Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 10Des ressourcements, des récréatio...La Seine et les loisirs sportifs ...

Des ressourcements, des récréations : des écoulements réinventés par les loisirs

La Seine et les loisirs sportifs : le site rouennais dans l’entre-deux-guerres

Sports and Leisure along the Seine : looking at Rouen during the interwar period.
Charly Machemehl

Résumés

Cette étude de cas s’intéresse aux loisirs sportifs sur la Seine et ses berges, ainsi qu’à la manière dont les Rouennais utilisent et transforment cet espace dans l’entre-deux-guerres. L’analyse des procès-verbaux des délibérations du conseil municipal de la Ville de Rouen, des archives des associations sportives (bulletins d’association, statuts, correspondances, livres de bord), de la presse régionale (Normandie-Sports, Journal de Rouen, La dépêche de Rouen et de Normandie), des fonds iconographiques de la Ville et d’une douzaine d’entretiens de témoins de cette période montrent que la baignade, la natation, le canotage et les sports nautiques sont des éléments importants de la vie urbaine. Il en résulte que les quais de la ville sont prioritairement dédiés aux aménagements commerciaux (portuaires) et industriels implantés dans le centre comme en périphérie, mais l’île Lacroix accueille de nombreuses installations de loisirs (pontons, mise à l’eau, espaces de baignades, plongeoirs). En effet, la plupart des organisations de sport nautiques qu’elles soient commerciales ou associatives se concentrent sur ce site qui offre aux Rouennais un accès privilégié à l’eau. Deuxièmement, l’évolution de l’architecture des installations sportives en Seine illustre les stratégies de leurs concepteurs pour s’adapter aux contraintes du site estuarien. Construire des espaces de pratique normalisés ou organiser des spectacles est si difficile que les Rouennais se tournent vers la construction de grands équipements sportifs nécessitant le soutien de la puissance publique (une piscine, un projet de stade nautique). Enfin, les façons d’éprouver l’espace fluvial sont multiples, comme en témoignent les exhibitions d’exploits sportifs, les descentes de rivières dans un but de performance ou touristique, le canotage et les pratiques contemplatives de la vallée.  

Haut de page

Texte intégral

La Seine et les loisirs sportifs : le site rouennais dans l’entre-deux-guerres.  

1Les historiens s’accordent pour reconnaître l’importance des villes dans le processus de diffusion sur le territoire national de la culture sportive (Arnaud, 1992 ; Rab, 1992 ; Rauch 1989). Ils mettent aussi en exergue l’influence des zones côtières dans l’implantation des loisirs sportifs en France à la fin du XIXe siècle (Munoz, 2008 ; Corbin, 1995). Cependant, avant de gagner le littoral, les fleuves et les rivières constituent le cadre privilégié de développement et d’expérimentation des « plaisirs de l’eau » tels que la baignade, la natation, la pêche à la ligne, le canotage et les sports nautiques (Delaive, 1995 ; Delaive, 2003).

2À partir de l’étude de la ville portuaire de Rouen, cet article appréhende le fleuve comme un espace qui produit ses propres formes de pratiques. Nous verrons aussi comment, dans les années 1920 et 1930, l’essor des loisirs sportifs transforme le ruban d’eau qui traverse la cité.

  • 1  En ligne droite, 68 km séparent l’embouchure du fleuve au Havre et Rouen.

3Située à 125 km de l’embouchure, Rouen est une ville de fond d’estuaire1. Constituée d’un plateau, des coteaux et des fonds plats des vallées, elle « s’est développée en amphithéâtre sur un glacis doucement incliné vers la Seine » (Gay, 1979, 6). Le fleuve est au cœur de la cité comme en témoignent les bateaux arrimés aux quais envahis par les marchandises ou l’animation sur les terrasses des cafés du bord de Seine jusque dans l’entre-deux-guerres (Pessiot, 1982, 283). Tirant parti de la révolution industrielle, le port de Rouen est devenu à la fois l’emblème et le pilier de l’économie locale. Son activité est d’autant plus importante qu’il est le port maritime le plus proche de la capitale. En 1918, le trafic maritime atteint le premier rang français avec 7 411 navires pour dix millions de tonnes de marchandises (Croguennec, 1999 ; David, 2006). Il agrège aussi les établissements textiles et métallurgiques implantés dès le XIXe siècle, ainsi que des usines chimiques et pétrochimiques au lendemain de la Première Guerre (Chaline, 1979 ; Sentilhes et al., 2003). Se pose donc la question de l’intégration des loisirs sportifs dans cet espace industriel.

  • 2  À propos de la logique de répartition des espaces de pratique sportive à l’échelle de la ville voi (...)

4Le fleuve, qui concentre une activité importante, peut aussi être considéré comme une frontière mentale (Joubert, 1988). Loïc Vadelorge (2005, 298) a montré que la prospérité du commerce (le port) et de l’industrie (chimie et coton) sur la rive gauche agit paradoxalement comme un repoussoir pour les Rouennais. La démarcation apparaît à travers la distribution des institutions culturelles - musées, bibliothèques, statues, associations ou encore les salles de spectacles et les cinémas -, que les discours des élus locaux, des écrivains ou des guides touristiques qui font peu de cas de la rive gauche. Depuis la révolution industrielle, la spécialisation des espaces urbains se renforce. Rouen est de plus en plus cloisonnée avec un espace central suréquipé, au nord, à l’ouest et à l’est des quartiers d’habitations à la personnalité bien définie et, au sud, un faubourg industriel ponctué de quelques zones vertes (Cf. figure 1). Au vu de ces caractéristiques urbaines, on tentera d’appréhender la répartition des espaces de loisirs sur la Seine2.

Figure 1. Rouen et ses boulevards 1925

Figure 1. Rouen et ses boulevards 1925

(Source : AMR, Almanach de Rouen)

On voit :  le centre-ville encerclé par les boulevards (en noir); l’île Lacroix, reliée par le pont de Pierre au centre-ville et à la rive gauche industrielle ; l’île Brouilly en amont de l’île Lacroix ; à l’ouest, sur la rive droite les nouveaux bassins Saint-Gervais (représentés en pointillés).

5L’étude s’appuie sur la confrontation de plusieurs fonds et types d’archives. Nous avons pu croiser des informations contenues dans les procès verbaux du conseil municipal de la Ville de Rouen, les archives des associations sportives locales (bulletins d’association, statuts, correspondances) et du Touring Club de France (livres de bords, guides), la presse régionale Normandie-Sports, Journal de Rouen, La dépêche de Rouen et de Normandie, ainsi qu’une douzaine d’entretiens semi-directifs et des fonds iconographiques locaux (photographie de Delaquaize, cartes postales).

6L’analyse de ces documents permet de considérer l’île Lacroix (située légèrement en amont du centre-ville) comme l’espace central où se concentrent la plupart des installations et organisations sportives. Les aménagements des espaces de pratique révèlent les représentations véhiculées par le fleuve. Nous verrons qu’avant la construction d’une piscine, reliée au réseau de distribution d’eau et d’assainissement, plusieurs types de constructions sont aménagés dans le fleuve. Enfin, nous montrerons que l’appel du rivage occasionne différentes formes de pratiques de loisir et donc différentes manières d’éprouver l’espace fluvial.

L’île Lacroix : le lieu central des pratiques nautiques

7L’île Lacroix constitue le haut lieu rouennais des pratiques sportives nautiques dans l’entre-deux-guerres. Ce quartier est densément bâti. S’y trouvent des habitations, des équipements industriels (une usine à gaz, à goudron et des chantiers navals), hygiéniques (les bains-douches) et de loisirs (la salle du Grand Skating Rouennais) et les Folies Bergères (Pessiot, 1982 ; Lefebvre, 2009). C’est donc dans un cadre urbain qui rassemble des activités hétérogènes que les activités nautiques se développent. Trois causes principales permettent d’expliquer le rôle majeur de l’île Lacroix dans l’entre-deux-guerres.

Figure 2. Rouen, l’île Lacroix avant la Première Guerre mondiale.

Figure 2. Rouen, l’île Lacroix avant la Première Guerre mondiale.

De l’aval vers l’amont, le pont de pierre, l’île Lacroix, l’île Brouilly, le Pont aux anglais et l’île aux Cerises. À l’arrière plan, la colline de Bonsecours et sur la droite de la photographie le Cours la Reine (situé sur la rive gauche).  

