Navigation – Plan du site

Impact de la pollution sur les écosystèmes côtiers : exemple de la Manche orientale

Rachid Amara

Résumés

Les estuaires et les zones côtières constituent des territoires à forts enjeux stratégiques pour les économies et pour l’environnement. Ils assurent de nombreuses fonctions biologiques et écologiques, dont celle de nourricerie de poisson. Le bon fonctionnement écologique de ces nourriceries est indispensable pour permettre le déroulement normal du cycle biologique de nombreuses espèces marines d’intérêts économiques majeurs. En Manche orientale, la majorité des espèces halieutiques transitent par ces écosystèmes au cours de leur cycle biologique. Pourtant, il existe un recouvrement entre les principales zones de nourriceries d’intérêt halieutique et les zones soumises à des pressions anthropiques. L’analyse comparée de la qualité des zones de nourriceries a été abordée à partir d’un ensemble d’indicateurs de performances biologiques (croissance et indice de condition des poissons) et chimiques (contaminants métalliques dans les tissus des poissons et dans les sédiments). Les zones côtières fortement anthropisées (estuaire de la Seine, littoral entre Calais et Dunkerque) offrent des habitats de moins bonne qualité pour le développement et la survie des poissons. Beaucoup des espèces fréquentant les écosystèmes côtiers sont indispensables au bien-être des humains, soit directement comme ressources renouvelables à valeur marchande, soit indirectement, pour maintenir le fonctionnement et la viabilité des écosystèmes marins. La nécessité de protéger ces habitats de la pollution et de la destruction est urgente.

Haut de page

Texte intégral

1Les mers et les océans représentent 99 % de l’espace de vie disponible sur notre planète, couvrent 71 % de la surface de la Terre et contiennent 90 % de la biosphère. Ils présentent des habitats qui sont, du point de vue biologique, riches et extrêmement variés, allant des eaux côtières peu profondes aux fosses abyssales, représentant ainsi un important réservoir de biodiversité avec environ 275 000 espèces connues. Ces espèces sont indispensables au bien-être des humains, soit directement comme ressources renouvelables à valeur marchande, soit indirectement pour maintenir le fonctionnement et la viabilité des écosystèmes marins.

2Les estuaires et les zones côtières ont longtemps joué un rôle important pour l'humanité. Du fait de leur situation à l’interface entre terre et mer, ils constituent des territoires à forts enjeux stratégiques pour les économies et pour l’environnement. Ils fournissent un large éventail de biens et services. D’un point de vue socio-économique, ils constituent des espaces privilégiés pour le développement de nombreuses activités, sources d’emplois : activités portuaires et industrielles ; agglomérations urbaines et touristiques (Allain et al., 2006). Au plan environnemental, ces écosystèmes sont parmi les plus riches et les plus productifs de la planète. Ils assurent de nombreuses fonctions biologiques et écologiques : habitats essentiels pour divers organismes (flore, ichtyofaune, avifaune), zones d’épuration et de stockage et de transformation des apports terrigènes. La forte productivité primaire des zones côtières se répercute le long des chaînes trophiques jusqu'aux niveaux trophiques supérieurs, particulièrement ciblés par la pêche.

3Les estuaires et les zones côtières sont des zones où se reproduit, grandit ou transite un très grand nombre d’espèces marines, lesquelles font le plus souvent l’objet d’une exploitation halieutique. De par ces différents rôles, ils sont qualifiés d’habitat halieutique essentiel (Essential Fish Habitat). Pour de nombreuses espèces de poissons, les écosystèmes côtiers servent de refuge contre la prédation tout en offrant d'importantes quantités de nourriture. Ils jouent le rôle de nourricerie où les conditions environnementales favorisent la croissance des juvéniles avant qu'ils ne soient recrutés dans la population adulte. Les nourriceries assurent donc une fonction clé dans le cycle biologique des espèces et constituent donc un maillon essentiel du renouvellement des stocks exploitables et de leur pérennisation. Cette fonction est l’une des composantes écologiques essentielles des écosystèmes côtiers.

