Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Modèles critiquesLes déconvenues de la rue Charles...

Modèles critiques

Les déconvenues de la rue Charles Fourier

Vertus et limites d’un principe anarchiste : la coopérative de production
Eric Lecerf

Notes de l’auteur

C’est le hasard qui m’avait fait embaucher à l’AOIP en novembre 1976. À l’issue de la première journée de boulot, je pensais sincèrement ne pas y rester plus d’une quinzaine. Le vacarme des presses dans l’atelier d’à côté, l’huile des fraiseuses chargée de limaille dont j’étais fatalement éclaboussé chaque fois que j’y déchargeais des caisses de pièces, les vapeurs pesantes du trichloréthylène de l’atelier de dégraissage où il me fallait porter la production des OS de la 206. J’étais rentré là sans m’interroger une seconde sur la signification des lettres composant l’acronyme AOIP. M’aurait-on alors dit qu’elles signifiaient Association des Ouvriers en Instruments de Précision, et qu’elle devait son nom à des militants anarchistes ayant créé la coopérative dans les dernières années du siècle précédant que j’aurais cru à une mauvaise plaisanterie. C’est à la rencontre des militants de la section CFDT qui venait tout juste d’être créée, section estampillée « grave gauchiste », que je dois d’y être resté plus de quatre ans.

C’est donc au titre de témoin que je livre cette chronique, ce qui, si j’en crois les canons de la « science », devrait m’interdire d’en tirer une analyse susceptible de déborder cette seule histoire. C’est pourtant ce à quoi je me suis employé dans cet essai. De fait, alors que depuis quarante ans l’essentiel de mes préoccupations comme philosophe a porté sur les rapports entre aliénation et émancipation, le travail constituant le référent essentiel où mobiliser ces deux limites extrêmes, il ne fait aucun doute que ce partage d’expérience a été crucial dans ma formation intellectuelle. Au-delà de tout ce qu’a pu m’apporter le fait d’avoir été engagé si jeune dans une action syndicale1 – engagement rendu plus décisif encore par la lutte contre des licenciements – j’en ai tiré le sentiment fort d’une émancipation bien plus problématique que ce qui pouvait m’être donné à lire dans les bréviaires militants. Ou plutôt est-ce cette nécessité d’une réinvention permanente des mobiles et pratiques propres à toute forme d’émancipation qui m’a permis plus tard de mieux comprendre les enjeux de textes aussi éloignés de la lutte sociale que peuvent l’être ceux d’un Kierkegaard ou d’un Bergson.

Texte intégral

Une question qui demeure cruciale pour qui s’intéresse à l’émancipation

  • 2 Dans cet article, le titre de « socialisme » est utilisé dans une acception large, celle-là même qu (...)

1Parmi les innombrables problèmes que nous a légués l’histoire du socialisme2, il est une question qui a directement trait au sujet d’émancipation, à savoir sous quelles conditions il lui est possible d’éviter d’être captif des institutions qu’il a lui-même créées afin d’acquérir une puissance d’action. Le dix-neuvième siècle n’avait pas été confronté à ce problème. Pour les opprimés, la seule question qui importait était d’acquérir assez de puissance pour faire vaciller les trônes, effrayer le capital et contraindre les parangons de paix sociale à avaler leur missel. La fugacité des victoires, fussent-elles chantées de génération en génération, l’implacabilité des répressions qui leur succédaient, ont donné lieu, partout, à la création de sociétés destinées à ce que la puissance accumulée au cours de ces combats pût, sinon demeurer intacte, mais conserver assez de ressources pour que le feu puisse être rallumé dès que les circonstances le permettraient.

  • 3 Réédition de 1879 en libre accès sur le site de la BNF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110 (...)
  • 4 Dans Les syndicats et la révolution, publié en 1952 dans Le Libertaire, et republié de façon tout à (...)

2C’est dans cette perspective que furent créées les premières sociétés de secours mutuels, celles-là mêmes que Napoléon-le-petit s’empressa d’interdire, à peine venait-il de récupérer dans les poubelles de l’histoire son dérisoire titre d’Empereur des Français. Sociétés héritées des métiers que la Loi Le Chapelier avait tenté d’interdire un demi-siècle plus tôt, nombre d’entre elles ambitionnaient de couvrir toutes les sortes de chômage auxquelles pouvait être confronté l’ouvrier ; des chômages subis tels que la maladie et la vieillesse, le manque d’ouvrage permanent ou occasionnel, mais aussi ce chômage volontaire qui ne prit son nom de grève qu’au cours de ce même siècle. Sociétés de résistance, elles témoignaient autant de ces structures médiévales dont le livre des métiers, édité au 13ème siècle par le prévôt de Paris, Étienne Boileau, est un témoignage essentiel3, que des sociétés secrètes comme cette charbonnerie au sein de laquelle quelques socialistes de premier plan tels que Blanqui ou Mazzini ont fait leur classe. Sous couvert d’offrir des obsèques décentes à leurs membres, ces sociétés ont institué des disciplines internes qui très vite se sont trouvées mobilisées pour tenter d’établir un rapport de force favorable à l’encontre du donneur d’ordres, qu’il fût négociant, patron ou gérant d’une fabrique. Non seulement elles ont conçu la solidarité comme élément décisif d’une résistance active à l’oppression, mais nombre d’entre elles ont ouvert des lieux de formation directe des ouvriers par leurs pairs. Pour reprendre une idée-force de Proudhon qui a donné à ce mouvement le beau nom de « démopédie », même conçues aux seules fins de répondre à des questions concrètes, ces sociétés ont contribué à conférer « aux classes ouvrières » une idée d’elles-mêmes et par là-même ont initié de nouvelles figures de la justice propres à refonder la philosophie politique. Certes, comme l’écrira Benjamin Péret établissant un bilan pour le moins critique de cette histoire4, cette origine concerne moins la classe ouvrière dans ses composantes les plus exploitées, mais des « travailleurs appartenant à des professions artisanales (où se perpétue) entre patrons et ouvriers un reste de solidarité de métier ».

3Au-delà du siècle des révolutions, l’expérience désastreuse des États se réclamant du « socialisme réel », tout autant que l’adhésion sans retenue de la social-démocratie aux fondements du libéralisme économique, ont eu pour effet de cristalliser cette question sur les déviances propres aux structures étatiques. Le retournement des politiques émancipatrices en structures oppressives pouvait ainsi laisser penser qu’une critique de l’État suffirait à expliquer les causes de cette perversion. Certains y verront une réhabilitation des doctrines anarchistes que les marxistes avaient cru éliminer au nom du « matérialisme historique ». Marx lui-même n’avait-il pas intégré dans ses analyses projectives un inéluctable dépérissement de l’État ? Bien que cette critique de l’État soit tout à fait nécessaire, ne s’en tenir qu’à elle ne peut que contribuer à nous faire oublier que l’autonomie, par définition complète, dans laquelle se créent les instances de résistance à l’oppression, ne saurait les garantir contre une institutionnalisation dont l’État n’est jamais qu’un agent parmi d’autres. Et ceci, quelle que soit la position du curseur que l’on place entre société civile et société politique. Autrement dit, les structures que se donnent les tenants d’une autonomie du social pour résister à l’oppression ne sont nullement exemptes de ces formes de sclérose institutionnelle qui, au nom de la sauvegarde de leur organisation, perdent tout rapport avec le mouvement permanent dans lequel naissent et croissent les projets d’émancipation.

  • 5 Après quelques cas emblématiques au cours de la décennie précédente, notamment les thés Eléphant et (...)

4C’est afin de penser ce mouvement de clôture qu’il m’a semblé pertinent de mobiliser la figure singulière des coopératives de production, ne serait-ce qu’en raison du regain d’intérêt qu’elles suscitent depuis une dizaine d’années. Il semblerait que soit aujourd’hui, au moins en partie, révolue la séquence précédente qui a vu nombre de coopératives de production créées avec comme principal objectif d’assurer le sauvetage d’entreprises mises en faillite par le capital5. Créations qui se sont toutes avérées précaires. Ce qui prédomine désormais, ce serait plutôt la détermination d’expérimenter d’autres modes d’existence que celles imposées par un capitalisme dont le caractère déprédateur n’est plus à démontrer. Comme un passage d’une forme purement réactive de résistance à une résistance créative, pour peu que ces deux épithètes ne dissimulent pas le fait que c’est toujours le dos au mur que se produit une authentique création. On peut cependant sans se tromper y noter le retour de ce mot d’ordre d’abolition du salariat qui a longtemps fédéré les énergies révolutionnaires, lequel s’inscrit comme horizon de sens pour la plupart de ces initiatives que l’on classe aujourd’hui sous le titre équivoque d’utopies concrètes.

5La chronique dont il va être ici question traite directement de ce problème. Elle ne saurait évidemment être comprise sans tenir compte du contexte spécifique des années 1970, mais elle renvoie aussi à une histoire plus générale qui, si elle prend sa source dans les premières institutions qu’ont pu créer les sociétés ouvrières pour défendre leurs intérêts, n’en ouvre pas moins à de nouvelles lignes d’interprétation nécessaires pour penser quelques-unes des figures de l’action subversive qui s’inscrivent dans notre contemporanéité, le plus souvent aux marges d’un monde politique jugé obsolète. Les déconvenues de l’avenue Charles Fourier ne sauraient tenir lieu de leçon, mais elles portent en elles les traces d’une inquiétude qui a directement trait à ce sujet d’émancipation vis-à-vis duquel il s’agit moins pour la philosophie critique d’exprimer son admiration ou ses regrets, que de contribuer à le délivrer de toute forme d’essentialisation.

Une rencontre avortée

  • 6 Afin de composer cette chronique, je me suis appuyé sur plusieurs sources.
  • 7 L’action des LIP entamée en 1973, dont l’objet premier était de lutter contre les licenciements sui (...)
  • 8 Les fameuses 25.000 montres soustraites au stock de l’entreprise et vendues par un circuit militant (...)
  • 9 Les premiers bâtiments de l’usine mère de la rue Charles Fourier dans le 13ème arrondissement n’ava (...)

6Au cœur de cette chronique6, il convient de faire état d’une rencontre qui s’est effectuée, sous la coupe d’une CFDT « autogestionnaire » dans laquelle il est évident que les dirigeants actuels de cette centrale syndicale ne se reconnaîtraient pas. Je ne saurais en donner la date exacte, sinon que ce devait être vers la fin de l’année 1977. Les représentants des LIP qui menaient une lutte exemplaire contre les licenciements depuis plusieurs années7, avaient envisagé de porter leur action à un autre stade de développement. Après s’être inspirés des idéaux de soixante-huit pour instituer des modalités d’organisation de leur lutte reposant exclusivement sur des prises de décision collective, et ceci tout en menant avec brio une expérience d’action clandestine à travers la constitution d’un « trésor de guerre8 », ils avaient relancé la production de l’entreprise en adoptant un mode de fonctionnement antihiérarchique. Dès lors s’était posée à eux la question de la structure légale à donner à leur entreprise refondée du fait d’une carence d’éventuels repreneurs, mais aussi forte de cette légitimité conférée par l’élan incroyable de solidarité qui avait accompagné les LIP tout au long du conflit. C’est donc afin de recevoir des informations de première main sur les statuts et le fonctionnement des coopératives ouvrières de production qu’ils s’adressèrent aux militants CFDT de l’AOIP, société coopérative créée en 1896 et qui, quatre-vingt ans plus tard, était la plus importante coopérative ouvrière d’Europe. Avec ses 4800 salariés répartis sur cinq établissements9, l’AOIP jouissait d’un prestige réel dans plusieurs secteurs de la métallurgie fine, et notamment dans la branche de la téléphonie publique dont l’expansion semblait s’inscrire dans une longue durée.

  • 10 Comme cela fut le cas pour la section CFDT d’Usinor Dunkerque en 1979.
  • 11 Aux côtés de Jacques Lévy et Jean-Yves Bouilland, avaient participé à la création de cette section (...)

7Dans cette entreprise où le timbre syndical de la CGT était directement retiré sur la feuille de paie, la présence d’une section CFDT datait de moins de deux ans. Si la fédération des métaux CFDT avait été enthousiaste à l’idée de voir leur syndicat ouvrir une brèche dans ce qui paraissait relever du domaine réservé pour une CGT alors encore largement majoritaire dans la métallurgie, ses dirigeants déchantèrent assez rapidement, cette jeune section n’ayant été pas longue à s’inscrire dans une opposition radicale, de ces sections que la fédération des métaux de la CFDT allait s’employer à dissoudre dès que l’occasion lui en serait donnée10. La biographie des fondateurs de cette section aurait cependant suffire à les édifier. Jacques Lévy, le secrétaire de la section, avait été sommé de quitter son emploi de déménageur suite aux nuits de mai 68 dont il avait passé l’essentiel sur les barricades du quartier latin. Après être passé par plusieurs groupes maoïstes, il était alors un des rares cadres authentiquement « prolétariens » du PCMLF. Il était rentré à l’AOIP comme OS sur la recommandation de sa mère qui y travaillait comme cantinière, avait passé un CAP d’ajusteur et était désormais régleur sur presse. Jean-Yves Bouilland, le trésorier de la section, avait commencé sa carrière professionnelle dans la marine marchande. Il s’était trouvé « interdit d’embarquement » dès l’été 68 en raison de la part active qu’il avait prise dans une grève, inédite dans un tel secteur. Il s’était reconverti dans la métallurgie et c’est pour siéger dans la très noble confrérie des outilleurs qu’il avait rejoint l’AOIP. D’une parfaite fidélité à ses idéaux anarcho-syndicalistes, il n’était pour sa part d’aucun parti. À la différence de l’immense majorité des cadres de la CGT, ni Jacques Lévy ni Jean-Yves Bouilland, ni d’ailleurs aucun·e des autres militant·es qui avaient participé à la création de cette toute jeune section CFDT n’était sociétaire11

  • 12 La participation des dirigeants de la CFDT aux « assises de socialisme » en septembre 1974 a consti (...)
  • 13 Plus d’un demi-siècle après la publication des œuvres de Fourier et de Proudhon, au moment des cong (...)

8Pour en revenir aux militants CFDT de LIP, le caractère illégal de leurs actions les avait placés dans une position assez paradoxale vis-à-vis d’une confédération qui, fer de lance de la très amphibolique « troisième gauche »12, n’avait cependant aucun scrupule à se servir de leur renommée pour se donner une image de syndicat de lutte. Les LIP en étaient conscients, même si, pour les principaux animateurs de cette section syndicale exemplaire, l’autogestion qu’ils avaient eux-mêmes pratiquée constituait un horizon de sens propre à effacer les limites idéologiques opposant depuis plus d’un siècle réformistes et révolutionnaires. Pour ces héritiers d’une tradition libertaire bisontine13, le passage à la coopérative ne pouvait donc en aucune façon s’apparenter à un reniement. C’était certes un passage difficile à appréhender dans la mesure où il impliquait un niveau de responsabilité différent de ce qu’ils avaient jusqu’alors pratiquée sous ce régime de « gestionnaires », mais il participait directement d’une avancée concrète dans la perspective d’une reconquête des instruments de production par les ouvriers, préfiguration d’une société où les trois termes de la devise républicaine cesseraient d’être des mots vidés de toute substance concrète. Grand fut donc leur étonnement lorsque nous, leurs camarades de l’AOIP, nous leur répondîmes que la boîte où nous bossions était pour nous une entreprise capitaliste comme une autre, une tôle où le travail syndical était rendu plus difficile encore en raison du sociétariat auquel adhérait un tiers du personnel, c’est-à-dire pour l’essentiel les agents de maîtrise et les ouvriers qualifiés. Non seulement aucun d’entre nous n’était « sociétaire », mais nous n’avions pas de mots assez durs pour décrier ce système et ses effets délétères sur les luttes que nous avions tenté d’initier pour défendre les salaires mis à mal par la succession des « plans Barre ». De la même façon que nous étions contre l’échelle mobile des salaires qui nous semblait n’avoir d’autre but que de mettre la lutte de toutes et de tous au service des couches les plus favorisées du salariat, tout ce qui touchait à l’idée même de « coopération » trouvait en chacun·e de nous comme seule et unique traduction le titre infâmant de « collaboration de classe ». Si pour les ouvriers professionnels le sociétariat pouvait être un atout afin d’obtenir une promotion, il n’en allait pas de même pour le corps des OS, dans sa grande majorité composée d’immigrés et de femmes. Quelle raison auraient-ils/elles pu avoir de concéder 5% de leur maigre revenu à cette coopérative qui pratiquait les mêmes grilles de salaires que les autres entreprises du secteur, du moins pour le personnel « non-qualifié » ? Comme ailleurs, les OS sur machine travaillaient au boni et il avait fallu que passent les grèves de mai 68 pour qu’il fût plafonné à 45% du salaire horaire. Instrument pervers, c’est à la discrétion des chefs d’équipe que le boni de chaque poste était établi, impliquant des positions de favoritisme non négligeable dans des équipes dirigées exclusivement par des hommes alors qu’elles étaient composées pour une bonne partie de femmes. Peu de ces OS parvenaient à établir par eux-mêmes le calcul exact de la production maximale qui était attendue d’eux, le dépassement devenant une sorte de règle implicite. Quant aux arrêts pour panne, ils impliquaient des négociations avec des régleurs trop souvent animés par une défiance « professionnelle » envers de potentiels « tireurs-au-flanc » ; défiance au sein de laquelle il n’était pas rare de voir se manifester ici un racisme anti-maghrébin et là des propos misogynes.

  • 14 La cinquième semaine de congé ne sera établie par décret qu’en 1982.

9Alors bien sûr, il y avait quelques avantages à être salarié·e·s de l’AOIP, au premier rang desquels une cinquième semaine de congés payés14 qui pouvait aller jusqu’à six avec l’ancienneté, un régime de retraite complémentaire plus avantageux que dans les autres entreprises de la métallurgie, et surtout un système d’horaires souples qui permettait à chacun·e de gérer son temps de présence dans l’usine. Vous n’aviez pas fait vos 39 heures à la fin de la semaine ? Pas d’autre sanction à craindre que de voir les heures manquantes retirées. Par ailleurs, une certaine liberté régnait au sein des ateliers où il n’était nulle part besoin de demander l’autorisation à un chef pour aller fumer une clope et causer le bout de gras avec un·e camarade. Rien de comparable cependant avec l’ambiance qui régnait chez les outilleurs, là où effectivement se trouvait le plus grand taux de sociétaires. Dans ces petits « havres de paix », on pouvait se sentir comme chez soi dans l’usine, au point d’ailleurs de ne pas hésiter à y travailler pour soi, pratiquant cette perruque qui ici pouvait même paraître être autre chose qu’un acte de résistance à l’oppression, dès lors qu’ici on était censé « être son propre patron ».

