Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26L’hypothèse “néo-féodale” face à ...Sur le techno-féodalisme

L’hypothèse “néo-féodale” face à la périodisation du capitalisme

Sur le techno-féodalisme

Entretien avec Evgeny Morozov
Yánis Varoufákis
Traduction de David Buxton

Notes de la rédaction

Posté le 9 février 2022 sur le site (diem25.org) du mouvement politique paneuropéen fondé par Varoufákis (DiEM25), et repris ensuite par de nombreux autres sites. Ce qui suit est un extrait d’une interview plus longue.

Texte intégral

Evgeny Morozov : Vous prétendez qu’il y a des éléments féodaux dans le Bitcoin, car il n’existe pas de mécanisme démocratique d’attribution, favorisant ainsi les premiers venus. De façon intéressante, vous reliez le féodalisme à la démocratie ici, plutôt qu’au capitalisme. Si on réfléchit à la concurrence capitaliste – mais aussi aux activités de l’ombre que les marxistes ont tendance à regrouper sous le terme « accumulation initiale » (ou « primitive ») -, alors il est facile d’affirmer qu’il n’y a rien de non capitaliste dans ce que vous décrivez : les premiers arrivés ont raflé la plus grande part du gâteau, alors que la crypto-exploration de données, tel qu’elle existe actuellement, favorise ceux avec de plus grandes dépenses de capital. Pourquoi alors décrire ce système de « féodal » quand « capitaliste » s’applique aussi bien ?

Yánis Varoufákis : En eux-mêmes, les actifs ne sont ni féodaux ni capitalistes. Qu’on parle de l’or, des concombres, ou du Bitcoin, les actifs sont des actifs, point barre. Ce qui fait qu’un actif est féodal, capitaliste ou socialiste dépend de la manière dont il interagit avec les rapports sociaux de production, les formes de droits de propriété qu’il renforce, etc. Quand je dis que les premiers utilisateurs du Bitcoin sont une crypto-aristocratie, ou des crypto-seigneurs, je veux dire que lorsqu’un actif comme le Bitcoin (dont la valeur d’échange se construit sur la pénurie organisée) est incrusté dans un système d’exploitation oligarchique (capitalisme, kleptocratie, techno-féodalisme, etc.), il acquiert le caractère fondamental d’un ordre féodal (précapitaliste) ; une petite minorité détient le pouvoir d’accumuler des rentes en proportion des actifs possédés au départ. Pour résumer, le Bitcoin n’est ni féodal ni capitaliste, il est simplement oligarchique.

EM : Récemment, vous avez proposé le concept de « techno-féodalisme » pour signaler que le capitalisme n’est plus ce qu’il était. Si je comprends votre thèse correctement, ce qui fait que le système actuel soit « féodal », c’est que : a) les marchés ne sont plus la clé pour faire des profits (l’expérience de l’assouplissement quantitatif le suggère assez) ; b) les plateformes numériques ont amassé un pouvoir politique immense, sans précédent dans l’histoire du capitalisme. Est-ce un résumé juste de votre argument ? Y a-t-il d’autres dimensions du « techno-féodalisme » que ce résumé ne capte pas ?

YV : Voici la question qu’il faudrait poser : est-ce que le capitalisme est en train de faire une métamorphose de plus, demandant simplement une nouvelle épithète (capitalisme rentier, capitalisme des plateformes, hyper-capitalisme, etc. ? Ou assistons-nous à une transformation qualitative du capitalisme en un mode de production totalement nouveau ? Personnellement, j’opte pour la dernière interprétation. Mais ce n’est pas seulement une question théorique. Si j’ai raison, saisir la radicalité de cette transformation sera essentiel pour s’opposer à cette nouvelle forme d’exploitation systémique.

  • 1 Yanis Varoufakis, Technofeudalism: What Killed Capitalism, Bodley Head/Penguin, Londres, 2023 (NdT)

Je comprends que cet argument puisse laisser perplexe, tant il est vrai qu’il nécessiterait davantage d’explications et de développements. Ici, je ne peux que vous en proposer quelques grandes lignes, en attendant la sortie du livre que je suis en train d’écrire sur ce sujet1.

