Navigation – Plan du site
Des ressourcements, des récréations : des écoulements réinventés par les loisirs

Aux confins de l'Amazonie landaise (France) : les paysages d'eau et de forêt du Courant d'Huchet

Bertrand Gonot et Thao Tran

Résumés

Les milieux humides du littoral landais possèdent des richesses écologiques et patrimoniales reconnues. Ils apportent de la diversité aux paysages, souvent décrits comme de simples étendues de pins maritimes ou de sable. Parmi ces zones humides, on distingue les courants littoraux, petits cours d’eau qui participent à l’évacuation des eaux du plateau landais vers l’océan. Sans doute, le Courant d’Huchet est celui qui a suscité et suscite encore le plus grand intérêt. Ce coin d’eau et de verdure est devenu aujourd’hui un réel objet de curiosité, voire un sanctuaire pour les touristes et les promeneurs en quête de retour à la nature. L’invention de l’appellation Côte d’Argent, la promotion de la station balnéaire d’Hossegor et la création du mythe de l’Amazonie landaise ont fortement contribué depuis plus d’un siècle, à la renommée du Courant d’Huchet.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Amazonie landaise, avez-vous dit Amazonie? Cette référence à la vaste contrée des Amériques est d’emblée surprenante pour qualifier le Pays Landais (Sud-Ouest de la France), pays de pins maritimes et de sable (Figure 1). L’Amazonie a toujours fait rêver, fantasmer l’Occident. De l’Eldorado à l’Enfer vert, au fil du temps, se sont tissées dans l’imaginaire et l’inconscient, toutes les perceptions et représentations d’un univers fait de mythes et de légendes.

Figure 1. L’Amazonie landaise, ses paysages d’eau et de forêt (le lac de Léon, le Courant d’Huchet et la pinède)

Figure 1. L’Amazonie landaise, ses paysages d’eau et de forêt (le lac de Léon, le Courant d’Huchet et la pinède)

© T. Tran, 2010

2Dès lors, qu’est-ce qui légitime la comparaison entre l’Amazonie brésilienne et l’Amazonie landaise? C’est bien à partir de l’association forêt/fleuve que se fonde le rapprochement entre les deux entités. Néanmoins, il serait erroné de croire qu’il s’agit de l’immense pinède landaise. À une échelle plus fine, c’est bien à la forêt-galerie et aux milieux humides du Courant d’Huchet que se rapporte la référence. L’audacieux pseudonyme Amazonie landaise a été imaginé pour ce courant, émissaire du lac de Léon. La comparaison n’est certainement pas usurpée tant on retrouve de similitudes dans les paysages.

3Cet article s’interroge sur le fait qu’un si petit cours d’eau et sa forêt-galerie ont bénéficié et bénéficient encore d’une telle renommée. Pourquoi est-ce le Huchet (appellation locale) qui a été retenu et non un autre courant? Quels sont les conditions, les facteurs et les acteurs qui ont présidé à l’invention du mythe de l’Amazonie landaise? L’entrée de la recherche est bien géographique, elle passe par l’étude spatiale et temporelle des paysages d’eau et de forêt. La méthodologie mise en œuvre pour répondre à ces questions se base sur l’étude d’archives, l’analyse d’ouvrages et de guides touristiques anciens et actuels, l’examen des brochures publicitaires ainsi que sur l’exploitation d’une série d’enquêtes in situ auprès des usagers.

4L’origine de cette renommée ne peut se comprendre sans se référer au développement des premières stations balnéaires en France, dont celle d’Hossegor. Cette dernière est distante de seulement quelques kilomètres du Courant d’Huchet. La proximité avec la célèbre station de villégiature a fortement contribué à son rayonnement, de même que l’inspiration littéraire et l’imaginaire des découvreurs. Aujourd’hui, comment le Courant d’Huchet est-il devenu un produit phare de l’offre touristique du littoral landais? Proposer quelques éléments de réponse suppose d’analyser la manière dont la renommée de l’Amazonie landaise a été construite et entretenue par les acteurs locaux.

La ruée vers l’eau ou l’essor des premières stations balnéaires

5Les stations balnéaires en France apparaissent dès la fin du XVIIIe siècle. La mode des cures de bains de mer est lancée et atteint son apogée durant la Belle-Époque (fin XIXe siècle-début Première Guerre mondiale) et les Années folles (1920-1929). On doit son avènement aux nombreux praticiens qui n’hésitent plus à prescrire des séjours sur le littoral à leurs patients, en leur vantant tous les bienfaits de l’air marin, des bains de boue, d’algues, de sable et d’eau fraîche. Mais il faut attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour que s’installe un véritable courant hygiéniste autour de la mer (Danay, Boyer, 1995).

