Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26L’hypothèse “néo-féodale” face à ...Néo-féodalisme : la fin du capita...

L’hypothèse “néo-féodale” face à la périodisation du capitalisme

Néo-féodalisme : la fin du capitalisme ?

Jodi Dean
Traduction de David Buxton

Notes de la rédaction

Originellement publié dans The Los Angeles Review of Books, 12 mai 2020. Avec l’aimable autorisation de l’autrice.

Texte intégral

I

  • 1 Verso (Londres), 2019 (toutes les notes sont du traducteur, l’original, publié dans un supplément d (...)

1Dans Capital is Dead1, McKenzie Wark se demande si nous n’aurions pas quitté le régime capitaliste pour quelque chose de pire. La question est provocatrice, sacrilège, dérangeante, car elle oblige les anticapitalistes à affronter un attachement au capitalisme qu’ils ne veulent pas reconnaître. Le communisme était censé venir après le capitalisme, ce qui ne s’est pas produit. Sommes-nous donc toujours dans le capitalisme ? Refuser de poser la question serait un obstacle à l’analyse politique. Si l’on rejette un déterminisme historique strict, alors on devrait considérer la possibilité que le capitalisme puisse se transformer en quelque chose de qualitativement différent. La question de Wark nous invite à faire une expérience de pensée : quelles tendances actuelles indiquent que le capitalisme est en train de se transformer en quelque chose de pire ?

  • 2 Joel Kotkin, The Coming of Neo-Feudalism: A Warning to the Global Middle Class, Encounter Books (Ne (...)

2Pendant les dix dernières années, le « néo-féodalisme » a émergé comme terme désignant les tendances associées à l’inégalité extrême, à la précarité généralisée, au pouvoir monopolistique et aux changements au niveau de l’État. Dans le sillage de l’économiste libertarien Tyler Cowen, qui parle de la pérennité des inégalités extrêmes dans une économie mondiale automatisée, le géographe Joel Kotkin prédit le servage de masse aux États-Unis dans l’avenir2. Une sous-classe sans propriété survivrait en proposant ses services aux salariés aisés en tant qu’assistants personnels, coachs, nounous, cuisiniers, hommes et femmes de ménage, etc. La seule façon d’éviter ce cauchemar féodal serait de subventionner et de déréguler les industries qui ont le plus besoin de main-d’œuvre qui rendent possible le style de vie américain organisé autour du pavillon périurbain et de la « route ouverte » : construction, immobilier ; pétrole, gaz et automobiles ; agro-alimentaire. À la différence de Friedrich Hayek, dont l’attaque contre le socialisme est hantée par le spectre du servage, Kotkin situe l’adversaire au sein même du capitalisme. La haute technologie, la finance, et la mondialisation sont en train de créer « un nouvel ordre social qui, à certains égards, est plus proche d’une structure féodale – avec ses barrières souvent infranchissables à la mobilité – qu’à l’émergence chaotique du capitalisme industriel ». Dans cet imaginaire libertarien, le féodalisme occupe la place du communisme d’autrefois. La menace de la centralisation et la menace à la propriété privée en sont les éléments idéologiques qui perdurent.

  • 3 Random House (New York), 2010.
  • 4 Evgeny Morozov est revenu depuis sur son adhérence initiale à l’idée d’un « féodalisme numérique », (...)

3Certains intellectuels médiatisés partagent cette critique du rôle de la technologie dans la féodalisation actuelle, sans forcément embrasser les carburants fossiles et la vie pavillonnaire. Déjà en 2010, dans son livre influent You Are Not a Gadget3, l’informaticien gourou Jaron Lanier parle de l’émergence des paysans et des seigneurs d’Internet. Ce thème a gagné en importance, alors qu’une poignée d’entreprises technologiques sont devenues de plus en plus riches, transformant leurs propriétaires en multimilliardaires sur la base d’une main-d’œuvre peu chère, d’un travail non rémunéré des utilisateurs, et des avantages fiscaux octroyés par des villes cherchant désespérément à attirer des emplois. Ensemble, Apple, Facebook, Microsoft, Amazon et Alphabet (nom de la holding de Google) valent plus que tous les pays du monde hormis les États-Unis, la Chine, l’Allemagne et le Japon. L’échelle et l’impact économiques de ces géants de la tech, ces suzerains, sont plus grands que ceux de la plupart des États soi-disant souverains. Evgeny Morozov décrit leur dominance comme « une forme hypermoderne de féodalisme »4.

