Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26L’hypothèse “néo-féodale” face à ...Désintégration du capitalisme et ...

L’hypothèse “néo-féodale” face à la périodisation du capitalisme

Désintégration du capitalisme et régression sociale

David Buxton et Christophe Magis

Texte intégral

« – Pour l’amour de Dieu ! – vite ! – vite ! – faites-moi dormir, – ou bien, vite ! éveillez-moi ! – vite ! Je vous dis que je suis mort ! »

  • 1 Edgar Allan Poe, Histoires extraordinaires (traduction de Charles Baudelaire), édition originale ch (...)

Edgar Allan Poe, « La vérité sur le cas de M. Valdemar »1.

1N’en déplaise à plusieurs forces politiques, à droite comme à gauche, qui continuent à le prendre comme référence, de manière explicite ou non, il est bien évident que le capitalisme que nous vivons n’est pas de même nature que celui des Trente Glorieuses. Tandis que la crise s’accélère, et alors que l’appellation « néolibéralisme » semble s’être galvaudée au point qu’elle peine à décrire la spécificité de la période actuelle, on a vu fleurir, depuis le début du XXIe siècle, une myriade d’expressions visant à mettre en avant tel ou tel caractère toujours plus inquiétant des formes contemporaines du capitalisme. Comme le remarque Richard Westra dans un important ouvrage récent,

  • 2 Richard Westra, Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction, Basingstoke, Palgrave Macmillan, (...)

« Pendant les années déclinantes du 20e siècle et au début du 21e siècle, maintes publications ont traité de la question de comment mieux caractériser les transformations des économies capitalistes, extrêmes, et de bien des façons, effrayantes. Les désignations de l’ère actuelle racontent assurément une histoire : “capitalisme gore”, “capitalisme carcéral”, “capitalisme autoritaire”, “capitalisme totalitaire”, “capitalisme sous crack”, “capitalisme cancéreux”, etc. Celles-ci, ainsi que les références omniprésentes au capitalisme “mondialisé”, “néolibéral”, “financiarisé”, visent toutes à souligner telle caractéristique frappante des économies capitalistes afin de différencier le capitalisme “réellement existant” de nos jours des capitalismes du passé. »2

2Mais une question demeure : comment conceptualiser cette différence ? Et cette question pousse la réflexion théorique marxiste à s’attaquer de nouveau à un problème épineux : celui de l’origine du capitalisme et de l’histoire du déploiement de ses différentes formes.

  • 3 McKenzie Wark, Capital is Dead: Is this something worse?, Londres, Verso, 2019.

3Plusieurs questions subsidiaires apparaissent alors. D’un côté, un ensemble de problèmes théoriques se posent : à propos, d’abord, de la conceptualisation du capitalisme comme mode de production et du rapport entre ce mode et ceux qui le précèdent ou lui seraient parallèles ; à propos, ensuite, de ses propres mouvements ou stades internes et des critères pour déterminer la transition d’un stade du capitalisme à un autre ; à propos, enfin, des catégories que le capitalisme met en mouvement (marchandise, travail…) et de leur particularité en tant que catégories dans le capitalisme ou dans d’autres modes de production. Il s’agit finalement de revenir sur une question épistémologique dont on pourrait croire qu’elle a été réglée depuis bien longtemps, mais qui s’avère bien plus complexe qu’il n’y paraît : celle de la définition du capitalisme lui-même. D’un autre côté, on s’interroge sur ce qui caractérise la période actuelle. Vivons-nous le passage d’un stade du capitalisme à un autre ? Sommes-nous même au seuil d’une transition vers un nouveau mode de production post-capitaliste qui serait « encore pire » que le capitalisme lui-même3 ?

  • 4 Voir José Lefebvre (dir.), L’hypothèse du néo-féodalisme. Le droit à une nouvelle croisée des chemi (...)
  • 5 Yánis Varoufákis, « Techno-Feudalism is Taking Over », Project-Syndicate.org, 28 Juin 2021.

4Cette dernière interrogation alimente depuis quelques années un débat autour de « l’hypothèse néo-féodale ». C’est, parmi toutes les propositions de caractérisation des transformations contemporaines, peut-être à la fois la plus effrayante, et l’une des plus investies théoriquement et épistémologiquement. Les dernières transformations du capitalisme l’auraient vu évoluer vers une structure nouvelle, de type féodal : des traces de ce qui était typique des rapports sociaux et juridiques de la période féodale tendent, en effet, soit à se maintenir, soit à refaire largement surface à l’intérieur du capitalisme contemporain. On trouve de bons exemples de telles traces notamment dans l’économie numérique, organisée autour des « géants du Net » comme Alphabet (Google), qui construit des villages entiers pour ses employés ou comme Amazon qui bénéficie dans plusieurs pays de conditions fiscales sur mesure, les États finissant par renoncer à prélever normalement l’impôt auprès d’un acteur si puissant. Mais d’autres positions dominantes sont aussi à considérer, comme celles de Monsanto et Syngenta et leur prise de contrôle progressive sur l’alimentation mondiale et, finalement, sur toute la biodiversité, via une mainmise sur les semences par une maîtrise progressive, dans le capitalisme actuel, des brevets et de la propriété intellectuelle et que, là encore, les États et institutions supranationales peinent à réguler. Ainsi, aux côtés de références à la féodalité ou au monde médiéval — qui sont restées légion dans les sociétés contemporaines4 —, (re)surgissent, activés par l’ère numérique, des structurations juridiques et sociales de type néo-féodal. Pour le dire avec Yánis Varoufákis, qui parle en cela de « techno-féodalisme », alors que « au début du XIXe siècle, bon nombre de rapports féodaux demeuraient intacts, tandis que les rapports capitalistes commençaient à être dominants », de nos jours, « les rapports capitalistes demeurent inchangés mais des rapports de type techno-féodal viennent à prendre le dessus »5. Comment interpréter ces résurgences ? De quoi sont-elles le signe ? Il est évident que, pour comprendre leur signification, il est nécessaire de les replacer dans un temps très long de l’organisation économique et sociale. Revenir sur ce débat autour de l’hypothèse « néo-féodale » ou « techno-féodale » est ainsi l’occasion, pour le présent dossier, d’ouvrir la discussion quant aux autres problèmes ayant trait à la périodisation et, finalement, à la définition du capitalisme lui-même et de la dynamique historique de son déploiement.

De l’émergence du capitalisme chez Marx

  • 6 Voir dans le présent dossier l’article de Bo Harvey.
  • 7 Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Livre I, Paris, Guill (...)

5Il faut reconnaitre, dans un premier temps, qu’une telle définition n’est pas aidée par la difficulté à identifier une théorie proprement marxiste de l’émergence du capitalisme — et ce, en dépit, d’une littérature autour du sujet, qui s’est largement étoffée à partir de la deuxième moitié du XXe siècle. Cette histoire a été dans un premier temps, largement abandonnée aux historiens non marxistes, qui se sont inscrits dans la suite des théoriciens de l’économie politique classique6. Pour ces derniers, le capitalisme découle, d’une certaine manière, « naturellement », de pratiques commerciales émanant de la nature humaine ou, ce qui revient quasiment au même, relevant de dispositions sociales très profondément ancrées anthropologiquement. Ainsi, chez Adam Smith, par exemple, qui postule une « disposition des hommes à trafiquer et échanger »7, l’apparition du capitalisme n’est finalement pas à considérer comme une transformation sociale majeure : il n’a fait que libérer et étendre à très grande échelle des échanges inscrits ancestralement dans les pratiques sociales et à partir desquels l’accumulation progressive de richesse a, peu à peu, permis l’investissement productif. Cette conception traditionnelle se retrouve par la suite, y compris chez des historiens marxistes. Marx lui-même, qui s’intéresse en fait assez peu à la question, n’est pas sans l’intégrer, au moins en partie. Comme le remarque Ellen Meiksins Wood, on peut trouver chez lui deux conceptions de l’histoire du capitalisme :

  • 8 Ellen Meiksins Wood, L’origine du capitalisme, Montréal, Lux, 2019, p. 46.

« Sa première approche ressemble énormément au modèle traditionnel. Résumons-là. L’histoire est marquée par une succession d’étapes dans le domaine de la division du travail, de même que par un processus ancestral, au cours duquel on a sans cesse effectué des progrès technologiques ; on attribue également un rôle essentiel aux classes bourgeoises, car elles semblent avoir favorisé l’essor du capitalisme dès qu’on les a libérées de leurs chaînes féodales. En fait, le capitalisme existait déjà à l’époque médiévale, d’une certaine façon du moins, et il se développait dans les “interstices” du féodalisme, pour reprendre l’expression de Marx, puis il a rejoint le courant dominant de l’histoire quand on a fait “voler en éclats” les embûches du système féodal. Voilà, pour l’essentiel, le propos qu’on trouve dans ses premiers écrits comme L’Idéologie allemande (avec Friedrich Engels) ou le Manifeste du Parti communiste. »8

6Marx n’abandonnera cette conception traditionnelle que dans ses œuvres de la maturité, les Grundrisse et le Capital. Mais, là encore, on doit remarquer que ces travaux ne se préoccupent qu’assez peu de la genèse du capitalisme. C’est notamment dans la section à propos de « la prétendue accumulation initiale » que l’on pourra trouver à ce sujet les passages les plus importants :

« La découverte des contrées aurifères et argentifères d’Amérique, l’extermination et l’asservissement de la population indigène, son ensevelissement dans les mines, les débuts de la conquête et du sac des Indes orientales, la transformation de l’Afrique en garenne commerciale pour la chasse aux peaux noires, voilà de quoi est faite l'aurore de l’ère de la production capitaliste. Ces processus idylliques sont des moments majeurs de l’accumulation initiale. Dans la foulée suit la guerre commerciale des nations européennes, qui a la planète pour théâtre. Elle s’ouvre sur la sécession des Pays-Bas révoltés contre l’Espagne, prend une ampleur gigantesque avec la guerre antijacobine de l’Angleterre et se poursuit encore de nos jours avec les guerres de l’opium contre la Chine, etc.

