Navigation – Plan du site
2011

« Un autre monde halieutique est possible ! » : pêche durable et altermondialisation halieutique en France

Julien Noël et Bastien Malgrange

Résumés

L’objectif de cette contribution consiste à montrer comment un mouvement social singulier, l’altermondialisation halieutique, participe à la durabilité de la filière « pêche ». À partir de réflexions et d’expériences en lien avec le terrain militant français, nous décryptons dans un premier temps cet univers contestataire de défense de la pêche artisanale en présentant succinctement les conditions de son émergence ainsi que sa structuration actuelle. Par la suite, nous insistons sur les actions territoriales mises en œuvre par les militants français afin de promouvoir une certaine durabilité sociale de la filière halieutique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Nous (pêcheurs, militants, chercheurs, gestionnaires...) devrons [...], individuellement et collectivement, ouvrir la voie vers une transformation radicale du système et l’instauration d’un nouvel ensemble de relations socioécologiques dans l’utilisation, la production, la consommation et la préservation de nos ressources halieutiques » (Sunde, 2008). Cette remarque pose avec acuité la question du développement durable de la filière « pêche », dans un contexte où ce secteur d’activité apparaît indéniablement en crise globale, en particulier sur le plan environnemental. Si les ressources vivantes de la mer sont depuis toujours source de richesses – alimentaires (16 % des apports protéiniques annuels mondiaux), économiques (près de 60 milliards de dollars de devises annuelles), sociales (quelques 150 millions d’emplois), (Corlay, 2004) –, force est de constater que les conditions d’exploitation, d’accès, d’échange et de partage de ces ressources créent de multiples situations conflictuelles ainsi que d’importantes disparités sociospatiales (Le Roux et Noel, 2007).

  • 1  Classiquement défini par opposition au segment des pêches industrielles qui se présente comme une (...)

2Conflits et disparités qui ne sont pas sans lien avec la prégnance du système capitaliste fortement ancrée dans cette filière et qui oriente celle-ci dans une logique croissante de privatisation et d’accumulation, d’industrialisation et de marchandisation. Rien d’étonnant alors à ce que le champ halieutique, et plus particulièrement celui des « pêches de petite échelle1 » (cf. photographie 1) subissent de plein fouet les profonds dysfonctionnements d’une filière de plus en plus globalisée. Schématiquement, à une surexploitation des ressources liée à l’atomisation des espaces de production répondent de profondes iniquités d’accès aux ressources dues à l’extrême concentration des espaces de consommation des denrées aquatiques (Noel, 2011). C’est donc en réaction à ces disparités, véhiculées par un processus de mondialisation de plus en plus prégnant au sein de cette filière aquatique, qu’une coalition militante singulière – l’altermondialisation halieutique – se développe afin de se réapproprier durablement ces activités de pêche (ibid.). Après avoir détaillé les conditions d’émergence et de structuration de cet univers contestataire, nous analyserons les ressorts idéologiques de cet altermondialisme ainsi que certaines initiatives de gestion mises en place par les militants français afin de promouvoir une meilleure durabilité (sociale) de la filière.

Photographie 1. Ligneur breton ciblant le bar à bord de son navire artisan côtier.

Photographie 1. Ligneur breton ciblant le bar à bord de son navire artisan côtier.

(Malgrange, 2008)

Les altermondialistes de l’halieutique : construction et organisation d’un réseau artisan militant

3Comprendre l’univers des militants de la pêche artisanale implique de s’intéresser à l’historique de ce mouvement social ainsi qu’au système d’acteurs qui le constitue.