De la promotion du littoral à l’esthétique des lieux

6Le XIXe siècle voit évoluer la société française. Son rapport distant avec la nature, jugée sauvage et hostile, se change peu à peu en une attitude de contemplation, d’esthétique des lieux et d’exotisme. Jusque-là inconnue ou méconnue, la mer devient le lieu du sublime et du ravissement ainsi qu’un prétexte aux plaisirs mondains (Jamot, 1985). C’est l’émergence du « désir du rivage »,pour reprendre une expression d’Alain Corbin en 1992. Ce changement résulte de l’invention de nouvelles pratiques et représentations ainsi que de la mode des lieux de villégiature. Cette ruée vers l’eau entraîne d’importants enjeux spéculatifs sur des territoires autrefois inconstructibles et peu habités.

7Dès la fin XIXe siècle, la fonction curative des bains de mer est peu à peu délaissée au profit de la fonction préventive, associée à des pratiques et des activités plus modernes, la plupart du temps plus populaires, sportives et touristiques.

8La renommée des stations balnéaires s’est construite aussi sur l’invention des appellations des côtes de France. Les unes après les autres, entre 1890 et 1911, chaque portion du littoral se dote de noms, calqués sur le modèle de la Côte d’Azur, terme popularisé en 1887. Par exemple, le territoire des plages landaises prend dès 1905 le nom de Côte d’Argent (Papy, 1978). Une telle promotion du littoral dès les années 1920 de la part des médias et de l’industrie touristique (Fénié, 2006), s’accompagne d’enjeux commerciaux et financiers importants, participant ainsi à la construction et au succès de l’image de la station balnéaire (Bertho-Lavenir et Latry, 2007).

9Dans le cas de la station landaise d’Hossegor, l’image du lieu a été travaillée, en même temps que celle de la Côte d’Argent, avant même que ne soit réalisé l’aménagement du site. En ce sens, les représentations ont précédé les pratiques (Chadefaud, 1988, pp. 698-699) :

« Il était une fois, près du modeste port de pêcheurs de Capbreton, à quelques vingt kilomètres de Biarritz, une fosse remplie d’eau douce, un « Hossegor » en landais de jadis, un vieil étang coincé entre de vieilles dunes sur l’ancien cours de l’Adour, un biotope de prédilection […]. »

« L’embouchure, née de la confluence du Bouret et du Boudigau, fut redressée, endiguée, et l’étang d’Hossegor devint un lac marin […] ce canal d’Hossegor qui traverse aujourd’hui les beaux quartiers n’avait, à l’origine, aucun but touristique ni esthétique et que sa largeur majestueuse provient simplement d’un phénomène d’érosion latérale. L’existence d’un tel site, à la fois naturel et remanié par l’homme, offrait des possibilités que l’on entrevoyait mal à l’époque. Sans les rêves et l’imagination de quelques poètes, il demeurerait peut-être encore inhabité. À l’évidence, le destin d’Hossegor illustre bien l’essence même du phénomène touristique […] il correspond à un marquage de l’espace par tout un cortège de signes. Il est une sémiotique. Dans le cas précis, ces images naquirent d’une profusion de textes littéraires nés sous la plume des Amis du Lac. Ils enrobèrent ces dunes anciennes […] de représentations exotiques, attractives, du sens de la distinction touristique. »

« Jadis, c’était un lac. […] Du beau lac d’Hossegor […] Et le golfe naquit de cette volupté […]. »

10La pratique du voyage balnéaire s’est ancrée dans les guides touristiques, comme en témoigne dès 1929 le sous-titre Côte d’Argent du Guide Michelin consacré aux Pyrénées. Il s’agit d’une invitation à fréquenter les espaces littoraux, longtemps en position d’isolats. La Côte d’Argent est une étape, voire une escale, très importante dans l’itinéraire entre Paris et la montagne.

