Navigation – Plan du site
2010

Perte et lutte pour la biodiversité : perceptions et débats contradictoires

Abdourahmane Mbade Séné

Résumé

Face à l’avancée des connaissances scientifiques et aux enjeux de développement de plus en plus opposés entre le Nord détenteur des technologies et des industries et le Sud détenteur des ressources naturelles biologiques se pose le problème de la perception sur les causes de perte de la biodiversité mais également des solutions envisageables pour lutter contre le fléau. Cette recherche s’intéresse donc à ces questions et place au cœur de l’analyse de la problématique de la perte de biodiversité et des solutions adoptées, les questions de justice, d’éthique et d’équité environnementales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/978

Texte intégral

Introduction

1Le concept de biodiversité est apparu au sens propre du terme en 1992, à Rio de Janeiro, lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement. Cependant, dès 1985, Walter G. Rosen crée le mot – en anglais – dans le cadre d’un atelier préparatoire au volet scientifique de la conférence de Rio (Micoud, 2005, p. 21). Le concept va ensuite être lancé dans la communauté scientifique à partir de 1988 grâce à l’ouvrage d’Edward O. Wilson issu de cet atelier et intitulé Biodiversity (Wilson, 1998, 521 p). Plus tard, en 1992, il va connaître son succès planétaire à Rio.

2Sur le plan international, la biodiversité est définie par la CDB (Convention pour la Diversité Biologique) en ces termes :

« La variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie ; cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes » (article 2).

  • 1  La diversité biologique annoncée ici par Klemm et Shine comprend trois niveaux. (1) D’abord, la di (...)

3À partir de cette définition, on peut dire que le concept de biodiversité englobe tous les gènes, espèces, habitats et écosystèmes de la terre, recouvrant ainsi une large palette allant des gènes d’une plante sauvage à la haute mer et à l’Antarctique. Non seulement, cette notion ad hoc s’applique à tous les éléments constitutifs du monde vivant, mais elle implique aussi leur interdépendance complexe1 (Klemm et Shine, 1998, p. 1). La définition de la CDB annonce également deux ruptures épistémologiques par rapport au constat bien connu de la diversité du vivant (Barbault, 2002, p. 55). (i) La première nous maintient dans le champ des sciences de la nature et attire notre attention sur les interdépendances qui existent entre les trois composantes majeures de la diversité du vivant, classiquement abordées séparément par des spécialistes portés à s’ignorer - à savoir d’une part la variabilité génétique, la diversité des espèces et la diversité fonctionnelle ou écologique et d’autre part des généticiens, des systématiciens et des écologues. Dans ce cas, c’est l’idée même de la diversité qui prend de l’importance. (ii) La seconde rupture épistémologique qui est la plus significative nous fait sortir du seul champ des sciences de la nature : le concept de biodiversité n’appartient pas aux seuls biologistes. Il inscrit la diversité du vivant au cœur des enjeux, préoccupations et conflits d’intérêts qui ont vu le jour à Rio et qui expliquent qu’une convention internationale, ratifiée par plus de 180 pays et organisations sous-régionales et régionales, s’impose aujourd’hui aux gouvernements du monde entier pour organiser le développement des connaissances, la protection et l’utilisation durable de la diversité du vivant, ainsi qu’un juste partage des bénéfices qui en découlent. Cet univers conceptuel est bien différent de celui des biologistes intéressés par la diversité du vivant, à savoir son état, ses mécanismes et son rôle dans le fonctionnement des écosystèmes.