(Source : ADSM, fonds iconographiques)

  • 3  Le Cours la Reine, avenue bordée d’arbre, est représentée sur la figure 2. Il longe la rive gauche (...)
  • 4  AMR, Délibérations du conseil municipal, 20 octobre 1922.

8La première raison tient à la disparition du Cours la Reine et du port de Yacht, à la Belle Époque. Depuis le milieu du XVIIe siècle, le Cours-la-Reine3, un grand parc arboré situé sur la rive gauche et ouvert au public, constituait un jardin apprécié des Rouennais (Bardet, 1979). Il accueillait l’organisation de manifestations festives (Fraigneau, 1888) et offrait une aire de nage en Seine, entretenue par la municipalité dans l’intérêt des classes laborieuses et dénommée les Bains du galet. À l’issue de la Première Guerre mondiale, sur injonction de l’État, le Cours-la-Reine cède la place à l’industrie. Cette décision nationale suscite des réactions d’élus municipaux soucieux de lutter contre le recul des espaces verts dans la ville, mais en vain4. La disparition du port de Yacht, qui a été créé en 1901 à l’ouest de la ville sur la rive droite, relève du même processus. Malgré l’importance de ses installations – une estacade de 130 mètres de long, reliée à une passerelle de 26 mètres, plusieurs bâtiments et un jardin -, il fait les frais d’un projet d’extension du port de commerce. Son démontage, en 1912, fait de Rouen l’un des rares ports français sans infrastructure pour accueillir les navires de régate, de plaisance et leurs passagers (Croguennec, 2002). Au final, ce sont deux espaces majeurs de pratique qui disparaissent. Les équipements ne sont pas à proprement parler déplacés sur l’île Lacroix, mais celle-ci se présente comme une solution de replis qui s’impose d’autant plus facilement qu’il n’existe pas de servitudes liées au chemin de halage et aux déchargements de marchandises.

  • 5  Rebaptisé depuis Pont Corneille.
  • 6  Entretiens de Messieurs Marquis (pratiquant au Club Nautique Athlétique de Rouen, CNAR) et Lesueur (...)

9Deuxièmement, la position géographique de l’île est avantageuse d’un point de vue fonctionnel. Elle est bien reliée au reste de la ville – à sa rive droite comme à sa rive gauche - grâce au Pont de pierre5 et aux lignes de transports en commun. Cet accès unique par l’ouest de l’île forme un goulet qui contraint le passage des hommes et offre une interface entre la terre et le fleuve. L’île est un point de départ pour le canotage, à la rame et à moteur, et sa position favorise la concentration des installations prévues pour les activités de baignade et de plaisance. Pour les sociétés commerciales, il s’agit d’attirer une clientèle la plus large possible et de satisfaire la demande de loisirs, qu’ils soient sportifs, touristiques ou simple flânerie. Les propriétaires des sociétés qui vendent des biens ou des services sportifs ont tendance à se rassembler dans des espaces centraux, considérant que leur chance de réaliser des bénéfices y est plus importante malgré des charges immobilières plus lourdes (Machemehl, 2011). Ainsi, André Bournisien propriétaire d’un magasin d’équipement sportif situé en plein centre-ville choisit de déplacer son entreprise sur l’île Lacroix dans les années 1930 dans le but d’étendre son activité à la sphère du nautisme. Il crée un atelier de construction et de réparation d’embarcations, loue du matériel et dispense des cours de natation et d’éducation physique. L’activité des associations sportives dépend quant à elle de la capacité de leurs membres à investir leur temps (et parfois leur argent). Par conséquent, la proximité entre les lieux de pratique et les quartiers d’habitation favorise l’implication des adhérents dans la vie associative et permet de contribuer plus largement à la construction et à l’entretien des installations et des équipements6.

Figure 3. Photographie des bains Villers, prise d’une passerelle

Figure 3. Photographie des bains Villers, prise d’une passerelle

(Source : Charles Delaquaize en 1951 ou 1952, BMR).

10Sur cette photo, on observe une installation qui a peu évolué depuis l’entre-deux-guerres. Au plan intermédiaire, on voit la rangée de cabines et les passerelles qui flottent sur l’eau et encerclent la zone de bain surplombée par deux plongeoirs orientés vers l’extérieur de l’enceinte. L’ensemble est relié à la rive par une passerelle. En revanche, le ponton a été modifié. On devine sa présence entre la vingtaine de canoës alignés devant les bains. Au premier plan et à l’arrière plan, des canots de plaisance sont amarrés aux installations fixes, elles-mêmes reliées à la rive par une passerelle. L’industrie portuaire est également visible, à l’arrière plan, on voit des péniches en stationnement et des grues de déchargements sur la rive droite.

  • 7  Même si nous n’avons trouvé aucun texte législatif affirmant ce principe de spécialisation fonctio (...)
  • 8 Suite à la suppression du port de Yacht, le Cercle de Voile de Rouen s’est installé en aval de Roue (...)

11Troisièmement, les pratiques sportives sont le support d’un marquage physique et symbolique du territoire (Augé, 1992). Dans l’entre-deux-guerres, les installations et organisations de nautisme se concentrent sur les abords de l’île Lacroix. Trois ensembles se succèdent sur son quai nord et caractérisent ce lieu7. D’ouest en est, on distingue d’abord la rampe de mise à l’eau de la société de navigation Voile et Hélice de Rouen -VHR (1912)affiliée au Touring Club de France - TCF (1890),les installations de bains de la société de natation Rouen qui nage – RqN (1933), le garage du Canoë Club Normand - CCN (1930), puis les ateliers et le magasin de l’équipementier sportif Bournisien. Tout proche, le long de la rue de l’industrie, se trouvent aussi les locaux et les trois pontons, de l’ancienne Société des Régates – SdR (1847) devenue le Club Nautique et Athlétique de Rouen - CNAR (1924). Et, quelques centaines de mètres plus loin, un troisième ensemble se compose des bains en Seine, du ponton d’embarquement et des ateliers de l’entreprise Villers. Il accueille les adhérents de l’association de natation l’Esturgeon de Rouen - EdR(1907) et de plaisancedes Sports Nautiques de Rouen - SNR (1932)8.

Tableau 1. La concentration des organisations sportives sur l’île Lacroix entre 1847 et 1939.

Associations

Sociétés commerciales

Effectif total

XIXe siècle

SdR/CNAR 1847

-

-

-

-

-

-

1

Belle Époque

SdR/CNAR 1847

EdR 1907

VHR/TCF 1912

-

-

-

-

3

Entre-deux-guerres

SdR/CNAR 1847

EdR 1907

VHR/TCF 1912

CCN 1930

SNR 1932

RqN 1933

Villers 1920

Bournisien ~1930

8

  • 9  Journal de Rouen, 26 juillet 1933.
  • 10  Journal de Rouen, 14 mai 1938.
  • 11  Entretien réalisé avec M. Robert Prieur. Il est né en 1915 et a beaucoup pratiqué la descente de r (...)

12Tout se passe comme si le marquage du territoire par les loisirs sportifs constituait un processus autoentretenu. La concentration des installations apporte un dynamisme qui en appelle de nouvelles. En effet, la polarisation des organisations sportives sur l’île Lacroix renforce les collaborations entre les associations et les entreprises de loisirs. Le propriétaire des bains Villers accroît son activité commerciale en accueillant les sociétés de natation ou de sports nautiques à voile et à moteur, dont il est le trésorier. Pour augmenter le rendement d’une activité saisonnière, il fabrique et met en location des embarcations de tous types (à rame, à voile ou à moteur) qu’il entretient et stocke dans ses ateliers9. Il a aussi construit un ponton capable de supporter 150 embarcations de plaisance10. On retrouve la même configuration à proximité du chaland de l’association « Rouen qui nage »11 adossé aux ateliers de construction et à la boutique d’équipements sportifs de Bournisien. L’objectif de rentabilité de l’entreprise encourage le propriétaire à diversifier son offre de service, à multiplier les pratiques et à allonger la période d’occupation des installations.

  • 12  ADSM 4 M 476 et AMR 3R1 CNAR.
  • 13  Journal de Rouen, 15 novembre 1927.

