Navigation – Plan du site
Anthropisation, domestication, conservation et gestion de la biodiversité et des paysages

La forêt guyanaise, entre valorisation et protection des ressources écosystémiques

Forests in French Guiana, between development and ecosystem protection
André Calmont

Résumés

La forêt guyanaise est un écosystème extrêmement complexe, au patrimoine floristique et faunistique d’une grande diversité. Pendant longtemps, l’exploitation des ressources de et dans l’écosystème était insignifiante et n’avait jamais été pensée dans un cadre de développement durable. Toutefois, la population ayant triplée en une trentaine d’années, passant de 73 000 habitants en 1982 à plus de 220 000 aujourd’hui, la pression des activités humaines sur le milieu forestier est devenue significative, par la production de bois, la chasse, la cueillette, l’agriculture, l’utilisation de la biomasse à des fins énergétiques ou encore l’exploitation aurifère. Les risques environnementaux menacent donc la biodiversité de ce milieu. La prise de conscience de cette situation potentielle a conduit les pouvoirs publics à prendre, dans un contexte international favorable, un certain nombre de mesures en matière de réglementation et de gestion durable et surtout de mise en place d’un réseau d’espaces naturels protégés, dont un récent parc national, le Parc amazonien de Guyane.

Haut de page

Texte intégral

1La Guyane connaît depuis vingt ans une croissance démographique accélérée (400 000 habitants prévus en 2030, contre 220 000 en 2008), accompagnée d’un chômage important et d’une forte dépendance économique. Face à cette situation, la forêt pourrait contribuer davantage à l’économie guyanaise, par un accroissement du prélèvement de bois exploité dans le cadre d’une gestion durable de la ressource forestière, mais aussi par une diversification de la valorisation de ses ressources écosystémiques, en réactivant des usages traditionnels (produits alimentaires, essence de bois de rose) et en s’orientant vers de nouvelles activités comme la production d’électricité à partir de la biomasse ou la bioprospection pour la fourniture de phytomédicaments. Mais compte tenu de la fragilité de ce riche potentiel, l’objectif majeur choisi pour la Guyane consiste dans la préservation de la biodiversité végétale et animale, notamment par la mise en place d’un réseau d’espaces naturels protégés. Deux menaces sérieuses pèsent cependant sur la forêt en Guyane, soient l’exploitation aurifère, en particulier l’orpaillage clandestin, et une chasse excessive. Ces deux phénomènes, en partie liés, pourraient empêcher l’obtention de l’écocertification des bois, ce qui constituerait un handicap commercial important. Entre la logique économique et la logique écologique, il est sans doute possible de trouver une voie pour un développement dans le respect de l’environnement, même si la mise en œuvre du Parc amazonien de Guyane a montré la difficulté de faire coexister valorisation et protection des écosystèmes.

Un écosystème complexe, riche, mais fragile

  • 1 Il ne sera pas traité ici des mangroves, côtières ou d’estuaire (environ 70 000 ha), forêts inondée (...)

2Soumis à un climat tropical chaud et humide toute l’année et à des impacts humains encore relativement limités sur le milieu naturel, la Guyane possède un couvert forestier de huit millions d’hectares, soit 95 % de la surface de ce département français d’outre-mer. Les formations non forestières, peu étendues, occupent en majeure partie la zone côtière tandis que la zone intérieure est essentiellement le domaine de la forêt sempervirente ombrophile. La limite entre milieux forestier et non forestier n’est d’ailleurs pas très nette puisque les savanes côtières sont parsemées d’îlots forestiers et de forêts galeries tandis que les formations herbacées des marais sublittoraux cèdent la place par endroits à de vastes forêts marécageuses1.

Un massif forestier complexe

3Derrière l’apparente uniformité du moutonnement vert qui s’étale à perte de vue, la forêt guyanaise montre une grande complexité structurelle, spatiale et floristique. Au stade climacique, la forêt humide présente trois strates de végétation, autour de quinze, trente et quarante mètres. La strate supérieure constitue une voûte continue, la canopée, d’où émergent quelques arbres de 50, voire 60 mètres de haut (Figure 1). Le sous-bois est sombre et peu développé et, du fait de la course à la lumière, les fûts des arbres sont élancés, souvent pourvus de contreforts ou « acabas » qui améliorent la stabilité.

Figure 1. Structure de la forêt climacique

Figure 1. Structure de la forêt climacique

Source : Philippe Joseph, d’après Oldeman

4La complexité est également aréolaire, en fonction de l’altitude, du profil géologique ou du drainage. En effet, la Guyane présente quelques sommets tabulaires, entre 600 et 900 mètres, couverts d’une cuirasse latéritique. À ces altitudes, pourtant relativement modestes, la forêt de plaine cède la place à une végétation qualifiée de « submontagnarde à nuages » (de Granville, 2002) qui présente une futaie haute et majestueuse sur les pentes et une forêt basse et broussailleuse sur les sommets et les crêtes, mais qui est surtout caractérisée par la prolifération de fougères, de mousses et d’épiphytes.