Les destins croisés de la Côte d’Argent et de la station d’Hossegor

11L’histoire de la Côte d’Argent a donné lieu à un récit parfois éloigné de la vérité (Latry, 2007), une manière de légitimer tout un processus que l’on qualifierait aujourd’hui de promotion de communication, de marketing, de lobbying. Souvent, les discours insistent sur le caractère spontané, fortuit de la découverte de l’endroit qui aurait été baptisé à l’occasion de l’excursion du Touring Club en 1905. C’est l’écrivain Maurice Martin, au cours d’un banquet, qui aurait eu l’idée du nom de l’appellation, idée qui aurait fait l’unanimité parmi les participants à l’événement sportif (Bertho-Lavenir et Latry, 2007, pp. 107-110) :

« Un homme de lettres parisien passant dans la région, aurait proposé un nom, immédiatement reçu comme l’expression parfaite et définitive de l’esprit des lieux […] Maurice Martin a baptisé le littoral : il l’a appelé Côte d’Argent. C’est le nom qui doit lui rester, jamais il n’a été mieux qualifié. »

12Une étude attentive des faits révèle que ce baptême de la Côte d’Argent a, à l’origine, pour objectif de soutenir un projet de valorisation immobilière du littoral, et plus particulièrement de la station d’Hossegor. Joseph Henry Rosny vient d’en découvrir le lac (1900) et, séduit par le lieu, l’a fait connaître à ses amis artistes et hommes de lettres, dont Maurice Martin (Bertho-Lavenir et Latry, 2007, pp. 107-110) :

 « Maurice Martin est ici un personnage clef. À travers sa personne et son réseau d’amis, il rattache le projet de promotion du littoral aquitain à des cercles occupant un statut supérieur dans la littérature de la fin du siècle, dont il est capable de mobiliser le nom et la réputation en faveur de la Côte d’Argent […] Il s’attache cependant à donner au projet un but plus noble, débarrassé de toute connotation mercantile, et plus en phase sans doute avec l’image qu’un écrivain a de lui-même. Tracer une route dans cette admirable zone littorale, y jeter les touristes, revient à étendre le domaine de la beauté. »

13En 1906, l’écrivain publie un ouvrage intitulé La Côte d’Argent, dont la couverture montre une route (le boulevard routier) parcourue par deux échasses (landaises). Il décrit les paysages et le charme du Pays Landais (forêt, dune, étang), mais aussi de la côte qu’il a observée lors de ses participations aux caravanes publicitaires de 1905. Son ami J-H. Rosny, notable écrivain parisien et académicien, signe la préface de l’ouvrage alors que Maurice Martin le termine par une phrase qui prend tout son sens : « j’ai vu toutes ces merveilles, mais pour dresser ma tente, je choisirais les Landes ».

14C’est dans ce contexte national (développement des stations) et des Landes, marqué par l’arrivée des célébrités parisiennes qui jouent un rôle de promoteurs, que commence à se construire l’histoire du Courant d’Huchet.

La descente du Courant d'Huchet : des expéditions aux récits de voyage

15Jusqu’au début du XXe siècle, le Courant d’Huchet n’a qu’une fonction nourricière. Les pêcheurs professionnels de l’étang de Léon y pratiquent la pêche à l’anguille, et leur rapport à la rivière n’a alors d’extraordinaire que les prises miraculeuses qu’ils peuvent y effectuer. Dans ce coin du Pays Landais, où la vie est rythmée par les activités agricoles et forestières, le destin du Courant d’Huchet va donc basculer à la faveur du développement de la station balnéaire d’Hossegor (Dudebout, 2000a). À la fin de l’année 1905, accompagné par les pêcheurs de Léon, Maurice Martin effectue sa première descente du Huchet. Dans les années qui suivent, il fait découvrir le Huchet à ses amis artistes, écrivains et journalistes qui, sur les traces de J-H. Rosny, viennent de découvrir Hossegor et son lac. Tous témoignent dès lors de leur enchantement en rédigeant de nombreux articles élogieux dans la presse et les revues réputées de l’époque. Ils font connaître à la France entière, surtout celle des salons parisiens, les charmes du Courant d’Huchet.

L’expérience du terrain, une mémorable traversée en barque

16Une des merveilleuses aventures de descente du Courant d’Huchet est celle de J-H. Rosny, envisagée comme la découverte d’une contrée encore vierge en France (Dudebout, 2000b). Sont conviés à cette expédition, Paul Margueritte, Gabriele d’Annunzio et Maurice Martin (Rosny, 1911, p. 8) :

« Il existe en France, une région presque ignorée de la majorité des Français, notre Far West : le Sud-Ouest, au-delà de Bordeaux. Une immense forêt la couvre, et les plus grands étangs de France y sont formés. Parmi les merveilles qu’on y trouve, la plus attrayante peut-être est le Courant d’Huchet, qui sort du lac de Léon pour se rendre à l’Océan, en traversant une sorte de forêt vierge d’abord, ensuite un désert. J’avais, rare initié, vu ce courant. Je désirai le revoir, et l’idée me vint d’y faire une sorte de raid, un raid de beauté. »

17Dès le lever du jour, les écrivains-poètes se rendent au lieu de l’embarquement. Il ne s’agit pas d’une simple promenade de la belle société, cette expérience du terrain doit être inoubliable, donner à rêver et à imaginer.

