Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2012Pierre Rabhi,Vers la sobriété heu...

2012

Pierre Rabhi,Vers la sobriété heureuse

Actes Sud, 2010143 pages, ISBN 978-2-7427-8967-2
Michel Gueldry

Texte intégral

1Pierre Rabhi, authentique paysan algéro-ardéchois, critique mondialement connu de l’agrobusiness et praticien renommé de l’agroécologie en milieu aride, est un adversaire implacable de la « pseudo-économie qui tient le monde à la gorge » (95) et du consumérisme nihiliste de notre ère  « pétrolithique » (72); il lui oppose (sa vision de) l’économie naturelle pérenne, assise sur le principe de sobriété. Dans ce cri-du-cœur, ce moraliste ardent lance une Philippique contre la modernité, discute son alternative et offre un chant, un cantique plutôt, à la vie et à l’univers.   

2Dans un premier temps donc, Rabhi fustige le fétichisme de la marchandise, le consumérisme, l’aliénation des personnes par la fausse conscience matérialiste, et « l’immense imposture » (15) de la modernité. Il dresse son réquisitoire avec des formules très fortes. Il blâme « l’idéologie du lucre omnipotent » (26) pour  les misères contemporaines, qu’il énumère avec un mélange de tristesse et de colère: guerres mondiales, exil massif  de travailleurs exploités, « frénésie » des « électrons hyperactifs », « stress »  et « graves pathologies » individuelles et collectives (24), sans compter la « servitude banalisée » (36), les « fantasmes » de jouissance maximale et permanente et ses « frustrations » (43–44), « la frénésie comme mode d’existence collective » (48) et « toutes les obésités physiques et psychiques» (95).  Selon lui, l’« arrogance totalitaire » et les « théories matérialistes péremptoires » de la modernité sont responsables de « l’uniformisation et la standardisation du monde d’un pôle à l’autre » (31). L’Europe prédatrice et colonisatrice est, dit-il, particulièrement coupable de ces destructions et de « l’éradication universelle des traditions » (67). Sa « divinité tutélaire absolue, que l’on appelle finance […] croyance d’essence quasi métaphysique » (45-46) continue et aggrave l’impérialisme de naguère.  Paysan et terrien dans l’âme, Rabhi conspue la spéculation financière hors-sol et dématérialisée  et cet Homme prométhéen à la pensée « minérale […] fragmentée et mécaniste » (34), « démiurge » (44) opposé à l’homme naturel. Par sa critique éthique, Rabhi se situe dans la lignée des grands moralistes anti-modernistes, néo-ruraux et humanistes.

3Il offre également une critique économique cohérente des externalités négatives sacro-saintes pour l’économie libérale, en expliquant sarcastiquement sa traduction monétaire: « Tout ce qui n’a pas un prix n’a pas de valeur »  (41). Il souligne « que ce qu’on appelle “économie” consiste en un système qui, par son caractère dissipateur et destructeur, en est précisément la négation — un véritable outrage à l’économie. » (41). Il explique que « [c]e que nous appelons “économie” […] est précisément la négation de l’économie » (69) de par son caractère dissipateur et entropique.  Cet abus sémantique délibéré de la part des économistes néolibéraux, des profiteurs  et prédateurs vise « à abuser les esprits, à entretenir savamment les malentendus. » (41). Ainsi l’économie, censée être « cet art magnifique » (41) destiné à assurer la prospérité générale et qui refuse « l’avarice comme le gaspillage » (42), est en fait « l’art subtil de faire de la prédation une science » (76) et l’instrument de domination et d’exploitation des nouveaux maîtres du monde. Elle est le contraire des rythmes naturels où, selon l’expression du chimiste Lavoisier, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. »

4Après cette critique, en quoi consiste cette sobriété qu’il défend? Il concède éprouver des difficultés à définir cette « sagesse ancestrale » (55) et ses « limite[s] » (93) mais y voit une « option de vie, » « une protestation, » « une forme de résistance, » « une vertu, une ascèse » (57) et plus encore. Cette « plénitude […] tranquille et heureuse » (63), cette « [g]ratitude, modération, pondération » (95), repose sur  «l’autolimitation individuelle et collective » (98) ; elle permet de « reconquérir la liberté à l’égard du temps-argent » (85) et amène « des valeurs généreuses », et notamment la  « joie de vivre » (19). Dans des pages poétiques qui invitent à une lecture lente et méditative, il peint plusieurs vignettes de sa sobriété idéale: Mohand, le berger itinérant des montagnes de l’Atlas qu’il observait et enviait durant son enfance saharienne (74–75), lui qu’on avait tôt destiné aux études; la ruralité raide et rustique (friches tenaces, ni eau courante ni électricité, éloignement) qu’il pratiqua dans les années 1950–1960 avec son épouse Michèle dans leur ferme de l’Ardèche profonde (86–92), les « paysans cévenols » lents, frugaux, généreux et conviviaux (70–72) pour qui il travailla comme ouvrier agricole, Chief Seattle. Il aspire encore fortement à ces ascèses au sein de la nature et regrette le modeste confort (automobile, voyages pour diffuser ses idées) que son travail lui a apporté.  En fait, le remord du « nanti » le taraude face à la simplicité des villages africains (93–94). Les états étant des « pompier[s] pyromane[s] » (96), ce sont les sociétés civiles qui doivent passer de « la logique du profit sans limites à celle du vivant » (99),  défendre les peuples premiers, les aînés, les faibles, rééquilibrer le masculin et le féminin, développer « une pédagogie de l’être » (108–09) et les innovations et alternatives économiques, notamment la décroissance.  

5Heureusement, sa « rage douloureuse à voir profaner la vie par l’ignorance » (35) est équilibrée par « la transcendance », car la sobriété heureuse, pour moi, relève résolument du domaine mystique et spirituel » (79). Comme Thoreau, Giono ou Genevoix avant lui, Rabhi célèbre « la longue cérémonie de la vie » (21) dans laquelle les hommes sont les « intendants millénaires de la terre nourricière » (26). Pierre Rabhi est certes un sage de l’écrit (et non de la culture télévisuelle ou digitale), des rythmes circadiens et saisonniers, de la lenteur paysanne immémoriale, du « temps cosmique » (48), des vertus mesurées et de la diète, que le meurtre moderniste du temps et de l’espace révulse: « une civilisation hors-sol hystérique s’est constituée une bulle temporelle » (49). Certes son « sursaut de Mai 68 contre la société de consommation » (18) a du bon mais son Rousseauisme utopique est aussi une sorte d’élitisme à rebours, car ce type de vie rurale, frugale voire monacale ne peut séduire et transformer qu’une toute petite partie de la population mondiale. Par sa spiritualité, Rabhi rappelle les Transcendentalistes, mais (au moins dans cet ouvrage) son néo-Physiocratisme n’offre pas un modèle alternatif global à la mesure de cette  altermondialisation qu’il souhaite si ardemment. Par ses idées et ses nombreuses actions locales en Europe comme en Afrique (l’ouvrage offre une liste de projets concrets et leurs sites Web), Pierre Rabhi participe à un vaste mouvement altermondialiste réformiste illustré notamment pas José Bové, Vandana Shiva et la Via Campesina.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Gueldry, « Pierre Rabhi,Vers la sobriété heureuse », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 25 janvier 2012, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11534 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.11534

Haut de page

Auteur

Michel Gueldry

Monterey Institute of International Studies, Californie, États-UnisCourriel : mgueldry@miis.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search