Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24RésonancesL'abstraction de l'échange

Résonances

L'abstraction de l'échange

Notes à partir d'une conversation avec Alfred Sohn-Rethel (1965)
Theodor W. Adorno
Traduction de Alexander Neumann

Notes de la rédaction

Les notes suivantes sont la traduction française d'un manuscrit de Theodor W. Adorno, qui rend compte d'un dialogue avec Sohn-Rethel qui date de 1965, et qui part d'un essai de Sohn-Rethel, aujourd'hui connu sous la forme de son livre Soziologische Theorie der Erkenntnis (Suhrkamp, 1985). Ce texte fut rendu public par Sohn-Rethel en 1978, dans une annexe de l'édition augmentée de son livre Warenform und Denkform (tous droits réservés).

La conversation de 1965 porte sur l'abstraction de l'échange. Elle fait ainsi suit au problème central qu'Adorno nomme en 1962 - le rôle de l'abstraction dans l'échange marchand - comme H.G. Backhaus le relate dans se propres notes prises dans un cours d'Adorno (publiés en français dans le présent n. de Variations). Il est significatif que le cours adornien aborde les concepts fondamentaux de la théorie sociologique de Marx, alors que le dialogue de 1965 part de la théorie sociologique de la connaissance.

Texte intégral

1L'abstraction de l'échange ne s'ajoute pas à l'échange, de manière intellectuelle, mais réside dans l'échange de manière immanente, non consciente. Le caractère abstrait de l'échange ne peut en aucune façon devenir conscient spontanément, mais il le devient à travers l'argent, qui synthétise un nombre infini d'échanges, et qui représente une totalité faite d'un ensemble de médiations des individus entre eux et avec la nature. L'argent est la condition nécessaire de la manifestation consciente en devenir de l'abstraction de l'échange, car il est le phénomène qui rend visible l'abstraction de l'échange.

2Parménide est frappé de voir la qualité de l'objet d'échange, sa substance; Héraclite est frappé par la balance du mouvement permanent inhérent à l'échange, en tant qu'unité du chaotique et du régulé; Pythagore est intrigué par les proportions, etc.

3La philosophie se déploie de manière systématique à partir de sa suite logique immanente, dans des conditions sociales qui la sollicitent, en premier lieu cette classe qui a besoin de la philosophie pour mener la lutte des classes, et qui doit prétendre avoir raison.

4Mais pourquoi l'abstraction est-elle contradictoire, forçant la philosophie à se développer, et pourquoi mène-t-elle à l'idée de vérité? Est-ce qu'il existe des catégories appartenant à la conscience philosophique qui sont issues de l'abstraction d'échange, et d'autres qui ne le sont pas?

5Confrontation en tant que mode de production de la philosophie, modalité univoque de toute position philosophique - pourquoi?

6L'abstraction de l'échange est en elle-même contradictoire, une unité des contraires, p.ex. le mouvement de la substance; en même temps que des positions de classe motivent la modalité univoque des philosophies, et la forme antagonique du développement de la philosophie. Ce qui fait que la philosophie soit de la philosophie n'est pas le fait que des catégories existent de façon abstraite, mais qu'elle posent problème, et ce n'est qu'en tant que problème qu'elles existent - autre aspect du développement de la forme antagonique. L'abstraction de l'échange ne présente par un problème en soi, dans la mesure où elle se réalise dans l'échange dont elle constitue la condition et la structure. Les catégories deviennent problématiques par la contradiction qu'elles portent, au vu de la conscience traditionnelle et conventionnelle. Elles ne sont pas des notions classificatoires, mais possèdent un caractère abstrait qui les rend purement idéelles; elles contredisent non seulement la conscience mythologique particulière, mais aussi et surtout la conscience de ce qui est normal du point de vue de l'expérience empirique.

7Les catégories viennent séparément à la conscience; chacune affirme son étendue absolue, excluant toutes les autres, mais chacune a des racines communes aux autres, aucune ne peut donc liquider une autre de façon absolue, mais doit passer par les autres comme médiatrices. Cette médiation est un contenu constitutif de la philosophie.

