Navigation – Plan du site

N°16 Séries et espace

Date limite de soumission : 1er novembre 2018 (abstract) et 1er mai 2019 (article)
N°16 Series and space

Séries et espaces

Sous la direction de Flore Coulouma et Alexis Pichard

La représentation de l’espace, chère à Borgès et Baudrillard, s’exprime dans les séries à différents niveaux et sert des objectifs multiples : ainsi, le récit télévisuel interroge-t-il les problèmes de construction idéologique, politique et sociale bien souvent en terme d’espace. Le sentiment d’appartenance à un lieu, à un espace donné (« sense of space, sense of place ») est une dimension cruciale de la construction et de la représentation des identités. À l’heure où les séries, programmes populaires souvent sources d’addiction et d’identification profonde, incarnent les simulacres informant notre appréhension du réel (une version ultime, dans la société globale, post-industrielle, du simulacre de Baudrillard), il est devenu essentiel d’examiner les modalités de ces « géographies » fictionnelles, et la manière dont elles affectent notre perception du monde.

Avec l'importance croissante de leur dimension « cinématographique », impliquant crédibilité des environnements et esthétique des plans, les séries contemporaines mettent en place des logiques géographiques de façon explicite, non seulement pour représenter des espaces géographiques et sociaux, mais aussi afin de cartographier les idéologies et identités émanant de ces espaces.

Dans la poursuite de la journée d’étude proposée en juin 2018 à l’université Paris Nanterre, ce numéro de TV/Series propose une réflexion pluridisciplinaire sur des questions diverses à travers le prisme de la construction géographique – la carte et le territoire – selon les axes suivants, qui pourront être étudiés sous l’angle concret de l’espace géographique comme dans leur dimension abstraite d’espace idéologique :

Construction / déconstruction du territoire

Comment les séries (dé)construisent-elles la géographie de leur environnement immédiat (américaine, britannique, irlandaise notamment) et la géographie mondiale de leurs « ailleurs », des espaces autres ?

Un tel questionnement invite à une confrontation des représentations fictionnelles avec le réel et leur mise en regard avec les figurations qui les précèdent ou qui leur sont contemporaines. L’étude de la construction des espaces ne saurait se limiter à la seule problématique du réalisme topographique. Certes, celle-ci s’avère primordiale et féconde car elle permet notamment de se pencher sur les problèmes concrets de tournage : où les séries sont-elles tournées ? Quel est le choix des décors (authentiques/studio/ajouts en post-production) ? Pour autant, elle ne permet pas de rendre compte des espaces tels qu’ils sont vécus et pratiqués. Ainsi, aux analyses topographiques pourront s’ajouter des réflexions sur des aspects culturels comme la reproduction des langues et des accents, des pratiques religieuses, communautaires, ou encore des systèmes politiques.

Toutes ces interrogations conduisent à décrypter les implications idéologiques des partis pris créatifs des séries, dans la mesure où les représentations d’un pays donné et de sa culture vont avoir un impact sur la vision du monde des spectateurs. Aussi, il s’agira de cerner les finalités de la cartographie des espaces autres et d’en révéler les dimensions conquérantes, colonisatrices ou impérialistes, au sens propre comme au plan symbolique. Dans les séries américaines, on pourra notamment réfléchir aux représentations récurrentes du Moyen-Orient depuis le 11 septembre 2001 et suite aux interventions militaires américaines en Afghanistan et en Irak, qui donne lieu à des nouvelles formes d’orientalisme (Over There, Generation Kill, Homeland). Dans les séries anglophones au sens large (États-Unis, Royaume-Uni, Irlande), la représentation des espaces locaux, souvent à travers le problème de la désintégration du tissu urbain (The Wire, Love/Hate), celle des catastrophes naturelles (Treme), ou de l'inhospitalité de la nature autant que la ville (True Detective), permet de réfléchir aux identités locales et aux parallèles entre l’environnement hostile et les relations interpersonnelles et sociales des personnages (Happy Valley).

Frontières et périphéries

Le terme « Frontier » évoque bien sûr en premier lieu la Frontière mythique américaine, autrement dit la conquête de l’Ouest, thématique très en vogue dans les séries western américaines des années 1950 (de Cheyenne à Rawhide) qui se poursuit dans les années 1960 avec l’émergence d’une « nouvelle frontière » (« New Frontier »), expression kennedyienne qui désigne, cette fois, la conquête de l’espace (Star Trek) dans le contexte compétitif de la guerre froide. Il conviendra de s’intéresser à ces fictions ressassant ou réactualisant le récit mythique de l’expansion territoriale de la nation américaine et à leur renouveau durant les années 1990-2000 avec des séries comme le western anachronique Deadwood ou le western galactique Firefly. Une analyse de ces séries à travers le prisme topographique sera la bienvenue.

