Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Modèles critiquesSans image directrice

Modèles critiques

Sans image directrice

Alexander Neumann

Texte intégral

1Aujourd'hui, de vastes mouvements oppositionnels, imprévus, cherchent à ouvrir de nouveaux chemins, le plus souvent dans une quête de sens encore erratique. Par le refus des abus, de la maltraitance sociale et de l'inégalité, du désastre écologique, de l'autorité sadique et de la répression liberticide, ces mouvements tentent de contourer de nouvelles formes pour dénouer les crises contemporaines. Cela pousse les penseurs les plus originaux à sortir de la tradition, à se passer de modèle établi. Tous les modèles critiques sont sollicités à nouveau. Le modèle dominant n'arrive plus à faire croire qu'il va apporter des réponses satisfaisantes, contrairement à la période d'hallucination collective qui s'était déployée depuis 1978. Les temps changent. La grande crise du capitalisme mondial est devenu manifeste depuis 2008, entrainant des vagues successives de réfraction, d'insurrection et de retournement. Le discours dominant a perdu l'avantage du réalisme. Pour penser l'issue, des formes critique anciennes tentent de faire peau neuve, par exemple l'Institut für Sozialforschung de Francfort, le centre expérimental de Vincennes - Paris 8, le Collège international de philosophie.

Ohne Leitbild (sans image directrice)

  • 1 Pour une édition cohérente des ces écrits, voir Adorno, Kulturkritik und Gesellschaft (Prismen; Ohn (...)

2L'idée même du modèle critique veut dire qu'il est possible de renverser tout modèle. C'est un concept ironique, où la critique se glisse à la place du modèle pour l'abolir in fine. L'expression vient d'Adorno, en réponse à une grande station de radio berlinoise, qui lui avait demandé quelle serait sa ligne directrice, en pensée, son image directrice ou Leitbild ? Le penseur réfractaire a détourné l'entretien afin de mettre en question l'idée même d'image directrice. Il expose dans le receuil Ohne Leitbild (Sans image directrice) pourquoi et comment il souhaite penser en dehors d'un modèle à suivre. La critique de l'image directrice enfanta les modèles critiques. Adorno publie alors 9 modèles critiques, puis de nouveaux modèles critiques. En présentant une flopée de neuf essais, il fait alors du neuf et invente de nouvelles formes. Sa pensée passe des prismes littéraires à des interventions critiques sans modèle, dans les années 1960. Voilà l'enchainement de ses titres : Prismes; Sans image directrice; Modèles critiques 1,2 et 31. Le joli titre Prismes avait été repris en langue française pour une petite série de trois livres collectifs, aujourd'hui arrêtée. Le présent thème de Variations - modèles critiques - rend hommage à cette impulsion en restituant toute l'ampleur de l'idée adornienne. L'avant-propos aux 9 modèles critiques précise qu'il s'agit d'assumer l'inconfort de la critique, qui se doit de briser tabous et consensus, au sujet de l'éducation, la philosophie et son enseignement, la sexualité, la télévision ou le refoulé historique du fascisme.

3La création de l'Institut de Francfort en 1923, en pleine révolution des conseils, peut lui-même évoquer un tel modèle critique. Souvenons-nous que l'expression "Théorie critique", pour désigner le projet intellectuel et social de Francfort, émerge plus de dix ans après la fondation de l'Institut. La faculté de Vincennes, arrivée après la grève générale de 1968, s'appelait alors "centre expérimental" avant de s'insérer dans une série de 1 à 10, sous l'appellation Paris 8.

  • 2 F. Châtelet, E. Pisier Kouchner, J-M. Vincent, Les marxistes et la politique, PUF, 1975; F. Châtele (...)
  • 3 Il s'agit alors d'une initiative soutenue par le haut, la première présidence Mitterrand, et son Mi (...)

4L'un des fondateurs, François Châtelet, a ouvert la perspective d'une révolution sans modèle absolu, en 1974, au vu des dégâts autoritaires du stalinisme et maoïsme qu'il voyait à l'oeuvre. Ami de Jean-Marie Vincent (fondateur de la revue Variations) et auteur à quatre mains avec lui2, Châtelet participa surtout à la création du Collège international de philosophie, avec bien d'autres. Le projet impliqua un refus poli de l'académisme conservateur, l'ouverture aux pratiques non-conventionnelles, à l'extension du champ au delà de la philosophie strictement universitaire et disciplinaire. Le Collège international ouvre ses portes en 19833.

  • 4 Voir : resistons.up8.edu
  • 5 Cultural industries and entrepreneurship, voir : nottingham.ac.uk

5Aujourd'hui, ces trois exemples et centres perdurent, changent et retournent aux sources, comme les contributions à ce numéro le détaillent. Une orientation critique peut les aider à se passer d'une image directrice, stricte. Il serait possible d'évoquer d'autres cas encore, par exemple la faculté autonome de Puebla qui dialogue avec les zapatistes au Mexique sans être dissoute pour autant. Lors du mouvement printanier de 2023 à l'encontre des projets de la présidence Macron, une partie des étudiant.es de Paris 8 avait ouvert un forum, nommé Carré rouge sans doute en hommage à Malévitch, où étaient discutés un enseignement partagé, sans notes, la créolisation et l'accueil des étrangers, l'extension des droits sociaux et la précarité étudiante, la répression policière, les luttes écologiques et d'autres sujets encore qui rappellent un peu les débuts du centre expérimental. L'Université Paris 8, envisage pourtant de rayer la mention Vincennes à Saint-Denis de son nom, pour s'éloigner de l'imaginaire prégnant de la gauche, de la critique sociale et de la banlieue, pour se tourner davantage vers la classe créative4. Ici, personne ne prend encore pour modèle l'université de Nottingham qui propose aux étudiants internationaux une formation en Industries culturelles et entreprenariat, à seulement 20.000 livres sterling par an5.

  • 6 Staline écarta le directeur David Rjazanov de l'Institut Marx Engels, coopérateur avec l'Institut d (...)