Cosmogonie d’un univers halieutique artisan contestataire

4Aux débuts des années 1980, l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise à Rome (Italie) une conférence mondiale sur la « gestion et le développement des pêches mondiales ». Exclue de la représentation de cette rencontre, une centaine de militants – pêcheurs et travailleurs du poisson (fishworkers), scientifiques et membres d’ONG – se réunit au sein d’une conférence parallèle intitulée « Vie, travail et luttes des travailleurs de la pêche » afin de faire entendre leurs revendications, échanger leurs expériences et analyser leurs problèmes respectifs (Le Sann, 2001). Cette initiative populaire « enracinée dans des expériences directes vécues au niveau local » est l’occasion pour les participants de se rendre compte « qu’au-delà des différences géographiques, politiques, sociales et économiques entre leurs pays, des facteurs sont à l’œuvre à l’échelle mondiale qui créent des problèmes identiques à travers le monde » (ibid.).

  • 2  Ces rencontres abordent ainsi des thématiques aussi diversifiées que les politiques halieutiques e (...)

5Néanmoins, dans un environnement halieutique mondialisé, les militants se rendent bien compte que les actions menées aux échelles locales et nationales pour défendre leurs intérêts ont de plus en plus besoin d'être appuyées au niveau global. « Étant donné le caractère mondial de l'exploitation des travailleurs et de la menace qui pèse sur la pérennité des ressources, une organisation politique d’envergure internationale doit intervenir et proposer des solutions de rechange visant à protéger le gagne-pain et le style de vie des petits pêcheurs » (ibid.). Les attentes d’un futur syndicat se placent d’emblée « sur le terrain politique [et] se fondent sur les mouvements de masse nationaux des fishworkers et de leurs structures » (ibid.). Aussi, après une consolidation de leurs organisations et une structuration de leurs réseaux au travers de plusieurs conférences majeures2, ces activistes posent les bases d'un mouvement international de solidarité pour la promotion de la pêche artisanale. Réunis à New Delhi (Inde) en novembre 1997, ces derniers créent une sorte de « fédération à mi-chemin entre une organisation de type communautaire et une organisation de type syndical », le World forum of fish harvesters and fishworkers (WFF), forum qui se positionne en tête de proue du système réticulaire altermondialiste (Noel, 2011).

Les altermondialistes halieutiques : un réseau militant d’acteurs diversifiés

6Selon certains spécialistes, les acteurs clefs d’un mouvement social se trouvent majoritairement du côté des acteurs syndicaux et associatifs (Agrikoliansky et al., 2005). En mobilisant une « géographie des topologies », notre approche de l’altermondialisation halieutique insiste sur la configuration en réseau du mouvement et permet ainsi de mettre en évidence l'existence des principaux nœuds (individus ou organisations), présents à différents niveaux d’échelles, ainsi que les différents liens d’échanges et d’interaction existants. Schématiquement (figure 1), le spectre militant se subdivise en deux principales familles d’acteurs : des ONG d’appui qui viennent en soutien de structures plus « syndicales » (Noel, 2011).

Figure 1 – Les altermondialistes halieutiques, un réseau d’acteurs.

Figure 1 – Les altermondialistes halieutiques, un réseau d’acteurs.

(Noel, 2011, p. 173)

7À l’échelle hexagonale, trois grandes ONG de solidarité internationale s’activent plus particulièrement dans des actions de développement et d’aide (financière, logistique,...) aux pêcheurs artisans. Si le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) s’implique globalement par la mise en place de différents « Programme Mer » nationaux (Chili, Sénégal, France...), la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme (Fph) soutient financièrement certaines démarches plus localisées (pêche responsable en Bretagne, certification de la perche du Nil...) tandis que le Collectif Pêche & développement (P&D)s’attèle à favoriser les relations entre les organisations de pêcheurs du Nord et du Sud (ateliers-débats, publications...). Côté structures syndicales, certains comités locaux de pêche bigouden (Le Guilvinec) et varois (St-Raphaël) s’activent au quotidien et sur le terrain à la défense et au respect des droits fondamentaux, de l'équité sociale et de la culture des pêcheurs et travailleurs de la pêche de leurs ports respectifs (ibid.).

8Syndicats et ONG d’appui se rejoignent conjointement dans la promotion d’un « nouvel ordre halieutique » (Corlay, 2004) et mettent pour cela en œuvre certaines initiatives territoriales en matière de gestion halieutique.

