Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Modèles critiquesUne petite auberge nommée nouveau...

Modèles critiques

Une petite auberge nommée nouveau départ

Au sujet des potentialités de la recherche sociale critique aujourd’hui
Stephan Lessenich
Traduction de Alexander Neumann

Notes de la rédaction

Article publié avec l’aimable autorisation de la revue Soziologie, année 51, numéro 2, 2022, pp-.115-16.

Texte intégral

Au bord de l’abime. A quel autre endroit, sinon ?

Van Reijen/Schmid Noerr, Grand Hotel Abgrund, Junius, 1988, p. 13.

Le mythe IfS

  • 1 Ndt: contrairement à une légende urbaine, colportée par la presse, Jürgen Habermas n'a jamais été d (...)
  • 2 Ndt: littéralement "appel de police" au numéro téléphone 110, allusion ironique à l'accusation inex (...)

1Peu d’institutions en sciences sociales peuvent se targuer de composer une aura comparable à celle de l’Institut für Sozialforschung (IfS), surtout en Allemagne. Au moment de signaler notre prise de fonction en tant que nouveau directeur, aucun média ne pouvait s’empêcher d’évoquer la « glorieuse » histoire de l’Institut et de la thématique de la « succession » dans la lignée d’Adorno. L’idée généalogique de la succession, lors d’une nouvelle nomination dans les Universités, sans doute datée, mériterait en soi une réflexion critique à part sur la culture contemporaine. Il ne manque pas de sel de voir que cette approche s’accompagne dans le même temps de l’occultation systématique de diverses personnalités et de plusieurs générations lorsque les médias prétendent reconstruire la généalogie des directeurs successifs de l’IfS, un peu comme si le Chancelier Olaf Scholz pouvait figurer comme étant le « successeur » d’Adenauer.1 La dimension « légendaire » de l’Institut - depuis l’exil aux USA pendant la période national-socialiste jusqu’à l’épisode francfortois de la série télé Polizeiruf 110 de l’année 692 - apparait, d’une manière plus positive, comme un capital culturel qui n’a pas de son égal dans le champ académique. L’abréviation « IfS » est devenu une marque déposée, au moins depuis l’époque d’Adorno, dans une distance relative de ce que cela peut désigner ou cacher en matière institutionnelle et intellectuelle. Si les stratèges du marketing ne peuvent que rêver d’un logo pareil, cette constellation comporte en réalité un trait cauchemardesque, au vu du poids historique écrasant des grands hommes et des temps anciens.

  • 3 Ndt: Adorno, puis Horkheimer étaient professeurs à la fois de sociologie et de philosophie rattaché (...)

2Face à un récit historique qui subit un champ de forces, polarisé entre le capital acquis et l’hypothèque lourde, le choix de la démystification nous parait le plus approprié. Pour l’amorcer, il n’est nul besoin de partir loin dans l’espace-temps, mais il est possible de commencer ici et maintenant. Aujourd’hui, l’Institut für Sozialforschung est une petite institution de recherche qui dispose d’un financement de base grâce à la ville de Francfort et l’Etat fédéré de la Hesse, mais dont l’essentiel du budget dépend d’apports tiers à travers des projets variés, sachant que jusqu’à une date récente la direction de l’Institut était bénévole et dépourvue de postes de chargé.es de recherche au financement permanent. La dotation en personnels et moyens de l’Institut de Francfort est donc très loin d’autres institutions de recherche qui paraissent au premier regard comparables, par exemple l’institut de recherche sociale de Hambourg (HIS), l’Institut Max Planck en sciences sociales à Cologne ou encore le Wissenschaftszentrum Berlin (WZB). Depuis que j’ai été nommé à la tête de l’IfS, l’Institut est pour la première fois lié institutionnellement aux sciences humaines de l’Université Goethe de Francfort sous la forme d’un poste de coopération universitaire.3 Grâce à l’augmentation du socle budgétaire par le Ministère de la recherche de l’Etat de Hesse, nous avons pu obtenir, pour la première fois, des conditions de recrutement qui sont considérées comme normales dans la plupart des autres instituts de recherche publics ou semi-publics - le fait qu’au moins un noyau de membres du personnel peuvent être scientifiques de métier permanents, sans être obligé de guetter leur renouvellement de contrats à durée déterminé ou encore les annonces de poste sur le site academics.de.