10Au moment où nous rencontrâmes des LIP, un nouveau problème se présentait à nous ; un problème contre lequel eux-mêmes continuaient de mener un combat permanent : à savoir cette lutte contre le chômage, terriblement éprouvante dans la mesure où tous les arguments utilisés par la classe des producteurs pour défendre leurs intérêts – au premier rang desquels le très ambigu « c’est nous qui produisons la richesse ! » – se retournent contre eux. Une lutte qui implique par conséquent de se placer sur un tout autre plan d’établissement des valeurs que celui auquel le syndicalisme s’est trop longtemps conformé. Ce que nous ignorions encore, c’est que dans la lutte que nous étions sur le point d’engager contre les licenciements, le facteur « coopérative » allait jouer un rôle déterminant. À l’issue des luttes que nous allions engager, la coopérative serait démantelée : l’activité de la téléphonie publique étant reprise par Thomson-CSF et CIT-Alcatel. Le siège parisien de la rue Charles Fourier où se trouvaient les ateliers historiques, allait être vendu. Moins de 500 salariés, c’est-à-dire à peine 10% des effectifs allaient pouvoir provisoirement conserver leur emploi au sein de la coopérative – désormais concentrée dans son usine d’Évry – souvent au prix d’une déqualification entraînant une réduction de leurs revenus ; tandis qu’une majorité, dont j’ai été, allait être licenciée. Notre situation allait certes être radicalement différente de celle qu’avait dû affronter les LIP puisqu’il ne s’agissait pas dans notre cas d’un problème de gestion, ni même de délocalisation de la production, comme cela avait été imposé en cette même période aux sidérurgistes, mais d’une restructuration ayant des causes tout à la fois technologiques et économiques. C’est donc à la « bonne santé » de ce secteur que nous dûmes de perdre notre emploi.

11Mais la façon dont la coopérative, dont les derniers résidus devaient disparaître en 2003, s’est progressivement adaptée aux structures du capitalisme, n’a pas été étrangère à la façon dont s’est soldée cette chronique sociale. Répondant aux camarades de LIP que cette tôle ne valait guère mieux que les autres, d’une certaine façon nous nous trompions. Elle était pire ! Non pas du fait de conditions de travail qui étaient loin d’être plus mauvaises qu’ailleurs, mais car elle procédait dans sa genèse d’une volonté d’émancipation qui avait progressivement été pervertie. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, ce mouvement de décadence allait avoir des effets tangibles sur la lutte que nous étions sur le point d’entreprendre. Avant d’en retracer les principaux moments, il convient de rappeler l’histoire politique de cette coopérative qui, au moment où j’y fus embauché était donnée en exemple dans cet univers des « entreprises sociales » dont j’ignorais tout.

De la résistance à la collaboration de classe !

  • 15 Paul Delesalle qui sera en 1906 l’un des rédacteurs de la charte d’Amiens, est surtout connu pour s (...)
  • 16 En cette même année 1896, Delesalle représentait encore le syndicat fondateur de la coopérative au (...)

12À l’origine de la création de la coopérative, on trouve un licenciement. En 1892, Charles Viardot, fut licencié par son patron pour avoir refusé une baisse de salaire. Sous l’impulsion de Paul Delesalle15, fut alors décidée la création de la Chambre Syndicale des Ouvriers en Instruments de Précision. Ce syndicat qui opta très rapidement pour la double appartenance à la CGT et à la fédération des bourses du travail, se définit d’emblée comme un instrument de résistance face à un patronat qui, dans ce domaine, demeurait encore embryonnaire. Dans ses statuts, figurait ainsi la clause d’assistance pour tout ouvrier renvoyé ou ayant lui-même perdu son emploi en raison d’un différend avec son patron. Ce fut afin de renforcer cette solidarité politique que l’atelier coopératif fut créé quatre ans plus tard. Même si le nom de Paul Delesalle ne figure pas parmi celui de ses fondateurs, le fait que l’année précédente, il ait été délégué par son syndicat pour suivre la création de la verrerie ouvrière d’Albi laisse penser qu’il prît une part active à l’édification des principes sur lesquels la coopérative fût bâtie16.

  • 17 Le premier atelier, localisé 117 avenue du Maine, déménagea deux fois dans ce même quartier, jusqu’ (...)
  • 18 Durée probatoire portée à deux lors d’une révision des statuts en 1909.
  • 19 Et ceci jusqu’à la loi de 1910 rendant obligation l’édition d’un contrat de travail, décision prise (...)
  • 20 Les compagnons de la coopérative réalisèrent ainsi fabrication de douze appareils de projection rév (...)
  • 21 Dont 164 coopérateurs et 19 « auxiliaires ».
  • 22 Du 22 juin 1899 au 7 juin 1902, dans le gouvernement de « défense républicaine » dirigé par Waldeck (...)
  • 23 Directeur élu par l’assemblée générale des sociétaires pour un mandat renouvelable de trois ans. Pr (...)

13Le caractère politique de la solidarité initiée par la coopérative ne saurait en effet être mis en doute. Ne pouvaient être admis à travailler dans l’atelier coopératif17 – qui n’adoptera son nom d’AOIP qu’au lendemain de la première guerre mondiale – que les ouvriers justifiant d’une adhésion d’au moins six mois au syndicat18. Mais surtout ce nouvel instrument dont s’était ainsi dotée la chambre syndicale des ouvriers en instruments de précision était pensé comme un refuge pour les militants interdits d’embauche après s’être trouvés en conflit avec leur patron. Dans ce secteur particulier où émergeaient de toutes nouvelles technologies telles que la photographie, les instruments de communication, de navigation, de mesure et les éléments de mécanique fine qui de l’automobile jusqu’au domaine de la machine-outil allait révolutionner l’économie, les ouvriers tous hautement qualifiés s’apparentaient plus à des compagnons qu’à de simples salariés. Alors que depuis la disparition du livret ouvrier aucun document officiel n’encadrait l’emploi de ces travailleurs d’industrie19, le caractère contractuel de l’embauche reposait par conséquent sur un rapport de force. Le fait, pour une catégorie d’ouvriers professionnels de disposer d’un atelier où continuer de travailler « pour soi » tant qu’ils ne seraient pas en position de contraindre le patron à accepter, au moins partiellement, leurs conditions, constituait un atout de première importance. Cette « faculté d’attente », impossible pour la foule des manœuvriers composant ce que Marx appela « l’armée de réserve du capital », pouvait en revanche être à la portée de ces ouvriers hautement qualifiés. Ne disposaient-ils d’un savoir-faire qui les rendait aptes à fabriquer, perfectionner, voire même inventer des produits susceptibles de trouver acquéreurs dans des secteurs innovants de l’économie ? En témoigne la première commande reçue par les compagnons de l’atelier coopératif, à savoir 110 appareils photographiques pour la fabrication desquels les trois premiers coopérateurs firent appel à l’assistance de plusieurs de leurs camarades ayant déjà travaillé sur ce type de produits, lesquels vinrent leur donner un coup de main le soir, une fois achevée leur journée de travail. Après avoir tenté leur chance dans le domaine de l’astronomie et essuyé un échec cuisant dans le cinéma20, ce fut vers les appareils de communication que les coopérateurs se tournèrent, secteur qui leur permit de stabiliser la situation, puis de connaître une croissance qui fit passer le personnel permanent des 3 fondateurs de 1896 à 183 salariés en mai 191421. Cette orientation était due à deux facteurs. D’une part, les compétences réclamées par cette nouvelle technologie correspondaient tout à fait au savoir-faire des compagnons mécaniciens déjà habitués à intégrer dans leurs schémas de travail les éléments nécessaires de câblage. Ce fut d’abord les appareils de communication Morse, puis les combinés téléphoniques Marty et enfin les premiers tableaux de connections multiples. D’autre part la coopérative reçut un soutien politique de la part de plusieurs ministres du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des télégraphes, certains étant plutôt marqués dans le camp de la gauche réformiste, et notamment Alexandre Millerand, premier « socialiste » français à avoir occupé un poste ministériel22. Ce soutien dut beaucoup à l’entregent d’Edmond Briat, l’un des trois premiers fondateurs de l’atelier coopératif. En effet, si Charles Viardot dont il a déjà été question y occupa la fonction de directeur23 jusqu’en 1920, la direction politique de la coopérative semble pour l’essentiel avoir reposé sur les épaules d’Edmond Briat, et ceci jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale.

  • 24 Il optera ainsi logiquement pour la SFIO à l’issue du congrès de Tours.
  • 25 Ce polytechnicien, initiateur des premières statistiques du travail, participa directement aux diff (...)
  • 26 Un soutien qui permit notamment à l’AOIP d’avoir accès au marché de la défense nationale.

14À la différence de Paul Delesalle évoqué précédemment ou de Victor Delagarde dont il sera question plus loin, Edmond Briat n’avait rien d’un révolutionnaire. Déjà membre associé de la coopérative de consommation Avenir de Plaisance, on sait qu’il adhéra au socialisme dans ses composantes les plus modérées24, ce qui lui permit de développer de nombreuses amitiés dans le secteur des assurances sociales. Proche d’Arthur Fontaine qui lui ouvrit bien des portes dans l’administration25, il fréquenta plusieurs ministres parmi lesquels Paul Doumer qui, même dans ses fonctions de président de la république, lui conserva son plein soutien26.

Des principes fondateurs de la coopérative

  • 27 Il est intéressant à cet égard de souligner que, lors de la crise du 1er décembre 1979 dont il sera (...)

15Alors, évidemment, afin d’expliquer la transformation progressive de la coopérative d’instrument de résistance en une entreprise capitaliste, on pourrait être tenté d’invoquer l’influence de cadres tels qu’Edmond Briat. Réformiste convaincu, secrétaire de la Chambre consultative des associations ouvrières de production de 1907 à 1940, membre du Conseil national économique de 1925 à 1940, il n’hésita pas en plusieurs occasions, non pas à renier l’ancrage syndical de la coopérative, mais à contextualiser cet engagement militant sous les auspices d’un développement pacifique dont sa propre adhésion à la franc-maçonnerie fut sans aucun doute un élément déterminant27. Mais ce serait passer trop vite sur une histoire qui nous semble devoir être pensée de l’intérieur, c’est-à-dire en analysant autant que possible comment les principes de base de la coopérative se sont progressivement relâchés jusqu’à ne plus être que des sortes de figures muséales.

  • 28 Structure que l’on dirait aujourd’hui hybride, elle portait comme raison sociale le nom de Leroy-Th (...)
  • 29 Sur la philosophie de Buchez, l’essai que lui a consacré Armand Cuvillier en 1948, P.J.B. Buchez et (...)

16Comme nous le verrons plus loin, à propos cette fois-ci de l’ensemble des coopératives de production et non plus de la seule AOIP, cette question de la « dégénérescence » du caractère émancipateur de ces institutions ouvrières prônant une autonomie sociale a été sujette à de nombreuses polémiques, et ceci quasiment dès leur origine. La question des principes sur lesquels elles ont pu s’établir constitue dès lors un élément important du dossier. Certes les bases sociologiques sur lesquelles la grande majorité de ces coopératives ont été fondées au dix-neuvième siècle ne sauraient être négligées. La première d’entre elles en est tout à fait emblématique. Créée en 1834 par l’association des ouvriers bijoutiers en doré28, ses « associés » étaient tout à fait représentatifs de cette catégorie d’ouvriers qui, comme ce serait le cas des fondateurs de l’AOIP soixante ans plus tard, relevaient d’un métier où la part du savoir-faire ouvrier demeurait assez conséquente pour qu’on y trouvât encore des restes d’artisanat, voire des structures initiées par le compagnonnage. L’un des premiers « apôtres » du mouvement coopératif, Philippe Buchez29, le fondateur de L’Atelier, en avait théorisé un précepte qui devait conserver longtemps une évidente acuité. Dans le premier numéro du Journal des sciences morales et politiques qu’il publia en décembre 1831, il y distinguait deux modes de productions industrielles. D’un côté, celles où l’investissement d’un patron était rendue indispensable du fait de la part prise par les machines dans le processus de production ; de l’autre celles où continuaient de dominer un savoir-faire ouvrier. Pour Buchez, distinct en cela d’un Louis Blanc pour qui l’État devait palier ce déficit d’investissement, il ne pouvait être question de créer des coopératives de production que dans le second cas. Ferdinand Lassalle, partant de ce même constat, expliqua pour sa part que, faute de pouvoir contraindre l’État à les subventionner, cet argument suffisait à convaincre les socialistes de ne pas consacrer leur énergie dans cette promotion des coopératives de production, celles-ci étant vouées à disparaître en même temps que la petite industrie, seul secteur où elles pouvaient trouver refuge.

17Cette question de l’aristocratie ouvrière repose sur un fond sociologique évident. La chronique qui suit en constitue un témoignage indéniable, mais le recouvrement idéologique qui l’accompagne, le structure même, est peut-être plus probant encore, tant les pièces d’accusation contre cette « aristocratie » s’inscrivent dans une idée plus générale de l’émancipation où la question de l’indispensable universalité d’un principe occupe une place de premier plan.

18Reprenons donc, quels étaient ces principes ?

Premier principe : abolition du profit

19Ce précepte a longtemps tenu lieu de mobile tout autant que de principe fondateur. Les coopératives de production se donnèrent effectivement pour but de démontrer, par les faits, non seulement que la présence d’un patron n’était pas indispensable à la production, mais qu’elle était même nuisible. Un parasite dont il convenait de libérer la société tout entière ! À l’image de ce qu’avait déclaré Marx en 1864 pour trouver des alliés au sein de la Première Internationale, s’il y avait une valeur à reconnaître aux coopératives de production, c’était bien de démontrer :

  • 30 Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, le 28 septembre 1864, au Sain (...)

20« qu'il n'était pas nécessaire pour le succès de la production que l'instrument de travail fût monopolisé et servît d'instrument de domination et d'extorsion contre le travailleur lui-même; elles ont montré que comme le travail esclave, comme le travail serf, le travail salarié n'était qu'une forme transitoire et inférieure, destinée à disparaître devant le travail associé exécuté avec entrain, dans la joie et le bon vouloir. »30

  • 31 Par exemple le soutien accordé aux caisses de secours fut progressivement remplacé par un soutien a (...)

21Comment justifier que, dans le cas de ces nouvelles technologies, la plus-value pût servir à autre chose qu’à financer les nécessaires investissements ? La coopérative se donna, dès son origine, des règles de répartition des éventuelles marges bénéficiaires. La moitié devait être consacrée à l’autofinancement de la coopérative. Pour les 50% restant, ils devaient être ainsi répartis : 10% à la caisse de secours, 10% à la caisse des retraites, 10% aux ouvriers sociétaires au prorata des parts prises, 20% à l’ensemble des salariés au prorata des heures de présence, qu’ils fussent ou non sociétaires. Une répartition qui fut amenée à évoluer régulièrement31, même si pendant les dix premières années, ce fut plutôt aux salariés sociétaires d’être mis à contribution pour payer les factures plutôt que l’inverse.

22Cette question s’est néanmoins trouvée structurellement faussée du fait du rapport entretenu par la coopérative avec l’État par l’intermédiaire de l’administration des Postes et Télécommunications. De fait, même si l’AOIP a continué de promouvoir quelques productions annexes, telles que ces fameux ampèremètres que des générations d’apprentis électriciens ont appris à manier lors de leur formation, la part de financements publics n’a cessé de croître tout au long de son existence, et ceci jusque la grande crise de la fin des années soixante-dix. D’une certaine façon, cette histoire pourrait donner raison à Ferdinand Lassalle qui, dans son opposition aux syndicalistes libéraux rangés derrière Hermann Schulze-Delitzsch, affirmait que les coopératives ouvrières dont ces derniers défendaient la création ne pourraient subsister que grâce à un soutien actif de l’État. À ceci près que, comme nous allons le voir dans la suite de cette chronique, ce soutien conduit inéluctablement à une transformation radicale des idéaux sur lesquels cette coopérative a pu se bâtir, pour peu bien évidemment qu’elle se soit donnée pour projet de participer à un mouvement plus large d’émancipation. S’agit-il dès lors de reprendre la critique que Marx a jointe à l’éloge cité précédemment, à savoir que :

« En même temps, l'expérience de cette période (1848-1864) a prouvé jusqu'à l'évidence que, si excellent qu'il fût en principe, si utile qu'il se montrât dans l'application, le travail coopératif, limité étroitement aux efforts accidentels et particuliers des ouvriers, ne pourra jamais arrêter le développement, en proportion géométrique, du monopole, ni affranchir les masses, ni même alléger un tant soit peu le fardeau de leurs misères. »

23Autrement dit que le soutien apporté aux coopératives par « de grands seigneurs bien intentionnés, des hâbleurs-philanthropes bourgeois » n’étaient nullement fortuit et que cette abolition du profit ne pouvait jamais être autre chose qu’une suspension dès lors que les coopératives s’inscrivaient dans le système capitaliste. Analyse qu’on retrouvera travaillée de façon plus approfondie dans le Capital, notamment lorsque Marx en tirera ce qui pour lui pouvait bien constituer un bilan définitif :

  • 32 Livre III, cinquième partie, chapitre XVII

« Les coopératives ouvrières de production sont elles-mêmes au sein de la forme ancienne la première brèche faite à cette ancienne forme, quoique naturellement dans leur organisation réelle partout elles reproduisent forcément toutes les défectuosités du système existant. »32

24Au soutien de structures étatiques, effectué tout autant par le biais de subventions que par l’obtention de marchés publics, pourrait dès lors est associé comme principale fonction d’accélérer ce processus de reproduction, la position de neutralité de l’État en système capitaliste n’étant jamais qu’une pure fiction. L’histoire de l’AOIP tendrait au demeurant à accréditer cette thèse si nous en restions à ce seul principe. En effet, bien qu’il occupât une place déterminante au sein de la construction idéologique initiée par ces structures coopératives, la prise en compte dans notre analyse des autres principes devrait néanmoins nous permettre de mieux fouiller ce en quoi elles peuvent ou non contribuer à une politique d’émancipation, ceci par le biais des expériences collectives qu’elles génèrent. Il n’en demeure pas moins que, comme nous le verrons à propos de la crise terminale des années soixante-dix, cette perte d’autonomie vis-à-vis de l’État a été un élément constitutif d’un reniement qui donne tout son sens à la critique de Marx.