Les initiatives territoriales des altermondialistes : vers une durabilité sociale de la filière halieutique

9Après avoir mentionné les principales représentations idéologiques véhiculées par les altermondialistes, nous présentons quelques initiatives territoriales développées par ces derniers en amont de la filière afin de reconquérir un pouvoir de gestion.

L’altermondialisme halieutique, une conception tiers-mondiste engagée

10Sur le plan rhétorique, l’altermondialisme halieutique proposé s’ancre dans la « synthèse héritée des luttes sociales passées » plus que dans une nouvelle idéologie (Agrikoliansky et al., 2005). Parmi les idéologies mobilisées, celle du tiers-mondisme reflète le mieux l’idée sous-jacente de solidarité et d’internationalisme dont reste porteur cet altermondialisme. Ce « label idéologique » occupe en effet une place centrale dans la formation d’un discours critique sur la mondialisation, notamment sur les cadres d’injustices et dans la connexion « des malheurs du Sud et des maux du Nord » (ibid.)

11Selon les militants, le secteur halieutique s’orienterait, dans un contexte spatial de globalisation, vers une logique capitalististique qui privilégie le développement d’activités productivistes déterritorialisées, elles-mêmes génératrices de déséquilibres écologiques et de surcapitalisation, et ce au détriment des activités artisanales et traditionnelles davantage à finalité vivrière. Dans cette logique, les produits de la mer sont avant tout considérés comme des denrées marchandes, source de profits, au détriment de ressources qu'il importe de préserver afin de garantir des moyens d'existence aux populations de pêcheurs (AMRPS, 2004). Trois grandes catégories de critiques envers le mal-développement des activités de pêche ressortent alors : le gaspillage des ressources (surexploitation, pêche illégale), la marchandisation des droits d’accès à ses ressources (quotas transférables, accords de pêche) et l’inégale répartition dans le partage de ces ressources (transfert de protéines du Sud vers le Nord) (Noel, 2011).

12Face aux maux de cette globalisation halieutique, « il faut donc un changement radical des manières de penser et des politiques pour corriger la situation » (Kurien, 2000). En insistant sur le caractère multifonctionnel des activités halieutiques de petite échelle (alimentation, revenus, moyens d’existence), les altermondialistes restent convaincus que la réponse à la crise actuelle du secteur passe par une revalorisation et un renforcement du modèle de production « artisan ». Plusieurs d’entre eux proposent dans ce sens un ensemble de mesures interdépendantes (figure 2), incitatives ou pénalisantes, de portée locale et mondiale, et dont les objectifs visent « à réorienter l'activité vers des modèles de développement durable, à la fois sous l'aspect écologique, social et économique [et dans lesquels] on devrait trouver un plus grand degré de justice, de participation et d'autosuffisance » (ibid.). Au final, les défenseurs de la pêche artisanale aspirent à modifier le cours actuel du processus de mondialisation qui sévit dans le secteur dans un sens plus conforme à leurs idéaux d’équité et de solidarité.

Figure 2 – L’altermondialisme halieutique, un socle de propositions.

Figure 2 – L’altermondialisme halieutique, un socle de propositions.

(Noel, 2011, p. 209)

13L’altermondialisme promu par ces halieutes contestataires tend donc davantage à s’inscrire dans une logique de réappropriation sociospatiale au processus de mondialisation plutôt que dans une logique d’émancipation ou d’opposition à celui-ci (Noel, 2011 ; Agrikoliansky et al., 2005). Ce que tend à illustrer les initiatives de réappropriation locale en matière de co-gestion (des espèces halieutiques et de l’espace marin) menées par certains militants français.