  • 9 Karl Marx, Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre I, Paris, PUF, 1993, p. 843-4.

Les différents moments de l'accumulation initiale se répartissent donc principalement, dans un ordre plus ou moins chronologique, entre l’Espagne, le Portugal, la Hollande, la France et l’Angleterre. À la fin du XVIIIe siècle, en Angleterre, ils sont tous rassemblés en une sorte de résumé systématique dans un système colonial, un système de la dette publique, et un système moderne d’imposition et de protection douanière. Ces méthodes reposent en partie sur la violence la plus brutale ; c'est le cas, par exemple, du système colonial. Mais toutes utilisent le pouvoir d’État, la violence concentrée et organisée de la société, pour activer artificiellement le procès de transformation du mode de production féodal en mode de production capitaliste et pour en abréger les transitions. La violence est l'accoucheuse de toute vieille société grosse d’une société nouvelle. »9

  • 10 C’est aussi un des éléments fondamentaux que reprendra l’historien Fernand Braudel dans ses travaux (...)

7En réalité, de tels développements visent moins la documentation d’une histoire de la transition au capitalisme, qu’une fixation de la définition du capital comme rapport social qui est au cœur de la thèse marxienne et qui s’oppose donc aux conceptions de l’économie politique classique selon lesquelles la simple accumulation « initiale » de biens matériels (elle-même émanant, comme on l’a vu, d’un penchant naturel pour l’échange) serait au départ d’un capitalisme qui n’a fait qu’en élargir l’échelle. Il s’agit donc ici bien plutôt de montrer, contre cette vision libérale, qu’il existe une différence fondamentale entre le capitalisme et les modes d’organisation sociale qui le précèdent : c’est une transformation des rapports sociaux qui est au cœur de sa constitution et elle s’est faite avec une grande violence10.

8Quant à ce qui concerne, plus précisément, la transition de l’organisation sociale du Moyen Âge vers le capitalisme, on en trouvera chez Marx des aperçus encore plus succincts, quoique répétés, comme dans le passage suivant :

  • 11 Ibid. p. 300.

« Les corporations médiévales ont cherché à empêcher par la force la transformation du maître de métier en capitaliste, en réduisant à un maximum très bas le nombre de travailleurs qu’un seul maître avait le droit d’employer. Le détenteur de monnaie ou de marchandises ne se transforme réellement en capitaliste qu’à partir du moment où la somme minimale avancée pour la production dépasse largement le maximum du Moyen Âge. Ici se confirme, comme dans les sciences de la nature, l’exactitude de la loi découverte et exposée par Hegel dans sa Logique, selon laquelle des changements purement quantitatifs, parvenus à un certain point, se renversent en différences qualitatives. »11

  • 12 Friedrich Engels, Anti-Dühring, Paris, Éditions sociales, 1950 (1878), p. 46.

9Il est intéressant de noter ici combien l’approche marxienne de la transition oscille entre déterminisme (lois internes au mouvement du capital) et contingence (par exemple, le mouvement de la lutte des classes), sans que l’articulation et la hiérarchie à établir entre des deux soit véritablement théorisée. La loi découverte par Hegel, que Marx ici fait sienne, est celle, naturaliste, « de la transformation de quantité en qualité » — elle sera reprise ailleurs par Engels avec un exemple également tiré des sciences naturelles : la transformation de l’eau du liquide au gaz selon l’intensité de la chaleur appliquée12. Dans tous les cas, la métaphore intègre un facteur volontariste, sans que cela soit explicite : la « chaleur appliquée » qui, par analogie, pourrait représenter l’action politique. À cela, s’ajoute l’incertitude de la durée historique, en l’occurrence très longue. Comme le dit l’anthropologue Maurice Godelier :

« Marx voyait [la transition entre féodalisme et capitalisme] comme un processus de longue durée qui, commencé vers la fin du XVe siècle, anticipé en Italie au XIIIe siècle, n’est achevé en Angleterre qu’au début du XIXe siècle. Marx soulignait d’ailleurs que dans l’histoire, il n’y avait pas de coupure nette entre diverses époques du développement économique de la société, entre diverses formations économiques et sociales. Anticipé en Italie, recommencé au Portugal et en Espagne, ce processus s’arrête plusieurs fois, pour repartir plus tard en France et surtout en Hollande, jusqu’à ce qu’en Angleterre, toutes les conditions existant ailleurs à l’état dispersé soient réunies.

  • 13 Maurice Godelier, « Les contextes illusoires de la transition au socialisme », article repris dans (...)

Le processus de transition, réduit ici aux transformations économiques qui amènent la dissolution puis la disparition d’un mode de production dominant, et son remplacement par un autre qui va dominer à son tour l’ensemble des conditions de la production et des échanges, est un processus qui naît spontanément, se développe de façon inégale dans diverses sociétés, et met plusieurs siècles à s’achever dans l’une, puis dans l’autre des sociétés où il s’est développé. Les analyses de Marx se limitent volontairement à l’étude des aspects économiques de ces processus. Il n’ignore pas, tout en les laissant de côté, les transformations des formes du pouvoir, des idées (protestantisme), de la culture (peinture, musique), etc., qui vont de pair avec ses transformations économiques. Son analyse est réductrice, mais à dessein13. »

Histoire marxiste

10Pour l’essentiel, les travaux marxistes qui ont, par la suite, étudié la transition du féodalisme vers le capitalisme se sont donné pour objet d’approfondir tous ces développements. Ils se sont principalement articulés, après la Seconde Guerre mondiale, autour de deux débats : le débat sur « la transition », à partir d’une discussion faisant intervenir Maurice Dobb et Paul Sweezy au tournant des années 1950 et le débat dit « de Brenner » au milieu des années 1970.

  • 14 Thèse avancée par exemple par l’historien non-marxiste belge Henri Pirenne, inspirateur notamment d (...)
  • 15 Maurice Dobb, Studies in the Development of Capitalism, Londres, G. Routledge, 1946, p. 42.
  • 16 Ibid., p. 46.

11Dans son ouvrage intitulé Studies in the Development of Capitalism (publié initialement en 1946), Maurice Dobb, historien marxiste, prend position contre les considérations traditionnelles — alors encore largement partagées — selon lesquelles le capitalisme n’est qu’une continuité élargie du féodalisme, mais il récuse également une autre thèse, dite « de la commercialisation », selon laquelle ce seraient des facteurs externes au système féodal, et notamment le développement du commerce et l’élargissement des opportunités offertes par les marchés, qui auraient entraîné sa crise et le passage au capitalisme14. Pour Dobb, c’est plutôt une contradiction interne à son fonctionnement qui a précipité le déclin du féodalisme, alors même qu’il pouvait très bien s’accommoder du marché, du commerce et de l’essor des villes, ces derniers n’étant pas caractéristiques du capitalisme : « C’est l’inefficacité du féodalisme comme système productif, associée aux besoins croissants de la classe dirigeante en matière de revenus, qui a été la principale cause de son déclin ; en effet, ce besoin de revenus supplémentaires a favorisé une augmentation de la pression sur le producteur jusqu’au point où cette pression est devenue littéralement insupportable. »15 La thèse peut être ainsi grossièrement résumée : le féodalisme est caractérisé par une classe de producteurs (serfs) qui, à la différence du capitalisme, sont propriétaires de leurs moyens de production. Une domination directe s’exerce sur eux en ce qu’ils sont directement rattachés à la terre d’un membre de la classe dirigeante (seigneur) auquel ils doivent donner une partie de leur production, sous des formes diverses. L’augmentation des rendements étant limitée dans la mesure où le progrès technologique est faible, une hausse continue de la part de la production prélevée par la classe dominante, combinée à une augmentation de la population a rendue de plus en plus difficile la survie des producteurs et entraîné, à partir des XIVe et XVe siècles, leur « désertion en masse »16 soit une émigration illégale vers les villes où les premiers marchés se sont développés. Les réactions de la noblesse ont été diverses selon les régions d’Europe concernées mais, d’une manière générale, elles ont conduit à un recul du servage au profit de relations d’ordre contractuel, sous forme de petites concessions ou locations de terrains à des artisans et paysans peu à peu libérés des relations de dépendances aux seigneurs.