4Selon la Banque mondiale (2009), les biens et les services issus des écosystèmes marins et côtiers génèrent plus de 20 billions de dollars à l’échelle mondiale, soit plus du tiers du produit mondial brut. Aux États-Unis, environ 75 % des espèces marines commercialement importantes et 80 à 90 % des espèces récréatives sont tributaires des zones côtières peu profondes et des estuaires pour leur survie (lieu de ponte, nourricerie, voie de migration et aires d'alimentation). Dans ce pays, la perte et la dégradation des habitats ont considérablement affecté la pêche parce que les espèces dépendantes des zones côtières et des estuaires représentent 77 % des captures nationales. En France, une étude récente, menée par le Comité français de l’UICN (Union Mondiale pour la Nature) et le Muséum national d’Histoire naturelle, en partenariat avec la Société française d’ichtyologie et l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, montre que sur 69 espèces de poissons d’eau douce du territoire métropolitain, 15 d’entre elles sont menacées de disparition (UICN, 2009). Cette étude indique que la dégradation et la destruction des milieux naturels constituent la principale menace pour les poissons d’eau douce de France métropolitaine.

Pressions et impacts

5Le littoral, interface entre la terre et la mer, est un milieu complexe, riche sur le plan écologique et très convoité. Actuellement, 60 % de la population mondiale vit à moins de 60 km des côtes et l'urbanisation littorale risque de s'amplifier, puisqu'on attend 75 % de la population mondiale sur les côtes en 2025. Bon nombre des problèmes rencontrés dans les estuaires et les zones côtières sont le résultat direct de l’accroissement des activités humaines issues de la croissance industrielle et de la croissance démographique. Beaucoup de grandes agglomérations du monde sont situées à proximité des zones côtières ou le long des estuaires (Londres, Paris, New York, Tokyo, Los Angeles, etc.). De plus, la majorité des populations non côtières est localisée à proximité des rivières et des voies navigables, induisant indirectement des effets sur la biodiversité marine.

6Selon le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement), 80 % des pollutions marines sont d'origine terrestre et anthropique (PNUE, 2010). Ce sont les eaux usées domestiques, les plastiques, les rejets industriels, les pesticides et les engrais agricoles. Selon l'Organisation internationale des Nations Unies, la pollution marine est définie comme étant "l’introduction par l'homme, directement ou indirectement, de substances ou d'énergie dans le milieu marin (y compris les estuaires) occasionnant des effets néfastes tels que des nuisances envers les ressources biologiques, des risques pour la santé de l'homme, des entraves aux activités maritimes (y compris la pêche), une altération de la qualité de l'eau de mer du point de vue de son utilisation et une dégradation des valeurs d'agrément" (ONU, 2010). Bien que la pollution marine englobe différents types de pression comme la pollution bactériologique, la pollution thermique, les effets liés à des apports de macrodéchets, de matières sédimentaires ou l’introduction d’espèces allochtones, nous n’aborderons, dans cet article, que la problématique de la pollution chimique. On trouve ainsi en mer des métaux lourds toxiques comme le mercure ou des « polluants organiques persistants » aussi dangereux que le lindane, le PCB ou le DDT. Aux sources industrielles s’ajoutent les effluents domestiques et urbains ainsi que les apports diffus dus aux usages agricoles. Il existe aujourd’hui plus de 100 000 molécules chimiques et il est difficile de savoir quelles en sont les conséquences sur les organismes vivants. Notre compréhension générale de la façon dont la pollution et les différents contaminants influencent la biodiversité marine et l’intégrité des écosystèmes est limitée. Toutefois, de nombreuses études ont montré que les contaminants entraînent chez les organismes marins des perturbations endocriniennes, des modifications du comportement, des perturbations du métabolisme énergétique et des réponses génétiques (voir synthèse dans Amiard-Triquet et Amiard, 2008). La pollution peut avoir des répercussions à toutes les échelles trophiques, des producteurs primaires aux consommateurs supérieurs et, par conséquent, affecter le fonctionnement des écosystèmes. Les contaminants chimiques peuvent avoir des effets en cascade sur la croissance et la reproduction des organismes, entraînant des changements dans l’organisation biologique supérieure, chez les populations et les communautés (Amiard-Triquet et Amiard, 2008).

