Navigation – Plan du site

Interdisciplinarité et outils réflexifs : vers une approche globale des trames vertes urbaines

Conclusion
Anne Blanchard et Jean-Paul Vanderlinden

Résumés

Dans le contexte actuel des changements climatiques et de l’urbanisation croissante, les villes font face à deux principaux défis : leur adaptation aux incertitudes climatiques émergentes et le maintien de la qualité du cadre de vie urbain. Les trames vertes urbaines ont le potentiel pour répondre à ce double défi. Cependant, ces objets complexes associant climat, ville et nature sont situés à la frontière entre plusieurs disciplines ; leur compréhension semble donc nécessiter des recherches interdisciplinaires associant, entre autres, climat, écologie, sociologie, géographie et politique. Parce que l’interdisciplinarité est une démarche complexe, cet article explore les contributions d’une démarche de réflexivité écrite et dialogique pour la mise en oeuvre de coopérations interdisciplinaires. Cette réflexivité double, sous la forme de ‘présentations standardisées’, de ‘cahiers du participant’, et de discussions entre les acteurs concernés, semble en effet : (1) faciliter la mise en lumière et la discussion de divergences au niveau des approches disciplinaires, des intérêts individuels, et des objectifs du projet, et (2) encourager les attitudes d’ouverture, de réciprocité et de coopération, et l’acceptation par les participants de la pluralité et de la complexité inhérentes à la problématique des trames vertes et des changements climatiques.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La compréhension et la mise en œuvre d’actions autour des changements environnementaux planétaires tels que le changement climatique nécessitent, de part leur complexité et leurs incertitudes, des approches intégrées liant recherche scientifique interdisciplinaire et processus de prise de décision. Cependant, les chercheurs et praticiens engagés dans des pratiques d’interdisciplinarité mesurent la complexité de leur mise en œuvre (Blanchard et Vanderlinden, 2010). L’interdisciplinarité fait notamment appel à trois objets d’interface (Gieryn, 1999 ; Jasanoff, 1990) :

  • des acteurs d’interface, permettant le déploiement de dynamiques interdisciplinaires autour de projets ;

  • des outils d’interface, tels que les modèles associant différentes dimensions des changements environnementaux planétaires ; et

  • des institutions d’interface, assurant les conditions institutionnelles nécessaires à l’émergence de ces pratiques.

2Le Groupement d’intérêt scientifique pour le climat, l’environnement et la Société d’Île-de-France (GIS/CES) constitue un exemple d’institution d’interface. Le GIS/CES comprend 14 laboratoires de recherche, et a pour rôle d’encourager, financièrement et par la mise en réseau, les dynamiques interdisciplinaires entre ces laboratoires. Ces dynamiques prennent forme autour de projets explorant les impacts du changement climatique sur les sphères sociale, politique, économique et environnementale. Le projet CCTV (Changements climatiques et trames vertes), dont il est question dans cet article, constitue l’un des projets interdisciplinaires financés par le GIS/CES.

3Néanmoins, l’expérience du GIS/CES, fondé en 2007, révèle des échecs concernant le développement interdisciplinaire de certains projets. En 2009, en tant que chercheurs en étude des sciences et des technologies, avec un parcours universitaire en sciences de l’environnement, nous avons mené une recherche qualitative auprès du GIS/CES mettant en lumière, dans le cas des projets en situation d’échec, des divergences majeures entre les acteurs d’un même projet quant à la définition de l’interdisciplinarité, aux intérêts personnels et aux contributions des disciplines participantes (Blanchard et Vanderlinden, à paraître). Ces divergences, restées inexpliquées, ont par la suite provoqué des malentendus quant aux objectifs des projets et leur déroulement, et ont empêché la mise en œuvre de coopérations interdisciplinaires réelles et durables.

4Cette recherche auprès du GIS/CES nous a ainsi permis de formaliser les contributions d’une démarche de réflexivité, particulièrement lorsqu’elle a lieu lors des étapes initiales d’un projet interdisciplinaire. Cette démarche réflexive, nommée "phase d’incubation" par les membres du GIS/CES, est une opportunité pour les acteurs d’un projet :

  • de se connaitre de façon personnelle, et d’expliciter ainsi leurs expériences et représentations de l’interdisciplinarité, ainsi que les motivations les ayant guidés vers le projet ;

  • de connaitre les univers disciplinaires de chacun, et d’imaginer ainsi les chemins vers un travail collectif ;

  • de définir de façon coopérative l’interdisciplinarité, et clarifier ce que cette définition implique en terme de valeurs de recherche ; et

  • de définir de façon coopérative les objectifs du projet, en prenant en compte les trois points précédents.

5Considérant ces leçons tirées de l’expérience du GIS CES, le projet CCTV, en phase d’incubation en 2009 - 2010, a été l’occasion pour nous de mettre en œuvre une démarche réflexive, articulée autour de deux types de réflexivité : une démarche écrite individuelle, et une démarche orale collective, ou dialogique. Cette démarche réflexive avait pour objectif d’aider les acteurs concernés à définir et conceptualiser l’interdisciplinarité de leur projet à venir, en se basant sur le constat de leurs divergences et convergences en termes d’expériences, de représentations, d’intérêts, d’objectifs et d’approches. C’est cette démarche réflexive, qui a eu lieu au cours d’une journée d’étude le 1er avril 2010, que nous présentons ici.

6Une première partie rappelle le contexte de la journée et détaille les outils réflexifs mis en place. Dans une seconde partie, nous présentons les acteurs du futur projet CCTV ainsi que les groupes disciplinaires participant, notamment à travers l’exploration des expériences et motivations personnelles, ainsi que l’état des lieux des convergences, ou complémentarités, et des divergences entre les approches des disciplines sur la problématique des trames vertes et des changements climatiques. Dans une troisième partie, nous croisons les contributions, limites et attentes de chaque discipline quant à cette problématique, afin d’explorer les pistes d’une coopération interdisciplinaire. Dans une quatrième partie, nous présentons les prochaines étapes de construction du projet, imaginées par les participants. Enfin, nous exposons dans la dernière partie les contributions de l’usage combiné d’une démarche de réflexivité écrite et dialogique, à l’émergence et au développement de coopérations interdisciplinaires.

Contexte et méthodologie

Changements climatiques et trames vertes : un projet interdisciplinaire en "phase d’incubation" réflexive

7Dans le contexte actuel des changements climatiques et de l’urbanisation croissante, les villes doivent faire face à deux défis sociaux, économiques et environnementaux : leur adaptation aux incertitudes climatiques émergentes et l’amélioration du cadre de vie urbain. Les trames vertes urbaines semblent avoir le potentiel pour répondre à ce double défi. Cependant, ces objets complexes associant climat, ville et nature sont situés à la frontière entre plusieurs disciplines ; leur compréhension semble donc nécessiter une réflexion interdisciplinaire. C’est la raison pour laquelle le projet de recherche CCTV propose l’évaluation de la pertinence des trames vertes urbaines comme outil d’adaptation aux changements climatiques à travers des coopérations interdisciplinaires associant climat, écologie, sociologie et politique.

