Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26L’hypothèse “néo-féodale” face à ...L’histoire du capitalisme : sur l...

L’hypothèse “néo-féodale” face à la périodisation du capitalisme

L’histoire du capitalisme : sur l’articulation du matériau historique et de la théorie marxiste

Bo Harvey
Traduction de David Buxton

Notes de la rédaction

Originellement publié en ligne en deux parties dans Legal Form. A Forum for Marxist Analysis and Critique, 3 et 24 octobre 2022. Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Texte intégral

  • 1 Witold Kula, An Economic Theory of the Feudal System (Londres : Verso, 1976), p. 19. [Je traduis de (...)

« L’élaboration d’une théorie exige d’abord la construction d’un modèle. C’est un problème qui est à l’origine de nombreuses idées fausses dans le domaine des sciences humaines en général et dans le domaine de l’histoire économique en particulier. La plupart des historiens ne reconnaissent pas la nécessité de construire un modèle, et toute tentative dans ce sens les surprend, et suscite même leur indignation. » (Witold Kula)1

  • 2 Jairus Banaji, Theory as History: Essays on Modes of Production and Exploitation (Chicago : Haymark (...)

« Cette conception bureaucratique sans vie, imprégnée des méthodes du formalisme, produisit une histoire vidée de tout contenu spécifiquement historique, réduite par la marche organisée d’abstractions formelles simples à la portion maigre de quelques catégories volatiles. Moins de cinq décennies après la mort de Marx, l’histoire écrite par les staliniens devint aussi opaque et rêveuse, mais moins excitante que les fantaisies du surréalisme. » (Jairus Banaji)2

I

  • 3 Banaji, op. cit., p. 272.

« L’un des paradoxes intellectuels les plus étranges de tout temps, écrit l’historien indien Jairus Banaji, réside dans le fait que la réticence à se débattre avec le capital “marchand” ou “commercial” a laissé l’élaboration d’une histoire du capitalisme à une historiographie non marxiste. Les marxistes parlent beaucoup du capitalisme, mais ne disent pratiquement rien du capitalisme marchand ou du capitalisme commercial. »3

  • 4 Banaji, Brief History of Commercial Capitalism (Chicago : Haymarket Books, 2020), p. 4. [Ce revirem (...)

1Banaji attribue cette stigmatisation marxiste du « capital marchand » en partie à Mikhail Pokrovsky (1868-1932), généralement considéré comme l’historien le plus influent dans les premières années de l’Union soviétique. En 1931, Staline l’oblige à désavouer ses recherches sur la forme spécifique du capitalisme marchand et à se focaliser plutôt sur « l’industrie ». Dès lors, Pokrovsky rejette le capitalisme marchand comme une « expression illettrée », car « le capitalisme est un système de production, et le capitalisme marchand ne produit rien »4.

  • 5 Banaji, Theory as History, p. 272.

2Cette historiographie dogmatique se fige par la suite, selon Banaji, en une orthodoxie marxiste poststalinienne. Le capital marchand ou commercial y est présent seulement comme un intermédiaire, ni productif en lui-même, ni déterminant du mode de production capitaliste sur le plan analytique. « Le capital industriel » devient le capital en tant que tel, de même que le capital industriel devient le capitalisme tout court, suivant « cette orthodoxie universelle qui écrit l’histoire du capitalisme comme une généalogie du capitalisme industriel »5.

  • 6 Banaji en donne une liste plus longue dans Brief History, p. 8-9.
  • 7 Ibid., p. 8.
  • 8 Ibid., p. 4.

3Pourtant, une vue d’ensemble, même hâtive, de la littérature historiographique post-années 1960 sur le thème du « capitalisme primitif » démontrerait à quel point les concepts de « capitalisme commercial » et de « capitalisme marchand » sont centraux6. Pour Banaji, la réticence marxiste à les aborder (Perry Anderson, Robert Brenner et beaucoup d’autres), « est ainsi de manière frappante en désaccord avec une grande part de l’historiographie telle qu’elle a évolué »7. « Tout le domaine du « capitalisme primitif » a été laissé entièrement libre pour d’autres traditions d’historiographie à investir et à occuper durablement8. »

  • 9 Banaji, Theory as History. (2011).
  • 10 Ibid., p. 45-95. Voir aussi W. M. Simon, European Positivism in the Nineteenth Century (Ithaca : Co (...)

4Depuis des décennies, Banaji insiste sur ce point : A Brief History of Commercial Capital reprend des arguments qu’il a avancés il y a presque cinquante ans9. Dans ses premiers essais méthodologiques, il décrit comment le projet de Marx visant l’établissement des « fondations scientifiques du socialisme » se heurte aux limites imposées par le positivisme qui domine les sciences sociales au début du 20e siècle. Ce positivisme n’est aucunement limité à Plekhanov et à Staline, mais fait partie de la réception orthodoxe de Marx10.

  • 11 Leopold von Ranke (1795-1886), historien prussien, fondateur d’une historiographie qui se voulait o (...)
  • 12 Banaji, ibid., p. 47.

5Pour Banaji, le « matérialisme historique » (Plekhanov, Boukharine) et « l’historiographie libérale bourgeoise » (exemplifiée par l’historien classique Léopold von Ranke11) sont plutôt complémentaires : « L’historiographie libérale bourgeoise […] a procédé comme si la théorie pouvait être dérivée des "faits" ; dans cette conception positiviste, les "faits" sont des objets situés en dehors de la théorie, constitués, comme de la matière, indépendamment de la conscience. Pour le marxisme vulgaire, contaminé comme elle était par l’illusion notée par Engels, l’Histoire est déjà dotée de sa théorie ("matérialisme historique"), et consiste dans l’application de cette théorie aux "faits"12. » Dans l’historiographie libérale, le recueil des faits est censé mener spontanément à l’élaboration de « lois » générales, alors que dans le marxisme vulgaire, ces lois sont déjà connues, et la tâche de l’historien réside dans leur vérification factuelle. Tandis que le matérialisme historique oscille de manière arbitraire entre lois abstraites et évènements concrets, l’historiographie libérale se déplace dans le sens analytique opposé : un processus d’accumulation des faits, censés générer une structure théorique adéquate.

II

  • 13 Ibid., p. 49
  • 14 Ibid., p. 49-50.

6Entravés par la généralisation de cette vulgate épistémologique, « les pionniers qui ont exploré, colonisé et subjugué le "continent" d’Histoire découvert par Marx, écrit Banaji, n’étaient pas marxistes pour la plupart »13. C’est l’École des Annales, fondée par Marc Bloch et Lucien Febvre, qui constitue l’exemple le plus significatif. Leur pluralisme méthodologique et leur rejet de l’importance accordée jusque-là à la guerre, à la diplomatie et au jeu politique « étaient beaucoup plus proche des conceptions de Marx que toute la tradition de formalisme historique qui passait pour "marxiste", et qui, pendant la période de sa domination assurée, façonnait décisivement toutes les discussions ultérieures sur "le mode de production" »14. Et alors que l’École des Annales a certainement été influencée par Marx, elle a puisé tout autant dans des méthodologies dérivées de Weber et de Sombart.

  • 15 William Sewell Jr., Logics of History. Social Theory and Transformation (Chicago : University of Ch (...)

7Ce qui caractérise le plus l’École des Annales, c’est probablement son orientation interdisciplinaire, et non un point de vue méthodologique ou idéologique particulier. Selon William Sewell, « dès le début, l’École était dédiée non seulement au développement de l’histoire sociale, mais à la création de liens de coopération entre historiens et autres spécialistes en sciences sociales, principalement des économistes, des géographes et des sociologues »15.

  • 16 Ibid., p. 37.

8La France du milieu du 20e siècle était certainement unique en Europe pour son ouverture intellectuelle au marxisme et aux idées de gauche au sens large. Sewell affirme que, par contraste avec la Grande-Bretagne (où, dans le contexte de la Guerre froide, existaient simultanément une école d’historiographie distinctement marxiste et une pression anticommuniste beaucoup plus fervente), c’était ironiquement la tolérance du marxisme en France qui « tendait à empêcher le développement d’une historiographie marxiste spécifique. Même les membres de l’École ayant maintenu leurs convictions marxistes – Michel Vovelle par exemple – n’ont pas eu recours en général à la théorie explicitement marxiste16. »

  • 17 Ibid.

9Autrement dit, cette orientation interdisciplinaire immunisait l’historiographie des Annales du formalisme « marxiste ». Celui-ci était absorbé et synthétisé en un appareil interdisciplinaire plus large, et non articulé comme point de vue historiographique distinct. Cela a eu un coût paradoxal, selon Sewell : « Dans un pays où la vie intellectuelle était largement ouverte, voire favorable au marxisme, il n’y a eu pratiquement aucune tentative à développer une forme de réflexion historique spécifiquement marxiste17. »

  • 18 Banaji, Theory as History, p. 272.

10Pour Banaji aussi, il n’est pas de progrès dans l’élaboration d’une historiographie marxiste qui soit théoriquement adéquate : « Notre préjugé intellectuel contre le capitalisme commercial est si enraciné que des pans entiers de l’histoire du capitalisme sont ignorés par les marxistes, avec pour conséquence qu’il n’existe pas d’historiographie spécifiquement marxiste du capitalisme »18.

11Une exception notable à cette réticence marxiste à utiliser le terme « capitalisme commercial », se trouve dans le livre classique d’Eric Williams, Capitalism and Slavery (1944), qui conclut :

  • 19 Cité in ibid., p. 6. En dehors de cette citation, le terme apparaît une autre fois dans le livre de (...)

« Le capitalisme commercial du 18e siècle a développé la richesse d’Europe par l’esclavage et le monopole. Mais ce faisant, il a contribué à créer le capitalisme industriel du 19e siècle, qui s’est mis à détruire son pouvoir avec l’esclavagisme et ses dérivés. Faute de saisir ces changements économiques, l’histoire de cette période n’aurait pas de sens19. »

III

12Qu’on soit d’accord ou non avec cette caractérisation assez générale de la tradition marxiste, la question de l’intégration des formes sociales non capitalistes dans une théorie abstraite du capitalisme comme l’ensemble de rapports économiques reste significative dans plusieurs disciplines intellectuelles.

