Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 13Intégration des principes de déve...

Intégration des principes de développement durable au collégial : Le cas du programme de Techniques de tourisme

Marie-Janou Lusignan

Résumés

D’année en année, le nombre de touristes qui sillonnent le monde est en croissance et cette augmentation des déplacements touristiques ne se fait pas sans impacts, que ce soit au niveau de l’environnement naturel, socioculturel ou de l’économie locale et du développement des communautés. Pour mieux comprendre ces enjeux, leurs impacts et les façons de les diminuer, le programme de Techniques de tourisme au Cégep de Granby-Haute-Yamaska donne une orientation axée sur le tourisme durable et responsable à la formation. D’abord une initiative de quelques enseignants s’intéressant au développement durable, c’est ensuite de façon progressive que cette conscientisation s’est opérée à l’ensemble du département. La reconnaissance du rôle fondamental de l’éducation au développement durable dans le programme de Techniques de tourisme ne fait plus aucun doute. Depuis maintenant près de 10 ans, le programme évolue en poursuivant la mise en œuvre, étape par étape, d’un certain nombre d’actions ciblées afin de relever le défi d’intégrer à la formation les principes du développement durable. L’objectif étant, dans un premier temps, de former des citoyens et des professionnels responsables pour une relève qui soit mieux à même de jouer un rôle d’acteur de changement dans son milieu par une bonne compréhension des enjeux, et dans un second temps, de mieux répondre aux besoins et aux attentes des employeurs en cette matière.
Le présent article a donc pour objectif de tracer un portrait des différentes initiatives et démarches entreprises par le programme de Techniques de tourisme afin d’intégrer le développement durable à son cursus.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au cours des dernières décennies, le tourisme a connu une croissance fulgurante partout dans le monde. Selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), de « 1950 à 2010, les arrivées du tourisme international ont progressé à un rythme annuel de ‎‎6,2 %, passant de 25 millions à 940 millions »1. Si la tendance se maintient, l’OMT prévoit que plus de 1,5 milliard de touristes sillonneront la planète en 2020.

2Sur l’échiquier de l’économie mondiale, le tourisme joue donc un rôle prépondérant et constitue le moteur économique de plusieurs destinations. Bien que génératrice d’investissements, d’emplois et de revenus pour les pays et les entreprises, cette augmentation des déplacements touristiques ne se fait certes pas sans heurts, que ce soit au niveau de l’environnement naturel, socioculturel ou de l’économie locale.

3Ainsi, le tourisme durable constitue sans doute l’un des plus importants enjeux actuels de l’industrie touristique mondiale. La prise de conscience des impacts du tourisme et des conséquences prévisibles à long terme ont incité plusieurs acteurs à revoir leur ligne de conduite et leur culture organisationnelle afin de répondre aux défis du développement durable du tourisme.

4Selon l’OMT, il importe de tenir compte des principes du développement durable dans le domaine touristique :

5« Les principes directeurs du développement durable et les pratiques de gestion durable du tourisme sont applicables à toutes les formes de tourisme dans tous les types de destination, y compris au tourisme de masse et aux divers créneaux touristiques. Les principes de durabilité concernent les aspects environnemental, économique et socioculturel du développement du tourisme. Pour garantir à long terme la durabilité de ce dernier, il faut parvenir au bon équilibre entre ces trois aspects. Le tourisme durable est un tourisme qui :

  • exploite de façon optimum les ressources de l'environnement ;

  • respecte l'authenticité socioculturelle des communautés d'accueil ;

    • 2 Ministère du tourisme du Québec, Vers un tourisme durable, Politique touristique du Québec, Vers un (...)

    offre à toutes les parties prenantes des avantages socioéconomiques. »2

6Depuis près de 10 ans, le programme de Techniques de tourisme au Cégep de Granby-Haute-Yamaska a mis en œuvre, de façon progressive, un certain nombre d’actions bien ciblées pour relever le défi d’intégrer au programme de formation les principes du développement durable et former une relève qui soit mieux à même de saisir les enjeux, jouer un rôle actif et avoir une influence positive dans leur milieu.

7Le présent texte a pour objectif de tracer un portrait des différentes initiatives et démarches entreprises par le programme de Techniques de tourisme afin d’intégrer le développement durable à son cursus. La première partie situe le programme de Tourisme dans le contexte global d’éducation au développement durable, trace l’historique des principales interventions qui ont entre autres mené à la création de nouveaux cours. La deuxième partie décrit quelques exemples concrets d’activités pédagogiques d’éducation au développement durable. Finalement, la troisième partie se consacre aux impacts des actions menées par le programme de Techniques de tourisme. 

Actualisation du programme de formation en lien avec le développement durable

L’éducation au développement durable dans le programme de Techniques de tourisme

  • 3 Commission canadienne pour l’Unesco. L’éducation en vue du développement durable. En ligne : http:/ (...)

8Selon l’UNESCO, « l’éducation en vue du développement durable (EDD) vise l’acquisition d’attitudes, de compétences et de connaissances essentielles à la prise et à la réalisation de décisions éclairées, qui auront des conséquences positives, à court et à long terme, sur les plans personnel et collectif. »3

9C’est dans cet esprit que, dans un processus d’amélioration continue, le département de Tourisme a adapté et mis à jour son programme de formation afin de donner une orientation axée sur le tourisme durable et responsable et ainsi mieux répondre aux besoins et aux attentes des employeurs en cette matière. Souhaitant former des citoyens et des professionnels responsables, les enseignants ont entrepris différentes actions afin que l’éducation au développement durable figure de façon transversale et soit bien ancrée dans la formation, en lien avec les différents types de savoirs :

  • Actualisation du programme de formation et des contenus de cours (savoir) ;

  • Réalisation de projets de sensibilisation et d’éducation (savoir-faire) ;

  • Mise en place de cadres de référence et d’activités pédagogiques qui peuvent influer sur les choix et les comportements des étudiants (savoir-être).