8Cependant, avant de financer un tel projet pour une durée de trois ans, le GIS/CES a d’abord souhaité financer une exploration les liens potentiels entre trames vertes urbaines et climat : "Avant de soutenir financièrement un projet pour trois ans, je veux m’assurer que la problématique est pertinente, innovante, et réalisable, et que de véritables collaborations interdisciplinaires peuvent avoir lieu". Ainsi, le GIS/CES a financé une période d’incubation d’un an sur la période 2009 - 2010, comprenant notamment l’organisation d’une journée d’étude, le 1er avril 2010, permettant la rencontre de diverses disciplines autour de la problématique des trames vertes et des changements climatiques.

Objectifs et organisation de la journée d’étude CCTV

9Lors de cette journée d’étude CCTV, nous avons engagé une démarche de réflexivité double, écrite et dialogique, sous la forme de présentations standardisées, de cahiers du participant, et d’une discussion finale (Tableau 1).

Tableau 1. Deux types de réflexivité : une démarche écrite individuelle et une démarche dialogique (ou orale collective), et leur expression sous forme d’outils réflexifs

Tableau 1. Deux types de réflexivité : une démarche écrite individuelle et une démarche dialogique (ou orale collective), et leur expression sous forme d’outils réflexifs

10Cette démarche de réflexivité, dont les apports spécifiques au projet CCTV sont décrits dans la dernière partie, semble avoir :

  • permis la mise en lumière et la discussion de divergences au niveau des approches disciplinaires, des intérêts individuels, et des objectifs du projet, et

  • encouragé les attitudes d’ouverture, de réciprocité et de coopération, et l’acceptation par les participants de la pluralité et de la complexité inhérentes à la problématique des trames vertes et des changements climatiques.

Présentations standardisées : réflexivité dialogique

11Lors de la journée d’étude CCTV, trois sessions ont présenté tour à tour les points de vue des sciences du climat, des sciences sociales et humaines, et de l’écologie sur la problématique des trames vertes et de l’adaptation aux changements climatiques. Les présentations des trois groupes disciplinaires ont été préalablement harmonisées selon un cadre standardisé. Ce cadre visait tout d’abord à encourager les disciplines à exprimer leurs motivations quant à leur engagement dans le projet CCTV, afin que leurs intérêts soient compris, discutés collectivement et pris en compte lors des futures étapes du projet. Le cadre standardisé avait également pour objectif de mettre en évidence de façon directe les contributions et limites des disciplines à la compréhension des trames vertes, ainsi que leurs attentes les unes envers les autres.

Cahiers du participant : réflexivité écrite

12Au cours de la journée d’étude, les participants se sont exprimés individuellement et par écrit à travers les cahiers du participant, composés de questions et de tableaux récapitulatifs. Les questions visaient à recueillir les expériences d’interdisciplinarité, motivations personnelles, ainsi que les remarques, observations et questions de chaque participant concernant la journée d’étude et les présentations des trois groupes disciplinaires. Quant aux tableaux récapitulatifs, ils avaient pour objectif le croisement des perspectives du climat, de l’écologie et des sciences humaines et sociales, en mettant en lumière les convergences et divergences de ces disciplines au niveau des approches, des valeurs, des outils, des données, et des échelles spatiales et temporelles.

13Cette démarche de réflexivité écrite individuelle a trois principaux avantages (Jollivet-Blanchard et Blanchard, 2004). Premièrement, elle permet aux participants de s’exprimer librement, sans les contraintes de rapports hiérarchiques ou de force d’une discipline à l’autre, ou d’un individu à l’autre, et sans être influencé par le reste du groupe. Elle propose donc une réflexion personnelle, structurée selon des priorités, perceptions et représentations individuelles. Deuxièmement, la démarche écrite permet aux participants de naviguer avec plus de lisibilité dans la complexité de la problématique, en structurant par écrit l’abondance d’idées issues des interactions interdisciplinaires. Une trop grande complexité pouvant être un frein à la création de connaissances, les participants, à travers l’écrit, appréhendent à leur rythme les multiples dimensions de la problématique. Enfin, la démarche individuelle d’écriture donne également aux participants le temps et l’espace d’une réflexion sur eux-mêmes (motivations, intérêts et expériences), sur leur discipline (règles de fonctionnement, codes éthiques), et sur les influences de ces aspects sur leurs perceptions de l’interdisciplinarité.

Discussion finale : réflexivité dialogique

14À la fin de la journée, ayant reconnu et défini leurs divergences et convergences tant au niveau des approches disciplinaires que des intérêts personnels, les participants se sont accordés sur les prochaines étapes de construction du projet CCTV lors d’une discussion finale que nous avons animée.

15La démarche de réflexivité dialogique, contrairement à la réflexivité écrite, met l’accent sur les caractéristiques sociales de la création des savoirs interdisciplinaires (Kitzinger, 1994 ; Kitzinger et Barbour, 1999). Trois contributions importantes de la réflexivité dialogique sont à noter. Premièrement, lors de la discussion finale, les participants se sont exprimés sous diverses contraintes liées au groupe, mais ces interactions les ont encouragés à réévaluer et à faire évoluer la compréhension qu’ils avaient des trames vertes, du changement climatique, de la ville, et de l’interdisciplinarité. Deuxièmement, à travers les discussions, négociations, et débats qui ont eu lieu, les participants ont pu reconnaitre la pluralité et la légitimité des perspectives individuelles et disciplinaires, adoptant ainsi des attitudes d’ouverture, de réciprocité et de coopération nécessaires à l’émergence et au développement d’interactions interdisciplinaires. Enfin, en se situant au sein du groupe, les participants ont été amenés à réfléchir à leur identité individuelle et disciplinaire, et à évaluer l’influence de leur identité sur leur rapport au groupe interdisciplinaire.

Analyse des données

16Sur la trentaine de participants à la journée d’étude, 22 se sont prêtés à l’activité des cahiers du participant. Nous avons ainsi recueilli, en fin de journée, les cahiers de trois climatologues (sur cinq présents), sept écologues (sur dix présents), et douze chercheurs en sciences sociales et humaines (sur quatorze présents). Plus particulièrement, le groupe des écologues était composé de quatre écologues, d’un hydrologue, d’un agronome, et d’un biologiste ; et le groupe des sciences sociales et humaines comprenait cinq urbanistes, architectes et aménageurs urbains, trois sociologues, deux géographes, un économiste, et un psychologue. Dans notre analyse, une attention particulière a été portée à l’exploration de cette diversité de perspectives, d’expériences et de représentations, due à la participation et au croisement d’horizons disciplinaires variés.

17Les outils réflexifs, et notamment les cahiers du participant et la discussion finale, supports de deux démarches de réflexivité, ont permis de récolter des données de nature variée. Ils ont donc fait l’objet d’analyses différentes.