6D'autres projets critiquent périrent. L'Institut Marx Engels de Moscou, crée en 1919, fut écrasé sous le poids de l'idéologie de Staline. Le Center for cultural studies de Birmingham a coulé, à la fin du mandat d'Anthony Blair, malgré une orientation modérée qui éluda les rapports de classe, dans une métropole jadis prospère6. Désormais, la commune de Birmingham est officiellement déclarée en faillite, bloquant toute dépense publique, faisant apparaitre les rapports de classe là, où le centre universitaire local avait fini par les négliger. Il ne s'agit pas de perpétuer des traditions et des modèles, de manière idéalisée ou fétichiste, mais d'inventer du neuf - sans oublier les erreurs du passé.

La Théorie critique aujourd'hui

  • 7 M. Horkheimer, Traditionnelle und kritische Theorie, 1937, note (nous traduisons) : http://lesekrei (...)
  • 8 Voir A. Neumann, La révolution et nous. La formation de la Théorie critique de 1789 à nos jours, La (...)
  • 9 Voir ifs.uni-frankfurt.de

7En ouverture du thème des modèles critiques, nous publions pour la première fois en France un texte du nouveau directeur de l'Institut de recherche sociale de Francfort, Stephan Lessenich, Une petite auberge nommée nouveau départ. Son orientation est remarquable de plusieurs points de vue. Il manifeste d'abord un retour aux sources, à l'élan fondateur de l'Institut qui vient de fêter ses 100 ans, en affichant en grand et en ouverture de son site cette citation de Horkheimer : "La Théorie critique déclare: la situation ne doit pas être telle qu'elle est, les êtres humains peuvent changer ce qui est, les conditions historiques existent pour le faire."7. Ce retour rappelle aussi, entre autres, le séminaire fondateur de l'Institut de mai 1923, animé par Karl Korsch et George Lukacs8. Comme le premier séminaire s'était donné pour nom La première semaine de recherche marxiste, l'évènement actuel de l'Institut francfortois s'appelle logiquement Le second séminaire de recherche marxiste9.

8Dans un contexte de crise économique, sanitaire, écologique, Lessenich souhaite mettre à jour les recherches à Francfort, à s'interroger sur des enjeux très pratiques de la production et du partage des savoirs. Il veut ouvrir une nouvelle page, et se moque au passage du fétichisme généalogique de la presse, qui veut en faire le successeur d'Adorno. Un peu comme si l'on désignait Marx comme le successeur de Hegel, ou Robespierre comme successeur de Louis XVI. Par ailleurs, les journalistes se trompent dans la généalogie institutionnelle, ajoute Lessenich avec un peu d'humour, rappelant au passage que ce fut la presse qui a collé le vocable d'Ecole de Francfort à une expérience qui ne voulait pas s'ériger en Ecole justement. Si, en Allemagne, tout le monde comprend l'allusion de l'actuel directeur de l'Institut de Francfort à la généalogie bancale qui hante les journalistes, précisons pour le public francophone et la presse parisienne ce que cela sous-entend. Objectivement, l'allusion renvoie au constat que le successeur institutionnel de Horkheimer et d'Adorno à la tête de l'Institut de Francfort fut le professeur de sociologie Ludwig von Friedeburg, de 1969 à 2001.

9L'enchainement réel des directeurs de Francfort, depuis 1953, se présente ainsi: Horkheimer/Adorno/Friedeburg/Honneth/Lessenich.

  • 10 S. Müller-Doohm, Jürgen Habermas, une biographie, Gallimard, 2018; A. Neumann, Après Habermas, Delg (...)
  • 11 Adorno-Horkheimer, Briefe und Briefwechsel, vol. 4, Suhrkamp; Adorno-Horkheimer, Correspondance, Kl (...)
  • 12 Müller-Doohm, op.cit.
  • 13 Le dir. de thèse de Habermas, obtenue à bonne en 1954, fut Erich Rothacker, heideggérien et hitléri (...)

10Cela prouve à contrario que Jürgen Habermas n'a jamais dirigé l'Institut francfortois - il a même explicitement refusé d'y être rattaché lorsqu'il est fut nommé professeur à l'Université Goethe de Francfort10. Il est vrai que le directeur de l'Institut für Sozialforschung Horkheimer, qui a produit le concept de la Théorie critique, avait écrit à Adorno au début des années 1960 pour expliquer que Habermas, jusqu'alors postdoctorant, ne devait pas préparer son habilitation au sein de l'Instititut, dans ces termes explicites : " H. fait autant violence à la philosophie qu'à la sociologie"11. Au vu de ce désaccord fondamental, Habermas a refusé de s'associer de près ou de loin à l'Institut de recherche sociale par la suite, même après la mort de Horkheimer en 1974, réfutant explicitement l'hypothèse qu'il pourrait en prendre la direction. Cela après avoir déclaré de rompre définitivement avec la Théorie critique, dans une lettre à Marcuse.12 Habermas n'est donc en rien le successeur de Horkheimer, ni sur le plan institutionnel, ni du point de vue intellectuel. La référence du premier à Heidegger, dont le jargon est au centre de son doctorat, était hors sujet pour le second13.

  • 14 Présentation de Philosophie magazine du 6/12/2006 d'un entretien avec Honneth: "Axel Honneth, actue (...)
  • 15 M. Jay, L'imagination dialectique, Payot, 1998; A. Demirovic, op.cit.; M. Acikgöz, Permanenz der kr (...)

11Ironie de l'histoire, Axel Honneth a plus tard soutenu son habilitation sous la direction de Habermas à l'Université Goethe, mais toujours à l'extérieur de l'Institut de recherche sociale de Francfort, en dehors de tout cadre de la Théorie critique (après avoir soutenu une thèse sur Foucault à Berlin), pour devenir le directeur de cet Institut de 2001 à 2014. De cette constellation d'un directeur habermassien à la tête de l'Institut de Francfort - Honneth - naquit une spectaculaire confusion intellectuelle, au sein de laquelle Habermas se voit déclaré héritier ou successeur de Horkheimer et Adorno, contre toute évidence. Des journalistes mal renseignés ont ainsi fabriqué l'idée fausse de "trois générations de l'Ecole de Francfort". Partant de Horkheimer comme première génération de Francfort, Habermas est vu comme son successeur pour définir la deuxième génération, son "élève" déclaré, Honneth, incarnant dans cet esprit la troisième génération de l'Ecole de Francfort. Carabistouilles et poudres de perlimpinpin. La désinformation frappa Philosophie magazine et Le Monde des Livres, entre autres14. La production de recherche contemporaine, basée sur des archives anciens et récents, réfute en tout point le storytelling de la "deuxième génération" (Habermas) tout comme de la "troisième génération" (Honneth) qui remplacerait le programme critique des fondateurs15. Nous constatons que ce discours n'est pas porté par l'actuelle direction de l'Institut für Sozialforschung de Francfort.