  • 17 Paul M. Sweezy, « Une critique », in Maurice Dobb et Paul M. Sweezy, Du féodalisme au capitalisme : (...)

12Critiquant la position de Dobb, l’économiste marxiste Paul Sweezy réintroduit pour sa part l’idée d’une transition vers le capitalisme entraînée par une force extérieure au féodalisme lui-même. Outre qu’il doute de la possibilité que les serfs aient pu quitter les terres en masse, le besoin de revenus supplémentaire de leurs seigneurs (dont il estime qu’« il n’y a aucune raison de douter ») lui apparaissent justement non pas comme inhérentes mais comme représentant « quelque chose qui se passait en-dehors du système »17. C’est donc bien l’expansion des réseaux commerciaux, à partir des XIIe et XIIIe siècles, et le développement des villes, permettant à la fois l’accès à de nouveaux biens pour la consommation des dirigeants et offrant de nouvelles possibilités d’emploi pour les serfs qui a miné le féodalisme de l’extérieur, inaugurant une période transitoire, « précapitaliste », de production de biens. La position de Sweezy dans ce débat, qui sera par la suite critiquée à nouveau par Robert Brenner, révèle encore la difficulté, pour la réflexion historique inspirée par le marxisme, de produire une conception proprement marxiste de l’avènement du capitalisme.

13L’article « Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe », publié en 1976 par un autre historien marxiste, Robert Brenner, relance la discussion et fait émerger un nouveau débat. Pour Brenner, qui cherche, à la suite de Dobb, à expliquer le déclin du féodalisme au moyen de ses contradictions internes, le modèle de la commercialisation, qui explique ce déclin par le déploiement des forces du marché, bien que partagé par plusieurs auteurs marxistes comme Sweezy, est en réalité d’ordre néo-smithien : il attribue aux agents économiques une tendance naturelle à se conformer par défaut à la rationalité capitaliste. Dès lors, ce modèle revient à expliquer le capitalisme en supposant qu’il a, en réalité, toujours existé, sous d’autres formes. Brenner s’oppose également à une autre interprétation de la transition, attribuée à Emmanuel Le Roy Ladurie et à Michael Postan et qui avait peu à peu remplacé la précédente, l’explication « démographique », qui explique la crise du féodalisme en « part[ant] du principe que l’économie est incapable d’améliorer la productivité agricole et que la population a naturellement tendance à augmenter sur des terres limités ». En s’intéressant aux trajectoires divergentes qu’ont connu les différents pays d’Europe, malgré des profils d’ordre démographique comparables, il propose une autre interprétation mettant en avant dynamique des rapports de classe :

  • 18 Robert Brenner, « Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe », Pas (...)

« Je soutiens que le cycle malthusien de stagnation à long terme, ainsi que d’autres formes de retard économique, ne peuvent être pleinement compris que comme le produit de structures établies des rapports de classe (en particulier les “relations d'extraction de surplus”), tout comme le développement économique ne peut être pleinement saisi que comme le résultat de l’émergence de nouveaux rapports de classe plus favorables aux nouvelles formes d’organisation de production, aux innovations technologiques et à l’augmentation de l’investissement productif. Ces nouveaux rapports de classe sont eux-mêmes le résultat de conflits antérieurs, relativement autonomes. »18

14Ce seraient donc ici les rapports de classe qui représentent le facteur déterminant. Et l’instauration de ces rapports dans une forme capitaliste, entre capitalistes et travailleurs salariés a eu lieu dans des conditions particulières et dans un lieu particulier : celui de la campagne anglaise à partir de la fin du XVe siècle.

  • 19 On pourra, sur ce sujet, consulter l’article de synthèse de Yves-Davis Hugot, « Où et quand le capi (...)
  • 20 À cela s’ajoute également un certain nombre d’enjeux plus immédiatement politiques dans le contexte (...)

15Finalement, chez Marx comme chez les marxistes après lui, il est bien difficile de saisir l’articulation et la hiérarchie entre les différents facteurs expliquant l’émergence et la stabilisation du capitalisme. Faut-il privilégier les forces intérieures au féodalisme pour comprendre son déclin, ou des forces extérieures ? Des facteurs politiques ou des facteurs économiques ? Un consensus n’a guère été atteint au sein des travaux des historiens marxistes — sans compter une autre dimension hautement débattue, que pour des raisons d’espace nous ne pourrons développer ici, concernant les aires géographiques à identifier où se sont développées les diverses conditions de ces transformations19. La question complexe de la transition entre le féodalisme et le capitalisme n’a pas encore été résolue de façon satisfaisante20.

16Mais on peut constater qu’en revanche, ces débats ont aussi été l’occasion pour les historiens marxistes de poser une conception du féodalisme par analogie avec la conception que propose Marx du capitalisme, c’est-à-dire, comme un mode de production. Ce dernier concept a donc été largement réinvesti, tandis qu’il a fallu déterminer ce qui distingue le capitalisme de ce qui le précède, notamment sur les plans économique, politique et technologique. Un tel réinvestissement a également été encouragé par l’échec de la « révolution sociale » dans les pays avancés — la survie du capitalisme obligeant à repenser théoriquement les modalités de son effondrement —, ainsi que par la redécouverte de certains travaux de Marx comme les manuscrits préparatoires au Capital et la « Contribution à la critique de l’économie politique ». Il est aujourd’hui également au cœur du débat et notamment des critiques apportées à l’hypothèse « néo-féodale ».

Mode(s ?) de « production »

17Mais, là encore, le problème n’est pas simple ! Certes, on s’entend généralement sur une définition a minima du concept de mode de production comme caractérisation fondamentale de la relation entre « forces productives » et « rapports de production », dans laquelle les « forces productives » représentent l’ensemble des facteurs de la production matérielle (par exemple, la force de travail déployée par les travailleurs sur et avec les moyens de production) et « les rapports de production » désignent toute l’organisation des relations sociales dans la mise en œuvre de ces forces productives. Mais, comme le rappelle Jason Read dans sa contribution au présent dossier, cette acception, restreinte, n’est pas la seule en circulation dans la littérature marxiste, ni d’ailleurs dans l’œuvre marxienne elle-même : on rencontre également une acception « élargie » où le mode de production est quasiment équivalent de « société ». D’ailleurs, l’économiste Robert Fossaert le remarquait déjà en 1977 : « d’un marxiste à l’autre, le mode de production est un concept flottant ». Rien qu’à la lecture des œuvres des théoriciens français des années 1960 et 1970, Fossaert dégage déjà quatre interprétations différentes de ce concept essentiel à la représentation d’une société donnée dans une optique marxiste.

  • 21 Étienne Balibar, Cinq Études du matérialisme historique, Paris, Maspero, 1974, p. 231.

18Dans la première, le mode de production représente théoriquement la société tout entière sous sa forme « pure ». Dans la deuxième, largement rejeté pour son économisme, il représente seulement la structure économique singulière d’une société donnée. Les deux autres interprétations se veulent plus complexes. Dans la troisième, la société tout entière se représente comme un système articulé de modes de production différents, alors que dans la quatrième, c’est la structure économique d’une société donnée qui se présente comme l’articulation d’un système de modes de production différents. Et ce qui complique le débat, c’est que ces mêmes théoriciens français semblent flotter entre plusieurs interprétations, parfois au sein du même texte. Conscient de ces contradictions, Étienne Balibar a proposé un compromis fragile : il y a un mode de production « au sens étroit » et en même temps « un concept de mode de production (qui) désigne bien chez Marx […] l’unité complexe de déterminations qui relèvent de la base et de la superstructure »21, soit deux définitions distinctes du même concept.

  • 22 Robert Fossaert, La société : tome 2, les structures économiques, Paris, Seuil, 1977, p. 18. En lig (...)
  • 23 Ibid., p. 18.

19Mais « nulle part Marx ne se prononce de façon décisive »22. Le terme figure de façon dispersée dans ses œuvres de la maturité, et semble plutôt désigner étroitement les moyens techniques et l’organisation de la production — les rapports sociaux correspondants étant à part dans une relation non élaborée. Comme le dit Fossaert, « l’exégèse restera stérile », car Marx « élabora la théorie du mode de production capitaliste, mais non la théorie générale des modes de production »23. De fait, l’élaboration de cette dernière ne devient pressante que lorsqu’on cherche à expliquer la transition entre deux modes de production : du féodalisme au capitalisme, et du capitalisme au socialisme. En d’autres termes, le concept de mode de production est inextricablement lié à la périodisation historique.

20Fossaert entend y mettre de l’ordre, s’appuyant pour ce faire sur la notion d’instance. De facture althusserienne, cette notion souffre aussi de définitions multiples :

« L’équivoque qui s’attache au mot instance vient de deux éléments que je viens de distinguer : un niveau du réel social qui peut être plus ou moins différencié et qui peut prendre des formes variables ; et une procédure d’investigation qui vise à reconnaître les formes dans lesquelles une société quelconque remplit l’une des trois fonctions qu’elle doit nécessairement remplir : produire, s’organiser, se représenter le monde où elle est inscrite. »

21Dans ce second sens finalement retenu par Fossaert, la notion d’instance permet de concevoir la totalité sociale de façon non réductionniste :

« Le repérage des niveaux économique, politique et idéologique qui se sont réellement différenciés, a, en effet, permis de reconnaître les trois fonctions vitales, les trois activités fondamentales auxquelles toute société, quel que soit son agencement réel, se livre nécessairement : toute société doit produire et reproduire ses conditions matérielles d’existence ; toute société doit organiser, d’une manière ou de l’autre, la collectivité humaine qui l’habite ; toute société doit (ou, plus exactement : ne peut pas ne pas) se former une représentation du monde où elle vit. […]

  • 24 Ibid., p. 22, 26.