Le capitalisme est omniprésent. Le capital s’accumule à grande vitesse ; partout, il opprime les travailleurs et invente de nouvelles façons d’être cruel. Alors, pourquoi dis-je que ce n’est plus le capitalisme, mais quelque chose de distinct et de pire ? Rappelons-nous que dans les années 1780, le féodalisme était partout, et les seigneurs n’avaient jamais été aussi puissants. Mais subrepticement le capitalisme avait déjà infecté les racines du féodalisme, et une nouvelle classe dirigeante (la bourgeoisie) était en train de prendre le pouvoir.

J’affirme que, de façon similaire, le capitalisme - comme le féodalisme dans les années 1780 – est en train d’être usurpé par un système de création de valeur distinct, plus exploiteur, que j’appelle le techno-féodalisme, et qui arrive avec une nouvelle classe dirigeante.

Les critiques de ma thèse diront, avec raison, que le capitalisme a subi beaucoup de transformations : sa première phase concurrentielle, le capitalisme monopolistique ou oligopolistique (à partir de 1910), la période de l’accord Bretton Woods (où la finance était régulée par des contrôles sur le capital), le capitalisme financiarisé (à partir de 1980), et plus récemment, le capitalisme rentier. Tous ces capitalismes sont distincts. Mais chacun est une version du capitalisme.

Qu’est-ce qui fait en sorte qu’un système soit capitaliste ? D’être poussé par des profits privés – non par des rentes – extraits au sein des marchés. (Par contraste, le féodalisme était impulsé par les rentes extraites en dehors des marchés). Est-ce toujours vrai ? Je ne le pense pas. Qu’est-ce qui a remplacé le profit d’un côté, et les marchés de l’autre ? Pour moi, c’est l’argent de la banque centrale qui a remplacé le profit privé comme alimentation et lubrifiant du système ; les plateformes sont devenues le domaine où la valeur et le capital sont extraits de la majorité par une oligarchie minuscule. Voyons tout cela en un peu plus de détail :

Hypothèse 1 : L’argent de la banque centrale a remplacé le profit privé comme moteur du système.

La profitabilité n’est plus le moteur du système, même si elle reste l’horizon absolu de l’entrepreneur individuel. Réfléchissons à ce qui s’est passé à Londres le 12 août 2020. C’est le jour quand les marchés ont appris que l’économie britannique s’était rétrécie de façon catastrophique, beaucoup plus que les analystes l’avaient prédit (plus de 20 % des revenus nationaux avaient été perdus dans les sept premiers mois de l’année). En apprenant la mauvaise nouvelle, les financiers se sont dit : « Génial ! La Banque d’Angleterre, en état de panique, imprimera davantage de billets pour qu’on puisse acheter davantage d’actions. C’est le moment d’en acheter ! »

Ce n’est là qu’une des innombrables manifestations d’une nouvelle réalité mondiale : aux États-Unis et partout dans le monde occidental, les banques centrales font imprimer des billets que les financiers prêtent aux entreprises, qui en profitent pour racheter leurs propres actions, dont les prix sont alors découplés des profits. Par conséquent, les nouveaux seigneurs agrandissent leurs fiefs grâce à l’argent de l’État, même s’ils ne font pas le moindre bénéfice ! De plus, ils dictent leurs termes au souverain supposé : les banques centrales qui les maintiennent en liquidité. La Banque fédérale, qui est fière de son pouvoir et de son indépendance, est aujourd’hui totalement impuissante pour arrêter ce qu’elle a commencé en 2008 : faire imprimer des billets pour le compte des banquiers et des entreprises. Quand bien même la Banque fédérale sait que le maintien de cette liquidité encourage l’inflation, elle sait aussi que mettre fin à l’impression des dollars précipitera l’effondrement de la maison. La peur d’occasionner de mauvaises dettes et de faillites en cascade rend la Banque fédérale otage de sa propre décision initiale, et assure qu’elle continuera d’imprimer des billets. C’est complètement nouveau comme situation. Les puissantes banques centrales, qui seules maintiennent en vie le système, n’ont jamais eu si peu de pouvoir réel. C’est seulement sous le féodalisme que le souverain fut similairement asservi aux seigneurs, tout en étant responsable du maintien de l’édifice.

Hypothèse 2 : les plateformes numériques sont en train de remplacer les marchés.

