Navigation – Plan du site
2011

La biodiversité dans les carrières, une réalité ? Avis des associations naturalistes

Le cas des sablières en Bretagne
Anaïs Guérin Chapel

Résumés

La recherche qui a porté sur la durabilité des territoires des sablières en Bretagne, nous a amené à suivre des projets de « réaménagement écologiques ». Le suivis de ces projets nous a permis de faire un état des lieux des avis des différentes partie prenantes concernant les opportunités qui pouvaient être les sites de sablières pour la biodiversité.

Haut de page

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Europe
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est publié dans le cadre notre série : Biodiversité : faites connaître vos recherches !

Texte intégral

  • 1  L’UNICEM, en réponse aux demandes ministérielles et face à certaines craintes du public, a mené ou (...)

1Le suivi de la biodiversité et les projets de réaménagements à vocation « environnementale » sont au cœur de la durabilité des territoires des sablières en Bretagne (Guérin Chapel, 2009). Les membres d’associations naturalistes qui travaillent avec les carriers sur ces projets ont fait l’objet d’un questionnement. L’actualité des carrières étant depuis quelques années marquée par des contestations populaires, de nombreuses études et programmes furent menés sur le territoire français1. C’est, en outre, une des préoccupations majeures de l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (UNICEM). Il en ressort que la compatibilité entre l'activité des carrières et la préservation de la biodiversité semble être possible. Ainsi Jean-Claude Lefeuvre, professeur émérite au Muséum national d'histoire naturelle soulève qu'« Il est possible d'exploiter des carrières en respectant l'environnement. Les systèmes artificiels ainsi créés peuvent même aider à compenser une partie des pertes de biodiversité que l'on observe en France » (Lefeuvre, 2008, p. 18).

2Notre recherche a été destinée à comprendre comment une industrie dans sa recherche de durabilité, peut « façonner » et s’inscrire dans un territoire. La mise en évidence de la durabilité d’une activité d’extraction de sable doit en effet prendre en compte la pluralité d’aspects du territoire, qu’elle façonne, mais dans lequel, dans le même temps, elle s’inscrit. La notion de durabilité, au cœur de la recherche, intègre une perspective dynamique potentielle, pour plusieurs raisons. La première tient au fait que le changement (paysager, d’usage,…) peut être durable ; d’autre part la seconde vient de ce que la durabilité s’applique de manière variable selon les échelles : le grain et le front d’extraction, l’enceinte du site, les territoires communaux d’implantation, le territoire du site ; la troisième est plus sociologique car la durabilité « générale » d’un site est essentiellement liée à l’acceptation sociale de cet espace physique. Dans cette perspective, la prise en compte de la notion de territoire et de sa durabilité amène à réfléchir sur la notion de biodiversité et sur ses enjeux pour des sites tels que les sablières. D’après L. Simon (2006), la biodiversité est devenue au cours des deux dernières décennies, soit depuis la conférence de Rio, l’une des préoccupations majeures en matière d’environnement. La biodiversité est analysée comme un élément clé de la diversité paysagère, voire comme un aspect d’une diversité bio-culturelle. L’approche territoriale permet d’entrer dans la complexité des problématiques liées à la biodiversité. La biodiversité est à l’image des territoires qui la renferment, une réalité mouvante, insérée dans une histoire faite de disparitions et de créations. C’est bien du territoire qu’il faut partir, c'est-à-dire des processus sociaux, si l’on veut maintenir des systèmes capables d’entretenir et de créer de la diversité. « La conservation de la biodiversité devient un objectif de la gestion des territoires et un paramètre dans le choix des acteurs de ces territoires » (Marty et al., 2005 ; cité par Simon, 2006, p. 464).

3La biodiversité résulte, dans une large mesure, de choix de pratiques territoriales. Elle ne saurait être uniquement considérée en référence à un état naturel quelque peu intemporel, mais doit également être appréhendée comme une donnée contingente, relative à des stratégies d’acteurs (Simon, 2006).

4Les objectifs de la recherche fut donc de : 1) diagnostiquer/évaluer le milieu naturel : l’intégration paysagère, la faune et la flore présentes. Ce point est particulièrement important car il fait l’objet d’une attention particulière dans les dossiers d’ouverture de site et 2) faire un bilan auprès des associations écologistes ou naturalistes de l’engagement effectif de l’entreprise sur le terrain et des résultats des projets menés en faveur de la biodiversité.