  • 5 The Formula: The Universal Laws of Success, Little, Brown & Company (Boston), 2018.

4L’analyse de la structure des réseaux complexes (c’est-à-dire des réseaux caractérisés par le libre arbitre, par la croissance et par l’adhésion préférentielle) du physicien Albert-László Barabási nous permet d’expliquer les processus sous-tendant ce type de néo-féodalisme5. Il s’agit de réseaux où l’on tisse des liens et où l’on opère des choix volontaires. Le nombre de liens par site s’accroit avec le temps, et les gens aiment ce qu’aiment d’autres comme eux (le système de recommandations de Netflix, par exemple, dépend de cette présupposition). La distribution des liens dans des réseaux complexes suit la loi de puissance, où le lien le plus populaire a généralement deux fois plus de visites que le deuxième, qui en a deux fois plus que le troisième, et ainsi de suite jusqu’aux différences insignifiantes entre tout ce qui appartient à la longue traîne de la courbe de distribution. « The winner takes all » (ou plus précisément « the winner takes the most ») est la forme que prend la loi de puissance dans la distribution. Celle-ci n’est pas une courbe en cloche, mais une longue traîne : quelques milliardaires et des milliards de travailleurs précaires. La structure des réseaux invite à l’inclusion : plus grand sera le réseau, plus grande sera la récompense pour ceux au sommet. Elle induit aussi de la concurrence – pour de l’attention, pour des ressources, pour de l’argent, pour des emplois, pour tout ce qui s’organise en forme réseau. Le résultat en est une hiérarchie, et une distribution suivant la loi de puissance, où ceux en haut possèdent beaucoup plus que ceux en bas.

5Une telle distribution n’est pas inéluctable. Elle peut être stoppée. Mais cela demanderait de la volonté politique et du pouvoir institutionnel. Les politiques néolibérales se sont au contraire efforcées de créer les conditions pour faciliter le libre arbitre, la croissance et l’adhésion préférentielle, et non pour les entraver.

  • 6 Traduit en français par Cyril Le Roy, Seuil, 2022.

6Le livre de l’historien canadien Quinn Slobodian, Les Globalistes : une histoire intellectuelle du néoliberalisme6, documente la stratégie néolibérale consistant à miner l’autorité de l’État-nation sur sa propre économie dans l’intérêt du commerce mondial. Sous la menace des demandes concertées faites par des pays du Sud pour des réparations, pour la souveraineté sur leurs ressources naturelles, pour la stabilisation des prix des produits de base, et pour la régulation des entreprises transnationales, les économistes néolibéraux des années 1970 ont cherché à « saper l’autorité des gouvernements nationaux », préconisant une approche multilatérale à la régulation, un fédéralisme compétitif qui laisserait le capital discipliner les gouvernements en restant lui-même à l’abri du contrôle démocratique. Pour reprendre Hans Willgerodt, l’un des économistes néolibéraux étudiés par Slobodian, le nouveau fédéralisme compétitif exige « que l’État partage sa souveraineté de manière décroissante au sein des structures fédérales, et de manière croissante au sein d’une communauté constituée internationale ».

  • 7 Columbia University Press (New York), 2020.

7Plutôt que de se focaliser sur les origines du néolibéralisme, Capitalism on Edge d’Albena Azmanova démontre les façons dont celui-ci a mené en réalité à un nouveau capitalisme précaire7. Les politiques en faveur de la dérégulation et du libre-échange mondial ont eu des conséquences inattendues. D’un système d’économies nationales intégrées à travers des accords commerciaux, le marché mondial se transforme en réseaux de production transnationale. En raison de la contribution incertaine et obscure de ces réseaux aux économies nationales, maintenir la compétitivité des dernières est devenu un souci politique prioritaire. La compétitivité a remplacé la régulation du marché et la croissance comme finalité de l’État, menant celui-ci à donner la priorité non aux règles du jeu équitables et au démantèlement des monopoles, mais à des acteurs économiques particuliers, ceux qui sont mieux placés pour réussir dans la compétition mondiale. Il est vrai que le secteur privé a toujours bénéficié des financements publics, mais Azmanova souligne toutefois la nouveauté d’une forme de capitalisme où « l’autorité publique trie sur le volet les entreprises à qui elle veut octroyer ce privilège ». Les États n’interviennent plus pour casser les monopoles, mais pour les créer.