Deuxième principe : un devenir social en actes

25Ce deuxième principe d’action est directement dérivé du premier. La coopérative de production, telle qu’elle fut pensée au cours des années mille neuf cent n’avait de sens qu’inscrite dans un cadre syndical qui était alors en plein essor, notamment suite à la fusion de la fédération des bourses du travail et de la CGT. Comme le rappela le très réformiste Léon Briat en 1907, c’est-à-dire en un moment où la CGT avait pour mot d’ordre une grève générale dont le caractère insurrectionnel était revendiqué :

« Le coopérateur est un ouvrier éduqué et conscient qui a fait un effort pour s´élever du salariat à l´actionnariat, mais qui ne doit pas oublier que c´est le syndicat professionnel qui a été le premier échelon de son émancipation économique. Il doit donc rester membre de son syndicat et ce syndicat doit être confédéré à l´un des organismes centraux existants. »

  • 33 Congrès de Bourges, tenu en septembre 1904, au cours duquel fut votée la réduction du travail quoti (...)
  • 34 À ce congrès, sous l’impulsion d’Emile Pouget, il fut décidé qu’à partir du 1er mai 1906 tous les s (...)

26Une adhésion obligatoire au syndicat qui, par définition, devait s’accompagner d’une prise en compte, par la coopérative, des revendications portées par celui-ci. En l’absence d’un patron-parasite, rien ne devait faire obstacle à la prise en compte des revendications légitimes des travailleurs. Ainsi, en 1905, lorsque la coopérative put pour la première fois de son existence faire état de bénéfices, l’assemblée générale décida qu’ils seraient réinvestis en vue d’améliorer l’appareil productif. Mais en respect du mot d’ordre lancé par le dernier congrès de la CGT33, il fut décidé un passage immédiat aux 8 heures. Cette décision devait certes être abrogée deux ans plus tard en raison de problèmes financiers, mais il est probable que les coopérateurs de l’AOIP auraient cherché une autre façon de réduire ce déficit si le mouvement voté par ce même congrès de la CGT initiant un arrêt du travail quotidien une fois ces huit heures effectuées ne s’était pas soldé par un échec34. L’horaire hebdomadaire repassa ainsi de 48 à 54 heures, mais avec une ouverture de l’atelier sur 60 heures, créant ainsi cette pratique d’horaires souples qui demeura un acquis important jusqu’aux derniers jours de la coopérative. Suivant la même logique, une semaine de congés payés fut octroyée à tous les salariés, coopérateurs ou non, dès 1925, soit dix ans avant que cette revendication ne fut inscrite dans la loi par le front populaire. L’inscription syndicale fut à ce titre un élément fondamental dans l’histoire de la coopérative. Rattachée directement à la CGT avant la première guerre mondiale, la scission d’après-guerre faillit lui être fatale. En effet, dès lors que l’on trouvait au sein de la coopérative des ouvriers syndiqués pour les uns à la CGT et pour les autres à la CGTU, que devenait l’article fondateur datant des statuts de 1900, à savoir que « Tous les camarades désirant faire partie de l'Association (devraient) appartenir à la Chambre syndicale des Ouvriers en instruments de précision depuis 2 ans » ? Il fut simplement acté qu’une adhésion syndicale demeurait obligatoire, sans préciser de quelle centrale cette adhésion devait relever, ce qui fit que l’AOIP fut pendant ces années d’entre-deux-guerres un lieu où cohabitèrent à peu près toutes les tendances du mouvement ouvrier, y compris les tendances les plus révolutionnaires.

  • 35 Cette convention sera signée à nouveau en 1950 entre cette même chambre consultative des coopérativ (...)

27Une convention fut ainsi signée en 1937 entre la chambre consultative des associations ouvrières de production, où l’AOIP occupait une place prépondérante et la CGT tout nouvellement réunifiée35. Ce texte mérite d’être intégralement cité car il porte en lui quelques traits essentiels instituant la coopérative, non seulement comme entité économique autonome vis-à-vis d’un actionnariat capitaliste, mais comme potentiel lieu d’expérience collective ayant pour but de préparer un autre avenir, tel que le stipulait explicitement le premier point :

Les Coopératives de Production sont des institutions qui, par leur nature, ne poursuivent aucun profit et, par leur but, constituent des éléments d'une société nouvelle.

Les organisations syndicales doivent donc les considérer sous cet aspect dans les relations qu'elles sont appelées à avoir avec elles.

Les organisations coopératives ont, par contre, le devoir de rechercher le moyen d'organiser le travail de leur personnel en conformité avec les revendications syndicales.

Toutefois, les Coopératives de Production ne peuvent être mises en état d'infériorité vis-à-vis de leurs concurrents privés sous peine de disparaître et de ne plus remplir complètement leur rôle.

Il semble nécessaire que des contrats collectifs de travail soient passés entre les organisations syndicales régulièrement adhérentes à le C.G.T. et comprenant naturellement dans leur sein les professions occupées par les Sociétés Coopératives.

Ces contrats doivent particulièrement viser le recrutement du personnel qui doit être obligatoirement syndiqué, les salaires et les modalités appropriées des heures de travail.

Dans ce cas, les Sociétés Coopératives de Production devront s'engager, pour le recrutement du personnel, à s'adresser aux organisations syndicales intéressées et à ne s'adresser ailleurs que dans le cas où les organisations syndicales ne seraient pas en mesure de leur fournir un personnel professionnel et apte aux fonctions pour lesquelles il serait appelé ou si les Sociétés Coopératives se trouvaient dans l'obligation de confier à leurs propres militants les fonctions disponibles. Mais en tout état de cause, ce personnel devra donner son adhésion au syndicat contractant.

En cas de grève corporative partielle ou générale de la corporation représentée par les syndicats intéressés, leurs adhérents travaillant à la coopérative ne participeront pas au mouvement, c'est-à-dire continueront à travailler. Les Coopératives, pendant la durée des grèves, ne devront exécuter que les travaux en cours, elles ne devront pas accepter des travaux qui leur seraient confiés, soit directement, soit indirectement, par des patrons.

Les Coopératives s'engagent, par contre, à mettre immédiatement en application les modifications du travail contenues dans le cahier de revendications. Il est entendu qu'il s'agit des nouveaux bordereaux de salaire, comme des autres stipulations du cahier des revendications.

Les membres de la corporation en grève travaillant dans les Sociétés coopératives contractantes devront soutenir moralement et pécuniairement leurs Camarades en lutte.

Ils devront souscrire aux obligations que décidera le syndicat sous forme d'une imposition de leurs salaires ; cette imposition ne pourra être supérieure à 30%.

Aux cas où les revendications concernent les conditions de travail n'auraient pas été obtenues dans leur totalité, les Coopératives n'appliqueront que les avantages acquis.

Lorsque les syndicats n'auront pu obtenir la signature d'une convention-contrat ou accord avec les maisons similaires et qu'ils prétendront qu'il est résulté du mouvement des modifications dans les conditions de travail ou de salaires, il y aura lieu à avoir recours obligatoirement à la nomination d'une commission composée en parties égales de représentants de la Coopérative et du personnel qui, pour ces derniers, doivent être choisis en partie parmi les représentants qualifiés du syndicat.

Cette commission aura pour mission de constater le taux des salaires généralement appliqués, ainsi que les conditions de travail.

En ce qui concerne les grèves générales ou partielles de protestation d'un caractère social, régulièrement décidées par la Confédération Générale du Travail, cette dernière prendra une décision spéciale concernant la participation ou la non-participation du personnel des Coopératives de Production au mouvement engagé. Les Coopératives devront se conformer strictement à la décision, qui sera prise à leur sujet.

En cas de différends de toute nature portant sur les conditions de travail : embauchage, débauchage, salaires etc… qui ne pourraient être solutionnés par la Commission indiquée plus haut, les litiges seront soumis en dernier ressort à l'arbitrage de quatre délégués, désignés en partie égale, d'une part par la Chambre Consultative des Associations Ouvrières de Production et, d'autre part, par la Confédération Générale du Travail.

  • 36 Principe dont on trouve la source chez des penseurs socialistes de 1848 tels que le fouriériste Vic (...)

28Le point 3 renvoyait directement à ce que nous pourrions pointer comme passage du principe de devenir social en actes à une pratique de vitrine sociale, même si le point 4 tendait à en minimiser l’effet par ce « principe de réalité » dont ne cessent d’user les bons apôtres du libéralisme économique pour justifier l’injustifiable. D’une certaine façon, il était attendu de la coopérative de production, propriété des travailleurs, que les revendications portées par leurs camarades salariés fussent tout à fait raisonnables, susceptibles d’être appliquées sans remettre en cause la survie de l’entreprise quelle que fut son statut. Les points 5 à 7 qui traitaient des questions de recrutement, et donc explicitement de l’adhésion obligatoire des salariés au syndicat, renvoyaient pour leur part au principe défendu par la fédération des bourses du travail d’un refus des contrats individuels, la force de travail relevant d’une propriété collective louée par le syndicat aux potentiels employeurs36.

29Le fait que les huit points suivants, c’est-à-dire la moitié de la convention, portaient sur ce que l’on pourrait nommer un « usage solidaire de la grève » est particulièrement symptomatique d’une représentation politique de la coopérative de production intégrée dans un dispositif plus large ayant pour but la défense des intérêts des travailleurs. Propriété des travailleurs, rattachée de façon quasi-institutionnelle au syndicat, et comme nous le verrons plus loin refuge des militants ouvriers victimes de la répression patronale, le recours à la grève y paraissait dès lors dénué de sens, sinon par la manifestation d’un soutien concret, et donc ici déjà tarifé, aux camarades grévistes des entreprises capitalistes. Toutes les mesures ayant trait à l’adoption par la coopérative des acquis de la lutte tendaient dès lors à maintenir une communauté d’intérêts au sein de la classe opprimée.

  • 37 À défaut des salaires minimum garantis par convention collective, créés par la loi du 11 février 19 (...)

30Le point 14 mérite un commentaire spécifique à l’AOIP dans la mesure où, s’il était fait état d’une prise en considération des taux de salaire « généralement appliqués »37, il convient de rappeler que la coopérative a pratiqué un salaire unique pour tous les salariés sociétaires, directeur de la coopérative compris, jusqu’en 1948.

Troisième principe : l’égalité des travailleurs

31Les causes et effets de cette crise de 1948 seront rappelés plus loin dans la mesure où elle trouve sa résolution dans la crise finale des années soixante-dix. Mais il convient de s’arrêter un instant sur cette question du salaire unique qui ne participe qu’indirectement de ce que nous avons appelé « la vitrine sociale », en clair cette fonction propagandiste affichée par une coopérative de production liée structurellement aux organisations syndicales.

32En effet, l’instauration de ce salaire unique correspondait moins à une projection dans un avenir désirable qu’à la défense d’une pratique héritée du compagnonnage. Car il s’agissait bien de cela de la part de ces ouvriers professionnels, tous hautement qualifiés, qui créèrent la coopérative. Recevoir tous un même salaire, même pour ceux qui se retiraient de la production afin d’occuper des fonctions de gestion, relevait pour eux d’une pratique certes non dénuée de sens politique, l’égalité étant le premier des termes de leur évangile, mais largement connotée d’une morale trouvant ses fondements dans les savoirs propres du travail. À cette question du salaire unique correspondait un ancrage sociologique dont seraient exclus, de fait, les ouvriers non-qualifiés qui allaient commencer à être recrutés dès lors que la coopérative adopterait des formes de production plus mécanisées. Le salaire unique placé à un niveau de P3 serait dès lors réservé aux ouvriers sociétaires, la condition pour accéder à ce statut de sociétaire étant d’être syndiqué, mais aussi d’avoir effectué un apprentissage. On pouvait ainsi lire dans les statuts de 1924 de la coopérative que :

33« Tous les camarades désirant faire partie de l'Association (autrement dit qui désirent être sociétaires) devront appartenir à la section technique des ouvriers en instruments de précision depuis 2 ans. Ils devront fournir la preuve qu'ils ont fait leur apprentissage dans la profession »

  • 38 En référence bien sûr à la nuit du 4 août 1789 qui vit l’assemblée voter l’abolition des privilèges

34Cette clause était évidemment essentielle dans la mesure où un accroissement de la part des ouvriers non qualifiés avait été rendu nécessaire par la nature des produits réclamés par le marché de la téléphonie, un personnel non qualifié dont la composition avait d’ailleurs commencé à se féminiser suite à la première guerre mondiale. Un salaire unique, certes, mais non universel qui allait être aboli en 1948, en même temps que l’accès au sociétariat serait officiellement ouvert à tous les salariés, même si dans les faits les ouvriers professionnels y sont demeurés majoritaires. En fait, pour l’administration des Postes et Télécommunications qui imposa alors cette réforme, la question n’était évidemment pas de rétablir une égalité, mais plutôt d’y introduire un autre niveau d’inégalité. Avec la fin du salaire unique, il s’agissait tout bonnement d’offrir aux cadres et aux agents de maîtrise des carrières plus avantageuses qu’au personnel productif. Pour reprendre le titre choisi par Danièle Linhart pour relater cet épisode, si cette « nuit du 4 août »38 imposa la fin de « privilèges », ce ne fut qu’aux seules fins d’imposer un ordre dont l’inégalité allait être la règle absolue.

  • 39 Au contraire des thèses défendues par Louis Blanc dans L’Organisation du travail, thèses envers les (...)
  • 40 Le secret du peuple de Paris, Éditions Pagnerre, 1863, pages 113-114
  • 41 Par exemple par le décret du 16 avril 1871 relatif aux ateliers abandonnés qui devaient être transf (...)

35De la part des représentants de l’État qui mirent à profit les difficultés de trésorerie de la coopérative pour lui imposer des transformations aussi structurelles, le caractère purement idéologique de cette décision ne saurait faire le moindre doute. Il convient à cet égard de rappeler que la question du salaire unique fut de celles qui, dès l’origine des coopératives de production dans la seconde moitié du XIXème siècle, permettaient de séparer le « bon grain » de la réforme sociale à « l’ivraie » du socialisme. En témoigne par exemple la position défendue par un promoteur des coopératives de production, l’ancien typographe Anthime Corbon, éphémère vice-président de l’Assemblée Constituante de 1848. Dès les années 1840, dans L’Atelier de Buchez, il se fit le promoteur des coopératives de production, celles-ci ayant pour première vertu d’incarner ce principe saint-simonien, à savoir « résorber la politique dans l’économie »39. Dès lors, y promouvoir la pratique du salaire unique, trouvât-elle ses fondements dans une tradition médiévale, n’aurait eu comme seule signification que de renverser les termes de cet axiome sous l’effet d’une égalité dont, depuis la révolution, on ne pouvait ignorer le caractère éminemment politique. En 1863, dans son essai le plus célèbre, Le secret du peuple de Paris, ce digne représentant de l’école des réformateurs sociaux, afin de mieux assurer sa défense des associations ouvrières, ne manquait pas de l’accompagner d’une ferme critique de cette « fraternité contrainte » des communistes qui étaient supposés nier l’individu en imposant le dogme du salaire égal pour tous. Afin de légitimer sa démonstration, il y faisait état de discussions avec des gérants de coopérative qui, en dépit de leurs réticences, avaient dû y renoncer40. En un moment où, sous l’impulsion de la toute jeune Internationale des Travailleurs, une génération de militants comme Eugène Varlin, contrevenaient aux interdictions ministérielles en créant ici des coopératives de consommation et là des ateliers coopératifs, ramener ces structures sociales dans le giron d’un réformisme bon teint relevait bien d’un projet politique. Ce n’est donc pas le fait du hasard si Corbon, défenseur patenté des coopératives de production, ne trouva aucune vertu aux Communards qui pourtant en défendirent le principe partout où cela leur fut possible41 : leurs coopératives portaient certes le même nom, mais poursuivaient des finalités opposées.

Quatrième principe : solidarité envers les militants victimes de la répression patronale

  • 42 Il était secrétaire de la Fédération communiste Anarchiste Révolutionnaire et proche des Temps Nouv (...)
  • 43 Correcteur d’imprimerie comme tant de militants ouvriers de premier plan, Pierre Monatte avait occu (...)

36Comme nous l’avons déjà évoqué à propos de la fondation de l’atelier coopératif qui allait devenir l’AOIP, cette question d’ouvrir un lieu où pourraient être accueillis des militants ayant perdu toute capacité de trouver de l’embauche du fait de leurs activités syndicales ou politiques a été primordiale. Ce fut le cas du premier embauché, Charles Viardot, qui allait devenir le premier « directeur » de l’AOIP. C’est là une pratique qui est demeurée présente tout au long de l’histoire de la coopérative. Un nom ici s’impose, celui de Victor Delagarde, militant anarchiste avant la première guerre mondiale42, qui se trouva être embauché par l’AOIP en 1919. Entre ce moment et l’année 1929 où il fut élu directeur de la coopérative, Victor Delagarde se consacra essentiellement à son activité militante, tradition de l’AOIP qui, comme nous le verrons plus loin, perdura bien au-delà de la seconde guerre mondiale. Faisant partie de cette tendance des militants anarchistes qui optèrent en 1921 pour l’adhésion à la Section Française de l’Internationale Communiste, il y prit des responsabilités jusqu’à être membre suppléant du Comité Directeur, et ceci jusqu’en 1925 où il fut exclu du PCF avec Pierre Monatte et Alfred Rosmer sous les accusations contradictoires d’avoir voulu y créer une fraction de droite et de soutenir des tendances gauchistes. Tous trois étaient de fermes partisans d’un syndicalisme révolutionnaire43, mais ce fut surtout leur défense de Trotski qui leur valut cette exclusion, même si la question de l’indépendance syndicale, son unité, demeurait aussi pour eux un point d’achoppement, ce qui se traduisit par la création dès cette année 1925 de La Révolution Prolétarienne, initialement sous-titrée revue syndicaliste communiste, puis revue syndicaliste révolutionnaire, où on put lire aussi bien des textes écrits par des militants syndicaux, analyses ou témoignages, que des contributions d’intellectuels tels que Daniel Guérin, Victor Serge, Boris Souvarine, et surtout de Simone Weil qui y trouva l’expression la plus concrète d’un mouvement d’émancipation soucieux de préserver la révolution de toute dérive autoritaire. Pour revenir à Victor Delagarde qui demeura proche de Pierre Monatte, avant d’être élu directeur de la coopérative, il occupa encore plusieurs fonctions au sein de la fédération de la métallurgie. Ainsi donc, lorsque les sociétaires de l’AOIP l’élurent comme directeur, aucun n’ignorait les positions politiques qu’il avait pu adopter. De fait, cette élection participait du modus vivendi passé, non seulement entre militants communistes de la CGTU et socialistes fidèles à la CGT, mais aussi avec tous ceux qui, dans la suite de Pierre Monatte, continuaient de défendre des positions qu’on a trop facilement étiqueté « anarcho-syndicalistes ».