10Tout au long de leur formation en Tourisme, les étudiants doivent avoir la possibilité d’acquérir des connaissances et de vivre des expériences concrètes en lien avec l’un ou l’autre des fondements du développement durable, afin d’accroître leur compréhension, d’inciter à la réflexion, d’assurer l’intégration des principes et ultimement, de les mettre en application et de modifier les attitudes et les comportements (apprendre, comprendre, agir). Comment ces objectifs sont-ils atteints ? La section suivante présente les étapes marquantes des réalisations du programme de Tourisme accomplies en vue de soutenir ces objectifs pédagogiques.

Bref historique des interventions : quelques faits saillants

Conscientisation au concept de développement durable

11C’est en 2002-2003, lors d’une révision du programme de Techniques de tourisme, que le développement durable s’est introduit pour la première fois dans les discussions de l’équipe d’enseignants. C’est ainsi qu’afin de mieux adapter le programme aux enjeux existants de l’industrie du tourisme, un nouveau cours a fait son apparition en 2004, soit « Tourisme, qualité et développement durable ». L’une des compétences du programme, selon le devis ministériel, est d’« assurer la qualité de l’offre touristique ». Pour les enseignants, le développement durable est intimement lié au concept de la qualité en tourisme. C’est la raison pour laquelle ces deux notions ont été unies dans un même cours. Cette décision fut le lancement d’une nouvelle ère pour le programme ; dès lors, des notions de tourisme durable et responsable ont été intégrées dans divers cours du programme, de façon formelle ou informelle, comme le démontrent les exemples qui suivent. Le programme de Techniques de tourisme jouait ainsi un rôle d’avant-garde dans la formation des futurs professionnels du tourisme.

Organisation d’événements écoresponsables

12Une autre étape importante a été franchie en 2009, où les étudiants ont expérimenté pour la première fois la réalisation d’un événement écoresponsable dans le cadre du cours « Organisation d’événements ». Le terme « événements écoresponsables » étant de plus en plus employé au sein du milieu événementiel, le programme de Tourisme devait s’actualiser et se mettre au diapason du marché du travail. De plus, sachant que certains organisateurs utilisaient ce terme d’une façon qui n’était pas toujours appropriée, il était important pour les enseignants de veiller à ce que les étudiants apprennent et comprennent correctement ce qu’est un événement écoresponsable et qu’ils puissent en appliquer les principes de façon éclairée.

13Dans cette perspective, le Conseil québécois des événements responsables a été invité à donner aux étudiants une conférence intitulée « Organiser des événements écoresponsables ». Suite à cette présentation, il a été proposé aux étudiants d’organiser un événement écoresponsable, proposition qu’ils ont acceptée avec enthousiasme et conviction. Une étudiante a donc été désignée afin d’élaborer une politique écoresponsable, de la mettre en place et d’en assurer l’application, et ce, à toutes les étapes du projet.

14Le défi était grand puisque c’était la première fois que les étudiants organisaient un événement écoresponsable (ils ne pouvaient donc s’appuyer sur aucun projet similaire). En outre, l’équipe devait résoudre un problème additionnel, car elle organisait un événement qui, à la base, avait un impact important sur l’environnement : un rallye touristique en voiture ! Ils ont donc mis en place certaines actions afin de réduire les impacts négatifs : obliger la présence de quatre participants par voiture durant le rallye ; encourager les participants à faire du covoiturage entre leur lieu de résidence et le point de départ/retour du rallye ; favoriser les déplacements écologiques (marche, vélo) pendant le rallye ; encourager les participants à adopter une conduite automobile plus écologique (ex : réduire la vitesse) ; calculer les émissions de gaz à effets de serre (GES) produites par les voitures pendant le rallye ; compenser les impacts des GES sur l’environnement par la plantation d’un arbre.

15Ce premier événement écoresponsable fut une expérience très concluante. D’un point de vue pédagogique, ce projet a été l’un des plus porteurs et des plus formateurs puisque les étudiants ont mis en application, de façon concrète, le plan d’action qu’ils avaient élaboré. Cela a mené à plusieurs situations tangibles de résolutions de problèmes où les étudiants ont été confrontés à prendre des décisions parfois difficiles et à faire des compromis. Organiser un événement écoresponsable impose certaines limites et oblige les étudiants à réfléchir et à agir différemment, à développer de nouveaux réflexes. À titre d’exemple, quand est venu le temps de décider de l’emballage du casse-croûte, spontanément, il a été suggéré d’utiliser de la pellicule plastique. Les étudiants ont dû inévitablement trouver une autre solution en raison de leur politique écoresponsable.

16Ce projet pilote fut extrêmement formateur. Depuis ce temps, il est obligatoire pour les étudiants d’élaborer et d’appliquer une politique écoresponsable dans le cadre de ce cours.

Élaboration progressive d’un code et d’une politique relative au développement durable

  • 4 Le nom de la politique a alors été changé pour « Tourisme et développement durable ».

17Toujours en 2009, le département de tourisme s’est doté d’un code intitulé « Tourisme, formation et écoresponsabilité » qui a fait l’objet de mises à jour, pour être finalement adopté à titre de politique départementale en juin 20114. Cette dernière vise à sensibiliser et à conscientiser les étudiants à l’environnement et à la consommation responsable. Elle propose des actions simples et concrètes (consommation de papier, déplacements, gestion des déchets, etc.) qui doivent être appliquées, tant par les enseignants que par les étudiants, lors des activités éducatives, que ce soit au collège ou lors des visites d’études. Cette politique vise également une approche cohérente afin que le développement durable soit intégré dans tous les aspects de la formation.