  • 16 J.Habermas, Ce fascinant Monsieur Macron, L'Obs, 25/10/2017.

12L'actualité médiatique nous montre encore que la vue journalistique de la succession générationnelle est bancale. Car Jürgen Habermas se reconnait entièrement dans un jeune philosophe qui pourrait être son petit-fils spirituel : Emmanuel Macron. Le président-philosophe l'éblouit et le fascine littéralement, comme il le précise pour le public parisien16. Pour rester cohérent avec son récit générationnel, la presse française devrait donc déclarer que Monsieur Macron représente la quatrième génération de l'Ecole de Francfort. Cela pourrait devenir amusant si la fiction générationnelle de journalistes étourdis ne revenait pas à exclure, de manière assez violente, les nombreuses professeur.es d'université vivants qui s'inscrivent directement dans la filiation d'Adorno and friends, féministes compris, et qui ne suivent pas le modèle honnethien.

  • 17 O.Negt, L'espace public oppositionnel (anthologie de 1967 à 2007), Payot, 2007; A. Davis, Femmes, r (...)

13Par exemple : Oskar Negt, Angela Davis, Regina Becker Schmidt, Detlev Claussen, Stefan Müller Doohm, et bien d'autres encore, dont les livres connaissent une grande diffusion17. Ces professeurs "adorniens", font plus ou moins partie de la même cohorte d'âge que Honneth, s'ils ne sont pas plus jeunes que lui, ce qui contrecarre en soi tout le récit d'une "troisième génération".

  • 18 Fraser/Honneth, Umverteilung oder Anerkennung, Suhrkamp, 2003.

14Au fait, les deux filiations sont nettement distinctes, contradictoires entre elles, mais simultanées et contemporaines. Le débat gagnerait en relief si les positions opposées étaient bien nommées et comprises, pour nourrir un débat contradictoire et ouvert. Plusieurs oppositions théoriques furent par exemple rendues visible lors de la "querelle politico-philosophique" entre Axel Honneth et Nancy Fraser, il y a vingt ans déjà18. Chaque courant a apporté des interprétations brillantes, éclatantes, qui pointent dans des directions diverses.

Le flic est dans le flux

  • 19 " Wie scheint doch alles Werdende so krank" (la citation est issue d'une poésie de Georg Trakl) in (...)

15Un survol du livre le plus diffusé d'Adorno, Minima moralia, comparé au texte de référence de Honneth, Les pathologies de la raison, permet de voir l'étendue des désaccords. La question des pathologies sociales irrigue entièrement l'écrit adornien, publié en hommage à Horkheimer, en particulier son passage intitulé "Comme il semble pourtant que tout devient si malade".19 Adorno comprend ici : "La pathologie contemporaine réside justement dans la normalité".

  • 20 M. Horkheimer, Traditionnelle und kritische Theorie, 1937, (nous traduisons) : http://lesekreis.blo (...)

16Honneth part, lui, d'une norme et d'un critère moral qui doit permettre de montrer des dysfonctionnements, des pathologies sociales et mentales qui s'écartent d'un modèle juste. Sans le dire nettement, il tente de contrecarrer l'argument d'Adorno, selon laquelle il n'y a rien de vrai dans le faux, au sein d'une société bourgeoise entièrement pénétrée par le capitalisme et ses fausses représentations. Se borner à décrire des "dysfonctionnements" - qui ne sont que les symptômes d'une société dont le fonctionnement normal est un fonctionnement malade - participe d'un discours dominant, dit Adorno. Cet argument est exactement celui qu'avance Horkheimer lorsqu'il introduit la conception de la Théorie critique pour la première fois, en opposition aux théories traditionnelles : l'approche critique ne se contentera pas "de faire cesser quelques dysfonctionnements, qui doivent plutôt être comprises comme des manifestations qui sont nécessairement nouées à toute la construction de la société"20. Dans Minima moralia, Adorno ajoute encore que seulement les fous et les éléments écartés de la normalité peuvent donner à voir une vérité, à la manière d'un fou du roi. Le discours savant qui se réclame de la raison fait entièrement partie du problème, selon lui, comme le montrent le positivisme qui prétend parler au nom de la raison et des faits, la philosophie ontologique et anti-dialectique qui oppose schématiquement ce qui est sérieux à ce qui est naïf, ainsi que la psychanalyse qui veut adapter les individus à la norme sociale dans son versant cognitiviste ou comportementaliste. L'idée même d'opposer schématiquement ce qui est raisonnable et sérieux à ce qui est fou et naïf, le moderne au non-moderne, la pathologie à la saine normalité, rate complètement toute relation dialectique et fuit toute critique, dit Adorno.

17Son modèle critique, qui exècre la normalité, n'est-il pas plus pertinent que l'idée d'un dysfonctionnement en rapport à la norme? Est-ce que le harcèlement au travail se développe autour des normes du management, où s'agit-il de simples dysfonctionnements passagers? Le travail produit-il l'harmonie et l'adhésion sociale, ou est-ce que les conditions même du travail rendent fou, la question étant de savoir comment les salariés font pour ne pas devenir fou? Est-ce que les médias de masse produisent des discours et images stéréotypées, ou faut-il seulement critiquer excès et erreurs? Les réseaux sociaux organisent-ils le contrôle social et la commercialisation des données personnelles, où s'agit-il d'épingler certaines dérives? La surveillance est-celle inscrite dans la programmation numérique - où le flic est dans le flux - ou bien découle-t-elle de malveillances occasionnelles? La répression policière violente fait-elle partie des normes de la société bourgeoise, où doit-elle comprise comme un excès ponctuel, par exemple comme bavure? La psychiatrie assure-t-elle de ramener tout individu perturbé à la norme, où tend-elle à rendre fou si elle reste organisée selon ses principes fondateurs, carcéraux? Est-ce la norme du capitalisme produire du profit sans limites, où doit-on regarder ses dysfonctionnements?