3Malgré l’amélioration des marges de manoeuvre de l’Institut, fait pour lequel nous remercions la ministre de la recherche de la Hesse Angela Dorn, une contradiction majeure demeure. Celle à laquelle se voit confrontée un établissement comme l’IfS qui est engagé dans une analyse critique-théorique de la société (à la différence des autres exemples déjà citées HIS, Max Planck, ou WZB) : devoir répondre aux priorités, logiques et appels à projets des instances publiques de la recherche, alors que tout le centre d’intérêt scientifique de l’équipe est basé sur une mise en question de l’ordre social dominant. Pour le formuler d’une manière encore plus concrète et provocante : il s’agit de mettre à distance à travers la critique l’ordre établi, y compris les mécanismes institués de l’appareil académique, alors qu’il n’est pas vraiment possible de s’y soustraire.

  • 4 Stephan Lessenich, Kürbiskerne im Getriebe der Gegenaufklärung,Soziale Welt, 62. Jg., Heft 1, 2011, (...)

4Vu sous cet angle, le « mythe IfS » se réduit à peu de choses : une petite courroie dans les rouages de la recherche publique qui s’obstine à jeter des graines de courge dans le moulin des anti-lumières pour le ralentir, grâce à des graines qui sont fiancées publiquement.4 Hélas, c’est exactement comme cela que se réduit la situation - s’il n’y avait pas autre chose et s’il n’y avait pas la perspective que les choses pourraient changer davantage encore à l’avenir.

Le Grand Hôtel l’Abime

  • 5 Ndt: Einstürzende Zweckbauten dans le texte allemand, allusion au groupe de musique indé Einstürzen (...)

5Le dossier consacré à la fabrication de mythes concernant la forme francfortoise de la pratique scientifique contient encore deux autres fantasmes. Le premier cliché est celui d’un lieu pour philosopher loin du monde, de manière autocentrée, un imaginaire qui ne cible pas l’IfS d’une manière spécifique et exclusive. L’évocation d’une « tour d’ivoire » académique est une idée complètement tordue si l’on connait le cadre entrepreneurial de l’université actuelle et les réalités de sa politique de recherche. L’idée reste néanmoins increvable, et le cliché devrait être connu également des collègues qui effectuent leur service d’une manière tellement réjouissante pour leur vie et leur travail dans les universités qui voulaient autrefois porter la réforme, au milieu des immeubles fonctionnels en voie d’effondrement.5 Appliqué à une « usine à concepts » du type IfS, ces méprises et clichés tirent leur sauveur particulière d’un imaginaire qui voit les scientifiques comme des geeks théoriques, du genre ultracérébral, dépourvus de vie sociale, comme cela est esquissé dans un dessin humoristique qui m’a été offert lors de ma prise de fonction par un journaliste, fait par Hans Traxler (comme l’artiste est issu de la Nouvelle Ecole de Francfort il faut dire qu’il ne manque ni d’humour ni de profondeur). Le dessin montre des « chargé.es de recherche de l’IfS » sous la forme d’hommes soixante-huitards, pâlots et barbus, qui - après la chute du mur de Berlinb- se voient « rendus à la vie sauvage » dans les hauteurs du Taunus, où ils doivent s’acclimater à « la vie à l’époque postmarxiste ».

  • 6 Ndt: pour une vue d'ensemble voir A. Neumann, Kritische Arbeitssoziologie, Schmetterling, seconde é (...)

6Face à de tels stéréotypes, nous serions tentés de parler longuement pour exposer le bilan des enquêtes empiriques de facture francfortoise, qui est impressionnant à l’aune de tous les critères objectifs ou comparatifs qui peuvent être appliqués. Le public le plus averti sait certainement que l’IfS a toujours été aux avant-postes de l’évolution sociale de la république fédérale allemande, depuis les études sur l’autoritarisme datant des années 1950, en passant par des enquêtes de sociologie du travail qui se sont étendues sur plusieurs décennies6, jusqu’à des projets d’envergure plus récents au sujet des migrations et de la politique migratoire.

