Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Les Cahiers de l’Urmis sont publiés par l’unité mixte de recherche « Migrations et société » (Urmis) spécialisée dans les recherches sur les migrations et les relations interethniques, laboratoire sous tutelle de l’Université de Paris, l’Université Côte d’Azur, de l’Institut de recherche pour le développement (IRD, UMR 205) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS, UMR 8245). L’Urmis regroupe des chercheurs relevant de plusieurs disciplines (sociologie, anthropologie, science politique, histoire, géographie, …) et est implantée à Paris et à Nice.

Les Cahiers de l’Urmis ont l’ambition de fournir un espace de publication, d’échange et de confrontation pour les recherches menées dans le champ des migrations et des relations interethniques. Ils présentent les travaux empiriques et théoriques de jeunes chercheurs et de chercheurs expérimentés, français et étrangers. L’orientation scientifique des Cahiers de l’Urmis récuse toute approche essentialiste des groupes nationaux, ethniques ou culturels, clairement situés comme des constructions historiques et sociales. Elle met l’accent sur les processus institutionnels et interactionnels par lesquels les appartenances collectives sont produites, maintenues ou transformées. Le domaine de ces recherches recoupe des questions théoriques fondamentales dans le champ des sciences sociales : la construction symbolique des identités collectives, l’analyse des processus sociaux de discrimination, les mécanismes de la catégorisation sociale, la production et les usages des catégories de l’altérité.

Dernier numéro en ligne
19 | novembre 2020
Couleur, ethnicisation et racialisation des chercheur·es dans l’enquête en sciences sociales

Notes de la rédaction

Le numéro 19 des Cahiers de l'Urmis est publié sous la direction scientifique d'Hélène Quashie et intitulé "Couleur, ethnicisation et racialisation des chercheur·es dans l’enquête en sciences sociales".

Ce dossier thématique est le fruit d’une réflexion entamée fin 2016 lors d’un atelier des 3èmes Rencontres annuelles d’ethnographie de l’EHESS. Les enjeux de réflexivité présentés à partir des travaux des communicantes de ce colloque et de ceux d’autres auteures ont permis de composer ce numéro thématique pour repenser la proximité et la distanciation sociale dans la relation d’enquête à travers des recherches menées dans plusieurs pays.

L’angle adopté s’intéresse aux effets des marqueurs ethnoraciaux assignés aux chercheur.e.s selon ce qu’ils signifient pour les participants à l’enquête et ce qu’ils structurent en termes de rôles (re)construits, de modes d’interaction, de conditions d’accès au terrain, de jeux avec les catégorisations sociales. Les objets d’étude, leur originalité et leur renouvellement se construisent aussi par des retours approfondis sur les situations d’enquête expérimentées. Or, la pratique qualitative interroge plus souvent les effets de l’âge, du genre, de la classe ou de l’appartenance religieuse des chercheur.e.s. Il est moins souvent question de l’identité ethnoracialisée qui peut leur être attribuée durant l’enquête, et de ses labilités au-delà des cadres chromatiques et culturels.

Les processus relationnels d’identification, de catégorisation interethnique, de redéfinition des frontières sociales et de production des rapports de pouvoir mis en jeu par la migration sont au cœur des travaux présentés par les Cahiers de l’Urmis. Dans la même perspective constructiviste, ils sont ici abordés à travers la circulation mondialisée des chercheur.e.s et les fabriques d’altérité que constituent les relations d’enquête.

Ce numéro comporte également un article, hors dossier, de Jocelyne Streiff-Fénart : "Les mots de la mobilité : les concepts des sciences sociales en regard des catégories politiques et des points de vue emiques". Nous l'en remercions.

  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search