Skip to navigation – Site map
2012

La durabilité : une excroissance de la modernité?

Colloque dans le cadre du congrès annuel de l’ACFAS, 11 mai 2012, Palais des congrès, Montréal, Québec, Canada

Description

Peut-on penser la durée dans la modernité occidentale et comment ? Cette question philosophique reçoit des réponses paradoxales dans le champ de l’éthique appliquée. En éthique de l’environnement, le concept de développement durable depuis le rapport Brundtland a introduit une temporalité qui se décline sous différentes modalités : cyclique dans la consommation de masse avec des pratiques de recyclage ou encore incluant les « générations futures », avec « le principe de précaution » lorsqu’il s’agit d’encadrer les développements technologiques, etc. En bref, cette pensée de la temporalité comprend l’idée d’une « durabilité du monde » incluant tant des objets techniques que la nature (arrêter la perte de la biodiversité) et l’espèce humaine (le devoir-être de Hans Jonas).

En bioéthique et en éthique biomédicale, la durée est en lien direct avec l’enjeu philosophique de la mortalité humaine. Que ce soit dans le champ de la nanomédecine, de la génétique ou de la médecine régénérative, il s’agit de repousser les frontières de la vie individuelle, d’y inscrire une durabilité prolongée. En contrôlant les paramètres techniques de la reproduction ou le phénomène de vieillissement, ces champs de la biomédecine investissent la durabilité humaine dans une individualité exacerbée par son désir d’immortalité. Ces éléments sont surinvestis dans le cadre de l’anthropotechnie en y introduisant des considérations économiques, de performance et d’esthétique.

Ces façons de penser la durabilité au sein de l’éthique de l’environnement et de la bioéthique constituent-elles une excroissance de la modernité occidentale ou sont-elles en continuité avec celle-ci ? Comment réfléchir sur ce double mouvement qui inscrit, d’une part, la durabilité dans la limite de l’action humaine ou à tout le moins, son inscription dans les rythmes de la nature, et qui, d’autre part et inversement, pose la durabilité dans la maîtrise technologique du corps humain vers une quête d’immortalité individuelle ?

Responsables

Marie-Hélène PARIZEAU Université Laval, Antoine ABI DAOUD Université Laval

Programme

http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/80/300/310/c