18Cette politique est un message clair de l’engagement du programme de Techniques de tourisme envers l’éducation au développement durable. Toutefois, bien que les actions proposées soient à la portée de tous, il ne va pas toujours de soi de les appliquer au quotidien. Bien que la majorité soit convaincue et animée de bonne volonté, il est souvent ardu de modifier ses habitudes.

19En parallèle, une politique de remboursement des frais de déplacement des étudiants lors d’activités pédagogiques a été adoptée. Dans sa formule, elle incite les étudiants à faire du covoiturage puisque le tarif de remboursement par kilomètre varie selon le nombre de personnes par véhicule.

20Adoption d’une nouvelle couleur locale du programme

21En 2009-2010, lors de la dernière évaluation du programme de Techniques de tourisme, plusieurs attentes ont été signifiées pour améliorer la situation générale du programme, notamment en ce qui a trait à la volonté de bien répondre aux besoins et aux attentes du marché du travail.

22Le principal défi de cette évaluation a été de bien cerner et de prioriser les enjeux sur lesquels le département de Tourisme souhaitait travailler. Au cours du processus, plusieurs enjeux ont été identifiés en lien avec la pertinence, la cohérence et l’efficacité du programme ainsi que la concertation. À titre d’exemple :

  • Adéquation entre la formation et les besoins/exigences de l’industrie touristique ;

  • Révision de la couleur locale du programme ;

  • Révision de la structure de la grille ;

  • Ajustement des stratégies pédagogiques en lien avec l’approche par compétence.

23La démarche d’évaluation du programme de Techniques de tourisme a conduit le comité de travail à concevoir plusieurs questionnaires destinés à différents groupes (industrie touristique des Cantons-de-l’Est, diplômés en Techniques de tourisme, etc.), à consulter différentes sources d’informations et à collaborer avec différents acteurs afin de valider les hypothèses émises en lien avec les enjeux identifiés.

  • 5 Les compétences professionnelles étaient subdivisées en trois grandes catégories : accueil et servi (...)

24En ce qui a trait au questionnaire adressé à l’industrie touristique des Cantons-de-l’Est, ce dernier avait pour objectif de recueillir les informations pertinentes afin d’aider le département de Tourisme à actualiser son programme et par le fait même, à harmoniser sa formation aux besoins actuels du marché du travail. Une partie du questionnaire portait sur les compétences recherchées chez les diplômés5. Parmi les seize compétences plus spécifiquement rattachées à la gestion et au développement touristique, celle qui a été sélectionnée par le plus grand nombre de répondants (71,6 %) était d’« assurer la qualité de l’offre touristique et le développement d’un tourisme durable ». Le comité de travail en a conclu que le développement durable était une préoccupation importante pour les intervenants touristiques et qu’en ce sens, une plus grande place devait être accordée à l’éducation au développement durable dans le cadre de la nouvelle grille de cours.

25L’ensemble des informations recueillies a donc permis au département de Tourisme d’élaborer et d’adopter une nouvelle couleur locale en juin 2010. Les principaux éléments qui ont orienté les actions et les décisions face à la couleur locale du programme de Techniques de tourisme ont été les compétences du devis ministériel, les besoins et attentes du marché du travail et les emplois occupés par les diplômés.

26C’est ainsi que dans le cadre de la formation en Techniques de tourisme, dont la nouvelle grille est effective depuis la session Automne 2011, le développement durable constitue, avec les technologies de l’information et des communications (TIC), l’un des deux fondements qui soutiennent la spécificité du programme. L'éducation au développement durable est désormais officiellement intégrée tout au long du cheminement de l'étudiant.

27Ces changements graduels ont inévitablement eu un effet sur les cours du programme, dont certains se sont ajoutés au parcours de formation, comme l’explique la section suivante.

Retombées sur le programme d’études : création de nouveaux cours

Projet à l’international axé sur le tourisme durable

28Les discussions tenues en 2002-2003 sur l’importance d’intégrer le concept de développement durable dans les cours n’ont pas eu d’effets immédiats et généralisés sur le programme de formation. Il va de soi que tous les enseignants ne s’approprient pas le concept de développement durable au même rythme et avec la même ferveur. Toutefois, en 2010, le programme de Tourisme a réorienté son cours à l’étranger et a mis sur pied un projet d’intégration à l’international dans un pays reconnu pour son engagement envers le tourisme durable : le Costa Rica.

29En plus des compétences associées à ce cours, la réalisation du projet au Costa Rica a pour but de permettre aux étudiants d’intégrer plusieurs apprentissages réalisés au cours de leur formation en tourisme et de développer davantage leurs compétences en ce qui a trait au tourisme durable et responsable.

Cours complémentaire « Voyager vert »

30Au cours de la même année, un nouveau cours complémentaire a été offert à tous les étudiants du collège : « Voyager vert ». Il était important pour notre département, non seulement de sensibiliser les étudiants en Tourisme aux activités touristiques et à leurs impacts sur l’environnement, mais aussi les autres étudiants du collège. En effet, voyager est aujourd’hui chose courante et fait partie du mode de vie des jeunes adultes. Pourquoi ne pas jouer un rôle d’éducateur, de les amener à réfléchir sur une façon de voyager de façon responsable ? À cet égard, plusieurs thèmes sont abordés dans le cadre du cours : les impacts du passage des touristes sur l’environnement naturel, socioculturel et économique ; les initiatives et les actions des entreprises touristiques au niveau du tourisme durable ; la protection des espaces culturels et naturels ; l’éthique du voyageur, etc. Pour certains étudiants, ce cours a eu un réel impact et a modifié leurs comportements de voyageur.