  • 20 Cela mène Banaji – à tort selon Brass – à étendre la catégorie du « travail libre » de manière tran (...)
  • 21 Tom Brass, Labour Regime Change in the Twenty-First Century: Unfreedom, Capitalism and Primitive Ac (...)
  • 22 L’argument clé ici est que les propriétaires d’entreprises, face au choix entre embaucher une main- (...)

13Spécialement pertinent dans ce contexte est le débat sur le « travail libre » en tant que caractéristique principale du prolétariat, ainsi que sur l’association non marxiste du travail salarié avec la productivité accrue ou avec le progrès technologique. L’anthropologue britannique Tom Brass critique l’amalgame chez Banaji du « travail libre » et du « travail salarié », amalgame qui est la conséquence d’une adhérence à une conception de la liberté qui vient non de Marx, mais de notions juridiques de liberté contractuelle20. Certaines formes de travail salarié comme celui des migrants saisonniers employés dans l’agro-industrie américaine devraient, selon Brass, être classées comme « non libres »21. Contre ceux (marxistes ou non) qui voient un lien insécable entre le travail « libre » (c’est-à-dire salarié) d’un côté, et le travail qualifié et les gains de productivité de l’autre, il affirme que les entreprises capitalistes recherchent activement du travail non libre22.

  • 23 Voir, par exemple, Ellen Meiksins Wood, « The question of market dependence », Journal of Agrarian (...)
  • 24 Sur le rôle de l’esclavagisme dans le capitalisme contemporain, cf. Kevin Bales, Disposable People: (...)
  • 25 Banaji, Theory as History, p. 127.
  • 26 « L’industrie et le commerce, la production et l’échange des besoins vitaux conditionnent de leur c (...)

14En effet, les marxistes ont fréquemment défini le capitalisme à travers la notion de « dépendance au marché »23. Cela a mené à une définition de la classe ouvrière qui, à l’extrême, tend à la réduire au prolétariat urbain ; même les versions moins limitatives excluent tous ceux qui ne se reproduisent pas à travers le travail salarié24. En même temps, Marx a qualifié de capitalistes les propriétaires d’esclaves aux États-Unis25. Dans L’Idéologie allemande, Marx et Engels réfèrent à « des vignobles et des villas de capitalistes romains »26. De plus, les théoriciens de la reproduction sociale ont attiré l’attention sur le rôle clé joué par le travail domestique non salarié – effectué par les femmes pour la plupart – dans la reproduction générale d’une socialité capitaliste.

15Que signifie parler d’une classe ouvrière dans la Rome antique ? Les capitalistes peuvent-ils exister sans classe ouvrière ? Est-ce que celle-ci existait avant le capitalisme, et existera-t-elle après ? Comment intégrer les formes précapitalistes de travail agricole (incluant le travail d’esclaves) et le « travail libre » d’un prolétariat urbain dans une théorie universelle ? Est-ce que certains aspects des rapports capitalistes seraient simplement éternels, et donc naturels ? Si les questions sur la périodisation historique ont une telle importance, c’est parce qu’elles charrient, de façon latente, les espoirs et les craintes associés aux possibilités politiques.

16Le lieu évident pour chercher des réponses à ces questions serait dans « l’origine du capitalisme ». L’incapacité à saisir la transition vers le capitalisme à partir de ce qui l’a précédé aurait des conséquences radicales quant à la capacité du marxisme à saisir ce qu’entraînerait une transition du capitalisme vers le socialisme. Dans un contexte européen plus large, il faudrait comprendre les différentes formes de transition entre les modes de production précapitalistes et le mode de production capitaliste. Le poids politique quasi existentiel donné à des débats apparemment obscurs sur les récoltes de graine en France et en Angleterre a néanmoins un sens assez clair : si le capitalisme se définit par des lois transhistoriques inéluctables, alors quel espoir y aura-t-il pour le dépasser ?

  • 27 Ellen Meiksins Wood, L’origine du capitalisme, traduction de François Tétreau, (Montréal : Lux, 201 (...)
  • 28 Ibid.

17Dans le résumé historiographique qui ouvre son livre L’Origine du capitalisme, l’historienne américaine Ellen Meiksins Wood prend grand soin de souligner la spécificité historique et qualitative du capitalisme, accusant l’historiographie jusque-là de réduire l’ascension du capitalisme à « un cours naturel inéluctable »27. Pour expliquer la maximisation des profits, les historiens « supposent au préalable qu’il existe une sorte de rationalité universelle qui nous pousse à agir de la sorte » ; pour expliquer l’impulsion implacable du capitalisme à l’innovation technologique, « [ils] suppose[nt] que l’individu a une tendance presque innée à développer la technologie pour accroître [la] productivité »28.

18Meiksins Wood décrit comment les explications non marxistes du capitalisme le définissent sans référence aux rapports sociaux historiquement spécifiques ni à la visée précise de la production capitaliste au-delà de la domination des marchés. Les explications non marxistes tendent donc à n’être que des questions d’élimination ou de levée d’obstacles (tels que ceux affrontés par le commerce dans les périodes précédentes) qui, une fois surmontés, permettent au capitalisme de s’épanouir comme s’il était toujours déjà immanent dans les modes de production antérieurs. Meiksins Wood affirme que, en présupposant ce qu’elles cherchent à expliquer, leurs explications sont fondamentalement circulaires.

  • 29 Dans lequel l’arrivée du capitalisme « ne constituait pas un bouleversement social majeur, mais plu (...)
  • 30 « Weber n’a certes pas manqué de remarquer qu’un capitalisme donnant son plein rendement a pu voir (...)
  • 31 « La prémisse sous-jacente du modèle démographique stipule que la transition entre petites sociétés (...)
  • 32 « L’ancien modèle [de la commercialisation] considérait l’ascension de la société marchande comme u (...)
  • 33 « … Michael Mann emprunte sans détour ce qu’il appelle le "biais téléologique" selon lequel le capi (...)
  • 34 « Il manque ici une analyse qui nous expliquerait comment une transformation radicale des rapports (...)
  • 35 Robert Brenner, « The Origins of Capitalist Development: A Critique of Neo-Smithian Marxism », New (...)

19Cette critique se déploie contre une série d’analyses groupées sous le parapluie du « modèle de la commercialisation »29, mais aussi contre d’autres formes d’explication : wébérienne30, démographique31, système-monde32, sociologie historique (Michael Mann)33, et même polanyienne34. Notamment, Meiksins Wood étend sa critique à d’autres marxistes, qui « ont été aussi attachés au vieux modèle de la commercialisation que d’autres ». Robert Brenner avance un argument similaire quand il décrit la manière dont les marxistes ont intégré les présuppositions de ce modèle, à savoir sa tendance à traiter la dynamique spécifique du capitalisme comme une issue inévitable de l’expansion commerciale pure, comme le résultat d’un changement quantitatif. Andre Gunder Frank, Immanuel Wallerstein et Paul Sweezy seraient tous coupables d’être la proie de cette tendance « néo-smithienne » : qu’une inclination préalable au « troc, au paiement en nature et à l’échange » se transforme en « capitalisme » dès qu’elle atteint une masse critique 35.

IV

  • 36 Hegel, Théorie de la mesure, troisième section de L’Être, Science de la Logique, tome 1, (édition à (...)
  • 37 Engels, Anti-Dühring (traduction de Émile Bottigelli), Éditions sociales, 1950 (1878), p. 46.

20« La loi de la transformation de quantité en qualité », dérivée de l’analyse de Hegel d’une telle transition dans la nature36, a été peu abordée dans la littérature historiographique. Dans sa discussion de cette « loi », Engels aussi recourt à un exemple tiré des sciences naturelles : la transformation de l’eau du liquide au gaz selon l’intensité de la chaleur appliquée. « … [P]our l’eau réchauffée ou refroidie, le point d’ébullition et le point de congélation étant les nœuds où se produit, - sous pression normale -, le bond à un nouvel état d’agrégation, où donc la quantité se convertit en qualité37. »

21Le concept hégélien de transition de quantité en qualité (et la question d’une simple augmentation quantitative menant au changement qualitatif) est cité par Marx lui-même dans un tout autre contexte :

  • 38 Marx, Le Capital, livre 1 (traduction de Jean-Pierre Lefebvre), (Éditions sociales, 2016), p. 300.

« Les corporations médiévales ont cherché à empêcher par la force la transformation du maître de métier en capitaliste, en réduisant à un maximum très bas le nombre de travailleurs qu’un seul maître avait le droit d’employer. Le détenteur de monnaie ou de marchandises ne se transforme réellement en capitaliste qu’à partir du moment où la somme minimale avancée pour la production dépasse largement le maximum du Moyen Âge. Ici se confirme, comme dans les sciences de la nature, l’exactitude de la loi découverte et exposée par Hegel dans sa Logique, selon laquelle des changements purement quantitatifs, parvenus à un certain point, se renversent en différences qualitatives38. »

  • 39 « La somme de valeur minimale dont un détenteur individuel de monnaie ou de marchandises doit dispo (...)
  • 40 Ibid., p. 301.
  • 41 The Birth of Capitalism: A Twenty-First Century Perspective de l’historien Henry Heller est un bon (...)

22Marx poursuit son argument en affirmant que le maximum quantitatif est médiatisé historiquement39 : « Certaines sphères de production requièrent, dès les débuts de la production capitaliste, un minimum de capital qui ne se trouve pas d’avance entre les mains d’un individu particulier »40. Il en cite deux exemples : « des subsides d’État aux particuliers » et « la formation de sociétés disposant d’un monopole légal pour l’exploitation de certaines branches de l’industrie ou du commerce ». Ainsi s’ouvre une perspective complexe sur l’histoire et des capitalistes et du capitalisme qui ne peut être « économique » stricto sensu, dans la mesure où elle implique l’histoire et la fonction de la loi (y compris les définitions de l’entreprise – par exemple « la personne morale » - et de l’État)41.