Cependant, la notion de frontière/ « Frontier » ne se limite pas à l’expansion spatiale et symbolique de l’impérialisme américain, car elle intègre également la notion de périphérie, cruciale dans d’autres territoires, notamment l’Irlande (monde rural de l’ouest gaélophone; frontière traumatique du « Nord »), et la Grande-Bretagne (espaces régionaux hors mégalopole londonienne, en particulier le nord post-industriel).

La frontière, c’est aussi celle de l’imaginaire : repousser toujours plus loin les limites de la fiction, permet-il de renouveler notre vision du monde ? Deux sous-genres s’imposent ici : la science-fiction, et les mondes imaginaires (empruntant librement à la tradition du récit merveilleux). On examinera ici par exemple les fictions « de l’espace » (Stargate, Battlestar Galactica, etc.), et les séries fantastiques (Once Upon a Time, Xena, Warrior Princess, Charmed, etc.). Des thématiques communes traversent ces genres : monde sauvage inexploré (wilderness), hésitation/allers-retours constants entre réel et imaginaire, et enfin la mise en question de l’humanité elle-même avec la prolifération de personnages hybrides : extra-terrestres, créatures mi-humaines mi-féériques, superhéros.

Enfin, la question des espaces extrêmes nous mène naturellement à celle des espaces cachés, secrets (zones interdites, no man’s land, underground) et donc à découvrir, où se croisent la dimension spatiale concrète (territoires des gangsters, de la criminalité, de la magie) et celle, abstraite, de l’espace symbolique : tabous, interdits, exclusions.

D’un point de vue métafictionnel, on pourra ici poser la question du hors-champs : quels sont les espaces cachés, les non-dits délibérés ou inconscients des séries?

Cartographie / dislocation du récit

En miroir des spatialités sérielles se pose la question des cadres narratifs : comment s’opèrent les constructions et déconstructions des espaces du récit dans les séries? Comment le genre sériel à la télévision transforme-t-il notre façon d’appréhender la fiction (et la science-fiction) d’une part, et le passé historique, d’autre part? Le thème populaire des voyages dans le temps exploite les limites du récit de fiction en proposant une re-vision des espaces fuyants du passé (Rome, Mad Men, Carnivàle), et une anticipation de l’avenir, notamment à travers des dystopies contemporaines (The Leftovers, The Walking Dead). Ces représentations disloquées du récit à travers l’espace et le temps mettent finalement en lumière les enjeux contemporains de nos sociétés à l’ère globalisée du capitalisme tardif.

Dans d’autres séries, on assiste à des phénomènes de délocalisation géographique de l’intrigue. Ces changements d’environnement sont le plus souvent opérés à des fins créatives et entraînent un renouvellement du récit, allant même jusqu’à induire de profondes modifications de la formule originelle. Le déplacement géographique permet ainsi aux séries vieillissantes ou déclinantes de se réinventer, de trouver un second souffle et de partir à la conquête de nouveaux publics. C’est notamment ce que Homeland entreprit après la mort de l’un de ses personnages principaux : à l’issue de trois saisons sises à Washington, la série d’espionnage s’installa au Pakistan pour entamer une nouvelle ère et redéfinir ses enjeux narratifs.

NB : Les exemples cités ici ne sont absolument pas exhaustifs ; des articles portant sur des séries télévisées du monde entier (anglophones, francophones, danoises, etc.) seront en particulier les bienvenues afin d’aider à ouvrir les corpus et à développer une réflexion plus large et plus complexe.

Modalités de soumission

Des propositions de 400 mots maximum, accompagnées d’une brève biographie peuvent être envoyées à Flore Coulouma (fcoulouma@parisnanterre.fr) et Alexis Pichard (alexispichard@orange.fr) avant le 1er novembre 2018.

Les propositions retenues seront annoncées courant décembre 2018.

Les articles seront à envoyer avant le 1er mai 2019.

Les articles devront être mis en page selon les instructions de TV/Series (http://tvseries.revues.org/300) et seront évalués en double aveugle selon les normes de la revue.

TV Series, place and space

Eds. Flore Coulouma and Alexis Pichard

The representation of space, a favorite theme of Borgès and Baudrillard, is relevant to TV series at multiple levels and serves various objectives. TV narratives often address political, social and ideological issues in spatial terms. Conveying a sense of space and a sense of place is crucial to the representation of identities in TV series. As a product of popular culture that arouses deep psychological involvement and can cause addiction, TV series are an extreme, late-capitalist version of Baudrillard’s “simulacrum”, that profoundly affect our relationship to reality. Contemporary TV Series have become cinematic in scope, aesthetic and mode of production, with increasingly realistic backgrounds and settings. Their explicit spatial strategies and designs contribute to their representation of geographical and social spaces, as well as the ideologies and identities associated with these spaces.