Chaque instance apparaîtra […] comme une procédure systématique de recherche visant à représenter l’agencement social sous un angle donné. Je dirai que l’instance économique a pour objet de concevoir la société comme formation économique, que l’instance politique a pour objet de concevoir la société comme formation politique, et que l’instance idéologique a pour objet de concevoir la société comme formation idéologique. Chacune de ses investigations s’applique à une société tout entière. Comme cette société présente (ou non) des niveaux réels suffisamment différenciés et comme la différenciation la plus nette de ces niveaux ne rompt cependant jamais l’unité de la société, il en résulte que chacune des représentations de la totalité sociale que l’on peut attendre des diverses instances sera une représentation totale, mais atrophiée. »24

  • 25 Ibid., p. 26-27.

22Ce faisant, Fossaert arrive à la conclusion que le mode de production est un concept qui s’applique à la seule formation économique : « Chaque mode de production est une forme spécifique des rapports de production et d’échange, c’est-à-dire des relations sociales régissant la production et la reproduction des conditions matérielles requises pour la vie des hommes-en-société »25. Autrement dit, seul le « sens étroit » du mode de production est opérationnel.

23Dans son étude Sur les concepts fondamentaux du matérialisme historique, Balibar dresse un tableau des éléments que possède tout mode de production : des travailleurs, des moyens de production (objet et moyen de travail), des non-travailleurs (qui s’approprient le surtravail), des relations de propriété, des relations d’appropriation réelle. Dit simplement, le mode de production est une relation duelle de propriété (des moyens de production) et de production (la mise en œuvre de la force de travail). À partir de cette définition d’un mode de production, Fossaert est en mesure de préciser que la structure économique d’une société est une formation économique composée de plusieurs modes de production articulés de manière complexe, et dont l’un est dominant. Il n’existe pas de mode de production (quasiment) pur, ce qui complexifie singulièrement les questions de transition et de périodisation, même sans tenir compte des liens entre formations économiques, politiques et idéologiques. Fossaert s’en sert pour dresser une typologie de modes de production — aux contours discutables — dépassant de loin la vulgate marxiste d’une succession unilinéaire de plusieurs stades (primitif, ancien, esclavagiste, féodal, capitaliste). Mais le problème de la transition entre modes de production reste entier. Dans cette définition « restreinte », on ne passe pas si facilement (et si « naturellement ») d’un mode de production à un autre. À l’opposé, dans la définition « élargie », qui inclut les superstructures, les critères de transition et de périodisation se multiplient potentiellement à l’infini. Il se pourrait même que la question soit finalement anachronique, n’existant que dans le capitalisme et lui seul, qui se caractérise justement par la séparation particulière des instances politiques et économiques.

Capitalisme régressif… ?

24Alors comment caractériser l’économie actuelle, financiarisée, mondialisée et s’articulant autour des géants du numérique ? En parlant de « néo-féodalisme », Jodi Dean, qui est l’une des principales figures travaillant sur cette catégorie, ne cherche pas à dire que le capitalisme en réseaux de notre époque reproduise à l’identique tous les aspects de l’ancien féodalisme européen qui, de toute façon, variait énormément d’une région à une autre. Elle entend plutôt défendre l’hypothèse « néo-féodale » en pointant quatre aspects imbriqués : la souveraineté parcellisée (ou la réaffirmation des mécanismes purement politiques de gestion sociale) ; l’hinterlandisation (nette division entre villes prospères et un arrière-pays laissé à l’abandon) ; le catastrophisme (montée des idéologies obscurantistes) et l’émergence de nouveaux seigneurs et paysans. On remarque que les trois premiers éléments relèvent plutôt des instances politiques et idéologiques — difficile, ainsi, de justifier le passage ou le retour à un mode de production féodal. Quant aux nouveaux seigneurs et paysans, il s’agit plutôt d’une métaphore et non de l’émergence de véritables classes sociales nouvelles : les « paysans » en question sont des consommateurs des technologies numériques ; les « seigneurs » sont les capitalistes rentiers.

25Cédric Durand, de son côté, entend n’en pas rester à la simple métaphore, en s’interrogeant sur la pertinence de la notion de féodalisme pour rendre compte des tendances économiques de l’époque numérique. Il propose d’abord de définir les trois traits distinctifs du mode de production féodal par rapport au capitalisme et à l’esclavagisme :

  • 26 Cédric Durand, Technoféodalisme. Critique de l’économie numérique, Paris, La Découverte, 2020, p. 2 (...)

« Le mode de production féodal possède trois traits distinctifs : la propriété d’une partie des outils de production par les producteurs directs, leur autonomie dans l’organisation de procès de travail pour l’essentiel individuels et fragmentés et, enfin, le caractère disjoint du prélèvement seigneurial par rapport au procès de travail lui-même. S’il n’a aucun élément en partage avec le mode de production capitaliste, il se définit, comme l’esclavagisme, par la non-liberté du travail et l’absence de dynamique d’accroissement systématique de la productivité. »26

  • 27 Ibid., p. 218.
  • 28 Ibid., p. 226.

26Et, sur cette base, Durand invite à repérer plusieurs tendances, au sein de la société marchande numérique actuelle, relevant d’une résurgence paradoxale de logiques féodales. Il constate notamment la tendance à la dépendance. L’importance des effets de réseau générés par la plateformisation de l’économie, avec ses algorithmes et sa gestion du Big Data, tend à rendre chacun toujours « plus fortement rivé à l’univers contrôlé par l’entreprise » : « Le socle des rapports de production numérique est désormais formé par la dépendance des individus et des organisations vis-à-vis de structures exerçant un contrôle monopolistique sur les données et les algorithmes »27. La difficulté de s’en émanciper, sauf à supporter d’importants investissements nécessaires à l’apprentissage de systèmes alternatifs voire, lorsqu’il n’existe pas d’alternative, à risquer une forme de marginalisation sociale, est comparée par Durand à la situation des paysans médiévaux attachés à leurs fiefs. Une autre tendance importante qui caractérise l’économie contemporaine réside dans ce que l’auteur appelle la « possibilité d’une régulation prédatrice », pour désigner le caractère de moins en moins compétitif des processus de génération du profit, autour des plateformes par exemple. Des mécanismes de rente divers et toujours plus complexes, finissent par rendre l’extraction du surplus déconnectée de l’investissement productif, depuis des positions de domination. Et petit à petit, « les investissements dans la protection et l’expansion du contrôle sur la rente numérique prennent le pas sur l’investissement productif »28.

  • 29 Qui est pourtant peut-être un peu trop rapidement assimilé aux tenants de l’hypothèse néo-féodale p (...)
  • 30 Carlo Vercellone, « La nouvelle articulation salaire, profit, rente dans le capitalisme cognitif », (...)

27Stimulants, les développements de Cédric Durand font émerger d’autres interrogations qui concernent la difficulté, comme nous l’avons vu, de définir précisément les caractéristiques du mode de production féodal et sa distinction du capitalisme en en restant aux simples apports de Marx. D’abord, il faut approfondir cette catégorie de la rente qui est au cœur du problème. S’il est évident que l’économie contemporaine est caractérisée par un important retour, sous des formes diverses, de la rente dans les processus de captation de la valeur, la question demeure de savoir s’il faut pour autant considérer celle-ci comme une survivance précapitaliste. Dans ses travaux sur les transformations de l’économie vers ce qu’il appelle le « capitalisme cognitif », Carlo Vercellone29 a clairement défendu que non. En rappelant le caractère central du mouvement anglais des enclosures dans l’histoire de la constitution des rapports capitalistes, d’un côté, et en analysant, de l’autre, les tendances au « devenir-rente du profit », avec l’extension, depuis la fin du XXe siècle, des mécanismes permettant de prélever de la valeur depuis une position d’extériorité par rapport à la production (e.g. propriété actionnariale, droits de propriété intellectuelle, etc.), Vercellone invite à considérer la rente comme « non seulement le point de départ, mais aussi le devenir du capitalisme contemporain »30.

28Plus généralement, force est de reconnaître que les tenants de l’hypothèse néo- ou techno-féodale ne sont pas seuls à parler de l’importance des aspects « archaïques » dans les économies actuelles. L’un des fondateurs de « la théorie de la régulation », Robert Boyer, a déclaré dans une interview récente :

  • 31 Le Monde, 12 juin 2023.