  • 42 Je n’ai pas encore trouvé de discussion historiographique – si tant est qu’elle existe - reliant le (...)

23Les historiens - marxistes ou non - ont largement évité ce terrain hégélien. Il est tentant d’attribuer cela à un manque de sophistication philosophique ou théorique42. Il se peut, cependant, que cet évitement s’explique mieux par une division du travail intellectuel qui sépare, d’un côté, la science économique où certaines lois sont supposément valides sur le plan transhistorique (par exemple, l’offre et la demande), et de l’autre, la discipline de l’histoire, qui s’attache aux descriptions et aux narrations du changement qualitatif.

  • 43 À l’égard de la relation des sciences économiques aux sciences naturelles, et du désir des première (...)
  • 44 « Pour l’étudiant de la nature, l’objet unique, donné, de ses observations n’a jamais de mérite sci (...)
  • 45 Une faiblesse de l’impulsion constructiviste (et donc nominaliste) à gauche est la tendance à assim (...)
  • 46 Theodor W. Adorno, Philosophy and Sociology, (Londres : Polity Press, 2022 (1960)), p. 193 [retradu (...)

24En tant que combinaison inconfortable des deux, « l’histoire économique » se trouve à cheval non seulement entre deux orientations disciplinaires, mais aussi entre deux tendances philosophiques. Suivant le philosophe et historien néo-kantien Wilhelm Windelband (1848-1915), on pourrait parler d’une division entre le savoir nomothétique (typique des sciences naturelles) et le savoir idiographique (typique des sciences historiques) ; entre une orientation théorique avec une tendance vers la construction abstraite de modèles systémiques intemporels, et une orientation avec une tendance vers la concrétisation visant à narrer le changement et à comprendre le sens des phénomènes uniques, qui se détachent des lois générales43. Pour reprendre Windelband : « Une tendance comprend la science de la loi, l’autre la science des évènements ; la première enseigne ce qui est toujours, la dernière ce qui était une fois »44. Adorno décrit une séparation similaire entre les formes de savoir en rapport avec l’origine, et les formes de savoir en rapport avec la validité, séparation généralement représentative des deux réactions philosophiques fondamentalement différentes, à savoir le « réalisme » et le « nominalisme »45. Bien que divisées, dit Adorno, les deux réactions « partagent l’idée que la vérité et l‘histoire n’aient essentiellement rien à voir l’une l’autre, que la vérité et l’histoire soient externes l’une l’autre […] [L]a vérité se retrouve comme quelque chose de fixe et de coagulé […] ; une partie tombe du côté de la vérité, censée être en contraste avec l’histoire, et n’avoir rien à faire avec elle […], alors que l’autre tombe du côté de l’histoire, censée n’avoir essentiellement rien à voir avec la vérité46. »

25Dans l’essai « Histoire, Law and Justice », l’historien allemand Reinhart Koselleck pose une division remarquablement similaire, non pas entre les sciences naturelles et sociales ou entre plusieurs points de vue philosophiques, mais au sein de la discipline d’histoire elle-même :

  • 47 Reinhart Koselleck, Sediments of Time: On Possible Histories (Stanford University Press, 2018), p. (...)

« Nous savons empiriquement que l’histoire du droit suit des rythmes temporels différents de l’histoire politique, de même que les derniers suivent des rythmes différents de l’histoire sociale ou économique […] Nous devrions retenir le point théorique selon lequel l’histoire du droit, aussi bien que toutes les déterminations juridiques individuelles sont dépendantes d’une application répétée, et sujettes à la nécessité de répétition ; l’histoire du droit thématise ainsi des cadres temporels sur le long terme, et de la durée relative, elle thématise des structures, si l'on veut, au lieu des évènements47. »

26En effet, seraient en jeu ici non seulement la thématisation, mais aussi la théorisation de structures abstraites, et la narration d’évènements. Si Koselleck a raison d’indiquer les temporalités différentes des histoires économiques et juridiques, il s’ensuit qu’une histoire du capitalisme proprement dit – consistant à la fois des rapports de production spécifiques (y compris juridiques) et des forces de production – devrait être en mesure d’expliquer les deux. Une histoire du capitalisme implique donc des processus complexes de médiation à travers des temporalités différentes.

V

  • 48 Richard Westra, Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction (Basingstoke, Palgrave Macmillan, (...)

27Se penchant sur la question d’une périodisation du capitalisme, l’économiste canadien Richard Westra a récemment abordé la division entre d’un côté, sa structure et sa validité, et de l’autre, son histoire et son origine. Dans Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction, il décrit cela comme un binôme entre approches « essentialistes » et « idéal-typiques »48.

  • 49 Une précision importante à faire ici est qu’elle fonctionne comme une loi naturelle, sans en être u (...)

28L’approche « essentialiste » comprend le capitalisme comme une logique ou une dynamique interne spécifique qui traverse ses phases historiques. Pour Westra, la mérite de cette approche est qu’elle cherche à fonder son analyse du développement capitaliste sur une constante théorique au niveau de sa structure économique ; ce, en dépit des changements dans le capitalisme à travers ses stades et ses phases. Cette constante théorique est historiquement spécifique, mais fonctionne aussi comme une loi naturelle49.

  • 50 Westra, op. cit., p. 4.
  • 51 La méfiance générale de l’essentialisme et du déterminisme dans le sillage de la critique postmoder (...)

29L’approche « idéal-typique », par contre, de plus en plus influente depuis la seconde moitié du 20e siècle, refuse des explications d’une transition capitaliste liées à une constante théorique ou à un ensemble de « lois du mouvement » ; au lieu de cela, elle périodise le capitalisme sur la base de ce que Westra appelle « des systématisations de l’histoire empirique »50. De telles systématisations consistent dans « des faits stylisés » ou « de l’analyse idéal-typique » qui organisent des périodes historiques sur la base de tendances institutionnelles, économiques ou politiques diverses51.

  • 52 Westra, op. cit., p. 4.

30Pour Westra, le second camp a eu l’effet néfaste de faire en sorte qu’on ne sait même pas ce qu’on est censé périodiser, en l’absence de constante théorique ou de structure abstraite définissant le capitalisme en tant que tel, même à des fins de débat. Écrire l’histoire du capitalisme est donc souvent laissé « à la merci des constructions ad hoc de faits stylisés fondés sur tel ou tel aspect saillant de l’âge »52. Autrement dit, cette approche manque de structuration théorique qui ferait autorité, à même de définir le capitalisme vis-à-vis d’autres modes de production. De manière similaire à Meiksins Wood, Westra remarque que des explications non marxistes (et parfois même marxistes) tendent soit à renoncer à une définition du capitalisme au niveau d’une structure économique particulière, soit à le caractériser en se référant à quelque chose déjà immanent aux formes économiques antérieurs comme le marché.

  • 53 Ce qui est fondamentalement en jeu ici sur le plan méthodologique, à mon avis, c’est la nature du c (...)
  • 54 John P. Burkett, art. cit. Pour une critique de « la quête des lois générales du capitalisme », voi (...)

31Bien que s’alignant lui-même sur l’approche « essentialiste », Westra y trouve des faiblesses, dues au legs du formalisme qui emprisonne la différence historique et l’agence dans une vision de l’Histoire comme succession de lois naturelles (c’est-à-dire intemporelles) ; c’est cette même orthodoxie qu’épingle Banaji. Pour Westra, le contenu même (les lois du mouvement uniques au capitalisme) de cette constante théorique manque singulièrement de clarté53. Les interprétations à cet égard proviennent de lectures diverses du Capital, éventuellement appuyées sur des passages tirés ailleurs dans l’œuvre de Marx54. Le plus souvent, cela donne un débat « marxologique », scholastique et rebutant, tantôt incompréhensible pour les non-marxistes, tantôt comminatoire pour d’autres marxistes.

32En effet, s’agissant des approches « essentialistes » au sein du marxisme, d’autres facteurs sont pertinents, comme l’institutionnalisation du marxisme (ou de son absence) dans les universités anglo-saxonnes, et les armatures idéologiques diverses qui continuent de médiatiser sa réception, sans oublier que la pensée de Marx – surtout dans Le Capital – s’accommode difficilement aux démarcations des disciplines universitaires.

VI

  • 55 Brass, op. cit., p. 79.

33Affrontant les désaccords auxquels se heurtent les critiques marxistes et non marxistes dans leurs tentatives de périodisation respectives, Westra conclut que l’absence de réflexion théorique dans de nombreux domaines (sciences politiques, sciences économiques, histoire et économie politique) sur la compréhension du capitalisme sous sa forme économique la plus pure rend particulièrement difficile l’articulation des formes économiques qui composent des « mélanges » divers à des périodes historiques différentes, et même dans le présent. La remarque est valable aussi bien pour les modes de production « mixtes » (des sociétés féodales avec des caractéristiques capitalistes et vice versa) que pour les économies « mixtes » (des formes économiques socialistes internes aux économies capitalistes et vice versa)55.

  • 56 Dans leur vue d’ensemble des perspectives marxistes sur l’esclavage moderne, Rioux, LeBaron et Vero (...)
  • 57 Les débats dans les années 1970 sur la nature du mode de production en Inde sont particulièrement p (...)
  • 58 On peut imaginer le travail au sens général fondant une histoire humaine plus large, mais il ne peu (...)
  • 59 Selon Banaji, l’orthodoxie dominante au sein du marxisme a réduit le concept de rapports de product (...)
  • 60 Tom Brass, op. cit., p. 79.