5Selon la nature du substrat, même si les variations sont subtiles, on peut distinguer les forêts sur schistes, quartzites et conglomérats qui sont de hauteur moyenne à haute, les forêts sur roches éruptives basiques qui sont parmi les plus élevées et les plus belles de Guyane. Les forêts sur roches granitiques qui occupent la majeure partie du pays sont généralement moins hautes que les précédentes, avec des aspects très variés selon la pente et le site. Dans les bas-fonds à mauvais drainage on trouve, comme dans la plaine côtière, des forêts marécageuses : forêts plus pauvres en espèces, dominées par les Palmiers, notamment le Wassaï ou Pinot (Euterpe oleracae) dont le cœur est récolté pour l’industrie agroalimentaire, et où se mêlent quelques grands arbres comme le yayamadou (Virola surinamensis) ou le manil (Symphonia globulifera). Des forêts ripicoles occupent les berges des cours d’eau importants : aux essences de terre ferme se mêlent des arbres inféodés aux bas de pente humides comme le wapa (Eperua falcata), dont les gousses plates en forme de faucilles pendent au-dessus de l’eau.

Une biodiversité exceptionnelle

6Par son appartenance à l’ensemble amazonien, la forêt guyanaise abrite une riche biodiversité. Elle a été très peu modifiée par l’homme qui ne l’a exploitée que dans ses parties les plus accessibles du nord, sous forme d’une cueillette très disséminée. Pour ces raisons, elle constitue un patrimoine naturel exceptionnel (Fleury, 1999) qui offre une grande diversité d’essences forestières : 1 600 espèces ligneuses inventoriées (130 en France métropolitaine), à raison de 200 à 300 espèces présentes à l’hectare. Au total, on recense 400 espèces de grands arbres, dont plus de 70 essences exploitées pour le bois d’œuvre, le volume de bois sur pied étant de 350 m3/ha. Globalement, il n’y a pas de différenciation floristique dans la forêt guyanaise en termes d’espèces dominantes, mais il y a des modifications progressives. Ainsi, dans l’est du pays (secteur Régina-Saint-Georges), l’Angélique (Dicorynia guianensis) et le Balata (Manilkara bidentata) dominent très largement, tandis qu’au centre, dans le secteur de Bélizon, ces essences sont sous-dominantes et on trouve davantage de gonfolo (Qualea albiflora). Dans l’ouest (secteur de Saint-Laurent-Mana), la diversité est beaucoup plus grande, avec du parcouri (Platonia insignis) et de l’amarante (Peltogyne sp.) qui s’ajoutent aux essences précitées. La biodiversité de la forêt guyanaise a certes l’avantage d’une grande diversité de bois, dans la dureté, dans la résistance à l’humidité ou aux insectes, dans la couleur, mais elle présente l’inconvénient d’une grande dispersion des essences (Figure 2). Il n’y a guère que l’angélique qu’on trouve en regroupement, ainsi que le gonfolo dans une certaine mesure. Il faut ajouter qu’à côté des arbustes et arbrisseaux inféodés au milieu, les arbres servent de support à un grand nombre de lianes et d’épiphytes, dont les orchidées (plus de 400 espèces en Guyane), pour ne citer que cette famille.

Figure 2. Diversité des essences forestières

Figure 2. Diversité des essences forestières

7De même, la Guyane présente un riche patrimoine faunistique, dont 188 espèces de mammifères et autant de reptiles, 480 de poissons d’eau douce, 740 d’oiseaux, 350 000 d’insectes connus. Parmi les mammifères, on distingue des singes arboricoles (kwata/Ateles paniscus, singe hurleur/Alouatta seniculus, capucin/Cebus apella), des félins (jaguar/Panthera onca, puma/Felis concolor, ocelot/Felis pardalis), des ongulés (tapir/Tapirus terrestris, cariacou/Mazama americana), sans compter la faune spécifique des rongeurs (agouti/Dasyprocta leporina, pac/Agouti paca, cabiai/Hydrochoerus hydrocaeris) et des édentés (tatou/Dasypus novemcinctus, tamanoir/Myrmecophaga tridactyla).

8En relation avec cette biodiversité exceptionnelle, l’usage des plantes forestières, ligneuses ou non, par les populations locales est extrêmement diversifié et les plantes alimentaires, médicinales, aromatiques ou cosmétiques sont une ressource importante de la Guyane, moins sur le plan économique que pour leur utilisation domestique et artisanale. Leur valorisation, tant par les sociétés traditionnelles que sur le plan industriel, constitue un enjeu important de la biodiversité (Fleury, 2003). La cueillette des plantes à grande échelle pose cependant un problème d’ordre environnemental. En effet, l’augmentation des prélèvements sur le milieu naturel entraîne un appauvrissement, voire même un épuisement de la ressource, à l’exemple de la Salade coumarou (Mouera fluviatilis), une plante inféodée aux rapides des fleuves, utilisée en cosmétique comme hydratant de certains produits. Si les deux secteurs des compléments alimentaires et de la cosmétique apparaissent les plus porteurs, l’exploitation à grande échelle par prélèvement sur le milieu naturel suppose des études de bio-écologie sur les ressources exploitées pour apprécier l’impact du prélèvement et leur vulnérabilité.

9Les populations locales pratiquent ainsi traditionnellement la cueillette de produits forestiers pour la pharmacopée ou l’alimentation (fruits, cœurs de palmier). Les usages liés à la matière ligneuse consistent dans la fabrication de charbon de bois ou la construction des habitations et pirogues, tandis que la pratique de la culture itinérante sur brûlis (appelée « abattis »), de la chasse et de la pêche en rivière relèvent de l’écosystème. L’exploitation de la gomme de balata et l’extraction d’essence de bois de rose (Aniba rosae odora) ont connu un rôle majeur entre la fin du XIXe siècle et les années 1930 ; ces deux productions ont aujourd’hui disparu. À côté de la filière bois, la forêt est aujourd’hui exploitée pour ses ressources génétiques, énergétiques (centrale thermique de 3 MW mise en service à Kourou en 2009) et écotouristiques (environ 150 000 touristes par an).