  • 2  La constitution d’une Trame verte et bleue nationale, mesure phare du Grenelle Environnement porte (...)

5La biodiversité semble être un point essentiel aujourd’hui au sein des sites d’extraction et notamment sur les sablières. D’après B. Frochot (2002), les sites d’extraction se distinguent de beaucoup d’autres écosystèmes par au moins deux caractères importants : 1) leur origine totalement artificielle, sans système de référence pour un éventuel « retour à la nature » ou pour une évolution ; 2) leur fonctionnement est quasi-naturel, car la pression humaine est faible par rapport à des territoires environnants sous l’emprise agricole, voire en cours d’urbanisation. Dans la cadre d'un entretien Jean-Claude Lefeuvre (2008, p. 18) mentionne que l’apport des carrières à la biodiversité est bien réel, « il est clair que l’hirondelle de rivages tire un grand parti des carrières. En Bretagne, le grand corbeau, espèce qui n’apprécie pas d’être dérangée, a élu domicile, pour plus de 50 % des effectifs, dans les carrières. Dans tous les milieux, et plus particulièrement les milieux aquatiques, les zones pionnières sont en régression. La présence de carrières de granulats dans les zones humides a permis leur renouveau et la sauvegarde des espèces qui sont inféodées à ces zones pionnières tel le petit Gravelot nichant dans les gravières ». Selon celui-ci, la création de carrières à vocation spécifiquement écologique est envisageable. « Il faut en effet savoir que les « réserves » de trop faible surface, créées pour protéger la nature sont devenues des « fragments » isolés dans une matrice hostile et perdent leur biodiversité d’origine. Cela signifie que des carrières restaurées peuvent participer à la création de corridors écologiques même si elles sont séparées les unes des autres formant des gués. C’est pourquoi les carrières ont vocation à participer à la trame verte et bleue2 ».

  • 3  Les parties prenantes identifiées sont : les élus, les riverains, les propriétaires et locataires (...)

6L’objectif de la recherche menée sur les sablières en Bretagne fut, en gardant à l’esprit ces constats généraux, de se recentrer au niveau local sur l’étude de plusieurs sites ayant des caractéristiques différentes (âge, taille des communes, activités principales, projets de réaménagements, implications des populations locales…) afin de déterminer la conception de la biodiversité que se font les acteurs locaux et de vérifier l’hypothèse in situ que les sites d’extraction peuvent participer à une forme de préservation de la biodiversité. La méthodologie mise en place repose sur des entretiens et des enquêtes réalisés auprès de l’ensemble du corpus des parties prenantes3.

Durabilité et biodiversité des territoires des sablières en Bretagne

7La question la plus prégnante, lorsque nous abordons l’installation d’une structure industrielle comme celles des sablières, est celle de la conservation de la biodiversité qui s’installe sur le site.

L’état de la biodiversité sur les sites

8Les sablières peuvent être considérées comme des milieux « vierges » où peut se développer un panel faunistique et floristique. La biodiversité qui se développe sur les sites peut être appelée « pionnière ». Les caractéristiques morphologiques, climatiques et géologiques - falaises minérales, petits plans d’eau, bassins de décantation, surfaces minérales s’échauffant rapidement - sont propices à l’installation de cette biodiversité.

9Des études montrent que ce sont des espaces propices au développement d’une biodiversité riche et atypique du fait de leur faible profondeur, de leur superficie et de la variété des terrains (CPIE, 2006). Elles mettent en évidence la présence d’espèces emblématiques et patrimoniales comme la pillulaire (Pilularia globulifera), l’hirondelle de rivage (Riparia riparia) ou encore le Petit Gravelot (Charadrius dubius). Pour les sites de sablières, les zones biologiquement intéressantes sont : les zones de sable nu et de vase, les fronts de taille et les plans d’eau avec des berges.

Figure 1. Illustrations de la biodiversité au coeur des sablières en Bretagne

Figure 1. Illustrations de la biodiversité au coeur des sablières en Bretagne

Photos : A. Moreaux.