  • 44 Ancien militant allemaniste, il participa au congrès d’Amiens où il participa à la tendance défenda (...)
  • 45 Militant communiste du 13ème arrondissement, il y monta une section du Secours Rouge et s’enrôla da (...)
  • 46 Secrétaire de la fédération CGTU des métaux, Marcel Roy se rapprocha progressivement de Pierre Mona (...)
  • 47 Jeune militant, Albert Lemire fut incarcéré par les autorités militaires des forces d’occupation de (...)
  • 48 D’origine hongroise, Löffler qui était proche d’Henry Poulaille s’opposa néanmoins à lui concernant (...)
  • 49 Mécanicien de formation, spécialisé dans l’outillage de guidage maritime, Maurice Lime fut d’abord (...)
  • 50 Cinq ans plus tôt, ouvrier dans cette même usine, il avait été honoré au titre de ses activités com (...)
  • 51 Bernard Jourd’hui perdit son siège de député en1958, puis progressivement toute influence au sein d (...)
  • 52 Il semblerait que les relations entre ces deux jeunes cadres du parti aient été aussi mauvaises que (...)

37Les notes du Maitron concernant les militants ayant été alors salariés par l’AOIP sont à cet égard éloquentes. On y trouve pêle-mêle des militants du PCF comme Etienne Tabard44 et Lucien Wattecan45, mais aussi des communistes oppositionnels tels que Marcel Roy46 ou Albert Lemire47, des écrivains prolétariens comme Paul Löffler48 ou Maurice Lime49. Cette tradition militante se poursuivit après-guerre, sur des voies parfois plus inattendues. L’AOIP accueillit ainsi dans son personnel Jean-Pierre Fourmentreaux, prêtre-ouvrier, signataire du manifeste des 73 qui, en février 1954, défendait la vocation des prêtres ouvriers contre la hiérarchie catholique. Plus conforme avec la tradition de la coopérative, il est important de rappeler la personnalité de Bernard Jourd’hui, militant communiste qui fut recruté par l’AOIP en 1949 après avoir été licencié de l’usine Panhard pour y avoir mené une grève50. Tout en étant salarié à l’AOIP, ses activités militantes devaient bien occuper l’essentiel de son temps. En effet, à côté de ses fonctions de secrétaire du syndicat des métaux au sein de l’union locale de la CGT, c’est à lui que fut confiée la tâche de récupérer les sections du PCF du 13ème arrondissement après qu’André Marty, dont c’était le fief, en ait été exclu. Ce qui le fit promouvoir au comité fédéral de Paris, puis au comité central, tout ceci en continuant d’émarger dans le personnel de la coopérative jusqu’en 1956, date à laquelle il fut élu à l’Assemblée Nationale51. La période où Bernard Jourd’hui était salarié par l’AOIP devait être évoqué en 1980 dans une polémique qui opposa Le Matin, quotidien proche du Parti Socialiste, et l’Humanité. À partir d’un témoignage de Jourd’hui transmis après son décès, le Matin expliquait que ce dernier avait effectué un stage de formation politique en URSS au cours de l’année 1955, et ceci en compagnie d’un autre jeune cadre du parti : Georges Marchais52. Quelques mois avant le lancement de la campagne présidentielle où Marchais devait représenter son parti, celui-ci ne pouvait laisser passer une telle information sans réagir. La direction de l’AOIP, où Bernard Jourd’hui avait continué d’émarger comme ajusteur pendant toute cette période, fut ainsi mise à contribution, ce qu’elle s’empressa de confirmer. Ce déni signifiait-il que ce quasi-permanent n’avait alors disposé d’aucun congé lui permettant de participer à ce « stage » ?

38Je n’étais pas né en 1955 et donc ne saurait apporter le moindre témoignage de première main à ce propos. En revanche, j’étais encore à l’AOIP lorsque cette affaire éclata. Je me souviens des discussions que nous avons eues alors dans les ateliers à ce propos. Les militants du PCF, nombreux dans la coopérative, étaient certes indignés par l’attaque des « socialos » contre leur secrétaire général. Et tous soutenaient la direction de la coopérative qui avait par un communiqué soutenu la thèse défendue dans les colonnes de l’Humanité. Mais aucun ne se serait risqué à affirmer que les feuilles de paie éditées au nom de Jourd’hui signifiaient qu’il avait été effectivement présent dans les ateliers à cette période. En vérité, si ce n’avait été la situation tragique de l’emploi à laquelle nous étions confrontés, tout le monde aurait trouvé la chose plutôt cocasse.

Fin d’une « illusion »

391980. Oui c’est bien ainsi qu’il convient de nommer cette séquence : la fin d’une illusion.

40Fin d’une illusion pour toutes celles et tous ceux qui conféraient à ce statut coopératif une valeur émancipatrice, ou qui tout au moins espéraient que leur accession au sociétariat leur offrirait une garantie contre le chômage. Fin d’une illusion, pour les réfractaires dont j’étais qui pensaient qu’une telle vague de licenciements mènerait à un affrontement classe contre classe, un conflit enfin délivré de toutes ces compromissions que le sociétariat générait. Au titre des illusions, il se trouve que nous assistâmes aussi à une sorte d’avant-goût de cette espérance déchue portée par une gauche prête à tous les reniements une fois arrivée au pouvoir, et ceci un an avant la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle.

41Afin d’appréhender cette situation, il est nécessaire de rappeler au préalable dans quel cadre s’est déclenchée cette crise, car le phénomène de désindustrialisation s’est à ce point intensifié dans notre pays au cours de ce dernier demi-siècle que l’idée même de résistance contre la fermeture d’une usine paraît aujourd’hui être d’emblée vouée à l’échec, ce qui n’était pas encore le cas, même si la crise de la sidérurgie venait déjà de montrer que la prime accordée au « règlement social » était un puissant levier pour rendre acceptable la perte sèche d’emplois ouvriers.

  • 53 À propos de cette école de pensée qui devait son appellation au livre Solidarité, publié en 1896 pa (...)

42Ainsi que nous l’avons vu, la jeune coopérative s’était très vite orientée vers le marché de la téléphonie publique, pour une large part car résidait une adéquation évidente entre les savoir-faire des premiers coopérateurs et les compétences requises pour cette production, mais aussi en raison d’accointances politiques avec une administration où le « solidarisme » d’un Léon Bourgeois jouissait d’une influence notable dans la France post-dreyfusarde53. Ce secteur de l’économie connaissant une croissance soutenue, l’AOIP fut obligée de recruter de nouveaux personnels, et notamment d’avoir recours à des ouvriers non-qualifiés. Déjà, en 1926, lors d’une assemblée générale des ouvriers sociétaires, cette question avait fait débat. On peut ainsi découvrir trace de cette inquiétude dans le compte rendu final des débats :

43« La cause de nos embarras réside… dans le développement trop rapide de notre Association… Nous repoussons la thèse d’une petite association ne visant qu’à assurer une belle situation aux sociétaires sans souci du développement de la Société et de ses œuvres, mais nous sommes également adversaires d’une association se gonflant au point de ne pouvoir assurer un bien-être suffisant aux travailleurs par elle occupés »

  • 54 De la capacité politique des classes ouvrières, Éditions du Monde Libertaire, 1977, t1, p.105

44Autrement dit, comment faire vivre les principes fondateurs de la coopérative, et de la sorte continuer d’œuvrer à une transformation pacifique de la « Société » par l’extension du travail sociétaire, sans pour autant adopter cette sorte de position sacrificielle qui ferait oublier les intérêts immédiats des coopérateurs ? La question ici posée d’une maîtrise de la croissance de la coopérative pouvait cependant s’entendre de deux façons. Soit comme la volonté de réduire autant que possible l’emploi non-qualifié, de façon à conserver l’égalité originelle entre compagnons-ouvriers ; soit comme la crainte de voir introduite au sein des ateliers, du fait de l’accroissement d’une main d’œuvre non-qualifiée, cette sorte d’anonymat régnant dans la grande industrie, par essence contraire à toute démocratie. Ces deux versions sont évidemment plus complémentaires que contradictoires, de la même façon qu’il est toujours problématique de distinguer la « solidarité des ouvriers du dedans contre ceux du dehors » dénoncée par Proudhon54 et une forme de résistance aux dogmes capitalistes qui tendent à niveler par le bas toute forme de travail salarié. Toute l’histoire du mouvement ouvrier est traversée de telles tensions, pour la plupart fondées sur une incapacité à penser une figure de l’égalité émancipée de toute référence à une quelconque identité. Les diverses formes d’exclusion dont ont souffert aussi bien les femmes que les immigré·es, mais aussi les travailleur·euses handicapé·es, se sont sans cesse nourries de ces ambiguïtés. Le sociétariat coopératif des ouvriers de l’AOIP n’a en rien dérogé à cette loi d’exclusion. Le fait qu’elle ait pu avancer sous le masque vertueux d’une « conscience de classe » ne change rien, cette dernière demeurant ici singulièrement trop étriquée pour imaginer qu’un principe d’égalité ne saurait s’appliquer qu’à une minorité, trouvât-elle sa caution morale dans la défense de compétences professionnelles.

45La crise économique qui faisait suite au krach boursier de 1929 rend difficile de faire la part entre les contraintes extérieures et cette volonté affichée de marquer un temps d’arrêt dans la croissance de la coopérative. Le fait est que ce fut surtout à partir de 1948 que la machine commença vraiment à s’emballer. Comme cela a été évoqué, à cette date correspond une prise de pouvoir effective de l’administration des Postes et Télécommunications au sein de la coopérative. Au-delà du renoncement au principe du salaire unique, le ministère exigea, et obtint, de la présidence de la coopérative qu’un directeur lui serait adjoint, directeur issu du sérail des cadres de son administration. Cette nouvelle direction appela des transformations importantes quant aux processus de production. Dès l’année suivante, un bureau des méthodes fut créé, tandis que chaque atelier se voyait doté d’un encadrement tel que cela existait dans toutes les entreprises du secteur. Dans l’étude qu’elle a effectuée au sein de l’AOIP en 1975, Danièle Linhart a recueilli ainsi des témoignages tout à fait intéressants concernant un sentiment de dépossession de la part des ouvriers professionnels qui avant cette « normalisation » de 1948 se sentaient maîtres et possesseurs de leur outil de travail. Un vieux chef d’équipe auquel elle accorde le titre de « préhistorique » lui a confié que :

46« Avant, les outilleurs concevaient eux-mêmes les machines qu'ils réalisaient ensuite... ils avaient la satisfaction de mener à bien toute l'opération. Depuis que s'est créé le Bureau des Méthodes et le Bureau de Préparation du Travail, il y a les ingénieurs qui conçoivent les outils et les outilleurs qui ne font que les exécuter ; à peine peuvent-ils ensuite attirer l'attention des ingénieurs sur quelques améliorations éventuelles de l'outil, mais c'est tout... »

47Un autre, moins qualifié, établit devant elle un constat quasi équivalent :

« On travaillait moins avant et il y avait davantage de bénéfices. C'est ceux qui sont aux frais généraux qui gagnent le plus : directeur, chefs d'ateliers, contremaîtres... l'O.S. il travaille maintenant au moins pour trois personnes... C'était mieux avant. Maintenant qu'on s'est agrandi, il faut plus de surveillance. Les cadences se sont accélérées quand il y a eu le nouveau directeur... on nous a institué le travail au boni... »

48Un autre encore, fit état de la fin d’un état d’esprit :

« Avant, les anciens formaient les jeunes comme coopérateurs. Ils faisaient une demande pour faire embaucher quelqu'un. Ils étaient les parrains du nouveau et en étaient responsables. Quand il y avait des problèmes avec le nouveau, c'était le parrain qu'on appelait et qui devait engueuler le jeune... On n'entrait pas à l'A.O.I.P. autrefois comme on y entre maintenant, autrefois quand on entrait à l'A.O.I.P. on y passait sa vie. »

49Travaillant pour ma part dans un secteur où prédominait l’emploi non-qualifié, exclusivement occupé par du personnel immigré et féminin, j’ai reçu peu de témoignages sur ces « conditions d’avant ». Les récits les plus anciens que j’ai pu alors recevoir remontait à la grève de mai 68 qui avait été massive et, pour la première fois dans l’histoire de la coopérative, clairement orientée contre la direction nommée par le ministère des P&T, avec un fond revendicatif qui faisait directement écho à ce qui se défendait dans les autres entreprises de la métallurgie parisienne. Le souvenir qui s’en était gardé participait d’une conscience de classe au sein de laquelle le fait « coopératif » semblait secondaire. La crise des années soixante-dix allait sur ce point nous apporter un démenti, au moins partiel.

  • 55 Tout en se limitant à n’occuper qu’une pièce d’un volume réduit là où un bâtiment entier était avan (...)
  • 56 Besoin de personnel qui pouvait être divisé par dix pour ce qui concernait l’installation et la mai (...)
  • 57 Pour l’AOIP, cette part revenait à 10% pour la production elle-même, mais presque au double pour l’ (...)
  • 58 Ce qui explique que le gouvernement Mauroy ne rencontrera aucune difficulté à nationaliser ces deux (...)

50Au début des années soixante, lorsque le système de central électromécanique CROSSBAR, conçu en collaboration avec l’AOIP, fut homologué par l’administration des P&T, la coopérative occupait un peu plus de mille trois cents salariés. À peine quinze ans plus tard, son effectif global avait été quasiment multiplié par quatre, les trois quart de son personnel travaillant exclusivement pour ce secteur de la téléphonie publique. La mutation technologique qui intervint au début des années soixante-dix était considérable, préfigurant ce qu’allait donner par la suite la révolution numérique. Non seulement les nouveaux centraux électroniques pouvaient générer une capacité de réseau exponentiellement plus étendue que les anciens centraux électromécaniques55, mais surtout leur production réclamait quatre fois moins de personnels56. À cette crise de l’emploi s’en ajoutait une seconde, à savoir la volonté du gouvernement de restructurer ce secteur de pointe autour des deux grands groupes, retirant à toutes les entreprises de taille moyenne la part de ce marché qui leur était jusqu’alors attribuée de façon contractuelle57. Au-delà du sort de la seule coopérative, les conditions de développement d’une crise sociale d’ampleur étaient donc réunies, mais tardaient néanmoins à se manifester de façon claire. De son côté, le gouvernement, échaudé par la rude crise qu’il venait d’affronter dans la sidérurgie, ne cessait de donner des assurances sur l’avenir de l’emploi dans ce secteur d’activité. À en croire Norbert Ségard, le secrétaire d’État aux P&T, rien ne devait justifier qu’on puisse avoir recours à des licenciements dans un secteur connaissant une telle expansion ! Toutes les entreprises de la téléphonie furent ainsi conviées à pratiquer un chômage partiel, à favoriser les départs volontaires, à faire jouer les fameuses « mobilités internes ». Du côté de l’opposition, les mots d’ordre furent frappés d’une singulière saugrenuité. Comment, par exemple, expliquer que Le PCF ait choisi d’adopter comme mot d’ordre « défense de la téléphonie française » alors que les deux groupes soutenus par le gouvernement étaient majoritairement constitués de capitaux français58 et que, dans le cadre de cette restructuration, ils furent même amenés à se porter acquéreurs de la LMT et de la CGCT, les deux entreprises du secteur qui étaient toutes deux des filiales du géant américain ITT ?

  • 59 26ème congrès tenu à l’unesco en septembre 1976.

51Si cette confusion globale ne prêtait guère à voir émerger une mobilisation nationale contre les pertes d’emploi, au sein de l’AOIP le « fait sociétaire » devait encore plus compliquer les choses. Ainsi, lorsque la presse nationale fit état des restructurations en gestation, un vent apaisant souffla dans les ateliers de la coopérative. Bien sûr que cela allait affecter les entreprises du secteur, mais pas notre bonne vieille AOIP. En raison de quel prodige ? À en croire les façonniers en illusion qui siégeaient au conseil d’administration, le statut de coopérative allait nous préserver de tous les malheurs. Au dernier congrès de l’Alliance Coopérative Internationale59, le Président de la république n’avait-il pas rendu un hommage vibrant aux vertus des coopératives ouvrières de production, leur promettant un projet de loi destiné à faciliter leur développement ? Dans la série d’articles que publia Le Monde à cette occasion, à plusieurs reprises il y fut fait référence à l’AOIP, coopérative exceptionnelle par sa longévité et sa taille. On y lisait même quelques-unes des paroles lénifiantes délivrées par Henri Plagnes, le président de son conseil d’administration.

  • 60 Je me souviens qu’une équipe du Nouvel Observateur, après avoir traversé les ateliers, interviewa p (...)

52Au sein de l’entreprise, cohabita alors plusieurs discours : celui des administrateurs élus par les salarié·es sociétaires, et celui de la direction générale dont les responsables, depuis 1948, étaient directement issus des cadres de l’administration des P&T. D’un côté, un appel à la défense de la coopérative, un travail de communication tant auprès du personnel que des médias présentant sous son meilleur jour cette entreprise exemplaire60. Du côté de la direction générale, le point de vue adopté était nettement plus pragmatique. Les commandes de crossbar étant en chute libre, et le secteur téléphonie de l’AOIP n’intervenant dans la fabrication des centraux électroniques qu’à titre de sous-traitants, la trésorerie de la coopérative s’enfonçait dans un déficit qui chaque mois voyait s’ajouter quelques dizaines de millions de francs.