Une perception opposée de la perte de biodiversité entre le Nord et le Sud

4Suivant ce cadre d’analyse, deux niveaux de pertes de biodiversité peuvent être repérés : niveau local et niveau global. En effectuant une typologie des acteurs suivant leur perception des causes profondes de la perte de biodiversité, nous pouvons noter que la dégradation de la biodiversité a une origine essentiellement locale selon les États du Nord et les firmes multinationales. Ces derniers mettent donc en cause la pauvreté des populations, l’incapacité et les disfonctionnements des structures administratives et autres institutions étatiques. Pour les États du Sud, les causes sont plutôt à rechercher dans les effets de la mondialisation, notamment, l’extension du marché, le poids de la dette, les modèles de croissance économiques et de consommation non durable…

À l’échelle locale 

5À cette échelle, plusieurs facteurs expliquent la disparition de la diversité biologique (Figure 1). Les exemples qui suivent proviennent du Sud pour mieux traduire les arguments développés par certains acteurs du Nord. Cependant, la disparition de la biodiversité n’est pas confinée au Sud. D’autres phénomènes, comme la surexploitation des ressources naturelles (forestières, halieutiques, etc.), l’introduction d’espèces exogènes, la pollution due aux substances toxiques tels que le plomb, le PCB (polychlorobiphényle) ou le DDT, les changements climatiques et les pluies acides sont autant de facteurs qui peuvent causer des pertes de biodiversité tant dans les pays du Sud que dans les pays du Nord.

6(i) Le développement inadapté, sous forme d’une exploitation industrielle des sols (notamment l’intensification de l’exploitation agricole) et l’utilisation de toutes les terres disponibles dans le but de réaliser des bénéfices économiques. Cela fut le cas de certaines régions du Sénégal, notamment dans la zone du bassin arachidier. Déjà en 1896, fut construite la première ligne de chemin de fer, entre Dakar et Saint-Louis afin de réduire le coût du transport de l’arachide, donc d’étendre sa culture – aux dépens des jachères, donc de l’humus ; et les sols de sable, les Dior, voient leur fertilité diminuer tragiquement, à mesure qu’ils blanchissent. L’augmentation de la population a naturellement entraîné l’accroissement des emblavures de céréales, toujours aux dépens des jachères et des parcours. À cette époque, l’arachide alimentait le budget de la colonie, enrichissait les traitants, qui ne pouvaient importer qu’à mesure de la production d’une culture de rente : qu’importait donc la protection des sols et l’avenir du pays (Dumont et Mottin, 1980, p. 193-194). À son indépendance, en 1960, le Sénégal décide de mettre en œuvre des plans de diversification agricole. Des cultures de céréales, de fruits et légumes, de sucre, de fourrages sont encouragées afin de mettre un terme à la dominance de la dictature arachidière. Mais quatre ans plus tard, le marché commun européen annonce que le prix de l’arachide, qui cessera d’être « protégé », va diminuer de 25 %. La France veille sur ses intérêts en promettant d’accroître en trois ans la production d’arachide de 25 % pour compenser cette baisse et en accordant des crédits uniquement pour cette culture – qui demeure la seule culture dont la commercialisation soit garantie. Les conséquences sont non seulement une baisse de la production moyenne de l’arachide, mais également une accélération de la dégradation des terres et de leurs écosystèmes.

7(ii) Le sous-développement, sous la forme d’une pauvreté largement répandue allant souvent de pair avec une gestion non durable des ressources naturelles. Ce cas est illustré par l’exemple de l’Afrique, caractérisée par la déforestation accélérée sous la triple pression des défrichements pour disposer de nouvelles terres agricoles, de la recherche de pâturages pour les troupeaux et du prélèvement de bois pour les besoins en énergie des populations tant rurales qu’urbaines. Ce phénomène de gestion non durable des forêts touche les pays sahéliens et soudaniens où les ressources forestières sont faibles. Des travaux de recherche de la Banque mondiale faits en 1980 indiquent que, sur 13 pays de l’Afrique de l’Ouest, le prélèvement du bois excède sa production dans 11 pays. Il touche également les pays de forêts. Autour de Kinshasa, la déforestation s’étend sur plus de 180 kilomètres. En Côte d’Ivoire, la forêt couvre au début du siècle plus de 15 millions d’hectares pour ne couvrir que 12 millions en 1956, 9 millions en 1966 et 3 millions en 1985. Les paysans suivent les bûcherons et profitent des pistes ouvertes pour brûler les sous-bois, défricher et cultiver. C’est ainsi qu’en quelques années, la couche d’humus a disparu et, à la place de la forêt tropicale, il ne reste plus que des broussailles, des roches nues et des plaques de latérite : un désert dans des zones d’eau où il tombe deux mètres de précipitations par an, amenant certains auteurs à parler de « ecological bankruptcy » ou de « faillites écologiques » (Giri, 1986, p. 58-59).