8La concentration monopolistique, l’inégalité intensifiée, et la soumission de l’État au marché ont transformé l’accumulation à tel point qu’elle s’effectue autant par la rente, la dette et la force que par la production marchande. Azmanova affirme que la privatisation des secteurs de l’économie relativement à l’abri de la compétition – énergie, chemins de fer, diffusion hertzienne – a donné aux propriétaires le statut privilégié de rentiers. Dans les industries de la connaissance et de la technologie, les rentes provenant des droits de propriété intellectuelle dépassent les revenus provenant de la production des biens. Aux États-Unis, les services financiers contribuent davantage au PIB que ne le font les produits manufacturés. Le capital n’est pas réinvesti dans la production ; il est consommé ou redistribué sous forme de rentes. Les processus de valorisation se sont répandus bien au-delà de l’usine, dans des circuits complexes, spéculatifs et instables de plus en plus dépendants de la surveillance, de la coercition et de la violence. Le capitalisme se transforme en néo-féodalisme.

II

  • 8 « Hinterland » ici réfère au sens étendu donné à ce terme géographique (arrière-pays d’un port) par (...)

9L’hypothèse néo-féodale n’implique pas que le capitalisme en réseaux d’aujourd’hui reproduise à l’identique tous les aspects de l’ancien féodalisme européen. De toute évidence, tel n’est pas le cas. En effet, comme la recherche historiographique l’a bien démontré, l’idée même d’un féodalisme européen unique est une fiction. Des féodalismes divers se sont développés à travers le continent en réponse à des situations différentes. Voir le capitalisme contemporain au prisme de ses tendances néo-féodales met en lumière une nouvelle structure socioéconomique avec quatre traits imbriqués : la souveraineté parcellisée, l’émergence de nouveaux seigneurs et paysans, l’hinterlandisation8, et le catastrophisme.

La souveraineté parcellisée

  • 9 L’Origine du capitalisme (traduit par François Tétreau), Lux (Montréal), 2023.

10D’après les historiens Perry Anderson et Ellen Meiksins Wood, la parcellisation de la souveraineté fut un trait essentiel du féodalisme européen. La société féodale émerge à mesure que l’administration impériale des Romains cède la place à une mosaïque de juridictions où les fonctions de l’État sont verticalement et horizontalement fragmentées. Des arrangements locaux prenant une variété de formes, y compris des rapports contractuels entre rois et seigneurs, et entre seigneurs et vassaux, supplémentent l’administration régionale. L’arbitrage remplace la règle de droit. La ligne entre légalité et illégalité est floue. L’autorité politique et le pouvoir économique fusionnent à mesure que les seigneurs féodaux extraient des paysans un surplus par la coercition légale, car ce sont les seigneurs qui décident quelle loi s’appliquera dans leur juridiction. Pour Meiksins Wood, cela a eu pour effet de combiner l’exploitation privée du travail avec le rôle public de l’administration, de la juridiction et de la mise en application9

  • 10 Basic Books (New York), 2018.

11Dans le néo-féodalisme, le caractère directement politique de la société se réaffirme. Les institutions financières mondiales et les plateformes numériques se servent de la dette pour redistribuer la richesse, des pauvres aux riches. Les États-nations promeuvent et protègent des entreprises privées particulières. Le pouvoir politique s’exerce en lien avec le pouvoir économique, parfois même en tant que tel : non seulement des taxes, mais aussi des amendes, des droits de gage, des saisies, des licences, des brevets, des juridictions et des frontières. En même temps, le pouvoir économique place ses détenteurs hors de portée de la loi. Dix pour cent de la richesse mondiale est amassée dans des paradis fiscaux. Des villes et des États négocient et coopèrent avec Apple, Amazon, Microsoft, Facebook et Google-Alphabet selon des termes dictés par ces derniers, comme s’ils étaient des États souverains. Des municipalités à court de liquidités recourent à des systèmes élaborés d’amendes pour extorquer de l’argent, frappant les pauvres le plus durement. Dans Punishment Without Crime, Alexandra Natapoff documente la portée dramatique des petits délits aux États-Unis, alors que le système carcéral est hypertrophié10. Les pauvres, de manière disproportionnée des « gens de couleur », sont arrêtées sur de faux chefs d’accusation, et incités à plaider coupable afin d’éviter la peine de prison qui leur sera imposée en cas de contestation. Non seulement la condamnation est inscrite dans leur casier judiciaire, mais ils s’exposent aussi à d’autres charges et amendes s’ils manquent un paiement. Ce système d’illégalité légale et d’administration judiciaire injuste a été particulièrement visible dans le sillage des émeutes à Fergusson dans le Missouri, après la mort de Michael Brown, un jeune Afro-américain abattu par un policier : « Le tribunal municipal de la ville et son appareil policier ont ouvertement extrait des millions de dollars de sa population afro-américaine à bas revenus. » On a demandé à la police « de procéder à des arrestations et de lancer des assignations afin de lever des revenus ». Comme les laquais des seigneurs féodaux, la police recourt à la force pour extorquer de la valeur.