  • 7 Stuart Jeffries, Grand Hotel Abyss. The Lives of the Frankfurt School. London, Verso, 2016.
  • 8 Voir van Reijen/Schmid Noerr, Grand Hotel Abgrund. Eine Photobiographie der Frankfurter Schule. Ham (...)

7La deuxième caricature de l’Institut, à laquelle recourt même l’historiographie contemporaine sur la dite « Ecole de Francfort »7, est celle du Grand Hôtel l’Abime. Ses origines se trouvent chez Lukacs, qui a ciblé à travers cette critique radicale, en 1933, une intelligentsia libérale qu’il voyait trop éloigné des évènements politiques ou du moins en train de s’en écarter. Trois décennies plus tard seulement, Lukacs a recyclé la même expression métaphorique, cette fois pour l’employer de manière polémique au sein du débat marxiste international, afin de stigmatiser la Théorie critique en général et Adorno en particulier, à qui il reproche de s’être confortablement installé dans un monde intellectuel, isolé de toute pratique politique et de tout mouvement révolutionnaire. Si nous mettons de côté la charge purement polémique du Grand Hôtel l’Abime, pour ne retentir que son noyaux analytique et sociologique, alors cette rhétorique peut révéler une signification autrement plus intéressante, qui intéresse au plus haut point la Théorie critique contemporaine, ou du moins une théorie critique de la société. Car Lukacs décrivit comment l’intelligentsia européennes de formation bourgeoise était arrivé à un point décisif, dans l’entre-deux-guerres, où « les problèmes d’un capitalisme en voie de décomposition » ne pouvaient plus être niés, alors que cette intelligentsia s’est approchée « de l’abime qu’ouvre la compréhension du caractère insoluble de ces problèmes » et ne parvient plus à dissimuler la pression cauchemardesque d’une voie « sans issue »8. Et j’affirme justement que ce type de constellation se rejoue aujourd’hui, d’une manière nouvelle et à une échelle élargie. C’est précisément cette situation sociale, happant une vie qui est poussé jusqu’au bord de ce qui est supportable de manière individuelle et collective, qui doit guider et mettre à l’épreuve la future pratique et le travail programmatique de l’Institut für Sozialforschung.

Penser, dire et faire dans un monde qui est faux

8Pour commencer, le fait que le monde, sous sa forme capitaliste-globale, se trouve au bord du précipice peut difficilement être nié. Les sociétés industrielles tardives qui se trouvent au centre du système capitaliste mondial, qui se légitiment démocratiquement, sont des communautés de rapt et de butin sur le plan économique. Leur immense productivité économique engage une montée en puissance obsessionnelle qui ne peut et ne veut connaitre aucune limite. Elle repose sur une nécessité, fatale, qui pousse vers une dynamique qui va vers la destruction sociale et écologique, un mouvement qui perdure déjà depuis des décennies, au fait depuis des siècles, et qui frappe en premier lieu le reste du monde, le reste de la population mondiale. La pseudo-rationalité des sociétés « avancées » tient en haleine le monde entier, appelé à s’unir en un seul monde, dans un faux universalisme, imposé à travers des modes de production, de travail, de consommation et de vie, alors qu’elle ne fait que provoquer des convulsions, engendrant systématiquement des crises : financières, migratoires, climatiques ou pandémiques. Cette configuration structurelle implique qu’une crise chasse la suivante et l’on peut s’attendre avec certitude à ce qu’elle fera souffrir en premier lieu tous ceux qui portent la responsabilité la moins grande dans le déclenchement des crises, comme cela s’est toujours vu.

  • 9 cf. Adorno
  • 10 Cornelius Castoriadis, Gesellschaft als imaginäre Institution. Entwurf einer politischen Philosophi (...)
  • 11 Voir Mark Fisher, Capitalist Realism. Is There No Alternative? Zero Books, 2009.