« Les capitalismes actuels sont traversés d’un nombre important de formes d’organisation, réputées régressives, qui sont réactivées dans la modernité. Je pense notamment à l’importance du travail forcé ou à d’autres formes de subordination directe des travailleurs, qu’il s’agisse des Ouïgours en Chine, des immigrés en Arabie Saoudite ou des paysans tenus par le crédit en Asie. L’accaparement et la prédation sont d’autres formes “archaïques” tout à fait importantes dans les économies actuelles : la conquête brutale, les achats massifs de terre, ou encore l’absolutisme du droit de propriété du sol et du sous-sol, qui semblaient avoir disparu avec le capitalisme industriel, forment le cœur d’un nouveau régime d’appropriation qu’on peut observer dans des pays comme le Venezuela, l’Arabie saoudite, la Russie ou la Chine, mais aussi chez nous. »31

29Boyer voit dans le capitalisme à l’heure des plateformes, non pas les bases d’un « techno-féodalisme », mais plutôt une analogie avec des « phénomènes analysés dès la fin du XIXe siècle » : il s’agirait non pas d’une régression au féodalisme mais au capitalisme du temps de Marx.

  • 32 Rappelons, à cet égard, que Jodi Dean part de l’expérience de pensée [thought experiment] de la soc (...)

30C’est probablement cette idée de « régression », au cœur des débats autour de l’hypothèse néo-féodale, qu’il s’agit d’interroger et, derrière elle, l’idée d’un dépassement du capitalisme, en quelque sorte « par le bas ». Comme les nombreux auteurs qui ont proposé d’autres caractérisations plus ou moins métaphoriques et plus ou moins investies théoriquement, les tenants du néo- ou techno-féodalisme comme Jodi Dean ou Cédric Durand, mettent le doigt sur un élément essentiel : la dégradation indéniable des conditions de vie et de travail en régime capitaliste32. Mais parler de « retour » du féodalisme laisse entendre, d’un côté, des frontières étanches entre les différentes organisations économiques et politiques et, de l’autre, une foi (déçue) en le caractère forcément progressiste du capitalisme lié, notamment, au développement des forces productives.

31Or, dans un texte sur le néo-féodalisme écrit avant que cette catégorie fasse l’objet des débats actuels, Thierry Labica propose une analyse éclairante en reprenant la notion de mode de production « hybridisé » :

  • 33 Thierry Labica, « Le “néoféodalisme” ou le néolibéralisme comme dystopie », in François Cusset, Thi (...)

« La modernité capitaliste se constitue dans et par une combinaison de temporalités et d’espaces hétérogènes. Elle n’a pas cessé d’être hantée par son autre féodal. Le pathos de la rupture avec des âges historiques antérieurs n’alors peut-être jamais été que l’éclat orchestral de la contradiction réelle et intime inhérente à l’indispensable reconduction d’une certaine modalité de la domination sociale, de ses justifications et légitimations. En bien des façons, cette modernité-là usurpe son rapport prétendument privilégié à un Nouveau auquel on fait héberger toutes sortes de vieilleries dès lors qu’elles sont propres à assister l’impératif despotique inséparable du capital. Il n’y a pas de modernité européenne à laquelle “s’hybrideraient” des modernités “alternatives” laissant intacte l’idée d’un référent-maître euro-occidental […] L’imputation de néo-féodalisme aujourd’hui ne se contente donc pas d’être un détour simpliste par un temps révolu ou un imaginaire historique du pauvre ; comme alliage d’abstraction et de colère, elle peut aussi l’occasion d’une saisie valable et chaleureuse de ce qui se combine et se trame pour produire un présent mutilé de la catégorie de l’avenir… »33

32Labica affirme que les « survivances féodales » relèvent justement des instances juridiques et idéologiques, non pas d’une formation sociale spécifique, mais d’un système-monde, et ne constituent aucunement un écart par rapport au fonctionnement moderne du capitalisme. Au contraire, ces formes, parfois littéralement féodales (par exemple, l’existence continue de monarchies absolues), y participent largement. Prenons deux exemples donnés par l’auteur : l’absence de droits, ou l’inégalité des droits pour la femme va main dans la main avec la surexploitation dans les ateliers de sueur dans les pays du Sud, fabriquant les marchandises à bas prix (vêtements, ordinateurs, etc.) dont raffole le consommateur occidental ; les paradis fiscaux, partie intégrante de la machinerie du capital financier, présentent la particularité de « combiner une finance offshore futuriste avec un cadre politique médiéval ». L’exemple iconique de ceux-ci est la City de Londres qui bénéficie d’un statut d’exceptionnalité discrétionnaire, mis au service d’une puissance financière transnationale.

  • 34 Karl Marx, Le Chapitre VI. Manuscrits de 1863-1867, Paris, Éditions sociales, 2014, p. 204.
  • 35 Ibid., p. 181.

33Un autre aspect de la réflexion marxienne sur l’histoire du capitalisme, plus connu, peut ici aider la réflexion. Il s’agit de la périodisation fondamentale que Marx propose notamment dans le Chapitre VI, pour analyser la dynamique du développement historique du capitalisme. Marx y distingue la « subsomption formelle » et la « subsomption réelle » pour décrire des formes différentes de subordination du procès de travail par le capital dans la perspective de captation de la survaleur. La « subsomption réelle » renvoie au modèle « spécifiquement capitaliste » des rapports de domination du capital sur le travail : c’est alors toute l’organisation du travail qui est subordonnée au principe capitaliste de production de valeur, tandis qu’il « s’opère une complète révolution qui se poursuit et se reproduit constamment dans le mode de production même, dans la productivité du travail et dans le rapport du capitaliste et du travailleur »34. Mais l’intérêt principal de l’analyse marxienne à ce niveau, c’est d’avoir constaté combien le capitalisme peut entrer en contact avec des modalités et procès de travail constitués avant lui. Dans ce cas, il subordonne ces procès de travail mais uniquement formellement, de l’extérieur. C’est la « subsomption formelle », qui se modèle donc « sur la base d’un procès de travail préexistant constitué avant de se trouver subsumé sous le capital, et ayant pris forme à partir de divers procès de production antérieurs et de conditions de production différentes »35. Les modalités de contrôle comme les moyens de captation du surplus s’établissent alors sur des dispositifs en grande partie externes à la sphère de la production.

34Une telle distinction est intéressante en ce qu’elle postule une évolution qualitative dans l’organisation de la production capitaliste. Plutôt que de l’interpréter comme la description de deux formes arrêtées d’intégration dans l’économie marchande, nous proposons d’y voir le mouvement, toujours processuel en ce qu’il s’insère en réalité dans des modalités de travail diversement développées, de rationalisation propre au capitalisme. Non seulement il s’agirait d’un processus sans fin, mais d’un processus qui connaît des vitesses de développement et des trajectoires très diverses entre les différents secteurs de la production ainsi qu’entre les différentes sociétés ; la subsomption réelle totale (où rien dans ce bas-monde n’échapperait à la marchandisation et s’y intègrerait a priori) doit alors être considérée comme un horizon anthropologiquement inatteignable. Ainsi comprise, la dynamique du capitalisme s’accommode très bien de degrés divers de développement des forces productives et des rapports de production, comme l’affirme Labica ci-avant. L’Histoire ne revient donc pas en arrière, le capitalisme ne se dépasse pas régressivement : au contraire son fonctionnement est caractérisé par une pluralité de modalités de captation de la valeur. Le fait que certaines de ces modalités soient plus ou moins typiques de degrés de développement économique et social qui peuvent apparaître archaïques eu égard aux niveaux atteints dans d’autres domaines du capitalisme ne signifie pas une reféodalisation, ni même un « retour » d’une quelconque manière à des « stades antérieurs ».

Une domination abstraite et impersonnelle

  • 36 Dont les notes prises à l’occasion d’un séminaire d’Adorno sur les catégories de la critique marxie (...)
  • 37 Voir notamment ses deux ouvrages clés, récemment réédités : Critique du travail. Le faire et l’agir (...)
  • 38 Il faut ajouter que cette proposition est très proche de celle partagée par le courant allemand de (...)
  • 39 Pour cela, Postone s’appuie notamment sur des historiens marxistes hétérodoxes français comme Alain (...)

35C’est bien là, à notre avis, le cœur de ce qu’on peut retenir des différents débats contemporains, autour de l’hypothèse néo-féodale, comme des réinterrogations de la conception marxiste de l’histoire du mode de production capitaliste et de la périodisation ou de la transition. La période actuelle, caractérisée par une crise qui se prolonge, montre peut-être simplement le capitalisme au plus proche de ce qu’il est per se, c’est-à-dire plus monstrueux et plus dominateur, finalement moins progressiste que ce qu’une certaine foi en la technique et le progrès aurait pu longtemps laisser croire (y compris à gauche, et y compris jusque dans certains textes de Marx lui-même). Une autre proposition théorique, encore marginale dans les discussions du marxisme francophone, permet d’explorer plus avant cette direction, celle défendue par Moishe Postone notamment dans un ouvrage important, quoiqu’assez peu discuté malgré sa traduction en français en 2009 : Temps, travail et domination sociale. S’inscrivant dans la tradition générale de la Neue-Marx Lektüre, initiée à Francfort à la fin des années 1960 par des étudiants d’Adorno comme Hans-Georg Backhaus36 ou Helmut Reichelt, ainsi que dans la suite de travaux comme ceux de Jean-Marie Vincent37, cette proposition consiste en une réinterprétation d’ordre épistémologique de Marx, à partir d’un réexamen systématique des catégories fondamentales de sa critique de l’économie politique38. Se focalisant notamment sur le travail, sur la marchandise ou sur la valeur, l’auteur entend montrer combien Marx analyse ces catégories en tant que formes spécifiques et fondamentales du capitalisme39, à l’inverse d’autres catégories comme le marché, ou la propriété privée. Ainsi, pour Postone, ce qui caractérise le capitalisme dans la théorie de Marx n’est pas principalement l’exploitation — bien qu’il ne faille évidemment pas nier l’existence de cette dernière, qui se retrouve d’ailleurs dans les formes sociales antérieures — mais plutôt que c’est la seule société dont les rapports sociaux fondamentaux sont constitués par une forme d’interdépendance sociale médiatisée par le travail.

