Navigation – Plan du site
2012

Après Rio+20, quels systèmes de gouvernance pour quelles durabilités ? Quand planifier devient un exercice démocratique

Les Deuxièmes « Rencontres de Reims » en Sustainability Studies Un événement de l'International Research Center on Sustainability de Reims, du 25 au 27 septembre 2012, Amphithéâtre Recherche (bâtiment 13), UFR Lettres et Sciences-Humaines, 57 rue Pierre Taittinger, 51100 Reims, Université de Reims

Le sommet de Rio sur le développement durable qui se tient cette année fait écho à celui qui eut lieu en 1992. Il est nommé "Rio+20" comme si une trajectoire simple et univoque reliait 1992 à 2012. Pourtant, le monde a profondément changé en 20 ans. Il s'est globalisé et les pôles de création de richesse se sont déplacés. Le décollage économique et politique des pays émergents coïncide aujourd'hui avec une quadruple crise (environnementale, sociale, financière et politique) dans les vieux pays industrialisés. Ce phénomène s'est accompagné d'un écart croissant de richesse et d'asymétries toujours plus grandes entre les pouvoirs d'action des acteurs et des populations, des communautés locales à la planète entière. Par ailleurs, le développement durable, mis en action lors de la conférence de 1992 a largement diffusé dans la société, d'une manière parfois invasive, et son contenu n'est plus exactement le même. Enfin, la conscience des enjeux environnementaux, économiques et sociaux pour notre planète et pour ses habitants a grandement évolué durant ces vingt années. En effet, en août 2012, la Commission internationale de stratigraphie reconnaît que nous sommes entrés, depuis le 19ème siècle, dans une nouvelle ère de l'histoire de la Terre : l'anthropocène, au cours de laquelle l'activité humaine est devenue le principal déterminant de l'état de la planète : de sa biosphère à son sol, de son climat à ses mers. Cela a une grande portée symbolique. Quelle meilleure manière de souligner, dans un monde globalisé, la responsabilité des sociétés humaines par rapport à l'avenir du "vaisseau spatial Terre" pour reprendre l'expression de l'écologue Howard T. Odum ? Les deux grands thèmes du nouveau sommet de Rio, renvoient à ces nouvelles réalités :

  • L'économie "verte" comme outil de réduction de la pauvreté ;

  • Le cadre institutionnel et organisationnel du développement durable.

Il apparaît clairement que le cadre institutionnel actuel du développement durable est mal défini et singulièrement peu efficace, quelle que soit l'échelle considérée. Les instruments nécessaires font défaut. La question récurrente des mécanismes de coordination —qu’il s’agisse du niveau local, régional, national ou international— est loin d'être réglée. Les deuxièmes "Rencontres Internationales de Reims" en Sustainability Studies** apportent leur contribution à ce débat. Quatre mois après Rio+20, leur objectif est moins de comprendre ce qui s'est joué à Rio que d'en discuter la portée, à partir des deux questions suivantes : Quelles gouvernances pour combiner justice sociale et transition à la durabilité ? Avec quelles parties prenantes ? Clin d'oeil de l'histoire, il s'agit donc —en ce tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau— de repenser le contrat social.

Penser ces gouvernances remet, bien évidemment, au goût du jour la planification conçue comme la construction d’un projet démocratique de long terme, saisi simultanément dans ses dimensions sociale, environnementale et spatiale. Il ne s'agit pas d'une planification normative et prescriptrice —avant tout technique— qui a failli dans le passé, mais d'une planification dont les populations concernées sont les acteurs principaux et qui place en son cœur :

  • les systèmes adaptatifs Hommes-Environnements (HES) ;

  • les processus participatifs de construction de la décision politique ;

  • les nouveaux modèles informationnels intégrant l’incertitude.

Cette planification est donc, avant tout, un processus politique répondant aux trois questions suivantes, cruciales pour la mise en œuvre du développement durable : Quelle société souhaitons-nous ? Quels arbitrages entre les objectifs et les intérêts des différents groupes en présence ? Quelles articulations entre les niveaux de décisions ? A ces trois questions, les deuxièmes "Rencontres Internationales de Reims" essaieront d'apporter une réponse.

Programme

Mardi 25 septembre

  • 17h00 : Remise du titre de Docteur Honoris Causa de l'Université de Reims à Rajendra K. Pachauri (Président du GIEC, Directeur de Tata Energy Research Institute (Inde))

Mercredi 26 septembre

  • 9h30 : Accueil autour d’un café.

  • 10h00 : Discours de bienvenue par Gilles Baillat, Président de l'université de Reims

  • 10h20 : Ouverture par François Mancebo (Directeur du Centre de recherche en Sustainability science de Reims)

Conférences inaugurales de la première journée :

  • 10h45 : Scientific Assessment of Climate Change and Policy Options, Rajendra Pachauri (Président du GIEC, Directeur de Tata Energy Research Institute (Inde))

  • 11h45 : Le retour de la main visible : le principe de responsabilité clé de l'action dans l'anthropocène , Ignacy Sachs (EHESS, Professeur Honoraire)

  • 12h45 : Pause déjeuner

Première session :

  • 14h30 : Développement durable : la fin de l'âge de l'innocence. Jean-Charles Hourcade (Directeur du CIRED)

  • 15h15 : 20 après, les "nobles mensonges" en action pour l'élaboration d’une economie verte ? Rathana Peou Van der Heuvel (Directrice Center for Sustainable Development à l'ULAB)

  • 16h00 : Rehausser la capacité d'adaptation aux changements climatiques : la co-construction de l’intervention collective, Christopher Bryant (Directeur du Laboratoire de Développement Durable et Dynamique Territoriale à l'Université de Montréal).

Intervention de notre soutien :

  • 17h30 : Combiner équité sociale et durabilité dans une entreprise industrielle et de services environnementaux : Suez Environnement Thomas Perianu (Directeur Développement durable à Suez-Environnement)

Jeudi 23 Juin

  • 10h00 : Accueil autour d’un café

Conférences inaugurales de la seconde journée :

  • 10h30 : Deepak Nayyar (Ancien Recteur de la Nehru University, Honorary Fellow du Balliol College, Oxford)

  • 11h30 : Nouvelles gouvernances brésiliennes : intégrer la durabilité dans les politiques publiques, Ladislau Dowbor (Pontifícia Universidade de São Paulo, Professeur d’économie)

  • 12h30 : Pause déjeuner

Seconde session :

  • 14h30 : Institutions internationales pour la planification durable a l'échelle régionale: défis et perspectives, Jon-Marco Church (UN, Ruffolo Fellow in Sustainability Science at Harvard University).

  • 15h15 : Dynamiques de gouvernance métropolitaine face aux enjeux de durabilité, Sharam Alijani (RMS Reims)

  • 16h00 : Synthèse : Planification du développement : conditions pour une participation citoyenne accrue, Christian Comeliau (Institut Universitaire d’Etudes du Développement de Genève, Professeur Honoraire)

Clôture de la seconde journée

  • 16h45 : Transition à la durabilité et gouvernances : quelle organisation sociale des processus de prise de décision ? François Mancebo (Directeur du Centre de recherche en Sustainability science de Reims)