9Pourtant : même si n’importe qui veut le voir peut voir clairement ce qu’il se passe, la position socialement dominante reste celle qui veut nier ou refouler le fait que nous nous trouvons au bord du précipice. De tout point de vue, la théorie sociale critique et la recherche sociale prend le contrepied de cette constellation. Elle signale « la contradiction délirante » (Adorno)9 d’une société dont l’état pratique n’est pas seulement contraire à ce qui serait possible, mais encore opposé à ce qui est empiriquement - et matériellement - tenable. Toute théorie critique dévoile que l’institution de la société qui s’effectue de manière mécanique et incontrôlée, dans une « auto-aliénation de la société » (Castoriadis)10 qui est se laisse dominer par les fantasmes de progrès, d’expansion et de contrôle qui lui ont donné naissance. L’on peut y opposer un « réalisme capitaliste » qui ne se laisse pas résorber dans le postulat d’une prétendue absence d’alternative à l’ordre établi11. Pareille approche part de l’observation des sédimentations socio-psychologiques et institutionnelles du capitalisme réellement existant, fait de structures du monde social et de pratiques des sujets, pour aller vers une visée transformatrice qui tienne compte des deux bouts de la socialisation capitaliste, tant sur le plan structurel que subjectif.

  • 12 Charles Wright Mills, [1959], Soziologische Phantasie. Herausgegeben von
  • 13 Pierre Bourdieu, Der Soziologe auf dem Prüfstand. In Pierre Bourdieu, Soziologische Fragen. Frankfu (...)
  • 14 Stephan Lessenich, Kritische Theorie – in Differenz zur Indifferenz. Mittelweg 36, 30. Heft 3, 2021 (...)

10Cela engage notre prise de position à l’encontre d’un éventail de postures en sciences sociales qui pratiquent une pseudo-critique ironique depuis le haut de l’Olympe des erreurs et horreurs de la société. Ces attitudes exécutent justement l’art du commentaire que goute et honore les pages cultures de la presse, observant la société au bord de l’abime, sous le pâle éclat d’un soleil qui rayonne autour de leur brio intellectuel et de leur élégante éloquence, autoréférentielle, produisant un maximum d’attention médiatique et cultivant l’attitude des gens « non-impliqués » (Mills)12. La sociologie se voit obligée de reproduire sans cesse sa propre tromperie fondatrice, celle qui lui permet de se présenter comme une science apolitique et de se légitimer aux yeux de la société, comme le savait Bourdieu13. Toute théorie sociale critique se doit de prendre ses distances envers de telles prétentions de neutralité, cousues de fil blanc, ce qui lui permet d’affirmer dans le même temps qu’elle ne veut pas s’organiser autour de ce genre de principe14.

Think negative ! ? Le côté positif de la négativité

  • 15 Theodor W. Adorno, 1969, Einleitungsvortrag zum 16. Deutschen Soziologentag. In: Theodor W. Adorno (...)
  • 16 Ndt: allusion à Adorno, Minima moralia, 1959 (Das Ganze ist das Falsche).

11L’un des reproches les plus courants à l’égard des analyses sociales critiques, d’obédience francfortoise en particulier, vise sa négativité - affichée de façon ostentatoire et pouvant sembler obsessionnelle de temps à autre. Une pensée qui affronte les contradictions délirantes, la tromperie fondatrice, et qui regarde au fond de l’abime, frappé de honte que « même en enfer l’on manque d’air pour respirer » (Adorno)15. En dessous de ce niveau du débat, les théoricienn.es critiques ne jouent pas, sans oublier le caeterum censio du constat que tout repose sur une fausse représentation où il n’existe pas de vrai, dans un tout qui est faux16. Il existe un risque que cette récurrence fatigue le public bienveillant, qu’elle décourage les réticents, en cas de doute.

12Malgré tout, l’expérience répétée des réactions académiques contemporaines et leurs réactions véhémentes montrent la pertinence de la négativité qui contient du vrai au sein d’une perception faussée : voici des positivistes qui semblent être en harmonie avec leur science et avec eux-mêmes, voilà des analystes systémiques que rien en trouble dans leur quiétude d’observateurs très observateurs, et tous ont du mal à supporter des diagnostics et études critiques-théoriques. Manifestement, les théories critiques touchent ici un point névralgique, mettant le doigt là où il fait mal.