Le recensement et la valorisation des pratiques responsables des pêcheurs artisans bretons

14À côté de la production d’un savoir d’expertise, les altermondialistes militent pour promouvoir le « savoir profane » des pêcheurs artisans, produit de leurs connaissances et de leurs observations empiriques. Aux dires des militants, « le secteur manque de communication et de visibilité des initiatives prises par les pêcheurs » alors que ceux-ci sont convaincus que « les évolutions nécessaires à l'établissement d'une pêche rentable, respectueuse de l'environnement et génératrice d'emplois ne peuvent se faire sans les professionnels du secteur » (ICSF et al., 2009). L’approche locale de solutions pragmatiques par les professionnels apparaît particulièrement pertinente pour ces organismes d’appui, « car elle est menée par des personnes qui connaissent très bien le milieu et les autres acteurs de la zone. Nous pensons que cette échelle « territoriale » est la plus propice au développement durable de ces pêcheries » (ibid.).

  • 3  En matière de sélectivité, d’économie d’énergie, de traçabilité...

15À ce titre, le Collectif P&D lance en 2009, avec la collaboration – financière – de divers partenaires (Fph, WWF-France, région Bretagne, etc.), une enquête auprès des comités des pêches bretons afin de permettre « le recensement et la valorisation des bonnes pratiques et engagements des pêcheurs artisans pour une pêche responsable » (Malgrange, 2009). Face aux multiples problèmes du secteur (baisse de la rentabilité, conflits d'usage, déficit d'image...), l’objectif de cette étude consiste à identifier – de manière non exhaustive – puis à mettre en valeur certaines initiatives de gestion impulsées, individuellement ou collectivement, par ces pêcheurs, que ce soit dans le domaine de la gestion des ressources, des techniques de pêche, de l’aménagement des pêcheries, de l’expertise scientifique... (ibid.). Autrement dit, cette démarche vise à montrer que ces pêcheurs artisans prennent des initiatives et innovent dans la gestion responsable et le développement de bonnes pratiques halieutiques3, le tout en accord avec les critères du « Code de conduite pour une pêche responsable » défini par la FAO en 1995.

16Concrètement, les initiatives abordées porte à la fois sur (figure 3) :

  •  des mesures de gestion et de valorisation : adaptation de casiers à seiches pour limiter les gaspillages d’œufs (Baie de St-Brieuc, Golfe du Morbihan) ; marquage des femelles homards dans le quartier maritime de Paimpol-Lannion ; programme de sélectivité des pêcheries langoustinières (et de merlus) dans le golfe de Gascogne ; développement de produits de qualité (marque collective des Ligneurs de la pointe de Bretagne sur le bar) ;

  •  des constructions collectives de (co-)gestion : des ressources (coquille Saint-Jacques en baie de Saint-Brieuc, en rade de Brest) ; des espaces (parc marin d’Iroise) ; et des hommes (regroupement d’agriculteurs, de conchyliculteurs et de pêcheurs au sein de l’association Cap 2000 afin de développer des actions pour reconquérir la qualité des eaux en pays bigouden) ;

  •  le développement d’alternatives : énergétiques afin de réduire la consommation de carburant (réintroduction de la voile à Douarnenez ou Erquy) ; distributives pour renforcer les liens entre producteurs et consommateurs de produits de la mer (AMAP poisson) (ibid.).

Figure 3 – Les initiatives des artisans bretons en matière de « pêche responsable ».

Figure 3 – Les initiatives des artisans bretons en matière de « pêche responsable ».

(Malgrange, 2009, p. 26)

  • 4  Une extension du projet est envisagée à d’autres échelles régionales : Région Pays-de-la-Loire (fi (...)

17Afin de mieux faire connaître ces actions, un document bilan sur ces diverses expériences est ensuite rédigé puis mis en ligne sur divers sites Internet (comités locaux et régionaux, associations...). Un séminaire de restitution est par ailleurs organisé par le Collectif P&D et les pêcheurs participants à la démarche dans le cadre de la « Journée mondiale des pêcheurs » de 2009 de Lorient, ceci afin de confronter ces initiatives bretonnes avec d'autres expériences (nationales ou mondiales), tout en permettant une diffusion à l’égard d’un public plus extérieur (ONG, élus, médias, citoyens...) (ICSF et al., 2009)4.