13Le Club Nautique et Athlétique de Rouen (CNAR) issu de la Société des Régates rouennaises (1847) est acteur de ces transformations. L’abandon du nom de la société pionnière prend acte de mutations qui s’effectuent en trois temps12. La société des régates à vocation festive devient une société de sports athlétiques à partir des années 1870. À la Belle Époque, même si elle reste sous la direction de notables, elle prend ses distances avec un modèle ancien très sélectif. À partir des années 1920, elle attire de nombreux adhérents. En 1925, elle se dote d’installations modernes et confortables qui permettent à soixante-dix rameurs de s’exercer simultanément. Elle propose une large gamme de pratiques – aviron, haltérophilie, musculation, natation, tennis de table et plongeon – et une section féminine est ouverte en 1932. Avec des rameurs de niveau national et international, elle s’affirme comme un grand club omnisports urbain13.

  • 14  Entretiens de Monsieur Marquis, op. cit.
  • 15  Nombre de dirigeants sportifs s’expriment en faveur de la polyvalence et trouvent avec l’hebdomada (...)

14Les trois foyers d’installations – constitués autour des bains Villers, des ateliers Bournisien et de l’association du CNAR – organisent la proximité entre les lieux de canotage et de natation déjà observée en Seine-et-Oise, ou en Franche-Comté (Delaive, 1998 ; Froissart 2006 ; Vivier 1994). La logique omnisports dépasse le simple cadre des pratiques nautiques et inclut également des pratiques terrestres (haltérophilie, éducation physique, tennis de table). Dans un contexte de démocratisation progressive du sport, la concurrence entre les organisations offrant des loisirs sportifs a pour effet de diversifier les disciplines, les équipements et les installations. Les membres des associations et les clients des sociétés n’appartiennent pas (ou plus) seulement aux classes sociales supérieures, comme le montre la fréquentation des associations sportives et celle des bains qui s’adressent aux milieux populaires14. La lutte contre la spécialisation sportive - s’effectuant au nom des valeurs éducatives du sport et en réaction à l’affirmation du spectacle sportif -, contribue également au développement de diverses formes de pratiques15.

  • 16  Ce lieu est bien ancré dans la mémoire des Rouennais qui ont connu cette époque. La plupart des en (...)

15La concentration des organisations sportives nautiques sur l’île Lacroix conduit à la formation d’un lieu central, expression de la modernité de ces organisations et de l’urbanité des pratiques sportives16.

L’utilisation et la transformation sportive des rives

16Voyons comment les sportifs s’adaptent aux contraintes du site de l’île Lacroix et comment ils conçoivent l’aménagement des berges.  

Les contraintes du site

  • 17  Par monts et par vaux. Bulletin amical du Groupe de Touristes Rouennais, Juin 1935.

17Les descriptions du fleuve de l’entre-deux-guerres et les témoignages des pratiquants permettent d’identifier une série de contraintes qui pèsent sur l’organisation de la pratique sportive. La circulation fluviale est intense, le vacarme permanent, et le site est en proie à la pollution atmosphérique (Delarue-Mardrus, 1935). En effet, le fleuve traverse une cuvette formée par les collines et les coteaux rouennais. Les vents d’ouest diffusent les fumées des établissements industriels (Chaline, 1979) et de la navigation. L’eau du fleuve charrie les déchets de l’industrie, parmi lesquels des hydrocarbures17.

  • 18  Il existe en Seine et Oise des sites très attractifs en bord de Seine comme la plage d’Elisabethvi (...)

18Les activités industrielles ne constituent pas le seul obstacle aux divertissements sportifs. Si le fleuve est synonyme de prospérité économique pour la cité, les Rouennais vivent aussi au rythme de ses crues ; malgré l’endiguement et le dragage de l’estuaire, les inondations de 1910 mettent pendant quelques semaines plusieurs milliers de personnes au chômage (Foussard, 2010 ; Chaib, 2010). Hormis ces événements naturels, la température moyenne du fleuve est trop basse pour la baignade en dehors des mois d’été. La Seine reste à Rouen plus inhospitalière qu’en amont18. Les forts courants et l’évolution du niveau d’eau au gré des marées – conséquence de la position de Rouen dans l’estuaire de Seine - rendent l’aménagement des berges difficile et menacent les installations de fortune. Les pratiques nautiques nécessitent pourtant la construction d’équipements pour la mise à l’eau, le stockage des embarcations ou la délimitation d’espaces d’évolution.

  • 19  Archives départementales de Seine-Maritime, 2 OP 1538 /1.
  • 20  Entretien de M. Gagneux (amateur de sport dans les années 1930) et Normandie Sports, 24 janvier 19 (...)

19Le cadre réglementaire limite également l’essor de certaines pratiques. Les ordonnances ou arrêtés de la Ville de Rouen se succèdent pour interdire la nage en Seine19. Leur objectif est double. Il s’agit de garantir à la fois la sécurité et le respect des bonnes mœurs. Au final, depuis 1773 et l’installation des premiers bains d’eau froide rouennais (Dubosc, 1923), il est nécessaire d’obtenir une autorisation pour organiser la baignade. Le principe de l’encadrement des pratiques s’applique, même si les bains sauvages montrent que la règle est quelquefois transgressée20.

20Enfin, certains lieux de loisirs sont mêmes amenés à disparaitre. Pour faciliter la navigation fluviale, on arase des îles et des bras morts. Ainsi, l’île du Petit Guay, située entre le centre-ville et les futurs bassins Saint-Gervais, est rattachée à la rive droite en 1885, alors qu’elle constituait un lieu apprécié des Rouennais.

Les stratégies architecturales

21Les contraintes imposées par le site conduisent à penser les installations sportives -destinées à la baignade, au plongeon, au waterpolo, à la natation ou encore au canotage - comme des abris. La nécessité de se mettre à l’écart du fleuve est un principe qui préside à la réalisation des constructions : il s’agit de se protéger contre la circulation navale, les courants, le vent, la pollution et le froid. Cette conception aboutit à différentes stratégies architecturales privilégiant une implantation sur terre, sur l’eau ou dans l’eau, la porosité des parois du bassin ou son émersion.

  • 21  Dans la longue tradition des établissements de bains Geoges Dubosc parle des bains à fonds de bois (...)
  • 22  Journal de Rouen, 14 mai 1938.

22L’école de natation des « bains Villers » construite à la fin du XIXe est principalement constituée de bois comme beaucoup d’installations en Seine (Cf. figure 3 ; Froissart, 2006)21. Un caisson flottant forme deux bassins, de haute et petite profondeurs, dont les parois poreuses laissent circuler l’eau du fleuve22. Plusieurs traverses surplombent le bassin, renforçant la construction, elles permettent aux maitres-nageurs de suivre leurs élèves suspendus à une corde (Pessiot, 1982). La rangée de cabines qui orne le pourtour de la piscine constitue une enceinte à ciel ouvert qui laisse passer l’air et la lumière tout en protégeant les baigneurs des regards indésirables et des déchets solides charriés par la Seine. Ces aménagements rendent possible la baignade en limitant les inconvénients et les risques d’un bain à même le cours d’eau.

  • 23  Journal de Rouen, 12 juin 1936.
  • 24  Cf. le débat (entretenu par la presse) entre les conseillers municipaux Eugène Hérout et le Docteu (...)

23À partir de 1934, l’association Rouen qui nage (1933) propose une installation sportive qui s’émancipe un peu plus des contraintes du fleuve. Ses adhérents peuvent nager dans un chaland suffisamment grand pour accueillir un vestiaire. Sa cuve constitue un bassin étanche d’un mètre vingt de profondeur dont l’eau, captée dans la Seine, se réchauffe au soleil23. Cela permet d’étendre la période d’utilisation à quatre mois, de juin à septembre. On s’affranchit des contraintes de la nage en eau vive et on se rapproche du modèle du bassin artificiel, sans pour autant profiter des avantages hygiéniques du réseau d’assainissement auquel les Rouennais sont désormais sensibles24.

  • 25  8 000 francs (ou 5136 euros en 2007) et son aménagement a coûté 6 000 francs (3852 euros en 2007), (...)
  • 26  Beunard signale déjà les liens entre la navigation de plaisance et la navigation professionnelle ( (...)
  • 27  Le Canoë Club Normand acquiert une péniche pour en faire un « garage flottant » et stocker ses emb (...)
  • 28  Lettre du trésorier Henriot adressée au préfet de Seine-inférieure, 10 janvier 1930.