18Le Courant d’Huchet est décrit comme une petite rivière sauvage. La végétation est étonnante par sa diversité aquatique et sylvestre : arbres de toutes essences, certains tombant de vieillesse sur le cours d’eau, lianes enchevêtrées, variétés surprenantes de fleurs des plus lumineuses. Il s’agit d’un véritable décor animé par les oiseaux, les grenouilles, les insectes et surtout, les innombrables libellules. C’est la vision d’un endroit rêvé pour les pêcheurs et d’un lieu de détente pour les promeneurs (Rosny, 1911, p. 10) :

« L’eau paraît sans bords. Nous naviguons comme […] sur les grands lacs américains. Nos barques sont si légères et la poussée des rames si insensibles que la surface se trouve à peine ridée […] on voit, à travers le cristal limpide, une sorte de prairie d’herbes marines habitées par les anguilles […] le silence nous enveloppe dans la ceinture de pins qui s’estompent à l’horizon. Soudain, la berge s’ouvre au milieu des fleurs, et nous voici dans le chenal par où l’étang déborde […] une eau profonde n’empêche pas les nénuphars de laisser filer vers la surface, au bout de leurs longues tiges, des corolles jaunes qui s’ouvrent parmi le cuir vert des feuilles nageantes […]. »

19Durant la descente, tous les sens sont mobilisés pour capter les odeurs, les senteurs, la beauté des paysages, les bruits de l’eau, du monde végétal et animal, etc. (Rosny, 1911, p. 12).

« L’impression est suave par la fraîcheur et par l’inconnu […] la vie des plantes aquatiques, tout le royaume abondant de l’humide remplit l’imagination […], mais elle est bientôt débordée : la beauté des arbres, les petites cloches fines des clapotis, la voix des napées, le frôlement soyeux de la rivière contre ses rives, les anses où se pressent les nénuphars jaunes, où tourbillonne le gyrin au bouclier d’acier bleu, où s’agite le notonecte, le monde des orthoptères palpitant sur le miroir limpide […] traits qui se poursuivent, qui s’arrêtent au bord d’un calice, au sommet d’un jonc, c’est une fête trop abondante pour l’esprit : seuls, les sens et l’instinct en suivent les péripéties adorables. »

« Quant le courant a bien suivi le pied des grandes dunes, comme aurait fait un fleuve majestueux, il s’enfonce soudain dans une impénétrable forêt de vernes. Sait-on si l’on en sortira? Il faut que la barque, sans peur, coupe à travers les rideaux de branches qui s’enchevêtrent. À des tournants soudains, l’ombre s’étend, l’eau coule en un filet d’or brillant sur un fond d’or mat. Un pont d’allure japonaise se courbe en dos d’âne. »

20Cette traversée dure près de 10 km entre Léon et l’embouchure du courant qui marque la fin du périple et oblige toute l’équipe à débarquer.

Le Huchet, l’attraction touristique d’Hossegor et des Landes

21Le Huchet, devenu une attraction pour la haute société, promet une excursion en barque, une traversée aux confins de l’Asie, de l’Afrique ou encore de l’Amérique du sud. Dans les moments d’extase, les écrivains-poètes n’hésitent pas à parler de contrées qu’ils ne connaissent pas ou peu. Ainsi, Gabriele d’Annunzio décrit en 1917 dans le recueil poétique Le Tryptique, sa vision exotique des lieux. Il joue ici dans le registre de l’extraordinaire, allant jusqu’à dire que le Huchet présente des visions aussi splendides que celles qui illuminent le rêve des poètes. Quel plus brillant hommage que cette représentation : le rêve devenu réalité ! L’évocation du Brésil peut-elle être celle des paysages de l’Amazonie? Prémisse sans doute, ou de manière inconsciente, à l’appellation Amazonie landaise qui n’existait pas encore.