Following the one-day colloquium that took place in June 2018 at Paris Nanterre University, the present issue of TV/Series proposes a multi-disciplinary reflection on television series through the prism of geographical construction – examining the (fictional) geographies of television series and their influence on our perception of the outside world. The following set of issues can be addressed from the perspective of geographical space, both in its concrete and metaphorical sense.

Constructing/deconstructing space

How do TV series deconstruct the geography of their national territory (e.g. American, British, Irish) and that of their constructed “elsewhere”?

Contributions are welcome on the relationship between fictional representations and reality, within the context of other previous and contemporary productions. Constructing spaces involves topographical realism, which raises concrete issues of filming: what determines the choice of location, of movie set (authenticity v. artificial sets, post-production CGI)? It also points to the more abstract notion of “lived space” coined by geographer Armand Frémont in the 1970s. We invite proposals addressing cultural aspects of socio-geographical variations such as the representation of linguistic variation (e.g. accents), religious practices, customs and political systems.

All these questions call for an analysis of the underlying ideology behind a series’ creative choices, as its territorially anchored worldview influences that of its audiences. An important question will be to examine how series represent other – foreign or marginal – spaces and how they posit themselves in relation to these Elsewheres (e.g. post-colonial, imperialistic, dominating ideology or subversion of said ideology). In American TV series, a now common representation of the Middle East post-9/11 and after US intervention in Afghanistan and Irak betrays new forms of Orientalism (Over There, Generation Kill, Homeland). In English-speaking series more generally (USA, Great Britain, Ireland), representing local spaces, often through the perspective of urban disintegration (The Wire, Love/Hate), natural disasters (Treme), or inhospitable environments (True Detective), serves as an echo to the characters’ personal struggles and relationships (Happy Valley).

Borders and marginal/liminal spaces

The border (“la frontière”) is evocative of the mythical American Frontier, a very popular theme of 1950s American TV series from Cheyenne to Rawhide. In the 1960s, a “New Frontier” emerged as J.F. Kennedy’s America launched space exploration in the context of the Cold War (Star Trek). Proposals are welcome on fictions of the 1990s-2000s revisiting or renewing the mythical narratives of US territorial expansion, such as the anachronistic Western Deadwood and the space Western Firefly. More generally, borders are the locus of peripheral and liminal spaces: Irish West (Gaelic-speaking, rural periphery), traumatic Northern-Irish border, marginal spaces of Great-Britain (far from the London sphere of influence), post-industrial English North, American and Canadian Far North.

From a narrative point of view, borders are about the limits of the imagination: pushing further the boundaries of fiction can help renew or subvert our worldviews. Two sub-genres are of interest here: the imaginary worlds of science fiction (Stargate, Battlestar Galactica) and fantasy (Once Upon a Time, Xena, Warrior Princess, Charmed). Both genres favor themes of the wilderness and the deliberate blurring between reality and fiction, and they question humanity itself through hybrid characters (superheroes, mutants, extraterrestrials, fairies, werewolves, vampires). Finally, liminal spaces point to what is hidden, secret, outside the map (prohibited areas, no man’s land, underground), at the concrete, topographical level (gangster territories, crime zones, magic spaces), at the abstract level of symbolic space (taboos, prohibitions, exclusions), and at the metafictional level (the world off-camera: the deliberately or unconsciously unspoken/unshown).

Mapping out and deconstructing narrative space

Space in TV series is also about narrative frames. What is at stake in the framing or unraveling of narratives, the subversion of fiction, of History? The popular theme of time travel pushes fiction to its limits by revisiting the elusive spaces of the past (Rome, Mad Men, Carnivàle) and anticipating the future through contemporary dystopias (The Leftovers, The Walking Dead, The Handmaid’s Tale). Such fragmented visions highlight the challenges of our societies in the global age of late capitalism.

Other series operate through geographic relocations of the plot for creative purpose, leading to drastic changes in the original story to better conquer new audiences (e.g. Homeland relocated its narrative from Washington to Pakistan after the death of its main character to renew its whole plot and find a new lease of life).

Note that the examples mentioned here are by no means exhaustive. Contributions are welcome on television series from any country and in any language, so as to help expand corpora and open up the field of TV series studies.

Submission guidelines

Please send abstracts of no more than 400 words with a short biographical note to Flore Coulouma (flore.coulouma@parisnanterre.fr) and Alexis Pichard (alexispichard@orange.fr) by November 1st, 2018. Acceptance will be notified in December 2018, and the deadline for full articles is May 1st, 2019. Articles must follow the TV/Series formatting guidelines. They will undergo a double-blind reviewing process.

  • Logo RIRRA21
  • Logo Université Paul-Valéry Montpellier 3
  • Logo Laboratoire du LARCA
  • Logo Université Paris Diderot
  • OpenEdition Journals