Navigation – Plan du site
Des ressourcements, des récréations : des écoulements réinventés par les loisirs

Aménager les rivières et réduire les risques pour développer le tourisme nautique en France (1904-1924)

Eric Levet-Labry

Résumés

Le Canoë Club développe le tourisme nautique à partir de 1904. Ses membres explorent les cours d'eau français. Ils relèvent les difficultés, topographient les rivières, compilent des informations, éditent des guides pour permettre l'expansion de la pratique sportive. Ils participent à l'aménagement des rivières et tentent de rendre prévisible les dangers pour la préparation de descentes de rivière par tous les membres du club. Il est nécessaire de rendre le risque acceptable. Pour cela l'action du Canoë Club va s'orienter vers un aménagement du cours d'eau en repérant les dangers, en identifiant les difficultés et en proposant des aménagements qui visent à la réduction des risques objectifs tels que les barrages, les moulins, les usines, etc. En même temps, les canoéistes s'approprient le risque, relativisent le danger. Les longues préparations des expéditions permettent d'avoir une connaissance livresque de la descente, ce qui fait apparaître deux visions différentes, opposant la violence de la rivière au calme du cours d'eau. C'est à partir de ces deux visions que les canoéistes s'approprient le risque comme le montre l'analyse faite des crues et des inondations.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

tourism, canoe, sport, risk, flood

Lieux d'étude :

Europe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906.

1Au début du XXème siècle, la multiplication des moyens de transports collectifs et leur démocratisation permettent aux parisiens de prendre possession des espaces proches de la capitale. Après avoir investi les espaces boisés aux portes de Paris, les parisiens font des bords de rivières, des lieux de promenade. Cette nature, à proximité de la capitale, est considérée comme un espace sanitaire, mais aussi comme un lieu d'évasion et de loisirs. Les différentes classes sociales s'y côtoient, mais ne s'y confondent pas (Csergo, 1995). Les classes bourgeoises se retrouvent dans les cercles nautiques qui se multiplient. Ces cercles organisent la sociabilité autour du développement de certains exercices hygiéniques et fortifiants (Vigarello, 1995). C'est dans ce contexte que le Canoë Club (CC), premier club de canoë de France, est fondé en 1904 à Paris, sous le patronage du Yacht Club de France et la protection du Touring Club de France1.

  • 2  Bulletin mensuel du Canoë Club, mars 1906, p. 1.
  • 3  Le Comité de Tourisme Nautique est créé en 1901, il a pour objet de développer la navigation de pl (...)

2Ce club participe très tôt à l'exploration des rivières de France et identifie les infrastructures permettant le développement du tourisme nautique (Hajek, 2007). Le tourisme est entendu (Boyer, 2005) comme l'ensemble des phénomènes résultant du voyage (Bertho-Lavenir, 1999). Il suppose l'éloignement de l'individu de sa demeure et de son espace de vie habituel (Violier, 2008) pour satisfaire, durant un temps de loisir, un besoin culturel (Corbin 1995, Drouin, 2008) de la société industrielle. Ainsi, le CC, en mettant en l’avant le tourisme nautique, développe un tourisme cultivé et orienté vers la découverte du patrimoine (Drouin, 2008), le désir de loisirs champêtres (Corbin, 1995), de détente et d'amusement, des objectifs qui prennent de plus en plus de place dans la pratique même de l'activité nautique (Hajek, 2007). Fort de son réseau (Racing Club de France, Yacht Club de France, Cercle de Voile de Paris…) et de ses adhérents, le CC va rapidement explorer, décrire, topographier et photographier les fleuves et rivières pour en permettre la navigation touristique. Ce souci, au centre des préoccupations du club, transparaît dans le nom de sa revue, appelée "Bulletin mensuel du Canoë Club, société d'encouragement du tourisme nautique" et dont le premier numéro paraît en mars 1906. Cette société nautique se fixe pour tâche de réunir les conditions favorables au développement du tourisme nautique en donnant des renseignements pratiques sur les excursions et croisières2. Cet axe est essentiel quant au positionnement du club dans le domaine du plein air. Il est aidé en cela par le Comité de Tourisme Nautique3 du Touring Club de France (TCF) qui, après avoir favorisé « les longues excursions à bicyclette », s'emploie à faire disparaître tous les obstacles empêchant la navigation sur les cours d'eau. En effet, après avoir été largement exploités lors de la première moitié du XIXème siècle, les rivières et canaux connaissent, avec l'industrialisation, une crise de désaffection au profit du chemin de fer, comme mode de transport (Le Sueur 1997, Kunz 1992). Beaucoup de voies navigables commerciales sont abandonnées ou mal entretenues, permettant la construction d'un espace récréatif autour de la rivière (Drouin, 2008).

3Ainsi, le développement de l’activité de canoë de loisir permet d'ouvrir de nouveaux espaces de loisir en se rapprochant de la nature (Corbin, 1995 ; Rauch, 2001 ; Richez et Richez Battesti, 2006) et en la transformant. Les canoéistes, « ouvreurs de voies » (Boyer, 2002), vont, pendant 20 ans, compiler des informations et les partager afin de permettre l'essor de cette pratique. Cette expansion est favorisée, comme au Canada (Richez et Richez Battesti, 2006), par la démocratisation des moyens de transport, notamment du chemin de fer (Csergo, 2004) et par les progrès des techniques et des moyens de communication (Bretin, 2002).

4Les explorations nautiques, dans lesquelles la nature devient support d'activité (Augustin, 2002), nécessitent des aménagements permettant aux canoéistes d'installer leur pratique. Cette installation dans un territoire est importante, car celle-ci rend compte de leur appropriation du cours d'eau au regard des spécificités physiques et géographiques mais aussi au regard des représentations et des rapports qu'entretiennent les membres à l'élément liquide (Beucher, 2007). La rivière n'est pas un cadre fixe, elle constitue un fragile équilibre entre les pratiques (transport, commerce, tourisme, sport, etc.) et les représentations qu'en ont les utilisateurs (Backouche, 1997 ; Conchon, 1997). Il s'agit donc, par l'aménagement des cours d'eau, de développer l'activité nautique (Delaive, 1997) tout en limitant les risques et en rendant le danger acceptable.

5En ce qui concerne le tourisme nautique, l'activité des canoéistes s'oriente vers un aménagement des cours d'eau destiné à rendre prévisible l'imprévisible, en gommant une partie des dangers et difficultés inhérentes à la rivière. Dans le même temps, l'inattendu restant une des caractéristiques de l'aventure nautique, les pratiquants, bien qu'habitués aux aléas de la rivière, doivent s'approprier, avec une certaine philosophie, les moments forts et exceptionnels qui constituent la vie de la rivière tels que les crues, les inondations, les ruptures de barrages, etc. Ainsi, parler des risques liés à la navigation fluviale impose de s'intéresser à l'aménagement physique de la rivière et à l'appropriation du danger par le canoéiste, son activité se situant au carrefour d'un lieu, d'une pratique et d'un imaginaire (Delaive, 1997).

  • 4  Cette société nautique est fondée en 1876. Elle se centre sur la pratique de l’aviron, met en plac (...)
  • 5  ADC, carton 50J1 : les règlements des courses de la Société Nautique de la Marne adoptés en 1877 m (...)
  • 6  Bulletin mensuel du Canoë Club de 1924, numéros d’octobre et de novembre.