36Dans le capitalisme, le travail en vient à remplacer progressivement les formes de relation sociale qui avaient cours dans d’autres sociétés (liens traditionnels, coutumes…) pour devenir le lien social prédominant. C’est une forme de lien purement formel et abstrait, beaucoup moins direct et moins personnalisé que dans les précédents modes de production. Le travail et ses produits, indépendamment de leur contenu, servent simplement à chaque producteur pour acquérir le fruit du travail d’autres producteurs, dans une société où les individus ne consomment plus directement ce qu’ils produisent. Il revêt donc un caractère double : à la fois activité productrice (travail « concret ») mais aussi activité de médiation sociale. Ainsi, les marchandises, dans lesquels il s’incarne, conservent cette dualité : plus qu’un simple objet, chaque marchandise est aussi, en quelque sorte, la médiation sociale « objectifiée » qui s’exprime par la valeur. Cette dernière est la forme de richesse spécifique et historiquement déterminée que le capitalisme cherche à (re)produire. Et elle est complètement abstraite du caractère concret et qualitatif du travail et des produits qui la constituent : seule une différence quantitative distingue la valeur de deux marchandises, une différence de temps de travail nécessaire à les produire. Dès lors, dans le capitalisme, la production prend une dimension quantitative : indépendamment de ce que l’on produit, il faut créer toujours plus de valeur. N’ayant plus pour but la création de biens matériels spécifiques, elle est devenue une activité auto-référencielle qui, suivant une tendance sans fin ni limite, pèse comme une nécessité externe sur tous les individus en tant que producteurs. D’où le caractère abstrait de la domination qui, sous le capitalisme,

  • 40 Moishe Postone, Marx, par-delà le marxisme. Repenser une théorie critique du capitalisme pour le XX (...)

« … soumet les gens à des impératifs et à des contraintes rationalisées de plus en plus impersonnels qui ne peuvent pas être adéquatement saisis en termes de domination de classe — ou, plus généralement, en termes de domination concrète de groupes sociaux ou d’institutions relevant de l’État et/ou de l’économie. Comme la notion de pouvoir chez Foucault […] cette forme de domination n’a pas de lieux déterminés et, bien que constituée par des formes déterminées de pratique sociale, se révèle comme n’étant pas du tout sociale. »40

  • 41 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille et une nuits, 2009, p. 270.
  • 42 Schématiquement, le mode de régulation fordiste dans les pays avancés peut se caractériser ainsi : (...)

37Comme nous l’avons vu, cette domination s’intensifie au cours du déploiement du capitalisme car, pour suivre son but sans fin ni limite, la production tend à façonner progressivement les moyens matériels de sa réalisation : c’est le mouvement permanent vers la subsomption réelle du travail sous le capital, par lequel « la valeur commence à se matérialiser dans le procès de travail même »41 et qui transforme l’individu lui-même en simple matière première, moyen d’une machinerie abstraite. Mais ce processus productiviste n’a, pour ainsi dire, pas de conscience politique. Le fait que son développement ait dû passer par des formes de mise au pas par le politique n’implique en aucun cas qu’il soit assimilable à ces formes qui, en réalité, s’appuient en général sur des résidus extérieurs à la société capitaliste et qui, s’ils peuvent représenter un compromis nécessaire à l’extension du principe autoréférentiel de production de valeur, sont généralement plus ou moins condamnés à long terme lorsqu’ils limitent trop sa croissance. Aussi, si des « stades » internes ont pu être assez stabilisés au sein du capitalisme pour avoir été théorisés — et, en réalité, il semble qu’un seul de ces stades ait connu telle stabilisation : ce qu’on a appelé le « compromis fordiste » — il faut bien plutôt considérer qu’il s’agit de stades de régulation politique du capitalisme plutôt que de degrés de développement du capitalisme lui-même42.

38Pour les tenants de l’hypothèse néo-féodale, la crise actuelle, et l’annihilation subséquente de cette régulation politique sont vues comme un retour de fonctionnements antérieurs au capitalisme. Robert Boyer, y voit de son côté des « analogies » avec le capitalisme du XIXe siècle. Dans les deux cas, il nous semble qu’on tend à se méprendre sur le fait que le capitalisme porterait nécessairement avec lui, ou finirait par déterminer, des formes de progrès social, en considérant notamment l’importance de la lutte des classes dans l’avènement de ce progrès.

39Avec Postone, on peut poser que la crise actuelle est autrement plus substantielle. À partir du principe de subsomption réelle du travail sous le capital, l’auteur pointe la contradiction fondamentale qui loge dans la dynamique historique du capitalisme et qui, grossièrement, pourrait être exprimée en une contradiction entre valeur et richesse matérielle. Nous avons déjà noté que la valeur d’une marchandise est déterminée par le temps de travail nécessaire « en moyenne » (selon le niveau de développement atteint) employé pour sa production. Chaque producteur qui, par le développement des forces productives arrive à abaisser ce temps de travail pourra bénéficier d’un surplus de valeur créée par unité de temps. Mais, rapidement, cette augmentation de la productivité devient générale, et alors le montant de la valeur créée par unité de temps revient à son niveau initial, tandis qu’au niveau de la richesse concrète, beaucoup plus de biens sont produits. La dynamique du capitalisme pousse à toujours essayer de dégager ces gains momentanés de productivité : la subsomption réelle du travail sous le capital décrit le processus d’organisation capitaliste toujours plus stricte du travail pour y parvenir. Ce qui aboutit à une contradiction fondamentale :

  • 43 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, op. cit., p. 330.

« D’un côté, en provoquant une immense augmentation de la productivité, les formes sociales que sont la valeur et le capital rendent possible une nouvelle formation sociale où le travail humain immédiat ne serait plus la source sociale première de la richesse. De l’autre, ces formes sociales sont telles que le travail humain immédiat reste nécessaire au mode de production et qu’il devient de plus en plus fragmenté et atomisé. »43

40Il semble que nous soyons exactement en train de vivre les conséquences concrètes de cette contradiction fondamentale du capitalisme, ce qui explique par ailleurs la pauvreté et la précarité dans un monde qui produit pourtant toujours plus de biens. Cette dynamique folle éclaire aussi la raréfaction des ressources naturelles et toutes les conséquences écologiques bien actuelles de la production. Le capitalisme a atteint un état de développement des forces productives telles que le monde entier ne suffit plus à la poursuite de son cycle de valorisation.

Conclusion

41Les débats autour de l’hypothèse néo- ou techno-féodale, tout comme les diverses conceptions contemporaines d’un « post- » capitalisme ont pour mérite certain de mettre en lumière un certain nombre de tâches aveugles des différentes compréhensions du capitalisme et de son histoire. La seule certitude initiale qui traverse les différents travaux passés en revue concerne en effet la crise du « fordisme », période identifiable, en rupture avec des entités socio-économiques précédentes.

42Mais faut-il identifier cette période au capitalisme dans son ensemble ou au contraire considérer qu’il s’agit d’un moment spécifique dont le mode de régulation limitait la réalisation du capitalisme au plus proche de son fonctionnement « pur » ? On peut distinguer, en suivant Richard Westra, deux conceptions du capitalisme : « essentialiste » et « idéal-typique ». La première comprend le capitalisme comme une logique interne qui transcenderait ses diverses phases historiques. Il s’agit des « lois du mouvement » du capital, fondées sur une constante théorique au niveau de sa structure économique, et relativement indépendantes des aléas politiques — lutte des classes comprise. La seconde refuse toute explication d’une transition ou d’une périodisation liée à une constante théorique, privilégiant ce que Westra appelle « des systématisations de l’histoire empirique », ou des « faits stylisés » : les périodes historiques sont organisées selon des critères politiques, économiques et institutionnels divers dont les mouvements viennent établir des discontinuités dans le flux du temps historique.

  • 44 Bob Jessop nous rappelle que toute tentative de périodisation comporte une visée stratégique qui me (...)
  • 45 Citons par exemple la loi de la baisse tendancielle du taux du profit, esquissée dans le livre 3 du (...)