Cours « Tourisme et environnement naturel »

31Un cours a été ajouté à notre nouvelle grille de cours, soit « Tourisme et environnement naturel », qui a été donné pour la première fois à l’automne 2012. C’est dans ce cours que sont notamment approfondis les principes du développement durable de l’écotourisme, de l’éthique du tourisme de nature, etc.

Cours « Qualité et tourisme durable »

32Le cours « Qualité et tourisme durable » n’est pas, à proprement parler, un nouveau cours. Il s’agit d’une forme renouvelée du cours « Tourisme, qualité et développement durable » de l’ancienne grille de cours. Ce cours aura pour objectif de sensibiliser les étudiants à la notion de qualité en tourisme et de son intégration dans une perspective de développement durable, afin qu’ils deviennent des professionnels du tourisme plus conscients et responsables. Bien que le plan cadre soit en cours d’élaboration, les grandes orientations sont néanmoins tracées. Ainsi, par ce cours, les étudiants devraient être amenés à mieux comprendre la notion de qualité en tourisme, l’importance de son intégration dans une perspective plus large de développement durable ; connaître les intervenants en ce domaine, les enjeux, les normes, les labels et les programmes de certification ; s’initier à la notion d’analyse de cycle de vie d’un produit ou d’un service afin de pouvoir évaluer les impacts environnementaux ; comprendre les bénéfices d’une bonne gestion de la qualité en tourisme ainsi que les avantages concurrentiels des entreprises touristiques qui investissent dans le développement durable, par exemple.

33De plus, dans le cadre de ce cours, les étudiants pourraient avoir la possibilité d’organiser un projet concret de sensibilisation qui aurait pour objectif de conscientiser les étudiants, le personnel du Cégep et toute autre personne, au tourisme durable et responsable.

34La section suivante se consacre à la présentation de quelques cours intégrant le concept de développement durable et responsable ainsi que des exemples de réalisations étudiantes.

Activités pédagogiques d’éducation au développement durable : quelques exemples concrets

Cours « Produits et services touristiques »

35Le cours « Produits et services touristiques » permet à l’étudiant de se familiariser avec l’offre touristique québécoise et internationale. Plus spécifiquement, il lui permet de définir la notion d’offre touristique, d’établir la distinction entre produit et service touristiques, de caractériser les principaux réseaux de distribution ainsi que les produits et services qui concourent à l’offre touristique complète d’une région ou d’un pays. De plus, il lui permet de connaître certains indicateurs de qualité, de prendre connaissance des tendances et de reconnaître les principales caractéristiques d’une offre touristique authentique.

36Dans ce contexte, il est opportun, dans le cadre de ce cours, de présenter certains aspects plus spécifiques du développement durable en lien avec les produits et services touristiques. À titre d’exemple :

  • Les impacts du transport et plus particulièrement du transport aérien sur l’environnement ;

  • Les initiatives des compagnies aériennes pour réduire les impacts négatifs sur l’environnement (éco-atterrissages, politiques de tourisme durable de certains transporteurs, …) ;

  • Les comportements des voyageurs (réduction du poids des bagages, participation à un programme de compensation des GES, code de conduite pour un tourisme responsable,…) ;

  • Les impacts des croisières sur l’environnement ;

  • Les initiatives des compagnies de croisières pour réduire les impacts ;

  • Les labels écologiques dans le domaine de l’hébergement (Clés Vertes, RéserVert,…) ;

  • Exemples d’hôtels « écologiques », etc.

Cours « Organisation d’événements I » et « Organisation d’événements II »6

  • 6 Dans le nouveau programme, les titres de ces cours ont été modifiés respectivement pour « Coordinat (...)

37L’objectif des cours « Organisation d’événements I et II » consiste à habiliter l’étudiant à planifier, à coordonner et à participer à l’organisation d’un événement. Ces cours se déploient sur une année scolaire, l’automne étant davantage axé sur l’aspect théorique et l’hiver sur l’application pratique. Parmi les différents objectifs d’apprentissage, celui relatif à l’organisation d’un événement écoresponsable occupe une place incontournable.

38Parmi les différentes notions abordées, mentionnons :

  • La gestion responsable d’événements : définitions et concepts ;

  • Les avantages d’organiser un événement écoresponsable ;

  • Les étapes de planification d’un événement écoresponsable ;

  • La consommation responsable (3RV et 3NJ) ;

  • Les événements carboneutres et zéro déchet ;

  • La norme sur la Gestion responsable d’événements du Bureau de normalisation du Québec (BNQ).

39De plus, pour acquérir des compétences en gestion de projets événementiels et plus spécifiquement, pour mieux comprendre l’importance d’une bonne gestion des bénévoles, les étudiants doivent s’impliquer bénévolement dans deux événements. Ces expériences permettent aux étudiants de s’impliquer dans la communauté en procurant une aide précieuse et un soutien à un organisme communautaire local. La participation citoyenne étant un aspect important du développement durable, cette implication permet d’intégrer la dimension sociale du développement durable au cours.

  • 7 Ressource d’hébergement de réadaptation qui vient en aide à des adultes qui vivent d’importants pro (...)

40Ainsi, au cours des huit dernières années, les étudiants en Tourisme ont collaboré avec divers organismes locaux, telles que la Maison Arc-en-Ciel7 et la Société canadienne du cancer (Bureau régional Richelieu/Yamaska) en s’impliquant à titre bénévole dans l’organisation de leurs événements-bénéfices.

41Comme mentionné dans la section consacrée à l’historique des interventions, les étudiants doivent dorénavant élaborer une politique écoresponsable, lors de l’organisation de leur événement, et en assurer l’application. Ces politiques ont amené des situations d’apprentissages complexes, mais combien formatrices !