Une co-gestion de proximité pour les pêches artisanales françaises

18À l’échelle hexagonale, les altermondialistes collaborent également avec certaines ONG environnementalistes – ici WWF-France – afin de promouvoir des systèmes « alternatifs » de gouvernance de l’activité, tels que les Unités d’exploitation et de gestion concertées (UEGC). Concrètement, ce dispositif de co-gestion contractuelle se fonde sur un système d'attribution de concession à long terme qui associe, autour d’un territoire cohérent, tous les acteurs de la filière afin d’élaborer, par la concertation, une gestion de proximité, mais aussi de permettre à ces mêmes acteurs de s’approprier les enjeux de la gestion des territoires qu’ils exploitent et d’en valoriser au mieux les ressources marines (Guérin, 2007).

19Comme l’illustre la figure 4, ce système de co-gestion nécessite en premier lieu d’imposer une limitation de l’accès ainsi qu’une régulation des moyens d’exploitation afin de garantir aux pêcheurs artisans la jouissance de l'exploitation à long terme de la ressource, tout en leur confiant sous certaines conditions la responsabilité de sa gestion. Une fois le territoire de gestion défini (étape 1), une plateforme de concertation entre professionnels et pouvoirs publics est ensuite créée (étape 2), ceci afin de mener une politique de valorisation des ressources sur certaines espèces cibles (étape 3), préalable à tout aménagement qualitatif de l’activité de pêche (étape 4). Pour ce faire, un strict contrôle de la filière doit également être mis en place (étape 5), tant sur la gestion de l’effort de pêche (mesures techniques, régulation de l’accès) qu’en matière de valorisation (traçabilité, labellisation) (ibid.).

Figure 4 – Une proposition de co-gestion alternative, les Unités d’exploitation et de gestion concertées.

Figure 4 – Une proposition de co-gestion alternative, les Unités d’exploitation et de gestion concertées.

(Noel, 2011, p. 290)

  • 5  La pêcherie chalutière de langoustine du golfe de Gascogne s’apparente à une pêche artisanale haut (...)

20Pour s’assurer de sa faisabilité, le WFF-France expérimente depuis quelques années ce dispositif au sein de deux pêcheries pilotes représentatives, la pêcherie langoustinière du golfe de Gascogne et la prud’homie méditerranéenne de Saint-Raphaël5. À partir d’une centaine d’entretiens réalisés entre 2004 et 2006 auprès de professionnels (pêcheurs, mareyeurs, syndicalistes), d’élus et de scientifiques, l’objectif de cette expérimentation consiste en la réalisation d’un diagnostic de gestion partagée afin de mettre en place un apprentissage collectif à l’échelle de ces deux sites pilotes, puis d’extrapoler et d’étendre ce modèle à l’échelle des eaux européennes (ibid.).

Conclusion

  • 6  Plusieurs membres du Collectif P&D participent de l’intérieur à trois des sept Conseils consultati (...)

21D’autres initiatives en matière de reconquête de pouvoir de gestion existent également en amont de la filière en matière de gouvernance halieutique, comme l’atteste l’investissement actif des altermondialistes aux organes régionaux de co-gestion, mis en œuvre dans le cadre des politiques halieutiques européennes6. Par ailleurs, ces acteurs développent aussi en aval de la filière d’autres actions, à tendance patrimoniale, afin que les pêcheurs artisans puissent se réapproprier une saine image de producteur et revaloriser leurs identités. À ce titre, plusieurs démarches sont enclenchées : création d’un festival cinématographique (militant) « Pêcheurs du monde », participation au programme Slow Fish de l’association écogastronomique Slow Food, développement de circuits courts et de vente directe, etc. (Noel, 2011).