8L'échange contient les catégories qui se contredisent, mais il est leur unité; c'est à partir du moment où elles deviennent conscientes qu'elles affirment leur caractère abstrait et qu'elles se contredisent explicitement les unes contre les autres.

9La valeur est l'unité du multiple, des choses qui se distinguent dans le monde sensible, des valeurs d'usage. La catégorie de la valeur est une excuse pour éviter les contradictions qu'elle contient. Insister sur la vérité formule l'unité des catégories qui se contredisent mutuellement, et postuler une vérité oblige à relier les catégories entre elles, car cette médiation seule est la vérité.

10La catégorie de la vérité pointe l'écart, entre l'être de l'échange et le concept de ses catégories.

11Deux choses dépendent de la possibilité de représenter l'abstraction d'échange en tant que vérité, 1. la justification de la nouvelle classe à l'encontre de l'ancienne, 2. la capacité de l'intellect de pouvoir se fier à lui-même, condition préalable de la possibilité de la science, face à la simple empirie de l'artisanat. Les deux interdépendances ne font qu'une sous l'Antiquité, la maitrise théorique-organisationnelle de la production et la fondation idéologique de la domination, par la classe commerciale elle-même.

12La confrontation des catégories entre elles ne se réalise pas dans leur propre pureté, mais à travers l'objet. La constitution des catégories, la réflexion de l'abstraction d'échange dans la philosophie, nécessite de ne pas tenir compte (d'oublier) de leur genèse sociale, et de la genèse en tant que telle. Le matérialisme historique est l'anamnèse de la genèse.

13Les catégories doivent passer par une médiation avec l'empirie, en tant que catégories qui contredisent l'empirie, mais qui prétendent à la vérité. Leur contradiction avec l'empirie, seule, les rend reconnaissables en tant que catégories, dans leur spécificité.

14En se servant de l'empirie seulement l'on peut expliciter les choses de manière catégorielle. - Les catégories sont d'ordre pragmatique-fonctionnelle, elles émanent de la confrontation du genre humain avec la nature, une confrontation qui passe par la médiation spécifique de la société, et cette fonction sociale de des catégories est elle-même une fonction de la confrontation. Les catégories doivent servir à la société existante, et leur objet premier est la nature, elles sont des mises en forme de la relation entre la société et la nature. ; elles saisissent la nature en tant que telle, en tant qu'unité, et elles forment la condition de la socialité synthétique, elles sont les catégories de la socialité synthétique.

15Les catégories contredisent la conscience empirique première des êtres humains avec la nature quand cette confrontation ne passe pas encore par l'échange, mais leur fonction sociale est de rendre conscient la confrontation du genre humain avec la nature, donc elles sont obligées de se confronter elles-mêmes à la forme désuète de la conscience.

16- Pourquoi donc est-ce que ce remplacement de la magie par la pensée rationnelle est-il nécessaire socialement, pourquoi est-ce précisément la médiation par l'échange dans la société qui permet de découvrir l'ineffectivité de la magie, et comment se fait-il que la production basé sur l'échange soit centrée sur l'effectivité de la production, contrairement à la production première de valeurs d'usage? A cause de la valeur? Parce que le travail humain est devenu mesurable, échangeable, valorisable, transformée en valeur? Quel rapport entretient la vérité à l'effectivité, à la valeur?

17La magie est à l'origine une mimésis immédiatement pratique, et en tant que telle elle est tout à fait effective pour la production.