  • 21 Honneth, op.cit., voir aussi F. Freyenhagen, Université d'Essex, GB: Honneth on social pathologies. (...)
  • 22 A. Honneth, Pathologien der Vernunft. Geschichte und Gegenwart der kritischen Theorie, Suhrkamp, 20 (...)
  • 23 K. Genel et J.P. Deranty, La Théorie critique, entre reconnaissance et mésentente, Sorbonne/OpenEdi (...)

18Dans son livre-programme sur les pathologies, Honneth se base sur une opposition schématique, celle entre pathologie et normalité sociale. Selon Horkheimer et Adorno, cette manière d'opposer schématiquement des concepts, par exemple la solidarité organique et mécanique chez Durkheim, caractérise les théories traditionnelles. Dans son texte, Honneth épouse l'ensemble des aspects qu'Adorno voit comme des affres. Honneth adopte le positivisme sociologique de Durkheim contre la pensée conflictuelle de Marx, une ontologie sociale contre la dialectique négative d'Adorno, et une psychanalyse mainstream qui cherche à appliquer une norme idéale en dehors du sens que les sujets peuvent attribuer à leur propre vie.21 En sous-titre de son livre programmatique, Honneth affirme pourtant établir à la fois l'histoire et le présent de la Théorie critique22. Il est alors compréhensible que les disciples honnethiens peuvent être tentés par une plaidoirie pro domo. Katia Genel, dont Honneth fut le co-directeur de thèse, signe par exemple cette phrase : "Honneth poursuit la tradition francfortoise dans la mesure où celle-ci part des 'pathologies de la raison sociale'."23.

  • 24 Adorno, Minima moralia - passage Novissimum organum, p.261.
  • 25 Adorno, op.cit., passage Ausschweifung, p.301.

19Rien n'est moins sûr. Lorsque Adorno dénonce la pathologie qui réside dans la normalité, il en précise les soubassements à travers un long commentaire du Capital de Marx, partie III24. Le prolétariat n'est pas seulement exploité et opprimé, mais fait entièrement partie du processus capitaliste en tant que salariat, étant la "partie variable du capital", constate-t-il. Les exigences de performance, les contraintes techniques du capitalisme, se répercutent immédiatement dans le corps et la vie psychique des travailleurs, alors que la division sociale du travail crée des clivages psychiques, par un éclatement mental de la vie sociale qui s'exprime de manière schizophrène et psychotique. Ces déformations, produites par la norme sociale, nourrissent les mouvements autoritaires, constate encore le critique francfortois. A la toute fin du livre, il souligne que les intellectuels devraient tenter d'arracher le voile qui couvre les yeux des universitaires, les incitant à voir la réalité de "la lutte des classes", dans une unité d'action avec le prolétariat qui subit la même exploitation et domination qu'eux25.

  • 26 A. Honneth, Arbeit, Handlung, Subjektivität, Suhrkamp, 1980, p.185.
  • 27 Adorno, Capitalisme tardif ou société industrielle (1968) in : Société, Payot, 2012.
  • 28 Philosophie magazine, entretien Olaf Scholz-Axel Honneth, septembre 2023. Il faut savoir qu'Adorno (...)
  • 29 A. Honneth, Der arbeitende Souverän, Suhrkamp, 2023.
  • 30 M. Horkheimer, « Die Juden und Europa » in: Gesammelte Werke, vol.4, Suhrkamp, 1988, p.308.

20Pour sa part, Honneth a écrit noir sur blanc que la critique du capitalisme livré par Marx "ne peut plus rien apporter à la compréhension des sociétés contemporaines"26. A mon sens, il n'est plus possible d'ignorer que le canal historique de Francfort porte une critique du capitalisme mondial autrement plus appropriée à la crise actuelle que ne le permet la position de Habermas et Honneth, affichée dès les années 198027. Très récemment, Honneth a dialogué avec le Chancelier Olaf Scholz, pour convenir avec lui que la social-démocratie allemande a bien fait d'abandonner toute référence à Marx, à la lutte des classes et à l'internationalisme lors de son congrès de 1959, le philosophe se targuant au passage d'avoir adhéré encore plus tôt que le Chancelier au parti SPD sur cette base28. Dans son livre le plus récent, Honneth veut encore croire que la participation démocratique repose sur une division sociale du travail bien ordonnée, selon le modèle de la solidarité organique de Durkheim29. La solidarité est assurée si tout le monde joue son rôle, au lieu de défendre ses intérêts dans la lutte des classes. Cela permet une adhésion à l'Etat constitutionnel, en ce sens à la république. Cette position est parfaitement claire, honorable et bien établie. Il s'agit d'une défense classique de l'Etat républicain, aux origines pro-dreyfusardes très dignes (Durkheim avait soutenu Dreyfuss) qui motive aussi le refus de l'extrême droite contemporaine. De nos jours ressurgit la mise en garde de Horkheimer: "Celui qui ne veut pas parler du capitalisme doit se taire au sujet du fascisme"30.

Contre une sociologie garante de l'ordre établi

  • 31 ciph.org
  • 32 Voir Adorno, La personnalité autoritaire, Allia, 2007; S. Müller Doohm, Die Soziologie Adornos, Cam (...)