22Toutefois, de telles initiatives territoriales entrent de plus en plus en confrontation avec les politiques globalisantes et uniformes « d’écodurabilité » désormais mises en œuvre ces dernières années par des acteurs transnationaux – ONG environnementales, grande distribution – peu directement concernés par la filière. On peut alors se demander si les actions localisées des altermondialistes en matière de durabilité sociale ne viennent (finalement) qu’en réaction aux tendances de « verdissement » global de ces activités aquatiques, que ce soit en terme de conservation et protection de l’environnement marin en amont (approche écosystémique des pêches, aires marines protégées) que de valorisation des produits de la mer en aval (schémas écolabellisation, responsabilité environnementale) (ibid.).

23La crise de durabilité que traverse la filière halieutique concerne pourtant « une réalité complexe qui ne peut se réduire à la crise d’une ressource et à l’épuisement des stocks. Celle-ci touche l’environnement littoral profondément dégradé, bouleversé par les modifications climatiques, les conceptions scientifiques de gestion, la commercialisation, le renouvellement des marins-pêcheurs, leur place sur le littoral, etc. Il faut donc apporter des réponses complexes et toujours adaptées aux réalités sociales, culturelles, géographiques et environnementales des communautés concernées » (ICSF et al., 2009). Dans un monde halio-aquacole désormais globalisé, la mise en tension entre les aspirations locales au développement socio-économique des fishworkers (utilitarisme) avec les recommandations globalisantes de protection et de gestion des ressources et des écosystèmes marins (conversationnisme) devient inévitable et interroge plus que jamais les échelles pertinentes de régulation de ces activités dans une optique de durabilité. En dépassant les antagonismes géographiques « classiques » développement-environnement, local-global, nous formulons le vœu de mieux articuler l’ensemble de ces dialectiques dans une optique foncièrement transcalaire et cosmopolitique de l’activité pêche (Noel, 2011).

Haut de page

Bibliographie

 Agrikoliansky E., O. Fillieule et N. Mayer, 2005, L’altermondialisme en France. La longue histoire d’une nouvelle cause, Paris, Flammarion, 371 p.

 AMRPS (Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire), 2004, La pêche en eau trouble ? Propositions pour une gestion durable des ressources marines, Paris, éditions Charles Léopold Mayer, cahiers de propositions n° 9, 193 p.

 Corlay J-P., 2004, Du poisson pour se nourrir, du poisson pour vivre : les enjeux de la pêche et de l'aquaculture à l'aube du 3e millénaire, Actes du Festival international de géographie, n° 15, [En ligne] URL : http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2004/corlay/article.htm. Consulté le 3 février 2011.

 Durand J-L., J. Lemaoalle et J. Weber, 1991, La recherche face à la pêche artisanale, Paris, ORSTOM Éditions, Tomes I-II, 1070 p.

 Guérin B., 2007, Pour une pêche durable en France et en Europe ! Paris, Propositions du WWF-France, 177 p, [En ligne] URL : http://www.wwf.fr/sinformer/nos-missions/oceans-et-cotes/documents. Consulté le 14 janvier 2010.

 ICSF (International collective in support of fishworkers), CAPE (Coalition pour des accords de pêche équitables) et Collectif Pêche & Développement, 2009, Pour une pêche artisanale durable. Les enjeux d’aujourd’hui. Quel soutien des Ongs ?, Lorient, document interne, mai, 71 p.

 Kurien J., 2000, 14 mesures pour le développement durable et équitable de la pêche artisanale à petite échelle, La lettre d’information trimestrielle du groupe Pêche et Développement, n° 52, pp. 2-4.

 Le Roux S. et J. Noel, 2007, Mondialisation et conflits autour des ressources halieutiques, Écologie & Politique, n° 34, pp. 69-82.

 Le Sann A., 2001, De Rome à Loctudy : la naissance difficile d'un mouvement international des pêcheurs artisans, Cahiers Nantais, n° 55-56, pp. 281-288.