10Sur les sites d’étude en Bretagne, les inventaires ont été réalisés par l’association Bretagne Vivante. Les conclusions émises par l’association concernant le site du Lann (56) peuvent être citées en exemple : « Ce site présente une richesse élevée d’espèces. Il est probable que l’exploitation de la sablière a apporté une diversification des habitats et de la biodiversité associée. Le site de la sablière et les milieux environnants abritent un patrimoine biologique riche mais dont l’avenir est incertain dans la perspective de l’arrêt de l’exploitation de la sablière à moyen terme. » (Bargain et al., 2009, p. 26).

11Ces études et inventaires tendent à montrer que les sablières sont des lieux privilégiés pour le développement de certaines espèces et milieux « atypiques » riches en terme de biodiversité. Cela peut s’expliquer par le calme relatif des lieux (en réalité il y a peu de dérangement de la part des humains, en dehors du passage ponctuel d’engins), mais également par les caractéristiques physiques de ces milieux minéraux. Les espèces présentent sont principalement liées à l’activité opérée sur les sites : remise en mouvement des substrats, création temporaire de mares, etc.

12Il faut néanmoins considérer, que tous les sites d’extraction ne sont pas des sites d’accueil ou abritant une richesse biologique. Ainsi, sur les 9 sites d’étude, seuls 3 présentent de réels potentiels en terme de biodiversité. Toutes les conditions ne sont pas toujours réunies pour faire de ces sites, des écosystèmes riches. Les choix ou les obligations liés au lieu d’implantation (espace agricole, forestier, à proximité d’une zone humide ou d’un plan d’eau…), au phasage d’exploitation, au projet de réaménagement (retour à l’agriculture, réhabilitation d’espace « écologique », espace de loisir, en eau ou non, …) ont un rôle très important.

L’avis des associatifs aux regards des travaux effectués sur les sites4

  • 4  Dans ce paragraphe, seront cités des extraits d’entretiens réalisés, auprès des bénévoles et des r (...)

13L’avis général concernant l’ensemble des sites d’étude n’est pas unanime. Ainsi, une partie des associatifs pensent que durant la période extractive, l’activité a tendance à « détruire » le milieu naturel :

« Pendant [l’extraction], une sablière n’a aucun intérêt. On vient détruire un milieu. Pendant l’exploitation on peut trouver des choses intéressantes ponctuellement comme des hirondelles, mais c’est une activité économique. Il n’y a pas d’intérêt écologique dans l’activité des sablières. »

14D’autres pensent que cette période, grâce à la création de milieux pionniers et du calme relatif des sites, est propice au développement de milieux riches.

 « Les sablières ont la particularité de présenter, pendant leur exploitation, un panel de zones humides où on trouve des milieux jeunes, propices à l’installation d’espèces pionnières. (…) L’intérêt d’une sablière vient du fait que les espèces qui ne supportent pas la concurrence s’y installent et donc cela entraîne la création d’un milieu, c’est ce milieu qui est intéressant. Il y a alors mise en place d’une succession de phases de peuplement. »

« Dans les carrières il y a des espèces liées aux milieux pionniers. La question qui se pose est : comment maintenir ces milieux, sachant qu’ils sont liés à l’exploitation ? Ces milieux sont très intéressants pour le biologiste. »

15Un interlocuteur faisait la transition entre les deux points de vue nous expliquant que pour un des sites d’étude, la présence de la sablière avait sûrement, au vue des évolutions sociales et de l’urbanisation grandissante, été d’une certaine manière bénéfique pour le milieu :

« je ne dirais pas qu’une sablière a un intérêt écologique. Mais, si cette zone n’avait pas été exploitée par une sablière, et qu’elle avait été urbanisée, asséchée, et qu’on n’avait pas pris conscience de l’intérêt de la zone humide, alors il y aurait eu des dégâts sûrement, il n’y aurait pas eu le comité de suivi. C’est dans ce sens là qu’elle peut avoir un intérêt positif, mais dans la mesure où ça entraîne une modification du sol, c’est un mal pour l’écologie. On peut dire que c’est un mal nécessaire. »