Analyse des cahiers du participant

18Les questions et tableaux récapitulatifs des cahiers du participant ont fait l’objet d’analyses distinctes. Les questions ont été analysées par un codage systématique. Nous avons d’abord classé les réponses selon des catégories définies par les questions. Les catégories ont été nommées "motivations", "expériences d’interdisciplinarité", ou encore "questions aux autres disciplines". Deux lectures supplémentaires ont permis l’émergence de sous-catégories : pour la catégorie "motivations" par exemple, nous avons différencié les sous-catégories "mise en réseau" ou "intérêts scientifiques personnels". Les résultats des 22 tableaux récapitulatifs ont été rassemblés dans un tableau unique, de façon à croiser dans chaque cellule les perceptions d’une discipline sur ses propres approches, ainsi que les perceptions des autres disciplines sur ces mêmes approches. Cette étape visait à expliciter les convergences et divergences entre les approches disciplinaires, ainsi que les éventuels malentendus concernant les rôles et contributions de chaque discipline. À titre d’exemple, lorsque les contributions des sciences du climat ont été abordées, elles ont été perçues essentiellement pour l’obtention de résultats, de données et d’outils par les climatologues et les écologues, alors que les sciences sociales et humaines ont souligné leurs apports pour la rigueur, la précaution, ou encore d’une approche globale.

Analyse de la discussion finale

19La discussion finale a également fait l’objet d’un codage systématique. Une retranscription des débats nous a permis en premier lieu de classer les interventions selon des catégories définies par les questions directrices que nous avons posées. Des exemples de catégories sont : "convergences entre les groupes disciplinaires", "défis de l’interdisciplinarité" ou "prochaines étapes du projet". Une deuxième lecture de la discussion finale nous a permis de voir émerger des sous-catégories correspondant aux interventions normatives et descriptives des participants. Par exemple, pour la catégorie "défis", les sous-catégories "complexité de la problématique", "motivations différentes", "perceptions différentes", "manque de vocabulaire commun" et "rôles inégaux" sont apparues. Finalement, une troisième lecture de la retranscription nous a permis de valider la régularité dans l’utilisation des catégories et sous-catégories, ainsi que leur exhaustivité. Les résultats de l’analyse de la discussion finale sont présentés dans la quatrième partie.

Qui sommes-nous ? Bilan des expériences, motivations, convergences et divergences entre les disciplines

20Cette section, basée sur l’analyse des cahiers du participant, et donc sur la démarche de réflexivité écrite, a pour objectif de présenter les participants et les groupes disciplinaires engagés sur le projet CCTV. Pour cela, nous explorons trois dimensions. Premièrement, nous mettons en regard les expériences d’interdisciplinarité personnelles des participants, afin de comprendre l’origine de leurs représentations sur l’interdisciplinarité. Deuxièmement, nous nous intéressons aux motivations personnelles des participants ainsi qu’aux intérêts des disciplines pour le projet CCTV, en soulignant l’importance d’expliciter leur diversité. Enfin, nous comparons les perspectives des trois groupes disciplinaires sur la problématique des trames vertes et des changements climatiques en termes d’approches, de valeurs, d’outils, de données, et d’échelles spatiales et temporelles, en explorant trois convergences et trois divergences.

Expériences d’interdisciplinarité : variées, mais non-conflictuelles si explicitées

21La grande majorité des participants des différents groupes disciplinaires semble avoir, selon des degrés divers, des expériences d’interdisciplinarité. Les climatologues parlent avant tout d’interdisciplinarité autour de projets : "J’ai travaillé sur le projet ’Grand Paris’, où j’ai du collaborer avec des architectes et des urbanistes". En effet, le changement climatique et ses impacts sur l’environnement et les sur sphères socio-économiques est au cœur de nombreuses recherches scientifiques actuelles ; ces sujets interdisciplinaires demandent de façon directe l’inclusion et la participation des climatologues. D’autre part, certains climatologues rappellent la nature intrinsèquement interdisciplinaire de leur champ de recherche : "Je travaille sur les paléoclimats, dont la compréhension demande une approche très intégrée".

22Les écologues font également référence à des expériences de projets interdisciplinaires, mais la majorité cite son parcours universitaire : "J’ai fait des études en sciences de l’environnement, qui m’ont permis d’avoir des connaissances en écologie, physique, chimie, biologie, mais aussi en économie et en sciences sociales". Un parcours ou un champ de recherche intrinsèquement interdisciplinaire semble transmettre à ceux qui en sont issus des attitudes de recherche essentielles à une coopération interdisciplinaire : ouverture, curiosité, respect, ou encore flexibilité. Il semble également transmettre une envie de continuer sur les chemins de la recherche interdisciplinaire.

23Quant aux chercheurs en sciences sociales et humaines, le nombre important de participants ainsi que la variété de disciplines représentées leur ont permis de référencer des expériences d’interdisciplinarité très variées : en plus des projets interdisciplinaires, des parcours universitaires interdisciplinaires, et des champs de recherche ou métiers intrinsèquement interdisciplinaires déjà cités, ils font également part d’environnements de recherche favorisant les coopérations interdisciplinaires : "Je travaille dans un laboratoire où les discussions et les travaux croisés entre géographes et sociologues sont très fréquents", ou d’expériences d’enseignement interdisciplinaire : "Je donne des cours dans le cadre d’un Master interdisciplinaire en géographie. (...) L’équipe pédagogique se rencontre souvent pour discuter des programmes".

24Ces expériences variées d’interdisciplinarité constituent des ressources importantes en ce qui concerne les connaissances et compétences pour le développement du projet CCTV. Cependant, parce qu’elles se déclinent en chacun d’entre nous en représentations, attitudes, habitudes et attentes particulières, ces expériences doivent être explicitées afin d’éviter notamment les malentendus quant à la façon de mener une recherche interdisciplinaire et les valeurs de recherche à promouvoir (Blanchard et Vanderlinden, à paraître).

Motivations personnelles et intérêts des disciplines pour CCTV : scientifiques, sociopolitiques, hybrides ?

25Les motivations personnelles des participants pour s’engager dans le projet CCTV sont similaires à travers les trois groupes disciplinaires. Une large proportion a exprimé de la curiosité personnelle pour la problématique. Cette curiosité semble avoir deux origines principales : pour certains, la curiosité est due à la proximité de la problématique avec les champs de recherche personnels ; pour les autres, au contraire, la curiosité vient d’une absence de connaissance sur le sujet, et du sentiment que la problématique des trames vertes et des changements climatiques puisse être "une piste intéressante à explorer dans de futures recherches personnelles". Une autre motivation exprimée par les participants est celle de l’opportunité de mise en réseau que constitue le projet : "C’est l’occasion de rencontrer des chercheurs de différentes disciplines autour du thème ’ville et environnement’, et éventuellement de démarrer des recherches croisées, avec des publications communes".

26La curiosité des participants ainsi que leurs souhaits d’apprendre à connaitre les différents acteurs autour de la problématique des trames vertes et des changements climatiques traduisent des attitudes d’ouverture, ainsi qu’une reconnaissance par les participants de la nécessité d’une démarche de coopération interdisciplinaire. Ces éléments semblent fondamentaux à la construction collaborative et délibérative du projet.

