées mais elles sont complétées, et c’est là l’intérêt nouveau de ce travail, par une bibliographie renouvelée qui tient compte d’ouvrages anciens de l’époque médiévale et moderne et d’ouvrages récents. Benjamin de Tudèle, par exemple, est fréquemment sollicité.

3La partie centrale de l’ouvrage (environ 150 p.) présente chacune des communes soit 64 en tout. Parfois, il s’agit d’une brève notice mais plus souvent, quand la communauté juive était importante, la notice est accompagnée d’un plan, de citations et de références anciennes. L’énumération ne tient pas compte de la répartition géographique et se déroule selon l’ordre alphabétique des noms de communes, chaque fois suivis du l’actuel code postal ce qui permet au lecteur de les localiser.

4Certaines notices requièrent plusieurs pages comme Montpellier, dont l’histoire médiévale est de mieux en mieux connue, comme Narbonne, Beaucaire, Béziers, Carcassonne, Lunel, Nîmes, Sauve tandis que d’autres n’alignent qu’une ou deux lignes comme Saint-Dionisy (30980) : « Petite commune du département du Gard qui a compté des juifs isolés au moyen âge » (p. 152). Ces dernières notices bien que brèves ont le mérite de rappeler une présence juive même si elle fut éphémère.

5Dans une « Introduction générale et plan de travail » (une vingtaine de pages), Michaël Iancu donne un aperçu historique de l’ancienneté de l’implantation juive en Bas Languedoc, de son âge d’or avant de subir des expulsions à répétition aux XIVe siècle. Il expose également la démarche méthodologique qui tient compte des sources manuscrites (Mahzor de Montpellier par exemple) et des écrits anciens rapportant parfois des traditions orales dont la fiabilité est douteuse, des publications de savants locaux d’avant le XXsiècle et bien sûr des données archéologiques qui souvent corroborent les autres sources comme récemment à Montpellier avec la découverte du mikvé. Il en conclut que l’établissement des juifs concerne le milieu rural autant que le milieu urbain et il donne (p. 30-33) les éléments qui constituent la « sinagoga judeorum » ou « schola judeorum » : le mikvé, la boucherie, le four, le moulin et le puits, l’hôpital parfois et le cimetière très souvent hors les murs, des maisons de charité pour les pauvres et, en quelques endroits, des lopins de terre destinés aux vignes « supposées nécessaires à la production de vin casher » (p. 33).

6La dernière partie revient à Danièle Iancu-Agou qui, en 70 pages, offre un « essai de synthèse ». En premier lieu, elle évalue la part de la population juive dans la ville de Montpellier à environ 8 % de la population totale, au XIIIe siècle, à Lunel elle propose 4,3 % de la population totale pour la même période. Ailleurs, elle ne livre que des nombres qui s’élèvent souvent de 100 à 300 individus. Une carte (p. 238) donne la « dimension des communautés avant 1306 », Montpellier atteignant jusqu’à 2000 personnes et Narbonne et Béziers jusqu’à 1 000 personnes.

7Elle consacre plusieurs pages à une « ségrégation douce » mais qui est suivie de la grande expulsion de 1306, plus pour des raisons économiques que religieuses puisque les juifs furent littéralement spoliés de leurs biens, confiscation dont profitèrent les autorités locales et royales. Une excellente carte (p. 195) trace le « Chemin des bannis juifs languedociens de 1306 » vers les terres d’exil : la Provence et la Catalogne voire la Terre Sainte, plus rarement. Elle dresse aussi un bilan des fouilles et autres trouvailles parfois littéraires qui ont fait progresser la connaissance de l’histoire de ces anciennes et florissantes communautés juives avant leur bannissement et de ces familles qui ont dû fuir, s’exiler.

8Les dernières pages valorisent cet ouvrage. D’abord par un tableau des vestiges des composantes des quartiers juifs (rue, synagogue, mikvé, four, cimetière, etc.), commune par commune qui sert l’historien comme le touriste. Vient ensuite une abondante bibliographie, région par région et commune par commune, soit 25 pages en tout !

9Un ouvrage indispensable pour la connaissance des communautés juives du Bas Languedoc, assurément, grâce à ses qualités de rigueur tant historiographiques que bibliographiques, ajoutant des qualités pédagogiques grâce à des cartes, des tableaux. Bien que réduit à une région, ce dictionnaire complète le grand dictionnaire de Heinrich Gross.

10On se met à rêver à la publication d’un autre dictionnaire sur une autre région de présence juive au Moyen Âge : la Provence, par les mêmes auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Delmaire, « Iancu Michaël, Iancu-Agou Danièle (avec la collaboration de Pierre-Joan Bernard), Présence juive en Bas-Languedoc médiéval. Dictionnaire de géographie historique »Tsafon, 85 | 2023, 145-147.

Référence électronique

Danielle Delmaire, « Iancu Michaël, Iancu-Agou Danièle (avec la collaboration de Pierre-Joan Bernard), Présence juive en Bas-Languedoc médiéval. Dictionnaire de géographie historique »Tsafon [En ligne], 85 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/8449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.8449

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search