53Nous fûmes donc très vite rattrapés par le réel. Au retour des congés d’été de 1978, tous les « agents de production » furent placés à 28 heures, payées 35 du fait des dispositions gouvernementales. Dès lors, nous enchaînâmes les manifestations, plus massives dans les usines dédiées à la téléphonie comme Guingamp, Morlaix ou Évry, que sur le siège parisien de la rue Charles Fourier où se trouvait concentré le plus grand nombre de sociétaires. Parmi eux régnait l’idée que, quoi qu’il pût arriver, leur statut particulier allait les préserver du chômage. La sécurité de l’emploi n’était-elle pas la contrepartie, sinon légale mais officielle, du tribut qu’ils avaient versé pendant toutes ces années ? Les usines de province seraient sacrifiées, mais après tout c’était le ministère qui en avait imposé la création. C’était donc à lui de régler cette question. Un cabinet conseil fut sollicité qui rendit un avis assez sévère pour doucher ces « belles espérances ». À l’en croire, le problème était moins du côté des centres de production que du siège et des catégories intermédiaires – c’est-à-dire les ouvriers qualifiés, la hiérarchie, les cadres administratifs – où le sociétariat était le plus développé. Il préconisait ainsi la réduction de 1020 salarié·es, une diversification accélérée dans la production qui impliquait que l’AOIP fût en mesure de rivaliser dans ses coûts avec des entreprises sous-traitantes, et enfin que les locaux historiques du 13ème arrondissement fussent vendus et qu’ainsi toutes les activités parisiennes fussent recentrées sur l’usine d’Évry. Bien des points obscurs demeuraient parmi lesquels le sort réservé aux sociétaires qui représentaient un tiers du personnel sur l’ensemble des sites de l’AOIP, mais largement plus de la moitié dans ces locaux de la rue Charles Fourier. Si jamais des sociétaires devaient faire partie des charrettes de licencié·es, quid du « capital » par eux investi dans la coopérative ? Leur serait-il intégralement reversé ? Dans quels délais ? À quel taux ?

Au cœur de la crise

  • 61 Responsable de la paroisse de Belleville en mai 68, il avait fait partie des prêtres qui avaient pr (...)
  • 62 L’une des spécialités de l’AOIP qui rendit son nom célèbre dès l’entre-deux guerres fut la producti (...)
  • 63 Initialement dédié à la production de gyrocompas destinés pour une bonne part au marché militaire
  • 64 Production de démarreurs pour moteurs industriels. L’un des seuls secteurs de l’AOIP qui réalisait (...)

54Dès la mise en place des diminutions d’horaire, nous sentîmes qu’il y avait du tirage parmi nos camarades de la CGT. De notre côté, la question était depuis toujours tranchée. Notre section CFDT n’avait jamais caché le peu d’intérêt qu’elle portait à la coopérative en tant que telle. Seule importait la défense des emplois et des acquis sociaux. Et rien, hormis la mobilisation de toutes et de tous, effectuée sur des bases claires, ne serait à même de les garantir. Il était clair qu’une partie des élu·es de la CGT qui travaillaient dans le secteur de la téléphonie, se trouvaient, sinon sur cette même position, mais défendaient les mêmes priorités que nous. C’était le cas notamment du secrétaire du syndicat, Ferdinand Champain, un ancien prêtre61 embauché au début des années 70 dans le service de dessin industriel qui était d’ailleurs l’un des rares cadres de la CGT à ne pas être sociétaire. En revanche, dans d’autres secteurs tels que les mesures62, la navigation63 ou la division industrie64, l’option sauvegarde de la coopérative était dominante.

55Après avoir beaucoup manifesté, tenu meeting devant le secrétariat d’État aux Postes, rue de Ségur, montré nos banderoles jusque sous le nez des coureurs du Tour de France, l’annonce dans la presse le 6 septembre 1979 d’une cession totale des activités de téléphonie gérées par l’AOIP à Thomson-CSF et la CIT-Alcatel, assortie avec le rachat par ces deux groupes des usines de Guingamp et de Morlaix mit le feu aux poudres. La décision fut prise par nos organisations syndicales d’investir le siège, de l’occuper et de séquestrer la direction. Ce qui fut fait le lendemain. Je me souviens encore de la course poursuite dans les bureaux pour contraindre le directeur général, Fournier, à être pris en photo. Je me souviens aussi de ce moment surréaliste où les deux députés du 13ème arrondissement, le socialiste et futur ministre Paul Quilès et la communiste Gisèle Moreau commencèrent à se quereller autour de je ne sais plus quelle question, laquelle question n’ayant d’autre mobile que faire valoir la préséance à laquelle chacun estimait avoir droit. Ce fut notre camarade, le très libertaire Jean-Bouilland, qui les mit d’accord en les renvoyant chacun dans ses cordes. La scène était tellement pitoyable que je crois que nos camarades de la CGT, qui jamais n’auraient osé s’en prendre au membre du bureau politique qu’était Gisèle Moreau, en surent gré aux vilains gauchistes que nous étions d’y avoir mis fin. Je me souviens enfin de la nuit passée dans la salle du conseil. Incapable de trouver le sommeil, j’avais consacré ces heures à feuilleter les archives du conseil d’administration. J’avais été très impressionné à la lecture d’un procès-verbal datant de la fin de 1940 où un membre du conseil s’était publiquement indigné à l’idée que l’AOIP continuât à produire des instruments susceptibles d’être utilisés par l’armée d’occupation. Il avait été mis en minorité. Cherchant son nom dans les PV suivants, je ne le trouvai plus. Au matin, il fut décidé de mettre fin à cette occupation dont les principaux acteurs, comme c’était mon cas, venaient de l’usine d’Évry. L’argument principal délivré par nos camarades de la CGT étant que poursuivre ainsi cette occupation pouvait avoir des effets fâcheux sur la solidarité nécessaire entre les travailleurs de Paris et ceux des autres établissements. En vérité, et ce n’est pas leur faire injure car la sincérité de celles et ceux qui avaient participé à l’action était entière, la crainte qui s’y manifestait nous sembla plutôt porter sur la cohésion interne de leur syndicat au sein duquel des intérêts contradictoires commençaient à poindre.

56Mais sur ce point, le pire était encore à venir !

  • 65 Où étaient regroupé·es statutairement les salarié·es des chantiers

57Un mois plus tard, l’annonce tomba. Un protocole venait d’être signé entre les deux repreneurs pressentis, l’administration centrale des PTT et la direction de l’AOIP. Comme annoncé un mois plus tôt, CIT-Alcatel et Thomson-CSF étaient mis en position de reprendre toutes les activités de téléphonie publique. Sur les 4600 personnes qui étaient alors employées par l’AOIP, c’était au total 3100 salarié·es qui allaient être « repris » par ces deux groupes, dont les usines de Guingamp et de Morlaix. Pour le reste de l’effectif qui était censé conserver le statut de salarié·es de l’AOIP, essentiellement localisé·es dans les usines d’Évry, de Béziers et l’antenne de Toulouse65, il était annoncé que personne ne perdrait son emploi. Concernant le site de la rue Charles Fourier, il était dit que certain·es seraient intégré·es dans les équipes parisiennes des deux groupes, d’autres rejoindraient « l’AOIP nouvelle » et d’autres enfin feraient l’objet d’une reconversion gérée par un G.I.E. (Groupe d’Intérêt Economique) placé sous une responsabilité partagée entre repreneurs et administration publique.

  • 66 Avec comme nouveau président, Daniel Fauré qui occupait dans la coopérative les fonctions de cadre (...)

58Les statuts de la coopérative stipulant qu’une telle modification de la structure de la coopérative devait être avalisée par l’assemblée générale des sociétaires, celle-ci fut convoquée le 1er décembre 1979. Aucun d’entre nous n’étant sociétaires, nous n’y étions pas conviés, mais au regard des circonstances pour le moins exceptionnelles, nous nous y présentâmes et, sans prendre part aux débats, nous pûmes y assister du fond de la salle. L’ambiance y fut encore plus délétère que nous n’avions pu l’imaginer. Accusation de trahison d’un côté, menaces de dépôt de bilan de l’autre, insultes et reniements. Finalement un vote fut organisé et un administrateur, par ailleurs délégué CGT au conseil d’administration, vint discrètement nous demander de quitter notre poste d’observation afin, nous dit-il, d’éviter que le vote fût annulé pour vice de forme. Ce qui sortit des urnes ne fit que renforcer la confusion. 54% des sociétaires avaient voté en faveur du plan présenté par la direction et soutenu par l’État, ce qui le rendait caduc, l’approbation des deux-tiers des sociétaires étant requis par les statuts. Déjugée, la direction sortante démissionna et un nouveau vote fut organisé sous l’impulsion des représentants de la CGT. La nouvelle motion stipulait le maintien de la coopérative dans son intégrité, assortie d’une affirmation de garantie de l’emploi, pour le moins surréaliste compte tenu de l’arrêt annoncé des commandes de la part des P&T. Cette fois-ci encore la barre des deux-tiers ne fut pas atteinte, la motion des nouveaux administrateurs n’ayant obtenu que 62%. Il n’en demeurait pas moins qu’un nouveau conseil d’administration était élu66. Le directeur général, Fournier, qui avait annoncé que tout refus du plan ministériel se solderait par un dépôt de bilan immédiat, fut remercié et l’assemblée se retira après avoir voté un mandat à cette nouvelle direction pour mener des négociations avec le ministère.

59J’ai conservé du mois de décembre qui suivit le souvenir de scènes quasi-surréalistes. Partout, on discutait, le plus souvent à partir de rumeurs à l’origine desquelles il était de bon ton d’imputer tel ou tel autre nouvel administrateur qui, la veille encore, siégeait parmi les représentants du personnel. Les salaires allaient ne pas être payés, telle usine serait reprise et les murs de telle autre vendus aux enchères, les salarié·es sociétaires seraient tenu·es d’honorer les dettes de la coopérative. Un jour, seules les activités rapatriées au siège rue Charles Fourier pourraient être préservées, tandis que le lendemain la vente de ce même siège allait permettre de sauver les emplois. Du côté de l’administration, la réponse n’avait pas tardé. Dans un communiqué publié par Le Monde trois jours plus tard, on pouvait lire :

« Le secrétariat d'État considère en effet "qu'aucun élément nouveau susceptible de modifier l'analyse qui a été faite rte la situation de l'AOIP n'est intervenu et que le plan élaboré par la direction générale de l'entreprise et qui bénéficie de l'appui des pouvoirs publics est toujours la seule solution permettant d'assurer l'avenir dans des conditions industrielles et sociales raisonnables". En conséquence, "il souhaite vivement que le nouveau conseil d'administration qui a été élu au terme de l'assemblée générale du 1er décembre en prenne conscience, procède à l'information des sociétaires et des personnels qui semble avoir été incomplète et convoque les sociétaires dans les meilleurs délais afin d'éviter le dépôt de bilan »

60Même si la motion défendant l’intégrité de la coopérative n’avait pas obtenu les deux tiers requis, la nouvelle direction qui comptait en son sein quelques membres éminents de la CGT, ne pouvait se satisfaire de cette fin de non-recevoir. Rouvrir les négociations, même de façon symbolique, conditionnait sa propre existence. Alors même que la dépendance de la coopérative envers l’administration des P&T demeurait complète et que l’accumulation de ses déficits réduisait à néant sa marge de manœuvre, il ne lui restait donc plus qu’à sauver les apparences ! Trois semaines seulement après son intronisation, les administrateurs rebelles firent ainsi preuve de ce « réalisme » qu’ils venaient à peine de condamner avec la plus grande fermeté chez leurs prédécesseurs.

« Nous comprenons les motivations de politique industrielle qui conduisent à une bipolarisation autour de Thomson et de C.G.E. en matière de commutation téléphonique publique. »

  • 67 Publié dans son édition du 29 décembre 1979

61Déclarèrent-ils dans un communiqué publié par Le Monde67, assortissant cet incroyable revirement de trois exigences supposées modifier de façon radicale le protocole initial.

62En premier lieu, les repreneurs des usines de Guingamp et Morlaix devaient s’engager à « garantir un horaire de travail minimum de trente-deux heures pour toute l’année 1980 ».

63Concernant le G.I.E., l’ « exigence » était du même tonneau. Il était demandé qu’au cours des trois années de son existence, Thomson-CSF et CIT-Alcatel s’engagent à formuler au moins trois propositions de reclassement aux 900 anciens salariés de l’AOIP concernés par cette partie du plan ministériel.

64Si les deux premiers points n’étaient jamais que des vœux pieux destinés à tenter d’apaiser les craintes tout à fait fondées des personnels qui allaient être de fait licenciés par la coopérative, le troisième exprimait le fond de l’inquiétude de ses nouveaux dirigeants. Il portait sur les conditions financières de la reprise, et notamment sur l’estimation des stocks ainsi que la somme que les administrateurs du G.I.E. consentiraient à verser à l’AOIP au titre de la location du siège de la rue Fourier, puisque c’était là que serait installée cette réserve en personnel surnuméraire.

65Se félicitant d’avoir réussi à « lever des zones d’ombre », les nouveaux administrateurs de l’AOIP représentèrent ce même protocole à une nouvelle assemblée générale des sociétaires le 5 janvier 1980, soit à peine un mois après avoir obtenu que le précédent, identique dans ses grands points, n’ait été rejeté. L’argument clef consistant à déclarer avoir reçu des assurances fermes sur les « points litigieux ». Et ce fut sans vergogne que la direction de cette AOIP-bis déclara avoir évité que mille-six-cents salarié·es de plus ne vinssent rejoindre les rangs des chômeurs.

66La suite est à la hauteur de ce que l’on pouvait craindre. Moins de dix ans après avoir été cédées, les usines de Morlaix et Guingamp étaient fermées. Pour le personnel « géré » par le G.I.E., les reclassements furent l’exception, la gestion du personnel consista pour l’essentiel à négocier les primes de départ volontaire. Cinq ans plus tard, ce fut la division téléphonie privée qui fut reprise par Jeumont-Schneider, mais cette fois-ci laissant sur le carreau la moitié des salarié.es concerné.es, et notamment ce qui restait de l’usine de Béziers. Au jour du dernier plan social, en mars 2003, lorsque le petit reste de l’AOIP, et notamment sa marque, fut racheté par le groupe ASGARD, le personnel de la défunte coopérative ne s’élevait plus qu’à 122 salarié·es.

  • 68 Le fait que cette école, destinée à former des ouvriers professionnels, ait été réservée à un perso (...)

67Aurait-il pu en aller autrement ? Concernant la coopérative elle-même, certainement pas. Toute tentative de la sauver dans sa structure était dépourvue de sens, dès lors qu’elle était morte et enterrée depuis près d’un demi-siècle, la prise du pouvoir effectuée par l’administration des P&T en 1948 n’en ayant constitué que le point final. L’école d’apprentissage, créée en octobre 1917, a longtemps été présentée comme une sorte d’héritage spirituel de la coopérative, alors même qu’un simple examen de l’histoire de groupes industriels tels que Michelin, est là pour nous rappeler que de telles institutions sont moins destinées à contribuer à un mouvement d’émancipation qu’à produire ces « cultures d’entreprise » dont le caractère aliénant est indiscutable68.

68Ainsi, si les conjurés du 1er décembre peuvent être critiqués, ce n’est pas d’avoir échoué à convaincre l’État et les grands groupes du secteur à revenir sur leur politique de démantèlement, mais c’est d’avoir entretenu des illusions qui ont participé à inverser l’ordre des priorités. La sauvegarde de la coopérative prenant le pas sur la défense des emplois, cela ne pouvait qu’introduire de la confusion, voire même alimenter des concurrences stériles entre salarié·es. Qu’il y ait eu dans tout ceci une part notable de mensonges, quelques petites manœuvres aussi pour modifier les listes des relégué·es et des reclassé·es, des vieilles rancunes à assouvir, c’est l’évidence même. Mais c’est somme toute négligeable dans le bilan que l’on peut tirer de cette histoire.

69En revanche obscurcir les enjeux de la lutte, alors même que toute situation impliquant des licenciements place déjà les salarié·es dans une situation de faiblesse, constitue bien une faute politique. Et ce n’est rien de dire que l’idéal « coopérateur » a contribué à détourner l’action du seul objectif qui aurait dû importer à quiconque prétendait défendre les intérêts des travailleur·euses. Je me souviens ainsi d’avoir entendu l’ancien secrétaire du comité d’entreprise, devenu administrateur suite au renversement de la direction, alors qu’il était interpelé par les ouvrières de mon atelier sur ce revirement, avoir le culot de regretter que la motion présentée par la CGT lors de l’AG du 1er décembre n’ait pas obtenu les deux tiers des voix requises ! Comme si un tel vote avait pu changer quoi que ce fût, sinon que ça l’autorisait à imputer au personnel lui-même la responsabilité de cet échec. Dans les mois qui ont suivi, les arguties de ce type faisant reposer l’échec de la coopérative sur ses salarié·es n’ont d’ailleurs pas manqué. Trop de laisser-aller. Un manque de motivation dans le travail. Un abus côté arrêt maladie et jours de récupération. Et la nouvelle direction de cette AOIP-bis réduite des deux-tiers s’employa à invoquer la mémoire des fondateurs, à se référer à cette morale des pionniers qui n’hésitaient pas à venir travailler le dimanche lorsque les commandes l’exigeaient. Voire à abonder de leurs petits sous le fond de roulement lorsqu’un fournisseur menaçait de faire saisir les machines. Après les mois de lutte, le climat qui s’instaura au sein de l’AOIP maintenue fut à ce point délétère que ce fut avec un vrai soulagement que je m’en trouvai licencié avant la fin de l’année.

Une école de collaboration de classe ?

  • 69 Recherche qui a donné lieu en 1992 à la publication d’un premier essai, La famine des temps moderne (...)
  • 70 Pour reprendre le concept si justement mis en lumière par C.B. Macpherson en 1962.
  • 71 Recherches menées dans le cadre d’une direction de programme au Collège International de philosophi (...)
  • 72 Dans un essai éponyme publié en 1984 par les Éditions Fayard. Le sous-titre, Essai sur le déclin de (...)

70Si, dans les années qui ont suivi, cette expérience m’a amené à entamer un travail de recherche sur l’histoire des mouvements de chômeurs69, en revanche je dois avouer avoir longtemps tardé avant de m’intéresser à ces coopératives de production. Ces années passées à l’AOIP m’avait convaincu que cette forme d’innovation sociale était aussi éloignée de l’émancipation que peut l’être un curriculum vitae d’une lettre d’amour. La transformation d’un instrument de résistance de l’avant-garde ouvrière en une entreprise capitaliste, dont la seule spécificité était que « l’aristocratie ouvrière » y conservât plus des privilèges qu’ailleurs, m’avait paru procéder d’une logique imparable dès lors que demeuraient intactes, non seulement les règles du marché initiées par le capitalisme, mais surtout cette idéologie d’individualisme possessif70 qui en est la condition de possibilité. Les travaux que j’ai menés ensuite sur la création de la catégorie chômeur71, et notamment sur les conflits d’interprétation entre les syndicalistes révolutionnaires et les divers représentants de l’État républicain impliqués dans ce que Jacques Donzelot a appelé « l’invention du social »72, m’ont cependant conduit à revoir, au moins partiellement ce point de vue. Non pas au titre de cette réévaluation positive du capitalisme qui a marqué tant d’intellectuels de ma génération, alors même que le caractère mortifère de ce système ne cessait de s’amplifier, mais vis-à-vis de ces capacités à produire des institutions autonomes dont Proudhon s’est fait le défenseur tout au long sa carrière de philosophe polémiste.