24L’amélioration des conditions de baignade est rendue possible grâce à un emprunt technologique à la sphère du travail. Un bateau prévu pour le commerce a été racheté, à bon prix, à la Compagnie générale de navigation HPLM25 et présente plusieurs avantages. Il est par définition conçu pour résister à l’environnement fluvial26. Puis, relié au bord par des passerelles, il permet d’équiper une rive endiguée et soumise au marnage sans avoir à craindre l’inondation. Enfin, la réutilisation du matériel de navigation est peu couteuse et permet de remplacer les installations des associations sportives qui sont généralement précaires. Cette solution - qui sera également adoptée par le Canoë Club Normand27-, limite les dépenses de construction et évite l’achat d’un terrain. Quelques années plus tôt, le Club Nautique et Athlétique de Rouen devait dépenser près de 45 000 francs pour réparer son garage détruit par « la vétusté et les grands vents de l’hiver 1927-1928 »28.

L’impossible normalisation des espaces de pratique  

  • 29  Lors des Jeux olympiques de 1900, malgré les difficultés d’organisation et la concurrence de l’exp (...)

25Les sports nautiques constituent un spectacle apprécié29. Le succès des épreuves des Jeux olympiques de Paris de 1900 et 1924, qui se sont déroulées dans la Seine, l’ont montré. Aux yeux des dirigeants des associations rouennaises, les compétitions présentent plusieurs avantages dont ceux d’attirer de nouveaux sportifs dans leurs rangs et de remplir les caisses des associations grâce aux recettes réalisées. Mais, leur organisation n’est pas sans poser de difficultés.

  • 30  Journal de Rouen, 25 août 1928.
  • 31  Ibid.

26Lors de sa fête annuelle en août 1928, le CNAR organise des exhibitions de natation et de waterpolo30. Se pose alors la question de l’accueil du public. Il s’agit de recevoir un grand nombre de personnes dans les meilleures conditions d’espace, de visibilité et de leur faire payer l’accès au spectacle31. Depuis la disparition du Cours la Reine, les berges de la rive gauche sont bordées de péniches. Les locaux de l’association, implantés sur un quai droit, sont peu adaptés. Il est possible de profiter du spectacle sans entrer dans l’enceinte du club et donc sans payer (Cf. figure 4).

Figure 4. Course d’aviron devant le CNAR

Figure 4. Course d’aviron devant le CNAR

 (Source : Photographie Charles Delaquaize entre 1945 et 1948, BMR)

27Sur cette photo prise depuis la rive nord de l’île Lacroix, on voit le public massé autour de la porte Guillaume Lion, devant le Club Nautique et Athlétique de Rouen et la ligne d’arrivée de la course de huit barré.

On cherche à exploiter de nouveaux espaces :

  • 32  Le bassin Saint-Gervais est créé après la Première Guerre mondiale pour la livraison du vin.
  • 33  Journal de Rouen, 7 août 1928.

« le CNAR désire donner à sa fête un cadre nouveau […]. Au lieu des rives de l’île Lacroix ne pouvant recevoir qu’un public en nombre limité, dans le cadre majestueux de la porte Guillaume-Lion, mais quelque peu déparé par l’estuaire du Robec, le Club Nautique et Athlétique de Rouen espère cette année […] organiser sa fête dans l’un des nouveaux bassins des prairies Saint-Gervais32 »33.

28Dans ce bassin rectangulaire, l’occupation des berges est plus aisée. Le règlement adopté lors d’une seconde édition met en œuvre une organisation fonctionnelle de l’espace. Des places de stationnement sont prévues. Afin de se prémunir contre d’éventuels resquilleurs, aucune embarcation ne peut s’approcher du lieu de la compétition. Pour le confort et la visibilité du public, des tribunes et une sonorisation ont été installées. Enfin, le public est empêché de pénétrer dans les espaces réservés aux sportifs et aux organisateurs.

29La qualité des installations est également mise en cause en 1928. À l’issue de la compétition, les journalistes signalent le mauvais état des plongeoirs. À leurs yeux, ils ne permettent pas aux sportifs de réaliser les meilleures prouesses possibles dans des conditions de sécurité.

  • 34  Journal de Rouen, 18 août 1929.

30L’année suivante la presse annonce juste avant la compétition que des efforts ont été faits : « le tremplin et le plongeoir de haut vol seront conformes au modèle adopté par la fédération »34. Néanmoins, l’intérêt sportif de la manifestation est relatif. Contrariant la logique du spectacle sportif, l’issue du concours est connue d’avance. Maurice Lepage, champion de France, et Billard, champion de Paris, tous deux représentants de la France aux Jeux olympiques d’Amsterdam (1928) assurent des prestations de qualité dans les épreuves de tremplin et de haut vol, mais les sportifs locaux ne sont pas à la hauteur de ces champions de niveau national ou international. Ainsi la manifestation tourne à la célébration de l’élite sportive, dont les performances sont très éloignées de celles des sportifs locaux.

31À l’évidence, la différence de niveau entre les deux catégories d’athlètes montre que les équipements et organisations implantés aux abords de la Seine ne permettent pas de constituer une élite sportive de valeur égale à celle des villes équipées d’une piscine moderne.

La construction de la piscine

32Dans la Seine, la construction d’espaces normalisés de pratique sportive est quasiment impossible. Par conséquent, le besoin d’édifier une piscine se fait de plus en plus ressentir. Elle apparaît comme le moyen de s’extraire des contraintes du fleuve et de pallier aux difficultés posées par son aménagement. Le témoignage d’un nageur du Groupe des Touristes Rouennais (1911), qui se félicite de l’édification d’une piscine à Rouen, en dit long sur les conditions dans lesquelles se déroule la baignade avant 1935 :

  • 35  Par monts et par vaux. Bulletin amical du Groupe des Touristes Rouennais, juin 1935.

« La piscine après laquelle des générations de nageurs ont attendu, est achevée ou presque… Bientôt, nous l’espérons, le public y sera admis, et désormais nous pourrons nous livrer aux joies de la natation sans être contraints d’aller ensuite prendre une douche afin de nous débarrasser du mazout qui souillait notre peau, comme c’était trop souvent le cas après les bains pris en Seine »35.

  • 36  La Dépêche de Rouen et de Normandie, 1er juin 1934 et L’auto, 7 septembre 1935.

33La création de la piscine en 1935 marque la fin d’une époque. Même si les installations d’eau vive ne sont pas abandonnées du jour au lendemain, elles sont déclassées par la piscine. Elle devient, aux yeux de la presse et de son maître d’ouvrage (la municipalité), un emblème de modernité et d’hygiène36. Le bassin équipé, chauffé et sécurisé est homologué par la fédération sportive de natation. Comme la natation et le plongeon sportif n’ont plus lieu en Seine, la collaboration entre les associations et les commerces d’équipements de loisirs est remise en cause. La part de marché de ces derniers est désormais réduite, à l’instar des Bains Villers qui subissent la concurrence de la piscine. Pour les activités de baignades, une séparation s’instaure entre les espaces et les organisations, et fait perdre au fleuve une partie de son attrait.

  • 37  L’expression « Stade nautique » désigne généralement des piscines placées sur le rivage pour la na (...)
  • 38  AMR, Registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, 27 février 1936.
  • 39  Ibid.
  • 40  Ibid.

34Le projet de création d’un « stade nautique »37, évoqué entre 1936-1939, a vocation à redynamiser le développement des activités sportives en Seine. L’un de ses ardents défenseurs, le conseiller municipal et ingénieur des Ponts et chaussées Frédéric Kopp, y voit un double objectif. Il s’agit premièrement de « remédier à Rouen à l’absence d’un stade de natation pour les fêtes nautiques »38. Pour lui, la création d’un nouvel espace sportif en Seine est nécessaire : « une piscine ne peut pas se prêter aux tournois spectaculaires qui, seuls, s’adressant à un public très nombreux, déterminent l’émulation de la jeunesse et incitent à l’apprentissage de la natation »39. Le second but est de pallier « l’absence d’un jardin d’agrément en bordure [du] fleuve »40. Sa proposition consiste à utiliser le bras de Seine qui coule entre l’île Brouilly et l’île Lacroix. Deux batardeaux doivent fermer les deux extrémités du chenal, pour constituer un plan d’eau en forme de quadrilatère d’environ cent mètres sur 150 mètres. Les alentours du bras seraient aménagés pour accueillir les spectateurs. Le public pourrait traverser le bras de Seine soit par les batardeaux soit par un pont pour accéder à l’île Brouilly aménagée en promenade et jardin d’agrément. Mais, le bras de la Seine sera comblé et le projet de stade nautique qu’on a envisagé un temps de construire sur la rive gauche, au Cours la Reine, abandonné.    