27Cependant, au niveau des groupes disciplinaires, les intérêts pour le projet CCTV prennent des expressions variées, allant du pôle social au pôle épistémologique. Alors que les climatologues mettent en avant leurs intérêts scientifiques pour le projet : "Étudier les impacts du changement climatique sur les zones urbaines nécessite une approche prenant en compte simultanément l’évolution du changement climatique, des villes et des modes de vie" ; les intérêts des écologues et des chercheurs en sciences sociales et humaines trouvent majoritairement une expression socio-politique : "Une approche interdisciplinaire est nécessaire pour développer des trames vertes socialement acceptables et politiquement efficaces pour s’adapter au changement climatique".

28Cette variété de motivations, si elle démontre le potentiel fédérateur de la problématique, fait néanmoins émerger une multitude d’objectifs au projet, source de confusion et de malentendus : alors certains voient le projet avant tout comme une opportunité de "fédérer des interactions interdisciplinaires sur le long terme, pour renforcer les connaissances scientifiques relatives au climat local et à la biodiversité urbaine", d’autres s’engagent dans le projet afin de "répondre l’attente sociale de restauration et de renforcement de l’équilibre d’une nature en ville". Les intérêts scientifiques et sociopolitiques ne sont pour autant pas conflictuels ou contradictoires, mais les participants doivent expliciter, comprendre et discuter leurs motivations sociales et/ou épistémologiques coexistantes, afin de s’accorder sur les objectifs de leur projet et d’éviter les malentendus quant aux moyens d’atteindre ces objectifs.

Trois convergences ou complémentarités : méthodes de recherche, outils et valeurs

29Nous nous intéressons à présent plus particulièrement aux approches des groupes disciplinaires sur la problématique des trames vertes et des changements climatiques, ou, en d’autres termes, à la façon dont ces disciplines travaillent sur la problématique. Les tableaux récapitulatifs ont révélé des convergences et complémentarités entre les perspectives disciplinaires à trois niveaux : les méthodes de recherche, les outils, et les valeurs de recherche.

Méthodes de recherche

30De façon générale, les groupes disciplinaires se caractérisent par des méthodes de recherche de nature différente : essentiellement qualitatives pour les sciences sociales et humaines, qui utilisent des approches philosophiques, sociologiques ou sémantiques ; et quantitatives pour les sciences du climat et l’écologie, basées sur des observations, des mesures, et des modèles. Cependant, selon les participants, ces différences sont complémentaires, comme le souligne un écologue : "Les approches qualitatives ne sont pas un point faible, mais un moyen de prendre en compte les aspects humains et politiques". Outre une appréhension plus compréhensive et intégrée de la problématique, le croisement de méthodes qualitatives et quantitatives permet, selon les participants, de renforcer la légitimité des recherches : "Les outils, les données, les résultats, les approches, les schémas de réflexion subissent un double test, qualitatif et quantitatif, de validité et de pertinence, qui ne peut être que bénéfique pour le projet".

31Néanmoins, les défis relatifs à l’arrimage d’approches, de données et d’outils de différente nature, et donc soumis à différents processus de création et de contrôle de qualité, sont importants. Ils doivent être explicités, et les moyens de les dépasser doivent être choisis par les participants.

Outils

32L’opposition qualitatif/quantitatif apparait également au niveau des outils, ou, en d’autres termes, des techniques utilisées pour collecter ou générer des données. Alors que les climatologues et écologues génèrent leurs données par le biais d’outils numériques, tels que des modèles, les chercheurs en sciences sociales et humaines collectent leurs données à l’aide de méthodes ou d’outils qualitatifs : interviews, enquêtes ou discussions de groupe. Cependant, comme pour les méthodes de recherche, ces différences sont jugées complémentaires et enrichissantes, comme le souligne un climatologue : "Si nous apprenons à intégrer ou à utiliser de façon complémentaire les outils de nos différentes disciplines, nous pourrions beaucoup plus facilement intégrer nos données. Et pour un sujet tel que les trames vertes, il paraît indispensable de prendre en compte tant le climat urbain, que la biodiversité ou les représentations sociales". L’utilisation combinée d’outils de différentes natures est donc perçue comme un moyen de croiser des données variées, et d’avoir ainsi une vision globale et intégrée des trames vertes dans un contexte de changements climatiques.

33Cependant, même si la reconnaissance de la légitimité et des apports distincts des outils qualitatifs et quantitatifs est une étape nécessaire à leur arrimage, les défis relatifs à leur association sont nombreux ; parmi eux, notons la compréhension solide par les autres disciplines des rôles, usages et limites des divers outils. Ces derniers doivent faire l’objet de nouvelles discussions entre les participants.

Valeurs de recherche

34Les tableaux récapitulatifs ont révélé deux complémentarités au niveau des valeurs de recherche. Premièrement, de plus en plus fréquemment soumis à la pression des attentes socio-politiques, les climatologues expriment des valeurs d’"honnêteté et d’intégrité scientifique", et de "transparence du savoir". Néanmoins, ce souhait de ne "pas produire les résultats trop simplificateurs attendus par les décideurs politiques", combiné à des recherches souvent effectuées à des échelles globales, a pour conséquence une intégration directe trop rare des aspects sociaux et politiques dans les recherches en sciences du climat, comme le souligne un climatologue : "Les sociologues et les écologues accordent une importance forte à la vie. C’est bien entendu important pour nous aussi, mais on n’inclut pas cet élément de façon explicite et directe dans nos recherches". Au contraire, les sciences sociales et humaines et l’écologie semblent fortement guidées par les dimensions humaines et écologiques. La nature et l’homme sont à base de leurs recherches, à la fois objets, objectifs, et valeurs clés. Du croisement interdisciplinaire de ces différentes valeurs peut ainsi émerger des recherches ancrées dans des réalités socio-politiques, tout en proposant des résultats scientifiques solides et intègres : "Travailler avec des sociologues et des écologues pourrait nous (climatologues) aider à relier nos recherches à des dimensions plus sociales et humaines, tout en produisant des résultats robustes, basés sur des faits et des données, et non dictés par des acteurs extérieurs".

35Une deuxième complémentarité au niveau des valeurs concerne la solidité et la légitimité des résultats scientifiques. Comme les chercheurs en sciences sociales et humaines l’ont mentionné, "la rigueur, l’objectivité et la neutralité sont des valeurs importantes pour les climatologues et écologues". Cependant, ces valeurs de recherche prennent des expressions différentes en sciences sociales et humaines, où "réflexivité et interdisciplinarité sont des moyens de renforcer la légitimité des résultats". Ainsi, ces différentes façons de valider les résultats peuvent apporter, par leur combinaison, une profondeur et une robustesse tant aux résultats qualitatifs que quantitatifs, comme le précise un sociologue : "Nous pouvons aider à souligner la valeur sociale des résultats des écologues et climatologues, alors qu’eux peuvent renforcer la rigueur de nos études qualitatives".

Trois divergences : données, échelles spatiales et temporelles

36En plus des convergences, les tableaux récapitulatifs ont également révélé trois divergences entre les groupes disciplinaires, au niveau des données, des échelles spatiales et temporelles. Ces divergences doivent être explicitées, de telle manière à ce que les participants peuvent imaginer les moyens de résoudre ces défis interdisciplinaires. Nous proposons ici des pistes de solutions, basées sur les connaissances et compétences personnelles des participants en matière d’interdisciplinarité, ainsi que sur les convergences des groupes disciplinaires décrites ci-dessus.