42Les objectifs et les plans d’action des politiques élaborées par les étudiants touchent les trois dimensions du développement durable. À titre d’exemple : gestion des achats, gestion des matières résiduelles, santé et qualité de vie, éducation et sensibilisation, communications, ressources humaines, transport, … Pour ce dernier point, les comités organisateurs des événements des trois dernières années se sont engagés à compenser les gaz à effet de serre (GES). Au fil des ans, les interventions ont pris différentes formes : la plantation d’un arbre sur le terrain du Cégep, la compensation par l’achat de crédits de carbone en collaboration avec des programmes de compensation d’organismes québécois (ex : ZeroCO2, Carbone Boréal), une combinaison des deux actions, …

43Ainsi, par ses différentes activités qui placent les étudiants au cœur de l’action, ce cours permet d’intégrer les trois dimensions du développement durable.

Projet « Tourisme durable au Costa Rica : une expérience de qualité pour une main-d’œuvre qualifiée »

Présentation du projet

  • 8 Dans le nouveau programme, le titre de ce cours a été modifié pour « Projet d’intégration internati (...)

44Le projet d’intégration à l’international est réalisé dans le cadre du cours « Destinations exotiques » 8 dispensé à la sixième session du programme de Techniques de tourisme. Il se déroule au Costa Rica pour une période de 10 à 15 jours. Le but principal de ce projet est de permettre aux étudiants d’intégrer les apprentissages réalisés au cours de leurs trois années d’études en tourisme et de développer davantage leurs compétences en ce qui a trait au tourisme durable et responsable.

45Plus spécifiquement, les objectifs sont :

  • Offrir une formation actualisée, répondant aux besoins de l’industrie touristique en ce qui a trait au développement durable du tourisme.

  • Donner aux étudiants une formation pratique sur le terrain leur permettant de réinvestir leurs apprentissages.

  • Développer les compétences des étudiants par l’expérimentation et la réalisation d’actions concrètes de tourisme durable et responsable.

  • Comparer les pratiques au niveau du développement durable du tourisme entre le Québec et le Costa Rica.

  • Réinvestir ces nouveaux apprentissages dans le cadre de la vie personnelle et professionnelle des étudiants.

46Le Costa Rica est l’un des pionniers et chefs de file mondiaux en matière d’écotourisme et de développement durable. Un séjour dans ce pays permet aux étudiants d’explorer et d’expérimenter les différentes pratiques du pays en matière de tourisme durable, de se perfectionner et d’acquérir des compétences plus poussées dans ce domaine.

47Parmi les activités réalisées, mentionnons :

  • La visite de sites protégés et de nombreux attraits naturels qui constituent la force d’attraction du pays, dont des parcs nationaux et réserves naturelles qui protègent les lieux fragiles ;

  • Les échanges et les contacts quotidiens avec la culture et la population locale ;

  • La participation à des conférences sur le thème du tourisme durable au Costa Rica, dont l’une présentée par le coordonnateur du programme Turismo Sostenible de l’Institut costaricien du tourisme (ICT) ;

  • La pratique d’activités écotouristiques ;

  • La rencontre avec des guides locaux et des intervenants touristiques qui dévoilent leur réalité, leur métier et la façon dont a été mis en œuvre le développement durable au niveau touristique dans leur région.

48Tout au long du séjour, les étudiants sont amenés non seulement à vivre des expériences concrètes et enrichissantes, mais doivent également observer, étudier, comparer, analyser et évaluer diverses situations telles que : le développement touristique d’un site ou d’une région versus la préservation et la conservation de l’environnement naturel et culturel ; les comportements des touristes et des intervenants touristiques ; le respect des populations locales, etc. De plus, ils sont confrontés à leurs propres agissements en tant que voyageurs : se conduisent-ils de façon écoresponsable ?

49Au niveau de l’hébergement, les établissements qui sont la propriété des Costariciens sont privilégiés afin que les revenus bénéficient en tout premier lieu à la population nationale. Afin de diminuer la production de déchets, les étudiants et les enseignantes-accompagnatrices sont dans l’obligation d’apporter une tasse ou un verre, une assiette et des ustensiles réutilisables.

50Aussi, avant leur départ, les étudiants sont sensibilisés au voyage responsable par le biais de quelques conseils écoresponsables (poids des bagages, utilisation de produits d’hygiène et de produits nettoyants biodégradables et dont les contenants sont de format réduit, réduction des déchets à destination, utilisation de piles rechargeables, etc.).

51Des réunions obligatoires ont lieu lors du séjour à l’étranger, afin d’échanger sur les expériences vécues individuellement ou en groupe. Plusieurs sujets peuvent être abordés : environnement, comportement des touristes, différences culturelles, développement touristique en zone naturelle, impacts du tourisme, pratiques écoresponsables, etc.

52Au retour du séjour à l’étranger, les étudiants doivent également faire une analyse portant sur différents aspects du Costa Rica : les effets du tourisme sur les populations locales et l’environnement, le tourisme durable (en prenant en considération les trois dimensions), les points forts et les points faibles du Costa Rica, les paramètres inhérents à la qualité de la destination, l’hospitalité au Costa Rica, etc.

Un premier voyage carboneutre

53En 2011, lors de la deuxième année de réalisation, un pas de plus a été franchi en réalisant le premier voyage carboneutre.

54Afin de respecter les objectifs du cours axés sur le tourisme durable et responsable, les enseignantes associées au projet ont amené les étudiants à réfléchir davantage aux répercussions néfastes de leur séjour au Costa Rica. Ces derniers ont été encouragés à compenser les GES émis lors de ce voyage par les déplacements en avion et en autocar. Le but était de limiter l’impact sur le climat en tentant de neutraliser le plus possible les émissions de CO2. Pour les enseignantes, il était important que les étudiants soient sensibilisés au tourisme durable et apprennent à voyager de façon plus responsable. Diminuer l’empreinte environnementale en réduisant les émissions de CO2 dans l’atmosphère constituait, selon elles, une façon concrète de s’engager et d’agir de façon solidaire et citoyenne.