8(iii) L’absence de reconnaissance formelle des droits des indigènes ou d’autres populations locales à la propriété foncière, dans de nombreuses zones riches en diversité biologique, empêche ces derniers de pratiquer une gestion durable ou traditionnelle de la terre.

9(iv) Des règles inadaptées concernant l’accès aux « ressources communes » telles que les forêts, les poissons et les espèces sauvages. Ces deux derniers cas de figure sont caractéristiques des États du Sud à riche potentiel de biodiversité mais avec des systèmes de gestion souvent défaillants qui sont à l’origine d’une dégradation énorme des ressources biologiques. En effet, comme l’indique Hardin (1968, p. 1240-1248) à travers son ouvrage « The tragedy of the commons », le défaut d’appropriation engendrée par toutes les formes de propriété commune des ressources, y compris celle de l’État, ne permet pas de garantir une allocation efficace des ressources dont il régit les modalités d’usage. Les formes d’appropriation habituelles dans les pays du Sud, riches en biodiversité, provoquent le gaspillage des ressources, l’utilisation de prix ne reflétant pas la valeur sociale, voire l’absence pure et simple de gestion que seule la propriété privée peut garantir. Elle serait ainsi une cause significative de la perte de la biodiversité faute d’une définition des droits de propriété privée sur les ressources.

À l’échelle globale

10Les causes profondes de perte de la biodiversité, selon les pays du Sud détenteurs de la biodiversité, sont donc à rechercher au plan global où les responsabilités des pays industriels du Nord sont plus lisibles et plus évidentes. À cette échelle d’étude, nous pouvons effectuer une typologie des principales causes d’ordre global de perte de biodiversité (Figure 1), soit :

  • Une croissance dramatique de la population (la population mondiale est passée de 1 à 5 milliards en moins d’un siècle). En effet la « transition » démographique et économique, entamée il y a deux siècles et qui a conduit à cette multiplication par cinq de la population mondiale et par cinquante de la production industrielle a entraîné également une multiplication par cent des pressions sur les ressources naturelles, et par conséquent sur la biodiversité (Theys et Kalaora, 1998, p. 13).

  • Le manque d’incitations économiques pour la conservation des ressources sauvages et/ou l’absence de sanctions punissant leur destruction ou leur utilisation non durable.

  • L’incapacité de l’économie de marché d’attribuer une valeur aux ressources biologiques « brutes », ou de prendre en compte les ressources biologiques dans le calcul du produit national brut (PNB). Tant que les ressources biologiques n’apparaissent pas, ou demeurent sans valeur, du point de vue économique, les décideurs vont préférer inévitablement les bénéfices économiques réalisés à court terme grâce à la transformation d’habitats ou à l’exploitation de ressources, plutôt que le bénéfice à long terme que permet la conservation des ressources naturelles.

  • Les modèles de croissance économique et de consommation non durables qui font disparaître trop rapidement les terres et les autres ressources. Le fait que l’agriculture mondiale repose sur la monoculture – ce qui tend à réduire la conservation des variétés locales et des espèces sauvages cultivées, qui préserve le savoir traditionnel de la population local et indigène et des petits agriculteurs – constitue une menace de grande envergure pour la biodiversité.