Mise en valeur sylvicole et gestion forestière durable

10La surface boisée appartient presque exclusivement au domaine privé de l’État qui, pour des raisons historiques, possède la quasi-totalité des terres du pays (Calmont, 2000). La gestion de ce domaine forestier a été confiée à l’Office national des forêts (ONF), par un décret de mars 1967 réactualisé en mai 1995, y compris pour les zones forestières appartenant au Conseil général (8 700 ha) ou au CNES, Centre national d’études spatiales (48 500 ha). Les propriétaires privés de forêts ne totalisent que quelques dizaines de milliers d’hectares.

Une exploitation forestière irrégulière et non réglementée

  • 2 Mis en place en 1852, le bagne de Guyane qui reçut, jusqu’en 1937, plus de 68 000 forçats de tous s (...)

11L’exploitation forestière a débuté dès la colonisation avec le commerce des bois de couleur et des bois de marine, certains bois précieux, comme l’Amourette (Piratinera guianensis), ayant été surexploités dans les secteurs accessibles proches de la côte et des fleuves. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l’administration pénitentiaire2 développa un réseau de camps ayant une importante activité d’exploitation et de transformation du bois. De la fin du bagne à 1960, l’exploitation forestière connut une activité limitée malgré la mise en place de la départementalisation en 1946. La construction du Centre spatial guyanais (CSG) et l’installation en Guyane de nombreuses entreprises forestières ayant quitté l’Afrique à la suite des mouvements de décolonisation changèrent radicalement cette situation. En une décennie, la production de grumes tripla, passant de quelque 20 000 m3 à plus de 70 000 m3 pour retomber ensuite à environ 35 000 m3 au début des années 1970.

  • 3 En 1975, le gouvernement français lance, dans le cadre du VIIe Plan (1976-1980) une vaste opération (...)

12Avec la mise en place du « Plan vert », de vastes surfaces de plusieurs dizaines de milliers d’ha furent attribuées à des exploitants forestiers qui reçurent d’importantes subventions de l’État pour réaliser les dessertes routières afin de mobiliser la ressource ligneuse3. Peu de contraintes d’exploitation furent imposées aux bénéficiaires des permis, en dehors d’une redevance superficiaire et d’une redevance volumétrique. La production de grumes grimpa à 120 000 m3 à la fin des années 1970, se stabilisa entre 80 et 100 000 m3 dans les années 1980, avant de retomber à environ 60 000 m3 dans les années 1990 et 2000 (depuis 2005, la production semble enregistrer une certaine croissance, avec 80 00 m3 en 2009). Jusqu’à cette époque, la forêt fut toujours exploitée sur un mode de cueillette non planifiée en fonction des produits recherchés par les titulaires de permis pour répondre aux opportunités d’un marché local limité et irrégulier.

La mise en place d’une gestion durable de la ressource forestière

  • 4 L’ordonnance de 2005 établit un code forestier spécifique pour la Guyane, adaptation du code métrop (...)

13Malgré son statut de département, il a fallu attendre 2005 pour qu’un code forestier soit établi4. La totalité de la gestion du territoire forestier de l’État était confiée à l’ONF. En 2007, une partie de cet espace passe sous gestion du nouveau Parc amazonien de Guyane (PAG). En 2008, les décrets d’application de l’ordonnance de 2005 précisent que le code forestier ne s’applique que sur une bande de 70 km de large en moyenne dans le nord du pays, entre la zone littorale (hors du champ de compétence du code forestier) et une bande intermédiaire précédant le PAG, soit un « domaine forestier permanent » de 2,4 millions d’ha au lieu des quelque 5,5 millions d’ha sur lesquels le code pourrait s’appliquer. Cette réduction de l’espace soumis au code forestier peut être interprétée en termes d’image et d’impact politique : il semble que l’État ait voulu éviter une mobilisation des élus qui auraient pu voir le code forestier comme une nouvelle série de contraintes entravant le développement du pays. De toute façon, la bande intermédiaire est actuellement inaccessible à l’exploitation forestière, même à moyen terme et, de surcroît, c’est une zone soumise à une intense activité d’orpaillage.

14Dans ce schéma général, existent cependant des situations particulières. Par exemple, le code forestier peut être étendu dans la zone littorale, lorsque des études ponctuelles montrent que certains secteurs présentent un grand intérêt pour la biodiversité : c’est le cas de la zone autour de la réserve naturelle du Grand Matoury, soumise au code forestier. De même, certains secteurs peuvent être soustraits du « domaine forestier permanent », comme ceux du bourg de Saint-Élie et du Dégrad Petit-Saut (il s’agit là d’espaces de vie qui, comme dans la zone littorale, sont destinés à recevoir des aménagements en fonction du développement de la population).

  • 5 Il ne pourrait pas y avoir de défrichement, pour créer des lotissements par exemple.

15Par ailleurs, il est prévu que des secteurs du « domaine forestier permanent » soient transférés gratuitement aux communes. Cette rétrocession gratuite ne pourra cependant s’effectuer que dans le cadre d’une gestion durable de ces nouvelles forêts communales et avec toujours l’ONF comme gestionnaire5. Certaines communes semblent déjà intéressées par ce transfert de propriété, notamment Saint-Laurent, Régina et Matoury : les habitants des deux premières ont des relations très fortes avec le milieu forestier et les municipalités souhaitent montrer leur implication vis-à-vis de ce milieu ; pour Matoury, il s’agit de récupérer toute l’auréole forestière autour de la réserve du Grand Matoury, actuellement cogérée par l’ONF et la municipalité.