  • 17 Schloemann, Johan, Denken für die Menschheit. Süddeutsche Zeitung, 14/10/2019.
  • 18 Anja Weiß, Soziologie globaler Ungleichheiten. Berlin, Suhrkamp, 2017.
  • 19 Luc Boltanski, Soziologie und Sozialkritik. Frankfurter Adorno-Vorlesungen 2008. Berlin, Suhrkamp, (...)
  • 20 Theodor W. Adorno, Minima Moralia. Reflexionen aus dem beschädigten Leben. Frankfurt am Main, Suhrk (...)
  • 21 Voir Voruba 2009 Georg Vobruba, Die Gesellschaft der Leute. Kritik und Gestaltung der sozialen Verh (...)

13Les bad vibrations que l’on prête au club Horkheimer et Adorno se réduisent d’ailleurs à peu de choses au fait. Vue de près, leur attitude ressemble à une positivité inébranlable dans leur attachement à l’idéal d’une société fait d’humanité, et pourrait être qualifiée de réalisme éclairé face aux conditions déstabilisantes d’un monde branlant - du moins pour des gens qui se laissent encore ébranler au vu de pareil branle-bas de combat. Ce qui doit être considéré bien plus sérieusement, ce qui peut même nous inquiéter davantage, c’est plutôt un autre problème concernant la négation déterminée de l’ordre existant, à savoir le bon vieux programme d’une « pensée au service de l’Humanité »17, qui peut s’avérer l’expression d’une hybris intellectuelle et politique. Du moins c’est le cas si l’on parle et pense à partir d’une position dont on n’aurait pas saisi dans toutes ses conséquences, toute la particularité et la localisation précise. Après tout, ce sont les coordonnées 50°7 latitude Nord et 8°39 longitude Est qui définissent la situation à partir de laquelle nous observons le monde depuis l’Institut de Francfort, par exemple. Souvent, les personnes qui adoptent cette perspective sont nés et ont grandis pas trop loin de l’endroit, mais disposent d’une assez grande autonomie sociale-spatiale18, et dont les porte-paroles relèvent souvent du genre masculin.
Il va sans dire que l’IfS va devoir tenir compte de ces circonstances dans sa future pratique scientifique et dans ses déclarations publiques. Du point de vue du programme de recherche cela signifie d’élargir l’éventail des théories en débat, jusqu’aux approches féministes queer, posthumanistes, incluant les perspectives antiracistes et décoloniales. D’un point de vue pratique, il s’agit d’entrer en dialogue avec des personnes et des milieux qui n’entrent pas immédiatement dans la sphère académique. Une science sociale publiquement partagée veut justement ceci : entrer dans un dialogue avec des publics extra-universitaires, ce qui peut avoir des effets émancipateurs pour toutes les parties concernées, au lieu d’agir en face d’un public en mode coram publico, dans l’intention affichée d’éduquer les couches populaires ou les élites éclairées.
Les théoriciens critiques de « l’âge d’or » étaient conscients de leur situation historique, concrète, au sein du champ des postions sociales, et de leur rôle complexe d’outsiders19, en tant que critiques de la société bourgeoise au sein de la société bourgeoise : « Il n’y a pas d’issue à cet enchevêtrement » (Adorno)20. Il faut inciter la théorie sociale critique et la recherche sociale à oeuvrer en faveur de la déstabilisation systématique des frontières qui séparent l’en dedans de l’en dehors, la rendre consciente de son statut relativement privilégié et de l’inscription sociale de ses actes. La recherche doit délibérément assumer un double mouvement, prête à faire le colportage de la critique sociale dans l’espace public, tout en allant chercher la critique sociale des gens pour la ramener à elle21.

Plus belle la recherche

  • 22 Bertolt Brecht, Schriften zum Theater. Gesammelte Werke, Band 15. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1967 (...)