55Après quelques discussions et échanges, les participants ont décidé de compenser les GES par deux moyens. Tout d’abord, à destination, un don a été effectué à l’Ecocentro Danaus, réserve biologique située à La Fortuna, afin « d’adopter » deux arbres. Ces derniers ont été plantés par des enfants de la communauté dans le cadre d’un projet de reforestation local. Les sommes amassées par le programme « Adopter un arbre » permettent également à l’Ecocentro Danaus d’acquérir des terres afin d’agrandir le couvert forestier régional et de protéger la faune et la flore. Ce don fut pour les étudiants une source de grande fierté.

56Aussi, il était important pour les participants que les dons effectués pour compenser les GES soient profitables à la population et à l’environnement du Costa Rica puisque c’est dans ce pays que des traces ont été laissées. Afin de compenser les émissions de GES, le groupe s’est donc associé à FONAFIFO (Fundo Nacional de Financiamiento Forestal/National Forestry Financing Fund). Cet organisme gouvernemental costaricien a, depuis sa création, établi différents programmes environnementaux, dont Clean Travel. Ce dernier a été créé dans le but de contribuer à la protection des forêts, de l’eau et de la biodiversité du Costa Rica par le biais du programme Environmental Services Payments (ESP). Il s’agit d’un programme volontaire par lequel les individus ou les entreprises qui génèrent des CO2 en utilisant divers moyens de transport (aérien, terrestre, ferroviaire, maritime), peuvent compenser les GES émis lors de leur séjour au Costa Rica par l’achat d’un certificat environnemental (Environmental Services Certificates). Les individus ou les entreprises peuvent donc faire l’achat d’un certificat d’une valeur égale aux tonnes de CO2 émises lors de leur voyage (ou tout autre montant volontaire). Les crédits offerts jouent un rôle très important auprès des petits et moyens propriétaires de terres forestières. Les sommes amassées par les certificats permettent, d’une part, de réduire les émissions de GES sous forme d'investissements dans des projets forestiers au Costa Rica et d’autre part, permettent de préserver les forêts existantes et de régénérer de nouveaux écosystèmes.

57Différentes sources ont été consultées afin de calculer les émissions des GES émises par le transport aller-retour en avion entre Montréal et San José ainsi que le transport en autocar (±1250 km). Un montant de 360$ USD a finalement été remis à l’organisme FONAFIFO pour l’achat d’un certificat environnemental. Ainsi, les émissions produites lors du séjour ont pu être compensées par des investissements dans des projets forestiers au Costa Rica, ce qui tend vers un bilan net de zéro émission de CO2.

Une autre façon de s’engager et d’agir

58Pour l’édition 2012 du projet, les étudiants ont décidé d’apporter une contribution différente. Ils ont en effet choisi de remettre un don à l’Ecocentro Danaus qui a pour mission la conservation et l’éducation à l’environnement. Ayant visité le site, qui a constitué un véritable coup de cœur pour tout un chacun, les étudiants ont préféré donner à cette réserve écologique, en échange de ce qu’ils ont reçu en termes d’apprentissages et de découvertes. Aussi, étant donné qu’ils ne connaissaient pas réellement l’organisme FONAFIFO et qu’ils ne pouvaient pas savoir exactement comment les sommes seraient réinvesties ni à qui elles profiteraient, les étudiants se sentaient davantage confiants d’apporter leur soutien à l’Ecocentro Danaus, d’autant plus qu’ils connaissaient la façon dont l’argent serait utilisé. En effet, les dons reçus sont destinés à l’éducation environnementale auprès des enfants des écoles locales, à la production et à la plantation d’espèces d’arbres indigènes. Leur don apporte donc un bénéfice tant au niveau social qu’environnemental.

59Il est important de noter que le département a fait le choix de ne pas rendre obligatoire la compensation des GES pour le séjour au Costa Rica. La démarche réflexive est pour nous primordiale afin que les étudiants puissent réfléchir au processus, explorer les différentes options et prendre position. En 2013, les propositions de compensation des GES seront sans doute différentes, en fonction des besoins et des valeurs des étudiants qui composeront le groupe.

Les impacts

60Quels sont les impacts réels de toutes les actions menées par le programme de Techniques de tourisme au cours des dernières années ? Pour l’instant, ils sont difficiles à évaluer et à quantifier, aucun processus formel n’ayant été mis en place afin d’en faire l’analyse. Toutefois, nous pouvons constater que des répercussions sont visibles à différents niveaux.

Du côté des étudiants

  • 9 Dans le nouveau programme, le titre de ce cours a été modifié pour « Forfaits et circuits touristiq (...)
  • 10 Ce projet intégrateur fait partie du programme de Techniques de tourisme depuis 2006.

61Nous constatons de plus en plus que les étudiants se sentent interpellés et s’engagent davantage envers le développement durable. Deux facteurs influencent leurs comportements : les convictions personnelles et les actions posées par le programme de Tourisme. À titre d’exemple, à la session Hiver 2011, dans le cadre du cours « Produits touristiques en émergence »9, les étudiants ont eu le mandat de créer un circuit touristique complet de trois jours se déroulant au Québec10. Les étudiants ont donc dû organiser leur circuit en effectuant des réservations provisoires et en s’assurant de sa faisabilité. En tout, six circuits offrant une grande diversité d’attraits ont été présentés devant un jury. Le projet gagnant revêtait un aspect bien particulier puisqu’il s’agissait du premier circuit écoresponsable. Cette initiative étudiante a conduit le groupe, grâce à l’accord et l’appui chaleureux du conseil municipal de la ville de Granby et du Centre de jardinage de Granby, à planter huit épinettes blanches sur les berges du lac Boivin au parc Daniel-Johnson à Granby.