16Mise en place officiellement en 2008, cette politique ne s’est véritablement concrétisée qu’avec les « Directives régionales d’aménagement » du 2 mars 2010. Le « domaine forestier permanent » a été divisé en une quinzaine de massifs forestiers couvrant chacun en moyenne 200 à 300 000 ha (en réalité, la surface est très variable, car le principe du découpage est basé sur l’homogénéité d’interfluves séparés par des cours d’eau importants). Chaque massif forestier est lui-même divisé en secteurs d’exploitation forestière d’environ 2 000 ha, en fonction de la topographie et de la présence de criques (ruisseaux et petits cours d’eau), eux-mêmes subdivisés en parcelles d’exploitation.

  • 6 En réalité, ce travail d’inventaire avait été entamé par l’ONF dès le début des années 2000.

17À partir de ce découpage, l’ONF réalise un diagnostic d’aménagement forestier : transect sur plan pour inventorier globalement la ressource, repérage des points de passage (cols, criques) puis intervention sur le terrain pour confirmation (Brunaux, 2003)6. L’inventaire des tiges exploitables se base sur les critères d’essences (48 essences commerciales courantes), de diamètre (55 cm minimum), de qualité (fût bien droit et bien conformé). Pour chaque secteur, l’ONF prévoit la réalisation de routes forestières de desserte qui sont incluses dans un plan général et cohérent à l’échelle du département, les travaux étant programmés prioritairement en fonction des besoins. Pour cela, l’organisme établit un programme de travaux sur cinq ans, financé par des crédits européens. L’ONF reçoit ainsi de l’Europe 1,1 million d’euros par an (non compris les crédits d’aide pour les inventaires), à quoi s’ajoutent les fonds propres de la structure, soit un total de 1,6 million par an pour la construction de pistes forestières. Sachant que la construction d’un kilomètre de route coûte environ 30 000 euros, l’ONF peut ainsi réaliser 40 à 45 kilomètres de pistes nouvelles par an, sans compter l’entretien des pistes existantes.

  • 7 Le dispositif expérimental de Paracou, installé près de Sinnamary à la fin des années 1970, avait p (...)

18Il n’y a plus de concession forestière accordée aux entreprises qui les exploitaient comme bon leur semblait. Désormais, l’ONF établit avec elles une charte d’exploitation forestière : ce sont les arbres qui sont attribués à l’exploitant et non la parcelle. Tous les produits vendus sont identifiés par une plaquette apposée sur chaque arbre, repéré au GPS. Selon le modèle d’exploitation expérimenté à Paracou par le Centre technique forestier tropical (CTFT), devenu aujourd’hui le CIRAD-Forêt, après l’abattage de cinq arbres sur un hectare, la reconstitution de la forêt est totale au bout de 65 ans7. Lorsqu’un exploitant obtient une parcelle, il est tenu d’acheter tous les arbres identifiés de cette parcelle, car l’exploitation suppose un impact environnemental du matériel (bulldozer, skidder ou tracteur forestier, grumier) et il ne faudrait pas revenir sur la parcelle avant au moins 50 ans. À titre d’exemple, sur une parcelle de 204 ha, dans le massif forestier dénommé « Régina-Saint-Georges », dans l’est du pays, ont été recensés 1 192 arbres exploitables (5,8 arbres/ha), dont 423 angéliques (35 % du total) et une densité de 2 angéliques à l’hectare (en réalité, 2 à 3 angéliques/ha, car seuls les deux tiers d’une parcelle sont exploitables, les parties proches des criques étant inaccessibles).

  • 8 Commencé au début des années 1970, l’interminable chantier de la route nationale n° 2 (190 km), dit (...)

19Il faut signaler que dans l’ouest, en raison d’un climat plus sec et d’une exploitation plus ancienne (époque pénitentiaire, desserte routière), la densité d’arbres exploitables est en général plus faible et si dans l’est, l’ONF attribue les parcelles avec un minimum de 5 tiges/ha, il descend à 3,5 tiges/ha dans l’ouest. D’ailleurs, on observe un déplacement de l’exploitation forestière de l’ouest vers l’est. En effet, depuis les décolonisations africaines, l’exploitation a été intensive dans l’ouest, notamment dans la région des sables blancs (entre Iracoubo et Saint-Laurent) dont les sols égouttés conviennent bien au gonfolo. La route nationale n° 2 est beaucoup plus tardive et n’a donc impulsé l’exploitation forestière que très récemment8.

  • 9 La sylviculture avait commencé en 1976, en relation avec les projets industriels de production de p (...)

20Pour aborder le problème de la grande dispersion naturelle des essences, la sylviculture a été expérimentée (Demenois, 2003), mais toutes les tentatives de plantations d’arbres ont abouti à un échec : il semble que les essences se protègent les unes les autres et la plantation ne peut pas reproduire les combinaisons interactives de la nature9. En monoculture ou même en biculture, les arbres dépérissent, en particulier les essences qui se développent sous couvert forestier : la germination des graines exige la lumière des chablis, puis croissance et développement se réalisent sous ombre. La reproduction de ce contexte serait très coûteuse alors que, finalement, l’exploitation de cinq tiges à l’hectare reproduit les chablis spontanés.