Données

37Nous avons noté deux divergences au niveau des données. Premièrement, l’opposition qualitatif/quantitatif apparait à nouveau, mais cette fois sur un mode essentiellement conflictuel. Les climatologues et écologues utilisent des données quantifiables et mesurables, telles que des températures, des concentrations ou des flux, alors que les données en sciences sociales et humaines sont qualitatives, et reposent essentiellement sur des discours. Les participants ont qualifié ces niveaux de rigueur, de qualité et d’accessibilité différents comme "freins potentiels au processus interdisciplinaire". Un moyen d’arrimer des données de différentes natures a pourtant été ébauché plus haut : la combinaison de données qualitatives et quantitatives est d’abord une question d’arrimage de méthodes de recherches et d’outils. Ainsi, comme les participants ont reconnu la légitimité des méthodes et outils des autres disciplines, ainsi que la nécessité de les combiner pour gagner en profondeur et en solidité, la combinaison de leurs différentes données ne semble pas être un défi majeur.

38Deuxièmement, alors que les climatologues utilisent le plus souvent des données générées par des modèles, les écologues basent leurs recherches sur des observations. Ces données sont soumises à des processus différents de collecte et de validation, ce qui pose un défi à leur arrimage, comme le signale un écologue : "Les données en écologie sont basées sur des observations de la réalité, alors que certaines données climatiques sont issues de modèles. Ces deux types de données n’ont pas la même validité, ni la même profondeur". L’ouverture et la reconnaissance de la légitimité de plusieurs perspectives par les participants sont essentielles pour faire face à ce défi. En effet, si les données générées par les modèles constituent "une représentation parfois éloignée de la réalité", il est important que les participants reconnaissent qu’elles apportent des indications sur les tendances climatiques, ainsi qu’un cadre global à l’étude de la problématique des trames vertes et des changements climatiques.

Échelles spatiales

39Les tableaux récapitulatifs ont révélé certaines confusions quant à la perception des échelles spatiales de chaque discipline. Alors que les climatologues considèrent travailler de l’échelle locale à l’échelle globale, les écologues les situent uniquement à l’échelle globale. De plus, l’échelle globale en écologie semble correspondre à une échelle régionale en sciences du climat. Quant aux chercheurs en sciences sociales et humaines, ils travaillent essentiellement à des échelles humaines, connectées aux individus, et perçoivent ainsi les échelles des climatologues et des écologues comme "très variables" et "sources potentielles de confusion lorsqu’il s’agira de travailler ensemble".

40Un travail par les groupes disciplinaires de clarification des échelles spatiales ainsi que de leurs seuils de définition, leurs rôles et leurs utilités, semble nécessaire afin d’envisager les moyens de travailler dans un contexte multi-scalaire, ou, éventuellement, de coupler ces différentes échelles.

Échelles temporelles

41Les disciplines opèrent à des échelles de temps différentes. Les climatologues travaillent sur des échelles de temps courtes (quelques jours) pour les aspects météorologiques, et sont également encouragés, notamment par les décideurs politiques, à réaliser des projections sur le long terme (plusieurs dizaines d’années). Les écologues travaillent des échelles de temps courtes (quelques jours) aux échelles de temps longues (quelques dizaines d’années) qui correspondent à un suivi d’une population (forêt, espèce animale). Enfin, les chercheurs en sciences sociales et humaines soulignent leur "logique temporelle différente", très fortement liée aux individus.

42La problématique des trames vertes et des changements climatiques, incluant climat urbain et global, biodiversité, individus et sociétés, appelle à travailler dans un contexte multi-scalaire. Les défis inhérents à cet impératif sont nombreux ; ils nécessitent notamment la clarification des seuils de définition et des rôles de chaque échelle temporelle, ainsi que le choix par les participants d’échelles pertinentes, pouvant répondre aux objectifs du projet.

43Comment travailler ensemble ? Croisement des contributions, des limites et des attentes

44Tenant compte de ce qui a pu être observé des connaissances et compétences personnelles des participants en terme d’interdisciplinarité, ainsi que des convergences et divergences entre les approches disciplinaires identifiées dans la partie précédente, nous nous intéressons ici aux moyens de mettre en œuvre une coopération durable et effective dans le cadre du projet CCTV. Cette partie, basée sur l’analyse des présentations orales et des tableaux récapitulatifs, dresse ainsi l’état des lieux des diverses contributions (substantives, procédurales et contextuelles) de chaque groupe disciplinaire à la compréhension de la problématique des trames vertes et des changements climatiques. Ces contributions étant accompagnées de limites, nous mettons ensuite en regard les attentes substantives, procédurales, contextuelles ou d’attitudes, des disciplines participantes. Pour plus de clarté, les résultats de cette partie sont synthétisés dans la Figure 1.

Figure 1. Synthèse des contributions (substantives, procédurales et contextuelles) et des attentes (substantives, procédurales, contextuelles ou d’attitudes) des trois groupes disciplinaires.

Figure 1. Synthèse des contributions (substantives, procédurales et contextuelles) et des attentes (substantives, procédurales, contextuelles ou d’attitudes) des trois groupes disciplinaires.

Contributions à l’appréhension de la problématique des trames vertes et des changements climatiques

Contributions des sciences du climat

45Les climatologues expriment leurs contributions à la compréhension de la problématique des trames vertes et des changements climatiques en ce qui concerne les données climatiques et les connaissances sur l’évolution du climat et ses impacts. D’autre part, travaillant le plus souvent à des échelles globales, ils soulignent leur capacité à contextualiser la problématique et à fournir un cadre aux interactions interdisciplinaires du projet CCTV, en introduisant un point de vue global. Les climatologues voient ces contributions substantives comme un moyen de légitimer d’autant plus le projet, en apportant des bases scientifiques solides.

46Les écologues et chercheurs en sciences sociales et humaines reconnaissent les contributions des climatologues pour la robustesse des données et leur légitimité. Les chercheurs en sciences sociales et humaines soulignent particulièrement les contributions structurantes des sciences du climat au raisonnement interdisciplinaire, en y apportant "réflexion, précaution, vigilance et rigueur".

Contributions de l’écologie

47Les écologues décrivent leurs contributions essentiellement en matière de connaissances, notamment sur la biodiversité et les espèces à intégrer aux trames vertes. Cependant, des contributions procédurales sont également mises en avant : l’écologie constituant une approche intégrative, les écologues peuvent encourager, faciliter et structurer les interactions interdisciplinaires du projet.

48Les climatologues et les chercheurs en sciences sociales et humaines reconnaissent les contributions substantielles et procédurales de l’écologie. De plus, les sciences sociales et humaines soulignent la capacité de l’écologie à mettre en lien les recherches scientifiques et les réalités sociopolitiques : "Les écologues placent l’humain et la nature au centre de leurs recherches", de plus "Ils sont souvent sollicités par les décideurs politiques sur des aspects empiriques : que planter ? Comment ? Où ?" Les écologues semblent avoir les compétences pour synthétiser les attentes sociopolitiques et les intégrer aux recherches scientifiques.