De nouveaux seigneurs et paysans

12Les rapports féodaux se caractérisent par une inégalité fondamentale qui permet l’exploitation directe des paysans par des seigneurs. Perry Anderson parle des moulins hydrauliques contrôlés par les seigneurs comme un monopole abusif : les paysans sont obligés de faire moudre leur blé au moulin du seigneur, service qui n’est pas gratuit. Non seulement ils labourent des terres qu’ils ne possèdent pas, mais ils vivent aussi dans des conditions où le seigneur est « le directeur et le maître du processus de production, et du processus entier de la vie sociale » (Marx). À la différence du capitaliste dont le profit dépend de la survaleur générée par des travailleurs salariés dans la production des marchandises, le seigneur extrait de la valeur à travers le monopole, la coercition et la rente.

13Les plateformes numériques sont les nouveaux moulins hydrauliques, leurs propriétaires milliardaires sont les nouveaux seigneurs, et leurs milliers de travailleurs et leurs milliards d’usagers sont les nouveaux paysans. Les entreprises technologiques emploient relativement peu de salariés, mais leur impact est énorme, réorganisant des industries entières autour de l’acquisition, de l’extraction et de l’exploitation des données. Les effectifs réduits sont indicatifs des tendances néo-féodales de la technologie numérique. L’accumulation du capital s’effectue moins à travers la production des marchandises et du travail salarié qu’à travers des services, des rentes, des licences, des cachets, du travail non payé (souvent en guise de « participation »), et des données traitées comme une ressource naturelle. Se positionnant comme intermédiaires, les plateformes fournissent une base pour les activités des utilisateurs, des conditions pour que des interactions puissent avoir lieu. Google permet la recherche d’information dans un environnement très dense et fluctuant. Grâce à Amazon, on peut facilement trouver des produits, comparer des prix, et faire des achats chez des vendeurs établis ou non. Uber permet aux inconnus de partager leurs trajets. Airbnb fait la même chose pour des logements. Ce qui rend possible toutes ces plateformes, c’est la production et la mise en circulation des données à grande échelle. Les plateformes ne se contentent pas d’exploiter des données, elles en génèrent d’autres. Plus les gens utilisent les plateformes, plus celles-ci deviennent efficientes et puissantes, transformant l’environnement dont elles font partie.

14Les plateformes ont un fonctionnement stratégique double. Non seulement elles font en sorte d’être essentielles (comme les banques, les cartes de crédit, les smartphones, et les routes), mais leur utilisation génère des données pour leurs propriétaires. Les consommateurs paient pour le service fourni, et la plateforme recueille en plus les données produites par la transaction ; la plateforme-nuage extrait à la fois des rentes et des données. Les exemples extrêmes en sont Uber et Airbnb, qui touchent des rentes sans être propriétaires, en recourant à une main-d’œuvre sous-traitée, responsable de son propre entretien, de sa propre formation et de ses propres moyens de travail. La voiture ne sert pas qu’à son transport personnel, mais aussi à gagner de l’argent. L’appartement n’est pas (seulement) l’endroit où on vit, mais sert aussi à la sous-location. Les produits de consommation sont reconfigurés à mesure que la propriété personnelle devient un instrument pour l’accumulation du capital et des données pour le compte des plateformes-seigneurs. Ainsi, serait néo-féodale le devenir « paysan », c’est-à-dire quelqu’un qui possède des moyens de production, mais dont le travail fait augmenter le capital du propriétaire d’une plateforme.

  • 11 L’Âge du capitalisme de surveillance (traduit par Anne-Sylvie Homassel), Zulma, 2020 (2019).