Pratiques cynégétiques et protection de la faune forestière

21L’intérêt pour la problématique de gestion et de conservation de la faune sauvage est récent en Guyane. Depuis quelques années en effet, divers organismes s’impliquent et, avec le soutien du ministère chargé de l’environnement, des études sont lancées sur le rôle et l’impact de l’homme sur les populations animales et sur la recherche d’outils adaptés pour la gestion et la conservation de la faune sauvage.

Situation actuelle de la chasse en Guyane

  • 10 La méthode utilisée pour ces relevés de terrain est l’indice kilométrique d’abondance (IKA, ou nomb (...)

22Il faut d’abord constater l’état parcellaire des connaissances scientifiques sur la question. Trop peu de connaissances biologiques et écologiques sont disponibles pour étayer une problématique de la pression de la chasse sur l’écosystème forestier. On ne dispose d’aucune donnée fiable, ni même d’aucune donnée quantitative sur la dynamique des populations animales : taux et époques de reproduction, tables de survie, abondances, régimes alimentaires, modes d’utilisation de l’habitat restent à étudier pour la plupart des espèces chassées. Pour chercher à évaluer la densité sur un espace donné, la DIREN a mis en place, en 2009, une douzaine de sites sur lesquels seront programmés des retours tous les trois ou quatre ans10. L’organisme cherche également à établir des fiches sur le gibier (connaissance des périodes de reproduction par exemple) afin de déterminer ce qui peut être appliqué.

23Sur le plan réglementaire, la législation française sur la chasse spécifie que les dispositions prévues ne s’appliquent pas en Guyane. Il n’existe donc en Guyane ni permis de chasser, ni organisation ou système d’identification des chasseurs, ni saison de fermeture. La chasse est autorisée pour tous, de jour comme de nuit, sur l’ensemble du territoire, à l’exception des réserves naturelles intégrales et de certaines espèces protégées, dans le cadre de la Convention de Washington dont la France est signataire. Il n’y a donc pas, comme en métropole, de fédération de chasseurs qui délivre des autorisations de chasse et qui organise l’activité en s’appuyant sur les associations locales. Seules existent deux associations, à Cayenne et à Mana, qui ne regroupent qu’un très petit nombre de chasseurs du Département (une vingtaine d’adhérents chacune).

  • 11 Il est symptomatique que le début de la réglementation date des années 1980, période qui connaît un (...)
  • 12 Dans certains cas, la limite entre chasse commerciale et chasse de subsistance n’est pas toujours n (...)

24Le contexte socioéconomique et culturel local reste bien entendu fondamental. La chasse demeure en Guyane une activité extrêmement vivante, même si, au cours des trente dernières années, elle a profondément changé de nature. D’activité de subsistance ravitaillant des communautés et des familles rurales, elle est devenue, par endroits, une activité lucrative dont les produits sont destinés à des populations qui ne vivent plus dans et de la forêt, mais dont les références au monde forestier restent fortes. De toute façon, la croissance rapide de la population en Guyane va augmenter logiquement le nombre de chasseurs et la pression de la chasse sur le milieu11. Il existe ainsi plusieurs types de chasse, et donc de chasseurs, la chasse traditionnelle de subsistance pratiquée surtout dans l’intérieur, la chasse loisir pratiquée par les populations citadines de la zone côtière, la chasse commerciale qui s’est énormément développée dans les secteurs d’orpaillage12. La ponction de la chasse de subsistance n’affecte pas l’équilibre faunistique, car elle applique une certaine autorégulation, liée en partie à des pratiques traditionnelles. En revanche, dans les zones d’orpaillage clandestin où le gibier constitue la base de l’alimentation carnée, il semble bien que la faune forestière soit profondément affectée. On constate d’ailleurs que les populations animales se reconstituent dans les secteurs où l’orpaillage clandestin a été éradiqué (région de Saül ou de Saint-Elie, par exemple). Il est fort possible que dans les zones non ou peu fréquentées, l’équilibre faunistique soit maintenu. Il faut rappeler que la chasse ne se pratique que sur une bande d’environ cinq kilomètres de part et d’autre d’un cours d’eau navigable (ou d’un layon carrossable), car il faut rapporter les produits chassés à dos d’homme.

25Les gros gibiers sont naturellement les plus recherchés par les chasseurs pour des raisons de rentabilité, mais ce sont aussi souvent les plus vulnérables de par leur faible taux de reproduction. La femelle du tapir fait un petit tous les deux ans, la femelle du kwata tous les quatre ans et leur maturité sexuelle est respectivement de quatre et six ans, tandis que l’agouti fait deux petits par an avec une maturité sexuelle de six mois. Les mammifères les plus chassés sont les ongulés (pécari, tapir) et les singes (kwata et capucin en particulier). Pour les singes, la demande est forte, car c’est une viande appréciée, y compris par les chasseurs eux-mêmes et leurs proches. Il en est de même pour les oiseaux, les plus chassés étant les grosses espèces (Hocco/Crax alector, Agami/Psophia crepitans, Marail/Penelope marail) ou ceux qui volent en groupe comme les perroquets.

  • 13 L’ancien village aurifère de Bélizon, sur le Comté, se situe au bout de 70 km de piste à partir de (...)

26Par ailleurs, dans la partie septentrionale du pays, l’exploitation forestière a un impact sur la faune ; non pas tant par la modification structurelle de la forêt et une certaine perturbation des habitats, mais par l’ouverture de pistes qui facilitent l’accès des chasseurs à la ressource cynégétique. La route a donc une incidence sur la faune forestière, d’où la problématique de la route Bélizon-Saül qui a fait partie du PAPA (Plan d’accompagnement du Parc Amazonien) : en échange de l’acceptation du Parc Amazonien par les élus, l’État s’est engagé à financer la réalisation d’une piste jusqu’à Saül, projet que la majorité de la population guyanaise semble approuver13.