Contributions des sciences sociales et humaines

49Les apports des sciences sociales et humaines se situent au niveau de l’interface entre les sciences et la société, par la prise en compte des représentations, pratiques et attentes des citoyens, et par la communication des résultats scientifiques aux décideurs politiques et au grand public. En ce qui concerne les contributions procédurales, les chercheurs en sciences sociales et humaines soulignent leur rôle de structuration des interactions interdisciplinaires, à travers "l’analyse des discours, des perceptions et des revendications normatives des disciplines participantes".

50Les écologues et les climatologues voient dans la participation des sciences sociales et humaines un moyen de légitimer les recherches scientifiques, en les ancrant dans les attentes sociopolitiques.

Bilan des contributions

51Les contributions prennent des formes différentes selon les trois groupes disciplinaires. Alors que les climatologues s’expriment surtout en termes substantifs, les écologues et chercheurs en sciences sociales et humaines mettent en avant les contributions procédurales et contextuelles. Ainsi, les apports des groupes disciplinaires semblent se compléter dans leur objectif de créer des trames vertes urbaines durables d’un point de vue social, environnemental, et économique. Cependant, nous observons ci-dessous que certaines limites exprimées par les disciplines à l’appréhension de la problématique ne sont pas comblées par l’expertise des disciplines présentes, et nécessitent le recours à d’autres communautés disciplinaires.

Limites et attentes pour l’appréhension de la problématique des trames vertes et des changements climatiques

Limites et attentes des sciences du climat

52Les limites exprimées par les climatologues à l’appréhension de la problématique sont substantives : connaissances et données insuffisantes sur la relation entre climat et ville, incertitudes liées à l’utilisation des modèles, et question de la validité des données générées par des modèles.

53Du point de vue des écologues, les limites rencontrées par les sciences du climat se situent au niveau méthodologique, et sont dues aux échelles spatiotemporelles larges, comme l’affirme un écologue : "Les sciences du climat sont déconnectées des dimensions humaine et de biodiversité, dimensions nécessaires à la compréhension des trames vertes". Les chercheurs en sciences sociales et humaines partagent ce point de vue, en soulignant "la vision restreinte, biaisée, uniforme et technique du climat par l’usage d’outils informatiques". De plus, les chercheurs en sciences sociales et humaines semblent craindre un manque de réflexivité de la part des sciences du climat. Selon eux, les climatologues ne semblent pas assez explicites quant aux attentes sociales et politiques qui pèsent sur leurs recherches.

54Les climatologues fondent les solutions à leurs limites sur l’interdisciplinarité : ils attendent des données économiques, socio-politiques, de biodiversité et de santé, afin :

  • d’avoir une vision plus large et plus humaine du climat, non restreinte par l’approche des modèles,

  • de contextualiser leurs données climatiques et d’en réduire ainsi les incertitudes, et

  • de mieux ancrer leurs recherches dans des perspectives sociales et politiques. La démarche d’ouverture aux autres disciplines devrait, selon les sciences sociales et humaines, être couplée avec une démarche de réflexivité et plus de flexibilité, afin que les climatologues puissent plus facilement intégrer différents types de données et différentes échelles à leurs recherches.

Limites et attentes de l’écologie

55Les écologues expriment des limites substantives et méthodologiques à l’approche de la problématique : "La biodiversité est un objet multi-échelle, pour lequel il est difficile de lier les différents niveaux d’analyse. De plus, nous manquons de connaissances sur la biodiversité urbaine".

56Les climatologues semblent percevoir les échelles spatiotemporelles relativement fines des écologues comme des limites méthodologiques potentielles. Cette perception peut être en partie due au fait que, lors d’interactions interdisciplinaires, climatologues et écologues se disputent la complexité et la pertinence de leurs échelles, comme l’a expliqué un modélisateur lors de notre première recherche au sein du GIS/CES : "Selon les climatologues et modélisateurs, l’échelle globale est la plus pertinente, parce qu’elle représente une grande variété de processus. Or, les écologistes et biologistes, qui travaillent à une échelle fine, sont également confrontés à des problèmes d’hétérogénéité et de complexité : chaque plante a un comportement différent, et eux aussi prennent en compte des processus très variés" (Blanchard et Vanderlinden, à paraître).

57Les écologues tentent de faire face à leurs défis substantifs et méthodologiques par des interactions interdisciplinaires, afin d’avoir une vision plus compréhensive de la biodiversité. Ils voient également le renforcement de leurs interactions avec les sphères sociopolitiques comme une solution pour "mieux prendre en compte les besoins et attentes des citoyens et des décideurs politiques envers l’écologie". Comme pour les climatologues, l’honnêteté et l’intégrité scientifique sont perçues comme un aspect clé à la communication des résultats de l’écologie vers les sphères sociopolitiques. Afin d’accompagner ce renforcement de l’interface sciences - société, les chercheurs en sciences sociales et humaines proposent aux écologues des coopérations profondes entre leurs deux communautés, afin de les encourager dans une démarche de réflexivité sur "les aspects socialement construits de la nature en ville".

Limites et attentes des sciences sociales et humaines

58Les sciences sociales et humaines, confrontées aux défis de validation de la qualité et de la solidité de leurs données, se reprochent un manque de dialogue avec les autres disciplines ; interdisciplinarité qui mettrait en contexte les données qualitatives et renforcerait leur légitimité.

59Les origines de ce manque de dialogue sont mises en lumière par les écologues et les climatologues, qui ressentent un manque de clarté concernant les outils, les méthodes et les concepts des sciences sociales et humaines : "Leurs mots et leurs concepts portent souvent plusieurs interprétations. Les définitions ne sont pas stabilisées, et on a parfois du mal à les suivre !"

60Pour parer à ces limites, les chercheurs en sciences sociales et humaines mettent l’accent sur l’ouverture et la communication avec les sphères sociopolitiques afin de contextualiser, solidifier et légitimer leurs données et leurs approches. En effet, une attitude d’autant plus ouverte des chercheurs en sciences sociales et humaines leur permettrait de porter une attention particulière à la clarté de leurs discours et à l’usage de concepts polysémiques. Outre l’interdisciplinarité et le renforcement de l’interface entre sciences et société, les écologues et climatologues proposent une solution substantive au manque d’interactions avec les autres disciplines : "Si les chercheurs en sciences sociales et humaines avaient plus de connaissances relatives aux concepts d’adaptation et de mitigations, et plus de données sur les différentes représentations et pratiques sociales, ils pourraient augmenter leurs interactions avec les autres disciplines".

Bilan des limites et des attentes

61À travers les limites et attentes exprimées par les groupes disciplinaires, les participants ont pu noter l’absence de données, de connaissances et d’expertise concernant le milieu urbain. Nous verrons dans la partie suivante qu’ils ont formulé le souhait d’inclure des urbanistes, des architectes et des aménageurs du territoire au projet.

