Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26L’hypothèse “néo-féodale” face à ...Banques, bulles et profits

L’hypothèse “néo-féodale” face à la périodisation du capitalisme

Banques, bulles et profits

Entretien avec Bo Harvey
Richard Westra
Traduction de David Buxton et Christophe Magis

Notes de la rédaction

Originellement posté sur le site phenomenalworld.org le 26 avril 2020. Partie « Présentation » écrite par Bo Harvey. Avec l’aimable autorisation de Bo Harvey et de Richard Westra.

Texte intégral

Présentation

1Ancien professeur à l’université de Nagoya (Japon), l’économiste canadien Richard Westra est actuellement professeur à l’Institut de sciences politiques de l’université d’Opole (Pologne) et professeur invité à l’université de Macau.

2Comme Robert Albritton, Makoto Itoh et Thomas Sekine, Westra est fortement influencé par l’économiste japonais Kozo Uno (1887-1977). Dans la suite des débats sur la transition du féodalisme au capitalisme au Japon, le travail d’Uno essaie de comprendre les formes socioéconomiques « mixtes » : des modes de production mixtes (des sociétés féodales avec des caractéristiques capitalistes et vice-versa) et des économies mixtes (des formes socialistes internes aux économies capitalistes et vice-versa), aussi bien que de l’activité « capitaliste » dans les sociétés précapitalistes. Les travaux d’Uno et de Westra cherchent donc à réconcilier les manifestations des « lois » économiques et les contingences de l’histoire empirique. Relier cela analytiquement demande une compréhension théorique du capitalisme sous sa forme la plus pure et générale.

3Le point de vue de la « théorie pure » démarque Uno et ses disciples des autres théoriciens, marxistes ou non, qui conceptualisent le capitalisme comme un continuum allant de zéro au plein développement. Pour Uno, la croissance économique et le processus de développement historique sont déterminés par la rencontre continue entre la forme idéale du capitalisme et les conditions matérielles dans des sociétés réellement existantes. Ce processus ne mène pas nécessairement à un point final où la forme idéale se réalise.

4Westra affirme que la tension entre les tendances du capitalisme comme idéal et les besoins réels de la société a commencé à imploser pendant la seconde moitié du 20e siècle. Ce qui différencie cette période des précédentes, c’est la dissociation du développement social et de la croissance économique. La recherche de profit se poursuit, mais principalement à travers la financiarisation, comprise non comme le résultat des cycles économiques, mais comme une crise structurelle en cours qui voit l’effilochage de la création de valeur, de la production et des institutions non capitalistes qui avaient constitué une grande partie de la société civile libérale.

5Hérétique parmi les marxiens hérétiques, Westra devrait provoquer un débat fécond dans tout le spectre idéologique. La tradition intellectuelle dans laquelle il s’inscrit se caractérise par un double aspect : primo, une approche de Marx qui tente d’isoler sa méthodologie ; secundo, une manière de penser sérieusement à la régression historique actuelle sans s’appuyer sur les théories mystiques du déclin de la civilisation ou sur l’explication tronquée de la stagnation séculaire.

6Dans l’interview qui suit, à l’occasion de la sortie de son livre Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction (Palgrave Macmillan, 2019), nous parlons de la mondialisation financière, du rôle historique changeant du secteur bancaire, du découplage de la croissance et du développement social, et de la spécificité historique du capitalisme.

Entretien

Bo Harvey : Comment définiriez-vous le capitalisme et comment comprenez-vous le rapport capital-travail qui lui est propre ?

Richard Westra : Mon point de vue trouve son origine chez Marx, qui nous donne deux critères assez clairs pour distinguer le capitalisme des autres modes de production dans l’histoire : d’abord, que la division entre les possédants et ceux qui ne possèdent pas constitue une structure de classe spécifique au capitalisme ; ensuite, que la reproduction de la vie matérielle y dépend du marché, elle sous-jacente à la réalisation des profits. La marchandisation du travail implique donc à la fois la séparation des ouvriers de leurs moyens de subsistance, et le renforcement de la propriété de ces ressources dans les mains du capital. Les salaires permettent aux travailleurs (non pas en tant qu’individus ou familles, mais en tant que classe) d’acheter sur le marché les biens nécessaires à leur propre reproduction.

BH : Les débats sur les difficultés de sortie de crise, après 2008, font souvent référence à « l’âge d’or du capitalisme » d’après-guerre. Vous proposez une autre interprétation de cette période, pourriez-vous nous la présenter ?