7Au-delà des substances surveillées traditionnellement (métaux, organochlorés, pesticides, hydrocarbures), une préoccupation majeure concerne les effets éventuels de nombreuses autres substances chimiques telles que les produits à usages domestiques, les produits cosmétiques et pharmaceutiques (antibiotiques, hormones, stéroïdes). Ces substances sont qualifiées de contaminants émergents et se retrouvent en grande partie dans le milieu marin, car les stations d'épuration, bien qu'elles se soient énormément améliorées sur le plan technique, n'ont pas été conçues pour éliminer ces molécules. Ce qui est établi, c’est que certains composés peuvent avoir un impact avéré sur les organismes aquatiques même à des doses très faibles.Certains médicaments à usage humain et vétérinaire – antibiotiques, analgésiques, pilule contraceptive – entraînent des cas de « féminisation » de poissons mâles.

  • 1  Les substances dites « prioritaires » : substances dont la présence doit être réduite ou supprimée (...)

8Le programme Amperes, lancé en 2006 par Suez environnement et le Cemagref (Institut de recherche pour l'ingénierie de l'agriculture et de l'environnement), et cofinancé par l'Agence nationale de la recherche, visait à mesurer les concentrations de micropolluants dans les eaux usées traitées, en entrée et en sortie des stations d'épuration, et évaluer les capacités d'élimination des différentes technologies de traitement. Les résultats de ce programme, récemment publiés (Cemagref, 2010), soulignent cependant que sur 100 substances dites « prioritaires »1’ 85 % sont retenues par les stations d’épuration française.

9La protection de la biodiversité et des habitats passe par la connaissance des impactset des incidences associés aux activités humaines. Les apports de la recherche sont particulièrement importants pour une formulation des avis scientifiques. Dans l’optique d’une gestion intégrée des zones côtières et face aux risques environnementaux générés par l’introduction de nombreuses substances chimiques dans le milieu marin, il est important d’évaluer les altérations des écosystèmes en lien avec la présence de polluants chimiques.

Comment évaluer les altérations des écosystèmes en lien avec la présence de contaminant ?

10Si la nécessité de protéger à la fois quantitativement et qualitativement les habitats et les espèces est avérée, les outils permettant d’apporter un diagnostic sur leur état de santé restent à définir. D’une manière générale, la surveillance de la qualité de l’environnement peut se faire suivant deux approches : (i) la détection des polluants et leur quantification ; (ii) l’évaluation des effets des polluants sur les organismes vivants, soit à l’échelle des individus, soit à l’échelle des populations et des communautés (Adams, 2002). La première approche, bien que rapide, fournit seulement des informations limitées et ponctuelles dans le temps. Elle renseigne sur la nature du polluant et sa concentration, mais ne renseigne pas sur l’impact qu’il peut avoir sur l’écosystème. C’est pourquoi une évaluation de l’effet des perturbations environnementales et anthropiques sur les organismes vivants et sur les écosystèmes d’une manière générale est actuellement préconisée. Cela peut se faire par l’utilisation d’indicateurs biologiques ou écologiques.