21Pour en revenir à la nouvelle direction de l'Institut de Francfort, le fait que Lessenich soit rattaché à la faculté de sociologie et de sciences politiques à Francfort l'amène naturellement à s'intéresser aux sociologues français qui se sont ouverts à certaines idées francfortoises, par exemple Luc Boltanski. Si son véritable modèle critique pour imaginer un projet francfortois du 21 siècle est le théâtre épique de Brecht, Lessenich s'intéresse aussi au mode de travail de l'équipe de Bourdieu, cela sans forcément aborder les possibles contradictions de cette entreprise. Le projet critique qu'esquisse Lessenich est discuté à Paris en octobre 2023, à l'invitation du Collège international de philosophie et du LLCP Paris 831. La recherche sociale de Francfort est, dans son principe, opposé aux cloisonnements disciplinaires qui risquent de reproduire une division du travail typiquement bourgeoise. L'idée même que la philosophie puisse se discuter de manière abstraite dans un domaine à part est, en effet, littéralement anti-francfortoise. Contre le positivisme d'Auguste Comte et Emile Durkheim, qui tend à restaurer l'ordre social au lieu de le mettre en question, Lessenich plaide pour une recherche expérimentale et critique, qui est aux fondements de la recherche sociale de Francfort. Il s'agit donc de relancer le dialogue transnational, et une dialectique entre l'expérimentation et la conceptualisation. Dans son texte, discuté à Paris, Lessenich relance aussi le riche fonds de recherches empiriques de Francfort, depuis les études sur l'autoritarisme de l'après-guerre, passant par de nombreuses enquêtes sur les entreprises, le travail et la démocratie, jusqu'à des projets au sujet des migrations, entre les années 1950 et 2000. J'ajoute ici que les publications sociologiques d'Adorno comprennent plus de deux mille pages, alors que ses concepts critiques les plus originaux sont élaborés à partir d'une discussion de résultats empiriques. En particulier les concepts d'industrie de la culture (Kulturindustrie), de personnalité autoritaire (autoritärer Charakter), d'expérience non-règlementée (nichtreglementierte Erfahrung), ou encore les modèles critiques32. La Kulturindustrie est impensable sans l'observation empirique de la production de Hollywood ou des stations de radio américaines. Le travail sur le concept entre ainsi dans une dialectique avec la recherche empirique qui dépassent largement les frontières académiques de la sociologie et de la philosophie. C'est pourquoi la Théorie critique a pour fondement la recherche sociale, qui définit l'Institut de Francfort : Institut für Sozialforschung.

  • 33 E. Balibar, Un tournant dans le mouvement, blog Mediapart, 2023: https://blogs.mediapart.fr/etienne (...)

22Ici, nous publions les pages que Horkheimer et Adorno ont consacré à la thèse de doctorat d'Oskar Negt, qui y critique la sociologie comme une science de l'ordre, dans le droit fil d'une dialectique de l'expérience et du concept, d'une association entre enquête et travail sur le concept, qui déborde les lignes traditionnelles de la sociologie et la philosophie. Il s'agit de l'un des intellectuels de gauche vivants les plus importants dans l'espace germanophone, sinon international à en juger l'ampleur des traductions et invitations, dont celle de la première présidence Lula, de plusieurs facultés américaines et de l'université de Beijing, sans oublier Paris 8. Il est encourageant de voir que même les intellectuels de la French Theory qui se situent en principe loin de la Théorie critique se réfèrent désormais à L'espace public oppositionnel de Negt, par exemple Etienne Balibar33.

  • 34 Voir G. Friedmann, Le travail en miettes, Gallimard, 1963; L. Goldmann, Philosophie et sciences hum (...)

23Negt avait élaboré, en 1963, une critique concise des similitudes qui se font jour entre les pensées d'Auguste Comte et G.W.F. Hegel, à une époque marquée par la restauration qui suit la révolution française. Il apparait que le positivisme se situe loin des faits, dans une veine métaphysique, alors que la pensée polythéiste de Hegel contient de nombreuses observations sociales assez justes, la polarisation entre oligarques et plèbe par exemple. Nonobstant ce chassé-croisé, tous deux empêchent de voir l'émancipation en dehors de la société bourgeoise. Le directeur de thèse, Adorno, et le directeur de l'Institut de Francfort, Horkheimer, tombent ici d'accord qu'il s'agit d'une recherche de la plus haute importance, susceptible de disperser les lieux communs les plus répandus en philosophie tout comme en sociologie. Les sociologues français du 20ème siècle, soutenus par Adorno, ont montré pourquoi le modèle positiviste de Durkheim, inspiré de Comte, est inopérant34.

24Lors du 85ème anniversaire du disciple d'Adorno, la fondation scientifique Hans Böckler a organisé un grand colloque en son honneur, au vu des vingt livres produits par Negt depuis sa fameuse thèse. L'auteur de ces lignes lui a rendu hommage par un discours introductif, une key note, après un bref mot de bienvenue de Rüdiger Hoffmann, dans sa fonction de premier secrétaire du mouvement syndical allemand. La confédération regroupe 6 millions d'adhérents, mais les interventions se sont produites devant 500 invité.es seulement. Le titre de l'intervention d'ouverture, dont on trouve une version française dans le présente numéro, est Oskar Negt, penseur allemand de la révolution française. Il s'agit d'une allusion à l'expression de Marx qui voyait en Kant le véritable théoricien de la révolution française, alors que Negt voyait en Ernst Bloch un philosophe de la révolution d'octobre 1917. Le texte de conférence tente d'expliquer pourquoi Negt gardait dans sa poche un papier où il avait noté une citation de Hegel sur la négation déterminée, le jour où le premier a tenu un discours en faveur de la libération de son anciennes étudiante en Master Angela Davis, sur la place de l'opéra à Francfort en 1972.

Les habits neufs du Collège international de philosophie

25Alain Patrick Olivier vient de prendre la direction du Collège international de philosophie - qui fêtera cette année son 40ème anniversaire, sous la forme d'un congrès qui associe anciens et nouveaux du 7 au 9 décembre 2023. Le texte qui figure dans le présent numéro thématique, porte encore la fine trace de l'exposé vivant qu'il a produit, en introduction à une "direction de programme" du Collège. Cette appellation y est utilisée pour des professeurs, élus, qui n'ont pas nécessairement besoin de présenter des titres universitaires, même si l'auteur est professeur d'université en l'occurrence. Dans le cadre de son programme, Matérialisme dialectique et formation du spectateur, il aborda l'évènement Pétrograd 1917, l'expérience moscovite de Walter Benjamin de 1927, un opéra en honneur de la révolution française, Paris en flammes, et d'autres dimensions esthétiques. Le matérialisme dialectique se déploie à travers des cas de figure et des exemples, pour ne pas rester un terme idéologique et abstrait.