  • Le poids du service des dettes et les activités des entreprises transnationales qui sont susceptibles de limiter ou d’imposer des choix en ce qui concerne les possibilités d’utilisation des ressources naturelles représentent d’autres éléments du régime économique international susceptibles de s’opposer à la conservation.

Figure 1. Cartographie des causes locales et globales de perte de biodiversité (Sène, 2008, p. 107)

Figure 1. Cartographie des causes locales et globales de perte de biodiversité (Sène, 2008, p. 107)

11Qu’elles soient locales ou globales, les causes actuelles de perte de biodiversité sont essentiellement dues aux activités humaines. A ce titre, le rapport de l’ONU « Global Biodiversity Outlook 3 »publié en mai 2010 souligne que les 5 principales pressions contribuant directement à l’érosion de la diversité biologique sont la modification des habitats, la surexploitation, la pollution, les espèces exotiques envahissantes et les changements climatiques (Secretariat of the Convention on Biological Diversity, 2010, 96 p). Présentés à la figure 1, les résultats de notre analyse indiquent clairement que, à l’échelle internationale ou globale, l’ensemble des causes de perte de biodiversité proviennent essentiellement de la défaillance des modèles économiques en place que nous pouvons qualifiés de « non durables ». En effet, l’exploitation irrationnelle des ressources naturelles biologiques par l’homme qui entraîne leur perte ne tient donc pas compte des besoins des générations futures. La résolution du problème de perte de biodiversité passe donc par l’adoption de nouvelles règles ou de nouveaux modes susceptibles d’inverser la tendance en pérennisant les ressources naturelles biologiques.

Des controverses face à la lutte actuelle contre la perte de la biodiversité

12De la même manière qu’il y a des controverses sur la perception des causes de la perte de la biodiversité, les débats actuels autour de la conservation de la biodiversité connaissent également des controverses à cause de la complexité de leur objet. Aujourd’hui encore, la mesure de l’érosion de la biodiversité, les seuils au-delà desquels la capacité de résilience des systèmes vivants serait perdue, le rôle fonctionnel de la biodiversité dans la dynamique des écosystèmes et sur les grands équilibres de la planète, les priorités et les outils de la conservation restent mal connus. Les dimensions sociales de la problématique complexifient plus encore la compréhension des tenants et des aboutissants de l’érosion de la diversité biologique (Aubertin et al., 2006, p. 57). Ainsi, des controverses sont notées sur plusieurs points relatifs à la manière d’aborder la lutte contre la perte de la biodiversité.

13La typologie des controverses effectuée par Perrings et Gadgil (2002, p. 5-46) porte sur deux points : le premier point concerne la valeur d’existence octroyée aux espèces en danger. Si les uns pensent que la disparition des espèces est un phénomène historique, les autres attirent l’attention sur le fait que la période récente se caractérise par l’accélération de celle-ci et par une extinction de masse due à la disparition des écosystèmes. Mais les premiers, appelés « utilitaristes », reviennent à la charge en interrogeant les seconds, « conservationnistes », sur leur politique de conservation et sur leur vision alarmiste : « faut-il conserver et que faut-il conserver ? L’humanité a-t-elle besoin de ces ressources dont on ne connaît parfois ni l’importance ni la valeur d’usage ? » (Ibid, p. 5) Le second point de controverse est relatif aux instruments économiques créant les incitations pour conserver la biodiversité. Les questions sur la valeur de la biodiversité et de ses composantes se reportent sur la définition des coûts et des bénéfices liés à l’usage et à la conservation, tant privés que sociaux.