11De nombreux indicateurs existent et fournissent des réponses aux perturbations environnementales à différentes échelles de temps. La recherche et l’utilisation d’indicateurs biologiques répondent à une problématique essentiellement appliquée : la bioévaluation des écosystèmes et le diagnostic prédictif de leur évolution spatio-temporelle. Actuellement, il est possible de mesurer les effets biologiques depuis le niveau cellulaire jusqu’aux peuplements et aux écosystèmes (Adams, 2002) (Figure 1). Le nombre de bio-indicateurs utilisé est le reflet de l’immense variabilité biologique des écosystèmes. Les indicateurs biologiques se situent au sein d’un ensemble de méthodes dont la rapidité de réaction et la signification écologique sont inversement proportionnelles. Le choix d’un bio-indicateur s’avère assez difficile vu leur grande diversité. Il n’existe pas de bio-indicateur « universel ». Un bon indicateur doit remplir plusieurs critères, incluant entre autres la sensibilité, la reproductibilité et la pertinence écologique, pour bien représenter les phénomènes en cause.

Figure 1. Diagramme illustrant les différentes approches liées à l’évaluation de la qualité environnementale.

Figure 1. Diagramme illustrant les différentes approches liées à l’évaluation de la qualité environnementale.
http://www.esd.ornl.gov/​programs/​bioindicators/​

12Note : Les stress environnementaux comme les contaminants peuvent causer une variété de réponses (parfois complexes) des poissons depuis le niveau moléculaire à la population/communauté.

13Le choix des indicateurs à utiliser dépend de la problématique abordée. On peut distinguer deux grands groupes d’indicateurs :

  • Les indicateurs avec un temps de réponse court (heures, jours) mais dont la signification écologique est faible peuvent être utilisés pour émettre des signaux précoces de la perturbation du milieu. Ces indicateurs (biochimiques, physiologiques ou enzymatiques, appelés également biomarqueurs) réagissent avant que des altérations de l’écosystème soient observables.

  • Les indicateurs avec un temps de réponse long (années) mais dont la signification écologique est forte permettent une bonne évaluation des effets à long terme d’une perturbation. Ces indicateurs sont basés sur l’étude des populations (structure démographique, qualité de la reproduction, etc.) et des peuplements (diversité, assemblages, etc.).

14Le meilleur compromis entre la sensibilité de la réponse et la signification écologique sont les indicateurs basés sur l’individu comme les indices de conditions, de croissance, etc.

L’utilisation des poissons comme indicateurs des changements environnementaux et des perturbations anthropiques

15La plupart des grands groupes biologiques ont été utilisés pour caractériser et surveiller le milieu marin. Les poissons peuplent la quasi-totalité des milieux aquatiques et occupent de vastes aires de répartition et des habitats très diversifiés. Leur degré d’évolution et leur niveau avancé dans les réseaux trophiques leur confèrent des propriétés intégratives des paramètres fluctuants de l’environnement et les rendent particulièrement intéressants en tant que modèle biologique et écologique. De plus, les poissons ont une durée de vie plus longue et donc intègrent les signaux de la pollution à la différence des mesures ponctuelles de la chimie de l'eau.

Cas de la Manche orientale

Les pressions

16La forte industrialisation et urbanisation du littoral de la partie française de la Manche orientale en fait une zone intéressante pour l’étude de l’impact des activités anthropiques sur la qualité des écosystèmes côtiers. L’objectif de cette partie n’est pas de décrire dans le détail l’ensemble des pressions anthropiques, mais de présenter celles qui sont responsables de la pollution chimique des écosystèmes côtiers de la Manche orientale.

Le trafic maritime et les installations industrialo-portuaires

17Du fait de sa position géographique, la Manche constitue la principale voie maritime entre l'océan Atlantique et l'Europe du Nord : on compte 700 à 800 bateaux par jour dans le détroit du Pas de Calais soit près de 20 % du trafic mondial. Les mauvaises conditions météo, le fort hydrodynamisme conjugué à la densité du trafic ainsi qu’au nombre élevé de navires transportant des produits dangereux font de la Manche orientale une zone où les dangers et risques pour la sécurité maritime et l’environnement sont nombreux et importants.