62D’autre part, comme pour les contributions, les limites et attentes exprimées par les trois groupes disciplinaires sont de différentes natures. Alors que l’écologie et les sciences du climat soulignent surtout les aspects substantifs, à travers des solutions en termes de connaissances et de données, les chercheurs en sciences sociales et humaines privilégient les solutions procédurales et contextuelles, qui encouragent l’interdisciplinarité et le renforcement de l’interface entre sciences et société comme moyens de faire face aux problèmes méthodologiques, et de co-construire des connaissances à la fois scientifiquement solides et sociopolitiquement pertinentes. Afin de faciliter ces processus, les sciences sociales et humaines mettent également l’accent sur les attitudes de recherche telles que la réflexivité, l’ouverture et la modestie. Ces différentes catégories d’attentes et de solutions proposées doivent faire l’objet de discussions par les participants, en ce qu’elles sont dépendantes des objectifs du projet, et en déterminent les moyens d’action.

Quelles prochaines étapes ? Feuille de route du projet CCTV

63Après avoir exploré par écrit les pistes possibles de coopération entre les disciplines, et explicité les points de blocage potentiels à ces interactions, les participants ont mis en lumière, lors de la discussion finale, trois prochaines étapes à la construction du projet, décrites ci-dessous. Dans la dernière partie, nous explicitons les apports de cette démarche de réflexivité dialogique.

Exploration des aspects scientifiques, et inclusion d’autres disciplines

64À travers les tableaux récapitulatifs, les participants ont noté l’absence d’expertise sur le milieu urbain, qu’ils ont réitéré lors de la discussion finale : "Pour moi, si l’on parle de la ville, on doit absolument inclure les urbanistes et les architectes", ou : "Il n’y a pas encore assez de science, notamment sur la ville, à ce moment-ci du processus : la réflexion et les connaissances sur la problématique sont encore insuffisantes". Ainsi les participants se sont accordés pour inclure de façon directe les expertises urbanistiques, architecturales, et de l’aménagement du territoire au projet.

65Ce manque de connaissances scientifiques sur certains aspects semble également induire un flou au niveau de la définition de la problématique : "Après la journée d’aujourd’hui, je comprends mieux les objectifs et les questions de recherche. Mais je n’arrive toujours pas à voir la forme concrète du projet". Les participants ont donc choisi de mettre en place un groupe de travail scientifique, rassemblant certains membres de tous les groupes disciplinaires, afin d’explorer en détail tous les aspects scientifiques de la problématique, et d’avoir ainsi une meilleure lisibilité quant aux questions de recherches, ainsi qu’aux approches et outils à utiliser.

66Cette étape d’exploration des aspects scientifiques et de clarification des questions de recherche doit avoir lieu, selon les participants, avant toute interaction avec les décideurs politiques ou le grand public : "Je pense qu’avant de se tourner vers d’autres acteurs non-scientifiques, on devrait d’abord évaluer plus précisément, plus concrètement ce que l’on peut faire avec la problématique des trames vertes et du changement climatique".

Stabilisation d’un vocabulaire commun

67Parce que la problématique des trames vertes et des changements climatiques fait appel à des concepts variés, issus de disciplines différentes, la majorité des participants s’est accordée sur l’importance de la compréhension commune des mots-clés autour de la problématique : ’trames vertes’, ’milieu urbain’, ’changement climatique’, ’climat local’, ’adaptation’, ’mitigation’, ou encore ’biodiversité’ : "Les mots sont polysémiques. Ce glossaire nous permettrait de comprendre les différentes dimensions des mots ou des concepts utilisés pour la problématique". Certains participants ont même proposé l’idée d’un glossaire interactif, à travers lequel ils pourraient interagir et amorcer des discussions scientifiques.

Inclusion des décideurs politiques et des citoyens

68Après l’exploration des diverses dimensions scientifiques de la problématique, la définition des questions de recherche, la stabilisation et la compréhension d’un vocabulaire commun, les participants ont exprimé leur volonté d’inclure au projet décideurs politiques et citoyens, afin "d’avoir une compréhension précise du contexte sociopolitique des trames vertes", et pour "vérifier avec eux la pertinence des résultats scientifiques".

Réflexivité écrite et dialogique combinée : quels apports pour le projet CCTV ?

69Dans la première partie, nous nous sommes penchés sur les apports théoriques des démarches de réflexivité écrite et dialogique à la mise en œuvre de dynamiques interdisciplinaires. Dans cette dernière partie, nous faisons le bilan des contributions majeures de cette démarche de réflexivité double, spécifiques au développement et à la construction du projet CCTV.

Reconnaissance de la pluralité : expériences, perceptions, motivations, approches

70Tout d’abord, la démarche de réflexivité écrite semble avoir posé les bases d’une reconnaissance de la pluralité de la part des participants ; pluralité au niveau des expériences personnelles, des perceptions, des motivations et des approches. En effet, à travers les questions, dans les cahiers du participant, sur les expériences et motivations personnelles, et grâce aux tableaux récapitulatifs permettant de croiser les diverses approches disciplinaires, les participants ont pu prendre conscience de la pluralité des points de vue et des intérêts, tant individuels que disciplinaires, autour de la problématique des trames vertes et des changements climatiques, et reconnaitre leur légitimité : "Le cahier m’a permis de réaliser qu’on a probablement tous des objectifs différents. Mais si chacun est capable d’expliquer ses objectifs et ses attentes, je pense qu’on va pouvoir trouver des terrains d’entente".

71La reconnaissance, l’acceptation et le respect de la pluralité dans la démarche écrite ont favorisé l’émergence d’un espace de dialogue à la fois serein, respectueux, ouvert et vivant, où les participants ont pu questionner de façon directe leurs intérêts et leurs approches. Cette reconnaissance de la pluralité par des participants semble avoir facilité le processus interdisciplinaire, en ce qu’elle a encouragé une prise de décision délibérative et efficace quant aux prochaines étapes du projet.

Acceptation de la complexité : problématique multi-objet, multi-échelle, attentes sociopolitiques fortes et incertitudes

72À travers les présentations orales des groupes disciplinaires et la démarche de réflexivité écrite, les participants ont pu observer la complexité liée à la fois à la problématique des trames vertes et des changements climatiques, et à la mise en oeuvre de dynamiques interdisciplinaires.

73En effet, composée de plusieurs objets issus de disciplines différentes et située à des échelles variées, la problématique est en outre caractérisée par des incertitudes et des attentes sociopolitiques fortes : "Nous travaillons sur une problématique multidimensionnelle qui, selon les disciplines, prend un sens nouveau et est entourée par des enjeux différents : environnementaux, sociaux, ou politiques. De plus, toutes les disciplines apportent leur part d’incertitude au sujet" ; et : "Les sphères sociopolitiques attendent qu’on les aide à repenser la relation homme – nature d’aujourd’hui, sous peine de voir cet équilibre s’effondrer".

74La démarche de réflexivité écrite a donc permis aux participants de reconnaitre cette complexité, mais également de l’accepter en la structurant selon leurs références, idées ou priorités, pouvant ainsi y naviguer avec plus de lisibilité.