16Il apparaît, lorsque nous avons à faire à des sites bénéficiant d’un type de réaménagement dit « écologique », c'est-à-dire qu’une partie du site est destiné à n’accueillir aucune autre activité que l’observation de la nature, que les associations soit satisfaites des travaux effectués et des résultats des projets en terme de biodiversité et de richesse des écosystèmes. En ce sens, les associatifs interrogés sont optimistes quant à l’opportunité que peuvent représenter ces sites pour la biodiversité :

« Après la phase d’exploitation, là ou il y a eu des réaménagements, la nature reprend ses droits. Dans le cadre du réaménagement, il y a un intérêt écologique. Les éléments de suivi ont permis de dire qu’on allait dans le bon sens, avec une biodiversité qui s’installe. Le milieu n’est pas identique [à avant l’exploitation] mais on peut réussir à avoir quelque chose d’écologiquement très intéressant. On y trouvera certainement de l’intérêt sur le long terme. Il n’y a pas d’incompatibilité entre réaménagement et qualité écologique, on arrivera à refaire du milieu naturel intéressant. (…) On prépare le terrain pour laisser le plus de chance à la biodiversité. »

 « Les aménagements ont un intérêt. Pour les oiseaux, c’est très important le fait de faire des plages aménagées. C’est une réussite pour certaines zones, ça a un vrai intérêt écologique. »

17A travers leur réaménagement, les sablières semblent constituer une opportunité en terme d’aménagement du territoire et comme le disent Carré et Chartier (2002, p. 417)

« les aménagements réalisés feront partie intégrante du cadre des générations futures ne posant plus la question de leur acceptation par la population mais ils correspondront à une transformation majeure et irréversible des paysages, au même titre que les paysages agricoles remembrés ou les paysages de montagne aménagés pour le tourisme ».

18Les entretiens nous renseignent justement sur l’opinion des naturalistes concernant la qualité et l’intérêt de ce réaménagement qui deviendra la référence paysagère et biologique pour les générations futures. A ce sujet, les réponses sont quasi unanimes (une association est contre le réaménagement et préférerait que le site soit laissé à l’état « sauvage », sans intervention de l’homme ni dans les travaux, ni dans la suite du site, en n’autorisant pas les visites…) pour dire qu’une sablière peut avoir une seconde vie en promouvant et en recréant des espaces naturels ayant une richesse biologique et/ou paysagère.

« Sur la plupart des sites des carrières, surtout en milieu rural, on a des milieux naturels, des habitats qui sont favorables au développement de la biodiversité et d’une richesse d’écosystèmes, mais moyennant une bonne gestion et de bonnes pratiques. La plupart du temps on a des milieux très intéressants et qui méritent d’être mis en valeur. On n’est pas obligé de faire un réaménagement écologique sur l’ensemble du site, on peut combiner les choses, on peut mêler plusieurs vocations (même des bases de loisirs) sur les sites tout en ayant une gestion plus globale. »

 « La seconde vie pour une sablière c’est de faire en sorte que le site soit préservé, pour que des milieux (comme les zones humides, très rares) soient recréés. La plus belle destination que l’on puisse donner à ce site c’est de permettre au maximum de la faune et la flore d’en profiter. C’est une zone unique dans la région. Il faut permettre à la faune et la flore de se réinstaller. Les détails des aménagements sont donc importants. Tout en permettant aux populations de venir constater que cette faune et cette flore existent, de constater l’importance de cette zone, car si ils ne peuvent pas le faire, dans les générations à venir on perdra peut-être de vue l’intérêt de la zone humide. »

  • 5  Entretien réalisé pour mon doctorat en 2009.

19Cette recherche permet de mettre en avant que des efforts sont faits en termes de préservation des écosystèmes et de la biodiversité sur des sites industriels. Néanmoins, un inspecteur des Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE)5 expliquait qu’il existe selon lui trois catégories de carriers prenant en compte les questions environnementales à des échelles bien différentes dans leur fonctionnement : 60 % des carriers ont une vision à long terme et prennent en compte les questions environnementales dans leur gestion quotidienne et s’engagent ; 20 % font évoluer leurs sites mais en réponse à des pressions extérieures locales, selon les sites et 20 % se désintéressent des questions environnementales et ne les intègrent pas dans leur exploitation.