43En tant que « loi du mouvement » du capital, le mouvement de la subsomption formelle vers la subsomption réelle est au cœur de ce qu’identifie l’approche essentialiste, qui n’y reconnait pas tant la distinction entre des « stades » distincts qu’un processus général, qui, tantôt favorisé, tantôt étouffé par des facteurs extra-économiques, connaît des états différents d’avancement et de maturité selon les secteurs économiques et les régions. Finalement, toute tentative de périodisation doit affronter la question des constantes ou d’une « essence » du capitalisme : une logique interne qui se reproduit en dépit de ses transmutations44. Mais comme l’admet Westra — et c’est la principale faiblesse de l’approche « essentialiste » qu’il défend et dans laquelle nous nous reconnaissons également — il n’est pas de consensus quant à la nature précise de ces constantes45.

  • 46 Robert Kurz, et à sa suite le courant contemporain de la « critique de la valeur », proposent le co (...)
  • 47 David Harvey, Seventeen Contradictions and the End of Capitalism, Londres, Profile Books, 2014, p.  (...)

44En tout cas, ces constantes du capital, qu’elles s’expriment directement ou non, impliquent des limites internes à son fonctionnement, ce qui n’entraîne pas pour autant le déclenchement automatique d’une transition vers un autre mode de production — qu’il soit « socialiste » ou relevant d’un « post-capitalisme » qui resterait à définir. Autrement dit, et comme nous l’avons vu, il existe un point limite au sein du capitalisme46, où ce dernier cesse de fonctionner en tant que tel, horizon où il s’avère incapable de satisfaire à sa propre exigence abstraite de création de valeur. Et à cette limite interne s’ajoute celle, externe, de la relation métabolique du capitalisme à la nature. Un « capitalisme vert », si régulièrement mis en avant, impliquerait un système homéostatique, sans croissance, voire décroissant : l’expression représente ainsi une contradiction dans les termes (sauf à considérer qu’il s’agit simplement d’un capitalisme « peint en vert »). Car le capitalisme nécessite une croissance pérenne, non pas simple, mais composée ; pour rester dans le jeu, il faut réinvestir le capital de façon exponentielle47. C’est bien pour cela que la crise actuelle ne semble plus trouver aucune perspective. Rien n’assure en réalité que le capitalisme sorte toujours revigoré de ses crises, prêt pour une nouvelle période d’accumulation. Et si quelques mouvements de reprise ponctuelle (avant nouvelles rechutes) depuis la fin des années 1970 ont pu faire croire localement que l’innovation permettait et permettrait toujours de relancer d’importants cycles de croissance, il est de plus en plus évident qu’il n’en est rien. Nous assistons plutôt à un mouvement long, profond et structurel de désintégration du capitalisme, qui présente tous les risques de ne s’arrêter qu’avec la fin de l’humanité.

  • 48 Richard Westra, op. cit., p. 258. Voir aussi l’interview avec lui dans ce numéro.

« Notre examen des pathologies qui affectent les économies avancées à partir des années 1980 montre que les mécanismes du marché, même avec l’appui des superstructures, ne sont plus en mesure d’assurer leur reproductibilité. Ce n’est pas un argument académique affirmant que la période appelée tantôt néolibéralisme, mondialisation ou financiarisation ne peut être conceptualisée comme un stade de capitalisme. Il s’agit plutôt de souligner ce que confirme une exploration attentive de la littérature sur la périodisation du capitalisme : en tant que mode d’organisation de la vie humaine, le capitalisme est sorti en titubant de la liste des espèces en danger pour gagner celle des espèces en voie d’extinction. L’avenir de l’humanité et de la civilisation est en jeu, et dépendra des décisions que nous prendrons. »48

  • 49 Déjà en 1999, Bob Jessop, proche de l’école de la régulation, conclut : « il est plus probable que (...)

45Actuellement, le capitalisme résiste à une nouvelle tentative de périodisation tout simplement parce qu’un nouveau stade ne peut advenir, qui nécessiterait un autre mode de régulation stable49. Nous vivons en réalité un « non-stade », celui de la lente désintégration du capitalisme en tant que mode de production à mesure que, maintenu tout de même coûte que coûte, il s’approche de ses limites internes et externes — ce qui le rend de moins en moins viable et vivable. C’est dans la difficulté de conceptualiser de façon adéquate cette désintégration (et les régressions sociales voire biologiques qu’elle implique) qu’émerge l’hypothèse néo- ou techno-féodale et son interrogation fondamentale : « le capitalisme ne se serait-il pas transformé en quelque chose de pire ? ». Mais le pire n’est peut-être pas tant dans le dépassement du capitalisme que dans son maintien à tout prix lors de cette phase de désintégration. Et, ce pire, tout porte à croire qu’il est encore à venir…

Haut de page

Bibliographie

Balibar, Étienne, Cinq Études du matérialisme historique, Paris, Maspero, 1974.

Bihr, Alain, Le premier âge du capitalisme, (3 tomes), Lausanne/Paris, Page2/Syllepse, 2018-2019.

Brenner, Robert, « Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe », Past & Present, vol. 70, n° 1, 1976, p. 30-75.

Durand, Cédric, Technoféodalisme. Critique de l’économie numérique, Paris, La Découverte, 2020.

Dobb, Maurice, Studies in the Development of Capitalism, Londres, G. Routledge, 1946.

Godelier, Maurice, « Les contextes illusoires de la transition au socialisme », in Karl Marx et Friedrich Engels, Sur les sociétés précapitalistes, Paris, Éditions sociales, 2022, p. 577-598.

Engels, Friedrich, Anti-Dühring, Paris, Éditions sociales, 1950.

Fossaert, Robert, La société, t. 2 : les structures économiques, Paris, Seuil, 1977.

Harvey, David, Seventeen Contradictions and the End of Capitalism, Londres, Profile Books, 2014.

Kurz, Robert, La montée aux cieux de l’argent, Albi, Crise et Critique, 2023.

Labica, Thierry, « Le “néoféodalisme” ou le néolibéralisme comme dystopie », in François Cusset, Thierry Labica, Véronique Rauline (dir.), Imaginaires du néolibéralisme, La Dispute, 2016, p. 117-135.

Lefebvre, José (dir.), L’hypothèse du néo-féodalisme. Le droit à une nouvelle croisée des chemins, Paris, Presses Universitaires de France, 2006.

Le Goff, Jacques, Le Moyen Âge et l’argent : essai d’anthropologie historique, Paris, Perrin, 2010.

Lipietz, Alain, L’audace ou l’enlisement. Sur les politiques économiques de la gauche, Paris, La Découverte, 1984.

Mandel, Ernest, Le Troisième âge du capitalisme (3 vol), Paris, Union Générale d'Éditions, 1976.

Marx, Karl, Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre I, Paris, Presses Universitaires de France, 1993.

Marx, Karl, Le Chapitre VI. Manuscrits de 1863-1867, Paris, Éditions sociales, 2014.

Meiksins Wood, Ellen, L’origine du capitalisme, Montréal, Lux, 2019.

Poe, Edgar Allan, Histoires extraordinaires (trad. : Ch. Baudelaire), Paris, Michel Lévy frères, 1856.

Postone, Moishe, Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille et une nuits, 2009.

Postone, Moishe, Marx, par-delà le marxisme. Repenser une théorie critique du capitalisme pour le XXIe siècle, Albi, Crise et Critique, 2023.

Smith, Adam, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Livre I, Paris, Guillaumin, 1843.

Sweezy, Paul M., « Une critique », in Maurice Dobb et Paul M. Sweezy, Du féodalisme au capitalisme : problèmes de la transition, Paris, Maspéro, 1977.

Varoufákis, Yánis, « Techno-Feudalism is Taking Over », Project-Syndicate.org, 2021.

Vercellone, Carlo, « La nouvelle articulation salaire, profit, rente dans le capitalisme cognitif », European Journal of Economic and Social Systems, vol. 20, n° 1, 2007, p. 45-64.

Wark, McKenzie, Capital is Dead: Is this something worse?, Londres, Verso, 2019.

Westra, Richard, Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2019.

Haut de page

Notes

1 Edgar Allan Poe, Histoires extraordinaires (traduction de Charles Baudelaire), édition originale chez Michel Lévy frères, Paris, 1856.

2 Richard Westra, Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2019, p. 1. On pourrait, à l’envi, ajouter d’autres désignations : « capitalisme de surveillance » ; « capitalisme Big Brother » …

3 McKenzie Wark, Capital is Dead: Is this something worse?, Londres, Verso, 2019.

4 Voir José Lefebvre (dir.), L’hypothèse du néo-féodalisme. Le droit à une nouvelle croisée des chemins, Paris, PUF, 2006. Ainsi, on caractérise souvent, en France, la cinquième République comme une monarchie, avec un roi présidentiel et sa « cour ». Et le vocabulaire de la vie quotidienne est en réalité pénétré de continuités ou résurgences d’Ancien régime : chaque réforme donne l’occasion de mettre en question les « privilèges » de telle ou telle « caste » ou « corporation » — on a d’ailleurs pu parler de « néo-corporatisme » pour critiquer l’importance prise par les corps intermédiaires (syndicats, associations…) par lesquels les individus exercent et défendent désormais leurs droits individuels.