RW : Au XIXe siècle, le capitalisme se conformait de très près à la compréhension qu’en avait Marx. Partout où il s’est répandu, il a reproduit des rapports de classe similaires et a étendu la dépendance à l’égard du marché. Mais au tournant du XXe siècle, cette tendance a commencé à s’essouffler. Le capitalisme a alors dû insuffler des logiques non capitalistes afin de soutenir l’activité des marchés. L’âge d’or du capitalisme d’après-guerre atteint son apogée lorsque des pratiques non économiques et non capitalistes, doivent être mises en œuvre pour soutenir la réalisation des profits, sans que cette dernière soit éliminée en tant que finalité. Paradoxalement, la démarchandisation partielle du travail a été nécessaire pour que le procès de marchandisation se poursuive. C’est cette matrice de l’État-providence, du soutien extraéconomique et des aides sociales, qui est réellement caractéristique de ce qu’on appelle l’« âge d’or » du capitalisme. Pour moi, la mondialisation, la financiarisation et le néolibéralisme représentent le démembrement de cette matrice et, en même temps, le décrochage du capitalisme comme forme de société historique.

BH : Dans Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction (2019), vous décrivez la façon dont la croissance économique devient, pendant les années 1970, « découplée du développement, alors que ce dernier se découple à son tour de l’industrialisation, qui l’a marquée jusque-là ». Quel est le rôle des banques dans ce changement ?

RW : Au milieu du XIXe siècle en Grande-Bretagne, le système bancaire moderne est apparu sous la forme de la banque commerciale ou « relationnelle ». Des banques commerciales, organisées en système et adossées à une banque centrale, prêtent l’argent des déposants, qui étaient essentiellement des entreprises détenant des fonds à titre d’amortissement ou de prévoyance au cours des cycles économiques.

  • 1 « Capital dormant » ou « capital en friche » : voir Marx, Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse (...)

Dès lors que cet argent est retiré du circuit du capital et déposé dans le système bancaire, ce n’est plus du capital ; il est rendu inactif ou « dormant »1. Les banques commerciales ont pour rôle de socialiser cet argent. Prenons le cas d’un fabricant de tissus en coton qui dépose son fond d’amortissement ou de prévoyance dans le système bancaire. Une fois que l’argent s’y trouve mis en réserve, d’autres entreprises – par exemple un commerce de meubles soumis à une concurrence plus intense ou à une augmentation de la demande – peuvent l’emprunter. Placé dans le système bancaire, l’argent d’un seul capitaliste est rendu disponible à tous les capitalistes, augmentant ainsi la masse de capital dans l’ensemble de l’économie. Et il n’y a pas que la masse de valeur qui augmente, mais aussi sa vitesse. Tandis que le capital propose des services bancaires permettant de gérer collectivement son épargne, il engendre en même temps du capital commercial par la gestion de l’achat et la vente des marchandises. Le capital commercial, qui prend en charge les activités marchandes, peut aussi avoir accès aux fonds dormants pour acheter des marchandises en gros, re-transformant l’argent en capital pour le réinvestir avant même que les marchandises produites ne soient vendues. Cela permet d’accélérer le cycle de rotation du capital et d’augmenter les profits en conséquence.

Au début du XXe siècle, la banque relationnelle commence à jouer un rôle social plus prononcé, grâce à la présence de ce qu’on appelle « le capital financier ». Cette période voit la transition des entreprises « entrepreneuriales » et familiales aux grands monopoles et oligopoles. Afin de gérer les demandes d’investissement de l’industrie de l’acier, par exemple, et les nouvelles industries de transport et de navigation qui l’accompagnent, le capital ne peut plus dépendre de la seule épargne socialisée détenue dans le système bancaire. Le capital financier s’appuie alors sur une nouvelle cohorte d’épargnants issus de la classe moyenne supérieure, sur des propriétaires terriens et de petits entrepreneurs afin de compenser les fonds manquants. En amassant l’argent dormant disséminé à travers les différentes couches de la société, et en l’investissant en bourse, le capital financier place tous ces fonds dormants supplémentaires dans les mains des capitalistes industriels.

Il est important de faire la distinction entre le capital financier et la financiarisation. Rudolf Hilferding a parlé de « capital financier » en 1910 précisément pour décrire l’utilisation des leviers de la finance par le capital pour réunir des fonds et les investir dans la production capitaliste réelle. Le capital financier ne se limite pas à amasser la richesse de toute la société pour la mettre au travail, mais il commence aussi à l’administrer car les profits des grandes banques sont de plus en plus étroitement liés à la réussite des entreprises qui bénéficient des levées de fonds.