« Tour à tour le Brésil, le Tonkin, puis l’Afrique défilent sous nos yeux en un rêve exotique, parmi sables, marais, lianes et roseaux. »

22La présence de quelques personnalités connues et la publication d’articles élogieux à son endroit ont participé à ce que le Courant d’Huchet devienne rapidement célèbre. À partir de 1908, les visiteurs affluent, un succès qui s’explique par la proximité de la station d’Hossegor et par son importante clientèle en quête d’exotisme. Conséquence de ce succès : à partir de 1932, deux fois par semaine, un service d’autobus convoie au Huchet les bourgeois en villégiature à Hossegor. Le destin du Huchet apparaît totalement lié à celui d’Hossegor, une réalité que la révolution des transports a facilitée. En effet, sans cette révolution, jamais le Huchet n’aurait connu une telle ascension, du moins pas dans les mêmes conditions et certainement bien plus tard. Son classement en site protégé en 1932 a certainement participé, dès cette époque, à en renforcer l’attrait. Dès lors, pour répondre à une demande croissante, les pêcheurs professionnels de l’étang de Léon s’organisent dès 1930, en un syndicat, les Bateliers du Courant d’Huchet (d’une dizaine de bateliers). L’activité de pêche exclusivement nourricière se transforme en une activité mixte : c’est la naissance de la batellerie et du tourisme sur le Huchet.

23Les guides touristiques, notamment celui du Guide Michelin, ont également apporté leur contribution à la construction de la renommée du courant (Pyrénées-Côte d’Argent, 1934-1935, pp. 79-81).

« C’est de Léon que se fait la très intéressante excursion au Courant d’Huchet. La descente du Courant d’Huchet s’impose, au moins en partie, au touriste qui désire connaître le Pays Landais sous tous ses aspects… Ce courant est le plus capricieux des fleuves côtiers et son cours présente une succession de sites pittoresques qui surprennent par leur exotisme. »

24Les photographes qui ont participé à la (aux) descente(s) du Huchet, n’ont pas non plus manqué d’encenser le courant sur les cartes postales de l’époque, entre 1910-1930 (Figure 2), le qualifiant d’une des merveilles de la France pittoresque.

« La Côte d’Argent : le Courant d’Huchet. À Moliets, près de l’estuaire, on essaya vainement de dévier ce courant. Après la vision des forêts vierges africaines, un désert de sable s’offre au regard du voyageur enthousiasmé […] Une contré vierge en France : le Courant d’Huchet : Lou pas dou Loup […] Il faudrait, dit Gabriele d’Annunzio, vivre ici pendant de longues semaines, explorant les coins délicieux, vivant le poème des eaux et du ciel. »

Figure 2. Les paysages de cartes postales du Courant d’Huchet, du cours d’eau jusqu’à l’embouchure (les différentes vues du Courant d’Huchet).

Figure 2. Les paysages de cartes postales du Courant d’Huchet, du cours d’eau jusqu’à l’embouchure (les différentes vues du Courant d’Huchet).

Collection privée © B.Gonot

25Aujourd’hui, si le succès s’appuie en partie sur la renommée acquise en début de siècle, il doit aussi beaucoup à l’imagination des acteurs locaux, dont les bateliers qui ont su enrichir et diversifier ce produit touristique sans pour autant le dénaturer. Comme en 1905, on le descend toujours dans la galupe d’un batelier, mais on peut aussi aujourd’hui partir à sa découverte à pied, par des chemins balisés, seul ou en compagnie d’un guide. À l’image des premiers jours, l’extraordinaire est encore au rendez-vous.

L’Amazonie landaise, un mythe construit au fil de l'eau

26Dans les années 1960, tandis que le tourisme de masse se développe, l’activité batelière doit évoluer pour faire face à une clientèle croissante. Les pêcheurs professionnels se faisant rares, elle se développe grâce à l’arrivée de néo-bateliers (agriculteurs, résiniers ou encore étudiants). En 1997, les bateliers créent l’Union des Bateliers, association qui organise le côté festif et traditionnel de l’activité. C’est toute une ambiance qui est proposée par cette invitation à la découverte de l’Amazonie landaise. En 2008, les bateliers ont fêté le centenaire de leur activité et souligné l’événement par la publication d’un livre retraçant leur histoire (Association des bateliers, 2008).