  • 35 Voir ciph.org
  • 36 G. Fraisse, Le féminisme, ça pense! CNRS éditions, 2023.

26Plus globalement, le nouveau directeur esquisse une orientation de retour aux sources du Collège international de philosophie, dans sa présente contribution. Face à la vielle et grande tradition scolaire de la faculté de philosophie, qui organise une discipline autour de grands noms, du type Platon, le projet du Collège fut interdisciplinaire, ouvert aux apports hétérogènes et critiques de toute sorte, aux étrangers, artistes, littéraires, psychanalystes ou autodidactes, ouvert à un large public et aux lycées. Comme l'indiquent ses anciens directeurs et intervenants, il s'agit d'un forum qui permet d'accueillir de nombreux courants et sensibilités de la philosophie non-scolaire. Parmi les membres invités à rejoindre l'actuel comité scientifique, l'on trouve par exemple Barabara Cassin, Angela Davis, Geneviève Fraisse, Axel Honneth, Diogo Sardinhas et bien d'autres encore.35 Le débat contemporain, pluraliste, pourra s'y dérouler en toute liberté. L'apport francfortois joue sans doute son rôle, si l'on sait par exemple que Fraisse a salué la Dialectique de la raison comme l'une des inspirations de sa pensée féministe36. La question de savoir comment le Collège, né d'une garantie présidentielle, s'organisera à l'avenir n'est pas sans lien avec d'autres expérimentations, dont celle de Francfort. L'un des anciens directeurs du Collège, Miguel Abensour (de 1985 à 87), avait déjà largement contribué à faire connaitre la Théorie critique en France.

27Comme Alain Patrick Olivier, dans son exposé d'introduction, se réfère à mon livre La révolution et nous. La formation de la Théorie critique de 1789 à nos jours, le présent numéro contient les pages que Oskar Negt a souhaité ajouter en postface de l'ouvrage. Negt assure que la Théorie critique ou lui-même n'entendent pas imposer une Ecole qui se reproduit pour elle-même, mais il ne cache en rien sa sympathie pour le projet du livre, de l'auteur et du projet critique. Leonore Bazinek, habilité à diriger des recherches en philosophie, a également contribué à une discussion à Paris 8 autour du même projet, ce dont témoigne sa contribution sur la contre-révolution chez Edmond Burke. Il se manifeste là un véritable modèle des manières d'étouffer la critique, qui est éclairant pour nos travaux.

28Stefanie Baumann, chercheuse à Lisbonne, après avoir occupé un poste de professeur d'esthtétique en Allemagne, aborde une manière contemporaine de neutraliser la critique, à travers le principe Netflix. Dans ce cadre, même le film documentaire risque d'être dévoré par la Kulturindustrie.

29Nathalie Périn, également membre du Collège international, enseignante à Paris 8, revient dans le présent numéro les traits caractéristiques de la pensée de Châtelet, d'une manière limpide et enthousiasmante, en particulier sa conception de la philosophie comme une forme qui évite l'imposition scolaire. Sa contribution est suivie d'un débat en live entre Châtelet et Olivier Revault d'Allonnes - qui fut également un introducteur de la pensée d'Adorno en France - sous le titre original La révolution sans modèle (1974).

Socialismes

30Eric Lecerf, lui aussi ancien directeur de programme au Collège international de philosophie, concrétise ici une manière de pratiquer la philosophie sans passer par les fourches caudines de l'académisme, à partir de l'expérience d'une coopérative. Il en tire une question fondamentale pour le concept et la pratique de l'émancipation : sous quelles conditions est-il possible d’éviter au mouvement socialiste d’être captif des institutions qu’il a lui-même créées afin d’acquérir une puissance d’action? La réponse se trouve dans son long essai, qui mérite d'être lu jusqu'à la dernière ligne.

31Sahar Yazdanipour, doctorante à Paris 8, aborde une autre dimension de ce mouvement, en relançant les arguments d'un intellectuel socialiste largement ignoré, mais connu de Marx et discuté par Benjamin: Joseph Dietzgen, qui participa à la révolution de 1848. Les deux contributions permettent de prolonger aussi bien les filiations socialistes qu'anarchistes. Dietzgen, contraint à l'exil, fut inhumé à Chicago aux côtés des anarchistes qui succombèrent à la répression policière sanglante de la manifestation du premier mai 1886, qui fut le point culminant d'une grève et d'une campagne internationale pour limiter la journée de travail à 8 heures.

  • 37 J.M. Vincent, La Théorie critique de l'Ecole de Francfort, Galilée, 1976.
  • 38 F.A. Mignet, Histoire de la révolution française depuis 1789, Firmin Didot, 1824..
  • 39 Sondage IFOP, Les français et la lutte des classes, 1/2023, ifop.com (le chiffre est en hausse de 2 (...)
  • 40 Hegel, Grundlinien der philosophie des Rechts - §246, Suhrkamp, 1997.
  • 41 E. Todd, La lutte des classes en France au 21 siècle, Fayard, 2019.
  • 42 Y. Varoufakis, How I became an erratic marxist, The Guardian, 18/2/2015.
  • 43 N. Chomsky, Pour un monde sans guerre, Actuel Marx, 1/2003, p.
  • 44 Adorno/Horkheimer, Vers un nouveau manifeste, La tempête, 2020.
  • 45 La révolution russe débute le 8 mars 1917 avec une manifestation des femmes socialistes dans la Cap (...)