Vers une gestion de la faune sauvage en Guyane

  • 14 Les espèces autorisées à la chasse et au commerce sont désormais moins d’une dizaine : le cabiaï, l (...)

27L’essentiel de la réglementation est basé sur l’arrêté ministériel du 15 mai 1986 qui fixe des listes d’oiseaux, de reptiles et de mammifères faisant l’objet de statuts particuliers (Richard-Hansen, 2003). Pour chaque classe précitée sont listées les espèces totalement protégées (article 1) : parmi les mammifères, les félins (jaguar, puma, ocelot), des singes (kwata, saki/Pithecia pithecia), des édentés (grand fourmilier ou tamanoir, tatou géant/Priodontes maximus), etc. Parmi les 140 espèces d’oiseaux protégées sur un total de plus 700, les aras (Ara ararauna, Ara macao, Ara choroptère), l’ibis vert (Mesembrinis cayanensis), le coq de roche (Rupicola rupicola), etc. Une certaine souplesse a été introduite avec une catégorie intermédiaire (article 2), qui se situe entre les espèces totalement protégées et les espèces autorisées à la chasse et à la commercialisation14. Il s’agit d’espèces autorisées à la chasse, mais pas au commerce, qui ne peuvent être chassées que pour la consommation familiale : les toucans ou d’autres oiseaux comme le hocco, le marail ou l’agami, des singes comme le singe hurleur, le tamarin (Saguinus midas) ou le saïmiri (Saïmiri sciureus), ainsi que le tapir depuis 2007. En effet, jusqu’à cette date, ce dernier était autorisé au commerce et il n’était pas rare d’en trouver dans les surfaces commerciales. La commercialisation des espèces autorisées est plus précisément réglementée par l’arrêté ministériel du 27 mars 1995, et des arrêtés préfectoraux peuvent définir des périodes pour la commercialisation. Toutes ces mesures de protection ont un impact sur le commerce formel puisqu’on ne voit plus dans les restaurants que la chair des animaux autorisés au commerce, grâce aux contrôles de la DSV (Direction des services vétérinaires) et de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) ; mais le commerce informel reste important.

28En Amérique du Sud, certains pays comme le Brésil, l’Équateur ou la Bolivie ont une politique extrêmement protectionniste, qui interdit pratiquement toute chasse autre que de subsistance et tout commerce de faune sauvage. Mais la politique orientée vers une combinaison de la protection et de l’utilisation rationnelle des ressources se renforce actuellement dans la plupart des pays, reflétant la politique internationale d’utilisation durable des ressources.

  • 15 Les Businenge sont les descendants d’esclaves africains fugitifs du Surinam, qui avaient trouvé re (...)

29Cependant, le décalage entre la réglementation et les traditions reste fort, car la problématique de la ponction sur la faune correspond, dans certains cas, à des traditions alimentaires et culturelles, voire cultuelles. C’est le cas du singe atèle ou singe araignée, appelé kwata en Guyane, dont la chair est consommée particulièrement chez les Businenge15, lors du rite funéraire du « puubaaka » ou lever de deuil. Cette pratique pose problème puisque cet animal est totalement protégé. Il pourrait être possible de défendre un dossier de dérogation auprès du ministère de l’Environnement, à condition qu’il soit suffisamment étayé, notamment sur le plan des besoins quantitatifs. Bien entendu, les « intégristes » de l’écologie ne veulent pas entendre parler de dérogations qui peuvent effectivement déboucher sur des dérives. Concernant les espèces consommées traditionnellement par les populations amérindiennes ou businenge, l’ONCFS serait prête, semble-t-il, à étudier des possibilités de dérogation, si les demandes s’avèrent raisonnables. D’autant plus que ce ne sont pas les mêmes espèces qui sont consommées par les différents groupes. Par contre, l’unanimité se fait pour le kwata dont la chair est appréciée par tous.

30Les moyens d’action pour la gestion et la conservation de la faune forestière sont de deux ordres, une meilleure connaissance des populations animales et des pratiques cynégétiques d’une part, et une éducation à l’environnement d’autre part. Face au manque de données sur la dynamique des populations animales, des outils scientifiques peuvent être mis en place, s’appuyant sur les diagnostics sur l’impact de la chasse et des modes de gestion expérimentaux progressivement mis au point dans les pays voisins amazoniens et, en Guyane, même si le contexte sociologique est différent, les données écologiques sont comparables. Par ailleurs, le ministère chargé de l’environnement a financé, entre 1999 et 2002, un programme placé sous la responsabilité du centre de recherche Silvolab-Guyane et intitulé « La chasse en Guyane aujourd’hui : vers une gestion durable? » dans la perspective d’apporter une aide à la décision aux autorités compétentes

31L’information du public est une composante à part entière de la gestion et de la protection de la faune. Le travail est mené par la Direction régionale de l’environnement (DIREN) et aussi par d’autres acteurs (ONCFS, associations). Les associations ont une importante activité d’éducation à l’environnement, notamment dans les écoles. Parmi elles, on peut citer la SEPANGUY (Société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature en Guyane), créée dès 1971, reprenant l’ancienne « Société zoologique de la Guyane française » qui existait depuis 1964, le GEPOG (Groupement d’études pour la protection des oiseaux de Guyane), mis en place en 1993 par un groupe de naturalistes, ou encore l’association Kwata, qui voit le jour en 1994 et a surtout comme objectif des travaux d’étude de la faune à des fins de conservation.