Entre valorisation et mise en scène, les clés du succès

27Les bateliers, comme jadis, invitent à « un voyage aquatique, botanique et poétique sur le courant » (Riboulet, 2010). L’aventure commence depuis l’embarcadère de Léon. En suivant son cours, le courant entraîne la barque dans la forêt-galerie à partir de la dune du Pas-du-Loup, puis de méandre en méandre, il atteint le pont de Pichelèbe, juste après s’être faufilé le long de surprenants cyprès-chauves, plantés il y a plus de 120 ans et qui apportent une note exotique au paysage (Figure 3). À partir de là, le batelier amarre sa galupe et invite les promeneurs à emprunter les sentiers pédestres aménagés le long du littoral (Riboulet, 2010, p. 97) :

« Quel contraste avec la surface scintillante du lac ! Ça et là, les rayons du soleil se reflètent dans l’ombre sombre. Ils pénètrent à peine la canopée des aulnes et saules roux de la forêt-galerie. Du vert, encore du vert. Abondance et luxuriance végétale. L’étiquette Amazonie landaise colle au Courant d’Huchet en irritant ses défenseurs qui reconnaissent pourtant le bien-fondé de la comparaison. Que de nuances dans ce fouillis inextricable de tiges, de feuilles et de branches ! La monotonie n’a pas droit de cité. »

Figure 3. La Réserve Naturelle du Courant d’Huchet au cœur de la forêt marécageuse

Figure 3. La Réserve Naturelle du Courant d’Huchet au cœur de la forêt marécageuse

28Sur les traces de Maurice Martin, les bateliers continuent de cultiver l’extraordinaire, jusque dans leurs prospectus publicitaires, lesquels arborent un titre porteur du caractère exubérant de la végétation : Découverte de l’Amazonie landaise, Léon - Courant d’Huchet. La première association des termes Amazonie et Huchet date, semble-t-il, de juillet 1961 dans un article de Louis Dartigues, extrait du quotidien régional "Sud-Ouest Dimanche" et intitulé Le "Sud-Ouest méconnu ou le voyage en Amazonie, le Courant d’Huchet". Pour le reste, c’est toute une mise en scène qu’ils proposent : la descente est agrémentée d’historiettes qui ont marqué des décennies de batellerie, mais aussi des légendes du Huchet.

29L’histoire du lieu se conjugue également avec celle de la Réserve Naturelle créée en 1981. Au-delà des explications biologiques (on est aussi dans le domaine de l’extraordinaire, celui des passionnés de botanique et de zoologie), la dimension poétique trouve également ici sa place dans les plaquettes de découverte du site qui invitent à laisser glisser son imagination au fil de l’eau. Cette aire protégée est venue enrichir le produit touristique d’origine, générant un nouvel essor de la fréquentation du site, dans la continuité de l’action des bateliers puisque des liens forts existent entre la batellerie et la Réserve Naturelle, tous deux étant co-gestionnaires du site. De plus, les guides touristiques, tels que le Guide Vert Michelin Aquitaine en 2009 ou le Guide Balado Aquitaine 2009-2010 sont d’excellents relais publicitaires pour le site du Huchet et donc pour les bateliers et la Réserve Naturelle, lequel accueille, chaque année, plus de 20 000 visiteurs.

30Le Guide Vert Michelin Aquitaine :

« Le Courant d’Huchet - L’eau fuit l’étang de Léon pour rejoindre l’Océan. Elle se fraye un chemin à travers des arceaux de vieux arbres envahis par le lierre et la mousse. La barque qui suit son sillage vous fait glisser dans un univers à part, presque exotique. Un voyage au fil de l’eau en famille ou en duo. »

« Partez à la découverte de la réserve naturelle (faune, flore, histoire, activités traditionnelles, contes et légendes) en visites guidées pédestres le long du Courant d’Huchet, depuis l’étang de Léon jusqu’à l’océan. »

31Le Guide Balado Aquitaine :

« La Réserve Naturelle du Courant d’Huchet : Amazonie Landaise - Le dépaysement est total. Entre les interstices des chênes-lièges, des cyprès chauves ou des aulnes, le soleil glisse, éclairant un parterre de fougères… Vous avancez dans le paradis des botanistes. »

32Ces quelques citations montrent, une fois encore, combien l’accent est mis sur le côté extraordinaire du site, sur sa richesse historique, paysagère, botanique et animale. Les visiteurs en quête de nature sont assurément comblés.

33Vers un retour aux sources

34Plus d’un siècle sépare les ballades d’aujourd’hui au Huchet des premières descentes, effectuées par Maurice Martin et J-H. Rosny. La contrée n’a plus rien de vierge. Le contexte est différent ainsi que le type de tourisme et de touristes. Pourtant, plus que jamais, les promeneurs, en barque ou à pied, aspirent à se retrouver dans ce coin d’eau et de verdure, au plus près de la nature. Au-delà de ce constat, il est intéressant de s’interroger, à travers une série d’enquêtes, réalisée durant l’été 2009, sur les perceptions des visiteurs.