34Dans la thèse « semi-féodale », par exemple, le travail « non libre » est fondamentalement incompatible non seulement avec le capitalisme, mais aussi avec des forces productives avancées et avec le travail qualifié ; il est, en effet, associé avec des rendements sous-optimaux56. Le concept a été utilisé par certains marxistes pour décrire la grande variété de contextes dans les pays « en voie du développement », qui sont « précapitalistes » dans la mesure où ils recourent à des formes d’exploitation fondées sur une paysannerie ou sur d’autres formes de travail « non libre », mais qui sont intégrés en même temps dans le système capitaliste mondial ; ils sont donc « semi-capitalistes » (et aussi « semi-féodaux »)57. Le problème ici est assez simple : dans la mesure où un mode de production est défini premièrement en référence à une forme corrélée d’exploitation du travail58, toute irrégularité dans les formes réellement existantes de cette dernière exigera une irrégularité similaire dans la caractérisation des modes de production59. Pour Brass, « le concept de semi-féodalisme représente un "entre-deux" synonyme de transition, chaque terme occupant un espace théorique mal défini entre ce qui constitue deux systèmes bien définis dans le marxisme »60. Il s’agit, bien entendu, du capitalisme et du féodalisme.

  • 61 Simon Clarke, Marx, Marginalism and Modern Sociology: From Adam Smith to Max Weber (Londres : Macmi (...)
  • 62 Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Payot, 2018 (1936), chapitre 8
  • 63 Simon Clarke, Marx’s Theory of Crisis (Londres : Macmillan, 1994), p. 53-58. Il faut distinguer ici (...)

35La question est justement de savoir dans quelle mesure ces deux systèmes ont été jusque-là « bien définis ». À ce niveau purement abstrait et théorique, on ne peut surestimer le degré auquel l’analyse marxienne de la dynamique de la production capitaliste est distincte des présuppositions internes à la science économique contemporaine et à l’économie politique classique. L’idée que la production économique ait une limite absolue quant à la demande du marché va d’Adam Smith (« la consommation est la seule finalité de la production », maxime « tellement évident qu’il serait absurde d’essayer de le démontrer »)61 à Keynes (« la consommation – pour répéter une évidence – est la seule finalité de toute activité économique »)62. Mais cette idée s’étend aussi à des figures au sein de la tradition marxiste comme Rosa Luxemburg, qui affirme que l’impulsion à l’accumulation capitaliste émerge nécessairement à travers des sources « tierces » de demande, situées en dehors du système capitaliste (en particulier, des formes de production précapitalistes, et de nouveaux marchés découverts par l’exploitation impérialiste)63.

  • 64 Alfred Schmidt, History and Structure: An Essay on Hegelian-Marxist and Structuralist Theories of H (...)
  • 65 Une version plus sophistiquée de cet argument nous vient d’Adorno : « Si nous devions refuser toute (...)

36Dans son livre classique History and Structure, le philosophe allemand Alfred Schmidt va jusqu’à dire que « le Marx de la maturité a placé l’histoire du capital sur un terrain scientifique en avançant sur un niveau abstrait-théorique plutôt qu’historiographique »64. L’importance de ce niveau abstrait-théorique est implicite, même dans l’ordre d’exposition du Capital, où l’analyse des préconditions historiques du capitalisme dans l’accumulation initiale se situe à la fin du premier livre. Il faut comprendre « la structure systémique fermée » avant que ses préconditions historiques puissent avoir le moindre sens. C’est presque aussi banal que d’être un truisme : disposer d’une description détaillée des arbres n’expliquera pas comment on a pu se perdre dans la forêt, encore moins dans quelle forêt on se trouve65.

37En effet, pour Banaji, le paradoxe exposé au début de cet article – qu’on ait laissé à l’historiographie non marxiste la tâche d’écrire l’histoire du capitalisme, sans en avoir la théorie – n’est pas simplement la conséquence du rejet (sous la contrainte) d’un capitalisme marchand. Il a plus à voir avec la question purement méthodologique de la relation chez Marx entre les niveaux logiques (le capitalisme en tant que tel) et historiques (le capitalisme en réalité). En particulier, on peut trouver une confusion conceptuelle aussi bien chez les marxistes que les non-marxistes quant à la méthode de Marx, pour qui l’étude du capital dans sa « moyenne idéale » est différente de l’étude historique du développement capitaliste. À la racine, le différend entre Pokrovsky et Staline sur la « productivité » du capital marchand relève non seulement de l’idéologie et des intérêts politiques, mais aussi de la méthodologie.

  • 66 « Il apparaît clairement qu’il ne s’agit pas pour Marx d’analyser l’histoire ou encore une phase hi (...)

38Cette dispute révèle, en réalité, la confusion entre genèses logique et historique : entre la dérivation de certaines catégories de détermination conceptuelle dans « l’exposition dialectique » chez Marx, et les arguments portant sur l’origine historique du capitalisme. Autrement dit, on prend l’analyse de Marx de la « moyenne idéale » du capitalisme pour des instances de description historique66. Un exemple paradigmatique de cela est la confusion fréquente entre la déduction logique de la monnaie comme mode d’apparition nécessaire de la valeur d’échange, et l’idée que Marx y vît l’origine historique comme innovation dans le troc.

39Alors qu’il était logique pour Marx de commencer Le Capital avec la marchandise (car elle est la forme-valeur la plus fondamentale du capital), le fait qu’il introduit la discussion du travail tardivement dans son exposé tend à donner l’impression que la substance de la valeur se révèle dans le simple acte d’échange d’équivalents ; ainsi, d’une façon ou d’une autre, l’échange aurait émergé historiquement dans le troc.

  • 67 La notation Mo-Mo´ (monnaie-monnaie prime) et Ma-Mo-Ma (marchandise-monnaie-marchandise) est celle (...)

40En effet, si on prend pour de la description historique la réduction méthodologique chez Marx du capital marchand ou commercial (« acheter bon marché pour vendre cher ») au capital porteur d’intérêt, c’est-à-dire le circuit Mo-Mo´ (le profit réalisé dans le processus de circulation) - à l’opposé du circuit du capital industriel Ma-Mo-Ma (le profit réalisé dans le processus de production) -67, on peut facilement comprendre comment l’idée que le capital commercial fonctionne purement comme intermédiaire ait pu être interprétée comme étant représentative du point de vue de Marx.

41Qui plus est, dans le cadre méthodologique du Capital, ce que Marx appelle « capital industriel » est en effet la forme de capital dominante au sein de « la moyenne idéale », justement parce qu’il en est la seule – à la différence du capital commercial et du capital porteur d’intérêt – qui a la capacité à produire des valeurs d’usage comme objets de valeur dans l’indifférence totale à leurs fonctions en tant que valeurs d’usage particulières. C’est l’aspect historiquement spécifique du capital industriel qui rend d’autres formes de capital « antédiluviennes ».

  • 68 Marx, Le Capital, livre 1 (Éditions sociales, 2016), p. 175. La distinction pertinente ici est entr (...)

42C’est le capital industriel – et non le capital commercial – qui possède la capacité unique à subsumer le travail, à le transformer en marchandise ; c’est là que le capital subsume l’entier rapport « métabolique » des êtres humains à la nature. Au niveau de la structure théorique, selon la propre analyse de Marx, c’est le capital industriel qui constitue la forme paradigmatique interne au « mode de production capitaliste ». Mais la simple transformation des rapports économiques impliqués dans la production est inadéquate à définir le capitalisme industriel. Cette transformation doit donc aussi inclure les techniques utilisées dans la production, et la détermination des objets produits68.

  • 69 Banaji, Theory as History, p. 358.

43Pour Banaji, le problème spécifique de l’historiographie marxiste provient du fait qu’on ait interprété l’analyse chez Marx du rapport entre le capital commercial et le capital industriel non seulement comme une description historique, mais aussi comme la représentation d’une progression ou d’un développement nécessaire. « Transplanter les remarques strictement méthodologiques dans Le Capital sur le rapport entre le capital commercial et le capital industriel dans une histoire du capitalisme n’avait pas de sens, car […] cela ne permettait pas de construire réellement cette histoire en raison de l’absence d’industrie à grande échelle durant la plupart des siècles concernés ; quelles que soient les limites chronologiques choisies, on ne trouvera pas de grande industrie au sens donné par Marx dans ces périodes69. »

  • 70 Banaji, Commercial Capitalism, p. 124.

44La solution avancée par Banaji est de faire une distinction théorique entre « le capitalisme dans ce sens plus général qui permet de référer au capitalisme commercial du 12e ou du 18e siècle, et ce que Marx a appelé "le mode de production capitaliste" »70. Selon Banaji, ce dernier est plus précisément caractérisé par les formes d’entreprises industrielles à grande échelle, d’une concentration verticale massive, émergeant historiquement après la mort de Marx, qui a néanmoins laissé un modèle, à savoir la tendance du capital industriel à détruire le capital commercial, et ce faisant, la fonction de médiation du dernier.

  • 71 Alfred Chandler, La main visible des managers: une analyse historique, Economica, 1988 (1977).

« Ce qui émerge vers la fin du 19e siècle, écrit Banaji, est une sorte de capitalisme entièrement nouveau, impulsé par l’industrie moderne, mais lié aussi à des formes d’expansion plus agressives et à des degrés sans précédent d’intégration verticale dans des industries comme le tabac, le caoutchouc et le pétrole, qui ont dramatiquement réduit la dépendance des fabricants au capital commercial71. »

45L’exemple pertinent à cet égard pour Banaji n’est pas le capitalisme mercantile britannique de la seconde moitié de l’ère victorienne (l’exemple classique de Marx), mais plutôt la domination sans parallèle de l’économie indochinoise par la France, et la montée des entreprises managériales verticalement intégrées relatée par l’historien américain Alfred Chandler. Marx n’a pas vécu assez longtemps pour voir ces développements. Ce n’est que vers la fin du 19e siècle qu’on trouve la dominance du capital industriel que Marx a lui-même décrite. C’est donc la fonction anticipatoire de son cadre théorique qui démarque Le Capital comme un vrai classique, dans la mesure où il est à la fois lié à un moment historique (susceptible alors comme toute théorie d’être historisé), et toujours pertinent au-delà de celui-ci.

VII

46Que cette solution soit convaincante ou non, la série de questions interconnectées traitées ici m’amène à faire trois propositions.