14L’Institut für Sozialforschung devrait, pour le dire franchement, se considérer comme une maisons aux portes ouvertes, à l’avenir, afin d’être perçu en tant que tel en retour : prêt à laisser entrer du neuf, ouvert à des impulsions venues de l’extérieur et aux questions des autres. Ouvert aux étudiants et aux métropolitains, aux créatifs et activistes, ouvert à la critique sociale venue d’en bas et qui provient des cinq continents. Il est possible de considérer la bâtiment historique de l’Institut, dans la Senckenbergstrasse, dans son existence physique et matérielle, comme une aire de jeu et d’initiatives qui tente de capter le sens politique et sociale de la recherche critique dans un contexte de crises multiples. La culture de l’Institut de Francfort doit être guidé par un impératif qui réponde à l’accumulation de frustrations venue de la période Covid et de besoins de communiquer, de l’envie d’interagir, pour en faire un vivier pratique et de le tourner de manière productive. Dans l’idéal, les activités publiques d’un tel forum de la Théorie critique pratiquée peuvent reprendre des prises et ressorts du théâtre épique de Brecht, incitant à la réflexion tout comme à l’action toutes les parties concernées. Je me mets alors à imaginer comment, un soir d’été sur la terrasse du toit de l’Institut, lorsque le bruit de fond de la circulation s’estompe peu à peu et les fenêtre des gratte-ciels de Francfort s’illuminent, les chercheuses et chercheurs de l’IfS partagent les résultats de leurs enquêtes monographiques et empiriques, nourries de discussions de groupe et de réflexions théoriques. Soudainement, ce ne sont plus seulement les personnes venues écouter, questionner et commenter, mais aussi les orateurs qui « se souviennent des luttes du matin même » (Brecht)22.

15De tels rêves enchantés, qui sonnent doux à nos oreilles, accompagnent probablement chaque phase nouvelle dans le développement d’institutions scientifiques ; ils seront mis à l’épreuve d’une routine quotidienne de la recherche sociale, et se fracasseront éventuellement contre la réalité de la politique de subvention publique. Le rêve devra être accordé, surtout, avec les conditions permanentes d’un Institut qui reste dominé par l’emploi précaire, atypique et à durée déterminée, malgré l’amélioration de son financement de base. Ce fait entre en contradiction ouverte avec notre conception d’une recherche qui s’effectue de manière collective et coopérative, guidée par l’idée que les pratiques de travail et d’interaction aimeraient préfigurer à une petite échelle ce qu’un monde de recherche solidaire devrait être en grandeur nature. Au vu du contexte des politiques budgétaires et de recherche actuels, nous devons faire tous les efforts pour constituer des relations de travail solidaires - et pour maintenir la compréhension de l’écart qui existe entre la visée et la réalité des faits.

  • 23 Franz Schultheis, Unternehmen Bourdieu. Ein Erfahrungsbericht. Bielefeld, transcript, 2019.

16Il existe bel et bien certains modèles d’une pratique de recherche alternative - l’on devrait par exemple étudier l’équipe de recherche qui s’est formée autour de Pierre Bourdieu et soumettre sa forme à un examen critique. « L’entreprise Bourdieu » (Schultheiss)23 préfigure beaucoup d’éléments du projet que j’imagine pour l’IfS, notamment en matière de méthodes et d’organisation de la recherche, de mise en forme scientifique, d’attractivité publique. Le rôle de Bourdieu au sein du champ académique décrit à la fois un maitre à penser, un PDG et un grand communicant, doté d’un sens aigu du fait que la défense scientifique dépend, en politique, de la mobilisation d’un capital symbolique-institutionnel. Si l’on voulait prolonger ces enseignements de Bourdieu, cela signifierait de transposer sa stratégie managériale à la situation de l’Institut francfortois, en diminuant la personnification en faveur de la marque IfS qui peut, elle, être capitalisée. Son capital est aujourd’hui la puissance collective de son équipe de recherche, appuyée sur sa pensée radicale qui veut ouvrir des alternatives.

  • 24 Rendez-nous visite sur place ou via le site web revu : ifs.uni-francfurt.de - le centenaire de l'In (...)

17Faire vivre cette pensée en pratique est le nouvel objectif - et l’ancien objectif - de l’Institut für Sozialforschung. Au bord du précipice qui délimite la société, et à portée de vue de l’intelligentsia qui réside dans le Grand Hôtel l’Abime (mais sans se placer dans son ombre), voilà la situation de la Petite Auberge nommée nouveau départ qui ouvre ses portes : atmosphère passionnante, personnel exquis, concept distingué. Une maison traditionnelle sous une nouvelle direction qui vous invite à un séjour spontané ?24

18Comment, il n’y a pas d’issue à l’enchevêtrement ? Cela reste à prouver.

