Navegação – Mapa do site
2011

Ruralité, urbanité et milieux transitionnels : l'aménagement et le développement à l'épreuve de la nature des territoires

Colloque thématique organisé dans le cadre du 79e Congrès de l’ACFAS, 10 et 11 mai 2011, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada

Depuis 1993, se tient dans le cadre du  Congrès de l'ACFAS un rassemblement annuel de  scientifiques actifs dans le domaine du  développement territorial et des sciences régionales. Le colloque (624) de la section Développement régional de l’ACFAS 2011 est organisé par le CRDT (Centre de recherche sur le développement territorial – UQAC-UQARUQAT-UQO). Cet événement est sous la responsabilité de :

  • Martin Simard / CRDT et Université du Québec à Chicoutimi ;

  • Marie-José Fortin – CRDT et Université du Québec à Rimouski ;

  • Danielle Lafontaine – CRDT et Université du Québec à Rimouski ;

Problématique et enjeux du colloque

Qu’on le qualifie de retour de l’espace ou de tournant géographique, la réhabilitation du concept de territoire en sciences humaines et dans le champ des sciences environnementales est un mouvement de fond. Naguère associé au déterminisme, le territoire est maintenant jugé apte à porter un éclairage intéressant sur la sphère sociale, notamment dans l’optique du développement  durable. Ce mouvement ramène à l’avant scène les recherches et pratiques liées au courant de l’aménagement, du développement territorial et de la science régionale. Cependant, les concepts fondamentaux d’espace et de territoire demeurent polysémiques. De plus, les dimensions « urbaine » et « rurale », auxquelles l’on réfère fréquemment, se révèlent fort mal définies lorsque l’on passe du sens commun à l’analyse scientifique.

Il s'agit donc de nous questionner sur la territorialité des sociétés contemporaines, en particulier ce que sont la ruralité et l'urbanité et de chercher à saisir si ces concepts sont encore pertinents aujourd'hui. Au-delà des questions étymologiques ou épistémologiques, nous tenterons de comprendre quelles sont les recompositions et les mutations territoriales et environnementales actuelles.  En outre, l’évolution  des rapports urbains ruraux et la formation de milieux transitionnels, lesquels posent des défis de catégorisation, seront abordés? Le thème pourra aussi se décliner par des exemples de dynamiques ou de projets en milieu rural  ou urbain qui révèlent des phénomènes socioéconomiques ou politiques qui témoignent de la nature des territoires.

Les questions suivantes permettent de cerner plus précisément le champ couvert par la problématique du colloque :

  • -Qu’est-ce que l’urbain à l’heure où les modes de vie sont marqués par la mobilité et où les villes sont dominées par les espaces de faible densité de type banlieue pavillonnaire ?  

  • Qu’en est-il des milieux ruraux à l’ère de  la métropolisation, de l’expansion de la

  • villégiature et des grands complexes récréo-touristiques ?

  • Les catégorisations binaires ont-elles toujours leur pertinence ou doit-on décliner l’urbain et le rural selon de multiples degrés d’intensité ?  

  • Les différences entre les régions centrales et périphériques transcendent-elles les oppositions traditionnelles entre la ville et la campagne ou se juxtaposent-elles ?  

  • Comment s’inscrivent les villes petites et moyennes dans ce contexte, ont-elles un rôle particulier à jouer ?  

  • Y a-t-il des dynamiques sociales, économiques ou politiques originales qui persistent ou se configurent en fonction de ces milieux ?  

  • Existe-t-il des enjeux ou des défis de durabilité spécifiques aux espaces urbains ou ruraux ?  

  • Y a-t-il des tensions, conflits ou collaborations qui prennent forme entre des populations anciennes ou nouvelles qui cohabitent ?  

  • Les inégalités sociales et économiques (incluant la santé ou l’éducation) se façonnent-elles encore sur la base d’une dualité spatiale ?  

  • Comment évoluent les représentations mutuelles des urbains et des ruraux face à l’autre ?  

Structuration du programme

Le colloque se tiendra sur une période de 2 jours, soit mardi et mercredi les 10 et mai 2011. Celui-ci sera structuré autour de 4 à  5 conférences d’ouverture ainsi que de blocs thématiques comportant des séances simultanées sur des thèmes plus spécifiques, séances qui rassembleront chacune de 3 à 5 communications. Notons également la tenue d’un cocktail de colloque avec lancement de livres et revues (5 à 7 de fin de 1ère journée).

Proposition de communication

Les chercheurs, enseignants, étudiants et praticiens qui sont intéressés à présenter une communication orale au colloque de la section Développement régional en mai prochain sont invités à soumettre une « proposition de communication ». Les propositions peuvent provenir de personnes formées ou œuvrant dans des disciplines variées : aménagement et développement régional, économie, géographie, sociologie, urbanisme ou autre. La date limite pour soumettre une proposition de communication est : le 20 janvier 2011. Les propositions de communication doivent être envoyées par courriel à : mgsimard@uqac.ca

Les propositions de communication doivent être accompagnées de l'inscription au Congrès de l’ACFAS, qui se fait en ligne. L'inscription donne le droit d'assister aux activités d'autres colloques qui se tiennent dans le cadre de l’ACFAS ainsi qu’à un abonnement à la revue de l’organisme.

Modalités d’inscription et de transmission des propositions

1- Se rendre sur le site du Congrès de l’ACFAS 2011 pour connaître tous les détails de l’inscription obligatoire (tarifs, conditions, etc.) et procéder à cette inscription. Adresse : http://www.acfas.ca/congres/2011/pages/inscription.html

Il faudra aussi vous ouvrir un « compte d’utilisateur » en inscrivant votre courriel et un mot de passe de votre choix. Cela permettra ultérieurement aux organisateurs de saisir votre proposition sur le site web de l’ACFAS. Adresse : http://www.acfas.net/membre/membre.php?referer=inscriptionGeneral

2- Soumettre aux organisateurs du colloque, d’ici  le 20 janvier 2011, votre proposition de communication complète, à l’adresse courriel : mgsimard@uqac.ca.  

3- Format attendu :

  •  Coordonnées complètes du premier auteur : Nom, prénom, statut, institution de rattachement, adresse professionnelle, adresse personnelle, numéros de téléphone, courriels

  • Titre de la communication : Maximum de 180 caractères, espaces compris

  • Auteur(e) et coauteur(es) : Nom(s), prénom(s), statut, institution de rattachement, courriel

  • Résumé de la communication : Maximum de 2 500 caractères, espaces compris. Le résumé doit contenir des informations sur la problématique, les objectifs, la méthodologie et les résultats réels ou appréhendés de la recherche.

Comité scientifique et d’arbitrage du colloque

Les membres du comité organisateur du  colloque agiront également comme membres du comité scientifique et d’arbitrage. Ils pourront s’adjoindre d’autres personnes, selon les besoins.

Possibilité de publication des textes

Les conférenciers qui le désirent pourront soumettre un texte issu de leur conférence, au cours de l’été 2011, en vue d’une publication sous forme d’ouvrage collectif ou de numéro spécial de revue. Des informations supplémentaires seront fournies dans les prochains mois. Toutefois, prenez note qu’une participation au colloque ne constitue pas un engagement de publication de la part des organisateurs car les articles soumis seront évalués par un comité de lecture.

Renseignements

Martin Simard, Ph.D OUQ - Responsable principal, Professeur et directeur du module des sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi, 555, Boul. de l'Université, Saguenay, Québec, Canada (G7H 2B1), Téléphone : 418-545-5011 / 5679, Télécopieur : 418-545-5012