18Plusieurs ports sont implantés le long du littoral français de la Manche Orientale. Trois ports autonomes, soit celui de Rouen, du Havre et de Dunkerque, concentrent à eux seuls la plupart du trafic maritime et transport de marchandises de la Manche orientale. Du fait de l’importance du trafic maritime et de la concurrence avec d’autres ports de la région, plusieurs ports en Manche orientale ont augmenté leur capacité ou ont un projet d’agrandissement. C’est le cas du port autonome du Havre qui a accru considérablement ses capacités avec la construction de "Port 2000" qui s’est achevée en 2005. D’autres projets, tel que "Calais port 2015" un important projet de développement portuaire qui doit permettre au 4e port français pour le fret et 1er port français pour les voyageurs de répondre au développement du trafic dans les prochaines décennies. Il y a aussi le port de Dunkerque avec le projet de réalisation d'un terminal méthanier. 3e port français, ce dernierest actuellement réputé comme port de grands vracs destinés à ses nombreuses implantations industrielles.

Rejets industriel et domestique

19Il y a deux principaux centres industriels en Manche orientale : la région dunkerquoise et la vallée de la basse Seine qui draine également toute la région parisienne. C’est cette dernière qui entraîne le plus de rejets industriels et la Seine demeure, malgré des efforts importants de traitements des rejets, un des estuaires les plus contaminés en Europe nord-occidentale (Dauvin, 2008). De nombreux contaminants chimiques à la toxicité avérée pour l’environnement (pesticides, métaux lourds, HAP, PCB) sont ainsi retrouvés dans les eaux, les sédiments et les organismes vivants.

Importance écologique des écosystèmes côtiers en Manche orientale

20Les zones côtières peu profondes et les estuaires de la Manche orientale sont d’importantes zones de nourriceries pour de nombreuses espèces de poissons (Amara, 2002 ; Selleslagh et al., 2009). Ces nourriceries constituent un continuum tout au long du littoral, soutenu par la productivité des zones estuariennes (Figure 2). Le nombre d’espèces de poissons recensés est de 80 dans les zones côtières peu profondes et de 50 dans les estuaires (Tableau 1). La majorité des individus sont des juvéniles,ce qui montre la fonctionnalité écologique et en particulier halieutique (zones de nourriceries) des écosystèmes côtiers de la Manche orientale.

Figure 2. Localisation des zones de nourricerie de poissons (a) et de la crevette grise (b) en Manche orientale.

Figure 2. Localisation des zones de nourricerie de poissons (a) et de la crevette grise (b) en Manche orientale.

21Les écosystèmes côtiers jouent un rôle primordial dans le renouvellement des ressources halieutiques avec 41 % du tonnage des captures commerciales réalisées en Manche orientale provenant d’espèces dépendantes des estuaires (Goinard, 1993).

Figure 6. Analyse en composante principale montrant que les zones de moindres performances biologiques des juvéniles de poisson sont celles associées aux (a) plus forte teneur en contaminant dans les sédiments. (1 : Dunkerque ; 2 : Calais ; 3 : Boulogne ; 4 : Canche ; 5 : Authie ; 6 : Somme et 7 : Seine).

Figure 6. Analyse en composante principale montrant que les zones de moindres performances biologiques des juvéniles de poisson sont celles associées aux (a) plus forte teneur en contaminant dans les sédiments. (1 : Dunkerque ; 2 : Calais ; 3 : Boulogne ; 4 : Canche ; 5 : Authie ; 6 : Somme et 7 : Seine).

22Si, pour les concentrations chimiques liées aux pesticides anciens et à certains métaux, la situation s’est améliorée, comme c’est le cas dans l’estuaire de la Seine, il n’en va pas de même pour d’autres contaminants comme les HAP, les PCB et les phtalates qui ne montrent pas de diminution nette depuis 10 ans (GIP – Seine-Aval, 2010). Ces contaminations et leur évolution sont maintenant relativement bien connues, car suivies dans les réseaux de mesures officiels, mais les effets de ce mélange sur le milieu et sur les organismes vivants restent encore mal évalués.