32Le fondateur de Variations, Jean-Marie Vincent, clôt le bal par son essai sur Le trotskysme dans l'histoire, qui n'est pas sans rappeler des débats présents. Le responsable du conseil de Pétrograd lors de la révolution de 1917 était Trotsky, dispersant dès 1918 la constituante qui fut convoqué et élues sur décision des conseils (soviets). Jean-Marie Vincent expose pourquoi le trotskysme, entièrement lié à l'expérience Pétrograd, n'est pas un modèle exemplaire, malgré son opposition salutaire au stalinisme. Sans le dire, il tente alors de formuler un modèle critique à son tour, dans son essai ici reproduit qui résonne avec sa connaissance de la Théorie critique37. Une décantation se produit ici. A mon sens, le marxisme soviétique apparait comme une idéologie historiquement située, mais la lutte des classes correspond à nouveau à une observation empirique, comme à ses débuts lorsque le concept servait à saisir les conflits qui animent la révolution de 1789. Ce sont des juristes et philosophes bourgeois, libéraux, qui ont alors introduit le terme, en particulier le docteur en droit F.A. Mignet38. En France, huit personnes sur dix considèrent que le terme de la lutte des classes décrit la réalité sociale, en 202339. La montée des inégalités et contestations dans le monde peut être observé facilement, comme en France lors du mouvement printanier contre les réformes Macron, en 2023, où l'intégralité des syndicats et presque tout le salariat s'est tourné contre l'oligarchie. Ce terme vient de Hegel, qui voyait comment la polarisation et "l'accumulation des richesses" crée une situation, où "l'oligarchie" et "la classe liée au travail" vont entrer en "collision" : "Par cette dialectique, la société bourgeoise est poussée au-delà de ses propres limites"40. Désormais, le fait de dire que la lutte des classes ou le réchauffement climatique n'existe pas est repéré comme un déni, une pure idéologie conservatrice. Des sociologues modérés comme Bruno Latour se sont soudainement rallié à la conception de la lutte des classes: "L'écologie, c'est la nouvelle lutte des classes" (Le Monde, 10/12/2001). Emmanuel Todd, inspirateur de la campagne présidentielle de Jaques Chirac, de formation libérale-anglaise, expose soudainement La lutte des classes en France au 21ème siècle41. Yanis Varoufakis, économiste d'abord technique et relativement apolitique, se déclare finalement marxiste erratique, supporteur à la lutte des classes42. Thomas Piketty se met à parler de lutte des classes à son tour. Auparavant ce fut l'inverse: dans les années 1980, dire que la lutte des classes serait une lubie semblait réaliste. A cette époque, le scientifique le plus cité à l'échelle mondiale fut le linguiste Noam Chomsky, lui qui déclare depuis quelques années que le monde vit une "guerre sociale".43 Il va de soi que les penseurs francfortois partaient, eux, du Manifeste communiste de Marx et Engels, selon lequel toute histoire écrite des sociétés passées et présentes décrit une lutte des classes, un thème explicitement repris par Horkheimer et Adorno lors de leur débat autour d'un nouveau Manifeste en 195644. Cette discussion est entièrement fondée sur le souvenir de la révolution des conseils qui a donné naissance à l'Institut de Francfort en 1923, dans la foulée des révolutions russe et allemande. L'expérience de Pétrograd du 8 mars 1917, journée de lutte internationale des femmes qui provoqua jadis la révolution, est encore réapparue lors de la grève féministe du 8 mars 2023, soutenue par tous les syndicats en France45. Aujourd'hui, seuls les élans utopiques semblent réalistes, et les modèles critiques inspirent l'imaginaire, loin des discours établis aussi froid que le corps de la reine d'Angleterre.

Haut de page

Notes

1 Pour une édition cohérente des ces écrits, voir Adorno, Kulturkritik und Gesellschaft (Prismen; Ohne Leitbild; 9 kritische Modelle; Kritische Modelle 2; Kritische Modelle 3), in : Gesammelte Schriften 10-1, Suhrkamp, 1977.

2 F. Châtelet, E. Pisier Kouchner, J-M. Vincent, Les marxistes et la politique, PUF, 1975; F. Châtelet, avant-propos à : J-M. Vincent, Fétichisme et société, Anthropos, 1973 (réedition de 2023 aux éditions critiques).

3 Il s'agit alors d'une initiative soutenue par le haut, la première présidence Mitterrand, et son Ministre Chevènement, alors connu pour ses travaux au sein du Centre d'études et de recherches socialistes CERES, renseigné par un rapport rédigé par F.Châtelet, J.Derrida, J.P. Faye, D.Lecourt de 1982.

4 Voir : resistons.up8.edu

5 Cultural industries and entrepreneurship, voir : nottingham.ac.uk

6 Staline écarta le directeur David Rjazanov de l'Institut Marx Engels, coopérateur avec l'Institut de Francfort, avant de le faire exécuter en 1931. Le Center for cultural studies de Birmingham, associé à Stuart Hall, fut liquidé sur ordre du Ministère britannique après une évaluation négative en 2001, au terme du mandat du gouvernement social-démocrate Blair.

7 M. Horkheimer, Traditionnelle und kritische Theorie, 1937, note (nous traduisons) : http://lesekreis.blogsport.de/images/MaxHorkheimerTraditionelleundkritischeTheorie.pdf

8 Voir A. Neumann, La révolution et nous. La formation de la Théorie critique de 1789 à nos jours, La Brèche, 2022, p. 198-209.

9 Voir ifs.uni-frankfurt.de

10 S. Müller-Doohm, Jürgen Habermas, une biographie, Gallimard, 2018; A. Neumann, Après Habermas, Delga, 2016.

11 Adorno-Horkheimer, Briefe und Briefwechsel, vol. 4, Suhrkamp; Adorno-Horkheimer, Correspondance, Klincksieck, 2016, pp.386.

12 Müller-Doohm, op.cit.

13 Le dir. de thèse de Habermas, obtenue à bonne en 1954, fut Erich Rothacker, heideggérien et hitlérien de la première heure. Voir Variations N.25, Désintégrer Heidegger, 2022; R. Pol Droit, "Heidegger, hitlérien sans remords", Le Monde, 11/8/2023.

14 Présentation de Philosophie magazine du 6/12/2006 d'un entretien avec Honneth: "Axel Honneth, actuel chef de l'école de Francfort, où il succède à Jürgen Habermas, se réclame d'une philosophie sociale". En réalité, le directeur de l'Institut de Francfort avant Honneth s'appelle Ludwig von Friedeburg. Nicolas Weill, lors d'un entretien avec Habermas pour Le Monde des Livres, 22/2/1918, persiste à le présenter comme représentant de "l'Ecole de Francfort", alors qu'il le rencontre à Starnberg en Bavière - où il avait produit un programme en rupture explicite avec la Théorie critique dans les années 1980.