15Les géants de la tech fonctionnement aussi à leur manière. Les allégements fiscaux dont ils bénéficient – autant dire un tribut - détournent l’argent dû aux collectivités, faisant augmenter les rentes et les prix immobiliers, et chassant les petits commerces et les populations à faibles revenus. L’analyse du « capitalisme de surveillance » de Shoshana Zuboff révèle une autre dimension du féodalisme technologique – le service fourni à l’appareil militaire11. Comme le rapport entre rois et seigneurs, Facebook et Google coopèrent avec des États puissants, partageant de l’information que ces derniers ne peuvent légalement obtenir eux-mêmes. Globalement, la dimension extractive des technologies en réseau est désormais répandue, intrusive et inévitable. Certes, le présent n’est pas littéralement une ère de seigneurs et de paysans. Néanmoins, la distance entre riches et pauvres s’accroit, aidée par un appareillage juridique qui protège les entreprises, les propriétaires et les rentiers alors qu’il appauvrit et incarcère les classes inférieures.

L’hinterlandisation

16Un troisième aspect du néo-féodalisme est la spatialité associée avec le féodalisme, à savoir un centre protégé, vivant, entouré par des hinterlands désolés. On pourrait également caractériser cela comme une division entre ville et campagne, entre zones municipales et zones rurales, ou comme un intérieur isolé de l’extérieur par un mur symbolique entre la sécurité et l’insécurité, entre ce qui est prospère et ce qui ne l’est pas. Wood affirme que les villes médiévales étaient essentiellement contrôlées par des oligarchies, « enrichies par le commerce et par les services financiers rendus au roi, à l’empereur et au pape. Collectivement, elles dominaient l’arrière-pays […], y extrayant de la richesse d’une façon ou d’une autre. » En dehors des villes se trouvaient des nomades et des migrants qui, face à des conditions insupportables, cherchaient de nouveaux endroits pour vivre et travailler, mais qui trop souvent butaient contre des murs.

  • 12 Hinterland : nouveau paysage de classe et de conflit aux États-Unis (traduit par Aurélien Lecuyer), (...)

17Les hinterlands américains sont des lieux de perte et de démembrement, hantés par les fantaisies d’un passé florissant qui entretenait momentanément l’espoir que chaque génération aurait une meilleure vie que la précédente. Reliques d’un capitalisme industriel parti à la recherche d’une main-d’œuvre moins chère, les hinterlands sont mûrs pour l’exploitation intensifiée caractéristique du néo-féodalisme. N’étant plus engagés dans la production des biens, les habitants y survivent grâce aux emplois dans les entrepôts, les centres d’appel, les bazars bon marché et les fast food. Dans Hinterland12, Phil A. Neel observe des similarités entre la Chine, l’Égypte, l’Ukraine et les États-Unis. Ce sont tous des pays avec des terres désolées et abandonnées, et des villes au seuil du débordement.

18Politiquement, le désespoir des hinterlands se manifeste dans les mouvements déclenchés par ceux qui y vivent, tantôt autour de questions environnementales (fracturation hydraulique, pipelines), tantôt autour de terres (privatisation, expropriation), tantôt autour de la disparition des services (fermetures d’hôpitaux et d’écoles). Aux États-Unis, les lois sur la détention privée des armes à feu opposent les habitants des hinterlands à ceux de la ville. Cette division se réinscrit au sein des villes elles-mêmes, dans l’abandon des quartiers pauvres, ainsi que dans l’expropriation qui caractérise les processus de gentrification. La ville s’enrichit, tandis que le nombre de sans-abri s’accroit, à San Francisco, à Seattle, à Los Angeles, et à New York.

19L’attention accrue portée à la reproduction sociale peut être vue comme une réponse à l’hinterlandisation, c’est-à-dire à la perte de la capacité générale à reproduire les conditions de base d’une vie qui vaut la peine d’être vécue. Cette perte se manifeste dans la hausse des taux de suicide, d’anxiété et de toxicomanie, dans le déclin des naissances et de la longévité, et aux États-Unis, dans l’autodestruction psychotique des tueries de masse. Elle se manifeste aussi dans les infrastructures tombées en ruine, et dans le manque d’eau potable et d’air respirable. L’hinterland s’inscrit dans les corps et dans les terres. Avec les fermetures d’hôpitaux et d’écoles, et avec la réduction des services de base, la vie devient de plus en plus désespérée et incertaine.

Le catastrophisme

  • 13 Psychologue canadien, auteur notamment de 12 règles pour une vie : un antidote au chaos (Lafon, 201 (...)
  • 14 Idéologue néo-fasciste et ultra-nationaliste, théoricien de la Grande Russie eurasiatique, proche d (...)