35Si le Huchet attire les vacanciers en quête de découvertes (ballades en barques en général), l’enquête a révélé qu’il fidélise également une clientèle locale et régionale, y compris en pleine saison touristique. Tous cherchent ce contact direct avec la nature pour la contempler et se ressourcer, seul ou en famille. Le Huchet est pour eux une destination de nature, perçu comme un lieu d’exception, parce qu’il est calme, parce qu’il est beau, parce qu’il est naturel, parce qu’il est tout simplement différent de la forêt environnante. De manière assez inattendue, ce n’est pas l’extraordinaire qu’ils viennent chercher, mais l’ordinaire.

36Les paysages du Courant d’Huchet ont toujours été source d’inspiration pour les artistes. Il est intéressant, en guise d’ultime témoignage, de présenter quelques aquarelles inspirées par les paysages du Huchet. Ici, point d’Amazonie, point d’exotisme, seulement la réalité du quotidien. L’artiste Anne Larose, originaire des Landes, peint avec beaucoup de sensibilité et de justesse l’atmosphère du Courant (Figure 4), le miroir et la transparence, la profondeur de l’eau, l’opacité de la végétation, la lumière.

37Figure 4. Les paysages d’aquarelles du Courant d’Huchet

a) Un coin de verdure et de fraîcheur, un coin de contemplation sur les bords du Huchet

a) Un coin de verdure et de fraîcheur, un coin de contemplation sur les bords du Huchet

b) Une invitation à la descente du Huchet, entre aulnes et saules de la forêt-galerie

b) Une invitation à la descente du Huchet, entre aulnes et saules de la forêt-galerie

c) La fraîcheur matinale des eaux dormantes dans les brumes

c) La fraîcheur matinale des eaux dormantes dans les brumes

Collection privée © A.LAROSE, 2010

38Il n’est pas rare de retrouver dans ces œuvres, une ambiance ou un endroit familier. Les aquarelles jouent sur des effets de lumière et de transparence, permettant de saisir sur la toile les émotions provoquées par ce lieu. La nature est perçue dans sa solitude, épurée, sans présence humaine.

Conclusion

39Le développement des stations balnéaires en France et, de manière générale, l’avènement du tourisme, ont eu lieu grâce, notamment, à l’expansion du chemin de fer reliant les grands centres urbains aux côtes. Les villes littorales se sont ainsi modernisées et développées grâce à une relation entre loisirs et voyage. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, elles deviennent des lieux de villégiature prisés de tous. De villes de bains, elles sont passées au statut de villes touristiques grâce à l’accroissement du temps de loisir.

40C’est dans ce contexte que le tourisme a commencé à se développer sur la côte landaise, rebaptisée pour l’occasion Côte d’Argent. Cet article sur le Courant d’Huchet révèle son destin étroitement lié à celui de la station d’Hossegor, l’apport considérable des hommes de lettres, de Maurice Martin et de ses nombreux amis artistes et intellectuels parisiens. Ils ont contribué à faire venir la haute société parisienne dans cette contrée, considérée longtemps comme très malsaine. Pour eux, Hossegor doit être élevée au rang de station balnéaire comme Biarritz et le Courant d’Huchet au rang de lieu esthétique d’exception. Passée l’époque de sa découverte, ce dernier n’a jamais cessé de fasciner, d’inciter à la poésie, à la rêverie. Si ce succès s’appuie en partie sur la renommée acquise en début de siècle, son histoire a continué de s’enrichir grâce à la contribution des bateliers. Dans tous les cas, haut lieu patrimonial si l’on se réfère aux découvreurs, Amazonie landaise si l’on emboîte le pas des bateliers, simple destination de nature pour les promeneurs d’aujourd’hui, ces diverses facettes du produit Huchet révèlent combien sa célébrité s’est construite au fil du temps.

Remerciements

41Les auteurs remercient l’artiste-peintre Anne Larose pour ses aquarelles du Pays Landais.

Haut de page

Bibliographie

Association des bateliers, 2008, Histoire des bateliers et regard sur le Courant d’Huchet, Marly, 96p.

Bertho-Lavenir C., Latry G., 2007, Côte d’Argent, Côte d’Émeraude : les zones balnéaires entre nom de marque et identité littéraire, in Le Temps des Médias, n°8, pp. 105-117.

Chadefaud M., 1988, Aux origines du tourisme dans les pays de l’Adour. Du mythe à l’espace : un essai de géographie historique, Université de Pau, n° spécial des Cahiers de l’Université, Biarritz, 1010p.

Corbin A., 1990, Le territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage (1750-1840), Flammarion, Paris, 407p.