L’appel du large

35Frédéric Delaive (1995 ; 2003) a montré comment le désir de rivage conjugué au désir de l’eau confèrent au domaine fluvial un pouvoir ludique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. À la Belle Époque, les colonnes des journaux locaux rendent compte régulièrement de performances physiques qui sont présentées comme des « exploits » et attirent un public nombreux : traversées de la ville à la nage (1909), passages en avion sous le tablier du pont transbordeur (1912), tours d’équilibre et « plongeon de la mort » à plus de cinquante mètres de hauteur (1925). La Seine est un lieu où l’on se donne en spectacle. Lors de ces exhibitions, il s’agit moins d’organiser la confrontation physique dans des conditions équitables et normalisées que de présenter à la foule des manières nouvelles et transgressives d’expérimenter l’espace (fluvial) et la gravité.

  • 41  Notons qu’aucune référence patriotique n’est faite dans l’ouvrage suivant le récit de ce Tour de F (...)
  • 42  Madame Lavoine a rejoint pour cette expédition le duo formé par Jean Lavoine et Gaston Gouy.

36Dans l’entre-deux-guerres, les descentes de rivières, qui sont parfois de véritables « expéditions nautiques », trouvent également un fort écho dans la presse. Les excursions aventureuses au départ de Rouen sont fréquentes. En 1925, André Bournisien effectue en 23 étapes le trajet en canoë Dunkerque – Marseille par les rivières et canaux. En 1926, traversant l’estuaire de la Seine, la Manche et la Tamise, il relie Rouen et Londres. En 1928, il part aussi avec cinq équipiers pour une expédition en Amérique latine de 6 000 km sur le fleuve Amazone. Quelques années plus tard, d’autres expéditeurs s’engagent dans un Rouen-Londres sans assistance. Puis, les Rouennais Jean Lavoine et Gaston Gouy réalisent le premier Tour de France41 en canoë. Ils effectuent un parcours de 4 215 km entre Dunkerque et Marseille (1933). Enfin, ils relient Rouen à Alger (1935)42. L’allongement perpétuel du chemin à parcourir et l’augmentation des contraintes d’autonomie traduisent un goût pour le dépassement des protagonistes.

  • 43  Journal de Rouen, 27 juin 1932.
  • 44  Journal de Rouen, 18 mai 1928.
  • 45  Journal de Rouen, 17 mai 1928.

37Les départs d’expédition deviennent des événements locaux. Selon la presse, 10 000 personnes assistent en 1928 à la mise à l’eau (dans la Seine) des équipages d’André Bournisien, engagés pour un raid de deux années entre le Chili et le Brésil sur le fleuve Amazone. C’est important en comparaison des compétitions nautiques dont les spectateurs ne dépassent pas quelques centaines. Le niveau d’affluence approche celui des derbys de football ou encore des meetings d’aviation43. Les représentants de la Ville, de l’Église et des sociétés savantes sont présents lors du départ des équipages. La presse quotidienne régionale, qui se nourrit largement des faits sportifs, participe pleinement à la construction de l’événement (Ortoleva, 2008). Les journaux locaux, sportifs ou généralistes, couvrent surtout l’expédition durant sa préparation et le départ. Avec emphase, le Journal de Rouen décrit, la façon dont la « mission Bournisien » quitte le port de Rouen, suivie par les rameurs du CNAR, sous les applaudissements et les encouragements du public. Leur escorte « s’éloignait puis s’estompait dans le ciel gris ; ils devenaient imprécis, seules les pagaies gardaient leur rythme précis : on eût dit que des drakkars, montés de fiers Normands, descendaient, Paris conquis, vers la mer ou bien que les esquifs d’Érik le Rouge s’en retournaient à la recherche de l’Amérique inconnue »44. On peut également lire que le raid attire « ceux en qui survit encore ce vieil atavisme viking des ‘conquéreurs’ normands »45. La comparaison entre l’aventure des équipages de Bournisien et celle des Vikings est une figure de style que l’on trouve fréquemment dans les commentaires sportifs de l’époque. Les sentiments d’appartenance au territoire normand trouvent un espace d’expression dans le sport. Suite à la mise en place de compétitions nationales comme la Coupe de France de football (1917-1918), les équipes deviennent les représentantes de leur région.

38L’équipage de Bournisien descend la Seine jusqu’au Havre, où il embarque dans le paquebot transatlantique. Ensuite, seules quelques lettres postales rédigées par les aventuriers permettent de publier des informations sur la traversée en canoë et de maintenir un lien avec les Rouennais entre les mois de mai 1928 et avril 1929. Mais l’expédition se solde par un échec pour l’équipe qui se sépare. Contrairement aux attentes des Rouennais, l’Amazone est en réalité très peu navigable en canoë. Toute l’énergie et l’argent des équipiers sont dépensés dans l’acheminement des équipements. Finalement, la manifestation qui avait été prévue pour fêter le retour des Rouennais n’a pas lieu.

  • 46  Mémento de Tourisme Fluvial, Touring Club de France, Paris, 1930.

39Cette forme aventureuse de canotage est en vogue dans l’entre-deux-guerres. Ce loisir moderne répond au désir d’évasion de l’individu qui, « mène (lui-même) sa barque » pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé (Delaive, 2003). Grâce à l’extension de la construction de plaisance qui offre des embarcations accessibles aux classes moyennes, toutes sortes de canots mus à la rame, à la voile ou à moteur permettent au tourisme fluvial de se développer. Ainsi, le canoë canadien, que l’on peut acheter ou louer sur l’île Lacroix, devient l’outil et le symbole de la popularisation de ce loisir. Par ailleurs, le Touring Club de France, se substituant à la puissance publique, entretient la signalisation en Seine, les anneaux et les descentes à bateaux (Bertho-Lavenir, 2001). L’association parisienne tente aussi, via le travail des commissions et son réseau de délégués, de concilier les intérêts de la batelerie, du tourisme, des sports nautiques, de la pêche et de la natation46.

  • 47  Outre les documents déjà cités, on pense au témoignage d’André Bournisien qui considère très souve (...)
  • 48  Mémento de Tourisme Fluvial, op. cit.
  • 49  Guide nautique du bassin de la Seine, Tome 2, Les Ed. de la revue Camping, Paris, 1935, 240 p.
  • 50  « Le flot arrive à Rouen 6 h30 en moyenne après la marée basse au Havre, le courant est violent pe (...)
  • 51  Baie de Seine. Instructions nautiques. op. cit.
  • 52  Ibid.
  • 53  Mémento de Tourisme Fluvial, op. cit.

40Le ponton installé sur l’île Lacroix (1908) permet l’accostage de petites embarcations et fait de Rouen une ville étape (Cf. figure 5). Les témoignages convergent pour décrire un fleuve difficile à naviguer dans les alentours de Rouen47. Certains guides invitent les propriétaires de bateau, même avec une embarcation à bas fond, à recourir au service d’un pilote48. Le guide nautique du bassin de la Seine met en garde contre les dangers que représentent les hauts fonds et le courant de marée qui se fait sentir jusqu’à Caudebec les-Elbeuf, dernière écluse, à 25 km en amont de Rouen. Le courant atteint fréquemment trois nœuds, mais il est bien supérieur lors des grandes marées. Il faut aussi se méfier de la renverse du courant, entre le flot et le jusant49. Il est recommandé de se munir des horaires des marées de la Seine50. De plus, la circulation commerciale est intense sur cette zone aux paysages industriels. À l’approche de Rouen, les canoéistes peuvent utiliser le bras droit de la Seine, sur onze kilomètres entre Cléon et Saint Crespin, de façon à éviter le plus gros du trafic. Le décor est constitué par les falaises et des îles, arborées mais pas toujours accessibles aux touristes. Dans ce secteur se situent aussi les derniers lieux de camping avant Rouen, sur la rive droite ou sur les îles, et une auberge de jeunesse. Puis, les dix kilomètres suivant traversent les faubourgs industriels de Rouen. L’entrée dans la ville centre se fait par le bras droit de la Seine, où sont implantées les installations de l’île Lacroix. Les pontons des Bains Villers et du Touring Club de France permettent aux bateaux d’accoster moyennant une participation financière. Pour les guides touristiques, l’intérêt de la ville réside dans la richesse de son patrimoine historique. Les curiosités sont nombreuses : cathédrale, palais de justice, églises, horloge, vielles maisons, etc. Il est aussi précisé qu’on trouve tous les services qu’offre une grande ville, des garages, hôtels, ravitaillements et un accès à la gare routière ou de chemin de fer. Toutefois, le camping est impossible et la navigation encore difficile après Rouen : « le port est infernal par le courant et surtout en raison de la navigation intense des péniches, allèges, vedettes, navires, remorqueurs, soulevant un clapotis qui rend intenable les quais »51. Dans les bassins Saint-Gervais, « l’eau et les bords sont couverts de mazout »52. En aval, la Seine s’élargit et les travaux de canalisation du cours d’eau n’ont permis de préservé que quelques îles. Passés une dizaine de kilomètres, le cadre redevient rural. Il est de nouveau possible de planter sa tente dans un camping. La distance entre les villages s’agrandit, ce qui oblige les excursionnistes à prévoir des ravitaillements en conséquence. Le cours d’eau présente aussi de nouveaux dangers. Les effets du Mascaret se font sentir jusqu’à Rouen, mais la vague est particulièrement forte à l’approche de Villequier et de Caudebec en Caux. Sur cette partie du fleuve, le mémento du tourisme fluvial déconseille d’emprunter la Seine avec une petite embarcation53.