20Finalement, le néo-féodalisme entretient l’insécurité qu’entraîne un écrasant sens de catastrophe. Il est de bonnes raisons d’être anxieux. La catastrophe annoncée de l’expropriation capitaliste dans un monde marqué par des inégalités dramatiques, et par le réchauffement climatique, est bien réelle. Des idéologies obscurantistes fixant cette insécurité se répandent, allant du techno-paganisme à l’antimodernisme en général. Des exemples incluent le mysticisme jungien de Jordan Peterson13, et la géopolitique mythique de l’Atlantide et de l’Hyperborée d’Alexandre Douguine14. On pourrait aussi citer les néo-réactionnaires issus du domaine de la tech comme le milliardaire fondateur de PayPal Peter Thiel, qui prétend que la démocratie n’est pas compatible avec la liberté. Dans une conférence en 2012, Thiel explique ainsi le lien entre le féodalisme et la start-up : « Aucun fondateur ou président d’entreprise n’a de pouvoir absolu. C’est plutôt comme la structure féodale d’antan. Le chef est investi de toutes sortes de pouvoirs et de capacités, et puis on le lui reproche quand il y a des problèmes. » Avec d’autres capitalistes de la Silicon Valley, Thiel se fait du souci pour protéger sa fortune de l’empiètement démocratique, et conçoit donc des stratégies d’exode fiscal comme vivre en pleine mer ou coloniser l’espace, tout ce qu’il en faut pour ne pas être imposé. Le capitalisme extrême bascule dans la décentralisation radicale du néo-féodalisme.

  • 15 On the Clock: What Low-Wage Work Did to Me and How It Drives America Insane, Little, Brown & Compan (...)

21Pour ceux qui se trouvent du mauvais côté du mur, l’anxiété et l’insécurité sont traitées moins par l’idéologie que par des opioïdes, de l’alcool et de la malbouffe, n’importe quoi pour atténuer la douleur d’une corvée abrutissante, sans espoir, et sans fin. Emily Guendelsberger décrit le stress provoqué par la surveillance technologique en permanence du travail – le risque d’être licencié pour un léger retard, pour un manquement aux quotas, ou pour des visites trop fréquentes aux toilettes15. Le travail hautement répétitif, contraint et soumis à la surveillance est en corrélation directe avec la dépression et l’anxiété pathologique. Les plannings ouverts, loués pour leur souplesse, et les rémunérations aléatoires (car le vol des salaires est répandu) sont stressants, mortifères. Le catastrophisme néo-féodal peut prendre des formes individuelles, familiales ou locales. Il est difficile de se mobiliser contre le changement climatique quand on vit dans la catastrophe depuis plusieurs générations.

III

22Quel est l’avantage de caractériser le capitalisme contemporain et la précarité extrême qu’il entraîne comme post-capitaliste ou néo-féodal ? Pour un libertarien comme Kotkin, l’hypothèse néo-féodale l’aide à identifier ce qu’il veut défendre, à savoir le capitalisme carboné et la vie à l’américaine, et ce qu’il veut combattre : cette fraction de l’élite qui s’enrichit aux dépens de la classe moyenne, à savoir des entrepreneurs dans la technologie verte et leurs alliés dans la finance. Le néo-féodalisme fait partie d’une stratégie visant à mobiliser le soutien de la classe ouvrière en faveur d’une fraction particulière de la classe capitaliste : des énergies fossiles, de l’immobilier, et de l’agriculture industrielle.

23Pour ceux qui se situent à gauche, le concept de néo-féodalisme peut aider à comprendre le conflit politique primaire issu du néolibéralisme. La grande confrontation aujourd’hui n’est pas entre démocratie et fascisme. Bien que populaire, cette formulation libérale a peu de sens étant donné le pouvoir des oligarchiques – des financiers, des nababs des médias et de l’immobilier, des milliardaires des énergies fossiles et de la haute technologie. Comprendre le jeu politique au prisme d’un fascisme montant détourne l’attention du rôle fondamental joué par les réseaux mondiaux de communication dans l’exacerbation de la colère populaire. Derrière le déplacement politique vers la droite se trouve le facteur économique : des réseaux complexes qui produisent des inégalités extrêmes, une distribution en faveur du gagnant qui emporte tout ou presque. Le glissement à droite est une réponse à cette intensification de l’inégalité. Quand la gauche est faible, et marginalisée par les médias dominants autant que par les partis politiques intégrés au système, la colère populaire trouve d’autres voies de contestation. Actuellement, ces autres voies se retrouvent à l’extrême droite. Penser en termes de néo-féodalisme nous oblige donc à affronter l’impact de l’inégalité extrême sur la société et sur ses institutions ; quelques individus amassent des milliards de dollars et s’emmurent dans des enclaves, alors que des millions de gens deviennent des réfugiés climatiques, et des milliards se retrouvent face à des perspectives de vie réduites, dans une lutte intense juste pour survivre.