6La continuité de la pratique du tourisme en canoë entre 1904 et 1924 constitue une opportunité d'étude de ces différents phénomènes. Le Canoë Club, en donnant priorité à l'exploration touristique, se positionne en complémentarité aux sociétés nautiques déjà implantées sur la Marne. Certaines sociétés, à l'exemple de la Société Nautique de la Marne4, encouragent le développement des exercices nautiques en mettant en avant l'émulation des concurrents, par la compétition à travers des régates ou des confrontations sportives avec d'autres sociétés nautiques. Le but est de mesurer la performance, quel que soit le type d'embarcation5, d'établir des records dans un début de siècle marqué par la vitesse et ainsi transformer de simples flâneries d'agrément en affrontements (Vigarello 1995, Corbin 1995). A l'inverse, le CC, lors de sa création, se situe dans la continuité du travail effectué par le TCF. C'est-à-dire qu’il essaie de développer une nouvelle forme de pratique : le tourisme en canoë (Hajek, 2007). Cette orientation va perdurer jusqu'en 1924, année à laquelle la volonté de mettre en place une classification des rivières en fonction de leurs difficultés et de la dénivellation6, va entraîner, à plus ou moins long terme, une transformation de la pratique vers la compétition. Ceci, même si à ce moment, il s'agit plus de sécuriser la pratique que de normaliser des difficultés sportives dans un but de confrontation des performances.

7Une analyse du fond d'archives du Canoë Kayak Club de France (Archives Départementales de Créteil (ADC) : fond 152J) permet de comprendre les orientations du club et les réalisations qu'il entreprend pour rendre le risque fluvial acceptable. La lecture du « Bulletin du Canoë Club » renseigne sur les explorations de rivières, leurs aménagements et les bouleversements, induits ou liés à des phénomènes naturels exceptionnels. Les concours de récits de croisières et descentes de rivières (152J 23-28), les dossiers documentaires de fleuves et rivières servant à la préparation des randonnées nautiques (152J 12-22) et les photographies sur plaques de verre (152J 121-127) rendent tous compte de l’aménagement des rivières.

  • 7  Partie inférieure du cours d’eau à opposer à la partie supérieure, la"haute rivière"

8Les mises en récit des descentes de rivières sont encouragées par le club, qui octroie, dès 1905, un prix au meilleur récit de croisière. Ces récits, reliés sous forme d'ouvrages de qualité, souvent abondamment illustrés, paraissent dans les différentes revues liées au nautisme et permettent aux adhérents d'organiser leurs randonnées en bénéficiant d’informations sur les rivières déjà explorées. Ils sont aussi utilisés, en hiver, lors des soirées mondaines, organisées par le club (Hajek, 2007), pour présenter les activités. Dans le même temps ces comptes-rendus d'exploration nautique font le point sur l'état des rivières et les infrastructures existantes. Ils marquent les éléments permettant de pallier le risque lié à la navigation touristique tout en rendant acceptable le danger, ou du moins, en permettant son appropriation par les canoéistes. De 1904 à 1924, pratiquement l'ensemble des fleuves et basses rivières7 de France est exploré en canoë ou à l'aviron, au regard de critères qui marquent parfois la nécessité d'un aménagement. Il faut "qu’il y ait assez d’eau, mais pas trop, du courant et des rochers pour s’amuser, mais pas de rapides dangereux, point trop, non plus, de barrages et de moulins qui obligent à porter le canoës, et, enfin, un nombre raisonnablement faible de péniches et autres navires effrayants. La rivière sera plus fréquentable si de confortables hôtels permettent de ne pas avoir trop souvent à dormir sous son canoë" (Bertho-Lavenir C., 1999). Ainsi, la volonté de rendre le risque mesuré et acceptable pour le touriste nautique transforme la représentation de la rivière, laquelle passe d'un élément hostile à un terrain de découvertes et de détente. Cependant, l'aménagement et la mise en sécurité des rivières engendrent des contraintes qui émaillent les descentes et enlèvent une part d'aventure à l'exploration.

Rendre prévisible l'imprévisible

9Entre 1904 et 1924 les membres du Canoë Club passent d'une activité d'exploration de rivière à une activité valorisant l'approche touristique du cours d'eau. Ces deux approches, loin d'être exclusives l'une de l'autre, sont au contraire, concomitantes. Elles se déroulent dans le même espace, mais dans un temps différent.

10Dans un premier temps, un décryptage des conditions de navigation vise à faire émerger les dangers et à les faire disparaître en aménageant les rivières. Il s'agit d'ouvrir des voies au tourisme nautique en sécurisant l'accès aux cours d'eau. Dans un deuxième temps, la reproduction des descentes de rivière par les canoéistes permet de développer le loisir nautique et la découverte touristique. Entre ces deux types de pratique, l'appropriation de la dangerosité, inhérente à la navigation, passe par un travail de sécurisation des cours d'eau. La mise en récit des descentes, qu'elles soient exploratoires ou touristiques, laisse apparaître une perception du danger relativement homogène, quel que soit le type de pratique. La lecture, nécessairement subjective, du danger, se fait au regard des conditions de navigation.

11Ainsi, l'exploration des rivières, même des basses rivières, représente une activité réservée à quelques initiés, passionnés de canoë et d'aventures. Ces périples s'effectuent, au début du XXème siècle sur différentes embarcations. Paul Flouest, l'un des rédacteurs du Bulletin du Canoë Club en fait la synthèse en septembre 1906 :

  • "Le canoë français à l'aviron, qui peut être armé accessoirement à la pagaie ou à la voile

  • le canoë canadien en usage sur les grands lacs, lourde et large embarcation marchant principalement à la voile, construite pour pouvoir tenir des eaux souvent fort agitées, et dans laquelle on entasse vivres, munitions, ustensiles de camping, en un mot tout ce qu'il faut pour entreprendre de longues parties de chasse ou de pêche loin de tout centre habité

  • le canoë canadien de rivière, beaucoup plus fin, plus léger, mu par une ou deux personnes au moyen de pagaies, simples ou doubles."

12Dans les faits, le canoë français est le plus utilisé. D'une longueur de six mètres, il peut facilement être transporté par deux hommes et prendre place sur les wagons plateformes des chemins de fer. Les canoës canadiens, bien que pratiques et solides, sont difficiles à se procurer en ce début de siècle. Leur usage se répand toutefois progressivement à partir des années 1910. La rivière ne sera pas abordée avec la même crainte, en fonction des embarcations utilisées. La stabilité, la manoeuvrabilité, la solidité du bateau participent à la perception des risques rencontrés par le canoéiste lors de ses excursions.

Un risque acceptable

13Les caractéristiques des embarcations ont une incidence sur la perception des difficultés rencontrées lors des excursions nautiques. Ainsi, les canoéistes utilisant ces embarcations longues et fragiles sont rapidement confrontés à des difficultés liées au débit, au relief tourmenté du cours d'eau ou aux aménagements industriels permettant le fonctionnement des fabriques, filatures, moulins, industries et barrages hydroélectriques installés le long des fleuves et rivières.

  • 8  Bulletin mensuel du Canoë Club, août 1907.
  • 9  Bulletin mensuel du Canoë Club, septembre 1906.

14Pour encourager la pratique nautique, les explorateurs s’activent à poser des repères, donner des renseignements, noter, topographier et photographier leur parcours. Le but est de rendre compte des obstacles et des dangers qui se succèdent le long du parcours. Les ouvreurs de voies font œuvre "d'une certaine idée d'apostolat, c'est-à-dire [ont] le désir d'attirer les autres à leur suite, sur les rivières qu'ils auront explorées et dont ils auront été les premiers à révéler les attraits"8. À leur retour, ils produisent une littérature abondante qui est publiée dans la revue, sert à la réalisation de topoguides de rivières, leur permet de participer aux concours de récits de croisières et enrichit le fond documentaire de la bibliothèque du Canoë Club. Ils mettent en œuvre l'une des missions que s'est assigné le CC, celle « d’encourager par tous les moyens possibles la promenade sur l'eau et en aplanir tous les obstacles »9. Les explorateurs nautiques cartographient la rivière, en indiquent les rapides, les hauts-fonds, les rétrécissements, l'augmentation du débit, les seuils et retenues pouvant provoquer la perte ou l'avarie des embarcations.

  • 10  André Meinvielle entre au Canoë Club en septembre 1906 et intègre le bureau du club en 1907. Sur s (...)
  • 11  Archives Départementales de Créteil (ADC), carton 152J 121 : photographies sur plaques de verre de (...)
  • 12  ADC, carton 152J 23 : Croisière Saint Denis-Le Havre.

15Quant aux touristes nautiques, ils perçoivent le danger au regard d'une pratique de délassement. Cette activité de détente permis par le Canoë Club peut s'entendre comme un temps de loisir accessible sans trop de risques, les rivières étant parcourues dans leur totalité ou par tronçons pendant les vacances ou le week-end. Cette pratique réunit parfois un groupe important de canoéistes lorsqu'il s'agit de descentes proches du club (Figure 1). Les femmes se joignent à ces randonnées touristiques lorsque celles-ci se déroulent en bordure de rivages connus, par beau temps, les jours de fin de semaine et ont pour but la promenade au fil de l'eau. Les photographies prises sur des plaques de verre par André Meinvielle10 sont le reflet de ces pratiques. Vêtues de blanc, comme le veut le règlement et la tradition du club, et d'un blazer lorsqu'il fait trop froid11, les femmes participent à la sortie, mais n'utilisent que très rarement les avirons, laissant cette tâche à leur partenaire masculin. Les hommes se relaient pour faire naviguer les jeunes femmes car il n'est pas question que la dame, "notre cordon bleu de voyage, tire de l'aviron dans les embarcations"12. Il en va de l'honneur et de la fierté des membres du club, qui affichent leur appartenance en arborant couleurs, guidons et pavillons du club sur leur bateau (Figure 2). Les femmes sont chargées de la gestion des provisions et de préparer les déjeuners. Dans ces conditions, il est aisé de comprendre que le risque pris par les touristes nautiques relève plus d'une illusion romanesque que d'une réalité tangible.

Figure 1. Portage de Noisiel 1910, photographie de Meinvielle, plaque de verre

Figure 1. Portage de Noisiel 1910, photographie de Meinvielle, plaque de verre

 (ADC 152J121)

Figure 2. Croisière Paul Bonnet de Saint Denis au Havre 1904

Figure 2. Croisière Paul Bonnet de Saint Denis au Havre 1904

 (ADC 152J23)

  • 13  Julien Knecht, un des fondateurs du CC, membre depuis le 30 juin 1904. Il est secrétaire du club p (...)
  • 14  ADC, carton 152J 122 : photographies sur plaques de verre de Knecht, descente de la Sarthe et de l (...)

16Néanmoins, les canoës lourdement chargés, comme le montre les photographies prises par Julien Knecht13 sur l'Orne et l'Eure en 191014, sont arrêtés par le moindre barrage, même ceux de pieux de bois. Les occupants débarquent, franchissent l'obstacle à pied en retenant leur embarcation par une corde. Les canoéistes ont généralement de l'eau jusqu'au genou et parfois, en de rare occasion, jusqu’au bassin. Le but de cette démarche est de ne pas endommager le canot, de l'empêcher de se retourner, ce qui augmenterait les risques de le perdre ou de le voir couler (Figure 3). Le péril relève le plus souvent de la crainte de dommages matériels que des risques encourus par les personnes.

Figure 3. Croisière sur l'Eure, Barrage du château, 1910, photographie de Knecht, plaque de verre

Figure 3. Croisière sur l'Eure, Barrage du château, 1910, photographie de Knecht, plaque de verre

 (ADC 152J122)

  • 15  ADC, carton 152J 25 : Compte rendu de la croisière sur l’Ain, 1913, p 25-27.
  • 16  En 1903, trois canoéistes allemands désirant descendre le Doubs, la Saône et le Rhône sont arrêtés (...)

17Cependant, malgré les préparations minutieuses de ces randonnées nautiques, les conditions de navigation, d'hébergement et de transport sont encore incertaines. L'exploration d'une nouvelle voie navigable reste une aventure confrontant le canoéiste citadin à la France rurale et au milieu naturel. Réciproquement, les populations des contrées explorées, les « indigènes », ne sont pas toujours au fait des us et coutumes des villes. Ainsi, l'accueil est très divers, allant de la crainte à l'hospitalité en passant par la curiosité, la méfiance et l'hostilité. La population épie les canoéistes lorsqu'ils s'installent au bord de la rivière pour y passer la nuit. Les locaux s'interrogent, et restent à « distance de Romanichel »15. Ils font rapidement appel à la maréchaussée qui veille au respect des règlements sans beaucoup de discernement16. Le but est de contrôler ces drôles de touristes qui s'éloignent des villages pour camper. Les règlementations ne sont pas toujours appliquées et la méfiance de l'étranger est de mise. Les permis de navigation sont à demander auprès de l'ingénieur des Ponts et Chaussées, qui, faute de connaissances actualisées, interdit parfois la navigation prétextant le risque d'endommager le canal avec le canoë. Les éclusiers agissent de même. Bien souvent la carte de membre du Canoë Club, quelques palabres ou pourboires permettent de dénouer la situation. L'exploration des rivières confronte le monde rural à la modernité et à la vie citadine des gens aisés qui naviguent en région parisienne.

18Ainsi, le risque considéré comme acceptable semble se construire au regard d'une représentation de la rivière et de l'aventure. Le travail topographique des explorateurs nautiques permet aux touristes nautiques de s'engager dans une promenade aventureuse. En magnifiant l'exploit, ils peuvent briller dans les dîners en ville et dans les salons de la société nautique. Les voyageurs nautiques, loin de sacrifier leurs us et coutumes, transposent leurs règles, leur vision du milieu naturel sans se départir de leurs habitudes de citadins aisés voulant rompre avec la ville industrieuse. Ils participent à un certain « paysagement » (Donadieu, 2000) de la rivière, laquelle est perçue comme un lieu de loisir. La nature sauvage devient une nature humanisée, rationalisée.

Aménager et sécuriser les rivières

  • 17  ADC, carton 152J25 : Ain 1913

19Cependant, assez rapidement les mentalités changent. Au fur et à mesure de l'expansion de la pratique et du maillage touristique, les canoéistes tiennent compte des différences du monde rural tandis que l'accueil des locaux se fait plus courtois. L'équipée nautique ne passe pas inaperçue lorsqu'elle traverse les villages. Souvent, l'arrivée dans un village avec un canoë constitue une attraction à laquelle tous veulent assister17. Les canoéistes font halte dans des hôtels et des auberges sélectionnés par le CC et le TCF. Ils bénéficient, dès 1906, de conditions particulières pour l'hébergement, grâce à leur carte de membre du CC. De même, les canoéistes trouvent dans les contrées les moins reculées, la complaisance et l'aide nécessaire à la réalisation de leurs randonnées nautiques. Souvent, les ouvriers des barrages électriques, les meuniers et les éclusiers aident au passage et au portage des bateaux et conseillent sur les difficultés en aval. Mais, malgré ces aides diverses, il est nécessaire d'aménager les rivières pour en améliorer la navigabilité et réduire les risques liés à la pratique. En relation avec le TCF, les adhérents du Canoë Club vont identifier les difficultés et les baliser.

  • 18  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906
  • 19  Bulletin mensuel du Canoë Club, mai 1906
  • 20  Revue du TCF, août 1909
  • 21  Bulletin mensuel du Canoë Club, août 1907
  • 22  Bulletin mensuel du Canoë Club, juin 1907
  • 23  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1907
  • 24  Bulletin mensuel du Canoë Club, juillet 1908

20Dans la plupart des cas, l'aménagement et la sécurisation des voies navigables par les canoéistes sont l'œuvre conjointe du Canoë Club et du Comité du Tourisme Nautique du TCF. Au regard des sources, il apparaît une répartition des rôles dans l'aménagement des rivières. Les membres du CC identifient les difficultés rencontrées lors des explorations et le TCF, par l'intermédiaire de son Comité du Tourisme Nautique, finance les travaux d'aménagement : "Dans une de ses dernières séances, le Comité de tourisme nautique du TCF a décidé, sur la demande de notre vice-président M. G. Colle, de faire poser immédiatement un disque rouge, près de l'île Saint-Martin, à Pontoise, à proximité du déversoir de l'Oise. Les canotiers sauront gré au TCF de cette mesure, qui leur signalera le danger de ce déversoir que rien n'indiquait jusqu'à présent"18. Le TCF cherche à faire disparaître le moindre obstacle des "routes liquides" et permet ainsi au CC "d'encourager le tourisme nautique". Cette complémentarité n'est pas le fruit du hasard. Certains membres qui constituent le Comité du Tourisme Nautique du TCF ont participé à la création du CC. Ainsi, Georges Colle et Albert Glandaz font partie des membres fondateurs du Canoë Club et Louis Bonnard y est admis le 23 avril 1909. En fait, tout se passe comme si le CC était le faire-valoir de la politique d'aménagement des rivières du TCF. Cette hypothèse peut être avancée sans que, pour l'instant, des travaux viennent l'étayer. Néanmoins, les liens sont très étroits entre les deux structures. Il n'est pas étonnant, dès lors, de voir les demandes d'aménagement et de mise en sécurité effectuées par le CC, recueillir l'avis favorable du Comité du Tourisme Nautique du TCF. Les réalisations sont diverses : des pontons d'accostage19 sont mis en service, des "passe canots" sont créés pour permettre le passage des barrages et installer des chariots sur rails pour transporter les canoës20, des poteaux indicateurs implantés21. Des balises sont posées aux endroits représentant un danger permanent comme les piles de pont immergées22, les barrages, déversoirs et d’autres difficultés. En fait, comme l'indique la revue du CC, "il n'y a qu'à exprimer un désir [au TCF] pour le voir aussitôt réalisé",23 rendant les navigations faciles et agréables (Figure 4). Ces actions en faveur d'un aménagement et une sécurisation des cours d'eau sont prégnantes jusqu'en 1911. La sécurisation des descentes des rivières concerne, dans une moindre mesure, le service des Ponts et Chaussées. Parfois, lorsque ce service est prévenu, il remet en état le balisage du cours d'eau avant le passage des canoéistes pour limiter les risques d'accident comme c'est le cas lors de la descente de la Loire en 190824. Ainsi, le CC participe à l'aménagement et à l'entretien des cours d'eau qui, confrontés à la concurrence du chemin de fer, ne sont pas toujours bien entretenus.

Figure 4. Croisière Rodriguez sur la petite Seine et haute Seine, 1909

Figure 4. Croisière Rodriguez sur la petite Seine et haute Seine, 1909

 (ADC 152J24)

  • 25  La revue L’Aviron de février 1911 rend compte de l’invention de M. Caron. Son canoë, dit l’Aviron, (...)

21À partir de 1911, la mise en sécurité des pratiquants ne passe plus uniquement par l'aménagement des rivières, mais aussi par un travail sur la fiabilité des embarcations. En effet, la plupart des rivières touristiques abordables sont sécurisées, les panneaux indicateurs posés, les barrages identifiés et aménagés. Ce travail de fond effectué, la réfection des infrastructures reste d'actualité, mais n'est plus aussi importante d’un point de vue quantitatif. Il faut attendre le début des Années Folles pour voir une réhabilitation des aménagements ayant subi les outrages du temps. Entre-temps, des concours de construction et d'aménagement de canoës s'organisent à l'initiative du TCF. Le but est de faciliter la vie à bord, les portages, l'embarquement et le débarquement. Ces aménagements auront des conséquences sur la sécurité des pratiquants et aboutissent à la création d'embarcations plus fiables. La création de coffres étanches permet de rendre le canot insubmersible et de renforcer la sécurité des biens et des personnes25. La mise en sécurité n'est plus uniquement l'œuvre d'une organisation nationale, mais se réfère aux efforts des pratiquants à gérer eux-mêmes le risque.

22La gestion du risque passe ainsi de la sphère publique à la sphère privée. Le pratiquant prend alors conscience que l'aménagement des cours d'eau n'est pas le seul élément pouvant réduire le danger lié à l'activité. Son investissement dans la préparation de son expédition et la prise de conscience des difficultés lui permettent de limiter les périls, tant humains que matériels. L'aménagement des bateaux constituent un élément de sécurité, au même titre que la reconnaissance des rivières et l'édition de guides topographiques à partir de l'après-guerre. Ces éléments permettent de préparer le voyage en s'appropriant le risque.

23La rivière est devenue navigable pour le touriste nautique, ses dangers objectifs sont répertoriés et des mesures sont prises pour les éviter. Les canoës deviennent plus sûrs et plus faciles à manier. Tous ces éléments, qui ont été objectivés, permettent de préparer le voyage. Cependant une incertitude liée à la représentation du risque reste prégnante.

S'approprier le risque

24L'organisation d'une croisière ou d'une navigation demande quelques mois de recherches, de réflexions et de préparations. Les canoéistes étudient les informations disponibles sur la descente, prennent des contacts pour en connaître les difficultés, confrontent les données. Le but est de cerner les dangers, de les objectiver et de les intégrer comme des éléments inhérents à la navigation. Cela passe par un travail formel de collection des renseignements avant et pendant le parcours nautique. S'ajoute à cet effort de rationalisation une transformation de la perception des difficultés ayant pour conséquence de relativiser la prise de risque, c'est-à-dire un effet de réétalonnage de la notion de danger.

Se préparer au danger

  • 26  ADC, carton 152J19  : Haute Seine 1907
  • 27  ADC, carton 152J16 : En Canoë, la descente de la Garonne d’Agen à Bordeaux, 1904

25La préparation à l'aventure fluviale est une tâche fastidieuse demandant la collecte d'informations sur les rivières, la lecture des topoguides mais aussi une prise en compte des conditions de transport, d'hébergement et de restauration. Les sociétaires du CC bénéficient, pour élaborer leur parcours, d'une bibliothèque répertoriant les informations disponibles sur les voies navigables, mais aussi sur les lieux d'accueil, d’hébergements et les garages à bateaux. Certains guides sont déjà publiés à la fin du XIXème siècle (Cercle de Voile de Paris, 1896 ; Martel, 1890 ; Bombal, 1903 ; Syndicat d'initiative de Neuvic, 1911) (Figure 5). Pour parfaire cette base de renseignements utiles, le CC et le TCF œuvrent ensemble à la réalisation de guides actualisés, s'adressant aux touristes nautiques. À leur initiative, le premier guide nautique des voies fluviales (de Dinan à Nantes) est publié chez Hachette par J. Boistel et A. Glandaz en 1907. Il identifie les hôtels, gares, cales, ateliers de réparation et décrit les cours d'eau avec leurs hauts fonds, ponts, portages et localités traversées. Il faut cependant attendre 1920 pour voir paraître le premier guide des rivières de France à usage exclusif des canoéistes. Pour compléter ces informations, des cartes de rivières sont consultées. Les cartes Vuillaume semblent être les plus utilisées par les canoéistes. Cependant, ces cartes et informations sont limitées mais "cette pointe d'inconnu ajoute un charme de plus à l'aventure"26. Compte tenu des écarts entre les informations et la réalité, les membres du C.C. se rapprochent des sociétés d'aviron, des clubs locaux de canoë qui leurs fournissent des renseignements actualisés. Des croquis et des cartes des cours d'eau sont établis par les canoéistes après leur parcours (Figure 6). Ces cartes enrichissent les données déjà disponibles. Ainsi, grâce à son dynamisme, le CC va essaimer la pratique du nautisme fluvial dans toute la France. Il sera plus aisé à ses membres de contacter des canoéistes locaux27 pour obtenir des informations fiables sur les rivières. Les croisières vont pouvoir s'effectuer au quatre coins du pays avec une relative sécurité.

Figure 5. Syndicat d'initiative de Neuvic, 1911

Figure 5. Syndicat d'initiative de Neuvic, 1911

(ADC 152J13)

Figure 6. Croisière Bajat et Givaudan sur l'Isère, 1920

Figure 6. Croisière Bajat et Givaudan sur l'Isère, 1920

 (ADC 152J26)

  • 28  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906,

26Cependant, la préparation à l'exploration nautique n'est pas uniquement livresque. Complétant ces renseignements, des conférences sont organisées régulièrement dans les salons du Yacht Club de France, siège social du Canoë Club, afin de rendre compte des explorations effectuées par les sociétaires les années précédentes28 et permettre aux autres membres d'en connaître les difficultés. Ces conférences vont se multiplier, intégrant les récits des membres du Comité nautique du TCF et de la Fédération des Rameurs Indépendants de Paris qui, par l'entremise des concours de croisières, participent à la connaissance des rivières et au rayonnement du tourisme nautique.

27De même, pour toute croisière envisagée, les membres du club se penchent sur le problème épineux des transports des canoës. En effet, compte tenu du prix des embarcations, les risques d'avaries liés aux transports sont analysés. Des accords sont passés avec les représentants des chemins de fer permettant de véhiculer les embarcations vers la gare la plus proche du lieu de départ de la navigation. Ensuite un transporteur local (camion, char ou charrette) se charge d'acheminer les canoës jusqu'à la rivière (Figure 7). Sur toute la période étudiée ces modes de transport ne diffèrent pas. Le train est le moyen le plus sûr et le moins coûteux pour transférer les bateaux vers les lieux de pratique. La découverte, l'exploration et le tourisme nautique sont donc étroitement liés au développement du réseau ferré et à la possibilité de transbordement sur des transports locaux. C'est pour cela que les points de départ et d'arrivée des rivières explorées se trouvent proches des gares.

Figure 7. Croisière Boulade sur la Creuse, Moulin de Pille Montgin, 1907

Figure 7. Croisière Boulade sur la Creuse, Moulin de Pille Montgin, 1907

 (ADC 152J23)

  • 29  Op.cit. Haute Seine, 1907

28Les informations sont aussi recueillies auprès des locaux. Une correspondance régulière avec les interlocuteurs locaux permet de se préparer aux dangers et d'envisager les solutions pour les surmonter. "Les préparatifs ressemblent assez à ceux d'une expédition sur l'Amazone"29. Le développement d'un réseau de garages à bateaux relève du même principe puisqu'il permet d'abriter les embarcations et de sécuriser les étapes lorsque la rivière est parcourue par tronçons. Il ne faut pas oublier qu'aux dangers de la rivière s'ajoutent ceux de perdre ou de se faire voler son matériel.

29Le danger de la navigation ne représente plus un risque objectif : les rivières sont aménagées et les obstacles signalés. Il est possible d'envisager les difficultés du parcours et d'anticiper les périls. Cependant, pour mener son aventure, le canoéiste urbain doit continuer à mettre en scène le danger, lequel devient subjectif et lié à ses représentations. Cette appropriation du danger se fait par l'intermédiaire de la littérature. Le navigateur va s'arranger avec la réalité et avec le danger, pour devenir l'explorateur de contrées inconnues et périlleuses.

Mettre en scène le danger

30Les descentes de rivières s'effectuent à la belle saison, pendant les vacances ou les congés. Les rivières sont en partie aménagées, mais entre deux reconnaissances, des barrages cèdent et des obstacles apparaissent. Les reconnaissances du printemps sont, à ce titre, riches en informations. La puissance du cours d'eau fait peur et le fleuve est idéalisé, au regard d'un certain mysticisme lié aux forces naturelles. La rivière, à la fois dévaste et nourrit les terres. Pierre Barjaud, dans son compte-rendu de croisière sur la Sèvre nantaise, en 1911, est explicite :

"On l'a vu [la Sèvre nantaise], pendant certaines périodes de pluies persistantes et d'inondations, atteindre un débit de 350 à 400 mètres cubes à la seconde… Avec sa vallée étroite et encaissée ce n'est plus alors une rivière, c'est un torrent déchaîné, broyant tout sur son passage, un fléau dévastateur.

  • 30  ADC, carton 152J125 : croisière sur la Sèvre nantaise, 1911.

En hiver, la Sèvre déborde dans le bas de son cours lorsque la Loire est haute, elle porte l'abondance dans les prairies qu'elle fertilise en les inondant, tel un petit Nil"30.

  • 31  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1911
  • 32  ADC, carton 152J26 : Creuse 1913
  • 33  ADC, carton 152J25 : Ain 1913
  • 34  Bulletin mensuel du Canoë Club, La Charente, mars 1907

31La rivière est vivante, elle participe de l'activité humaine au même titre que les fleuves exotiques tel que le Nil. "En produisant une force sans cesse renouvelée, elle irrigue nos campagnes"31. Il existe une symbiose entre les éléments naturels et l'homme. Le cours d'eau est humanisé. Cette caractéristique se retrouve dans les récits de voyage. Un certain lyrisme s'empare des auteurs lorsqu'ils parlent de la rivière. Ils mettent en avant-plan son caractère imprévisible, furieux32, colérique ("un accès de mauvaise humeur"33), ses "sursauts de révolte", son indépendance ("avide de liberté") et son aspect majestueux34. Le cours d'eau doit être respecté et sa force reconnue.

  • 35  Bulletin mensuel du Canoë Club, août 1907

32Les aspects virils du fleuve sont contrebalancés par une approche poétique rendant la rivière désirable, belle et énigmatique. Les termes employés se focalisent sur le mystère et le plaisir de l'excursion : "On ne peut l'éviter, en prenant, sur la rive gauche, un bras étroit et couvert de verdure, dont on ne saurait trop recommander la grâce et la fraîcheur : ce bras est, ..., un des plus délicieux endroits de la promenade"35.

  • 36  Bulletin mensuel du Canoë Club, La Creuse, septembre 1907
  • 37  Bulletin mensuel du Canoë Club, La Creuse, juillet août 1913
  • 38  Bulletin mensuel du Canoë Club, mars 1911, avril 1912
  • 39  Bulletin mensuel du Canoë Club, L’Eure, octobre 1907
  • 40  Bulletin mensuel du Canoë Club, septembre 1913

33Parallèlement, le danger est marqué et exacerbé par un jeu d'opposition entre les berges, la terre et le cours d'eau, l'élément liquide. Les récits de croisières mettent en scène ce contraste en jouant sur les couleurs, sur les matières, sur les textures et sur les plans, créant une atmosphère angoissante ou, au contraire, apaisante. Ainsi, les auteurs confrontent les images. Les gorges sont sauvages36, encaissées37, encombrées de rochers et d'arbres tombés38, elles s'opposent aux méandres bordés de bois, aux grands ombrages, aux falaises de craie éblouissante39. "Le père Rhône [la partie amont du fleuve] livrant le secret de ses rapides et de ses couloirs abrupts" est mis en opposition à "la vieille dame mûre" représentant la rivière canalisée40. La rivière véhicule les interprétations de l'homme sur son rapport au monde, aux forces naturelles et au divin (Conchon, 1997).

  • 41  Bulletin mensuel du Canoë Club, Casse-Cou, juin 1911
  • 42  ADC, carton 152J25 Pierre Barjaud, La Sèvre nantaise, 1911

34Ces oppositions commencent à transparaître au sein des pratiques et des pratiquants. Dès 1912, certains membres du club sont attirés par les succès médiatiques des régates et des confrontations nautiques. Cette volonté de confrontation aux autres canoéistes et aux difficultés des rivières lors des « premières » sorties (il faut ouvrir des rivières toujours plus difficiles41), est encore marginale et semble indiquer l'arrivée d'un nouveau mode de pratique, intégrant une certaine forme de compétition. Le développement du canoë canadien de rivière, fin, léger et maniable, "véritable passe-partout du tourisme nautique"42 permet cette transformation de la pratique, en augmentant la possibilité d'exploration (Figure 8). À côté des articles relatant les explorations et les expéditions, un débat apparaît dans les colonnes des revues opposant les tenants du tourisme nautique et les promoteurs d'une activité plus compétitive qui va surtout s'installer à partir de 1925, date à laquelle les rivières sont classées en fonction de leurs difficultés. Cela permettra d'établir des comparaisons. Il convient, dès lors, de lire la mise en scène du danger et son appropriation dans l'opposition entre tourisme nautique et tourisme sportif : l'un tourné vers l'aspect culturel, pittoresque, sécurisé et idéalisant l'aventure alors que l'autre prend ses sources dans la confrontation aux éléments, au risque et aux autres canoéistes. L'un s'installe dans un temps en rupture par rapport à la logique industrielle du début du XXème siècle alors que le second va transposer cette logique dans son activité physique.

Figure 8. Croisière Monneret sur l'Ain, passage de rapide, 1913

Figure 8. Croisière Monneret sur l'Ain, passage de rapide, 1913

 (ADC 152J25)

35La mise en scène du danger, dans les comptes rendus de croisière, reste cependant un fait établi. L'obscur s'oppose à la lumière, la violence des torrents au calme des cours d'eau, la fureur de vivre à la quête de l'abri protecteur (Sirost, 2002). L'évocation des difficultés va au-delà de la simple représentation du cours d'eau, en filigrane de cette littérature se pose la question du mode de pratique du canoë. Néanmoins, il s'opère une appropriation du risque différente en fonction des acteurs. Les représentations des inondations et des crues par les canoéistes en constituent un exemple significatif.

Relativiser le péril

  • 43  Plan de Prévention des Risques d’Inondation mis en place par les institutions publiques, édictant (...)

36Les inondations et les crues sont des phénomènes récurrents, mais qui ont parfois des ampleurs exceptionnels. La crue de 1910 a marqué les esprits au point qu'une revue de la littérature est effectuée dès 1911 dans les "Annales de Géographie" (Gallois, 1911). Cette crue exceptionnelle reste encore aujourd'hui, avec celle de 1658, une référence et est citée régulièrement dans toute réflexion sur le PPRI43.

  • 44  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1920

37Les habitants des plaines alluviales se sont adaptés à ces évènements réguliers qui marquent la vie autour des rivières. Ces inconvénients font l'objet d'une gestion de proximité. Les acteurs construisent des stratégies personnelles d'aménagement pour préserver leurs biens (Laganier et al., 2006). Lorsque le fleuve sort de son lit, ils montent provisions et animaux au grenier en attendant des jours meilleurs44. Pour les citadins, les touristes nautiques et les membres du CC, les inondations et les crues constituent des aléas à l'activité nautique, touristique et sportive. Les inondations et les crues sont perçues à la fois comme une catastrophe et comme une aubaine. En ce sens, le péril est relativisé par les canoéistes qui finalement voient dans ces évènements les moyens de pratiquer leur activité de façon différente.

  • 45  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1906
  • 46  Bulletin mensuel du Canoë Club, mars 1908
  • 47  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1907
  • 48  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1909
  • 49  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1913

38Effectivement, la menace aquatique emporte les vantelles des écluses45, ruine les barrages et les écluses46 et ensable les portes. Elle transforme la rivière en créant des courants dangereux et fait chavirer les embarcations légères et instables47. Cette menace contraint le canoéiste à utiliser des cordes pour passer les rapides et effectuer de nombreux portages48. Face aux éléments déchaînés, "le canoéiste le plus malin et le mieux documenté est aussi démuni que s'il n'avait pas de renseignement sur le cours d'eau et s'il en était le premier explorateur"49.

  • 50  Propriétaires de garages à bateaux dont ils louent les emplacements.

39En fait, les inondations, en rendant les rivières plus dangereuses, obligent l'homme à une certaine humilité devant les éléments et le questionnent sur son insouciance de promeneur nautique. De même, ces inondations ont le mérite de mettre de l'ordre dans le monde des "gareurs"50 de bateaux, comme ce fut le cas après la crue de 1910. Négligents, certains ont vu les bateaux, qui leurs avaient été confiés, être endommagés par la crue et la décrue.

  • 51  Bulletin mensuel du Canoë Club, juin 1907

40Face à ces inconvénients, la crue est aussi salvatrice. Elle rend possible le passage de certains déversoirs et barrages51 que les usines hydroélectriques ont mis en place pour détourner la rivière à leur profit :

  • 52  Bulletin mensuel du Canoë Club, mai 1922

"La fée électricité nous a tout bonnement escamoté la rivière en en détournant le débit total par un canal d'alimentation sur les turbines d'une seconde usine"52

  • 53  Bulletin mensuel du Canoë Club, novembre 1908
  • 54  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1911

41La crue permet aussi de limiter les portages puisqu'il est possible d'embarquer plus haut et de débarquer au plus près des obstacles artificiels (moulins, barrages…) sans être gêné par les hauts murs des berges. La navigation devient parfois plus facile et permet même l'exploration de sections difficilement navigables en temps ordinaire53. Enfin, la période de crue est aussi un moyen de faire connaître l'activité nautique. Le canoë est un moyen de locomotion qui rend quelques services à son propriétaire, comme ce fut le cas lors de la grande crue de 1910. Le trésorier du CC pense que c'est en partie pour cette raison que le nombre d'adhérents au CC croit de 37 % en 191054.

  • 55  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1912

42Ainsi, le péril de la crue et des inondations est corrélé aux habitudes de navigation des rameurs. "Le rameur habitué aux bassins calmes et étendus s'inquiète des vagues, craint le remous, "tique" aux barrages et n'hésite pas parfois à déclarer folle, impossible, une tentative que tel autre réussira aisément en canadien"55. En fait une même rivière, en cas de crue, se verra cataloguée comme dangereuse par un amateur d'eau calme utilisant un canot français, alors qu'un explorateur muni d'un canoë canadien appréciera l'accessibilité des berges, évitant ainsi les portages.

Conclusion

  • 56  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906, p. 1-2

43Il apparaît donc que, dès sa création56, le Canoë Club vise, par son activité, la découverte des rivières françaises et impulse les actions d'aménagement pour que cette pratique physique se développe. L'exploration et le tourisme nautique participent à des degrés divers à la connaissance des rivières et fleuves de France et à leur aménagement. Pendant cette vingtaine d'année, l'ensemble des rivières accessibles sont explorées et visitées. Aidé par le Comité Nautique du TCF, le Canoë Club sécurise les descentes pour rendre le risque acceptable et permettre la reproduction des parcours nautique par le plus grand nombre. Le but est de rendre prévisible l'imprévisible en identifiant les risques, en aménageant et sécurisant les cours d'eau. Cependant, à cette action publique s'ajoute un travail sur les perceptions du risque qui relève du champ privé. La préparation des aventures nautiques, bien qu'elle soit livresque, oblige le canoéiste à identifier le danger. Il doit s'approprier le risque, en l'intégrant dans la préparation de la randonnée nautique. Il le relativise au regard des évènements réguliers qui marquent la vie autour des rivières comme les crues et les inondations. Parallèlement le canoéiste met en scène le péril pour que la randonnée puisse rester une aventure singulière.

Haut de page

Bibliographie

Archives départementales de Créteil, fond 152J

Augustin, J-P., 2002, La diversification territoriale des activités physiques, L'année sociologique, 52, 2, pp. 417-435.

Backouche ,I., 1997, Conclusion, Hypothèses, 1, pp. 115-120.

Bertho-Lavenir, C., 1999, La roue et le stylo, Comment sommes-nous devenus touristes ?, Odile Jacob, 430 p.

Beucher, S., 2007, Le risque d’inondation dans le Val-de-Marne : une territorialisation impossible ?, Annales de Géographie, n° 657, pp 470-492.

Bombal, E., 1903, La Haute Dordogne et ses Gabariers, 250 p.

Boyer, M., 2002, Comment étudier le tourisme ?, Ethnologie française, tome XXXVII, 2, pp. 393-404.

Boyer, M., 2005, Histoire générale du tourisme du XVIème au XXIème siècle, Harmattan, 326p

Bretin, K., 2002, Avènement des sports nautiques à Châlon-sur-Saöne (1877-1960). La modernisation de la société à la rencontre des traditions, Sciences et Motricité, 1, 45, pp. 67-84.

Cercle, de la Voile de Paris, 1896, Guide pratique de la basse Seine pour des yachts de faible tonnage, Cercle de la Voile de Paris, 2ème édition.

Conchon, A., 1997, Introduction, Hypothèses, 1, pp. 67-75.

Corbin, A., 1995, L'avènement des loisirs 1850-1960, Flammarion, 472 p.

Csergo, J., 1995, Extension et mutation du loisir citadin, Paris XIXème-début XXème, 46 pages, in Corbin A., L'avènement des loisirs 1850-1960, Flammarion, Paris, pp 121-167.

Csergo, J., 2004, Partie de campagne. Loisirs périurbains et représentation de la banlieue parisienne fin XVIII-XIXème siècle, Sociétés et représentations, 1, 17, pp. 15-50.

Delaive, F., 1997, De la promenade en bateau au canotage à Paris et ses environs (XVIIIe-XIXe siècles), Hypothèses, 1, p. 89-96.

Donadieu, P., 2000, Campagnes et natures urbaines, in Paquot, Lussault, Body-Gendrot, La ville et l'urbain : l'état des savoirs, La découverte, pp 156-165.

Drouin, M., 2008, Ouvrir les canaux à de nouveaux publics, le patrimoine comme médiateur du tourisme nautique, Téoros, pp. 85-88

Gallois L., 1911, Sur la crue de la Seine de janvier 1910, Annales de Géographie, 20, 110, pp. 112-121.

Hajek, S., 2007, Histoire culturelle d'une société nautique : le Canoë Kayak Club de France 1904-2004, Thèse de 3ème cycle, Université Paris V, 312 p.

Kunz, A., 1992, Voies navigables et développement économique, Histoire, économie, société, 11ème année, 1, pp. 13-17.

Laganier, R., P. Piquet, P-G. Salvador et H-J. Scarwell, 2000, Inondation, territoire et aménagement : révolution de la prise en compte du risque inondation dans la vallée de la Canche (Pas-de-Calais, France), Géocarrefour, 75, 4, pp. 375-382.

Le Sueur, B., 1997, La voie d'eau, une machine hydraulique, outil polyvalent d'aménagement du territoire, Annales de géographie, t. 106, n° 593-594, pp. 195-204.

Martel E-A., 1890, Nouveaux rochers des Causses et vallée de l'Hérault, Club Alpin Français, 22p.

Rauch, A., 2001, Vacances en France de 1830 à nos jours, Hachette, Col. Pluriel, 311p.

Richez, G. et J. Richez-Battesti, 2006, Les composantes patrimoniales du canoë récréatif au Canada, Norois, 199, 2, pp. 77-89.

Sirost, O., 2002, Se mettre à l'abri ou jouer sa vie ?, Sociétés, 3, 77, pp. 5-15.

Syndicat d'initiative de Neuvic, 1911, Les gorges de la Haute Dordogne, 16p.

Vigarello, G., 1995, Le temps du sport, 28 pages, in Corbin A., L'avènement des loisirs 1850-1960, Flammarion, Paris, pp 193-221.

