Navigation – Plan du site

Nouvelle édition de Critique du travail aux éditions critiques : présentation le 6 juin 19, librairie La Brèche à 18heures

Jean-Marie Vincent (préface Alexander Neumann)

Réedition : Jean-Marie Vincent, Critique du travail, le faire et l'agir.

Un livre clé du fondateur et premier directeur de la revue Variations :

https://editionscritiques.fr/produit/critique-du-travail-jean-marie-vincent/

Sur le site de l'éditeur, Alexander Neumann, auteur de la préface, situe les ressources, les enjeux et l'actualité du livre, qui éclaire le présent oppositionnel et l'à-venir:

https://editionscritiques.fr/video/

(https://www.youtube.com/watch?v=4N3n9-YxfXs)

Présentation du livre le 6 juin 2019 à 18 heures à la librairie la Brèche, Paris (rue Taine, métro Félix Eboué) en présence d'A.Neumann.

  • 1 Jean Marie Vincent, « Le mouvement ouvrier en Allemagne de l’ouest de 1945 à 1960. Essai de présent (...)

Critique du travail se situe à la croisée des chemins, entre la fin d’un monde et la quête d’un nouveau souffle critique. La gauche est alors en train de péricliter. Le gouvernement socialiste vient d’organiser le « tournant de la rigueur » sous Mitterrand, tandis que le communisme bureaucratique livre une dernière parade triste avant la chute du mur de Berlin en 1989. Sur le plan intellectuel, nombre de sociologues venues de la gauche critique épousent le tournant culturaliste qui évacue la critique du capitalisme de la scène théorique (Alain Touraine, Jürgen Habermas, Anthony Giddens), s’ils ne se livrent pas à des confusions idéologiques sous l’égide des nouveaux philosophes, qui ont fini en vieux sarkozystes. Tout devait disparaître, les utopies, le prolétariat, la critique et même l’art contemporain, emportés par la mort des grands récits. « Les lignes que l’on va lire (…) ne veulent pas se situer dans les courants dominants à l’heure actuelle, si souvent marquées par la passion réactionelle et réactionnaire face au passé récent, ou encore si marquées par la résignation désabusée devant les faits accomplis du présent et de la marche folle des sociétés actuelles. », avertissait-il. Écrire un livre qui vise à dépasser les carcans doctrinaires du marxisme avec les concepts de Marx est alors un acte gratuit, un acte de résistance. Jean-Marie Vincent disposait de l’obstination nécessaire, matinée de rigidité pour ceux qui ne le connaissaient pas de près, pour faire face à l’éboulement de terrain politique et mental de ces heures noires. Il avait une grande culture historique qui lui a permis de cerner l’arrivée de Mai 68, le déclin de l’Etat social hérité de l’après guerre et l’épuisement du socialisme bureaucratique. Il a surtout bénéficié par une double culture germanophone et francophone, venu de sa jeunesse lorraine, qui l’a préservé du nombrilisme universitaire parisien. Sa thèse à l’Institut de sciences politiques de Paris sous la direction d’Alfred Grosser avait porté sur la formation d’une nouvelle gauche en Allemagne de l’Ouest pendant la Guerre froide.1 Les expériences vivantes d’un marxisme critique lui ont permis de recevoir la Théorie critique de l’Ecole de Francfort.

Pour ces raisons, le livre ne resta pas un baroud d’honneur, mais inaugura un espace de discussion aux côtés de Toni Negri, André Gorz, Michael Löwy, de féministes comme Jacqueline Heinen et d’autres universitaires, attachés à l’esprit nde l’Université de Vincennes. Le département de sciences politiques dirigé par Jean-Marie Vincent vit ainsi naître la revue Futur antérieur (sous sa direction) qui anima les débats de la gauche critique jusqu’en 1999, date de l’essor du mouvement altermondialiste à Seattle. À partir de 2001, Vincent engagea à travers Variations la prolongation de cette expérience d’un Futur antérieur, ce moment qui adviendra et qui aura existé pour les générations futures, à la manière d'une utopie concrète, toujours agissante. Critique du travail préfigure cet étonnant et fructueux brassage des cultures intellectuelles de gauche. Le livre s’inspire de l’engagement existentialiste venu de Gorz, d’une lecture marxienne révolutionnaire venue des Grundrisse et d’emprunts à la Théorie critique, notamment à travers une réception critique de l’œuvre d’Ernst Bloch et des incursions dans la théorie de Jürgen Habermas. Le livre se compose de cinq essais, dont la forme même signale une subjectivité rebelle à l’encontre de toute pensée schématique ou administrée, à travers un flux et un raffinement de l’écriture qui se situe à l’opposé de l’industrie du spectacle.

Notes

1 Jean Marie Vincent, « Le mouvement ouvrier en Allemagne de l’ouest de 1945 à 1960. Essai de présentation et d’interprétation. », Doctorat de sciences politiques sous la direction d’Alfred Grosser, Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1962.

Haut de page