18Elle devient ineffective quand la magie commence à se séparer de la production, en tant que rite qui fait qu'elle va s'auto-entretenir, une installation qui transforme la magie en domination aristocratique. Alors, il est dans l'intérêt de la classe opposée de combattre la magie. La noblesse prétend exécuter la mission de la déesse grecque de la justice, par sa jurisprudence et par sa simple existence. Le demos le conteste et exige le rétablissement de la justice originelle à l'encontre de l'aristocratie qui en abuse. Le peuple fait l'expérience que la fonction juridique de la noblesse n'est pas effective dans le sens du peuple, donc qu'elle n'est pas effective du point de vue du droit, par conséquent il réclame un fonctionnement effectif du droit. Tout comme le peuple fait appel au droit, la critique rationaliste de la magie fait appel au sens original de la magie et son effectivité. L'ineffectivité de la magie peut être découverte, par exemple lorsque malgré l'exécution de tous les rites le droit n'est pas respecté, lorsque des fonctionnaires du rite réussissent grâce à de l'injustice, lorsque le peuple s'appauvrit malgré sa croyance en la magie, ou il se trouve même exproprié.

19En revanche, la reproduction de la conscience magique-religieuse opérée par le peuple est précisément rendue possible par le fait qu'il parvient à vaincre la noblesse, instituant alors son propre droit et assurant lui-même les fonctions rituelles. Malgré cela, les fonctions rituelles s'avèrent incapables de guider la société toutes seules, et sont critiquables comme étant ineffectives et n'étant pas vraies.

20Afin de s'affirmer à l'encontre de la noblesse, le peuple aurait pu en soi recourir à la mise en scène d'une contre-magie, au lieu de critiquer la magie en tant que telle, et, en effet le peuple fait appel aux oracles magiques au cours de son imposition contre la noblesse, dans le but de légitimer par la magie son détachement des anciennes formes magiques de la société.

21L'échange assure la médiation des relations, entre êtres humains et nature, et permet de distinguer ces relations de celles entretenues avec la société, l'échange instaure ainsi une socialité qui fait de la relation à la nature une simple moyen, et cette socialité permet l'appropriation de la valeur d'usage en faveur de la consommation peu sociable.

22Quelle caractéristique revêt la relation à la nature, quelle caractéristique revêt son sujet et son objet, lorsque cette relation passe par le moyen de l'échange?

23De quelle façon l'abstraction de l'échange définit-elle cette relation dont elle marque le moment? De quelle manière le sujet se présente à l'objet, comment le sujet se perçoit-il soi-même? Comment le sujet se trouve institué à travers l'échange, et quel rôle joue ici l'abstraction de l'échange?

24Toute pensée qui corresponde au sujet indépendant est une pensée dans les termes des catégories de l'abstraction de l'échange, de l'échange; une pensée qui repose sur des individus. La philosophie dépend de cela pour trouver un public, et les individus ne peuvent y accéder que de cette façon. Par quel biais la conscience politique, démocratique, pense-t-elle les catégories de l'abstraction de l'échange? Par exemple, lors de la quantification des droits politiques sous Solon, dans l'idée de l'égalité?

25L'égalité est d'abord celle de tous les individus devant l'argent. L'argent n'opère pas de différenciation qualitative, personnelle, entre les choses ou les personnes. Cela fait que tous les individus qui participent au marché partagent l'intérêt de voir la société s'organiser selon les besoins de la production marchande. - L'abstraction de l'échange renferme ainsi des éléments qui échappent aux catégories. La réciprocité de l'échange implique l'égalité formelle des individus. L'idée politique de l'égalité est l'idée de l'idée politique de la réciprocité. La réciprocité entre personnes correspond à celle entre les objets qui font partie de l'échange. La réciprocité des objets, l'interchangeabilité des objets, c'est la forme fondamentale d'une loi naturelle, il ne reste plus qu'à en éliminer la valeur d'usage concrète.

26Nécessité de développer une analyse systématique, encyclopédique, de l'abstraction de l'échange. Dans quelle mesure la conscience vulgaire des sujets de l'échange est-elle nécessairement marquée par l'abstraction de l'échange, pour rendre possible l'échange en tant que relation normale?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Theodor W. Adorno, « L'abstraction de l'échange »Variations [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 03 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/variations/2034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2034

Haut de page

Droits d’auteur

Les ami•e•s de Variations

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search