Haut de page

Bibliographie

Adorno, Theodor W. 1951 : Minima Moralia. Reflexionen aus dem beschädigten Leben. Frankfurt am Main : Suhrkamp.

Adorno, Theodor W. 1969 : Einleitungsvortrag zum 16. Deutschen Soziologentag.

In : Theodor W. Adorno (Hg.), Spätkapitalismus oder Industriegesellschaft ? Verhandlungen des 16. Deutschen Soziologentages in Frankfurt am Main 1968. Stuttgart : Ferdinand Enke, 12–26.

Boltanski, Luc 2010 : Soziologie und Sozialkritik. Frankfurter Adorno-Vorlesungen 2008. Berlin : Suhrkamp.

Bourdieu, Pierre 1993 : Der Soziologe auf dem Prüfstand. In Pierre Bourdieu, Soziologische Fragen. Frankfurt am Main : Suhrkamp, 36–59.

Brecht, Bertolt 1967 : Schriften zum Theater. Gesammelte Werke, Band 15. Frankfurt am Main : Suhrkamp.

Castoriadis, Cornelius 1984 : Gesellschaft als imaginäre Institution. Entwurf einer politischen Philosophie. Frankfurt am Main : Suhrkamp.

Fisher, Mark 2009 : Capitalist Realism. Is There No Alternative ? Winchester : Zero Books.

Honneth, Axel 2022 : Frühes Glück und schnelles Leid. Meine ersten Jahre am Institut für Sozialforschung. SOZIOLOGIE, 51. Jg., Heft 1, 7–19.

Jeffries, Stuart 2016 : Grand Hotel Abyss. The Lives of the Frankfurt School. London : Verso.

Lessenich, Stephan 2011 : Kürbiskerne im Getriebe der Gegenaufklärung. Bericht

vom 35. Kongress der Deutschen Gesellschaft für Soziologie, 11. bis 15. Oktober 2010 in Frankfurt am Main. Soziale Welt, 62. Jg., Heft 1, 101–107.

Lessenich, Stephan 2021 : Kritische Theorie – in Differenz zur Indifferenz. Mittelweg 36, 30. Jg., Heft 3, 54–55.

Mills, Charles Wright 2016 [1959] : Soziologische Phantasie. Herausgegeben von Stephan Lessenich. Wiesbaden : Springer VS.

Schloemann, Johan 2019 : Denken für die Menschheit. Süddeutsche Zeitung vom 14. Oktober 2019. https://www.sueddeutsche.de/kultur/gesellschaftstheorie-

denken-fuer-die-menschheit-1.4634739

Schultheis, Franz 2019 : Unternehmen Bourdieu. Ein Erfahrungsbericht. Bielefeld : transcript.

van Reijen, Willem / Schmid Noerr, Gunzelin 1988 : Kritische Theorie – am Abgrund. In Willem van Reijen / Gunzelin Schmid Noerr (Hg.), Grand Hotel Abgrund. Eine Photobiographie der Frankfurter Schule. Hamburg : Junius, 7–14.

Vobruba, Georg 2009 : Die Gesellschaft der Leute. Kritik und Gestaltung der sozialen Verhältnisse. Wiesbaden : VS.

Weiß, Anja 2017 : Soziologie globaler Ungleichheiten. Berlin : Suhrkamp.

Haut de page

Notes

1 Ndt: contrairement à une légende urbaine, colportée par la presse, Jürgen Habermas n'a jamais été directeur ou professeur de l'Ifs. Au contraire, il a été explicitement répudié par le directeur de l'IfS, Horkheimer, en 1962, et refusa de discuter d'une éventuelle prise de la direction de l'IfS, même après la mort de Horkheimer en 1964. Adorno succède à Horkheimer à la tête de l'IfS, et après sa mort en 1969 la direction est assurée par Ludwig von Friedeburg jusqu'en 2001 (direction déléguée à Gerhard Brandt de 1969 à 75). Konrad Adenauer était le chancelier de droite de l'Allemagne de l'ouest dans les années 1950.