62Cette entreprise visait un double objectif, soit de compenser les gaz à effet de serre produits par les 830 km que l’autobus avait parcourus durant le circuit touristique et contribuer à la sauvegarde des berges qui, malheureusement, se détériorent annuellement. Par ce geste, les étudiants en Techniques de tourisme souhaitaient ainsi promouvoir le développement durable et peut-être même inspirer, ne serait-ce que quelques personnes, à poser, elles aussi, des gestes « verts ».

63Comme l’a mentionné Jonathan St-Laurent, étudiant ayant participé au projet :

« Le programme de Techniques de Tourisme du Cégep de Granby est particulièrement sensibilisé au développement durable et intègre quotidiennement dans son milieu l’économie de papier, l’emploi de vaisselle et d’ustensiles réutilisables ainsi que le covoiturage. Étant sensible à la protection de l’environnement, l’équipe du circuit VieTess’O a eu l’initiative d’intégrer le tourisme durable dans son circuit. »

64Ce type d’initiative se constate également lors de la réalisation de différentes activités où les étudiants font eux-mêmes le choix d’emprunter ou de louer du matériel même si les coûts sont parfois plus élevés et l’organisation plus complexe (par exemple, la location de vaisselle réutilisable engendre des coûts supplémentaires et nécessite une logistique plus exigeante : délais de livraison, présence de bacs et de tables supplémentaires, nettoyage, etc.). Aussi, nous avons remarqué que les polystyrènes (plastique no 6) ont presque entièrement été éliminés des projets étudiants.

65Parmi les autres impacts, mentionnons qu’un certain nombre d’étudiants souhaitent réaliser leur stage de fin d’études ou poursuivre une formation universitaire en tourisme durable. Certains tentent également d’influencer positivement leurs employeurs et les encouragent à revoir leur façon de faire en les sensibilisant ou en leur suggérant des méthodes qui leur permettraient d’améliorer leurs pratiques. D’autres tentent de conscientiser leurs amis ou leur famille à l’impact de leurs gestes sur l’environnement. Quoi qu’il en soit, nous percevons nos différentes actions comme un processus continu, une « stratégie des petits pas », qui nous amènent à voir la réussite des réalisations, tant dans les petits gestes de la vie quotidienne que dans l’élaboration de projets de plus grande envergure.

Du côté du département

66L’éducation au développement durable touche non seulement les étudiants, mais également les enseignants et c’est de façon progressive que la conscientisation au développement durable s’est opérée au sein du département. Les initiatives individuelles de certains enseignants ont conduit peu à peu leurs collègues à discuter, à échanger sur leurs visions et à prendre position. Cela a mené vers de nouvelles façons de penser et d’agir. Parfois, des résistances ont été rencontrées, des ajustements ont dû être apportés, mais aujourd’hui, collectivement, l’équipe professorale fait consensus et reconnaît le rôle fondamental de l’éducation au développement durable en Techniques de tourisme.

Du côté du collège

67Depuis environ dix ans, différentes actions ont été accomplies au Cégep de Granby-Haute-Yamaska en lien avec le développement durable. À titre d’exemple :

  • Création du groupe environnemental les Anges-Jolis-Verts (formé d’étudiants du collège, sous la supervision d’un enseignant en Sciences humaines) et du Comité d’action et de concertation en environnement - CACE (formé de membres du personnel du Cégep) ;

  • Adoption de la Politique relative à la protection de l’environnement et au développement durable ;

  • Organisation annuelle de la Semaine de l’environnement ;

  • Vente de tasses à café réutilisables afin de diminuer le nombre de gobelets jetés à la poubelle ;

  • Installation d’une boîte de collecte pour récupérer les vieux cellulaires ;

  • Mise en place d’un service de covoiturage destiné aux étudiants et aux membres du personnel ;

  • Distribution gratuite de bouteilles d’eau réutilisables à tous les étudiants et membres du personnel afin de réduire la consommation de bouteilles de plastique (rentrée scolaire 2008) ;

  • Entente avec la ville de Granby afin que le transport en commun soit gratuit pour les étudiants du Cégep. Des ententes ont également été faites avec les transporteurs de Waterloo et Cowansville pour que les étudiants puissent bénéficier de tarifs réduits ;

  • Collaboration avec une firme spécialisée en solutions écoénergétiques dans le but d’identifier des stratégies permettant, notamment, l’instauration de systèmes d'éclairage efficaces et l’optimisation des systèmes de chauffage et de ventilation ;

  • Implantation d’un système d’aérothermie en vue d’économiser l’énergie ;

  • Implantation du projet VerTIC en Techniques de l’informatique où la formation est offerte sans papier ;

  • Obtention de la certification environnementale Cégep Vert du Québec - Niveau 2.

68À cela s’ajoutent également les initiatives d’enseignants d’autres programmes qui intègrent le développement durable par l’intermédiaire des cours ou de projets de fin d’études, sans oublier les initiatives personnelles qui apportent un bénéfice à toute la communauté. À titre d’exemple, la vente de paniers biologiques (le Cégep de Granby a d’ailleurs été, en 2010, le premier établissement collégial à offrir un point de chute pour les paniers biologiques) et le recyclage de plus de 2000 cassettes VHS dont les bandes magnétiques ont été utilisées pour confectionner des sacs réutilisables par le Cercle des fermières Ste-Famille. Comme le mentionne Sylvain Lambert, Directeur général du Cégep de Granby-Haute-Yamaska : « Il est clair que la préoccupation du développement durable est de plus en plus présente, autant pour l’institution que pour de nombreux individus ».