Figure 5. Embarcadère du Touring Club de France

Figure 5. Embarcadère du Touring Club de France

Sur cette photographie prise du pont de Pierre, on voit plusieurs bateaux, à moteur ou à voile, accostés au ponton. D’autres ont été remontés à terre par la mise à l’eau. Au plan intermédiaire, on peut observer les trois pontons du CNAR et les passerelles par lesquelles les bateaux d’aviron sont mis à l’eau. À l’arrière plan, on distingue la cote Sainte-Catherine et la colline de Bonsecours.

(Source : carte postale, collection de l’auteur)

41Enfin, le canotage désigne et fonctionne à l’époque comme une forme de dimanche à la campagne (Delaive, 1995). Les îles présentent des paysages bucoliques appréciés des citadins depuis le milieu du XIXe siècle. Avant son rattachement à la rive droite (1885), l’île du Petit Guay en aval du centre de Rouen était un lieu prisé :

« L’île du Petit Guay […] devint pour ainsi dire le conservatoire de la natation. Elle était charmante, du reste cette petite île, rapprochée des quais dont elle n’était séparée que par un bras étroit où venait s’amarrer en un pittoresque désordre, une flottille de petits caboteurs. Partout sur ses rives déchaussées par le flot étaient poussées des oseraies, qui lui faisaient comme une ceinture grise de feuillages légers, dominés à l’extrémité vers Rouen par un groupe de peupliers frissonnants que le peintre Lapostolet, - vrai peintre des îles rouennais, - a plus de cent fois reproduit sur ses tableaux » (Dubosc, 1923).

  • 54  Une carte postale précise que cette île située à 2 km de Rouen est longue d’un kilomètre et demi.
  • 55  Rivière G., Concours de récit de croisière. Croisière en canoë de Pacy-sur-Eure à Rouen et de Féca (...)

42Les Rouennais profitant de l’extension du repos dominical, louent ou achètent des embarcations pour s’adonner à des loisirs de sortie de villes (Sirost, 2009). Dans l’entre-deux-guerres, on trouve l’équivalent de l’île du Petit Guay en amont de Rouen et de l’île Lacroix. On emprunte volontiers une barque pour gagner le cadre champêtre et bucolique de l’île Brouilly, de l’île aux Cerises à Sotteville-lès-Rouen54. On vient passer un moment dans les guinguettes situées sur ces îles et sur les berges de la rive droite dans le quartier d’Eauplet ou à Amfreville-la-Mivoie55. Les citadins rejoignent ainsi un lieu de détente à l’écart de la ville, comme l’exprime le nom donné à l’une de ces guinguettes « Au bout du monde ». Ils s’adonnent à la baignade, à la pêche, au déjeuner sur l’herbe où s‘attablent dans les cafés restaurant en plein-air pour prendre une collation ou un repas à base de poisson de rivière, danser, chanter ou encore participer à des jeux traditionnels (la grenouille, le bilboquet, etc.).

  • 56  AMR, Registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, 27 février 1936.
  • 57  Carte postale ancienne, AMR, Rouen. Les régates. Les tribunes.
  • 58  Rivière G., op. cit.

43Les îles, la côte Sainte-Catherine et les collines de Bonsecours constituent une unité paysagère. Il s’est construit à Rouen une perception relativement homogène d’une vallée verdoyante en bordure de ville. Elle est mise en valeur par la littérature (Dubosc, 1923), la peinture, les photographies et par les discours des élus qui témoignent de leur souci de préserver des espaces verts menacés par l’urbanisation dans l’entre-deux-guerres56. On perçoit ce paysage en s’y émergeant via les loisirs nautiques, et, avec plus de champ, en regardant la Seine de la rive gauche le dos contre le quartier industriel Saint-Sever. Ce panorama s’offraient déjà aux promeneurs du Cours-la Reine avant sa disparition. Il a également été choisi par les organisateurs de régates qui y positionnaient les tribunes de spectateurs sur la rive gauche en amont de l’île Brouilly57. Cet angle de vue n’empêche pas que la cohabitation entre la sphère des loisirs et du travail reste une réalité. Mais sans doute faut-il la distance des excursionnistes arrivant dans la cité en canoë pour percevoir ce que les Rouennais semblent ne plus voir et constater que même à proximité des îles, lieux de plaisirs et de robinsonnades, les péniches sont « amarrées par paquets ». Au milieu du fleuve, les bateaux de commerce et les remorqueurs qui naviguent à bonne vitesse leur semblent des « monstres »58.

Conclusion

44Cette histoire du sport dans l’entre-deux-guerres met en exergue les modalités d’utilisation et de transformation du fleuve par les loisirs sportifs. Trois aspects semblent essentiels et conduisent à le considérer comme un territoire structuré à partir de l’île Lacroix, un site de pratique difficile à aménager et un espace sensible où s’exprime l’appel du large.

45Dans l’entre-deux-guerres, les loisirs sportifs sont implantés dans des espaces laissés vacants par l’industrie portuaire. À proximité du cœur de la ville, l’île Lacroix constitue le lieu central des pratiques. Dans cet espace fortement urbanisé, trois foyers d’installations tirent parti de ce site. Sa position, ses aménagements et sa densité profitent à l’essor des activités sportives nautiques (baignade, navigation, etc.) et terrestres (haltérophilie, tennis de table, éducation physique) qu’elles soient pratiquées selon des modalités récréatives ou compétitives.

46Les aménagements sportifs aux abords du fleuve sont marqués par le souci de s’adapter aux contraintes du site. Les caractéristiques topographiques et physiques du cours d’eau, la règlementation ou encore l’activité industrielle et commerciale sont prises en compte par les différentes générations de bains en Seine. La délimitation d’un espace de baignade le long du Cours la Reine, est remplacée par un caisson filtrant et par un bassin immergé avant que les sportifs obtiennent la construction d’un bassin chauffé relié au réseau de distribution d’eau de la ville, la piscine Gambetta. Les exigences de la compétition ajoutent d’autres difficultés liées à la standardisation des espaces d’affrontement et à l’accueil du public. La piscine est donc perçue comme une alternative à la pratique en eau vive, tout comme le stade nautique qui a été imaginé à la fin des années 1930.

47Enfin, la Seine est un espace sensible. Outre les formes compétitives, on distingue quatre manières d’éprouver l’élément fluvial. Les exploits sportifs tels que le plongeon en Seine du haut du pont transbordeur permettent jouer avec la gravité. Les descentes de rivières sous forme d’expéditions nautiques se fondent sur l’endurance physique et le franchissement de nouveaux espaces. Elles sont fréquentes, attirent l’intérêt de la population à Rouen et contribuent au développement des excursions dont l’objectif est essentiellement la découverte touristique sans but de performance. Enfin, on recourt traditionnellement au canotage dans le cadre des pratiques festives et oisives du dimanche, en allant s’oxygéner sur les îles et les berges de la rive droite qui longent la colline de Bonsecours. Ces pratiques concourent à la construction d’un paysage emblématique. Par les loisirs, s’élabore la perception d’une vallée verdoyante en bord de ville.