2 Ndt: littéralement "appel de police" au numéro téléphone 110, allusion ironique à l'accusation inexacte selon laquelle Adorno aurait appelé la police pour vider les occupants de l'Institut en 68 ou 69. Pour une démystification de cette accusation, portée par des étudiants maoistes, voir Alex Demirovic, Der non-konformistische Intellektuelle, Suhrkamp, 1999. L'ironie de la remarque est renforcée par le fait que la série télé ici évoquée n'existait pas en 1969, mais était produite par la RDA (la partie prosoviétique de l'Allemagne) à partir de 1971 seulement.

3 Ndt: Adorno, puis Horkheimer étaient professeurs à la fois de sociologie et de philosophie rattachés à l'IfS, tout en enseignant à l'Université de Francfort dans ces disciplines à partir des années 1950. Voir K. Lichtblau (PU Francfort), Soziologie in Frankfurt, communication à l'Université Goethe, 26/06/2009.

4 Stephan Lessenich, Kürbiskerne im Getriebe der Gegenaufklärung,Soziale Welt, 62. Jg., Heft 1, 2011, p. 101–107.

5 Ndt: Einstürzende Zweckbauten dans le texte allemand, allusion au groupe de musique indé Einstürzende Neubauten (Immeubles neufs en voie d'effondrement).

6 Ndt: pour une vue d'ensemble voir A. Neumann, Kritische Arbeitssoziologie, Schmetterling, seconde édition 2010.

7 Stuart Jeffries, Grand Hotel Abyss. The Lives of the Frankfurt School. London, Verso, 2016.

8 Voir van Reijen/Schmid Noerr, Grand Hotel Abgrund. Eine Photobiographie der Frankfurter Schule. Hamburg, Junius, 1988, p.10.

9 cf. Adorno

10 Cornelius Castoriadis, Gesellschaft als imaginäre Institution. Entwurf einer politischen Philosophie. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1984.

11 Voir Mark Fisher, Capitalist Realism. Is There No Alternative? Zero Books, 2009.

12 Charles Wright Mills, [1959], Soziologische Phantasie. Herausgegeben von

Stephan Lessenich. Wiesbaden, Springer VS, 2016.

13 Pierre Bourdieu, Der Soziologe auf dem Prüfstand. In Pierre Bourdieu, Soziologische Fragen. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1993, p. 36–59. (Ndt: voir sur ce sujet la thèse de doctorat d'Oskar Negt, Die Konstituierung der Soziologie zur Ordnungswissenschaft, 1964, rééd Steidl 2016, préfacé par Theodor W. Adorno et Max Horkheimer).

14 Stephan Lessenich, Kritische Theorie – in Differenz zur Indifferenz. Mittelweg 36, 30. Heft 3, 2021, p. 54–55.

15 Theodor W. Adorno, 1969, Einleitungsvortrag zum 16. Deutschen Soziologentag. In: Theodor W. Adorno (Hg.), Spätkapitalismus oder Industriegesellschaft? Verhandlungen des 16. Deutschen Soziologentages in Frankfurt am Main 1968. Stuttgart, Ferdinand Enke, 12–26.

16 Ndt: allusion à Adorno, Minima moralia, 1959 (Das Ganze ist das Falsche).

17 Schloemann, Johan, Denken für die Menschheit. Süddeutsche Zeitung, 14/10/2019.

18 Anja Weiß, Soziologie globaler Ungleichheiten. Berlin, Suhrkamp, 2017.

19 Luc Boltanski, Soziologie und Sozialkritik. Frankfurter Adorno-Vorlesungen 2008. Berlin, Suhrkamp, 2010.

20 Theodor W. Adorno, Minima Moralia. Reflexionen aus dem beschädigten Leben. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1951, p.33

21 Voir Voruba 2009 Georg Vobruba, Die Gesellschaft der Leute. Kritik und Gestaltung der sozialen Verhältnisse. Wiesbaden, VS, 2009.

22 Bertolt Brecht, Schriften zum Theater. Gesammelte Werke, Band 15. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1967, p.49

23 Franz Schultheis, Unternehmen Bourdieu. Ein Erfahrungsbericht. Bielefeld, transcript, 2019.

24 Rendez-nous visite sur place ou via le site web revu : ifs.uni-francfurt.de - le centenaire de l'Institut livre de belles occasions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephan Lessenich, « Une petite auberge nommée nouveau départ »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2273

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search