 Malgrange B, 2009, Identification, analyse et mise en valeur des initiatives de gestion, de préservation et de valorisation des ressources mises en œuvre par les pêcheurs en Bretagne, Brest, Université, mémoire de Master 2 « Sciences de la mer et du littoral », 107 p.

 Noel J., 2011, Regards géographiques sur la mondialisation halieutique. L’altermondialisation et les formes de résistance des « pêches artisanales ». Nantes, Université, thèse de doctorat, géographie, 473 p.

 Sunde J., 2008, Résilience ou transformation ?, Samudra, n° 51, pp. 20-24.

Haut de page

Notes

1  Classiquement défini par opposition au segment des pêches industrielles qui se présente comme une entreprise fondée sur la firme et une logique de profit, le secteur des « pêches à petite échelle » – tant « artisanales » au Nord que « traditionnelles » au Sud – peut être appréhendé comme une unité productive fondée sur le ménage et une logique de reproduction sociale » (Durand et al., 1991).

2  Ces rencontres abordent ainsi des thématiques aussi diversifiées que les politiques halieutiques européennes (Lisbonne, 1989) ou bien encore les questions de genre (Cebu, 1994) (cf. Le Sann, 2001).

3  En matière de sélectivité, d’économie d’énergie, de traçabilité...

4  Une extension du projet est envisagée à d’autres échelles régionales : Région Pays-de-la-Loire (financement régional), façade atlantique (cofinancement du projet « Interreg » et du CCR Sud-ouest) (ICSF et al., 2009).

5  La pêcherie chalutière de langoustine du golfe de Gascogne s’apparente à une pêche artisanale hauturière (plus de 50 milles des côtes) alors que la prud’homie de Saint-Raphaël repose sur une pêcherie côtière pluri-espèces et plurispécifiques (moins de 12 milles) (Guérin, 2007). Ces deux pêcheries sont aussi encastrées dans les deux principaux foyers de la contestation altermondialiste hexagonale (Noel, 2011).

6  Plusieurs membres du Collectif P&D participent de l’intérieur à trois des sept Conseils consultatifs régionaux (CCR) mis en place depuis 2002 par la Commission européenne. Il s’agit des « CCR-Sud » (golfe de Gascogne), du CCR « Longue Distance » (pêche lointaine) et du « CCR Méditerranée », CCR couvrant la majeure partie du champ d’action des pêches artisanales françaises (Noel, 2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Ligneur breton ciblant le bar à bord de son navire artisan côtier.
Crédits (Malgrange, 2008)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10921/img-1.png
Fichier image/png, 115k
Titre Figure 1 – Les altermondialistes halieutiques, un réseau d’acteurs.
Crédits (Noel, 2011, p. 173)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10921/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 2 – L’altermondialisme halieutique, un socle de propositions.
Crédits (Noel, 2011, p. 209)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10921/img-3.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 3 – Les initiatives des artisans bretons en matière de « pêche responsable ».
Crédits (Malgrange, 2009, p. 26)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10921/img-4.png
Fichier image/png, 170k
Titre Figure 4 – Une proposition de co-gestion alternative, les Unités d’exploitation et de gestion concertées.
Crédits (Noel, 2011, p. 290)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10921/img-5.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Noël et Bastien Malgrange, « « Un autre monde halieutique est possible ! » : pêche durable et altermondialisation halieutique en France », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 28 juin 2011, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/10921 ; DOI : 10.4000/vertigo.10921

Haut de page

Auteurs

Julien Noël

Docteur en géographie de l’Université de Nantes, vacataire chargé d’enseignement à l’Institut de géographie (IGARUN) et chercheur associé au laboratoire Géolittomer (LETG - UMR 6554 - CNRS) ; Campus du Tertre, BP 81 227, 44312 Nantes cedex 3Courriel : julien.noel@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Bastien Malgrange

Chargé de mission au Comité local des pêches maritimes de Lorient ; 2 Rue Charles Tellier, 56100 LorientCourriel : malgrangeb@googlemail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page