Navigation – Plan du site

Présentation

Les Cahiers de l’Urmis sont publiés par l’unité mixte de recherche « Migrations et société » (Urmis) spécialisée dans les recherches sur les migrations et les relations interethniques, laboratoire sous tutelle de l’Université de Paris, l’Université Côte d’Azur, de l’Institut de recherche pour le développement (IRD, UMR 205) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS, UMR 8245). L’Urmis regroupe des chercheurs relevant de plusieurs disciplines (sociologie, anthropologie, science politique, histoire, géographie, …) et est implantée à Paris et à Nice.

Les Cahiers de l’Urmis ont l’ambition de fournir un espace de publication, d’échange et de confrontation pour les recherches menées dans le champ des migrations et des relations interethniques. Ils présentent les travaux empiriques et théoriques de jeunes chercheurs et de chercheurs expérimentés, français et étrangers. L’orientation scientifique des Cahiers de l’Urmis récuse toute approche essentialiste des groupes nationaux, ethniques ou culturels, clairement situés comme des constructions historiques et sociales. Elle met l’accent sur les processus institutionnels et interactionnels par lesquels les appartenances collectives sont produites, maintenues ou transformées. Le domaine de ces recherches recoupe des questions théoriques fondamentales dans le champ des sciences sociales : la construction symbolique des identités collectives, l’analyse des processus sociaux de discrimination, les mécanismes de la catégorisation sociale, la production et les usages des catégories de l’altérité.

Dernier numéro en ligne
18 | juillet 2019
Aux frontières de l'Autre : territoire et appartenance en question

Sous la direction de Odile Hoffmann et Grégoire Schlemmer

Ce numéro des Cahiers de l'Urmis est le fruit d’une réflexion collective sur l'articulation entre territoire et appartenance.

Au sens éthologique du terme, on peut définir le territoire comme une zone marquée et défendue ; c’est un espace approprié pour la survie et la reproduction. Les sciences sociales le conçoivent de plus comme un espace construit par de multiples formes de contrôle et d’appropriation : économique (c’est le lieu de production des ressources), juridique et politique (c’est le lieu de déploiement de la souveraineté), sans oublier l’investissement cognitif et affectif que les sociétés et les individus y projettent. Tant pour les morts qui y sont enterrés, les constructions qui y ont été bâties que pour les récits qui y localisent les événements passés, le territoire est souvent une zone de référence, un espace d’enracinement, un lieu de mémoire. Il forme ainsi une ressource précieuse, aux dimensions multiples, qui est façonnée par les humains qui y laissent une empreinte écologique réelle, mais aussi idéelle pour certaines populations pour qui, par exemple, la terre, c’est de la chair d’ancêtres. Le territoire les façonne en retour quand les caractéristiques botanique, climatique, géologique, etc. de l’espace orientent les connaissances et les pratiques élaborées pour subvenir à l’alimentation, à l’habitat et à l’ensemble du mode de vie. Ce lien consubstantiel caractérise l’autochtonie au sens propre : le fait de « naître de la terre » et de devoir lutter pour la maîtrise d’un territoire. Il est souvent au cœur des revendications collectives et participe de ce fait aux discours politiques contemporains.

La réflexion sur l'articulation entre territoire et appartenance a été menée dans le cadre de l’Urmis, en tant qu’axe de recherche constitué durant 4 ans sous l’intitulé Mobilité, mémoire et rapport au territoire, dans lequel plus d’une dizaine de personnes, chercheurs et enseignants de plusieurs disciplines et travaillant sur différentes parties du monde, ont échangé autour de cette thématique lors de plusieurs journées d’étude.

Les articles de ce numéro ont été produites dans le cadre de cette réflexion.

Notes de la rédaction

Les articles ont été écrits entre 2017 et 2018 et validés définitivement au printemps 2019.

  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals