Navigation – Plan du site
Des ressourcements, des récréations : des écoulements réinventés par les loisirs

Du tourisme au développement durable : Les usages des cours d’eau par les kayakistes français

Antoine Marsac

Résumés

Cet article retrace les principales étapes d’évolution des sensibilités à la nature dans le cadre de l’activité canoë-kayak en France. L’approche combine une enquête historique saisissant la formation de modalités de pratiques touristiques puis sportives, et une enquête sociologique qui met en parallèle des usages de la nature sur des sites inégalement urbanisés. Le croisement de sources – extraits d’entretiens et d’archives du Canoë Club — vise à déceler les problèmes environnementaux rencontrés lors des descentes de rivière. Durant la Seconde Guerre mondiale, les pratiquants français s’accommodent des aménagements de moulins pour l’entraînement à la compétition de slalom. Mais l’assèchement des torrents dû à la construction de centaines de retenues rend difficile l’évolution de l’activité à partir de la période d’après-guerre. La période contemporaine se caractérise par des conflits dans l’accès à l’eau, en dépit d’accords signés avec les pêcheurs et de la construction de sites artificiels dans les grandes villes. Ayant aujourd’hui conscience des effets néfastes des barrages et de la pollution sur les écosystèmes des cours d’eau, les kayakistes adaptent leurs actions à l’impératif du développement durable. Mais la sauvegarde de l’espace de jeu via le maintien de débits suffisants demeure leur principale préoccupation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour les besoins de la démonstration, les termes « canoë » et « kayak » opposés jusqu’aux années 3 (...)

1Le kayak1 est défini comme un loisir sportif pouvant se pratiquer en mer, sur des lacs ou des cours d’eau plus ou moins tumultueux. Pour les kayakistes, le domaine de la rivière possède ses spécificités environnementales (crue, étiage…) avec lesquelles ceux-ci doivent composer dans ce qu’ils se représentent comme étant la « nature » (Descola, 1993). La descente d’un fleuve ne se réduit pas à un simple trajet, mais devient l’occasion de « lire » le cours d’eau, la variation de hauteur des berges, son écosystème et les paysages qui le constituent (Sirost, 2010). La représentation commune habituellement attribuée au kayak est l’évasion dans la nature, l’immersion dans l’univers des vacances. Or, dans cette activité sportive ou touristique, l’exploration des rives s’inscrit aussi dans une démarche de découverte de la nature. Dans ce contexte, à partir d’une lecture du tourisme, il s’agit d’interroger les relations des kayakistes à l’environnement (Eichberg et al., 1998) pour mettre au jour les rapports à l’eau qui fondent l’activité. Comment ce rapport à l’eau a-t-il évolué au cours du XXe siècle ? Pour y répondre, il convient d’identifier les « problèmes » environnementaux rencontrés par les adeptes du kayak lors des descentes de rivière.

2Si le rapport à la nature fonde le kayak en eau vive, nous voudrions montrer que le rapport à l’eau des kayakistes s’est façonné historiquement et s’est construit symboliquement à partir de multiples formes d’appropriation du milieu. Nous analyserons les valeurs sur lesquelles reposent ces sensibilités à la nature en fonction des périodes, des débuts touristiques du Canoë Club de France (CCF) de la première moitié du XXe siècle à nos jours.

  • 2  Sites artificiels conçus à l’origine pour le slalom, discipline olympique consistant à réaliser un (...)

3Nous traiterons autant les rapports, des kayakistes, à l’eau dans une nature présentée comme « sauvage » que des espaces artificialisés (Berque, 1986). L’approche permet d’une part d’identifier les rapports des sportifs à l’espace de pratique en recourant à l’exposé de faits et d’autre part d’étudier des manières de naviguer sur les cours d’eau allant de l’exploration des rivières au fait de pratiquer dans les bassins de slalom2. Finalement, nous montrerons que l’activité en fonction de la pratique s’inscrit autant dans des espaces sportifs aux sites touristiques.

Sources et méthodes

  • 3  Il s’agit de pratiquants qui naviguent très régulièrement et qui dispose d’un haut niveau de compé (...)
  • 4  Revue du CCF de 1906 à 1973.
  • 5  Publication pionnière dans le domaine du tourisme en France au cours du XXe

4À partir de la question centrale de la caractérisation du rapport à l’eau, nous interrogerons les discours via l’analyse d’entretiens semi-directifs et de faits marquant l’évolution de cette activité. Les acteurs en présence (kayakistes, pêcheurs, riverains, aménageurs…) entrent en interaction dans l’espace non circonscrit de la rivière. Comment les kayakistes définissent-ils les problèmes environnementaux ? Il s’agit de décrire les étapes qui ont conduit à porter une attention particulière à l’eau pour les kayakistes « experts »3. En effet, si l’activité se caractérise par l’attachement des pratiquants à la rivière, le milieu aquatique appelle des représentations difficiles à recueillir à cause de la rareté des sources. Il faut donc analyser les archives pour comprendre comment des conflits, des adaptations, des rénovations ont traversé l’histoire de la « pratique légitime ». Notre réflexion s’appuie aussi sur l’analyse d’un corpus de La Rivière4 et Canoë-kayak Magazine (de 1970 à 2010). Nous avons donc interrogé ces sources puis nous les avons mis en relation avec le travail d’Olivier Sirost qui a analysé la revue Camping et plein air5(Sirost, 2001). En s’appuyant sur ces corpus, ce travail relève de la microhistoire (Ginzburg, 1980 ; Bensa, 1996).

Littérature

5Les travaux de sociologie historique sur le tourisme (Viard, 1990 ; Bertho-Lavenir, 1999 ; Boyer, 2000) et sur l’invention du plein air introduisent la question des rapports du citadin à l’espace naturel. Jean Viard revient sur les sensibilités à la nature. Dressant une partition entre campagne, ville et nature, il soutient que la nature est une notion urbaine. Plus spécifiquement, sur les sports d’eau vive, Jean-Pierre Mounet (2003) aborde la question sous l’angle de la sauvegarde de l’écosystème des torrents alpestres. Pour lui, la préservation des espaces naturels se situe sur le même plan que l’écologie. À partir des atteintes à l’environnement, il montre que les milieux de pratique ne sont pas identiques d’un territoire à l’autre puisque l’impact sur l’écosystème et le partage de l’eau entre usagers s’appuient sur des valeurs écologiques. Les éléments naturels sont donc perçus par l’auteur, à la fois comme les fondements constitutifs d’une activité sportive et un environnement support. Le croisement des deux problématiques de sauvegarde des écosystèmes (Cadoret, 1985 ; Dubost et Lizet, 2003) et de défense du libre accès à l’eau conduit à opérer un retour historique sur les conditions de pratique des kayakistes et sur leur évolution. La pratique du kayak sur une rivière est régie par un ensemble de lois qui confrontent les pratiquants à une logique de territoire et d’acteurs avec des réalités juridiques, économiques et sociales (flux de populations, développement local et activités économiques). On se situe résolument dans les « mondes civiques » identifiés par Boltanski et Thévenot (1991), c’est-à-dire des justifications qui influent ici sur le rapport à l’environnement du cours d’eau et de son écosystème.

L’action pionnière du Canoë Club : excursionnisme et exploration de la nature

6Dès la création du CCF en 1904, un rapport touristique au cours d’eau se constitue avec l’exploration du réseau hydrographique français. En prônant des idéologies héritées de l’hygiénisme, les adhérents parisiens de l’association cherchent à rompre avec leurs conditions de vie quotidienne (Hajek et Marsac, 2008). En étudiant spécifiquement cette période, Bertho-Lavenir dissocie les croisières en eaux calmes des descentes de rivière en eau vive. Pour qualifier les rivières parcourues par les membres du CCF, elle utilise le terme de « cours d’eau accidentés, propre au loisir » qu’elle oppose aux « itinéraires touristiques » des croisières, promenade « émotionnante et sportive, mais sans aucun danger réel » (Bertho-Lavenir, 1999 : 301). Les membres du club, uniquement orientés vers le tourisme, cherchent à se distinguer des autres activités nautiques en prônant la découverte de la nature sans se limiter aux voies d’eau navigables. Ces derniers s’opposent également à la sensibilité de l’époque exprimée par une recherche toujours accrue de vitesse (Hajek et Marsac, 2008).

  • 6  Mouvement de rejet de la ville.
  • 7  50 ans de Fédération, FFCK, Joinville-le-Pont.

7Le CCF organise des croisières en groupe, des conférences sur la faune, la flore des cours d’eau agrémentées de séances photo. Le club fonde dans les années 1930 l’Union Nationale des Associations de Tourisme qui contribue à développer les descentes en canoë. Les récits de croisières archivés au club relatent les exploits de ses membres et rendent compte de leur manière de percevoir les éléments naturels dans des descriptions naturalistes et romancées. La représentation des torrents comme un espace de jeu semble être communément partagée. Les kayakistes sont attachés à l’exploration sauvage d’une nature, dont ils rendent compte lors des conférences organisées dans les cercles littéraires de la capitale. Mais l’intrusion dans l’espace de la littérature spécialisée et de sensibilités à la nature liée à la domination des citadins (Parisiens) sur les populations rurales rappelle que nous sommes en présence d’élite ayant aussi une culture héritée des sociétés savantes de la capitale (le CCF sera primé à la Société de Géographie en 1929). Ainsi, le terme « indigène », utilisé pour désigner les habitants des vallées, ceux qui ne possèdent pas la mobilité des canoéistes, se généralise dans la revue La Rivière. Le tourisme est parfois opposé à la compétition à laquelle s’opposent les membres du club jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Les pages de la revue La Rivière donnent libre cours aux sensibilités littéraires, aux velléités d’aménagements (des courriers sont envoyés au ministre des Ponts et chaussées contre les projets de barrages et à la société des chemins de fer de France pour les hangars à Canoë...). Si des formes plurielles de sensibilités à la nature ont pu s’exprimer au CCF à travers les publications, c’est qu’il y a des tensions entre la définition de la pratique entre le tourisme et la compétition. Les élites membres du CCF cherchent à urbaniser la nature pour la modeler en développant les pratiques entre sport, opportunités et idéologie de l’escapisme6 s’insérant dans l’industrie du tourisme. L’activité transforme la fonction naturelle des rivières, car une Fédération française de Canoë (FFCK) est créée en 1932. Son action est déterminante puisqu’elle introduit officiellement la compétition et développe de grands rassemblements touristiques sur les cours d’eau afin de sensibiliser ses adhérents à la sauvegarde des parcours naturels7. Pendant la période d’entre-deux-guerres, ses adhérents s’accommodent des aménagements de moulins pour l’entraînement à la compétition de slalom. Les clubs jouent ainsi un rôle majeur dans la période d’après-guerre, car ils fédèrent les premières actions de protection des torrents (Marsac, 2008 : 124).

De l’action des clubs à la « disparition » des rivières

  • 8  Suite à la loi de 1919 portantes exploitations des cours d’eau du domaine français et d’Outre Mer.

8À partir de la période d’après-guerre, le travail d’édition de guides (décrivant ces rivières canotables) effectué conjointement par le CCF et le Touring Club de France perd de son utilité puisqu’il rend compte d’itinéraires qui n’existent plus. La politique d’électrification de la France, amorcée au crépuscule de la Grande Guerre8, fait tomber en désuétude ces itinéraires noyés par les barrages des centrales hydro-électriques. La transmission du « patrimoine » du tourisme en canoë subit aussi les conséquences néfastes des atteintes aux cours d’eau : rejets, dépôts d’ordure dans le lit ou sur les berges... Les débits des itinéraires décrits dans les guides sont régulés par des barrages. Les kayakistes doivent se conformer à des horaires pour les lâchers d’eau dans les torrents, car le fonctionnement de centrales hydro-électriques en assèche le lit. Les membres du CCF militent contre ces tentatives d’urbanisation de la nature, mais entretiennent un rapport ambivalent avec l’État. La construction en masse de barrages dans la période d’après-guerre limite la pratique et contraint les kayakistes à attendre des lâchers d’eau d’électricité de France (EDF). Dès lors, cette situation repose sur deux logiques non exclusives pour les pratiquants. Une logique « naturelle », de découverte, fondée sur un environnement instable et sauvage fait face à une logique artificielle organisée autour d’aménagements.

  • 9  Mahuzier, A. (1971). Quarante ans d’aventure, Paris : Presses de la Cité, p. 48.

9Alors que leur espace de jeu se restreint durant cette conjoncture, les dirigeants des clubs de la FFCK plaident pour la préservation du caractère naturel des cours d’eau auprès de l’État. En effet, les droits d’accès aux cours d’eau sont soumis à l’aval des administrations d’État (ministère des Ponts et chaussées, direction de la navigation fluviale). Les efforts des responsables des clubs se concentrent donc essentiellement sur l’aménagement des parcours d’eau vive dans les foyers de pratiquants des villes (Paris, Lyon). La construction des rivières artificielles préfigure l’avènement des Stades d’eau vive qui sont des équipements conçus pour la compétition et l’initiation du grand public. Les kayakistes ont sensibilisé le grand public à cette artificialisation des cours d’eau9. Face aux besoins croissants en énergie, les responsables d’EDF intensifient la politique de construction des barrages sur les torrents. Des centaines de parcours d’eau vive, immortalisés par les films d’avant-guerre disparaissent avec ces aménagements.

Genèse des mouvements écologistes de défense des torrents

  • 10  En référence au kayak comme embarcation de transport.
  • 11  La Rivière, 454, 1973, p. 5.

10Un extrait de la revue La Rivière montre clairement que l’image « écologiste » du kayak s’inscrit dans la mouvance d’un rapport étroit à la nature : « C’est là, il est vrai un moyen de transport10 privilégié, ne laissant aucune trace de pollution ou de destruction, offrant un accès à de nombreux sites pratiquement inaccessibles autrement et permettant une pénétration intime de la nature loin du bruit des villes, loin des habitations ; l’homme des eaux, c’est sa vocation première, recherche avant tout la solitude, le calme des vastes espaces des gorges profondes. On peut faire une entière confiance aux canoéistes-kayakistes, pour assurer avec un soin jaloux la sauvegarde de l’eau et de la nature, deux éléments de la vie qui leur sont particulièrement chers. »11. Dans ce contexte, ces kayakistes se concentrent sur la protection de l’environnement des rives via l’émergence d’idéologies écologistes (Saint-Marc, 1975). L’écologie politique pénètre le champ du kayak en se répercutant sur les sensibilités hédonistes des pratiquants. Si elle émerge dans les pratiques au tournant des années 1970, elle se manifeste de manière significative dans la vie politique française après les grandes catastrophes pétrolières de 1973 et 1979. Pour les kayakistes, protéger les écosystèmes reste nécessaire même si c’est surtout l’espace de jeu qu’il faut « sauver » de la destruction des barrages conçus par EDF. Les années 70 sont également marquées par une pollution généralisée des cours d’eau qui se répercute sur la sensibilité des kayakistes au paysage. Ces derniers deviennent également sensibles à la qualité de l’eau, à sa couleur, et des « paysages sensuels et sensoriels faisant l’objet des expériences fondatrices vécues » (Sirost, 2010).

  • 12  Accords avec la pêche sous l’égide des directions du parc naturel régionaux. Réservé aux pécheurs (...)

11De plus, l’environnement apparaît comme un objet privilégié pour la FFCK qui est affiliée au Ministère de l’Environnement dès 1982. Cette institution préconise à ses adhérents de recourir à des actions de nettoyage des berges et des plans d’eau qu’ils utilisent (nettoyage de printemps, « cours d’eau zéro déchet »). L’aspect naturel de la rivière soulève les questions d’environnement mettant en jeu des « objets hybrides », associant les humains et les non humains (faune, flore) entendus comme des exemples de bonnes pratiques, selon les préconisations de l’État, via la FFCK, en matière de respect de l’environnement (Mounet, 2003). Mais les conflits s’exacerbent entre écologistes et kayakistes accusés de détériorer les fonds de rivières. Bien que des arrêtés aient été votés pour résorber les problèmes entre pratiquants, des difficultés d’accès perdurent, créant inévitablement des conflits d’intérêts pour le partage de l’eau entre usagers. Le droit d’embarquer devient un sujet de discorde. Les arguments environnementalistes demeurent plus virulents sur les torrents alpestres que sur les cours d’eau de plaine à cause des lobbys des sociétés de pêche et des barragistes12. Les territoires de l’eau (Ghiotti, 2009) sont donc loin d’être homogènes à cause de la pluralité des acteurs qui ont la charge de leur entretien (syndicat de restauration de cours d’eau, riverains).

La montée de la problématique environnementale dans le tourisme sportif

12L’environnement est devenu une préoccupation nécessaire à la survie de l’activité à cause de deux facteurs. La dimension contemplative et itinérante des pratiques autorise un rapport à l’eau différent de celui des pêcheurs, car naviguer en kayak, c’est s’inclure dans l’environnement. La représentation de l’activité touristique pratiquée dans une nature perçue comme vierge de toute anthropisation persiste malgré les atteintes portées aux cours d’eau (pollution, barrages) et crée inévitablement une distorsion avec les usages domestiques de l’eau. C’est dans ce contexte que des actions de défense des torrents ont pu naître. Ce constat permet de poser l’hypothèse que le partage de l’eau entre usagers des torrents s’opère toujours entre acteurs ayant des rapports à l’eau différents (pêcheurs versus kayakistes, riverains versus écologistes... ).

  • 13  Ne faisant pas partie du domaine public.

13Mais comment cette partition sociale a-t-elle évolué pour se répercuter sur le tourisme sportif au seuil des années 80 ? « La dynamique des activités d’eau vive pendant la période 1985-1995 s’inscrit dans un mouvement d’attraction pour les activités sportives et ludo-sportives de pleine nature. D’une part, la thématique environnementale et la montée du souci écologique ont activé le besoin de contact avec la nature. D’autre part, le désir d’aventure et la soif de réalisation personnelle ont propulsé de nouvelles demandes vers l’univers de la rivière » (Pigeassou et Chaze, 2005). La lecture qu’ont les pratiquants de la rivière participe à légitimer ou à restreindre l’évolution des kayakistes dans les cours d’eau non domaniaux13. Les difficultés d’accès ou l’engagement des rapides sont alors valorisés par les pratiquants dans les torrents les plus étroits et pentus. Tandis que les touristes s’arrêtent à des tronçons de rivière ne présentant pas ou peu de dangers, l’organisation de la descente des plus expérimentés se module en fonction du niveau technique des pratiquants et des crues.

14Cependant, l’espace de la rivière ne reste « désirable » qu’à partir du moment où les représentations des pagayeurs évoluent vers la préservation. Celles-ci sont influencées par le cinéma et la télévision qui relaient des images évoquant l’évasion dans la nature « sauvage ». Dans le même temps, les idéologies du wilderness se développent (Descola, 1993). En effet, la préservation des rivières sauvage devient un impératif pour ces imaginaires. L’exploit sportif ne vaut que s’il est réalisé dans une nature que l’on pense « authentique ».

  • 14  Emission de la télévision publique française diffusée au cours des années 80.

15À partir de la fin des années 80, les explorateurs promeuvent l’itinérance au long cours dans des torrents en crue, afin de constituer une alternative aux cours d’eau français les plus touchés par la sécheresse. Fondées sur un éthos de conquête, les équipes de kayakistes entrent dans l’ère des expéditions en autonomie, en privilégiant les destinations lointaines (Népal, Afrique…). Un rapport aventureux, d’exploration des cours d’eau se fait jour. L’imaginaire prométhéen magnifie les espaces sauvages. Les récits des expéditions sont alors relayés par les émissions comme les Carnets de l’aventure14. Dans le rapport à l’eau, ce qui caractérise ces pratiques, c’est la recherche de l’exploit dans un environnement perçu « comme vierge de toute atteinte au milieu » selon l’expression d’un chef d’expédition (médecin, 51 ans).

16Dans le même temps, le tourisme sportif sur les cours d’eau les plus fréquentés du sud de la France (Ardèche, Tarn…) suscite heurts et tensions en restreignant la pratique à des horaires limités. Si la cohabitation entre kayakistes et touristes existe, les accords avec les pêcheurs deviennent beaucoup plus problématiques. En effet, le droit de naviguer est soumis au respect d’horaires édictés par les sociétés de pêche. Cette contrainte est vécue par les kayakistes comme une atteinte au droit de circulation sur les cours d’eau. Mais c’est en même temps la liberté de jouir d’un patrimoine naturel, le torrent, qu’ils partagent avec les pêcheurs. Ces derniers doivent acquitter une redevance d’accès aux rivières pour traverser les terres des agriculteurs. Ce droit est régi par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques promulguée le 30 décembre 2006.

  • 15  Dispositif européen de protection des milieux naturels.

17Le kayak en eau vive n’a donc pas échappé aux tendances sociales d’émergence des activités sportives nouvelles, basées d’après Pociello (1994 : 167-172) sur l’écologisation, l’hybridation, la personnalisation, la technologisation et la mise en forme aventurière des activités corporelles relevée lors de cette conjoncture 1985-1995. Durant cette décennie, des pratiquants utilisent le réseau d’alerte mis en place par la FFCK avec le concours du Ministère de l’Environnement pour prévenir les cas de pollution sur les torrents. Ce service assure la protection et la préservation de l’environnement des sites de pratique. Il permet au pratiquant de signaler toute pollution ou atteinte à l’environnement en avertissant les services du Ministère de l’Écologie concernés par la surveillance des cours d’eau. Des opérations (nettoyage de printemps, initiatives marines de Surf rider fondation) et des parcours écopagayeurs à destination d’un large public (scolaires, familles, touristes) sont créés pour sensibiliser le plus grand nombre aux problèmes d’environnement à la fin des années 1990. Au tournant des années 2000, le vocabulaire lié au développement durable fait partie intégrante des actions menées par la FFCK. Pour les pratiquants les plus investis dans la sauvegarde de l’espace de jeu, l’adoption d’idéologies écologistes fait écho à la transformation séculière des cours d’eau. On qualifiera cette situation de zone de « tensions en devenir » puisque beaucoup de différents accès à l’eau se règlent devant les tribunaux. La polémique entre usagers de l’eau l’emporte dans l’urbanisation de la nature depuis l’avènement des directives Natura 200015 (Marsac, 2008 : 489).

Polémiques, conflits autour de l’artificialisation des cours d’eau

18En 1969, à Vichy, le premier site artificiel est conçu avec un débit d’eau de cinq mètres cubes par seconde, des obstacles et un fond en béton. L’engouement pour cet équipement apparaît comme un paradoxe. Depuis cette période, l’émergence de trente sites artificiels de kayak renvoie au passage d’une navigation en torrent à une pratique dans les aménagements urbains des rivières d’eau vive. L’innovation est ici appréhendée dans le contexte de la spécialisation des espaces sportifs vers la logique des stades où l’accès est régulé et payant. Alors que les cours d’eau « naturels » sont affectés, les kayakistes les plus jeunes sont formés dans des sites artificiels. L’activité se rapproche alors de la ville. Les codes du monde sportif sont transférés en milieu artificiel le débit est contrôlé et le rapport à l’eau évolue. La pratique s’effectue à la demande. EDF devient un commanditaire de la FFCK et une frange de pratiquants de tourisme sportif reproche à cette institution de construire des barrages, « en détruisant des parcours pour concevoir des Stades d’eau vive ». Le changement de la politique de la FFCK à l’égard des stades d’eau vive suscite de vives oppositions. Ces conflits ont pour conséquence de voir partir les kayakistes qui occupaient une place centrale dans le mouvement de défense des rivières. Ces derniers mettent leur énergie au profit d’une commission « torrent » au sein de l’association Mountain Wilderness et du Réseau de Rivières Sauvages. Les élus des vallées touristiques constatent que la plus forte rentabilité de la clientèle non sportive, et réduisent en conséquence l’action des moniteurs au profit d’activités jugées plus rentables, comme le rafting, ainsi que les moyens consacrés à l’organisation des compétitions. En somme, les intérêts des kayakistes ne se portent plus exclusivement vers la défense de la nature, mais sur l’accès à l’eau qui devient problématique à cause du partage de l’eau avec les autres utilisateurs et les riverains dans une optique de développement durable des territoires. Hervé Madoré directeur technique à la FFCK de 1988 à 1997 a repéré : « Une frange traditionaliste pour qui le canoë-kayak ne pouvait concevoir qu’on puisse le pratiquer en milieu artificiel, mais en milieu naturel. ». Cette polémique se généralise à propos des Stades d’eau vive. Aujourd’hui, ce pratiquant (34 ans, chercheur) fait référence à EDF comme « un commanditaire qui aura condamné toutes nos eaux vives pour en faire des stades ! ».

19Ce qui se joue dans le rapport contemporain à l’eau, c’est la sauvegarde de l’espace de jeu et non plus seulement la préservation de l’environnement. D’ailleurs, en critiquant les Stades d’eau vive, les kayakistes les plus investis dans les mouvements de défense des torrents deviennent alors des experts et non plus de simples citoyens se saisissant de ces questions environnementales afin de préserver les écosystèmes. Il s’agit d’une tension entre conceptions divergentes de la naturalité des cours d’eau. La polémique avec les responsables d’EDF repose sur la défense du libre accès qui demeure la seule condition pour jouir du droit de naviguer. Cette différenciation dans la manière de percevoir les torrents ne se réduit donc pas aux controverses sur l’environnement, mais s’inscrit dans des conflits plus complexes (Lafaye et Thévenot, 2002), alliant rapports divergents à l’eau. Du rapport halieutique à l’espace de jeux des kayakistes. Si pour les cours d’eau règlementés, des conflits apparaissent entre kayakistes et pêcheurs, ils éclatent aussi entre pratiquants n’ayant pas les mêmes approches de l’activité (touristes versus compétiteurs). Tour à tour objet de spoliation, les cours d’eau artificialisés suscitent des représentations négatives chez les kayakistes. Ainsi, un pratiquant « je hais l’environnement » (37 ans, chef d’entreprise). Des imaginaires du désastre se cristallisent autour de l’urbanisation de la montagne. Viard (1990) place les rivières dans celui de la campagne puisque les principaux torrents sont situés en plaine et non en haute montagne. Mais les pratiques reposent sur un clivage entre espaces agraires et nature aménagée. Ce rapport aux cours d’eau se rapproche davantage du second point que du premier. Les associations de défense des parcours apparaissent dès lors comme des leviers d’action actuels permettant de limiter et/ ou préserver les derniers espaces naturels d’eau vive dans une démarche de développement durable.

Conclusion

20Pour comprendre comment les kayakistes ont intégré les valeurs du développement durable, il faut dépasser la seule approche historiographique pour l’inscrire dans une généalogie du lien entre canoë-kayak et environnement. Les mutations profondes qu’ont connues les cours d’eau ont induit une évolution des kayakistes dans leur manière de les percevoir. Si ces derniers embarquent librement dans les cours d’eau domaniaux, l’espace de pratique ne se conçoit qu’au travers des critères d’appréciation d’accès à l’eau édictés par les pouvoirs publics. Plus généralement, notre hypothèse consistait à affirmer que la résolution des problèmes environnementaux identifiés par les kayakistes rencontrait les difficultés d’accès à l’eau en s’inscrivant dans la volonté de transmettre les valeurs du « monde civique » (Boltanski et Thévenot, 1991) à l’interface d’une liberté de naviguer et d’une action autorisée.

21Mais dans le domaine du kayak, la notion de développement durable n’est qu’une modernisation sémantique employée pour désigner un ensemble de sensibilités à la nature plus ancien qui recouvre implicitement des problèmes profonds de rapport à l’espace de jeu. Les conflits environnementaux qui menacent ce sport ne seraient donc pas tant ceux qui résultent de la pollution des rivières ou de la dégradation des paysages, mais les difficultés d’accès à l’eau. À l’heure de la refonte législative des lois sur les milieux aquatiques, la démarche de développement durable devrait prendre en compte cette subtilité.

Biographie

22Antoine MARSAC est Maître de conférences au laboratoire SPMS (EA 4180) à l’Université de Bourgogne, Dijon. Ses travaux portent sur l’organisation du sport et du tourisme sportif.

Haut de page

Bibliographie

Bensa, A., 1996, De la micro-histoire vers une anthropologie critique, in Revel Jacques, Jeux d’échelles. La micro-analyse de l’expérience, Seuil/Gallimard, pp. 37-70.

Berque, A., 1986, Le sauvage et l’artifice. Les Japonais devant la nature, Paris, Gallimard, 314 p.

Bertho-Lavenir, C., 1999, La roue et le stylo. Comment sommes-nous devenus touristes. Paris, Odile Jacob. 438 p.

Boltanski, L. et Thévenot, L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur. Paris, Gallimard, 389 p.

Boyer, M., 2000, L’invention du tourisme XVIe-XIXe siècles. Origine et développement du tourisme dans le Sud-Est de la France, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 160 p.

Cadoret, A., 1985, Protection de la nature : Histoire et idéologie, De la nature à l’environnement, Paris, L’harmattan, 245 p.

Descola, P., 1993, Les lances du crépuscule, Paris, Plon.

Dubost, F. et F. Lizet, 2003, La nature dans la cité, Communications, 74, pp. 45-67.

Eichberg, H., J. Bale, C. Philo et S. Browell, 1998, Body Cultures : Essays on Sport, Space and Identity. New York : Routledge.

Ghiotti, S., 2009, La patrimonialisation des fleuves et rivières. Une comparaison France-Liban, Monde en développement, vol. 145, n° 1, pp. 73-91.

Ginzburg, C., 1980, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, Paris, Aubier.

Hajek, S. et A. Marsac, 2008, Les récits de croisière : développement d’une culture touristique du canoë dans la France de l’entre-deux-guerres, Loisir et société, n° 31(2), pp. 233-265.

Lafaye, C. et L. Thévenot, 1993, « Une justification écologique ? Les conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, n° 34(4), pp. 495-524.

Marsac, A., 2008, Canoë-kayak, des torrents au Stade d’eau vive, sociologie des pratiques et ethnographie des apprentissages, Thèse de doctorat, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, 587 p.

Mounet, J.P., 2003, Les activités sportives de nature en France : contraintes globales, flou organisationnel et stratégies d’acteurs. Habilitation à diriger les recherches STAPS, Université Joseph Fourier, Grenoble.

Pigeassou, C. et J.P. Chaze, La rivière comme nouvel espace d’aventure : variations sur les usages et les enjeux de pratiques sportives, de loisir et de tourisme. in Bernard, N. 2005, Le nautisme, acteurs, pratiques et territoires, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 332 p.

Pociello, C., 1994, Sport et pouvoirs au XXe siècle : enjeux culturels, sociaux et politiques des éducations physiques, des sports et des loisirs dans les sociétés industrielles (années 20-années 90), Grenoble, PUG, 204 p.

Saint-Marc, P., 1975, L’imaginaire social de la nature, Paris, Stock.

Sirost, O., 2001, La tente noire, sociologie du camping. Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris V, 529 p.

Sirost, O., 2010, Les variations paysagères de l’estuaire de la seine. Paysages vécus. Sociétés, 104, 119-133.

Viard, J., 1990, Le tiers espace ou la nature entre ville et campagne. Paris, Méridiens-Klienskieck.

Haut de page

Notes

1  Pour les besoins de la démonstration, les termes « canoë » et « kayak » opposés jusqu’aux années 30, seront employés de manière indifférenciée. L’expression "canoë-kayak" apparaît en 1949 en France dans les publications des éditions Susse et la revue Camping et plein air (Sirost, 1999).

2  Sites artificiels conçus à l’origine pour le slalom, discipline olympique consistant à réaliser un parcours entre des piquets suspendus au-dessus de l’eau.

3  Il s’agit de pratiquants qui naviguent très régulièrement et qui dispose d’un haut niveau de compétences dans l’activité.

4  Revue du CCF de 1906 à 1973.

5  Publication pionnière dans le domaine du tourisme en France au cours du XXe

6  Mouvement de rejet de la ville.

7  50 ans de Fédération, FFCK, Joinville-le-Pont.

8  Suite à la loi de 1919 portantes exploitations des cours d’eau du domaine français et d’Outre Mer.

9  Mahuzier, A. (1971). Quarante ans d’aventure, Paris : Presses de la Cité, p. 48.

10  En référence au kayak comme embarcation de transport.

11  La Rivière, 454, 1973, p. 5.

12  Accords avec la pêche sous l’égide des directions du parc naturel régionaux. Réservé aux pécheurs en amont de la retenue.

13  Ne faisant pas partie du domaine public.

14  Emission de la télévision publique française diffusée au cours des années 80.

15  Dispositif européen de protection des milieux naturels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Marsac, « Du tourisme au développement durable : Les usages des cours d’eau par les kayakistes français », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 10 | Décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11454 ; DOI : 10.4000/vertigo.11454

Haut de page

Auteur

Antoine Marsac

Maître de conférences, Université de Bourgogne, Laboratoire Socio-psychologie et Management du sport- EA 4180, UFR STAPS, Campus universitaire de Montmuzard, BP 27 877 – 21 078 Dijon Cedex, France, Courriel : antoine.marsac@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page