  • 73 Je me permets de renvoyer à un article publié à ce sujet en 1989 dans la revue Mil Neuf Cent sous l (...)
  • 74 Dans le cadre de ses activités de directeur du Musée Social, cet ancien professeur de philosophie, (...)
  • 75 Auguste Blanqui, Critique Sociale, tome second, p.130 & 132. 1885, Éditions Felix Alcan

71Condamner d’emblée le système coopératif s’imposait à bien des égards, non seulement au titre de cette expérience vécue à l’AOIP, mais aussi au regard des intentions politiques exprimées par nombre de ses promoteurs dont je recueillais la prose au titre de leur participation aux débats initiant un système paritaire d’assurance-chômage73. On pourrait ainsi évoquer Léopold Mabilleau qui à l’occasion de son installation comme directeur du Musée Social, la même année qu’était créé l’atelier coopératif qui allait devenir l’AOIP, n’hésitait pas à affirmer que cette forme sociale d’entreprise était le moyen le plus efficace pour « désarmer la révolution »74. N’était-ce pas ce que Blanqui, modèle absolu du révolutionnaire, n’avait cessé de dénoncer, lui pour qui ce mouvement coopératif ouvrait « le chemin (par lequel) le peuple passe insensiblement à l’ennemi sans s’en douter (…) un moyen nouveau et plus adroit de dominer les masses et de paralyser leurs tendances révolutionnaires » 75.

  • 76 Pour reprendre la formulation employée en cette même période par Fregier, préfet orléaniste de la S (...)

72En cette fin du dix-neuvième siècle qui voyait le mouvement syndical français, à la différence de ses voisins allemands et anglais, accorder une priorité à l’action directe aux dépens de toute forme de conciliation, la pétition de principe de Mabilleau correspondait parfaitement à tous ces plaidoyers en faveur de la coopération produits par ces nombreux « docteurs en paix sociale » fustigés par Georges Sorel, théoricien du syndicalisme révolutionnaire. Mais déjà, soixante ans plus tôt, sous la monarchie de juillet, c’est cette même position que l’on pouvait retrouver parmi les thèses défendues par Philippe Buchez dans l’Atelier lorsqu’il défendait le principe de la coopération. Donner au prolétaire l’espoir de sortir de sa condition, restituer au travail ses lettres de noblesse (déjà !), renouer avec les annales d’un progrès fondé sur les savoir-faire ouvriers, supplanter au sein de ces fameuses « classes dangereuses »76 le ressentiment par un esprit de concorde.

  • 77 Fondateur de l’usine de poêles en fonte qui portèrent son nom, Godin, inspiré par les thèses de Fou (...)
  • 78 Dernier livre de Zola paru de son vivant en 1901, il était précédé de Fécondité, suivi de Vérité qu (...)
  • 79 Jaurès donna une conférence accompagnant la publication de ce livre de Zola en mai 1901, conférence (...)

73La tentation pourrait être forte d’opposer à cette référence à Buchez, largement empreinte de christianisme social, cet autre prophète du mouvement coopératif, l’inclassable Charles Fourier. Évidemment, dès lors qu’on se plonge dans les écrits de cet incroyable théoricien des passions que fut Fourier, on est très loin de ces propos lénifiants. Si le phalanstère ne saurait être donné comme figure modélisante des coopératives de production, il n’en demeure pas moins que la totalité existentielle à laquelle tendait le système de Fourier, notamment dans son refus de voir la production placée dans une sphère organiquement étrangère à la communauté, le constitue comme ressource des potentiels aspirants à cette forme collective de propriété. Une ressource souvent plus mythique que concrète, dans la mesure où pour l’immense majorité des ateliers coopératifs créés par des ouvriers eux-mêmes, le partage entre sphère privée et activité professionnelle demeurait très clair. Comme cela a été le cas pour l’atelier dont est né l’AOIP, il s’agissait moins de créer une communauté de vie que de mettre en commun des compétences qui relevaient de modes de production plus proches de l’artisanat que de l’industrie. Au demeurant, le fait que ce fut à l’initiative d’un patron, le fameux Jean-Baptiste Godin77, qu’une tentative d’appliquer concrètement les thèses de Fourier ait vu le jour a, pour partie au moins, contribué à conférer à cette institution son caractère « pacificateur ». Zola ne s’y est d’ailleurs pas trompé lorsque, s’inspirant de Godin pour composer le personnage de Luc Froment dans le deuxième de ses « Évangiles », Travail78, il lui fait dénoncer la grève comme un désastre pour les ouvriers eux-mêmes, l’amène à convertir le collectiviste Bonnaire aux idéaux d’un progrès susceptible de transcender les rapports de classe. Pas de place pour la révolution dans le fouriérisme revisité par Zola ! Et ce n’est pas l’effet d’un hasard ou d’une lecture distraite, si Jaurès s’est à ce point enthousiasmé pour ce livre. Une façon de contrer l’influence des syndicalistes révolutionnaires tout en proclamant haut et fort n’avoir d’autre but que d’abolir le salariat et d’en finir avec les propriétés privées des moyens de production79.

  • 80 Coopérative de consommation créée en 1844 par l’association des ouvriers tisseurs de cette ville du (...)
  • 81 Benoît Malon s’éloigna du mouvement libertaire dans les premières années qui suivirent la Commune, (...)
  • 82 Militant républicain sous le second empire, il demeura à Paris sous la Commune tout en ayant démiss (...)
  • 83 Léon de SEILHAC, un disciple de Frédéric Le Play, défenseur du mouvement coopératif, a retranscrit (...)
  • 84 Décret du 24 juillet 1894 qui dispensait les coopératives du dépôt de cautionnement et initiait le (...)

74L’exemple sans cesse offert par ces pacificateurs, c’était le système coopératif initié par les Équitables Pionniers de Rochdale80 et les tentatives qui s’en suivirent de créer des coopératives de production susceptibles d’alimenter les rayons des magasins coopératifs. Si les premiers défenseurs de cette institution en France avaient été pour l’essentiel des militants de l’Association Internationale des Travailleurs, c’est-à-dire des socialistes libertaires tels qu’Eugène Varlin, Augustin Verdure ou Benoît Malon81, la seconde génération de ses promoteurs se comptèrent plutôt dans les rangs des réformateurs sociaux. Au lendemain de la Commune, cet « idéal coopérateur » fut repris par jean-Joseph Barberet82, notamment lors des congrès ouvriers de Paris (1876), Lyon (1878) et enfin celui de Marseille (1879) où il fut mis en échec par les collectivistes83. Nommé ensuite chef du service administratif des sociétés professionnelles en 1881 par le ministre de l’intérieur Waldeck-Rousseau, ce même Barberet contribua activement à la rédaction de la loi de 1884 légalisant les syndicats, puis fut à l’origine du décret du 4 juin 1888 « autorisant les sociétés ouvrières constituées sous la forme commerciale à soumissionner les travaux ou fournitures pour le compte de l'Etat ». Disposition réglementaire reconduite et amplifiée six ans plus tard84 qui, comme nous l’avons vu, allait être décisive pour assurer l’existence de l’AOIP. Mais qui, aussi, s’avèrerait contraire au maintien des principes énoncés par ses fondateurs.

  • 85 Point de vue développé notamment dans le chapitre de Fourier, précurseur de la coopération, consacr (...)
  • 86 Des Chambres syndicales ouvrières et des associations coopératives, p.4. Premier des quatre volumes (...)

75Au premier rang des promoteurs du mouvement coopérateur qui connut un essor significatif dans ces premières années du vingtième siècle, il faut citer l’économiste Charles Gide, l’un des intellectuels qui contribua à apporter au « solidarisme » la base théorique qui lui faisait défaut. Auteurs de nombreux fascicules d’économie politique, il y défendit avec constance cette institution sociale comme unique moyen de combiner le principe de la libre entreprise et l’idéal de justice qu’il regrettait de voir trop souvent porter par les seuls socialistes. Ici aussi, « désarmer la révolution » était bel et bien à l’ordre du jour. Comme le personnage de Zola, Gide se revendiqua de l’héritage de Charles Fourier, laissant néanmoins de côté tout ce qui touchait aux passions dans l’œuvre du philosophe bisontin. Une référence à Fourier qui posait certes comme horizon une « abolition du salariat », mais qui évitait cependant de condamner un capitalisme financier auquel Charles Gide conférait une place au sein même du dispositif coopératif85. Sa position était ainsi empreinte d’une réelle ambiguïté. Si c’est à Gide que l’on doit une formule si souvent reprises par les défenseurs de cette institution, à savoir que « Le système coopératif n'est pas sorti du cerveau d'un savant où d'un réformateur, mais des entrailles même du peuple », on pourrait dire que l’usage qu’il se proposait de faire de la pensée de Fourier tendait à délivrer ces « entrailles » aussi bien de leur égoïsme que de leurs pulsions révolutionnaires. Pour Gide la puissance d’édification que conservait le fouriérisme consistait ainsi à armer les coopératives contre le risque de connaître ces deux formes de dégénérescence qu’étaient pour lui : d’une part la constitution de minorité d’ouvriers-propriétaires exploitant leurs frères ; et de l’autre un conservatoire de militants politiques ayant pour seul objectif de contrer la liberté du marché. Une double « perversion » qui se retrouvait pointé dans nombre de textes, jusqu’au rapport rédigé par Isidore Finance en 1899 pour le compte de l’Office du Travail où, analysant l’évolution des sociétés de secours mutuels vers des sociétés de résistance, elles-mêmes progressivement reconverties en coopératives ouvrières de production là où le secteur d’activité le permettait, il divisait ces dernières en deux catégories : « les unes se rattachant à l’idée communiste et les autres, le plus grand nombre, se rapprochant des sociétés commerciales et industrielles ordinaires »86. Pour le disciple d’Auguste Comte qu’était cet ancien peintre en bâtiment devenu comme Barberet, haut fonctionnaire en charge du contrôle des institutions sociales, si les premières ne pouvaient qu’être considérées comme contraires au progrès espéré par cette république née de l’écrasement des Communard, il n’en donnait pas non plus le quitus aux secondes, soupçonnées d’être trop souvent perverties par « par l’égoïsme des coopérateurs qui ne s’occupent que de leur réussite personnelle et oublient la solidarité ouvrière ». Incurie révolutionnaire contre trop forte adaptation des acteurs sociaux aux règles et idéaux du capitalisme… Une bonne part de l’axiologie mis en scène par les solidaristes, auxquels il convient de joindre les « socialistes ministériels » tels que Millerand ou Viviani, ainsi que les diverses composantes du christianisme social, se retrouve dans cette ambiguïté, ce souci de défendre des coopératives ouvrières de production au sein desquelles aucun des quatre principes posés précédemment ne puisse être opératoire. À cette ambiguïté, le sociologue Célestin Bouglé en rajouta une autre. Défendant des positions assez similaires à celles de Charles Gide pour ce qui touchait à la vocation réformiste des coopératives, il leur assigna une autre vertu, à savoir se développer dans une parfaite autonomie vis-à-vis de l’État. Se référant en cela plutôt à Proudhon qu’à Fourier, il s’inspira des arguments défendus par cet autre bisontin dans De la capacité des classes ouvrières pour concevoir un devenir possible de ces « associations dont le travail soit la base » afin de produire « une démocratie industrielle », pourvu que l’autonomie vis-à-vis de l’autorité de l’État demeurât entière. Ambiguïté redoublée, en effet, dès lors que cette autonomie revendiquée constituait une ligne de démarcation, non pas entre révolutionnaires et réformistes, mais au sein même de ces deux tendances.

La coopérative, un instrument paradoxal d’émancipation

76Cette ambiguïté nous renvoie au questionnement par lequel nous avons introduit notre chronique, le rapport entre : d’une part les instruments que nous nous employons laborieusement à créer pour conserver un peu de la force acquise dans la lutte contre toutes les formes d’oppression ; et d’autre part l’État, cette puissance dont le qualificatif de « publique » n’a été au mieux qu’un abus de langage, mais le plus souvent un mensonge éhonté destiné à maintenir la multitude sous la domination d’une classe de privilégiés. Nous l’avons vu avec le cas exemplaire de l’AOIP, dès lors qu’il ne s’agissait plus de sources de financements subsidiaires, mais de l’accès à un marché public d’importance, ce rapport à l’État tend fatalement à placer sous tutelle toute structure associative qui s’y risquerait, quelle que soit d’ailleurs la forme juridique que pourrait revêtir cette sujétion. S’indigner contre un tel phénomène est aussi vain que d’attendre des fonds de pension privés qu’ils aient la moindre préoccupation pour la préservation de l’emploi.

  • 87 Les démocrates assermentés et les réfractaires, p.83, E.Dentu libraire-éditeur. Texte en libre accè (...)
  • 88 Publié en 1913 aux Éditions Giard et Brière, sous le titre complet de La Coutume ouvrière. Syndicat (...)
  • 89 En introduction de La coutume ouvrière, il écrit ainsi : « C’est dès maintenant que le syndicalisme (...)
  • 90 Ouvrier cordonnier, secrétaire de la CGT de 1901 à 1909, il fut avec Émile Pouget le principal anim (...)
  • 91 La contribution de Merrheim, ouvrier mécanicien, à la vie intellectuelle de la CGT a été des plus i (...)
  • 92 La coutume ouvrière, op cit, p.2.

77Reprenant les enseignements de Proudhon qui, en 1863, enjoignait les militants des associations ouvrières à se défier de tout « système de concessions, subventions, protections, garanties et surveillances de l'État »87, la seconde génération de ses disciples, ceux qui furent à la base du syndicalisme révolutionnaire, actifs aussi bien dans la Fédération des Bourses du Travail que dans la toute jeune CGT, appliquèrent à la lettre ce précepte. Pour eux, il était clair qu’une association ouvrière se devait non seulement de préserver sa pleine autonomie vis-à-vis de l’État, mais que c’était de sa capacité à se distinguer de toute autre forme d’institution que pourrait émerger ce « droit prolétarien » dont Maxime Leroy retraça tout à la fois les origines et fondements que les implications politiques dans son puissant essai, La coutume ouvrière88. Sans la volonté de ses membres de déterminer par eux-mêmes les principes sur lesquels fonder leur activité, et ce faisant d’interrompre leur projet si ces derniers ne leur semblaient plus en mesure d’être respectés, une coopérative ouvrière perdrait fatalement tout contact avec cette « révolution morale »89 que constituait pour Maxime Leroy l’avènement d’un syndicalisme d’action directe tel que celui que promouvaient ses amis Victor Griffuelhes90 et Alphonse Merrheim91. Lecteur de saint-Simon et de Proudhon, Maxime Leroy s’opposait à « censeurs étrangers au phénomène syndical »92 qui n’hésitaient à s’en revendiquer dans la perspective de « pacifier les rapports de classe ». S’il demeurait étranger à toute velléité insurrectionnelle, il pensait en revanche que cet héritage intellectuel devait engager à effectuer une prise de pouvoir sur les leviers économiques de la société, dès lors que c’était là, et non pas dans les palais de la république, qu’il convenait d’inventer, d’exercer et de rendre irréfragable ce droit spécifique dont le travail serait la clef et l’organisation ouvrière l’unique garante. D’où cet intérêt pour des coopératives ouvrières de production, véritables laboratoires de ce renversement effectif du pouvoir entre travail et capital.

78Le point de vue du grand géographe et militant anarchiste qu’était Élisée Reclus mérite d’être ici rappelé car il témoigne tout à la fois d’une réelle lucidité sur les ambiguïtés foncières des coopératives, mais aussi sur le potentiel émancipateur dont elles étaient le support. Dans L’évolution, la révolution et l’idéal anarchique, il dressa un constat assez cruel à propos des coopératives qui en ce début de vingtième siècle connaissait un regain d’intérêt :

  • 93 Édition « revue et corrigée » de 1914, la première publication datait de 1902. Éditions Stock, p.27 (...)

79« Sans doute, la plupart de ces associations ont fort mal tourné, surtout parmi les plus prospères, en ce sens que les bénéfices réalisés et le désir d'en accroître l'importance ont allumé l'amour du lucre chez les coopérateurs, ou du moins les ont détournés de la ferveur révolutionnaire des jeunes années. C'est là le plus redoutable péril, la nature humaine étant prompte à saisir des prétextes pour s'éviter les risques de la lutte. Il est si facile de se cantonner dans sa ‘’bonne œuvre’, en écartant les préoccupations et les dangers qui naissent du dévouement à la cause révolutionnaire dans toute son ampleur. On se dit qu'il importe avant tout de faire réussir l'entreprise à laquelle l'honneur collectif d'un grand nombre d'amis se trouve attaché, et peu à peu on se laisse entraîner aux petites pratiques du commerce habituel : on avait eu le ferme vouloir de transformer le monde, et tout bonnement on se transforme en simple épicier. »93

80Appréciation que l’on pouvait retrouver chez nombre de militants révolutionnaires, et que j’aurais moi-même approuvé sans la moindre réserve s’il m’avait été donné de lire ce texte à l’issue des quatre années que j’avais passées à l’AOIP. Le devenir « épicier » du révolutionnaire qui se compromet dans la recherche des marchés propres à assurer la survie de « sa » coopérative… C’était pour moi d’une brûlante actualité ! Mais il est intéressant de noter que si un tel constat avait de quoi être approuvé par les disciples de Marx, il se trouverait dans un même mouvement donner raison à nos « docteurs en paix sociale ». Après tout n’était-ce pas précisément ce résultat qu’ils escomptaient ? Des organisations ouvrières à ce point obnubilées par leur survivance qu’elles en viendraient à devenir un simple rouage de l’État bourgeois. Roberto Michels, dans l’époque où il fréquentait encore les milieux révolutionnaires, écrivit avec justesse que l’acquisition de propriétés immobilières par les syndicats allemands d’avant-guerre, au lieu de les mettre à l’abri contre d’éventuelles répressions, les contraignait plutôt à se montrer docile envers l’État, ceci afin de ne pas risquer que ce patrimoine leur fût confisqué. Une collaboration de classe des « coopérateurs » qui semblerait donc s’imposer naturellement aussi bien aux révolutionnaires qu’à ces pacificateurs, mais qui, comme le montre la suite immédiate de son propos, ne convainquait pas le libertaire Reclus :

  • 94 id, p.281

« Néanmoins les anarchistes studieux et sincères peuvent tirer un grand enseignement de ces innombrables coopératives qui ont surgi de toutes parts et qui s'agrègent les unes aux autres, constituant des organismes de plus en plus vastes, de manière à embrasser les fonctions les plus diverses, celles de l'industrie, du transport, de l'agriculture, de la science, de l'art et du plaisir et qui s'évertuent même à constituer un organisme complet pour la production, la consommation et le rythme de la vie esthétique. La pratique scientifique de l'aide mutuelle se répand et devient facile ; il ne reste plus qu'à lui donner son véritable sens et sa moralité, en simplifiant tout cet échange de services, en ne gardant qu'une simple statistique de produits et de consommation à la place de tous ces grands livres de « doit » et d'« avoir », devenus inutiles. »94

81Et au titre de « cette révolution profonde (qui) n'est pas seulement en voie d'accomplissement (mais qui) se réalise çà et là », Reclus de donner à titre d’exemple ce que nous appellerions aujourd’hui une bourse d’échange de services qui, dans les dernières années du dix-neuvième siècle, fédéra à Montreuil les initiatives les plus diverses avant de subir la répression policière suite aux attentats anarchistes. Pour Reclus qui, dès 1863, avec son frère Élie, avait participé à la création d’une Banque coopérative, la société du crédit au travail, dont le but était d’aider à la création de sociétés ouvrières, ce débordement du système coopératif engageait effectivement un avenir de la société toute entière dans une co-organisation décrédibilisant progressivement l’autorité de l’État.