69Il existe sans aucun doute, au sein du collège, maintes initiatives qui sont malheureusement peu ou mal connues. Comme le souligne Monsieur Lambert : « Les enseignants et les membres du personnel n’ont jamais été questionnés formellement à cet égard. Cela pourrait être une bonne façon de pousser la réflexion concernant l’intégration du développement durable dans notre institution ».

70Malgré son dynamisme, le programme de Techniques de tourisme n’a certes pas d’influence directe sur les différentes réalisations au collège ; au contraire, le vent de changement à l’égard du développement durable et les efforts de chacun ont sans doute eu une influence sur le programme, que ce soit de manière consciente ou non. Il est fort intéressant de constater à quel point le collège et le programme de Tourisme ont simultanément progressé au niveau du développement durable durant la même période de temps. Il faut sans aucun doute voir dans les actions respectives de chacun une complémentarité qui vise un but commun. Nous ne pouvons qu’espérer que ces différentes actions rejailliront de façon positive sur l’ensemble des programmes et services du collège.

Conclusion

71Toutes les actions du programme de Techniques de tourisme n’ont pas été présentées de façon exhaustive. Certains aspects n’ont pas été traités tels que l’utilisation soutenue des technologies de l’information et des communications (TIC). Les projets réalisés par les étudiants à l’aide des TIC visent plusieurs objectifs, dont l’innovation pédagogique, le développement des compétences des étudiants en adéquation avec les besoins du marché du travail, mais également la nécessité de répondre à des préoccupations environnementales, notamment en ce qui a trait à la consommation de papier.

72Quels sont les défis à venir ? Évidemment, nous devrons maintenir et consolider les actions déjà mises en place. Lors de l’élaboration des plans-cadres des cours de la nouvelle grille, l’équipe d’enseignants devra avoir le souci d’intégrer des activités d’apprentissage en lien avec le développement durable.

73Les travaux programme devraient également conduire les enseignants à faire un bilan plus détaillé et structuré des différentes actions actuellement mises en place en lien avec le développement durable, à déployer des stratégies pédagogiques qui permettront d’intégrer, de façon plus efficace et cohérente, les principes du développement durable au programme de formation, en lien avec le devis ministériel.

74De plus, l’équipe programme devrait pouvoir mettre en place une structure et des outils qui permettraient de mieux évaluer les impacts de ses actions, tant sur un plan individuel que professionnel, et de confirmer l’atteinte de ses objectifs pédagogiques liés au développement durable, et ce, dans une perspective d’amélioration continue.

75En conclusion, le programme de Techniques de tourisme poursuit l’idéal que les étudiants ayant intégré les principes du développement durable durant leur formation pourront :

  • Répondre aux besoins et attentes des entreprises ayant déjà emboîté le pas au tourisme durable ;

  • Jouer un rôle de leader au sein des entreprises souhaitant s’investir dans le tourisme durable ;

  • Avoir une influence positive dans leur milieu social et professionnel ;

  • Devenir des décideurs responsables en lien avec les différents aspects de l’environnement : humain, culturel, naturel et économique.

Haut de page

Bibliographie

Commission canadienne pour l’Unesco. L’éducation en vue du développement durable, [En ligne] http://www.unesco.ca/fr/interdisciplinaire/EDD/default.aspx

Fondo Nacional de Financiamiento Forestal (FONAFIFO), [En ligne] www.fonafifo.com

Organisation mondiale du tourisme, Pourquoi le tourisme ?, [En ligne] http://www2.unwto.org/fr/content/pourquoi-le-tourisme

Ministère du tourisme du Québec, Vers un tourisme durable, Politique touristique du Québec, Vers un partenariat industrie-gouvernement. 2005. p. 14, [En ligne] http://www.bnq.qc.ca/documents/politique_touristique.pdf

Haut de page

Notes

1 Organisation mondiale du tourisme, Pourquoi le tourisme ? En ligne : http://www2.unwto.org/fr/content/pourquoi-le-tourisme (page consultée le 23 janvier 2012)

2 Ministère du tourisme du Québec, Vers un tourisme durable, Politique touristique du Québec, Vers un partenariat industrie-gouvernement. 2005. p. 14. En ligne : http://www.bnq.qc.ca/documents/politique_touristique.pdf (page consultée le 23 janvier 2012).

3 Commission canadienne pour l’Unesco. L’éducation en vue du développement durable. En ligne : http://www.unesco.ca/fr/interdisciplinaire/EDD/default.aspx (page consultée le 23 janvier 2012)

4 Le nom de la politique a alors été changé pour « Tourisme et développement durable ».

5 Les compétences professionnelles étaient subdivisées en trois grandes catégories : accueil et service à la clientèle, gestion et développement touristique, mise en marché de produits et services touristiques.

6 Dans le nouveau programme, les titres de ces cours ont été modifiés respectivement pour « Coordination de projets événementiels » et « Projet synthèse : organisation d’événements ». Ce dernier constitue dorénavant l’épreuve synthèse de programme (ESP).

7 Ressource d’hébergement de réadaptation qui vient en aide à des adultes qui vivent d’importants problèmes de santé mentale.

8 Dans le nouveau programme, le titre de ce cours a été modifié pour « Projet d’intégration international ».

9 Dans le nouveau programme, le titre de ce cours a été modifié pour « Forfaits et circuits touristiques ».

10 Ce projet intégrateur fait partie du programme de Techniques de tourisme depuis 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Janou Lusignan, « Intégration des principes de développement durable au collégial : Le cas du programme de Techniques de tourisme », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 13 | janvier 2013, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.11676

Haut de page

Auteur

Marie-Janou Lusignan

Enseignante, Techniques de tourisme, Conseillère pédagogique, soutien à l’enseignement, Répondante locale PERFORMA, Cégep de Granby-Haute-Yamaska, 235, rue St-Jacques, C.P. 7000, Granby, J2G 9H7, Courriel: mjlusignan@cegepgranby.qc.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search