Tableau 2. Teneur moyenne (±SD) des concentrations métalliques (mg.kg-1 poids sec) des juvéniles de flets capturés dans différents estuaires (n = 10 poissons par estuaire).

Cd

Cu

Cr

Mn

Ni

Pb

V

Zn

As

Se

Canche

0.02 ± 0.01

2.91 ± 0.24

0.29 ± 0.07

23.6 ± 1.4

0.11 ± 0.03

0.19 ± 0.05

0.30 ± 0.05

118 ± 23

3.81 ± 0.33

1.88 ± 0.32

Authie

0.04 ± 0.01

3.94 ± 0.90

0.23 ± 0.07

28.7 ± 2.0

0.19 ± 0.12

0.11 ± 0.02

0.21 ± 0.01

121 ± 12

4.32 ± 0.39

1.44 ± 0.14

Somme

< 0.01

3.58 ± 0.56

0.33 ± 0.04

10.4 ± 0.6

0.21 ± 0.08

0.18 ± 0.01

0.22 ± 0.02

107 ± 8

7.29 ± 0.43

1.96 ± 0.11

Seine

0.04 ± 0.1

7.68 ± 0.12

0.53 ± 0.25

19.9 ± 1.8

0.52 ± 0.12

0.83 ± 0.08

0.69 ± 0.14

137 ± 9

1.86 ± 0.60

2.64 ± 0.09

23Les indices de croissance et de condition mesurés sur les juvéniles de poissons semblent être pertinents pour évaluer la qualité des habitats et leur degré d’anthropisation (Gilliers et al., 2006 ; Amara et al., 2007 ; Amara et al., 2009). Les résultats de ces études montrent que les zones côtières fortement anthropisées offrent des habitats de moins bonne qualité pour le développement et la survie des poissons. Le développement des activités humaines fait perdre aux plus grands estuaires certaines de leurs fonctionnalités écologiques.

La gestion intégrée des zones côtières : un outil pour lutter contre la pollution et la protection des zones côtières ?

24Préserver la qualité de l’environnement marin et promouvoir l’utilisation durable des ressources marines sont devenus des enjeux majeurs pour les autorités et pour les professionnels de la mer. Il est donc nécessaire de préserver la qualité des habitats essentiels pour les poissons tout particulièrement en milieu côtier où ils sont soumis à une pression anthropique forte malgré leur importance pour le renouvellement des ressources.

25La conservation des zones côtières est à la fois un défi et un enjeu prioritaire pour de nombreux pays. Notre connaissance des écosystèmes côtiers a augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières décennies, mais il n'a pas suivi le rythme de notre capacité à les modifier. Le développement économique et le bien-être humain dépendront en grande partie de notre capacité à gérer ces écosystèmes de façon durable.

26Des politiques de protection de l’environnement littoral et marin sont mises en place à l’échelle nationale et au sein d’institutions internationales auxquelles la France participe. Ces politiques concernent la protection des habitats, la réduction et l’élimination des pollutions. On peut citer la directive 92/43/CEE, dite directive Habitats et la directive 2008/56/CE du Parlement Européen et du Conseil du 17 juin 2008, établissant un cadre d’action communautaire dans le domaine de la politique pour le milieu marin (directive-cadre stratégie pour le milieu marin). La convention OSPAR (Oslo-Paris), entrée en vigueur en 1988 après son adoption par 15 pays et par la Commission Européenne, a pour objectif de prévenir les pollutions et protéger les écosystèmes dans l’Atlantique Nord-Est.