  • 95 Publié en 1918 par les Éditions Rivière (republié en 1981 par les éditions Slatkine), ce livre, déd (...)
  • 96 La publication de cette brochure où Sorel défendait la primauté de l’action syndicale marqua sa rup (...)

82Une lecture de Georges Sorel, enfin, permet peut-être d’accéder à une approche plus dialectique encore des vertus et limites de ces institutions sociales, dès lors que leur autonomie relève d’autre chose que d’un simple effet d’affichage. C’est effectivement une question qui revient à plusieurs reprises dans les textes que Sorel a rassemblés pour être publiés ensemble dans le volume auquel il a donné le titre de Matériaux d’une théorie du prolétariat95, et notamment dans le premier d’entre eux, L’avenir socialiste des syndicats paru en 189896.

83Afin de traiter cette question des institutions que créaient les militants ouvriers, et notamment des coopératives et mutuelles, déjà décriés par les marxistes orthodoxes, Sorel choisit de partir d’une réflexion de Marx dans les dernières pages de Misère de la philosophie :

84« Les intérêts qu'il (le prolétariat) défend deviennent des intérêts de classe. Mais la lutte de classe à classe est une lutte politique. » 

85Pour Sorel, qui voulait de la sorte attirer l’attention de ses lecteurs sur le verbe devenir, il convenait de se défier de toute forme d’identité naturelle, laquelle justifiée par la seule condition économique, serait susceptible de permettre aux prolétaires d’être acteurs d’une histoire commune.

  • 97 op cit, p.67.

86« Pour transformer la masse chaotique des prolétaires en classe pour elle-même, ajoutait à ce propos Sorel, il y a à effectuer un immense travail de décomposition et de recomposition. Marx pensait que ce travail devait s'effectuer en partant de l'organisation des sociétés de résistance. »97

  • 98 Ibid, p.68.
  • 99 En bon ironiste, Sorel critiquant l’aversion pour les coopératives d’une majorité de marxistes, ajo (...)

87S’appuyant aussi sur la préface du Capital et la Critique du programme de Gotha, Sorel trouvait en Marx une pensée étonnamment assez proche de celle de Proudhon impliquant que le prolétariat devait trouver en son sein, « au moyen de ses ressources propres (de quoi) se créer un droit nouveau »98. Non seulement accéder au niveau politique de la lutte des classes n’impliquait pas qu’on exclût d’emblée les ressources offertes par une action concrète dans le champ du social, mais il y avait là matière à acquérir une expérience propre à armer le sujet, aussi bien pour conduire les luttes du présent que pour bâtir la société de demain. C’est dans ce cadre de ce droit nouveau, créé par le prolétariat lui-même, comme nous l’avons vu posé par Maxime Leroy, qu’il convenait pour Sorel de s’intéresser aux coopératives de production, ne serait-ce qu’en raison de l’occasion qu’elles offraient aux militants de se confronter à « l’épreuve de la pratique (qui) est la véritable épreuve des idées » ; c’est-à-dire de tenir bon sur les principes de base tout en menant de front la direction effective d’une coopérative.99 Une expérience dont Sorel livrait ici ce qui constituait pour lui une condition de possibilité :

  • 100 ibid, p.75.

« Les syndicats peuvent exercer une grande influence sur les coopératives, en les commanditant, surtout au moment de leur formation : il dépend d'eux de les animer de l'esprit prolétarien, de les empêcher de se transformer en simples économats, de faire disparaître tout ce qui rappelle l'association capitaliste. Ce qu'il est essentiel d'obtenir, c'est que les coopératives développent dans la classe ouvrière des notions juridiques nouvelles : les notions de vendeur-acheteur, prêteur-emprunteur, sont celles qui dominent la vie, des travailleurs dans leurs relations avec le boutiquier : qu'elles disparaissent pour faire place à des notions dérivant de la mutualité et de la solidarité. »100

88En 1898, la confiance qu’entretenait Sorel envers un mouvement syndical qui se fixait effectivement comme but une transformation radicale de la société était totale. Vingt ans plus tard, reprenant ses arguments, il y ajouta un codicille lourd de signification :

  • 101 ibid, p.84.

« Estimant que je pouvais me donner dans les notes une liberté que je me refusais pour la révision du texte, J'ai pu signaler dans les notes, les remarquables analogies qui existent entre le rôle des syndicats et celui des personnages que Le Play nommait des autorités sociales. Je n'ai discerné ces analogies que très récemment. »101

89L’association entre « syndicats » et « personnages » évoqués par le très conservateur Le Play, nous renvoie à nouveau sur cette ambiguïté d’une production du social dont l’ancrage dans le camp de l’émancipation demeurerait aléatoire, leur réussite économique signifiant de facto leur défaite politique ; un peu comme ces ordres religieux de l’époque médiévale qui pour conserver la foi n’avaient d’autre ressource que de se maintenir dans un état de pauvreté partagée. Au-delà de cette représentation somme toute un peu trop systématique, il convient de comprendre que, de même que l’opinion de Marx a évolué sur les coopératives entre le moment où ces dernières relevaient pour l’essentiel d’une idéologie proche du compagnonnage et cette autre séquence où elles étaient essentiellement créées par des membres de la toute jeune Internationale, il en alla de même pour Sorel au moment où il reprenait ces textes. S’il demeurait très attaché aux principes sur lesquels s’était fondé le syndicalisme révolutionnaire qui avait prévalu dans les années 1900, au lendemain de la catastrophe que fut la guerre de 14-18, il ne pouvait ignorer comment une partie majoritaire de ce syndicalisme s’était compromis dans la politique de bloc national. La garantie apportée par les syndicats pour maintenir les coopératives de production ne pouvait qu’en être elle-même atteinte. La division du mouvement ouvrier entre communistes et sociaux-démocrates qui contribua à marginaliser cette tendance libertaire fit que cette idée d’autonomie perdit une part importante de son crédit au sein même du mouvement révolutionnaire, renforçant encore l’ancrage réformiste qui en contredisait les principes, jusqu’à échouer pour une part de ses défenseurs dans les arrière-cours du régime de Vichy. L’histoire de l’AOIP à laquelle nous nous sommes attachés étant à la fois tout à fait représentative de cette rupture historique qui vit une espérance rompre, mais aussi d’un mouvement plus profond qui touche aussi à une phénoménologie propre à toute institution ; ou plutôt à cette relation ambiguë entre institution et émancipation

Quelques considérations hasardeuses en guise de conclusion

90Une relation ambiguë, certes, mais fertile aussi pour qui sait ne pas être captif·ve des fétichisations que produit inéluctablement toute forme de théorisation du réel. Il ne s’agit nullement ici de condamner un « sens utopique » qui participe directement, non seulement de notre capacité à critiquer toute forme de domination, mais qui instille en nous une espérance propre à penser les conditions de possibilité d’un tel renversement. La question n’est donc pas de se tenir à l’écart du politique, de se défier de toute forme d’institution contribuant à cette lutte, mais de tenir pour limitée leur capacité à produire une authentique innovation. Ces institutions que nous créons pour conserver à la communauté qui s’est formée au cours du combat sont tout à la fois indispensables, mais en même temps intrinsèquement liées à la séquence historique qui leur a conféré cette fonction de contribution directe à l’émancipation. L’histoire des coopératives ouvrières de production ne dévoile rien d’autre que ce mouvement de respiration par lequel passe l’émancipation, mais sans s’y arrêter vraiment jamais sous peine de se voir étouffée.

91Alors que l’horizontalité contemporaine des structures de lutte tend à reprendre ce modèle des coopératives, il m’a paru intéressant d’en restituer cette généalogie critique sans laquelle l’émancipation est trop souvent condamnée à n’être qu’un slogan publicitaire. Ressaisir les ambiguïtés du sujet prolétarien permet, ici comme ailleurs, de repenser les conditions d’exercice d’une subjectivation révolutionnaire, non pas sous cette dimension quasi-métaphysique de plénitude de l’être-action, mais dans les contradictions qui émergent de toute prise de puissance, et ceci bien en amont des démonstrations convenues, tant critiques qu’apologétiques, dont l’exercice du pouvoir politique est l’unique finalité.

92À ce titre, l’histoire de l’AOIP de sa fondation dans ce moment du syndicalisme révolutionnaire, jusqu’à sa disparition au début des années 2000, les contradictions soulevées au sein du conflit social qui a accompagné son démantèlement, nous permet de mesurer l’importance à accorder à ces principes fondateurs, non pas afin de se croire en mesure d’établir pour toujours des improbables tables de la Loi, mais comme indices d’une évolution dont il convient de rester maîtres, ne serait-ce qu’afin de déterminer à partir de quel moment l’institution créée a perdu son caractère émancipateur. Car c’est bien de cela dont il s’agit, non pas d’idéaliser ou de vouer aux gémonies telles ou telles structures, mais de reconsidérer ce en quoi elles peuvent effectivement participer d’une résistance consciente au capitalisme et, se fédérant les unes aux autres, jusqu’à quel point elles peuvent permettre de penser une transformation globale de la société.

93Comme l’écrivait Sorel :

  • 102 Ibid, p.74

« Sans doute, les coopératives ne sont pas des institutions spécifiquement socia­listes ; elles peuvent même être dirigées dans le but de combattre la propagande socialiste. Mais toutes les institutions présentent le même caractère formel : elles ne sont rien que par ce qu'on met dedans ; mais elles peuvent se prêter plus ou moins à recevoir une semence socialiste ; elles peuvent faciliter ou gêner indirec­tement le mouvement prolétarien. »102

94À cette question : qu’est ce qui permet à un sujet d’émancipation de ne pas être victime des institutions qu’il crée dans l’intention d’acquérir une puissance d’action susceptible de lui permettre de résister à l’oppression, je suis conscient de ne pas apporter de réponses satisfaisantes. À l’image de Simone Weil qui, en clôture de son étude sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, se demande ce qu’il convient de faire lorsque l’on voit que tant de mouvements d’émancipation se transformer en autant de machines oppressives – question à laquelle elle répond qu’on ne peut rien y faire… Sinon tout mettre en œuvre pour y résister ! – il me semble que l’Émancipation est un d’abord un mobile aux deux sens du terme : un horizon de sens et une pratique concrète. Ne pas être attaché·es à nos œuvres, aux maisons que nous bâtissons pour nous garantir contre les retours permanents de l’oppression est une forme décisive d’attention à ce mobile. Nous devons être des nomades, créer là où nous sommes, là où nous luttons des formes par lesquelles notre lutte trouvera, pour un temps donné, tout son sens, et ne pas nous mettre en inquiétude de leur sauvegarde. L’héritage des fondateurs de ces coopératives ne doit certainement pas être perçu au titre des formes qui y ont été ainsi créées, mais dans l’espérance folle qu’ils y ont mise.

Haut de page

Notes

2 Dans cet article, le titre de « socialisme » est utilisé dans une acception large, celle-là même qui a prévalu tout au long du 19ème siècle, couvrant un territoire idéologique allant des possibilistes jusqu’aux anarchistes. Idée de la justice sous-tendue par le rétablissement d’une égalité rompue d’une part, volonté de soustraire le travail à l’oppression salariale d’autre part, en ont constitué les bases unificatrices, là où les modalités de conquête de pouvoir, et de façon plus générale, les conceptions du rapport entre la société et l’État, conduisirent à l’émergence d’écoles divergentes.

3 Réédition de 1879 en libre accès sur le site de la BNF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110190t.

4 Dans Les syndicats et la révolution, publié en 1952 dans Le Libertaire, et republié de façon tout à fait opportune par Éric Losfled en juin 1968.

5 Après quelques cas emblématiques au cours de la décennie précédente, notamment les thés Eléphant et Seafrance, c’est aujourd’hui moins de 5% des créations de SCIC (Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif) et de SCOP (Sociétés Coopératives Ouvrières de Production) qui font suite à des dépôts de bilan.

6 Afin de composer cette chronique, je me suis appuyé sur plusieurs sources.

La première, mes propres souvenirs, notamment pour tout ce qui touche l’épisode de la crise des années 70.

Un ancien ouvrier de l’AOIP, Lucien Varlet, a constitué un site sur l’histoire de la coopérative. Les archives qui y sont versées, dont certaines avaient déjà servi à alimenter un bulletin interne édité par les administrateurs de la coopérative suite au changement de direction de décembre 1979, m’ont été particulièrement utiles

Parmi ces archives se trouve une étude de Danièle Linhart publiée en 1981 L’appel de la sirène, l’accoutumance au travail. En 1975, jeune sociologue, Danièle Linhart avait effectué un stage de plusieurs mois dans les ateliers et bureaux de la rue Charles Fourier.

7 L’action des LIP entamée en 1973, dont l’objet premier était de lutter contre les licenciements suite à un dépôt de bilan, est l’un des mouvements les plus emblématiques de cette décennie si riche en innovations. Elle rejoint ainsi la lutte contre l’extension du camp militaire du Larzac, le mouvement pour la légalisation de l’avortement mené par le MLAC, la lutte des résidents des foyers Sonacotra…

8 Les fameuses 25.000 montres soustraites au stock de l’entreprise et vendues par un circuit militant dans toute la France.

9 Les premiers bâtiments de l’usine mère de la rue Charles Fourier dans le 13ème arrondissement n’avaient été construits qu’en 1907. Après avoir acheté et revendu plusieurs ateliers annexes en proche banlieue, l’AOIP ouvrit une usine à Guingamp en 1966, puis à Morlaix en 1971, ceci dans le cadre du projet de la Datar d’industrialisation des départements l’ouest. Deux usines de moindre importance furent créées à Evry en 1974 et à Béziers en 1975.

10 Comme cela fut le cas pour la section CFDT d’Usinor Dunkerque en 1979.

11 Aux côtés de Jacques Lévy et Jean-Yves Bouilland, avaient participé à la création de cette section Mouloud, un ancien cadre parisien du FLN, Hugues, militant occitan expatrié en terre parisienne, Fernando qui avait quitté le Portugal afin d’éviter d’avoir à porter l’uniforme colonial en Angola et Denise qui avait un faux air de Simone Weil.

12 La participation des dirigeants de la CFDT aux « assises de socialisme » en septembre 1974 a constitué un moment déterminant dans cette conversion du thème de l’autogestion comme couverture d’un réformisme radicalement opposé aux aspirations révolutionnaires déployées après le printemps 68. Jacques Chérèque, secrétaire général de la fédération des métaux, en fut l’un des acteurs essentiels. Il sera nommé préfet délégué de la région Lorraine sous le gouvernement Fabius.

13 Plus d’un demi-siècle après la publication des œuvres de Fourier et de Proudhon, au moment des congrès de l’unité socialiste (Salle Japy en décembre 1899 & salle Wagram en septembre 1900), la Fédération de l’Est représentée notamment par Alfred Marpaux, avait critiqué les velléités centralisatrices et étatiques défendues aussi bien par les révolutionnaires marxistes du POF ou blanquistes du CRC que par des réformistes patentés tels qu’Alexandre Millerand ou René Viviani.

14 La cinquième semaine de congé ne sera établie par décret qu’en 1982.

15 Paul Delesalle qui sera en 1906 l’un des rédacteurs de la charte d’Amiens, est surtout connu pour son activité de militant anarchiste. Proche de Fernand Pelloutier et de Georges Yvetot, son activité militante fut essentiellement consacrée à la fédération des bourses du travail, et ce fut à ce titre qu’il participa à nombre de congrès internationaux. À partir de 1908, il se consacra à l’édition militante. Ami de Georges Sorel, il prit lui aussi fait et cause pour la révolution bolchévique, adhéra au Parti Communiste, mais comme la plupart des anarcho-syndicalistes qui avaient opté pour ce ralliement, le quitta dans un délai assez court.

16 En cette même année 1896, Delesalle représentait encore le syndicat fondateur de la coopérative au congrès de la fédération des bourses du travail.

17 Le premier atelier, localisé 117 avenue du Maine, déménagea deux fois dans ce même quartier, jusqu’en 1907 où la ville de Paris céda à la coopérative les terrains de la rue Charles Fourier où elle conserva son siège jusqu’en 1980.

18 Durée probatoire portée à deux lors d’une révision des statuts en 1909.

19 Et ceci jusqu’à la loi de 1910 rendant obligation l’édition d’un contrat de travail, décision prise contre l’avis de la CGT qui opposait à ce contrat individuel le principe d’un contrat collectif géré par les bourses du travail.

20 Les compagnons de la coopérative réalisèrent ainsi fabrication de douze appareils de projection réversible Joly & Normandin, modèle qui fut injustement incriminé comme ayant occasionné l’incendie du bazar de la charité en 1897. Par ailleurs, Edouard Dolléans, dans le deuxième volume de son Histoire du mouvement ouvrier, attribue à Paul Delesalle la fabrication du premier appareil cinématographique Lumière. Le militant anarchiste étant persona non grata dans la plupart des entreprises commerciales susceptibles d’accueillir cette commande, il est probable, compte tenu de l’engagement de Delessalle dans la chambre syndicale cofondatrice de l’AOIP, que ce fut dans ses ateliers qu’il réalisa ce travail.