Réflexions sur l’identité

75Lors de tout processus interdisciplinaire, l’identité est une question réflexive centrale. Une réflexion sur les identités individuelles et disciplinaires semble en effet nécessaire afin de comprendre dans quelle mesure elles influencent les relations vers les autres chercheurs et les autres disciplines. Les cahiers du participant ont constitué une opportunité de réflexion sur cette question. Les participants ont été encouragés à expliciter leurs motivations personnelles ainsi que leurs expériences, et les tableaux récapitulatifs ont guidé une démarche de réflexivité sur le fonctionnement, les valeurs, les apports et les rôles de leur discipline.

76Après avoir, lors de la démarche écrite, réfléchi à leur identité personnelle et disciplinaire, les participants ont pu, lors de la discussion finale, se situer, et situer leur discipline au sein du groupe interdisciplinaire, notamment à travers la discussion de l’appartenance disciplinaire de l’objet ’trames vertes’, "J’ai le sentiment que les trames vertes appartiennent plutôt aux écologues" ou : "Je pense que les trames vertes sont l’objet principal de l’urbanisme. Les aspects écologiques ne sont qu’accessoires". Ces discussions sur les rôles, les apports et les attentes des diverses disciplines ont conduit au choix délibératif et à la clarification des prochaines étapes de construction du projet CCTV.

Encouragement d’attitudes de recherche : ouverture, modestie, flexibilité, honnêteté et intégrité

77Les démarches de réflexivité écrite et dialogique semblent également avoir fait émerger, ou du moins encouragé, des attitudes de recherche favorables au développement de dynamiques interdisciplinaires. En effet, les cahiers ont aidé les participants à réfléchir aux implications d’une démarche interdisciplinaire en termes de rapport à soi et de rapport à l’autre, et à travers l’explicitation et l’acceptation de la complexité de la problématique et de la pluralité et légitimité des perspectives, ont favorisé l’ouverture, la modestie, la flexibilité, l’honnêteté et l’intégrité : "Je suis agréablement surpris par la variété d’expertises et d’idées qui ont été exprimées. Chacun apporte une pierre essentielle au projet, et nous donne un grand potentiel pour explorer les trames vertes et proposer des solutions innovantes", ou : "En tant que biologiste, je pensais que les écologues auraient le rôle principal dans ce projet. Mais finalement, les trames vertes sont loin d’être un objet uniquement écologique. Nous avons absolument besoin des perspectives climatiques et sociales pour comprendre et mettre en oeuvre les trames vertes".

78Ces attitudes de recherche, déclenchées ou encouragées lors de la phase de réflexivité écrite, ont favorisé l’émergence d’un climat de respect et d’ouverture lors de la discussion finale. Les participants ont pu en effet, à travers des échanges vivants, procéder à un choix délibératif et commun quant aux prochaines étapes du projet CCTV.

Prise de décision délibérative

79Les précédents apports de la démarche de réflexivité double au processus interdisciplinaire trouvent une expression concrète dans la prise de décision délibérative finale, portant sur les prochaines étapes de construction du projet. En effet, le dessin collectif et coopératif d’une feuille de route concrète pour CCTV semble avoir été facilité par les démarches préalables de reconnaissance et d’acceptation de la complexité et de la pluralité, et de réflexion sur l’identité, qui ont encouragé l’émergence ou le développement d’attitudes de coopération : ouverture, modestie, flexibilité, honnêteté et intégrité. Notre expérience avec le GIS/CES montre en effet qu’une prise de décision collective et coopérative quant aux objectifs et à la structure du projet est très rare si une démarche de réflexivité est absente du projet. Cependant, elle s’avère nécessaire à la construction d’un projet pertinent, durable et innovant.

Conclusion

80Cet article, basé sur l’expérience de construction du projet interdisciplinaire CCTV, a montré les apports d’une démarche de réflexivité double à l’émergence et au développement de dynamiques interdisciplinaires. Les démarches de réflexivité écrite et dialogique semblent en effet être porteuses de contributions distinctes, mais qui dans un usage combiné se renforcent mutuellement. Une réflexion individuelle, par écrit, sur son identité personnelle et disciplinaire, encourage l’ouverture et le respect dans des situations de dialogue interdisciplinaire ; attitudes qui favorisent un retour sur soi en un questionnement plus profond de ses perceptions et motivations personnelles. Une démarche de réflexivité double lors des phases initiales d’un projet interdisciplinaire semble se traduire de façon concrète par des prises de décision coopératives, pertinentes et durables quant aux objectifs et à la structure du projet.

81Cependant, parce que les participants évoluent à travers leurs interactions aux autres, la démarche de réflexivité sur soi et sur sa discipline doit être poursuivie au-delà de la phase de construction du projet, afin de permettre des réajustements en ce qui concerne les objectifs ou la structure.

Remerciements

82Nous remercions les organisateurs et les participants à la journée d’étude CCTV pour s’être prêtés aux activités réflexives proposées par le projet RAMONS. Nous remercions également le GIS Climat-Environnement-Société pour son soutien au projet RAMONS.

Haut de page

Bibliographie

Blanchard, A., et J.-P. Vanderlinden, 2010, Dissipating the fuzziness around interdisciplinarity: The case of climate change research, Surveys And Perspectives Integrating Environment and Society (SAPIENS), 3, 1, [En ligne]: URL: http://sapiens.revues.org/990

Blanchard, A., et J.-P. Vanderlinden, à paraître, Prerequisites to interdisciplinary research for climate change: lessons from a participatory action research process in Île-de-France. International Journal of Sustainable Development (IJSD).

Gieryn, T., 1999, Cultural Boundaries of Science. Chicago, IL: University of Chicago Press.

Jasanoff, S., 1990, The Fifth Branch: Science Advisers as Policy-Makers. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Jollivet-Blanchard, C. et E. Blanchard, 2004, L’Expérience de la Coopération en Education : Pourquoi ? Comment? Paris: L’Harmattan.

Kitzinger, J., 1994, The methodology of focus groups: the importance of interaction between research participants. Sociology of Health and Illness, 16, 1, 20.

Kitzinger, J., et R.S. Barbour, 1999, Developing Focus Group Research: Politics, Theory and Practice. London : Sage Publications

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Deux types de réflexivité : une démarche écrite individuelle et une démarche dialogique (ou orale collective), et leur expression sous forme d’outils réflexifs
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 1. Synthèse des contributions (substantives, procédurales et contextuelles) et des attentes (substantives, procédurales, contextuelles ou d’attitudes) des trois groupes disciplinaires.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/11798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Blanchard et Jean-Paul Vanderlinden, « Interdisciplinarité et outils réflexifs : vers une approche globale des trames vertes urbaines », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 12 | mai 2012, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11798 ; DOI : 10.4000/vertigo.11798

Haut de page

Auteurs

Anne Blanchard

Docteur en Étude des Sciences et des Technologies, Chercheur au Centre pour l’Étude des Sciences et des Technologies (SVT), Université de Bergen, Allegaten 34, 5007 Bergen, Norvège, Courriel : anne.blanchard@svt.uib.no

Jean-Paul Vanderlinden

Professeur d’Economie au Centre international de Recherches en Economie écologique, Eco-innovation et ingénierie du développement soutenable (REEDS), Observatoire de Saint-Quentin en Yvelines, 11 boulevard d’Alembert, 78280 Guyancourt Cedex, France, Courriel : jean-paul.vanderlinden@reeds.uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page