48À l’issue de l’entre-deux-guerres, les relations entre le fleuve et les pratiques sportives cristallisent. Après la Seconde Guerre mondiale, aucun projet d’aménagement, ni pendant la reconstruction de la ville bombardée ni après, ne bouleverse l’organisation des pratiques. Les quais ont été rehaussés par les travaux coupant le lien entre la Seine et les Rouennais. Les sports ne profitent guère de l’éloignement du port et de l’industrie vers l’aval pour gagner de nouveaux espaces. Lorsque l’automobile devient accessible à la majorité des foyers, le développement du sport se fait davantage sur le littoral, puis dans les bases de loisirs et de plein air (BAPL), dans les anciennes ballastières mises en eau à la périphérie des villes, au début des années 1980. Depuis, la fin des années 1990 et à lumière des projets de « reconquête du fleuve » et d’aménagement des espaces portuaires en espaces urbains dédiés notamment à la promenade, aux sports de déplacement, au nautisme ou à la flânerie, la compréhension sociale du fleuve redevient un enjeu auquel l’histoire apporte des éclaircissements.

Remerciements

49Nous tenons à remercier pour leur relecture de cet article et leurs conseils avisés Damien Féménias (Université de Rouen), Tony Froissart (Université de Reims), Laure Giffard et Olivier Sirost (Université de Rouen). Nous remercions également les organismes qui ont participé au financement de cette recherche : le Centre d’Études des Transformations des Activités Physiques et Sportives de l’Université de Rouen (CETAPS, EA 3832) et le GIP Seine-aval.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud, P., 1992, Pour une histoire des politiques sportives municipales. Les politiques municipales d’équipements sportifs, XIXè - XXè, Spirales, 5, pp. 11-16.

Augé, M., 1992. Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Seuil, Paris, 149 p.

Bardet, J.-P., 1979, Un dynamisme raisonnable, dimensions, évolutions, 38, Mollat du Jourdin, Histoire de Rouen, Privat, Toulouse, pp. 205-242.

Bertho-Lavenir, C., 2001, Camper en 1900, Ethnologie française,31, 4, pp. 631-640.

Beunard, B., 1996, La plaisance et les régates à Marseille au XIXe siècle, Terret, Histoire des sports, L’Harmattan, Paris, pp. 219-326.

Chaïb, J., 2010, Il y a 100 ans… la crue de 1910, CREA, Rouen, 28 p.

Chaline, J.-P., 1979, D’une guerre à l’autre, 22, Mollat-du-Jourdin, Histoire de Rouen, Privat, Toulouse, pp. 379-400.

Corbin, A., 1995, Du loisir cultivé à la classe de loisir, 26, Corbin, L’avènement des loisirs, Aubier, Paris, pp. 55-80.

Croguennec, M., 1999, L’aménagement du port de Rouen de 1800 à 1940 : contraintes techniques et stratégies, Thèse de doctorat, sous la direction de Michel Pigenet, Université de Rouen, 327 p.

Croguennec, M., 2002, Le centenaire du port aux yachts de Rouen ou le rêve d’un port de plaisance à la rouennaise, Études normandes, 1, pp. 37-52.

David, F., 2006, Et la Seine devint maritime. La Seine et ses bateaux et Rouen et la découverte du monde, CREA, Rouen, 28 p.  

Delarue-Mardrus, L., 1935, Rouen. H. Defontaine, Rouen, 128 p.

Delaive, F., 1995, Les Plaisirs de l’eau, loisirs et sports nautiques en rivière XIXe-XXe siècles. Catalogue de l’exposition du Musée de la Batellerie de Conflans-Sainte-Honorine. Les Plaisirs de l’eau, Association des Amis du Musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine, 36 p.

Delaive, F., 1998, Du Canotage à la vie sur l’eau dans les boucles de la Marne, XIXe-XXe siècles, Clio 94, 16, Créteil, pp. 172-200.

Delaive, F., 2003, Canotage et canotiers de la Seine, genèse du premier loisir moderne à Paris et dans ses environs (1800-1860), Thèse de doctorat, sous la direction d’Alain Corbin, Université de Paris-I, 749 p.

Dubosc, G., 1923, Par ci, Par là, Études de mœurs et d’histoire, Henri de Fontaine, Rouen, 179 p.

Foussard, V., 2010, Évolution morphologique d’un estuaire anthropisé de 1800 à nos jours, GIP Seine-Aval, Rouen, 44 p.

Fraigneau, A., 1888, Rouen bizarre, Schneider frères, Rouen, 259 p.

Froissart, T., 2006, L’impasse du sport rural : la Seine-et-Oise de 1880 à 1939, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 224 p.

Gay, F., 1979, Le cadre géographique, 7, Mollat du Jourdin, Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, pp. 5 - 11.

Joubert, A., 1988, L’autre côté de l’eau, Mise en évidence et étude de la barrière mentale que constitue la Seine entre Rouen et la mer, Mémoire de DEA, sous la direction d’Isac Chiva, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 123 p.

Lavoine, J. et G. Gouy, 1934, Le Premier tour de France en canoë par deux Rouennais. 4215 kilomètres, dont 2 000 en mer, 7 mai-14 septembre 1933, Rouen, 78 p.

Lefebvre, S., 2009, Les folies bergères de Rouen, Fontaine-Le-Bourg, Le Pucheux, 128 p.

Lê-Germain, E. et P. Tétart, 2007, Naissance et développement du spectacle sportif (1880 - 1939), 34, Tétart, Histoire du sport en France. Du Second Empire au régime de Vichy, Vuibert, Paris, pp. 227-260.

Machemehl, C., 2009, Rouen, pratiques et politiques sportives dans l’entre-deux-guerres, Thèse de doctorat, sous la direction de Betty Mercier-Lefèvre et de Jean-Pierre Chaline, Université de Rouen, 538 p.

Machemehl, C., 2011, Aménager et construire. Les espaces sportifs à Rouen sous la IIIè République, European Studies in Sports History, 4, pp. 53-77.

Munoz, L., 2008, Usages corporels et pratiques sportives aquatiques du XVIIIe au XXe siècle, Paris, Montréal, L’Harmattan, 2 vol. , 306 et 276 p.

Ortoleva, P., 2008, Plaisirs ludiques et dynamiques des médias dans le sport de masse, Le Temps des médias, 9, pp. 19-34.

Pessiot, G., 1982, Histoire de Rouen. 2, 1900-1939 en 800 photographies, Éditions du P’tit Normand, Rouen, 319 p.

Rab,S., 1992,L’aménagement sportif de la banlieue parisienne dans les années trente, Spirales, 5, pp. 25-31.

Rauch, A., 1989, Des jeux aux sports, pour une histoire des différences, Cahiers d’histoire, 1, pp. 41-53.

Sentilhes, A., K. Blondel et M. Croguennec, 2003, La ville au risque de ses usines, 1800-1940 : des établissements dangereux, insalubres et incommodes en Seine-Inférieure : catalogue de l’exposition, 10 mars-31 décembre 2003, Conseil général de Seine-Maritime, Rouen, 2003, 86 p.

Sirost O., 2009, La vie au grand air : aventures du corps et évasions vers la nature. Nancy, Presses universitaires de Nancy, 276 p.

Vadelorge, L., 2005, Pratiques et politiques culturelles sous la IIIe République, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 441 p.

Vivier, C., 1994, L’aventure canotière : du canotage à l’aviron. Histoire de la Nautique Bisontine (1865-1930), Thèse de doctorat, sous la direction de Pierre Arnaud. Université Claude Bernard, Lyon, 1141 p.

Haut de page

Notes

1  En ligne droite, 68 km séparent l’embouchure du fleuve au Havre et Rouen.

2  À propos de la logique de répartition des espaces de pratique sportive à l’échelle de la ville voir aussi Machemehl (2011).

3  Le Cours la Reine, avenue bordée d’arbre, est représentée sur la figure 2. Il longe la rive gauche du fleuve entre le Pont Corneille et le Pont aux anglais à l’arrière-plan.

4  AMR, Délibérations du conseil municipal, 20 octobre 1922.

5  Rebaptisé depuis Pont Corneille.

6  Entretiens de Messieurs Marquis (pratiquant au Club Nautique Athlétique de Rouen, CNAR) et Lesueur (pratiquant au Canoë Club Normand, CCN).

7  Même si nous n’avons trouvé aucun texte législatif affirmant ce principe de spécialisation fonctionnelle des espaces, il semble que les pratiques de loisirs sont tolérées dans le bras nord de la Seine tandis que le bras sud est entièrement réservé à la circulation fluviale.  