Violier, P., 2008, Tourisme et développement local, Belin, 191p.

Haut de page

Notes

1  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906.

Le Yachting et le Touring sont référencés en 1905 dans l’Annuaire des Grands Cercles et du Grand Monde du Baron de Tully.

2  Bulletin mensuel du Canoë Club, mars 1906, p. 1.

3  Le Comité de Tourisme Nautique est créé en 1901, il a pour objet de développer la navigation de plaisance sur les cours d’eau et les côtes. (in Annuaire des cercles et du grand monde, Sports-Clubs-Charité, 1905)

4  Cette société nautique est fondée en 1876. Elle se centre sur la pratique de l’aviron, met en place et participe à de nombreuses compétitions. En 1993 elle fusionne avec le club Aviron Marne et en prend le nom.

5  ADC, carton 50J1 : les règlements des courses de la Société Nautique de la Marne adoptés en 1877 montrent que les compétitions s’adressent à des embarcations variées telles que "les embarcations à porte nage en dehors, embarcations à bordage continu sans porte nage dehors, embarcations de promenade (canots, canots yole) ou embarcations de fantaisie (périssoire, podoscaphe, …)".

6  Bulletin mensuel du Canoë Club de 1924, numéros d’octobre et de novembre.

7  Partie inférieure du cours d’eau à opposer à la partie supérieure, la"haute rivière"

8  Bulletin mensuel du Canoë Club, août 1907.

9  Bulletin mensuel du Canoë Club, septembre 1906.

10  André Meinvielle entre au Canoë Club en septembre 1906 et intègre le bureau du club en 1907. Sur son canoë Iris, il parcourt les rivières, collecte les informations et photographie les descentes.

11  Archives Départementales de Créteil (ADC), carton 152J 121 : photographies sur plaques de verre de Meinvielle, descente de la Marne, Noisiel, 1910.

12  ADC, carton 152J 23 : Croisière Saint Denis-Le Havre.

13  Julien Knecht, un des fondateurs du CC, membre depuis le 30 juin 1904. Il est secrétaire du club puis vice-président. Il meurt au combat en mars 1916 à Verdun. Il a écrit de nombreux récits de croisière et laisse au club une importante collection de photographies sur plaques de verre.

14  ADC, carton 152J 122 : photographies sur plaques de verre de Knecht, descente de la Sarthe et de l’Orne, 1910.

15  ADC, carton 152J 25 : Compte rendu de la croisière sur l’Ain, 1913, p 25-27.

16  En 1903, trois canoéistes allemands désirant descendre le Doubs, la Saône et le Rhône sont arrêtés par la gendarmerie et sont pris pour des espions car ils naviguaient sans permis. Bulletin mensuel du Canoë Club, juin 1906   

17  ADC, carton 152J25 : Ain 1913

18  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906

19  Bulletin mensuel du Canoë Club, mai 1906

20  Revue du TCF, août 1909

  ADC, carton 152J16 : En Canoë, la descente de la Garonne d’Agen à Bordeaux, 1904

21  Bulletin mensuel du Canoë Club, août 1907

22  Bulletin mensuel du Canoë Club, juin 1907

23  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1907

24  Bulletin mensuel du Canoë Club, juillet 1908

25  La revue L’Aviron de février 1911 rend compte de l’invention de M. Caron. Son canoë, dit l’Aviron, se compose de trois parties étanches et flottables isolément.

26  ADC, carton 152J19  : Haute Seine 1907

27  ADC, carton 152J16 : En Canoë, la descente de la Garonne d’Agen à Bordeaux, 1904

28  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906,

29  Op.cit. Haute Seine, 1907

30  ADC, carton 152J125 : croisière sur la Sèvre nantaise, 1911.

31  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1911

32  ADC, carton 152J26 : Creuse 1913

33  ADC, carton 152J25 : Ain 1913

34  Bulletin mensuel du Canoë Club, La Charente, mars 1907

35  Bulletin mensuel du Canoë Club, août 1907

36  Bulletin mensuel du Canoë Club, La Creuse, septembre 1907

37  Bulletin mensuel du Canoë Club, La Creuse, juillet août 1913

38  Bulletin mensuel du Canoë Club, mars 1911, avril 1912

39  Bulletin mensuel du Canoë Club, L’Eure, octobre 1907

40  Bulletin mensuel du Canoë Club, septembre 1913

41  Bulletin mensuel du Canoë Club, Casse-Cou, juin 1911

42  ADC, carton 152J25 Pierre Barjaud, La Sèvre nantaise, 1911

43  Plan de Prévention des Risques d’Inondation mis en place par les institutions publiques, édictant les règles en ce qui concerne la constructibilité des terrains en zone inondable. Il a pour base légale la loi Barnier de 1995 sur la prévention des risques.

44  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1920

45  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1906

46  Bulletin mensuel du Canoë Club, mars 1908

  Bulletin mensuel du Canoë Club, juillet Août 1913

  ADC, carton 152J25 Loire 1912

47  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1907

48  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1909

49  Bulletin mensuel du Canoë Club, octobre 1913

50  Propriétaires de garages à bateaux dont ils louent les emplacements.

51  Bulletin mensuel du Canoë Club, juin 1907

52  Bulletin mensuel du Canoë Club, mai 1922

53  Bulletin mensuel du Canoë Club, novembre 1908

  Bulletin mensuel du Canoë Club, septembre 1922

  ADC, carton 152J25, Ain, 1913

  ADC, carton 152J26, Creuse, 1913

54  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1911

55  Bulletin mensuel du Canoë Club, janvier 1912

56  Bulletin mensuel du Canoë Club, avril 1906, p. 1-2

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Portage de Noisiel 1910, photographie de Meinvielle, plaque de verre
Légende  (ADC 152J121)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-1.png
Fichier image/png, 365k
Titre Figure 2. Croisière Paul Bonnet de Saint Denis au Havre 1904
Légende  (ADC 152J23)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-2.png
Fichier image/png, 244k
Titre Figure 3. Croisière sur l'Eure, Barrage du château, 1910, photographie de Knecht, plaque de verre
Légende  (ADC 152J122)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-3.png
Fichier image/png, 234k
Titre Figure 4. Croisière Rodriguez sur la petite Seine et haute Seine, 1909
Légende  (ADC 152J24)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-4.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 5. Syndicat d'initiative de Neuvic, 1911
Légende (ADC 152J13)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-5.png
Fichier image/png, 222k
Titre Figure 6. Croisière Bajat et Givaudan sur l'Isère, 1920
Légende  (ADC 152J26)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-6.png
Fichier image/png, 432k
Titre Figure 7. Croisière Boulade sur la Creuse, Moulin de Pille Montgin, 1907
Légende  (ADC 152J23)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-7.png
Fichier image/png, 233k
Titre Figure 8. Croisière Monneret sur l'Ain, passage de rapide, 1913
Légende  (ADC 152J25)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11396/img-8.png
Fichier image/png, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Levet-Labry, « Aménager les rivières et réduire les risques pour développer le tourisme nautique en France (1904-1924) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 10 | Décembre 2011, mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11396

Haut de page

Auteur

Eric Levet-Labry

Université Paris-Est, Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP), E.A.3350,
5 boulevard Descartes, 77454 Marne-la-Vallée Cedex 2, France, Courriel : eric.levet-labry@univ-mlv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page