32En 2009, la DIREN a cherché à rencontrer les chasseurs dans les différentes communes puisque ce sont les principaux acteurs concernés par les réglementations et les menaces que leur activité peut faire peser sur l’avenir de la ressource. Mais les réunions et les discussions, très inégales selon les secteurs, ne se sont pas avérées constructives. Les chasseurs constatent eux-mêmes que la diminution de la faune est une réalité, mais il n’est pas toujours facile de trouver un équilibre entre le respect des modes de vie traditionnels et la législation. En Guyane, la problématique de conservation et de gestion de la faune sauvage est généralement confrontée à une argumentation mettant en avant les spécificités régionales, aussi bien celles de la faune que celles du contexte social, rejetant par là même la pertinence de la législation française en matière de contrôle de la chasse. La restitution aux communes d’un foncier forestier conséquent pourrait permettre l’organisation associative d’une chasse viable, en responsabilisant des chasseurs sur un territoire et une population animale donnée. À l’heure actuelle, la possibilité pour chacun d’accéder à toutes les zones sans distinction favorise une utilisation individualiste et anarchique, qui exclut toute notion d’économie et de gestion de la ressource.

33Pour diminuer la pression sur la faune sauvage, des essais d’élevage de certaines espèces chassées ont été expérimentés, notamment pour le pécari et le hocco, dans la station Soukoumou de l’INRA à Kourou. Les résultats semblent assez satisfaisants, mais l’organisme souhaite qu’une entreprise privée prenne le relais de l’opération. Se posent aussi des problèmes culturels : ainsi, certaines communautés, comme les Aluku par exemple, ne mangent pas les animaux qu’ils élèvent.

Les espaces forestiers protégés en Guyane

34Pendant longtemps, l’exploitation des ressources naturelles de la Guyane était si réduite qu’elle ne donna pas lieu à des actions de protection du patrimoine naturel. La Conférence de Rio, en 1992, avec la prise de conscience de la déforestation dans les espaces tropicaux et la mobilisation mondiale qui a suivi, fut le catalyseur décisif et le point de départ de projets et de mise en place d’aires protégées. Malgré des débuts difficiles, la politique de conservation de la biodiversité s’est considérablement améliorée depuis une quinzaine d’années, parallèlement à l’intensification de l’impact humain sur les écosystèmes naturels. À l’heure actuelle, depuis la création de la première réserve naturelle en 1992 jusqu’à celle du Parc amazonien de Guyane en 2007, de nombreux outils juridiques sont utilisés pour la protection des espaces naturels et la création emblématique du PAG ne doit pas faire oublier les réalisations précédentes, certes plus modestes, mais qui gardent une importance stratégique dans le maintien des équilibres écologiques (Linarès, 2007 ; Lochon, 2003).

Les outils de protection des espaces naturels

  • 16 Le Parc naturel régional, quant à lui, n’est pas à proprement parler un outil de protection. C’est (...)

35Les outils de protection de la forêt se différencient et se hiérarchisent selon deux critères liés, la force de la protection et l’importance de l’accompagnement. Il y a trois niveaux de protection : l’arrêté de protection de biotope, la réserve naturelle, le parc national (Figure 3)16.

Figure 3. Les espaces naturels protégés

Figure 3. Les espaces naturels protégés
  • 17 Le terme de biotope doit être ici entendu au sens large d’aire géographique délimitée et caractéris (...)
  • 18 Alors que partout ailleurs en Guyane, les sols rouges, riches en oxydes de fer, prédominent, le soc (...)

36L’arrêté de protection de biotope (APB) a pour objectif de prévenir la disparition des espèces protégées, animales ou végétales17. L’initiative de la préservation appartient à l’autorité préfectorale, par le biais d’une commission locale, la CDNPS (Commission départementale nature, paysages et sites) qui propose un arrêté de protection. La protection et l’accompagnement sont faibles, car aucun moyen financier donc de gestion n’est mis à disposition. On déclare que ce secteur est une zone d’exceptionnelle biodiversité et qu’il faudrait la maintenir en l’état. En Guyane, un seul massif forestier reste protégé par cette mesure, la forêt des sables blancs de Mana (25 700 ha), sur le littoral ouest du pays, depuis 1995. Dans cette forêt basse sur un support physico-chimique particulier18, la valeur écologique est notamment liée à la présence d’une espèce végétale protégée, un palmier à huile américain (Elaeis oleifera). Les deux autres APB ont changé de statut : celui du Mont Grand Matoury a été transformé en réserve naturelle et celui de la région de Saül a été intégré dans le parc national.

  • 19 Parmi les trois autres réserves, deux sont formées de zones humides (réserves d’Amana et de Kaw) ta (...)
  • 20 En 2006, deux agents de la réserve, qui travaillaient comme piroguiers à la station d’écotourisme, (...)