21 Dont 164 coopérateurs et 19 « auxiliaires ».

22 Du 22 juin 1899 au 7 juin 1902, dans le gouvernement de « défense républicaine » dirigé par Waldeck-Rousseau.

23 Directeur élu par l’assemblée générale des sociétaires pour un mandat renouvelable de trois ans. Procédure qui sera annulée en 1913, l’assemblée générale conservant néanmoins la capacité de révoquer le directeur.

24 Il optera ainsi logiquement pour la SFIO à l’issue du congrès de Tours.

25 Ce polytechnicien, initiateur des premières statistiques du travail, participa directement aux différents projets engagés par le radical-socialiste Léon Bourgeois, lequel l’associa en 1919 à la création de la SDN, ce qui l’amena à rédiger les statuts de l’Organisation Internationale du Travail.

26 Un soutien qui permit notamment à l’AOIP d’avoir accès au marché de la défense nationale.

27 Il est intéressant à cet égard de souligner que, lors de la crise du 1er décembre 1979 dont il sera question plus loin, lorsque les sociétaires virèrent la direction en place, parmi les plus anciens salariés certains évoquèrent une revanche des communistes sur les francs-maçons.

28 Structure que l’on dirait aujourd’hui hybride, elle portait comme raison sociale le nom de Leroy-Thibault & Cie, et regroupait 18 membres associés, ce statut n’étant pas proposé aux ouvriers embauchés, même de façon régulière. Elle cessa définitivement ses activités en 1870.

29 Sur la philosophie de Buchez, l’essai que lui a consacré Armand Cuvillier en 1948, P.J.B. Buchez et les origines du socialisme chrétien, demeure une source indispensable.

30 Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, le 28 septembre 1864, au Saint Martin's Hall de Long Acre à Londres.

31 Par exemple le soutien accordé aux caisses de secours fut progressivement remplacé par un soutien aux autres associations, c’est-à-dire à un fond d’entraide des coopératives de production.

32 Livre III, cinquième partie, chapitre XVII

33 Congrès de Bourges, tenu en septembre 1904, au cours duquel fut votée la réduction du travail quotidien à 8 heures.

34 À ce congrès, sous l’impulsion d’Emile Pouget, il fut décidé qu’à partir du 1er mai 1906 tous les salariés quitteraient volontairement leur lieu de travail dès ces huit heures effectuées.

35 Cette convention sera signée à nouveau en 1950 entre cette même chambre consultative des coopératives ouvrières et les 4 syndicats qui pouvaient y avoir des représentants, à savoir la CGT, Force Ouvrière, la CFTC et la CNT. À l’AOIP, jusqu’à la création de notre section CFDT oppositionnelle, la CGT est demeurée la seule organisation syndicale.

36 Principe dont on trouve la source chez des penseurs socialistes de 1848 tels que le fouriériste Victor Considérant, Pierre Leroux et évidemment Pierre-Joseph Proudhon

37 À défaut des salaires minimum garantis par convention collective, créés par la loi du 11 février 1950.

38 En référence bien sûr à la nuit du 4 août 1789 qui vit l’assemblée voter l’abolition des privilèges

39 Au contraire des thèses défendues par Louis Blanc dans L’Organisation du travail, thèses envers lesquelles Corbon se montra très critique en raison même de l’implication de l’État qui y était préconisée.

40 Le secret du peuple de Paris, Éditions Pagnerre, 1863, pages 113-114

41 Par exemple par le décret du 16 avril 1871 relatif aux ateliers abandonnés qui devaient être transformés en coopératives de production, décret rédigé par Leo Frankel, un des représentants de la Première Internationale au sein de la Commune.

42 Il était secrétaire de la Fédération communiste Anarchiste Révolutionnaire et proche des Temps Nouveaux de Jean Grave

43 Correcteur d’imprimerie comme tant de militants ouvriers de premier plan, Pierre Monatte avait occupé des fonctions importantes dans la CGT d’avant-guerre. Admirateur de l’œuvre de Fernand Pelloutier, il était proche des dirigeants libertaires de la confédération, et notamment d’Émile Pouget et d’Alphonse Merrheim. C’est à lui que fut confiée la tâche de créer l’organe de presse de la CGT, la Vie Ouvrière. C’est d’ailleurs dans cette fonction qu’il rencontra Alfred Rosmer à qui il abandonna les responsabilités de sa rédaction en mai 1914. Ils se retrouvèrent pour critiquer la politique d’union sacrée et à défendre des positions internationalistes. Après-guerre, Rosmer participa activement à la création de l’Internationale Syndicale Révolutionnaire. Partisan d’une autonomie de cette dernière vis-à-vis de l’Internationale Communiste, il opta néanmoins pour une position de compromis.

44 Ancien militant allemaniste, il participa au congrès d’Amiens où il participa à la tendance défendant l’indépendance des syndicats vis-à-vis des partis. Adhérent du Parti Communiste dès le congrès de Tours, il rejoignit l’AOIP après avoir dû abandonner son emploi dans les docks.

45 Militant communiste du 13ème arrondissement, il y monta une section du Secours Rouge et s’enrôla dans les brigades internationales.

46 Secrétaire de la fédération CGTU des métaux, Marcel Roy se rapprocha progressivement de Pierre Monatte qu’il suivit pour la défense de l’indépendance syndicale. Il joua ainsi un rôle de premier plan dans la réunification syndicale de 1935. C’est en tant que membre du comité national interfédéral qu’il se rapprocha de René Belin qu’il suivit dans les voies de la collaboration, arguant pour cela d’un pacifisme hérité du syndicalisme révolutionnaire. Il resta secrétaire de la fédération des métaux jusqu’à la libération et participa à la rédaction de plusieurs revues vichystes telles que l’Atelier.

47 Jeune militant, Albert Lemire fut incarcéré par les autorités militaires des forces d’occupation de la Ruhr pour avoir mené une action en lien avec de communistes allemands. Il sera exclu du PCF pour avoir pris la défense des exclus de janvier 1925 et rejoignit le cercle communiste animé par Boris Souvarine. Proche de Marcel Roy qui le fit entrer à l’AOIP, il le suivit dans la constitution d’une fédération unitaire des métaux, mais s’en sépara après la défaite de 1940 et, ayant retrouvé son emploi à l’AOIP, il y mena des actions de résistance contre le nazisme.

48 D’origine hongroise, Löffler qui était proche d’Henry Poulaille s’opposa néanmoins à lui concernant cette catégorie d’écrivains prolétariens qui, pour Löffler, ne pouvaient se limiter à témoigner de leur condition, mais devaient aussi manifester dans leurs écrits d’un engagement politique. Militant communiste, Löffler fut un des animateurs de la résistance au sein de l’AOIP pendant la seconde guerre mondiale

49 Mécanicien de formation, spécialisé dans l’outillage de guidage maritime, Maurice Lime fut d’abord militant du Parti Communiste dont il fut exclu en 1936 pour avoir critiqué les procès de Moscou. Proche d’André Gide, il rejoignit néanmoins le PPF de Jacques Doriot qu’il suivit en Allemagne dans les derniers mois de la guerre. Au sein de l’AOIP dont il fut salarié de 1938 à 1942, il occupa les fonctions de secrétaire du conseil d’administration.

50 Cinq ans plus tôt, ouvrier dans cette même usine, il avait été honoré au titre de ses activités comme jeune responsable des FTP.

51 Bernard Jourd’hui perdit son siège de député en1958, puis progressivement toute influence au sein du PCF, tant en raison de divergences politiques que du fait de la perte d’influence de la fédération de Paris liée à la disparition des industries de la capitale. La vente du siège historique de l’AOIP, deux ans après son décès, n’en constituant qu’un ultime symptôme.

52 Il semblerait que les relations entre ces deux jeunes cadres du parti aient été aussi mauvaises que possible, ce qui explique en partie la mise sur la touche de Jourd’hui jusqu’à son éviction du comité central en 1967.

53 À propos de cette école de pensée qui devait son appellation au livre Solidarité, publié en 1896 par Léon Bourgeois, voir Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, ouvrage collectif publié en 1999 aux Éditions de l’EHESS sous la direction de Christian Topalov.

54 De la capacité politique des classes ouvrières, Éditions du Monde Libertaire, 1977, t1, p.105

55 Tout en se limitant à n’occuper qu’une pièce d’un volume réduit là où un bâtiment entier était avant nécessaire

56 Besoin de personnel qui pouvait être divisé par dix pour ce qui concernait l’installation et la maintenance, le secteur des « chantiers » de l’AOIP ayant été le premier à être impacté par les mesures de chômage partiel.

57 Pour l’AOIP, cette part revenait à 10% pour la production elle-même, mais presque au double pour l’installation par sa division « chantiers ».

58 Ce qui explique que le gouvernement Mauroy ne rencontrera aucune difficulté à nationaliser ces deux groupes en 1982.

59 26ème congrès tenu à l’unesco en septembre 1976.

60 Je me souviens qu’une équipe du Nouvel Observateur, après avoir traversé les ateliers, interviewa plusieurs ouvriers. Comme ils avaient demandé que fussent intégrés dans le panel le plus ancien et le plus jeune d’entre nous, c’est au titre de dernier recruté que je fus invité à donner mon point de vue. Mal m’en prit d’accepter et d’y livrer le fond de ma pensée. Non seulement rien ne fut reproduit de mes propos d’alors, mais dans les semaines qui suivirent je dus affronter le ressentiment d’une partie notable des ouvrières de mon équipe, accusé par elles de « m’amuser » à détériorer l’image de la coopérative au moment où son avenir était en jeu.

61 Responsable de la paroisse de Belleville en mai 68, il avait fait partie des prêtres qui avaient pris fait et cause pour le mouvement de révolte, allant jusqu’à remplacer l’office régulier par un équivalent des assemblées générales pratiquées dans les universités et les entreprises en grève.

62 L’une des spécialités de l’AOIP qui rendit son nom célèbre dès l’entre-deux guerres fut la production d’instruments de mesure du type ampèremètre. C’est le seul secteur qui devait survivre jusqu’au rachat en 2003.

63 Initialement dédié à la production de gyrocompas destinés pour une bonne part au marché militaire

64 Production de démarreurs pour moteurs industriels. L’un des seuls secteurs de l’AOIP qui réalisait une part importante de son chiffre d’affaire à l’exportation.

65 Où étaient regroupé·es statutairement les salarié·es des chantiers

66 Avec comme nouveau président, Daniel Fauré qui occupait dans la coopérative les fonctions de cadre commercial

67 Publié dans son édition du 29 décembre 1979

68 Le fait que cette école, destinée à former des ouvriers professionnels, ait été réservée à un personnel exclusivement masculin, comprenant une très faible minorité d’enfants d’immigrés, ne plaide pas pour une vision émancipatrice de l’institution.

69 Recherche qui a donné lieu en 1992 à la publication d’un premier essai, La famine des temps modernes, qui retraçait l’histoire des mouvements de chômeurs lors de la crise de 1882 et leur implication, tant dans l’histoire du mouvement syndical français que dans l’ordre des représentations constitutives des sciences du social alors émergeantes.

70 Pour reprendre le concept si justement mis en lumière par C.B. Macpherson en 1962.

71 Recherches menées dans le cadre d’une direction de programme au Collège International de philosophie, publiées en 2000 sous le titre de Le sujet du chômage.

72 Dans un essai éponyme publié en 1984 par les Éditions Fayard. Le sous-titre, Essai sur le déclin des passions politiques, en donnait la teneur.

73 Je me permets de renvoyer à un article publié à ce sujet en 1989 dans la revue Mil Neuf Cent sous le titre « Les congrès internationaux pour la lutte contre le chômage ».

74 Dans le cadre de ses activités de directeur du Musée Social, cet ancien professeur de philosophie, a ainsi publié plusieurs textes sur le mouvement mutualiste et les coopératives, dont La Coopération, ses bienfaits, ses limites en 1896 et la coopération en France en 1900.

75 Auguste Blanqui, Critique Sociale, tome second, p.130 & 132. 1885, Éditions Felix Alcan

76 Pour reprendre la formulation employée en cette même période par Fregier, préfet orléaniste de la Seine, lorsqu’il publia son essai, Des classes dangereuses dans la population des grandes villes et des moyens de les rendre meilleures, essai dont s’inspira Eugène Sue pour composer ses Mystères de Paris.

77 Fondateur de l’usine de poêles en fonte qui portèrent son nom, Godin, inspiré par les thèses de Fourier, entreprit de créer sur ce modèle le célèbre Familistère de Guise. En 1880, il fit don à ses ouvriers de son établissement qui prit dès lors le statut de coopérative de production.

78 Dernier livre de Zola paru de son vivant en 1901, il était précédé de Fécondité, suivi de Vérité qui sera publié après la mort de son auteur et Justice pour lequel on ne dispose que d’une ébauche. Les personnages principaux de chacun de ces livres étaient les quatre frères Froment, portant chacun le prénom d’un évangéliste. Zola souhaitait se servir de cette quadrilogie pour présenter plus ouvertement ses conceptions politiques.

79 Jaurès donna une conférence accompagnant la publication de ce livre de Zola en mai 1901, conférence publiée le mois suivant dans La Revue Socialiste. S’il y consacrait une place importante à Fourier, il y mobilisa aussi un Marx qu’il désirait délivrer « des parties surannées » de sa pensée jusqu’à le placer dans une sorte de vision consensuelle du socialisme où l’action parlementaire, les engagements municipaux, contribueraient autant à la lutte des classes que l’action des travailleurs.

80 Coopérative de consommation créée en 1844 par l’association des ouvriers tisseurs de cette ville du nord de l’Angleterre.

81 Benoît Malon s’éloigna du mouvement libertaire dans les premières années qui suivirent la Commune, mais créa en 1880 La Revue Socialiste qui accueillit dans ses pages toutes les tendances du socialisme, y compris les anarchistes.

82 Militant républicain sous le second empire, il demeura à Paris sous la Commune tout en ayant démissionné de toutes ses fonctions à partir du 19 mars en désaveu de l’exécution des généraux Lecomte et Clément-Thomas.

83 Léon de SEILHAC, un disciple de Frédéric Le Play, défenseur du mouvement coopératif, a retranscrit l’essentiel de ces débats Les congrès ouvriers de 1876 à 1897, ouvrage publié par le Musée Social.de Paris.

84 Décret du 24 juillet 1894 qui dispensait les coopératives du dépôt de cautionnement et initiait le principe d’une préférence accordée aux dépens des autres soumissionnaires dès lors que la somme réclamée était de même niveau.

85 Point de vue développé notamment dans le chapitre de Fourier, précurseur de la coopération, consacré aux coopératives de production. Ouvrage publié en 1924 par L’Association pour l’Enseignement de la Coopération.

86 Des Chambres syndicales ouvrières et des associations coopératives, p.4. Premier des quatre volumes du rapport publié par l’Office du travail entre 1899 et 1904 sous le titre d’Associations professionnelles ouvrières.

87 Les démocrates assermentés et les réfractaires, p.83, E.Dentu libraire-éditeur. Texte en libre accès sur le site de la BNF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2141336.r=Les+d%C3%A9mocrates+asserment%C3%A9s+et+les+r%C3%A9fractaires.langFR#

88 Publié en 1913 aux Éditions Giard et Brière, sous le titre complet de La Coutume ouvrière. Syndicats, bourses du travail, fédérations professionnelles, coopératives. Doctrines et institutions. Republié en 2007 par les Éditions de la CNT

89 En introduction de La coutume ouvrière, il écrit ainsi : « C’est dès maintenant que le syndicalisme doit créer sa morale, et dès maintenant la vivre, comme dès maintenant il applique quelques-unes de ses règles juridiques et constitutionnelles »

90 Ouvrier cordonnier, secrétaire de la CGT de 1901 à 1909, il fut avec Émile Pouget le principal animateur de ce courant révolutionnaire. Bien qu’ayant été proche de la fraction blanquiste du parti socialiste, il défendit pied à pied l’indépendance de la confédération syndicale vis-à-vis de ce parti et le caractère révolutionnaire de la grève générale.

91 La contribution de Merrheim, ouvrier mécanicien, à la vie intellectuelle de la CGT a été des plus importantes, notamment dans son appréhension des phénomènes économiques. Pendant la première guerre mondiale, Merrheim mena une action importante contre la guerre, participa activement à la conférence de Zimmerwald en 1915

92 La coutume ouvrière, op cit, p.2.

93 Édition « revue et corrigée » de 1914, la première publication datait de 1902. Éditions Stock, p.279-280.

94 id, p.281

95 Publié en 1918 par les Éditions Rivière (republié en 1981 par les éditions Slatkine), ce livre, dédicacé à Paul Delesalle évoqué à propos de la création de l’AOIP, comprenait une série d’articles où se côtoyaient de façon permanente les référence à Marx et à Proudhon. Pour la publication de l’ensemble qui était prévue pour 1914, Sorel l’avait introduit d’un texte théorique d’une trentaine de pages sous forme d’avant-propos. La publication fut reportée à 1918 du fait de la guerre. Sorel se limita alors à y joindre un post-scriptum célébrant « l’aurore de l’ère nouvelle » ouverte par la révolution bolchévique.

96 La publication de cette brochure où Sorel défendait la primauté de l’action syndicale marqua sa rupture avec la branche française du marxisme orthodoxe, et notamment avec les revues l’Ere Nouvelle et le Devenir Social où il avait publié de nombreux articles

97 op cit, p.67.

98 Ibid, p.68.

99 En bon ironiste, Sorel critiquant l’aversion pour les coopératives d’une majorité de marxistes, ajoute : « Qu'arriverait-il donc, si, après la révolution sociale, l'industrie devait être dirigée par des groupes incapables de mener aujourd'hui une coopérative ? » Ibid, p.73.

100 ibid, p.75.

101 ibid, p.84.

102 Ibid, p.74

1 Je venais d’avoir dix-huit ans et étais dépourvu de la moindre qualification ou diplôme, ayant été contraint de quitter le lycée quelques mois avant les épreuves du bac suite à une grève dont j’avais été l’un des animateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Lecerf, « Les déconvenues de la rue Charles Fourier »Variations [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 13 octobre 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/variations/2430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/variations.2430

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search