47La première est que les marxistes s’engagent davantage avec l’historiographie non marxiste. Au lieu de plaquer leurs modèles théoriques sur tel matériel historique, les chercheurs marxistes devraient réfléchir sur la validité de ces modèles reçus à la lumière d’autres travaux historiographiques.

48La deuxième est que les non-marxistes acceptent l’idée qu’une histoire du capitalisme exige qu’on en saisisse la spécificité au niveau de sa structure, de sa « moyenne idéale ». Cela implique qu’ils prennent au sérieux Le Capital, non simplement comme une critique du capitalisme, ou comme une explication alternative, mais aussi, et plutôt, comme la seule théorie qui tente d’expliquer le capitalisme dans sa spécificité économique, comme une forme de production et de reproduction sociale historiquement unique. De leur côté, les marxistes devraient trouver de nouvelles façons d’expliquer la théorie de la valeur au grand public, au lieu de simplement poser celle-ci en confrontation ouverte. Il s’agit d’un processus complexe de traduction conceptuelle qui demande une bonne connaissance des méthodologies et des modes de discours, marxistes et non marxistes.

49La dernière proposition est que les historiens et les économistes, marxistes ou non, prennent au sérieux les philosophies non simplement de l’Histoire, mais aussi de la temporalité plus généralement, les deux formant la toile de fond théorique aux récits de transformation capitaliste. On n’a pas forcément besoin de se replonger dans Hegel, mais une considération plus large des conceptions du « développement » ou de la « croissance », et les philosophies de l’Histoire et de la temporalité héritées des 19e et 20e siècles seraient nécessaires afin d’expliquer les conditions conceptuelles des théorisations possibles actuellement.

  • 72 Moishe Postone, « Critique and Historical Transformation », Historical Materialism, 12 : 3, 2004, p (...)

50L’historien canadien Moishe Postone affirme que la projection rétrospective d’un développement linéaire, interne au capitalisme, à l’histoire humaine en général est elle-même spécifique au capitalisme. « L’Histoire, comprise comme une dynamique directionnelle immanente, existe, mais non comme une caractéristique universelle de la vie sociale humaine. Plutôt, il s’agit d’une caractéristique historiquement particulière de la société capitaliste, qui peut être, et qui a été projeté sur toute l’histoire humaine72. » En d’autres termes, la forme de temporalité qui fonde la discipline de l’histoire est un temps homogène vide, compris comme une succession linéaire de nouveautés posées sur des formes collectives du temps subjectif.

  • 73 Reinhart Koselleck, Sediments of Time: On Possible Histories (Stanford University Press, 2018), p. (...)

51Reinhart Koselleck propose une théorisation similaire, mais en référant au processus plus large de la modernisation. « On peut dire que l’Histoire elle-même se révèle d’abord comme une façon particulière d’être [Seinsweise] quand on l’interprète comme étant progressive et accélérée73. » Selon Koselleck, la relation antinomique entre structure et histoire, ou entre nécessité et contingence est elle-même le produit d’une temporalité historique particulière. Qui plus est, le sujet qui voit l’Histoire de telle façon est lui-même historiquement unique.

  • 74 Maurice Dobb, Études sur le développement du capitalisme (Maspero, 1981 (1946)).
  • 75 Tom Brass, Labour Regime Change, p. 93.

52Les unités spatiales d’analyse qui ont ancré jusqu’ici les débats devraient être étendues. Ce n’est guère une coïncidence que le débat initial sur la transition, inauguré par l’économiste marxiste Maurice Dobb en 1946, et aboutissant à l’engouement pour le développement dans les années 1960, eut lieu en même temps qu’un débat plus large sur la modernisation chez des universitaires non marxistes, qui s’intéressaient à la transition des sociétés « traditionnelles » vers des sociétés « modernes » (c’est-à-dire des démocraties libérales)74. Les débats font montre d’une confluence épistémologique dans la mesure où les deux côtés s’intéressent au développement du marché intérieur, qui dépend de l’existence d’un marché de travail « libre ». Celui-ci était censé augmenter la demande nationale pour les biens de consommation, et motiver les capitalistes locaux à investir dans la capacité productive de ce marché intérieur75.

  • 76 Sur le « nationalisme méthodologique » et la naturalisation de l’État-nation comme unité analytique (...)
  • 77 « Tout processus de transition (et la façon dont la question agrarienne est résolue ou non) a donc (...)
  • 78 L’intérêt relatif montré par des économistes non marxistes au milieu du 20e siècle peut s’expliquer (...)
  • 79 Cette disjonction sensible entre, d’un côté, le caractère mondial du capital et des classes, et de (...)

53Commun à ces débats se trouve le concept d’État-nation comme unité analytique de base. Ce « nationalisme méthodologique » est le point de départ partagé par les non-marxistes76, qui voient la transition développementale vers le capitalisme dans chaque nation comme la précondition de la démocratie libérale moderne, et par les marxistes, qui voient la transition nationale vers le capitalisme comme la précondition du socialisme. En effet, pendant les années 1950 et 1960, les débats sur la transition ont souvent été conduits, des deux côtés, par des historiens et des politistes en référence à des études de cas portant sur des territoires nationaux divers77. Les deux côtés ont également mis l’accent primordial sur la productivité économique78. La question du travail « non libre » et de son internalité ou externalité au capitalisme est particulièrement importante ici, car les transitions du féodalisme au capitalisme peuvent être vues comme incomplètes (d’où « semi-féodal »). On a donc justifié le développement économique comme une étape du chemin soit vers le capitalisme soit vers le socialisme ; dans le dernier cas, une « pleine » transition vers le capitalisme était vue comme la précondition d’une transition vers le socialisme79.

  • 80 Le cercle de la raison – probablement mieux formulé comme une antinomie – qui émerge entre l’accent (...)

54Quand ce « nationalisme méthodologique » est mis en contexte à l’égard de ces courants de pensée (incluant la gauche keynésienne, pour qui la transition vers le socialisme revenait à une transition vers un « bon » capitalisme, géré politiquement par une bourgeoisie productive et non rentière), il apparaît non seulement comme une erreur analytique, mais comme la conséquence logique des questions politiques sur le développement qui prévalaient à l’époque80.

  • 81 Cette nouvelle forme de temporalité produite par la mondialisation des processus sociaux fondant la (...)

55Il est ironique que ces débats aient eu lieu précisément à un moment de dénationalisation des marchés du capital, d’amélioration incroyable dans les technologies de transport et de communication, et d’une flexibilité accrue des marchés transnationaux du travail, bref, une série de processus qu’on appelle couramment « la mondialisation »81.

  • 82 « L’Histoire elle-même (si on accepte pour une fois ce terme profondément idéologique) est irration (...)
  • 83 Jairus Banaji, « From the Commodity to Capital: Hegel’s Dialectic to Marx’s Capital », in Diane Els (...)

56Les trois propositions faites ci-dessus – que les marxistes prennent en compte l’historiographie non marxiste, que les non-marxistes acceptent la spécificité du capitalisme quant à sa « moyenne idéale », et que les deux réfléchissent davantage sur les théories de temporalité et de spatialité historiques – ont pour objectif d’ouvrir de nouvelles voies théoriques. L’Histoire elle-même est peut-être irrationnelle et contingente, mais son analyse doit être rationnelle et dotée d’un appareil théorique sous-tendant82. Faute de cela, les chercheurs aussi bien marxistes que non marxistes risquent d’être continuellement coincés entre ce que Banaji appelle dans un autre contexte « le gratte-ciel imposant du dogme immobilisé » et « le trottoir granitique d’un éclectisme confus »83.

Haut de page

Notes

1 Witold Kula, An Economic Theory of the Feudal System (Londres : Verso, 1976), p. 19. [Je traduis de l’anglais ; il existe une traduction française du polonais original : Théorie économique et système féodale (Paris, La Haye, Mouton & Cie., 1970) (NdT)].

2 Jairus Banaji, Theory as History: Essays on Modes of Production and Exploitation (Chicago : Haymarket Books, 2011), p. 48.

3 Banaji, op. cit., p. 272.

4 Banaji, Brief History of Commercial Capitalism (Chicago : Haymarket Books, 2020), p. 4. [Ce revirement de la part de Pokrovsky n’a pas empêché sa tombée en disgrâce avant sa mort d’un cancer peu après (NdT)].

5 Banaji, Theory as History, p. 272.

6 Banaji en donne une liste plus longue dans Brief History, p. 8-9.

7 Ibid., p. 8.

8 Ibid., p. 4.

9 Banaji, Theory as History. (2011).

10 Ibid., p. 45-95. Voir aussi W. M. Simon, European Positivism in the Nineteenth Century (Ithaca : Cornell University Press, 1963).

11 Leopold von Ranke (1795-1886), historien prussien, fondateur d’une historiographie qui se voulait objective et factuelle, privilégiant des témoignages directs et des sources authentiques au détriment de la spéculation philosophique et du jugement moral (NdT).

12 Banaji, ibid., p. 47.

13 Ibid., p. 49

14 Ibid., p. 49-50.

15 William Sewell Jr., Logics of History. Social Theory and Transformation (Chicago : University of Chicago Press, 2005), p. 35.

16 Ibid., p. 37.

17 Ibid.

18 Banaji, Theory as History, p. 272.

19 Cité in ibid., p. 6. En dehors de cette citation, le terme apparaît une autre fois dans le livre de Williams : « Le système colonial était la moelle épinière du capitalisme commercial de l’époque mercantile. Dans l’ère du libre-échange, les capitalistes industriels ne voulaient pas de colonies du tout, d’autant moins aux Antilles » (Eric Williams, Capitalism and Slavery, Londres : Penguin, 1994, p. 142). (Traduction française : Capitalisme et esclavage, Présence africaine, 1998). [Par ailleurs, Williams fut le premier ministre inaugural en 1962 de la République de Trinité-et-Tobago jusqu’à sa mort en 1981 (NdT)].

