Navigation – Plan du site
2010

Anticiper pour s’adapter : Le nouvel enjeu du changement climatique

Pearson Education France, 2010, 204 pages
Virginie Larivière
Référence(s) :

Laurence Tubiana, François Gemenne, Alexandre Magnan, Anticiper pour s’adapter : Le nouvel enjeu du changement climatique, Pearson Education France, 2010, ISBN : 978-2-7440-6424-1, 204 pages.

Texte intégral

1C’est en prenant position dans le contexte de la lutte au changement climatique que Laurence Tubiana, François Gemenne et Alexandre Magnan abordent la question de l’adaptation. Issus de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), les trois co-auteurs du livre Anticiper pour s’adapter, Le nouvel enjeu du changement climatique, prônent une mobilisation sociétale et politique en vue de planifier l’adaptation. Sans bouder les stratégies d’atténuation des gaz à effet de serre (GES), les auteurs postulent que la rapidité à laquelle se manifeste le changement climatique impose l’option de l’adaptation comme celle du réalisme et de l’évidence. Ils suggèrent ainsi qu’en parallèle d’une lutte pour la réduction des GES, la communauté internationale et les communautés nationales optent pour une planification proactive de l’adaptation. Destiné à un large public, cet ouvrage aborde la question de l’adaptation en trois temps : celui de la théorie, de la politique, puis de sa mise en œuvre.  

2La première partie expose, en trois chapitres, les contours théoriques et conceptuels de l’adaptation. Le premier chapitre présente le débat « atténuation/adaptation » qui caractérise les discussions internationales sur le climat. Il situe l’adaptation dans un contexte empreint d’urgence, qu’imposent le rythme effréné du changement climatique et l’irréversibilité de ses impacts. Envisagée comme un processus évolutif plutôt que comme un état d’équilibre fixe, les auteurs avancent que l’adaptation est porteuse d’une dimension temporelle importante, laquelle est caractérisée par l’incertitude scientifique de l’évolution du climat. Selon les auteurs, l’adaptation se décline en deux composantes : l’anticipation et la résilience. Si la dernière concerne la capacité de se remettre d’impacts non-prévus, la première concerne la capacité humaine de prévoir les perturbations futures afin d’en limiter la portée. Elle implique, selon les auteurs, un engagement présent pour le futur.

3À cet égard, le deuxième chapitre fait le survol des impacts attendus du changement climatique. S’il présente ces derniers de façon sectorielle –sol, air, eau –, il expose également les « chaînes d’impacts » que ces derniers auront sur les ressources, les sociétés et les activités humaines.

4La question des inégalités entre pays face à ces impacts y est également soulevée et amène les auteurs à discuter du concept de vulnérabilité au sein du troisième chapitre. Ce dernier amorce la discussion sur l’inadéquation des liens trop souvent fait entre vulnérabilité et développement, discussion à laquelle les auteurs consacrent le cinquième chapitre. Ils présentent ensuite, plutôt rapidement, les enjeux épistémologiques et temporels liés au concept de vulnérabilité. Le chapitre se conclut sur les facteurs d’influence de la vulnérabilité. Ces derniers relèvent tant d’éléments géographiques et biophysiques, du contexte socio-économique, politique que du niveau de cohésion social.

5Également divisée en trois chapitres, la deuxième partie du livre, L’adaptation comme objet politique, fait le portrait de cet objet sur la scène internationale. Les auteurs avancent que les fondements politiques en faveur de l’adaptation, s’ils sont désormais inscrits dans les négociations internationales sur le climat, n’arrivent pas à résoudre la question éminemment politique de son financement et de sa mise en œuvre. Ce sont essentiellement ces dimensions qui sont discutées dans cette section.