27La volonté de réduire, voire d’éliminer les substances chimiques dangereuses des milieux aquatiques, se retrouve aujourd’hui dans la législation européenne sur les substances chimiques : la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE 200/60/CE) concernant la protection et la gestion des milieux aquatiques. Dans le cadre de cette directive, un programme de gestion et de surveillance doit être établi afin de suivre la qualité des milieux et de parvenir progressivement au bon état chimique et écologique des masses d’eau d’ici 2015. Le bon état chimique est basé sur le respect des normes de qualité environnementales (NQE) pour 41 substances chimiques dites prioritaires. Ces substances ont été choisies en raison de leur risque significatif pour ou via l’environnement aquatique. Parmi celles-ci, la Commission a identifié 13 substances prioritaires dangereuses dont les rejets devront être supprimés d’ici 2020. La nouvelle réglementation chimique européenne REACH (enRegistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques), entrée en vigueur le 1er juin 2007, a pour objectif d’améliorer la protection de la santé humaine et de l’environnement vis-à-vis des substances chimiques intentionnellement produites.

28La réduction de la pollution marine n’est pas une fin en soi ; il faut penser à protéger l’intégrité des écosystèmes côtiers notamment de la dégradation et de la fragmentation croissante des habitats. Les aires marines protégées sont des outils au service d'une gestion durable des océans et des espaces littoraux. Elles permettent de :

  • protéger les milieux sensibles et les espèces menacées ;

  • accroître la productivité des lieux de pêche en protégeant les lieux favorables à la reproduction et l'alimentation des poissons ;

  • réguler les différents usages de la mer.

29L'efficacité de ces zones est reconnue. Celles-ci permettent d'améliorer la qualité de l'habitat, d'augmenter la production halieutique et la biodiversité. Cette fonction est plus importante si la zone protégée est un secteur d'habitat essentiel au renouvellement des populations. Aujourd’hui on compte mille aires marines protégées dans le monde, dont la surface totale représente à peine 2 % des océans. La plupart des scientifiques et organismes internationaux impliqués dans la gestion et la conservation des océans considèrent qu'il faudrait protéger 10 à 15 % du milieu marin mondial pour assurer sa conservation. Lors du Grenelle de la mer en juillet 2009, la nécessité de créer des zones de protection marine s'est traduite par un objectif ambitieux : obtenir un réseau représentatif et cohérent de 10 % d'aires marines protégées d'ici 2012 et 20 % d'ici 2020 du domaine maritime français soit 1,1 million de km2 en 2012 et 2,2 millions de km2 en 2020. En Manche orientale, un projet de création d’un parc naturel marin à l’embouchure des trois estuaires picards est actuellement à l’étude.

Haut de page

Bibliographie

Adams, S.M. (Éditeur), 2002, Biological indicators of aquatic ecosystem stress. American Fisheries Society, Bethesda, Maryland. 621 p.

Allain, Y-M, A. Helias et G. Ribiere, 2006, La gestion des estuaires dans une approche communautaire. Rapport du ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer. 68 p.

Amara, R., 2002, Localisation et diagnostic de l’état de santé des nourriceries d’espèces d’intérêt halieutique en Manche Orientale et sur le littoral atlantique. Rapport de contrat final Liteau du MEDD, 90 p.

Amara, R., T. Meziane., C. Gilliers., G. Hermel et P. Laffargue., 2007, Growth and condition indices in juvenile sole (Solea solea L.) measured to assess the quality of essential fish habitat. Marine Ecology Progress Series 351 :209-220.

Amara, R., J. Selleslagh., G. Billon et C. Minier, 2009, Growth and condition of 0-group European flounder, Platichthys flesus as indicator of estuarine habitat quality. Hydrobiologia 67 :87-98.

Amiard-Triquet, C. et J.C. Amiard., 2008, Les biomarqueurs dans l'évaluation de l'état écologique des milieux aquatiques. Tec & Doc (Editions).

Cemagref, 2010, Micropolluants en stations d’épuration pour lutter contre la pollution dans l’eau, Rapport final du programme de recherche AMPERES.