5 Yánis Varoufákis, « Techno-Feudalism is Taking Over », Project-Syndicate.org, 28 Juin 2021.

6 Voir dans le présent dossier l’article de Bo Harvey.

7 Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Livre I, Paris, Guillaumin, 1843, p. 21.

8 Ellen Meiksins Wood, L’origine du capitalisme, Montréal, Lux, 2019, p. 46.

9 Karl Marx, Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre I, Paris, PUF, 1993, p. 843-4.

10 C’est aussi un des éléments fondamentaux que reprendra l’historien Fernand Braudel dans ses travaux sur la civilisation et la dynamique du capitalisme.

11 Ibid. p. 300.

12 Friedrich Engels, Anti-Dühring, Paris, Éditions sociales, 1950 (1878), p. 46.

13 Maurice Godelier, « Les contextes illusoires de la transition au socialisme », article repris dans Karl Marx, Friedrich Engels, Sur les sociétés précapitalistes (textes et présentation de Maurice Godelier), Paris, Éditions sociales, 2022, p. 581.

14 Thèse avancée par exemple par l’historien non-marxiste belge Henri Pirenne, inspirateur notamment de l’École française dite « des Annales ».

15 Maurice Dobb, Studies in the Development of Capitalism, Londres, G. Routledge, 1946, p. 42.

16 Ibid., p. 46.

17 Paul M. Sweezy, « Une critique », in Maurice Dobb et Paul M. Sweezy, Du féodalisme au capitalisme : problèmes de la transition, Paris, Maspéro, 1977, p. 53.

18 Robert Brenner, « Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe », Past & Present, vol. 70, n° 1, 1976, p. 37.

19 On pourra, sur ce sujet, consulter l’article de synthèse de Yves-Davis Hugot, « Où et quand le capitalisme est-il né ? Conceptualisations et jeux d’échelle chez Robert Brenner, Immanuel Wallerstein et Andre Gunder Frank », Actuel Marx, n° 53, p. 76-91. On trouvera par ailleurs une traduction en français d’un texte de Brenner critiquant les tenants de la théorie du système-monde (notamment Wallerstein) dans la transition au capitalisme sur le site de la revue Période, cf. http://revueperiode.net/la-theorie-du-systeme-monde-et-la-transition-au-capitalisme-perspectives-historique-et-theorique/ Cf., enfin, l’importante somme en trois volumes publiée par Alain Bihr sous le titre Le premier âge du capitalisme, (3 tomes), Lausanne/Paris, Page2/Syllepse, 2018-2019.

20 À cela s’ajoute également un certain nombre d’enjeux plus immédiatement politiques dans le contexte des années 1960 et 1970, par exemple en France où certaines structures scientifiques comme éditoriales sont extrêmement proches (voire dépendent directement) du Parti communiste français. Voir à ce propos le texte de Lucie Rondeau du Noyer dans le présent dossier.

21 Étienne Balibar, Cinq Études du matérialisme historique, Paris, Maspero, 1974, p. 231.

22 Robert Fossaert, La société : tome 2, les structures économiques, Paris, Seuil, 1977, p. 18. En ligne : http://classiques.uqac.ca/contemporains/fossaert_robert/la_societe_tome_2/tome_2.html

23 Ibid., p. 18.

24 Ibid., p. 22, 26.

25 Ibid., p. 26-27.

26 Cédric Durand, Technoféodalisme. Critique de l’économie numérique, Paris, La Découverte, 2020, p. 205.

27 Ibid., p. 218.

28 Ibid., p. 226.

29 Qui est pourtant peut-être un peu trop rapidement assimilé aux tenants de l’hypothèse néo-féodale par Evgeny Morozov dans son texte que nous publions dans le présent dossier. En réalité, l’aspect fondamental de la théorie de Vercellone, que nous expliquons dans les lignes qui suivent, tend plutôt à l’opposer clairement à cette hypothèse.

30 Carlo Vercellone, « La nouvelle articulation salaire, profit, rente dans le capitalisme cognitif », European Journal of Economic and Social Systems, vol. 20, n° 1, 2007, p. 47.

31 Le Monde, 12 juin 2023.

32 Rappelons, à cet égard, que Jodi Dean part de l’expérience de pensée [thought experiment] de la sociologue MacKenzie Wark selon laquelle « le capitalisme est mort, et s’est transformé en quelque chose de pire », cf. note 3.

33 Thierry Labica, « Le “néoféodalisme” ou le néolibéralisme comme dystopie », in François Cusset, Thierry Labica, Véronique Rauline (dirs), Imaginaires du néolibéralisme, La Dispute, 2016, p. 134, 135. Présenté initialement à un colloque à l’université d’Irvine (Californie) en 2011.

34 Karl Marx, Le Chapitre VI. Manuscrits de 1863-1867, Paris, Éditions sociales, 2014, p. 204.

35 Ibid., p. 181.

36 Dont les notes prises à l’occasion d’un séminaire d’Adorno sur les catégories de la critique marxienne de l’économie politiques ont été traduites dans le numéro 24 de Variations.

37 Voir notamment ses deux ouvrages clés, récemment réédités : Critique du travail. Le faire et l’agir, Paris, Éditions critiques, 2019 et Fétichisme et société, Paris, Éditions critiques, 2020.

38 Il faut ajouter que cette proposition est très proche de celle partagée par le courant allemand de la « Critique de la valeur » (Wertkritik), rassemblé en Allemagne autour des figures de Robert Kurz et Roswintha Scholtz et des revues Krisis et Exit !, et en France, autour des éditions « Crise et Critique » et des figures de Clément Homs et Anselm Jappe.

39 Pour cela, Postone s’appuie notamment sur des historiens marxistes hétérodoxes français comme Alain Guerreau ou Jacques Le Goff (sur lequel il s’appuie d’ailleurs en partie). Cf. Jacques Le Goff, Le Moyen Âge et l’argent : essai d’anthropologie historique, Paris, Perrin, 2010.

40 Moishe Postone, Marx, par-delà le marxisme. Repenser une théorie critique du capitalisme pour le XXIe siècle, Albi, Crise et Critique, 2023, p. 288.

41 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille et une nuits, 2009, p. 270.

42 Schématiquement, le mode de régulation fordiste dans les pays avancés peut se caractériser ainsi : a) une contractualisation collective du salaire direct (obligation du partage des fruits de la croissance) ; b) un État-providence (sécurité sociale générale, et système de garantie pour les chômeurs) ; c) des modifications dans les rapports entre banques et firmes industrielles (réorientation de la production de branche en branche) ; d) une modification du rôle de l’État (planification, gestion du rapport salarial, gestion de la monnaie). Voir Alain Lipietz, L’audace ou l’enlisement. Sur les politiques économiques de la gauche, Paris, La Découverte, 1984, p. 20-25. Dans son ouvrage influent, Le Troisième Âge du capitalisme (1976), Ernest Mandel affirme que la période d’après-guerre voit l’émergence d’une nouvelle phase du capitalisme qu’il qualifie de « tardif » (et qui correspond grosso modo au fordisme). Mobilisant l’idée issue du marxisme « orthodoxe » d’une contradiction progressive entre les forces productives et les relations de production, il projette rétrospectivement des périodes distinctes du développement du capitalisme correspondant aux ondes longues « découvertes » par l’économiste soviétique Kondratiev, des cycles de croissance et de déclin d’environ cinquante ans.

43 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, op. cit., p. 330.

44 Bob Jessop nous rappelle que toute tentative de périodisation comporte une visée stratégique qui met l’accent sur tel ou tel élément de discontinuité, extra-économique dans la plupart des cas. Voir son article dans ce numéro.

45 Citons par exemple la loi de la baisse tendancielle du taux du profit, esquissée dans le livre 3 du Capital, et toujours débattue par les économistes marxistes.

46 Robert Kurz, et à sa suite le courant contemporain de la « critique de la valeur », proposent le concept de « borne interne » pour ce même argument. Voir Robert Kurz, La montée aux cieux de l’argent, Albi, Crise et Critique, 2023 ; voir aussi le dossier « Crises, champagne et bain de sang », in Jaggernaut. Crise et critique de la société capitaliste-patriarcale, n°2, Printemps 2020.

47 David Harvey, Seventeen Contradictions and the End of Capitalism, Londres, Profile Books, 2014, p. 222-45.

48 Richard Westra, op. cit., p. 258. Voir aussi l’interview avec lui dans ce numéro.

49 Déjà en 1999, Bob Jessop, proche de l’école de la régulation, conclut : « il est plus probable que nous soyons toujours dans une période de transition que dans une phase postfordiste » (voir son article dans ce numéro). Une vingtaine d’années après, force est de conclure qu’une phase postfordiste stabilisée, qui implique un nouveau mode de régulation internationale pour un régime d’accumulation financiarisée, est toujours en attente et n’arrivera jamais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Buxton et Christophe Magis, « Désintégration du capitalisme et régression sociale »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2280

Haut de page

Auteurs

David Buxton

Professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Paris Nanterre.

Articles du même auteur

Christophe Magis

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l'Université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis, et cherceheur au Centre d’Études sur les Médias, les Technologies et l’Internationalisation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search