Amazon, Facebook, etc. sont en dehors du marché. Quand vous y entrez, vous laissez le capitalisme derrière vous. Au sein de ces plateformes, un seul algorithme (appartenant à une ou à très peu de personnes) décide ce qui est à vendre, qui voit quelle marchandise, et la quantité de rente gardée par le propriétaire de la plateforme par rapport aux profits faits par les capitalistes vassaux qui ont le droit d’y opérer. Bref, de plus en plus, l’activité économique se déplace des marchés vers des fiefs numériques. Et ce n’est pas tout.

  • 2 Dans son livre sorti en 2023 (op. cit.), ce terme est remplacé par « capital en nuage » (cloud capi (...)

Pendant le 20e siècle et jusqu’ici, les travailleurs dans de grandes entreprises oligopolistiques (comme General Electric, Exxon-Mobil ou General Motors) recevaient environ 80 % des revenus de l’entreprise. Les travailleurs dans les entreprises de la tech n’en reçoivent même pas 1%. C’est parce que le travail salarié n’est qu’une petite fraction du travail effectué. Qui effectue le travail pour la plupart ? Nous autres ! Pour la première fois dans l’histoire, presque tout le monde produit gratuitement (souvent avec enthousiasme), ajoutant aux réserves de capital des entreprises de la tech (en postant des contenus sur Facebook, ou en se déplaçant avec Google Maps). De plus, ce capital prend une forme beaucoup plus puissante (voir ci-dessous où je parle du capital de commandement2).

En même temps, les entreprises opérant dans des marchés capitalistes normaux voient leur profitabilité s’effondrer de toute façon ; leur dépendance de l’argent des banques centrales s’accroît exponentiellement, et leur propriété passe de plus en plus dans les mains des capitaux privés et des sociétés d’acquisition boursière. De même, comme les rapports de production féodaux furent remplacés par des rapports capitalistes, aujourd’hui ce sont les rapports de production capitalistes qui sont remplacés par ce que j’appelle des rapports techno-féodaux.

Pour résumer, le capital se renforce, mais le capitalisme agonise. Un nouveau système prend sa place dans lequel une nouvelle classe dirigeante possède et gère à la fois l’argent de l’État qui la lubrifie (plutôt que les profits), et les nouveaux domaines non marchands, où une minorité minuscule fait travailler pour son propre bénéfice la vaste majorité. Les profits capitalistes (au sens des profits d’entrepreneur compris par Adam Smith et par Marx) disparaissent, alors que de nouvelles formes de rente s’accumulent dans les comptes des techno-seigneurs contrôlant et l’État et les fiefs numériques, dans lesquels du travail non payé ou précaire est effectué par les masses, qui commencent à ressembler aux techno-paysans.

EM : Un thème fréquent dans les discussions sur la montée du techno-féodalisme est que les plateformes numériques sont simplement des rentiers passifs qui retirent d’immenses profits des données fournies par les usagers pour pas cher. Dit de manière brutale, ce sont des rentiers paresseux et pour la plupart immatériels qui, ayant amassé quantité de protocoles d’Internet, se reposent désormais sur leurs lauriers. Cette lecture se trouve dans les arguments enthousiastes en faveur du Web 3.0, qui promet de partager la richesse provenant des données avec les usagers qui les ont générées. Pourtant, si on examine les bilans et les résultats de ces entreprises, une image différente émerge : en réalité, elles investissent plus – et non moins – dans des actifs tangibles et matériels que les entreprises non technologiques (et plus qu’elles l’ont fait il y a une décennie), tout cela en faisant des dépenses importantes en recherche et développement et en capital fixe (par exemple, plus de 40 milliards de dollars chez Amazon en 2020, et presque 30 milliards chez Alphabet/Google). Cela correspond bien à l’idée qu’elles soient des entreprises capitalistes qui, bien que contrôlant certains marchés, sont encore en concurrence dans d’autres (Google, Facebook et Amazon dans la publicité ; Google, Microsoft, Amazon et Alibaba dans l’informatique en nuages, et en services d’intelligence artificielle). Ne courons-nous pas le risque de minimiser la dynamique capitaliste réelle de cette économie technologique quand nous mettons l’accent sur les aspects féodaux ?