Dans l’économie d’après-guerre, la quantité de fonds dormants augmente de façon exponentielle. Même la classe ouvrière parvient à accumuler une épargne importante, et les grandes entreprises font de tels bénéfices qu’elles ne sont plus dépendantes des grandes banques commerciales. Elles créent alors leurs propres départements d’opérations bancaires pour financer les investissements (par exemple, la General Motors Acceptance Corporation). Mais pour que l’argent dormant devienne du capital, il faut l’investir dans des activités productives. Une partie de cet investissement provient des dépenses liées à l’État-providence ; les gouvernements eux-mêmes commencent à emprunter davantage, notamment pour soutenir des politiques de relance pendant les creux du cycle économique. Cela a engendré un cycle de déficits périodiques observable, par exemple, sur les graphiques d’expansion et de récession dans les économies avancées entre 1950 à 1970. Au cours de cette période, on assiste également à l’émergence de l’épargne socialisée, comme les fonds de pension, les fonds d’assurance et les fonds communs de placement. Mais jusqu’aux années 1970, ces fonds mutualisés sont largement absorbés par la production industrielle, par l’État-providence et, aux États-Unis, par les dépenses militaires.

BH : Vient-il un moment où cet argent cesse d’être absorbé ?

RW : Dans les années 1970, l’énorme accumulation d’argent empêche le réinvestissement rentable des fonds dormants dans la production nationale. Une partie de cet argent sera alors consacrée à l’expansion industrielle à l’étranger, en particulier dans les pays nouvellement industrialisés comme la Corée du Sud, Taïwan, Singapour, et Hong Kong. Mais une fois que ces pays auront créé leur propre base de capital, ils n’auront plus besoin de puiser dans cette réserve pour produire.

C’est alors que cette masse d’argent commence à prendre de nouvelles formes dans les systèmes bancaires nationaux et internationaux. Et ce sont ces nouvelles formes qu’avec d’autres, j’appelle « la financiarisation ». Je le répète, la financiarisation n’est pas une forme de capital ! Dès que l’argent quitte le circuit de la production, et devient inactif, ce n’est plus du capital. La financiarisation apparaît lorsque cesse la transformation de l’argent dormant en capital.

Lorsque les élites financières et industrielles se sont rendu compte de l’existence de cette réserve de fonds inutilisés, elles ont réfléchi aux moyens de les libérer. Contrairement à d’autres économistes, je conçois la libéralisation comme une sorte de ré-régulation. Il y a eu, d’un côté, une déréglementation autour des institutions constituant l’État-providence, mais il y a également eu, de l’autre côté, une série de nouvelles réglementations permettant à l’argent inactif d’opérer pour son propre compte afin d’attirer de nouveaux flux de revenus malgré l’affaiblissement de la rentabilité réelle des investissements. La financiarisation représente le moment de désintégration des économies capitalistes, quand les réserves d’argent dormant s’accumulent à un tel point qu’il n’y a pratiquement aucune possibilité de les réinvestir dans le procès de production.

BH : On a tendance à voir dans la dérégulation la cause de cette spéculation accrue. Mais vous affirmez qu’en réalité, la dérégulation est la conséquence des pressions venant du manque de possibilités d’investissement rentable.

RW : Oui, et la mondialisation n’est que le corollaire de la financiarisation — c’est la désintégration physique des économies fondées sur la production. D’une part, il y a accumulation accrue de fonds et, de l’autre, il y a désintégration des modèles de production verticaux qui dépendent des économies nationales. Cette désintégration ne fait que réduire la demande d’investissement dans la production réelle. Finalement, une partie de l’élite commence à se rendre compte que cet argent existe, inactif, et qu’il faut en faire quelque chose. C'est ainsi qu’on a vu émerger des formes d’arbitrage des investissements qui passaient par la spéculation boursière. Il a donc fallu que de nouvelles régulations soient mises en place. Les anciennes règles qui octroyaient au capital industriel un effet de levier sur la finance ont été amoindries, modifiées et finalement supprimées, menant à la dérégulation, à la libéralisation et à la privatisation qui définissent notre époque.

BH : Comment est-ce lié à la dollarisation du début des années 1970 ?