24Le pari néo-féodal signifie aussi un changement dans les rapports de travail. La social-démocratie avait pour prémisse le compromis entre capital et travail. Dans les pays du Nord, les syndicats livraient une classe ouvrière coopérante en échange d’une part de la vie bonne. La défaite des travailleurs et le démembrement de l’État-providence auraient dû démontrer une fois pour toutes la faillite d’une stratégie de compromis avec le capitalisme. Et pourtant, certains socialistes continuent de croire en un capitalisme plus doux – comme si les capitalistes capituleraient juste pour paraître justes, comme si eux aussi n’étaient pas sujets à la logique du marché qui rend le rachat d’actions propres plus attrayant que l’investissement dans la production. L’hypothèse néo-féodale nous dit qu’une lutte des travailleurs qui a pour prémisse le prolongement du capitalisme est morte dans l’eau. Le capitalisme s’est déjà transformé en quelque chose de pire.

25Dans les économies des pays du Nord, la majorité des gens travaillent dans le secteur des services. Certains ont transformé leurs smartphones, leurs vélos, leurs voitures et leurs logements en moyens de production ou en moyens de s’octroyer une rente. Reliés aux plateformes, les biens de consommation et les services à la personne sont désormais des moyens d’accumulation pour les propriétaires de ces plateformes. La plupart des travailleurs constituent une sous-classe sans propriété qui survit en pourvoyant aux besoins des gens aisés. Un rapport du Bureau [états-unien] des statistiques du travail prédit que, dans les dix ans à venir, les emplois croîtront le plus dans les services à la personne ; non pas des salariés dans le secteur de la santé, mais des précaires qui feront la toilette d’autres. La dépendance de la classe dirigeante à une diversité de servants – nettoyeurs, cuisiniers, épiciers, caissiers, livreurs, magasiniers, etc. – implique de nouveaux terrains de lutte, des points de faiblesse où les travailleurs peuvent faire prévaloir leurs droits. Les grèves des soignants, des travailleurs chez Amazon et ailleurs ciblent l’indigence des riches en bloquant leur accès aux moyens de survie. Alors que sous le capitalisme les luttes se passaient sur le lieu de production, sous le néo-féodalisme c’est sur le lieu de prestation de service.

26Finalement, le néo-féodalisme est une idée qui permet d’identifier les faiblesses principales de la gauche contemporaine. En effet, les idées les plus pertinentes à gauche sont celles qui prennent en compte la réalité du néo-féodalisme. Le localisme encourage la parcellisation. Le monde des plateformes et du numérique renforce la hiérarchie et l’inégalité. Le municipalisme maintient la division urbaine-rurale liée à l’hinterlandisation. L’accent mis sur la subsistance implique que les économies paysannes soient toujours viables, non seulement pour la moitié de la planète qui réside dans des villes (82 % des Américains et 74 % des Européens), mais aussi pour les millions déplacés par le réchauffement climatique, par la guerre, et par le vol des terres. Ceux qui vivent dans les hinterlands se retrouvent de plus en plus face à des conditions climatiques, politiques, culturelles et économiques qui rendent impossible la survie par le travail agricole. L’allocation universelle relève d’une approche survivaliste intenable. Elle propose juste assez pour les habitants des hinterlands de vivoter, et à peine assez pour pouvoir payer son loyer en ville. Le catastrophisme devient une forme de négativité cool qui dénigre l’espoir et l’effort, comme si les cent ans à venir n’avaient aucune importance.

27Prises ensemble, les idées actuelles de la gauche impliquent un avenir de petits groupes survivalistes engagés dans l’agriculture de subsistance, peut-être dans des enclaves à la périphérie des villes. De tels regroupements pourraient reproduire leur vie en commun, mais celle-ci serait nécessairement réduite, locale, et dans un certain sens, exclusive et élitiste : exclusive, car leur nombre serait limité ; élitiste, car leurs aspirations seraient culturellement spécifiques.