6Son premier chapitre présente la « montée en puissance progressive » de l’adaptation à la table des négociations internationales. À cette table, la dimension politique de l’adaptation prend place au sein de relations inégales entre pays développés et pays émergeants, grands émetteurs de GES, et pays en voie de développement, souvent les premières victimes du changement climatique et les plus petits émetteurs de GES. Les enjeux que cette situation soulève sont notamment celui du régime international le plus approprié à la mise en œuvre de l’adaptation ainsi que celui de son financement. Les auteurs avancent que ces questions doivent s’envisager sous trois perspectives : celle des instruments financiers, celle de la gouvernance des fonds et celle du système d’assurance contre les risques climatiques.

7Le cinquième chapitre pose la question de savoir si l’adaptation est le nouveau nom du développement. Si les auteurs accordent de grandes ressemblances entre les deux enjeux, ils jugent également erroné le postulat qui veut que l’adaptation ne soit qu’un niveau de développement et de richesse. Il importe donc de préciser les spécificités de l’adaptation par rapport aux enjeux de développement, sans quoi, avisent les auteurs, l’adaptation, considérée comme projets de développement, pourrait mener à des maladaptations importantes. La question du financement est ici aussi matière à débat en ce que l’intégration de l’adaptation au développement n’engendre pas la création d’un fond dédié uniquement à l’adaptation, ce que les pays en développement revendiquent généralement.

8Le sixième chapitre aborde les problèmes de financement de l’adaptation. Il s’amorce sur la difficulté d’en évaluer le prix et d’en répartir la facture entre responsables et premières victimes du changement climatique. Au cœur de la question du financement de l’adaptation se trouvent la difficile conciliation et l’évidente iniquité entre pays industrialisés, émergeants et en développement. Quelle soit monnaie d’échange, dette climatique, ou élément du développement, l’adaptation est alimentée par la brûlante question de l’équité. Le chapitre présente les mécanismes financiers par lesquels l’adaptation est actuellement soutenue : programmes d’action national sur l’adaptation (PANA), Fonds spécial du CCUNCC, Fonds de l’adaptation issus du protocole de Kyoto et Fonds du Copenhague Green Climate Fund. Il aborde également la question des transferts de fonds et le débat – entre logique rétributive et logique distributive – qui lui est lié.

9La troisième et dernière partie aborde la mise en œuvre de l’adaptation, à l’échelle nationale et communautaire. Le septième chapitre se consacre au rôle de l’État et des politiques publiques, des joueurs incontournables de l’adaptation affirment les auteurs. Ces derniers traitent de la question étatique de façon sectorielle entre pays les moins avancés (PMA), pays en développement et pays industrialisés. Le recours aux exemples concrets illustrent les propos des auteurs sur l’importance de l’État : les PANA de quelques PMA sont présentés ainsi que les plans d’adaptation des pays en développement, notamment la Tunisie et le Maroc, et industrialisés tel que la France et son plan canicule. Le chapitre se termine sur les enseignements à tirer des politiques de prévention des catastrophes naturelles développées à l’aube des années 1980.

10L’adaptation déployée à l’échelle locale est l’objet du huitième chapitre. Les approches de Community Based Adaptation et d’Ecosystem Based Adaptation y sont d’abord sommairement présentées. Les auteurs présentent ensuite, à l’aide de cas réels, des stratégies permettant d’améliorer la résilience de la communauté d’une part et d’anticiper les changements environnementaux d’autre part. Le repli stratégique est abordé en fin de chapitre. Les deux derniers chapitres du livre s’ouvrent sur des questions : celle de savoir si la migration climatique est un échec de l’adaptation et celle de savoir si le tourisme est un secteur particulièrement vulnérable. Si ces deux chapitres sont courts et abordent plutôt rapidement des problématiques qui valent à elles seules de nombreux ouvrages, ils ont l’intérêt d’en présenter les grandes lignes.

Anticiper pour mieux s’adapter, Le nouvel enjeu du changement climatique
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10361/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Larivière, « Anticiper pour s’adapter : Le nouvel enjeu du changement climatique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 29 novembre 2010, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/10361

Haut de page

Auteur

Virginie Larivière

Étudiante à la maitrise à l'Institut des sciences de l'environnement, Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page