RW : Tout cet argent inondant le système bancaire mondial a encouragé les emprunts excessifs, en particulier dans les pays qui cherchaient à bâtir leur propre système industriel. À cette époque, la structure de l’économie étatsunienne était tout à fait différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Avant que le dollar ne devienne la monnaie de réserve mondiale, les États-Unis étaient contraints par l’état de leurs ressources propres, limitant considérablement la capacité des gouvernements à répondre à la crise. On a alors vu paraître des livres comme The Fiscal Crisis of the State (1973) de James O’Connor, qui affirmait que l’emprunt public était en train d’évincer l’investissement privé. Les pays riches empruntaient pour pouvoir continuer à financer leur État-providence – surtout dans un contexte de montée du chômage, de faillites, et de rétrécissement de l’assiette fiscale –, alors que beaucoup de pays moins riches empruntaient pour créer des industries productives.

Lorsque le président de la Banque de réserve fédérale Paul Volcker a augmenté unilatéralement les taux d’intérêt sur le dollar (en 1980), cela a failli détruire le système bancaire américain — et cela a effectivement anéanti les aspirations des pays en voie du développement. Les pays du Tiers-monde étaient désormais à la merci du FMI et de la Banque mondiale, qui, d’un rôle d’agences de développement, se sont vus convertir agences d’extorsion, à travers des programmes « d’ajustement structurel ». Mais avec des taux d’intérêt atteignant environ 21 %, le dollar est devenu la marchandise la plus prisée au monde. L’argent a afflué dans l’économie américaine. Dans les banques, les bons, les actifs et autres « valeurs refuges » libellés en dollars ont assuré des rendements très lucratifs. La hausse des taux d’intérêt et le déclin des profits industriels ont accéléré la désintégration et la disparition des systèmes de production dans les économies avancées. Dans une situation où les taux d’intérêt réels sont plus élevés que les profits, les investissements dans la production ne sont plus assez attirants.

Auparavant, le secteur bancaire n’avait pas encore pleinement adopté la titrisation et les échanges sur des marchés secondaires. Les banques prêtaient de l’argent directement aux emprunteurs en attendant que ces pays, États ou collectivités territoriales les remboursent avec intérêts. Avec le quasi-effondrement des systèmes bancaires mondiaux, il est devenu impossible de revenir au modèle de prêts des banques commerciales : l’ampleur même des dettes nationales et internationales — toutes catégories d’emprunteurs confondues — dépassait largement les actifs en capital du système financier sur lequel le prêt relationnel reposait. La titrisation a réduit la quantité d’argent que le système financier devait détenir pour accorder des prêts, permettant aux banques de supprimer de leurs bilans les prêts non productifs et les actifs non liquides, comme la dette du Tiers-monde ou les hypothèques immobilières, les fusionnant ensemble dans des « packages » vendus aux investisseurs spéculant sur les marchés dérivés. C’est alors qu’un méli-mélo de nouveaux outils financiers s’est mis à occuper le devant de la scène, composant une nouvelle architecture de marchés dérivés, de fonds spéculatifs (hedge funds) et de système bancaire parallèle (shadow banking).

BH : Vous décrivez le passage des cycles économiques à une alternance entre de bulles spéculatives et d’effondrements. En quoi cette évolution modifie-t-elle notre compréhension des crises économiques ?

RW : Au départ, le capitalisme est marqué par des oscillations décennales du cycle économique, poussées par le renouvellement du capital fixe. La partie ascendante d’un cycle consiste dans le réinvestissement massif, la productivité accrue, et une grappe d’innovations qui, se répandant dans toute l’économie, servent de nouvelle base pour la réalisation des profits. Selon moi, dans les années 1980, l’économie ne fonctionne déjà plus selon ces cycles. Plutôt, on voit des vagues de capital financier osciller entre gonflements et éclatements des bulles spéculatives. En 1987, nous avons assisté à un krach boursier à l’échelle mondiale où des États comme le Japon ont été contraints de renflouer le reste du monde avec leur épargne. Ce processus s’est poursuivi tout au long des années 1990 et 2000. Le passage des cycles économiques aux cycles de spéculation autour des bulles financières met également fin à la banque orientée principalement vers les déposants. Les banques ne prêtent plus de l’argent directement aux clients. Certes, elles accordent des prêts, mais ceux-ci sont ensuite revendus par lot à des investisseurs divers, et des entités financières multiples. Dans l’ancien modèle des banques commerciales, celles-ci devaient être extrêmement attentives à leurs emprunts et crédits. Mais dans le nouveau modèle financier, elles n’ont du tout à s’en préoccuper.