20 Cela mène Banaji – à tort selon Brass – à étendre la catégorie du « travail libre » de manière transhistorique jusqu’à la Rome antique, enlevant ainsi au capitalisme sa spécificité. « Chacun [des livres de Banaji] contribue à l’argument central qu’une forme pan-historique de capitalisme s’étend de la société antique jusqu’au présent, niant en effet la théorie marxiste sur la dynamique menant à la transition d’un mode de production à un autre. » (Tom Brass, « Do All (Capitalist) Modes Lead to Rome? », Critical Sociology, 47, no. 3 (2021), p. 515). Le débat entre Brass et Banaji fait rage depuis plusieurs décennies, mais bien qu’ils soient fortement opposés, ils partagent des points communs. Sur ce débat, sur le rapport entre travail libre (ou salarié) et travail non libre (ou non salarié), et sur la périodisation capitaliste, voir Bo Harvey, « Review of A Brief History of Commercial Capitalism », H-Net, à paraître.

21 Tom Brass, Labour Regime Change in the Twenty-First Century: Unfreedom, Capitalism and Primitive Accumulation (Leiden : Brill, 2011), p. 187-88.

22 L’argument clé ici est que les propriétaires d’entreprises, face au choix entre embaucher une main-d’œuvre peu chère (voire non libre) et supporter le décalage temporel qu’implique le coût d’un investissement onéreux dans du capital fixe, choisiront généralement la première option. Dans la mesure où ce choix ne perturbe pas de manière significative la demande, il s’étend même aux régimes esclavagistes. Au sein d’un secteur particulier, ou dans l’exploitation opérée par une entreprise individuelle, l’esclavagisme est donc parfaitement compatible avec le capitalisme, tant qu’une base de consommation suffisante existe ailleurs. Contrairement aux présuppositions téléologiques des orthodoxies marxistes et non marxistes, l’esclavagisme était même devenu plus répandu lors de l’évolution du capitalisme, avec l’expansion massive, et avec l’exposition accrue aux marchés mondiaux du travail. Tant que le travail salarié peut être généralisé au niveau du système capitaliste dans l’ensemble, il n’y a pas de nécessité logique que le capitalisme en lui-même mène à l’abolition du travail non libre. Clairement, la « forme-salaire » est hautement différenciée mondialement, prenant des formes différentes selon le secteur ou le contexte géographique. La question de la « liberté » ou de la « non-liberté » des formes diverses de rémunération monétaire du travail se soustrait essentiellement de l’équation « libre = salarié » et « non libre = non-salarié ». Que cet argument soit juste ou non est secondaire ici ; je l’aborde plus longuement dans l’article cité ci-dessus (note 20).

23 Voir, par exemple, Ellen Meiksins Wood, « The question of market dependence », Journal of Agrarian Change, 2, no. 1 (2002), p. 50-87, et « From opportunity to imperative: the history of the market », Monthly Review, 46, no. 3 (1994), p. 14-90 ; Robert Brenner, « Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe », Past & Present, 70, no. 1 (1976), p. 30-75. Pour une critique de Brenner avec référence à la Catalogne, voir Javier Moreno Zacarias, « Beyond market dependence: the origins of capitalism in Catalonia », Journal of Agrarian Change, 18, no. 4 (2018), p. 1-19. Finalement, John Clegg, « Credit market discipline and capitalist slavery in antebellum South Carolina », Social Science History, 42, no. 2 (2018), p. 343-376.

24 Sur le rôle de l’esclavagisme dans le capitalisme contemporain, cf. Kevin Bales, Disposable People: New Slavery in the Global Economy (Berkeley : University of California Press, 2012).

25 Banaji, Theory as History, p. 127.

26 « L’industrie et le commerce, la production et l’échange des besoins vitaux conditionnent de leur côté la distribution, la structure des différentes classes sociales, pour être à leur tour conditionnés par celles-ci dans leur mode de fonctionnement. Et c’est pourquoi Feuerbach ne voit, par exemple à Manchester, que fabriques et machines là où il y avait seulement, il y a un siècle, des roues et des métiers à tisser, et il ne découvre que pâturages et marécages dans la campagne romaine, là où il n’aurait trouvé, du temps d’Auguste, que des vignobles et des villas de capitalistes romains. » (Marx et Engels, L’Idéologie allemande, traduit par Henri Auger, Gilbert Badia, Jean Baudrillard, Renée Cartelle (Paris : Éditions sociales, 2012 (1845)), p. 30).

27 Ellen Meiksins Wood, L’origine du capitalisme, traduction de François Tétreau, (Montréal : Lux, 2019 (1999)), p. 10.

28 Ibid.

29 Dans lequel l’arrivée du capitalisme « ne constituait pas un bouleversement social majeur, mais plutôt un accroissement d’ordre quantitatif » (Wood, ibid., p. 21).

30 « Weber n’a certes pas manqué de remarquer qu’un capitalisme donnant son plein rendement a pu voir le jour dans certaines circonstances historiques bien précises et pas dans d’autres. […] Le problème, cependant, réside en ceci que Weber était toujours enclin à parler des facteurs qui ont entravé le développement du capitalisme ailleurs dans le monde – en rappelant leurs ressemblances, les traditions religieuses de ces sociétés, les formes de pouvoir et de domination qu’on y exerçait, etc. » (Wood, ibid., p. 26).

31 « La prémisse sous-jacente du modèle démographique stipule que la transition entre petites sociétés marchandes et sociétés capitalistes fut provoquée par les lois de l’offre et de la demande. […] [L]e passage au capitalisme est toujours ici une conséquence des lois universelles et historiques … » (ibid., p. 26-27).

32 « L’ancien modèle [de la commercialisation] considérait l’ascension de la société marchande comme un phénomène plus ou moins naturel privé d’obstacles ; or cette théorie du système-monde partage le même point de vue dans une bonne mesure, ou simplement prend son contrepied. En effet, si certaines économies déjà bien avancées ne parvinrent pas à déboucher sur un capitalisme de plein rendement, c’est qu’elles en étaient empêchées par des obstacles dressés contre lui » (ibid., p. 28).

33 « … Michael Mann emprunte sans détour ce qu’il appelle le "biais téléologique" selon lequel le capitalisme industriel était d’une certaine façon déjà inscrit dans les rapports sociaux de l’Europe médiévale » (ibid., p. 29).

34 « Il manque ici une analyse qui nous expliquerait comment une transformation radicale des rapports sociaux a précédé l’industrialisation. […] Le point fondamental ici, c’est que [la] relation de cause à effet [chez Polanyi] omet de considérer le marché capitaliste comme une structure sociale bien particulière » (ibid., p. 36).

35 Robert Brenner, « The Origins of Capitalist Development: A Critique of Neo-Smithian Marxism », New Left Review, 104, juillet-août 1977, p. 25-92.

36 Hegel, Théorie de la mesure, troisième section de L’Être, Science de la Logique, tome 1, (édition à part, traduction d’André Doz, PUF, 1970), p. 31-33.

37 Engels, Anti-Dühring (traduction de Émile Bottigelli), Éditions sociales, 1950 (1878), p. 46.

38 Marx, Le Capital, livre 1 (traduction de Jean-Pierre Lefebvre), (Éditions sociales, 2016), p. 300.

39 « La somme de valeur minimale dont un détenteur individuel de monnaie ou de marchandises doit disposer pour se métamorphoser en capitaliste change avec les différents degrés de développement de la production capitaliste, et, pour un degré de développement donné, elle sera différente dans les différentes sphères de production, en fonction de leurs conditions techniques particulières » (ibid., p. 301). 

40 Ibid., p. 301.

41 The Birth of Capitalism: A Twenty-First Century Perspective de l’historien Henry Heller est un bon exemple d’une tentative de mettre au premier plan le rôle de l’État et du politique au sens large contre un certain économisme qui caractérise à son avis le travail de Brenner : « L’émergence du capitalisme comme "système économique" autosuffisant, séparé de la politique, fut la conséquence d’un processus qui a duré des siècles dans lequel, n’en déplaise à Brenner, la coercition a joué un rôle majeur » ; « L’importance des marchés compétitifs et de l’extraction de la survaleur relative au début du capitalisme a été exagérée, alors que l’importance de la force et de l’affirmation du pouvoir de l’État a été largement négligée » (Londres : Pluto Press, 2011, p. 9, 10). Bien que ce rappel du rôle de la violence étatique soit bienvenu (Marx en parle brièvement dans sa discussion de « l’accumulation initiale »), il faut éviter de tomber dans l’inverse, l’économisme, à savoir une conception trop pure du politique, ce qui s’avère incapable de supporter tout le poids explicatif. Pour Lénine, la question de la nature économique ou non économique (par exemple, militaire) des changements est secondaire (Impérialisme, stade suprême du capitalisme, diverses éditions).

42 Je n’ai pas encore trouvé de discussion historiographique – si tant est qu’elle existe - reliant le débat sur la transition à l’ensemble des questions provenant de la philosophie hégélienne de l’Histoire.

43 À l’égard de la relation des sciences économiques aux sciences naturelles, et du désir des premières d’émuler les dernières, voir le livre classique de Philip Mirkowski, More Light than Heat: Economics as Social Physics (Cambridge University Press, 1991).

44 « Pour l’étudiant de la nature, l’objet unique, donné, de ses observations n’a jamais de mérite scientifique en lui-même ; il ne lui sert que dans la mesure où il se considère justifié de le voir comme un type, comme un cas spécial d’un concept catégoriel, l’utilisant pour développer davantage ce dernier. En cela, il prend en considération uniquement ses aspects qui permettront une généralisation selon les lois. Pour l’historien, la tâche consiste, dans un présent imaginé, à faire revivre tel artéfact du passé dans son caractère entièrement individuel. […] De là, il s’ensuit que la tendance vers l’abstraction domine la pensée dans les sciences naturelles, alors que la tendance vers le concret domine dans l’historiographie. » (Wilhelm Windelband, « History and Natural Science », Theory & Philosophy, 8 : 1 (1998), p. 13-16, retraduit de l’anglais).

