Navigation – Plan du site
2011

Éducation et développement durable dans les universités et les cégeps, une nécessaire intégration

Colloque thématique organisé par l’Observatoire de l’environnement et du développement durable (OEDD) et l’Institut de recherche sur les pratiques éducatives (IRPÉ) dans le cadre du 79e Congrès de l’ACFAS, 12 mai 2011, Université de Sherbrooke/ Université Bishop’s, Sherbrooke, Québec, Canada

Le développement durable (DD) touche tous les acteurs et secteurs d’activités et concerne autant la façon de mener ces activités que les activités elles-mêmes. Le secteur de l’éducation est particulièrement sollicité et s’engage peu à peu en ce sens. En témoigne la décennie 2005-2014 des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable (EDD) qui vise tous les aspects de l’éducation et de l’apprentissage. Les ministères de l’Éducation autant que les universités et collèges adoptent pour leur part des politiques visant autant l’intégration du développement durable à la formation des élèves qu'à celle des étudiants postsecondaires (Manitoba, Angleterre, Australie, Finlande).  

Depuis une vingtaine d’années, plusieurs organisations œuvrant en éducation relative à l’environnement principalement au primaire et au secondaire ont émergé au Québec tels les Établissements verts Brundtland ou l’Association québécoise pour la promotion de l’éducation relative à l’environnement. Le renouveau pédagogique intègre par ailleurs différentes notions relatives au développement durable alors que le plan d’action de développement durable du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport vise notamment à ce que les réseaux d’éducation intègrent le développement durable à la formation des jeunes. Une nouvelle génération d’élèves plus sensibilisés aux enjeux de développement durable est donc aux portes des cégeps et des universités québécoises. L’une des responsabilités de ces institutions postsecondaires est de former des spécialistes de l’environnement et du développement durable. Ce colloque se penchera toutefois sur la responsabilité de former des citoyens responsables et surtout, des professionnels de tous les domaines intégrant les principes, valeurs et pratiques du développement durable à l'exercice de leur profession.  

L’intégration du développement durable à la formation postsecondaire s’est jusqu’à présent surtout traduite par une forte croissance de la formation spécialisée en environnement et en développement durable depuis une trentaine d’années. Au cours des dix dernières années, quelques écoles de sciences et technologie ont fait un pas de plus en visant l’intégration du développement durable à l’ensemble de leurs programmes (voir l’Université de technologie Chalmers en Suède, la Polytechnique de Catalogne enEspagne ou l’Université technologique de Delft aux Pays-Bas). L’Université de Sherbrooke et l’Université Laval viennent de s’engager à intégrer le développement durable à l’ensemble de leurs programmes de baccalauréat, défi d’autant plus grand que ces institutions abritent de nombreuses facultés de diverses disciplines. Le Cégep de Sherbrooke s’inscrit également dans cette lignée en visant l’ensemble de ses programmes. L’Université de Sherbrooke, l’Université Bishop’s ainsi que les Cégeps de Sherbrooke, Drummondville, Granby, Victoriaville et le Collège Champlain de Lennoxville mènent conjointement un projet visant l’intégration du développement durable à leur offre de formation.  

L’intégration du développement durable à la formation postsecondaire est un tout nouveau champ de recherche, surtout développé en Europe (voir Cotton, Ferrer-Balas, Jones, Jucker, Holmberg, Mulder, Summers notamment), en Océanie (Cusick, Ferreira et Hurlimann) et aux États-Unis (voir Chase et Rusinko). Ces recherches portent par exemple sur les facteurs de succès et les défis à intégrer l’EDD aux études supérieures, sur les formules pédagogiques, alors que d’autres portent spécifiquement sur l’EDD relativement à une discipline (génie, administration ou éducation). Quelques chercheurs canadiens (Jickling) et québécois (Boutet, Orellana, Sauvé, Villemagne) se penchent aussi sur d’autres aspects del’EDD et de l’éducation relative à l’environnement (ERE).

Objectifs du colloque

Ce colloque convie les chercheurs en éducation, en  développement durable ou d’autres disciplines à réfléchir à l’intégration du développement durable  à la formation postsecondaire. L’objectif est de permettre le développement d’une expertise de recherche et de pratique en EDD spécifique au système d’éducation postsecondaire québécois et apte à contribuer au défi que se sont donné certains cégeps et universités québécois en matière d’EDD.  

Questions auxquelles ce colloque vise apporter une contribution :

  • Pourquoi et comment définir l’EED au sein des institutions postsecondaires ? Quelles sont les visées poursuivies?

  • Quels sont les rôles et les stratégies des institutions postsecondaires pour former des citoyens et professionnels intégrant les principes, valeurs et  pratiques du DD? Quelles sont les stratégies pour l’intégration du DD dans les programmes de formation au niveau postsecondaire?

  • Quelles sont les connaissances à acquérir et les compétences à développer chez les étudiants des cégeps et des universités dans le cadre de l’EDD? Comment les définir et les évaluer?

  • Quels sont les dispositifs, démarches et situations d'enseignement-apprentissage soutenant les apprentissages des étudiants et le développement de leurs compétences dans le domaine de l’EDD?  

  • Dans quelles mesures une approche interdisciplinaire des savoirs transmis dans une éducation au développement durable peut-elle enrichir et soutenir les situations d'enseignementapprentissage? Comment favoriser une approche interdisciplinaire de l’EDD considérant les structures disciplinaires des établissements d’enseignement?

Pour soumettre une proposition de communication

Soumettez votre proposition de communication de 500 mots par courriel à andre.lavoie@usherbrooke.ca avant le  25 JANVIER 2011. Veuillez inclure les coordonnées complètes de l’auteur ou des auteurs et indiquer le nom de la personne qui fera la communication. Le comité du colloque transmettra une réponse aux auteurs le 30 janvier 2011.  

Les auteurs des propositions de communication retenues seront invités à transmettre une version intégrale de leur communication avant le 31 mars 2011 (7 500 mots maximum incluant la bibliographie).

Pour information

Karine Godbout, Conseillère pédagogique en DD, Courriel : karine.godbout2@usherbrooke.ca

819 821 8000 p. 61270

Mélanie Drouin, Conseillère pédagogique en DD, Courriel : melanie.drouin@usherbrooke.ca

819 821-8000 p.61278

Condition de participation

Inscription obligatoire au Congrès de l’ACFAS : http://www.acfas.ca/congres/2011/pages/inscription.html