20Les résultats de cette recherche (mesures de terrain et entretiens) montrent que la connexion biodiversité/sablière peut être efficiente sur le terrain si les conditions naturelles, économiques et sociales sont présentes. En effet, il semble que l’une des conditions pour qu’une sablière soit une « opportunité » pour la biodiversité soit l’implication des acteurs dans un projet de réaménagement à l’écoute des systèmes naturels présents. En conséquence, même si les conditions naturelles sont là durant l’exploitation : milieux pionniers, calme, espace de repos pour les espèces, c’est l’être humain qui va être le garant de la pérennité de cette richesse biologique en remodelant un milieu d’accueil pour cette nouvelle biodiversité.

Haut de page

Bibliographie

Bargain, B. et al., 2008, Comptes rendus des diagnostics biodiversité, Bretagne Vivante, 28 pages.

Carré, C. et M. Charrier, 2002, « La gestion d’une ressource non renouvelable, entre gestion durable et aménagement des nuisances, le cas des granulats alluvionnaires en Ile de France », Annales de géographie, 111ème année, n° 626, p. 406-418.

Chapel Guerin, A., 2009, La durabilité des sablières, approche méthodologique dans sa perspective territoriale. Les sablières Lafarge Granulats Ouest en Bretagne, Thèse de doctorat, Rennes 2, 338 pages.

Frochot, B., 2002, « Comment évaluer l’intérêt biologique des réaménagements de carrières ? », Revue d’écologie, supplément 9, p. 251-261.

Lefeuvre, J.C., 2008, « L’apport des carrières, entretien », UNICEM Magazine, n° 746, p. 18-19.

Marty, P., F.D. Vivien, J. Lepart et R. Larriere, 2005, Les biodiversités : Objets, théories, pratiques, CNRS Editions, 262 pages.

Simon, L., 2006, « De la biodiversité à la diversité : les biodiversités au regard des territoires », Annales de Géographie, 115ème année, n° 651, p. 451-467.

CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) du pays des Mauges, 2006, « Expérimentation 2002-2006, résultats », 94 pages.

Haut de page

Notes

1  L’UNICEM, en réponse aux demandes ministérielles et face à certaines craintes du public, a mené ou a mis en place plusieurs groupes de travail afin d’établir des documents de références : c’est le cas notamment du programme concernant la biodiversité. Depuis 1975, les carrières sont étudiées pour analyser les impacts sur la biodiversité, de nombreux document ont été réalisés par des universitaires, des scientifiques et des bureaux d’études. (Pour consulter les études : http://www.unicem.fr/dossiers/environnement/connaissances).

2  La constitution d’une Trame verte et bleue nationale, mesure phare du Grenelle Environnement porte l’ambition de contrecarrer le déclin de la biodiversité. Le projet ne vise rien de moins qu’ à (re)constituer un réseau d’échanges cohérent à l’échelle du territoire national, pour que les espèces animales et végétales puissent, à l’instar des hommes, communiquer, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer… assurer leur survie. (Pour le Grenelle Environnement consulter : www.legrenelle-environnement.gouv.fr)

3  Les parties prenantes identifiées sont : les élus, les riverains, les propriétaires et locataires des terrains exploités, les agriculteurs, les associatifs, les clients, les sous-traitants, les dirigeants de l’entreprise et les salariés des sites.

4  Dans ce paragraphe, seront cités des extraits d’entretiens réalisés, auprès des bénévoles et des responsables d’associations environnementalistes, pour mon travail de doctorat entre 2007 et 2009.

5  Entretien réalisé pour mon doctorat en 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Illustrations de la biodiversité au coeur des sablières en Bretagne
Crédits Photos : A. Moreaux.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Guérin Chapel, « La biodiversité dans les carrières, une réalité ? Avis des associations naturalistes », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 31 mars 2011, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/10702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.10702

Haut de page

Auteur

Anaïs Guérin Chapel

Docteure Géographie, chercheure associée au laboratoire COSTEL, UMR 6554 LETG CNRS IFR/CAREN, Université Rennes 2, Campus Villejean, Place du recteur Henri Le Moal, CS 24307, 35043 Rennes, France, Courriel : anais.guerinchapel@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page