28Loin d’avoir une vision ancrée dans l’émancipation d’une classe ouvrière multinationale engagée dans divers travaux payés, sous-payés et non payés, les réitérations du néo-féodalisme à gauche font abstraction de la classe ouvrière. Pour cette gauche-là (où certains proposent un « imaginaire post-travail »), le travail ressemble soit à l’agriculture romantique, soit au « travail immatériel » dans la technologie numérique. La corvée pénible qu’est le travail dans les centres d’appel, et l’aspect traumatique du filtrage humain des réseaux sociaux (pour des contenus abjects etc.) démontrent l’inadéquation de l’idée d’un « travail immatériel ». Il devrait être également évident que l’imaginaire post-travail ignore la construction et le maintien des infrastructures, la diversité de la main-d’œuvre nécessaire à la reproduction sociale, et la structure de l’État qui les sous-tend.

29L’hypothèse néo-féodale nous permet donc d’apercevoir ce qui est attirant et ce qui est faible dans les idées populaires à gauche. Elles sont attirantes, car entrant en résonance avec les idées dominantes ; faibles, car ces mêmes idées dominantes sont l’expression des tendances néo-féodales.

30De même que les rapports féodaux ont persisté sous le capitalisme, les rapports capitalistes de production et d’exploitation continuent sous le néo-féodalisme. La différence vient du fait que les dimensions non capitalistes de la production – expropriation, domination, violence – sont devenues plus fortes au point où il n’est plus possible de prétendre que des acteurs libres et égaux puissent se rencontrer sur le marché du travail, même comme fiction agissante. Cela veut dire que la rente et la dette sont plus importantes que les profits dans le processus d’accumulation, et que le travail ne se réduit plus au rapport salarial. Que se passe-t-il quand le capitalisme se mondialise ? Il se retourne contre lui-même, clôturant la vie humaine à travers les réseaux numériques et les médias de masse personnalisés. Cet autocannibalisme produit de nouveaux seigneurs et de nouveaux serfs, de vastes fortunes, d’inégalités extrêmes, et de souverainetés parcellisées qui sécurisent ces inégalités, alors que la grande part de l’humanité erre et se morfonde dans les hinterlands.

Haut de page

Notes

1 Verso (Londres), 2019 (toutes les notes sont du traducteur, l’original, publié dans un supplément de la grande presse, n’ayant pas de références).

2 Joel Kotkin, The Coming of Neo-Feudalism: A Warning to the Global Middle Class, Encounter Books (New York), 2020.

3 Random House (New York), 2010.

4 Evgeny Morozov est revenu depuis sur son adhérence initiale à l’idée d’un « féodalisme numérique », au point d’en être fortement critique. Voir sa « Critique de la Raison techno-féodale » dans ce dossier.

5 The Formula: The Universal Laws of Success, Little, Brown & Company (Boston), 2018.

6 Traduit en français par Cyril Le Roy, Seuil, 2022.

7 Columbia University Press (New York), 2020.

8 « Hinterland » ici réfère au sens étendu donné à ce terme géographique (arrière-pays d’un port) par Phil A. Neel (voir note 12) : « des zones non urbaines [qui] fonctionnent comme des zones subsidiaires pour le capital mondial et pour les villes des environs » (p. 17). Bref, les aires en déclin économique absolu.

9 L’Origine du capitalisme (traduit par François Tétreau), Lux (Montréal), 2023.

10 Basic Books (New York), 2018.

11 L’Âge du capitalisme de surveillance (traduit par Anne-Sylvie Homassel), Zulma, 2020 (2019).

12 Hinterland : nouveau paysage de classe et de conflit aux États-Unis (traduit par Aurélien Lecuyer), Grévis (Caen), 2020 (2018).

13 Psychologue canadien, auteur notamment de 12 règles pour une vie : un antidote au chaos (Lafon, 2018), aux relents masculinistes.

14 Idéologue néo-fasciste et ultra-nationaliste, théoricien de la Grande Russie eurasiatique, proche de Vladimir Poutine.

15 On the Clock: What Low-Wage Work Did to Me and How It Drives America Insane, Little, Brown & Company (Boston), 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jodi Dean, « Néo-féodalisme : la fin du capitalisme ? »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2284

Haut de page

Auteur

Jodi Dean

Jodi Dean est professeure au département de sciences politiques à l’université Hobart et William Smith (Geneva, État de New York), autrice de nombreux livres dont Aliens in America (Cornell University Press, 1998) et The Communist Horizon (Verso, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search