Danay C., Boyer C. (dir.), 1995, Une histoire du basin Arcachon, entre landes et océan, Mollat, Bordeaux, 252p.

Dudebout P., 2000a, Étymologie d’Huchet, in Bulletin de Mémoire en Marensin, n°1 et 2, pp. 86-87.

Dudebout P., 2000b, Mémoire : la descente du Courant d’Huchet, in Bulletin de Mémoire en Marensin, n°1 et 2, pp. 88-100.

Fénié J-J., Taillentou J-J., 2006, Lacs, étangs et courants du littoral aquitain, Confluences, Bordeaux, 160p.

Fénié J-J., L’invention de la Côte d’Argent, Bordeaux, Confluences, 159p.

Guide Balado Aquitaine, 2009-2010, Guide Balado Aquitaine, Modéos, Paris, 522p.

Guides Michelin régionaux, 1934, Pyrénées, Côte d’Argent (1934-1935), Bruxelles, Michelin et compagnie, 520p.

Guide Vert Michelin Aquitaine, 2009, Guide Vert Michelin Aquitaine, St-Just-la-Pendue, Michelin, 544p.

Latry G., 2007, L’invention de la Côte d’Argent : de la légende à l’histoire, Mémoire en Marensin, Actes du colloque de Léon (Landes) en mai 2005 : Cent Ans de la Côte d’Argent, 125p.

Martin M., 1906 (réédition 2005), La Côte d’Argent, partie méridionale, d’Arcachon à Biarritz à travers les Grandes Landes. Sur le littoral de Gascogne, Gounouilhou G., Bordeaux, p. 27.

Martin M., 1934, Le tryptique poème de la Côte d’Argent, Delmas, Bordeaux, 280p.

Office du Tourisme de Léon, 2008, Découverte de l’Amazonie landaise, prospectus publicitaire du groupement des bateliers.

Office du Tourisme de Léon, 2008, Réserve Naturelle du Courant d’Huchet, prospectus publicitaire et plaquettes de découverte.

Papy L., 1978, Les Landes de Gascogne et la Côte d’Argent, Toulouse, coll. Pays du Sud-Ouest, Privat, 191p.

Riboulet M., 2010, Huchet, le dernier des Mohicans, in L’Aquitaine littorale, n° hors-série Le Festin, Bordeaux, pp. 96-101.

Rosny J-H jeune dit Séraphin Justin François Boex, 1911, Une contrée vierge en France. Le courant d’Huchet, bulletin n°13 extrait des archives départementales des Landes, pp. 80-86.

Toulier B., 1993, L’architecture des bains de mer : un patrimoine marginalisé, in Revue de l’Art, n°101, pp. 29-40.

Toulier B., 2000, L’influence des guides touristiques dans la représentation et la construction de l’espace balnéaires (1850-1950), in Cohen E. et al. (dir.), Les guides imprimés du XVIème au XXème siècle, villes, paysages, voyages, Paris, Belin, p., pp. 239-258.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’Amazonie landaise, ses paysages d’eau et de forêt (le lac de Léon, le Courant d’Huchet et la pinède)
Crédits © T. Tran, 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11342/img-1.png
Fichier image/png, 110k
Titre Figure 2. Les paysages de cartes postales du Courant d’Huchet, du cours d’eau jusqu’à l’embouchure (les différentes vues du Courant d’Huchet).
Crédits Collection privée © B.Gonot
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11342/img-2.png
Fichier image/png, 278k
Titre Figure 3. La Réserve Naturelle du Courant d’Huchet au cœur de la forêt marécageuse
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11342/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Titre a) Un coin de verdure et de fraîcheur, un coin de contemplation sur les bords du Huchet
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11342/img-4.png
Fichier image/png, 121k
Titre b) Une invitation à la descente du Huchet, entre aulnes et saules de la forêt-galerie
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11342/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre c) La fraîcheur matinale des eaux dormantes dans les brumes
Crédits Collection privée © A.LAROSE, 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11342/img-6.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Gonot et Thao Tran, « Aux confins de l'Amazonie landaise (France) : les paysages d'eau et de forêt du Courant d'Huchet », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 10 | Décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11342 ; DOI : 10.4000/vertigo.11342

Haut de page

Auteurs

Bertrand Gonot

Maîtres de Conférences en géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET (Société Environnement Territoire), UMR 5603 CNRS/UPPA, courriel : bertrand.gonot@univ-pau.fr

Thao Tran

Maîtres de Conférences en géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET (Société Environnement Territoire), UMR 5603 CNRS/UPPA, courriel : thao.tran@univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page