45 Une faiblesse de l’impulsion constructiviste (et donc nominaliste) à gauche est la tendance à assimiler les origines historiques (souvent moralement douteuses) d’un phénomène social à sa fonction. En démystifiant ce qui se présente comme naturalisé (et donc compris à tort comme universel), la « vérité » d’un phénomène social se révèle historique (et donc particulière). L’argument à droite prétend que cette impulsion critique négative est simplement destructrice (car relativiste et historicisante), plutôt que de se débattre avec la relation complexe entre construction et destruction qui traverse non seulement l’histoire de la pensée critique, mais aussi l’histoire de la pensée politique. 

46 Theodor W. Adorno, Philosophy and Sociology, (Londres : Polity Press, 2022 (1960)), p. 193 [retraduit de l’anglais ; il s’agit d’un recueil de conférences en allemand non encore traduit en français (NdT)].

47 Reinhart Koselleck, Sediments of Time: On Possible Histories (Stanford University Press, 2018), p. 131 (retraduit de l’anglais).

48 Richard Westra, Periodizing Capitalism and Capitalist Extinction (Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2019), p. 3-4.

49 Une précision importante à faire ici est qu’elle fonctionne comme une loi naturelle, sans en être une en réalité. « Les lois du mouvement » dans ce cas réfèrent à ce qui effectivement structure les rapports capitalistes, et apparaissent sous la forme d’une régularité (« constante théorique »), malgré les déterminations individuelles (politiques, civilisationnelles, biologiques). L’enjeu est d’éclaircir le concept de « loi » (ainsi que sa relation aux concepts attenants comme « norme » et « moyenne ») chez Marx. Cela est, bien entendu, distinct des questions portant sur « les théories marxiennes de la loi », et concerne plutôt la complexité du concept philosophique tel qu’il est présent dans l’œuvre de Marx. Au-delà des problèmes de traduction, écrit John P. Burkett, « il n’est pas clair que toutes les "lois" discutées par Marx se conforment à une définition unique ». Voir John P. Burkett, « Marx’s Concept of an Economic Law of Motion », History of Political Economy, 32 : 2, 2000, p. 381-94 (https://web.uri.edu/isiac:files:lawofmot.pdf.).

50 Westra, op. cit., p. 4.

51 La méfiance générale de l’essentialisme et du déterminisme dans le sillage de la critique postmoderniste des grands récits, et l’approche historique constructiviste dans la théorie post-années 1970 sont évidemment à citer ici.

52 Westra, op. cit., p. 4.

53 Ce qui est fondamentalement en jeu ici sur le plan méthodologique, à mon avis, c’est la nature du concept de valeur chez Marx. Dans des termes strictement économiques, il existe une série de débats sur la façon dont la loi de la valeur est comprise pour réguler des différentiels de prix. Ces débats ont lieu primairement chez ceux qui veulent se servir de la critique de l’économie politique pour façonner un modèle économique distinctement alternatif. Toute interprétation purement économique, cependant, semble écarter les déterminations extra-économiques que la loi de la valeur est aussi censée réguler, à savoir le rapport entre capital et travail. Il y a donc une division générale au sein d’une perspective marxiste entre d’un côté, « l’économie politique » et sa critique, et de l’autre, « la théorie sociale critique ».

54 John P. Burkett, art. cit. Pour une critique de « la quête des lois générales du capitalisme », voir Darren Acemoglu et James A. Robinson, « The Rise and Fall of General Laws of Capitalism », Journal of Economic Perspectives, 29 : 1, 2015, p. 3-28 (https://economics.mit.edu/files/11348).

55 Brass, op. cit., p. 79.

56 Dans leur vue d’ensemble des perspectives marxistes sur l’esclavage moderne, Rioux, LeBaron et Verovsek décrivent « une division profonde au sein de la réception des écrits de Marx entre une approche néo-smithienne, selon laquelle le capitalisme et le travail non libre sont incompatibles, et ce qui serait pour nous une tradition marxiste plus fidèle qui voit en le travail forcé une forme potentielle de contrôle et d’exploitation sous le capitalisme » (Sébastien Rioux, Genevieve LeBaron et Peter J. Verovsek, « Capitalism and unfree labour : a review of Marxist perspectives on modern slavery », Review of International Political Economy, 27 : 3, 2020, p. 709-31). Adam Smith a condamné l’esclavage pour son inefficience économique par rapport au travail salarié libre, soulignant le rôle double des salariés comme producteurs et consommateurs. L’argument réapparaît non seulement dans certains courants du marxisme, mais aussi dans l’œuvre des théoriciens antimarxistes de la modernisation comme Walt Whitman Rostow (Les étapes de la croissance économique : un manifeste non communiste, Economica, 1997 (1961).

57 Les débats dans les années 1970 sur la nature du mode de production en Inde sont particulièrement pertinents ici. Pour un résumé de ces débats, voir Alice Thorner, « Semi-Feudalism or Capitalism ? Contemporary Debates on Classes and Modes of Production in India », Review of International Political Economy, 27 : 3, 2020, p. 1961-68. Tom Brass trace l’origine de ces débats à la victoire de la Révolution chinoise en 1949. Voir Brass, « Rural labour in agrarian transitions: the semi-feudal thesis revisited », Journal of Contemporary Asia (32 : 4, 2002, p. 457).

58 On peut imaginer le travail au sens général fondant une histoire humaine plus large, mais il ne peut être la catégorie qui fonde la socialité capitaliste, et donc l’histoire du capitalisme proprement dite, car le travail dans ce sens n’est pas unique au capitalisme. En effet, Marx change de méthode entre les Grundrisse (1857) et le premier livre du Capital (1863). Alors que dans les Grundrisse, Marx commence avec le travail comme « production matérielle », dans Le Capital, il commence avec la plus simple catégorie spécifique à la société capitaliste – la marchandise.

59 Selon Banaji, l’orthodoxie dominante au sein du marxisme a réduit le concept de rapports de production à une série de questions sur les formes dominantes d’exploitation (Banaji, op. cit., p. 4). Comme il le dit dans son introduction, « non seulement les modes de production ne sont pas réductibles à des formes d’exploitation, mais les formes historiques d’exploitation du travail (rapports de production au sens conventionnel) se situent à un niveau d’abstraction complètement différent des nombreuses façons spécifiques dont le travail peut se déployer » (p. 6). Dans la mesure où l’unité de production capitaliste inclut et la production et la circulation, et non la production au sens unilatéral (car la circulation est une condition de la reproduction), Banaji a raison de poser la question, toujours à propos, à savoir : « comment intégrer l’expansion d’une économie monétaire en une théorie des modes de production ? » (p.7), si un mode de production est en effet déterminé par une forme d’exploitation du travail. « Ce qu’il faut souligner ici, écrit Banaji, est que les rapports de production incluent non seulement beaucoup plus que le processus du travail et les formes sous lesquelles celui-ci est organisé et contrôlé […], mais que le travail lui-même, son exploitation, se décomposent en des dimensions comparables de complexité » (p. 5). Banaji explore cette idée d’une « logique de déploiement » complexe chez les capitalistes de façon plus concrète dans son essai « Historical Arguments for a "Logic of Deployment" in "Precapitalist Agriculture" ». Il y fournit une série d’arguments historiques provocateurs contre « la thèse de la discontinuité » qu’il définit ainsi : « la conception que les différences réelles ou prétendues entre régimes économiques et périodes historiques sont d’une certaine façon […] plus fondamentales à leur interprétation historique que les facteurs qu’elles partagent » (Banaji, op. cit., p. 104).

60 Tom Brass, op. cit., p. 79.

61 Simon Clarke, Marx, Marginalism and Modern Sociology: From Adam Smith to Max Weber (Londres : Macmillan, 1988), p. 88.

62 Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Payot, 2018 (1936), chapitre 8.

63 Simon Clarke, Marx’s Theory of Crisis (Londres : Macmillan, 1994), p. 53-58. Il faut distinguer ici entre découvrir et créer de nouveaux marchés. L’approche luxemburgienne s’applique au premier plutôt qu’au dernier. L’idée que se fait Staline du « problème des marchés » - à savoir qu’il y en a un nombre fini – relève d’une approche originellement formulée par Rosa Luxemburg. Les implications politiques en sont importantes, car l’idée d’une crise nécessairement chronique plutôt que cyclique s’ensuit de la position qu’il n’y ait qu’un nombre fini de marchés que le capitalisme peut épuiser. Le philosophe britannique Peter Osborne prétend que la théorie marxiste de la crise est hantée par la disjonction entre l’aspect historique et général du concept sous sa forme moderne de crise structurelle (qui inclut l’idée de la crise comme précondition d’une transition vers un nouveau mode de production), et la focalisation conjoncturelle et relativement étroite d’une théorie de la crise qu’on peut déduire de Marx, primairement concernée par des crises périodiques (Peter Osborne, « A Sudden Topicality », Radical Philosophy, 190, mars-avril 2010). Si les crises capitalistes étaient toujours cycliques, comment une crise particulière pourrait-elle mener à la transition vers un nouveau mode de production ? La preuve du caractère inépuisable des marchés poserait un problème sérieux pour la théorie d’une crise chronique cintrant toute l’histoire du capitalisme. C’est pourquoi Le Déclin du capitalisme (1931) de Evgueni Preobrajenski, écrit dans le sillage du krach de Wall Street en 1929, était si problématique pour le régime soviétique. En effet, Preobrajenski [purgé en 1937] y affirme que « les capitalistes ont traditionnellement surmonté les crises, non pas en découvrant de nouveaux marchés, mais en créant de nouveaux marchés par la reprise des investissements ». Voir Richard Day, Leon Trotsky & The Politics of Economic Isolation (Cambridge University Press, 1973).

64 Alfred Schmidt, History and Structure: An Essay on Hegelian-Marxist and Structuralist Theories of History (Cambridge, Mass., MIT Press, 1983), p. 34.

65 Une version plus sophistiquée de cet argument nous vient d’Adorno : « Si nous devions refuser toute forme de concept qui ne soit pas déjà saturée de faits et d’observations, […] cela reviendrait effectivement et littéralement à saborder le savoir lui-même, car en l’absence d’attente conceptuelle de la sorte, quelque chose comme un domaine empirique, comme de la recherche empirique, ne serait même pas concevable. » (Adorno, Philosophy and Society (Cambridge : Polity Press, 2022 (1960)), p. 51 (retraduit de l’anglais, voir note 46).