YV : Je suis d’accord avec vous dans ce sens : Jeff Bezos, Elon Musk, et compagnie investissent massivement, et ne ressemblent en rien aux aristocrates indolents de l’ère féodale originale. Mais cela ne veut pas dire que leurs investissements font partie d’une dynamique capitaliste habituelle. Le techno-féodalisme n’est pas simplement du féodalisme avec des gadgets nouveaux. Il est simultanément beaucoup plus avancé que le capitalisme et fait néanmoins penser au féodalisme.

Plus précisément, l’investissement massif des entreprises de la tech est crucial. Non seulement en termes quantitatifs, mais premièrement en raison de ce qui est produit : une nouvelle forme de capital que j’appelle le capital de commandement.

Le capital standard comprend des moyens de production, eux-mêmes produits. Le capital de commandement, par contre, comprend des moyens produits en amont pour organiser les moyens de production. Ses propriétaires peuvent extraire de la nouvelle valeur énorme sans posséder les moyens de production industrielle, simplement en possédant les réseaux d’information privatisés qui incarnent le capital de commandement.

Plus précisément, le capital de commandement vit des réseaux/plateformes privés, et peut potentiellement imposer deux choses aux non-propriétaires : faire en sorte que ses algorithmes organisent les habitudes de consommation ; fabriquer directement davantage de capital de commandement pour ses propriétaires (par exemple, poster des contenus sur Facebook, une forme de travail démarchandisé).

Pour le dire de façon plus abstraite : le capital standard permet aux capitalistes d’amasser de la survaleur d’échange, alors que le capital de commandement, en revanche, permet aux techno-seigneurs (Jeff Bezos, Elon Musk, etc.) d’amasser de la survaleur de commandement. Toute marchandise numérique possède de la valeur de commandement dans la mesure où son acheteur peut l’utiliser pour transformer toute activité expressive en la capacité de nous faire acheter des choses, et nous faire produire gratuitement du capital de commandement pour leur bénéfice.

Dans le langage de l’économie politique marxienne, la magnitude de la valeur de commandement contenue dans une marchandise numérique est déterminée : a) par la somme de la survaleur des marchandises qu’on nous pousse à acheter ; et b) par le temps de travail socialement et techniquement nécessaire pour produire une unité de capital de commandement, appropriée par les techno-seigneurs.

En guise de conclusion, je dirais ceci : ce que Bezos, Musk, etc. accomplissent à travers des investissements massifs ne relève ni du féodalisme ni du capitalisme.

• Le féodalisme était fondé sur l’extraction immédiate à partir de l’expérience directe des paysans ;

• Le capitalisme est fondé sur la captation du surtravail de la main-d’œuvre salariée.

• Le techno-féodalisme est un nouveau système où les techno-seigneurs ont le pouvoir de nous obliger à faire des choses pour leur bénéfice. Ce nouveau pouvoir provient de l’investissement dans une nouvelle forme de capital (de commandement) qui, ensuite, leur permet de capter de la survaleur des capitalistes vassaux, du précariat, et de tous ceux qui utilisent leurs plateformes pour produire, inconsciemment, davantage de capital de commandement.

En affirmant que ce nouveau système est toujours capitaliste, nous manquerons, si j’ai raison, l’occasion de comprendre les processus radicalement différents qui déterminent nos vies ici et maintenant. Le techno-féodalisme décrit mieux notre « meilleur des mondes » dystopique.

Haut de page

Notes

1 Yanis Varoufakis, Technofeudalism: What Killed Capitalism, Bodley Head/Penguin, Londres, 2023 (NdT).

2 Dans son livre sorti en 2023 (op. cit.), ce terme est remplacé par « capital en nuage » (cloud capital) (NdT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yánis Varoufákis, « Sur le techno-féodalisme »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2290 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2290

Haut de page

Auteur

Yánis Varoufákis

Yánis Varoufákis est né à Athènes en 1961. Il a enseigné la science économique aux universités d’Essex, d’East Anglia, de Cambridge, de Sydney, de Glasgow, d’Austin (Texas) ; il est actuellement en poste à l’université d’Athènes. Il a écrit des traités universitaires sur la théorie des jeux, plusieurs livres de vulgarisation économique, et un mémoire remarqué de son expérience en tant que ministre grec des Finances entre janvier et juillet 2015 (Conversations entre adultes, 2017, porté à l’écran par Costa-Gavras en 2019) lors des négociations échouées sur la dette grecque. Il a été député au parlement grec pour Syriza en 2015, et pour son parti diem25 entre 2019 et 2023.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search