14L’analyse de ces controverses montre que le fond du problème réside dans le fait que la biodiversité est à la fois un bien public local et global. Autrement dit, sa conservation possède à la fois une dimension locale et une dimension planétaire. Suivant l’échelle où l’on se trouve, les enjeux et les intérêts de conservation ou d’utilisation de la biodiversité diffèrent. Perrings et Gadgil indiquent qu’à l’échelle locale, l’usage des milieux a plus de valeur pour les populations locales que leur simple conservation :

« L’analyse des différents cas de conservation de la biodiversité des espaces révèle, sauf exception, qu’elle est toujours inférieure à la valeur des mêmes espaces utilisés pour d’autres usages. Dans le cas des forêts naturelles par exemple, la conversion vers l’agriculture ou l’élevage fournit toujours une valeur d’usage plus élevée, en tenant compte du fait que ne sont estimées ni la valeur globale des services (stockage de carbone), ni la valeur locale des services qui ne sont pas appropriables (protection contre l’érosion). » (Ibid, p. 6).

15Par ailleurs, la conservation de la biodiversité dans les pays du Sud (où se concentre l’essentiel de la ressource) au travers de la limitation des défrichements et des activités de cueillettes comme le rapporte Sylvie Brunel (2005, p. 342) fait courir, non seulement, le risque d’une fragilisation accrue de l’économie paysanne des populations locales des campagnes mais profite aux acteurs extérieurs à ces milieux tels que l’élite citadine qui trouve des emplois bien rémunérés dans l’essor bureaucratique du secteur environnemental et dans la multiplication des ONG, et également aux acteurs étrangers des pays du Nord qui, à travers l’environnement, pourraient tirer profit dans l’avenir du potentiel pharmaceutique et agronomique de cette riche biodiversité. Ainsi, la question posée sur le premier point de controverse, à savoir « est-ce qu’il faut conserver la biodiversité ? » appelle des réponses qui diffèrent voire qui s’opposent en fonction des perceptions de l’usage et des services de la biodiversité.

Conclusion

16En devenant une source potentielle de revenus, la biodiversité a suscité une convoitise similaire aux rivalités qui existent dans le contrôle de l’accès aux ressources naturelles stratégiques dans le monde (mines, pétrole, charbon…). La question de la biodiversité s’inscrit ainsi dans une problématique mondiale qui intéresse des acteurs très diversifiés au poids économique et politique et au pouvoir de négociation extrêmement variés : firmes multinationales, États, instituts de recherche, agences des Nations-Unies, ONG, peuples indigènes et communautés rurales de pays du Sud (Boisvert, 2001, 21 p). Et comme le souligne cette recherche, dans une perspective géostratégique générale de contrôle des ressources, la question de la biodiversité prend la forme d’une controverse politico-économique aux enjeux particulièrement importants pour les relations Nord/Sud. En effet, les ressources biologiques sont inégalement distribuées sur la planète. Elles se trouvent en abondance dans les États situés dans la zone intertropicale humide. Cependant, ces États sont dépourvus des équipements technologiques, des industries de biotechnologies qui font la réputation des pays industrialisés. En revanche et contrairement aux pays en voie de développement, les pays industrialisés ne disposent pas d’une grande variété de ressources biologiques. Cette dichotomie engendre des lectures divergentes de la problématique de la biodiversité sur la scène internationale. D’une manière générale, ce papier indique que des controverses apparaissent entre les différents protagonistes sur les causes de la dégradation de la ressource, sur les conditions d’accès aux ressources génétiques et à leurs produits dérivés et sur le partage des bénéfices qui sont associés à leur exploitation.

Pour réagir à ce texte

17visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/​978

Haut de page

Bibliographie

Aubertin, C., J.-C. Hourcade, et F.-D. Vivien, 2006, « Les conventions sur le climat et la diversité biologique : instruments de coordination internationale ». In Aubertin, C. et F.-D. Vivien (Eds), Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux. Paris, Ed. IRD, p. 57.

Barbault, R., 2002, « La biodiversité : un patrimoine menacée, des ressources convoitées et l’essence même de la vie ». In Barbault, R., A. Cornet, J. Jouzel, I. Sachs et J. Weber, (dir. de), Johannesburg, Sommet Mondial du Développement Durable 2002 : Quels enjeux ? Quelle contribution des scientifiques ? Paris,Ministère des affaires étrangères française – ADPF (Association pour la Diffusion de la Pensée Française), p. 55.