Dauvin, J.C., 2008, Effects of heavy metal contamination on the macrobenthic fauna in estuaries : The case of the Seine estuary. Marine Pollution Bulletin 57, 160-169.

Banque Mondiale, 2009, Environment Matters at the World Bank. 60 p. [En ligne] URL : http://siteresources.worldbank.org/EXTENVMAT/Resources/3011350-1271279658247/EMatters09.pdf, consulté 31 avril 2011

Gibson, R.N., 1994, Impact of habitat quality and quantity on the recruitment of juvenile flatfishes. Netherlands Journal of Sea Research 32, 191–206.

Gilliers, C., O. Le Pape, Y. Désaunay, J. Morin, D. Guérault et R. Amara, 2006, Are growth and density quantitative indicators of essential fish habitat quality ? An application to the common sole Solea solea nursery grounds. Estuarine, Coastal and Shelf Science 69, 96-106.

GIP – Seine-Aval, 2010, Comprendre notre estuaire. Journal d’information n° 4.

Goinard, N., 1993, Importance économique des espèces à écophase estuarienne dans les pêcheries du golfe de Gascogne. Rapport Université de Nantes/Ifremer.

Henry, F., R. Amara., L. Courcot., D. Lacouture et M.L. Bertho., 2004, Spatial comparison of heavy metals in fish from the French coast of the Eastern English Channel and Southern bight of the North Sea. Environment International. 30 : 675-683.

Morin, J., O. Le Pape, R. Amara, K. Mahé et C. Gilliers, 2005, Identification des habitats essentiels de nourriceries de poissons à partir d’indicateurs faunistiques : Qualité de ces habitats pour les juvéniles de soles en estuaire de Seine. Rapport final Seine Aval, 36 pp. 

ONU, 2010. Organisation internationale des Nations Unies. ONU, 2010. [En ligne] URL : www.un.org/french/events/rio92/agenda21/action17.htm

PNUE, 2010. The Global Programme of Action for the Protection of the Marine Environment from Land-Based Activities. (Consulté 2010 09 17). [En ligne] URL : http://www.gpa.unep.org/

Selleslagh, J., R. Amara, P. Laffargue, S. Lesourd, M. Lepage et M. Girardin, 2009, Fish composition and assemblage structure in three Eastern English Channel macrotidal estuaries : A comparison with other French estuaries. Estuarine, Coastal and Shelf Science 81, 149–159.

UICN, 2009, Bilan de la situation des poissons d’eau douce de France métropolitaine : plus d’une espèce sur cinq menacée. [En ligne] URL http://www.uicn.fr/IMG/pdf/Dossier_presse_Liste_rouge_Poissons_d_eau_douce_de_metropole.pdf .

Haut de page

Notes

1  Les substances dites « prioritaires » : substances dont la présence doit être réduite ou supprimée en priorité, c’est à dire à échéance 2015 (notamment certains métaux, dérivés du pétrole, pesticides, solvants et détergents ou autres substances provenant de l’industrie)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Diagramme illustrant les différentes approches liées à l’évaluation de la qualité environnementale.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2. Localisation des zones de nourricerie de poissons (a) et de la crevette grise (b) en Manche orientale.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 6. Analyse en composante principale montrant que les zones de moindres performances biologiques des juvéniles de poisson sont celles associées aux (a) plus forte teneur en contaminant dans les sédiments. (1 : Dunkerque ; 2 : Calais ; 3 : Boulogne ; 4 : Canche ; 5 : Authie ; 6 : Somme et 7 : Seine).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/10990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachid Amara, « Impact de la pollution sur les écosystèmes côtiers : exemple de la Manche orientale », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 9 | Juillet 2011, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/10990 ; DOI : 10.4000/vertigo.10990

Haut de page

Auteur

Rachid Amara

Université de Lille Nord de France, Université du Littoral Côte-d’Opale (ULCO), CNRS, UMR 8187, F-62930 Wimereux, France, Courriel : rachid.amara@univ-littoral.fr   

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page