66 « Il apparaît clairement qu’il ne s’agit pas pour Marx d’analyser l’histoire ou encore une phase historique particulière du capitalisme, mais de réaliser une étude "théorique" : l’objet de la recherche ce sont les déterminations essentielles du capitalisme, autrement dit ce qui restera identique, quels que soient les changements historiques qu’il puisse connaître. Il ne s’agit donc pas d’analyser un capitalisme particulier (que cela soit d’un point de vue historique ou géographique), mais plutôt, tel que l’écrit Marx à la fin du livre III du Capital, seulement "d’exposer l’organisation interne du mode de production capitaliste, en quelque sorte dans sa moyenne idéale". » (Michael Heinrich, Critique de l’économie politique. Une introduction aux trois livres du Capital de Marx (Toulouse : Smolny, 2021, traduction d’Ivan Jurkovic), p. 37-38).

67 La notation Mo-Mo´ (monnaie-monnaie prime) et Ma-Mo-Ma (marchandise-monnaie-marchandise) est celle de l’édition révisée du Capital en 2016, le terme « monnaie » remplaçant « argent » ; malheureusement (et incompréhensiblement), le symbole prime (´) est systématiquement oublié. Dans la traduction historique de Roy et dans la première édition de la nouvelle traduction de J.-P. Lefebvre en 1983, cela s’écrit A-A´ (argent-argent prime) et M-A-M (marchandise-argent-marchandise) (NdT).

68 Marx, Le Capital, livre 1 (Éditions sociales, 2016), p. 175. La distinction pertinente ici est entre la subsomption « formelle » et la subsomption « réelle » ; voir Simon Mohun, « Labour Process », in Tom Bottomore (dir), A Dictionary of Marxist Thought (Londres : Blackwell, 1992), p. 297-301. Voir aussi Andres Saenz de Sicilia, « Being, Becoming, Subsumption: The Kantian roots of a Marxist problematic », Radical Philosophy, 212, printemps 2022 : « Marx décrit, en seulement quelques passages éparpillés, comment le capital, en tant que primairement rapport social de production, subordonne – ou "subsume" – des formes existantes de production afin de les reconfigurer comme processus de valorisation capitaliste, autant d’engins de profit pour leurs propriétaires. Dans l’exposé de Marx, cela peut se produire "formellement", simplement à travers la transformation des rapports économiques impliquées dans la production (transformation sous-tendue par l’introduction des rapports d’échange entre acheteurs et vendeurs de la force de travail). Mais la subsomption au capital, note Marx, peut se faire, et se fait effectivement sous une forme plus profonde, "réelle", qui transforme la composition matérielle de production (les techniques et la technologie de production, aussi bien que les produits eux-mêmes) (p. 35). »

69 Banaji, Theory as History, p. 358.

70 Banaji, Commercial Capitalism, p. 124.

71 Alfred Chandler, La main visible des managers: une analyse historique, Economica, 1988 (1977).

72 Moishe Postone, « Critique and Historical Transformation », Historical Materialism, 12 : 3, 2004, p. 55.

73 Reinhart Koselleck, Sediments of Time: On Possible Histories (Stanford University Press, 2018), p. 96.

74 Maurice Dobb, Études sur le développement du capitalisme (Maspero, 1981 (1946)).

75 Tom Brass, Labour Regime Change, p. 93.

76 Sur le « nationalisme méthodologique » et la naturalisation de l’État-nation comme unité analytique dans les sciences sociales, cf. Andreas Wimmer & Nina Glick Schiller, « Methodological Nationalism, the Social Sciences and the Study of Migration: An Essay in Historical Epistemology », International Migration Review, 37 : 3 (2003), p. 576-610. « Le nationalisme méthodologique est la naturalisation de l’État-nation par les sciences sociales. Les chercheurs qui partagent cette orientation intellectuelle supposent que les pays sont les unités naturelles pour des études comparatives, assimilent la société à l’État-nation, et confondent les intérêts nationaux avec les finalités des sciences sociales (p. 576). » Il faudrait voir l’analyse du capitalisme transnational par Rosa Luxemburg comme une anticipation de ce genre de critique.

L’exemple classique en vient de Trotski, comme le note Brass : « Parce que son objectif politique implique la révolution mondiale [et non dans un seul pays], et parce que son point de mire analytique est donc comment le capitalisme opère et se reproduit comme un système [mondial], Trotski insiste que tout examen conséquent du dernier processus exige la compréhension de la façon dont l’accumulation a lieu à la fois, et simultanément, dans les pays avancés et arriérés, faisant partie d’une même unité systémique. Bref, son argument ne concerne pas l’arriération économique en soi, comme certains le prétendent, mais plutôt les contradictions générées par la maturité économique, ou comment ce qui se passe dans des sociétés dites arriérées, où des rapports apparemment non capitalistes ("féodales" ou "semi-féodales") sont supposément dominants, est en réalité déterminé par la présence non reconnue d’éléments capitalistes avancés » (Brass, op. cit., p. 99).

77 « Tout processus de transition (et la façon dont la question agrarienne est résolue ou non) a donc lieu au sein d’un cadre national : le développement capitaliste, l’extraction de la survaleur et le transfert de l’agriculture à l’industrie sont censés se produire au sein des confins du même État-nation. » (Brass, op. cit., p. 87).

78 L’intérêt relatif montré par des économistes non marxistes au milieu du 20e siècle peut s’expliquer, du moins en partie, par cette préoccupation avec la croissance. Cet intérêt diminue alors que l’accent mis sur le développement est déplacé par des critiques postmodernes dans les années 1980 ; des formes classiques du matérialisme marxiste sont sujettes aux critiques du « tournant culturel », et le champ des sciences économiques devient fermement subsumé par le marginalisme et par le néo-classicisme, moins intéressés par la question de « capacité étatique ».

79 Cette disjonction sensible entre, d’un côté, le caractère mondial du capital et des classes, et de l’autre, le fait que l’État-nation était (et reste) le lieu primaire de la politique en tant que telle (ou du moins la politique économique) continuera à engendrer de la frustration théorique et pratique chez ceux qui veulent renverser le capitalisme (des marxistes) ou simplement le gérer (des non-marxistes).

80 Le cercle de la raison – probablement mieux formulé comme une antinomie – qui émerge entre l’accent « nationaliste » mis sur les moyens de taxation et de coercition au niveau de l’État, et l’accent « internationaliste » mis sur la construction d’institutions économiques alternatives, progressistes, populaires au niveau international est dans ce sens moins une erreur que le simple reflet discursif d’une conjoncture politique existante (et peut-être aporétique).

81 Cette nouvelle forme de temporalité produite par la mondialisation des processus sociaux fondant la temporalité de la modernité est mieux comprise non simplement comme une extension spatiale de cette dernière (la logique du nouveau, la modernité mondiale), mais comme une « contemporanéité », c’est-à-dire une nouvelle forme historico-temporelle, une contemporanéité radicalement disjonctive et totalisante (mais pas totale, car elle ne s’ouvre qu’à une unification distributive). Voir Peter Osborne, « The Postconceptual Condition », Radical Philosophy (https://www.radicalphilosophy.com/article/the-postconceptual-condition).

82 « L’Histoire elle-même (si on accepte pour une fois ce terme profondément idéologique) est irrationnelle – tout au plus, son analyse est rationnelle » (Reinhart Koselleck, Sediments of Time. On Possible Histories (Stanford University Press, p. 55). La phrase réapparaît (« L’Histoire dans son intégralité reste irrationnelle ; au mieux, son analyse est rationnelle ») plus loin dans la même collection (p. 183) en référence à la bataille de Stalingrad. La relation pertinente ici est entre analyse et narration : « Nous avons besoin de la narration si nous voulons visualiser l’aporétique, si nous devons le rendre compréhensible, même s’il ne peut jamais être rationnellement compris ou conceptualisé […] [A]nalyse et narration se complètent en aiguisant notre pouvoir de jugement, et en nous permettant d’accepter l’absurde. » Ici, Koselleck recourt à un langage clairement kantien, et d’une certaine manière, ne fait que transposer l’épistémologie de Kant à l’historiographie. La narration supplée la faculté de l’imagination, et l’analyse supplée la faculté de l’entendement. Rappelons que dans la division épistémologique tripartite de Kant entre intuition, imagination, et entendement, la fonction de l’imagination est de présenter à la faculté de l’entendement un objet initialement perçu à travers l’intuition. Le sujet connaissant se sert de la faculté de l’entendement pour subsumer alors cet objet dans un concept, faisant ce que Kant appelle « un jugement déterminatif ». La finalité de l’essai de Koselleck est assez simple : c’est un argument pour privilégier l’analyse (ou tout ce qui se trouve au sein du domaine de l’entendement (Kant)) au lieu de la simple narration, comme si cette dernière était suffisante pour rendre quelque chose plus compréhensible. Selon lui, nous sommes en effet, « au besoin de la narration pour visualiser l’aporétique », pour rendre l’Histoire visible (c’est-à-dire « esthétique » au sens grec, pas nécessairement artistique, mais plutôt perceptible). Mais la visibilité (ou de l’expérience perceptive en général) est une nécessité et non une condition suffisante pour l’entendement. Rendre l’Histoire visible est sûrement quelque chose auquel il faut viser, même au sens kantien le plus réduit.

83 Jairus Banaji, « From the Commodity to Capital: Hegel’s Dialectic to Marx’s Capital », in Diane Elson (dir), Value: the Representation of Labour in Capitalism (Londres : CSE Books, 1979), p. 40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bo Harvey, « L’histoire du capitalisme : sur l’articulation du matériau historique et de la théorie marxiste »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2355 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2355

Haut de page

Auteur

Bo Harvey

Bo Harvey est un chercheur indépendant qui vit à New York. Il a un master en philosophie de l’université de Kingston (Londres).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search