15 M. Jay, L'imagination dialectique, Payot, 1998; A. Demirovic, op.cit.; M. Acikgöz, Permanenz der krtitischen Theorie, W.Dampfboot, 2014; Müller Doohm, Jürgen Habermas (biographie), Gallimard, 2021; D. Claussen, Adorno, l'un des derniers génies, Klinksieck, 2022, A.Neumann, La révolution et nous. La formation de la Théorie critique de 1789 à nos jours, La Brèche, 2022.

16 J.Habermas, Ce fascinant Monsieur Macron, L'Obs, 25/10/2017.

17 O.Negt, L'espace public oppositionnel (anthologie de 1967 à 2007), Payot, 2007; A. Davis, Femmes, race et classe (1980), Zulma, 2022; R. Becker Schmidt, Pendelbewegungen – Annäherung an eine feministische Gesellschafts- und Subjekttheorie, Budrich, 2016; D. Claussen, Grenzen der Aufklärung. Zur gesellschaftlichen Geschichte des modernen Antisemitismus. Fischer, 1987S; Müller Doohm, Die Soziologie Adornos, Campus, 1996.

18 Fraser/Honneth, Umverteilung oder Anerkennung, Suhrkamp, 2003.

19 " Wie scheint doch alles Werdende so krank" (la citation est issue d'une poésie de Georg Trakl) in : Adorno, Minima moralia, Suhrkamp, 1951, p.124.

20 M. Horkheimer, Traditionnelle und kritische Theorie, 1937, (nous traduisons) : http://lesekreis.blogsport.de/images/MaxHorkheimerTraditionelleundkritischeTheorie.pdf

21 Honneth, op.cit., voir aussi F. Freyenhagen, Université d'Essex, GB: Honneth on social pathologies. A Critique, Critical Horizons, vol.16, 5/2015, p.131-52.

22 A. Honneth, Pathologien der Vernunft. Geschichte und Gegenwart der kritischen Theorie, Suhrkamp, 2007.

23 K. Genel et J.P. Deranty, La Théorie critique, entre reconnaissance et mésentente, Sorbonne/OpenEdition, 2012, p.7-50 (en introduction à un débat de 2009 entre Honneth et Rancière).

24 Adorno, Minima moralia - passage Novissimum organum, p.261.

25 Adorno, op.cit., passage Ausschweifung, p.301.

26 A. Honneth, Arbeit, Handlung, Subjektivität, Suhrkamp, 1980, p.185.

27 Adorno, Capitalisme tardif ou société industrielle (1968) in : Société, Payot, 2012.

28 Philosophie magazine, entretien Olaf Scholz-Axel Honneth, septembre 2023. Il faut savoir qu'Adorno et Horkheimer, Marcuse et Bloch notamment ont sympathisé avec la position de la gauche socialiste et marxienne, défendue par leur ami Wolfgang Abendroth à l'intérieur de ce congrès de 1959, avant de soutenir activement les jeunesses socialistes du SDS qui ont été exclues du parti en application de la nouvelle ligne antimarxiste. Voir A. Demirovic, Der non-konformistische Intellektuelle, Suhrkamp, 1999.

29 A. Honneth, Der arbeitende Souverän, Suhrkamp, 2023.

30 M. Horkheimer, « Die Juden und Europa » in: Gesammelte Werke, vol.4, Suhrkamp, 1988, p.308.

31 ciph.org

32 Voir Adorno, La personnalité autoritaire, Allia, 2007; S. Müller Doohm, Die Soziologie Adornos, Campus, 1996; A. Neumann, Après Habermas, Delga, 2015; A. Neumann, Kulturindustrie: l'industrie de la culture en tant que modèle critique, Variations n.21, 2018.

33 E. Balibar, Un tournant dans le mouvement, blog Mediapart, 2023: https://blogs.mediapart.fr/etienne-balibar/blog/160423/un-tournant-dans-le-mouvement

34 Voir G. Friedmann, Le travail en miettes, Gallimard, 1963; L. Goldmann, Philosophie et sciences humaines, Gonthier, 1966; Théodor W. Adorno, “Einleitung zu Emile Durkheim” (préface) in : Durkheim, Soziologie und Philosophie, Suhrkamp, Francfort, 1976, p.21.

35 Voir ciph.org

36 G. Fraisse, Le féminisme, ça pense! CNRS éditions, 2023.

37 J.M. Vincent, La Théorie critique de l'Ecole de Francfort, Galilée, 1976.

38 F.A. Mignet, Histoire de la révolution française depuis 1789, Firmin Didot, 1824..

39 Sondage IFOP, Les français et la lutte des classes, 1/2023, ifop.com (le chiffre est en hausse de 20%n comparé à 1967).

40 Hegel, Grundlinien der philosophie des Rechts - §246, Suhrkamp, 1997.

41 E. Todd, La lutte des classes en France au 21 siècle, Fayard, 2019.

42 Y. Varoufakis, How I became an erratic marxist, The Guardian, 18/2/2015.

43 N. Chomsky, Pour un monde sans guerre, Actuel Marx, 1/2003, p.

44 Adorno/Horkheimer, Vers un nouveau manifeste, La tempête, 2020.

45 La révolution russe débute le 8 mars 1917 avec une manifestation des femmes socialistes dans la Capitale à l'occasion de la journée de lutte internationale, et qui converge avec des cortèges de grévistes. La répression violente par la police déclencha une riposte armée des soldats qui soutiennent la manifestation, provoquant la prise de pouvoir et la destitution du Tsar. L'ancien calendrier russe place cette journée en février, c'est pourquoi l'on parle dd la révolution russe de février 17. Voir aussi Arruza/ Bhattacharia/Fraser, Manifeste féministe pour les 99%, La Découverte, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexander Neumann, « Sans image directrice »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2314

Haut de page

Auteur

Alexander Neumann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search