Il faut aussi noter que les bulles spéculatives n’ont rien à voir avec les fondamentaux du marché. Elles ont plutôt à voir avec le fait que les gouvernements et les très grandes entreprises — soit d’anciennes sociétés transnationales centrées jusqu’alors sur la production, soit des établissements financiers et tout types de gestionnaires de fonds, de connivence avec les États et les banques centrales — entretiennent un simulacre étrange du regretté marché bien-aimé des néolibéraux. Et quand celui-ci aboutit à des conséquences odieuses, ces derniers n’y voit qu’une intervention de la main invisible.

BH : Vous parlez de la relation étroite entre les formes particulières de production de valeur et le noyau d’institutions et d’infrastructures qui accompagnent ces formes. Sommes-nous au seuil d’une nouvelle phase dans chacune de ces sphères ?

RW : Le capitalisme naît historiquement pour satisfaire une gamme circonscrite de besoins humains par des biens manufacturés et standardisés. Le système comptable essentiel duquel dépend son profit s’enracine donc dans la production. Comme nous l’avons vu, lors de « l’âge d’or », la production en masse de l’ensemble des biens de consommation durables dépendait d’apports non capitalistes pour la soutenir. À mesure que ceux-ci se désintègrent, la capacité du capitalisme à produire et à distribuer ces biens à ceux qui en ont besoin s’effondre également. Le découplage entre production et développement nous laisse avec quelque chose de plus prédateur et moins lié que dans le passé aux formes de développement social qui avait accompagné le capitalisme.

  • 2 Le putting out system (système domestique), qui a existé sous le féodalisme et perduré jusqu'au mil (...)

Le nouveau système de sous-traitance (putting out) dissout la relation existante entre capital et travail2, créant une économie mondiale où le travail est de plus en plus effectué par une main-d’œuvre contingente, quasi paysanne, quasi prolétaire. Politiquement, cela peut se traduire par des régimes autoritaires, où les salaires dans le secteur industriel ne couvrent pas les coûts de reproduction sociale, et doivent être complétés par du travail familial dans l’agriculture, les services et le travail saisonnier. Alors que la survaleur que dégage ce système est énorme, elle est assez peu réinvestie car son accroissement prend la forme d’intérêts et de rentes. La minorité qui en bénéficie — qu’elle se trouve dans les économies avancées ou non — jouit des biens de consommation multiples et relativement peu chers. Pour les autres, dans le monde entier, les perspectives de vie diminuent, et le spectre de la misère devient réalité.

Un « autre monde », nous regarde. Il existe de nouvelles sources d’énergie, des infrastructures durables pour les transports publics, des espaces de vie reconfigurés, des appareils et équipements renouvelables de communication, etc. Mais tout cela demanderait davantage d’investissements à long terme, et à des taux de rentabilité trop faibles pour assurer la survie du capital. Tant que le capital peut connaître des taux de survaleur extrêmement élevés, et que les gouvernements et les banques soutiennent une économie de bulles spéculatives, il n’y a aucun impératif pour investir autrement.

Haut de page

Notes

1 « Capital dormant » ou « capital en friche » : voir Marx, Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse » (traduction sous la responsabilité de Jean-Pierre Lefebvre), Éditions sociales, 2022 (1980), p. 580 et sq. Voir aussi Rudolf Hilferding, Le Capital financier (trad. Marcel Olivier), Minuit, 1970 (1910), p. 89 (NdT).

2 Le putting out system (système domestique), qui a existé sous le féodalisme et perduré jusqu'au milieu du XIXe siècle en Grande-Bretagne, était l'ancêtre de ce que nous appellerions aujourd'hui la délocalisation ou l'externalisation. Il s'agissait de sous-traiter la petite fabrication (notamment des vêtements de laine) à la sphère domestique, en contournant les guildes corporatives qui imposaient des coûts du travail plus onéreux. Marx en parle (sans utiliser le terme) dans Le Chapitre VI. Manuscrits de 1863-1867, GEME/Éditions sociales, 2010. En recourant à ce terme anachronique, Westra tient à insister sur la survie de formes d'organisation féodale du travail au sein du capitalisme mondialisé (NdT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Westra, « Banques, bulles et profits »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2299

Haut de page

Auteur

Richard Westra

Richard Westra est professeur à l’Institut de sciences politiques à l’université d’Opole (Pologne) et professeur invité à l’université de Macau. Il est l’auteur de nombreux livres, portant notamment sur la mondialisation et sur les économies des pays asiatiques.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search