8 Suite à la suppression du port de Yacht, le Cercle de Voile de Rouen s’est installé en aval de Rouen à Duclair (à 20 km). Le fleuve y est plus large, le paysage rural, ce qui peut expliquer le choix des plaisanciers. En 1931, le cercle de Voile de Seine Maritime y établit son club-house, tout en gardant son siège social à Rouen. Le président du club considère alors que ce site permettra de créer le plus grand port de France et de réunir les sportifs du fleuve comme les sportifs du littoral. Journal de la Marine, Le Yacht, n° 2.5120, 11 juillet 1931.

9  Journal de Rouen, 26 juillet 1933.

10  Journal de Rouen, 14 mai 1938.

11  Entretien réalisé avec M. Robert Prieur. Il est né en 1915 et a beaucoup pratiqué la descente de rivière. Il a été membre du Canoë Club Normand à la fin des années trente.

12  ADSM 4 M 476 et AMR 3R1 CNAR.

13  Journal de Rouen, 15 novembre 1927.

14  Entretiens de Monsieur Marquis, op. cit.

15  Nombre de dirigeants sportifs s’expriment en faveur de la polyvalence et trouvent avec l’hebdomadaire Normandie-sports un relai pour exprimer leur position. On y trouve par exemple des articles sur le sportif incomplet Normandie-sports, 14 juillet 1928.

16  Ce lieu est bien ancré dans la mémoire des Rouennais qui ont connu cette époque. La plupart des entretiens le mentionnent (Machemehl, 2009).

17  Par monts et par vaux. Bulletin amical du Groupe de Touristes Rouennais, Juin 1935.

18  Il existe en Seine et Oise des sites très attractifs en bord de Seine comme la plage d’Elisabethville ou celle de Vilennes-Médan. Le bassin nautique de Meulan est également très réputé.

19  Archives départementales de Seine-Maritime, 2 OP 1538 /1.

20  Entretien de M. Gagneux (amateur de sport dans les années 1930) et Normandie Sports, 24 janvier 1919.

21  Dans la longue tradition des établissements de bains Geoges Dubosc parle des bains à fonds de bois (Dubosc, 1923).

22  Journal de Rouen, 14 mai 1938.

23  Journal de Rouen, 12 juin 1936.

24  Cf. le débat (entretenu par la presse) entre les conseillers municipaux Eugène Hérout et le Docteur Hector Grasset sur la transmission des maladies contagieuses via l’eau des piscines. AMR, Registre des délibérations du conseil municipal de Rouen, 24 octobre 1929.

25  8 000 francs (ou 5136 euros en 2007) et son aménagement a coûté 6 000 francs (3852 euros en 2007), AMR, 5T13.

26  Beunard signale déjà les liens entre la navigation de plaisance et la navigation professionnelle (Beunard, 2003). Il rappelle que depuis longtemps les navires de commerce sont utilisés pour d’autres fonctions que le transport de marchandises, comme pont ou ponton.

27  Le Canoë Club Normand acquiert une péniche pour en faire un « garage flottant » et stocker ses embarcations.

28  Lettre du trésorier Henriot adressée au préfet de Seine-inférieure, 10 janvier 1930.

29  Lors des Jeux olympiques de 1900, malgré les difficultés d’organisation et la concurrence de l’exposition universelle, les épreuves sportives rassemblent 10 000 personnes lors de l’épreuve d’aviron, et durant les trois journées de natation on estime que 20 000, 3 000 puis 5 000 spectateurs sont présents (Lê-Germain et Tétart, 2007). En 1924, les épreuves d’aviron se sont tenues sur la Seine à Argenteuil et certaines épreuves de voile à Meulan.

30  Journal de Rouen, 25 août 1928.

31  Ibid.

32  Le bassin Saint-Gervais est créé après la Première Guerre mondiale pour la livraison du vin.

33  Journal de Rouen, 7 août 1928.

34  Journal de Rouen, 18 août 1929.

35  Par monts et par vaux. Bulletin amical du Groupe des Touristes Rouennais, juin 1935.

36  La Dépêche de Rouen et de Normandie, 1er juin 1934 et L’auto, 7 septembre 1935.

37  L’expression « Stade nautique » désigne généralement des piscines placées sur le rivage pour la natation (Delaive, 1995).  

38  AMR, Registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, 27 février 1936.

39  Ibid.

40  Ibid.

41  Notons qu’aucune référence patriotique n’est faite dans l’ouvrage suivant le récit de ce Tour de France (Lavoine et Gouy, 1934).

42  Madame Lavoine a rejoint pour cette expédition le duo formé par Jean Lavoine et Gaston Gouy.

43  Journal de Rouen, 27 juin 1932.

44  Journal de Rouen, 18 mai 1928.

45  Journal de Rouen, 17 mai 1928.

46  Mémento de Tourisme Fluvial, Touring Club de France, Paris, 1930.

47  Outre les documents déjà cités, on pense au témoignage d’André Bournisien qui considère très souvent que les difficultés qu’il rencontre entre Dunkerque et Marseille sont moins importantes que lorsqu’il navigue entre Rouen et le Havre. Bournisien A., Livre de bord du canoë Bernard monté par André Bournisien et René Fresnaye pendant le raid Dunkerque-Marseille, 1925, Archives du Touring Club de France.  

48  Mémento de Tourisme Fluvial, op. cit.

49  Guide nautique du bassin de la Seine, Tome 2, Les Ed. de la revue Camping, Paris, 1935, 240 p.

50  « Le flot arrive à Rouen 6 h30 en moyenne après la marée basse au Havre, le courant est violent pendant trois heures puis s’atténue ensuite ». Baie de Seine. Instructions nautiques. Groupe plaisance et croisière, Touring club de France, épreuve de la réédition de 1952.

51  Baie de Seine. Instructions nautiques. op. cit.

52  Ibid.

53  Mémento de Tourisme Fluvial, op. cit.

54  Une carte postale précise que cette île située à 2 km de Rouen est longue d’un kilomètre et demi.

55  Rivière G., Concours de récit de croisière. Croisière en canoë de Pacy-sur-Eure à Rouen et de Fécamp aux grandes dalles : 13-14 et 17 septembre, 1923.

56  AMR, Registre de délibérations du conseil municipal de Rouen, 27 février 1936.

57  Carte postale ancienne, AMR, Rouen. Les régates. Les tribunes.

58  Rivière G., op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Rouen et ses boulevards 1925
Crédits (Source : AMR, Almanach de Rouen)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12068/img-1.png
Fichier image/png, 372k
Titre Figure 2. Rouen, l’île Lacroix avant la Première Guerre mondiale.
Légende De l’aval vers l’amont, le pont de pierre, l’île Lacroix, l’île Brouilly, le Pont aux anglais et l’île aux Cerises. À l’arrière plan, la colline de Bonsecours et sur la droite de la photographie le Cours la Reine (situé sur la rive gauche).  
Crédits (Source : ADSM, fonds iconographiques)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12068/img-2.png
Fichier image/png, 611k
Titre Figure 3. Photographie des bains Villers, prise d’une passerelle
Crédits (Source : Charles Delaquaize en 1951 ou 1952, BMR).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12068/img-3.png
Fichier image/png, 153k
Titre Figure 4. Course d’aviron devant le CNAR
Crédits  (Source : Photographie Charles Delaquaize entre 1945 et 1948, BMR)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 5. Embarcadère du Touring Club de France
Légende Sur cette photographie prise du pont de Pierre, on voit plusieurs bateaux, à moteur ou à voile, accostés au ponton. D’autres ont été remontés à terre par la mise à l’eau. Au plan intermédiaire, on peut observer les trois pontons du CNAR et les passerelles par lesquelles les bateaux d’aviron sont mis à l’eau. À l’arrière plan, on distingue la cote Sainte-Catherine et la colline de Bonsecours.
Crédits (Source : carte postale, collection de l’auteur)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12068/img-5.png
Fichier image/png, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charly Machemehl, « La Seine et les loisirs sportifs : le site rouennais dans l’entre-deux-guerres », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 10 | Décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.12068

Haut de page

Auteur

Charly Machemehl

Docteur en STAPS, Chargé d’études et de recherche, Centre d’Étude des Transformations des Activités Physiques et Sportives (CÉTAPS-EA 3832), Université de Rouen, Boulevard André Siegfried, 76821 MONT SAINT AIGNAN Cedex, Courriel : charly.machemehl@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search