Boisvert, V., 2001, « Les faces cachées de la mondialisation. Le débat sur les droits de propriété intellectuelle dans les négociations sur la diversité biologique ». In Journée d’étude « Regards critiques sur les enjeux de la mondialisation », Paris, 21p.

Brunel, S., 2005, « Priorité aux hommes ! Le développement durable en Afrique ». In Gauchon, P. et C. Tellenne (Eds), Géopolitique du développement durable, Rapport Antheios, Collection Major, Puf, p. 342.

Dumont, R. et M.-F. Mottin, 1980, L’Afrique étranglée. Paris, Ed. Seuil, p. 193-194.

Giri, J. 1986. L’Afrique en panne, vingt-cinq ans de développement. Paris, Ed. Karthala, p. 58-59.

Hardin, G., 1968, « The tragedy of the commons ». Science, N° 162, p. 1240-1248.

Klemm, C. et C. Shine, 1998, Droit international de l’environnement : diversité biologique. Genève, Suisse : UNITAR, p. 1.

Micoud, A., 2005, « La biodiversité est – elle encore naturelle ? ». Paris, Écologie et Politique, N° 30, p. 21

Perrings, C. et M. Gadgil, 2002, « Pour une protection efficace et équitable de la biodiversité », Les séminaires de l’Iddri, n° 1, p. 5-46.

Secrétariat de la convention sur la diversité biologique, 2010. Global Biodiversity Outlook 3,

Montréal, 94 p

Sène, A.M., 2008, « Des institutions internationales à l’action locale : à quelles échelles le développement durable est-il efficace ? Le cas des équipements structurants dans le bassin versant du fleuve Sénégal ». Thèse de Doctorat en Géographie, Université Joseph Fourier, Grenoble, 588 p. [En ligne] : http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/41/37/31/PDF/THESE_SENE.pdf

Theys, J. et B. Kalaora, 1998, « Quand la science réinvente l’environnement ». In Theys, J. et B. Kalaora, (dir. de), La terre outragée, Paris, Ed. Diderot Multimédia, p. 13.

Wilson, E.O., (Ed.), 1998, Biodiversity. Washington D.C., National Academic Pr

Haut de page

Notes

1  La diversité biologique annoncée ici par Klemm et Shine comprend trois niveaux. (1) D’abord, la diversité génétique qui fait référence à la diversité du pool génétique au sein d’une même espèce. Il est en effet essentiel de maintenir la capacité de chaque espèce à évoluer et à s’adapter aux circonstances qui varient. Certaines espèces végétales comportent plus de 400 000 gènes. (2) Ensuite la diversité des espèces qui désigne la diversité entre les espèces, c’est-à-dire entre toutes les espèces de flore sauvage et cultivée, de faune sauvage et domestique et entre les autres organismes qui existent au sein d’un habitat ou écosystème donné. (3) Enfin, la diversité des écosystèmes qui signifie l’aire de répartition des habitats naturels au sein desquels une variété d’espèce évolue. Chaque type d’habitat connaît des conditions écologiques spécifiques auxquelles différentes espèces sont spécifiquement adaptées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cartographie des causes locales et globales de perte de biodiversité (Sène, 2008, p. 107)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdourahmane Mbade Séné, « Perte et lutte pour la biodiversité : perceptions et débats contradictoires », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 25 novembre 2010, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/10358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.10358

Haut de page

Auteur

Abdourahmane Mbade Séné

Chercheur, Groupe de recherche sur les espaces festifs, Département de géographie, Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succursale Centre-Ville, Montréal (Québec) Canada, courriels : sene.abdourahmane_mbade@courrier.uqam.ca / amsenea@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page