37La réserve naturelle nationale concerne un milieu d’une importance particulière pour la biodiversité et qu’il est nécessaire de soustraire à toute intervention susceptible de la dégrader. Elle bénéficie d’un budget de gestion qui permet la surveillance et la sanction des contrevenants. Il existe six réserves naturelles en Guyane : Nouragues, Kaw, Trinité, Amana, Connétable, Grand Matoury, dont trois sont forestières19. La réserve de Trinité (76 000 ha), créée en 1996, est très difficile d’accès : isolée dans l’immense forêt, loin de toute infrastructure routière, il faut presque une semaine aux très rares personnes qui s’y aventurent, pour atteindre son cœur et ses dômes rocheux. La réserve naturelle des Nouragues, instaurée en 1995, s’étend sur 106 000 ha entre l’Approuague et le Comté et est accessible au bout de six à sept heures de pirogue. En raison de la présence d’une station scientifique du CNRS (Centre d’étude pour la recherche scientifique) en recherche fondamentale sur l’écologie forestière, la réserve naturelle répondait au souhait de consacrer un espace protégé à l’étude du fonctionnement des écosystèmes forestiers. La réserve comprend donc un secteur voué à l’accueil des chercheurs qui viennent du monde entier, ainsi qu’une zone et un carbet réservés à l’accueil du public. Mais depuis un problème d’insécurité, ce carbet est désaffecté, malgré des demandes ponctuelles des tours opérateurs pour la visite de la réserve20. La hausse du cours de l’or a provoqué dans les années 2000 un regain d’intérêt des orpailleurs pour ce secteur et, malgré l’interdiction de toute exploitation minière dans la réserve et les interventions des forces de gendarmerie, l’orpaillage clandestin reste un phénomène difficile à éradiquer. La forêt du Grand Matoury (un peu plus de 2 000 ha), classée réserve naturelle en 2006, après avoir été protégée par un APB, est originale et intéressante : située en milieu anthropisé et urbanisé (à quelques kilomètres au sud de Cayenne, elle permet d’étudier les processus de régénération naturelle sur milieux dégradés et de mettre en place un modèle de régénération qui pourrait être appliqué ailleurs, sur les sites orpaillés par exemple. Abritant une grande variété de biotopes, cette réserve constitue une zone de découverte de la biodiversité guyanaise pour les habitants de l’agglomération cayennaise.

38Il existe en Guyane une réserve naturelle régionale : la loi du 27 février 2002 confère au Conseil régional la compétence pour créer des réserves naturelles régionales, de sa propre initiative ou pour répondre à la demande de propriétaires. La réserve Trésor (2 475 ha) a été créée en 1997 sur la commune de Roura : propriété de l’Évêché, ces terrains ont été rachetés en 1995 par une fondation néerlandaise soutenue par l’université d’Utrecht, dans un souci de conservation de l’écosystème de la montagne de Kaw en raison du caractère exceptionnel de sa biodiversité. La valorisation de ce patrimoine naturel proche de la capitale (la réserve est seulement à 45 mn de route de Cayenne) s’appuie sur l’existence d’un sentier botanique ouvert au public, avec maison de la réserve et visite guidée.

39Parmi les outils de protection, il faut mettre à part la réserve biologique qui relève du régime forestier et est gérée à ce titre par l’ONF. Elle a pour but de laisser libre cours à la dynamique spontanée des habitats, aux fins d’études et de connaissance des processus impliqués, ainsi que de conservation de la biodiversité associée. La seule réserve biologique en Guyane, instaurée en 1995, couvre les deux massifs forestiers contigus de Lucifer et de Dékou-Dékou, sur la haute Mana, soit plus de 110 000 ha. Elle est accessible de Saint-Laurent en trois heures de piste. Le principal intérêt écologique réside dans ses deux plateaux culminant à plus de 500 m qui portent des écosystèmes « sub-montagnards » tropicaux, peu représentés en Guyane, et qui s’ajoutent à une grande richesse biologique. L’impact des activités minières, passées et actuelles, le long de la large vallée séparant les deux plateaux, au centre de la réserve, a dégradé les écosystèmes de ces secteurs, ouvrant à l’inverse la possibilité d’études sur l’impact de l’orpaillage et la résilience des secteurs actuellement touchés par l’activité minière.

Le Parc amazonien de Guyane

40Le projet d’un parc national en Guyane résulte d’un engagement, à l’occasion de la conférence de Rio en 1992, du gouvernement français de prendre des mesures pour protéger la biodiversité en Amazonie. La création du parc s’est réalisée en trois étapes. En 1993, une mission d’étude était chargée d’explorer les possibilités de créer un parc national, basé sur la loi de 1960 instaurant les parcs nationaux en France. Le projet à caractère essentiellement naturaliste, localisé dans le tiers sud du pays, présentait une zone de protection forte où les activités humaines étaient interdites et une zone périphérique englobant les villages. Finalisé en 1995, le projet n’a pas obtenu le consensus souhaité, ni des populations résidentes qui avaient l’impression d’être parquées dans ces futures zones périphériques, ni des élus, qui considéraient qu’ils n’avaient pas été associés à l’élaboration du projet.

41En 1997, une nouvelle méthode de travail associa davantage les populations concernées, qui permettait aux résidents d’exercer leurs activités traditionnelles et de circuler librement. En revanche, il interdisait les activités minières sur les zones biologiquement riches au fort potentiel aurifère. L’opposition d’une majorité des élus et surtout le débat sur le gel des ressources aurifères ont empêché l’adoption du projet en 2000.

42En 2003, le projet est relancé, dans un nouveau contexte international et national. En effet, le sommet mondial de Johannesburg sur le développement durable en 2002 constate que peu de progrès avaient été faits depuis Rio sur les questions environnementales. À cette conférence, le Brésil annonça la création d’un immense parc contigu à la Guyane, le parc national des Tumucumaque (3,8 millions d’ha), remettant ainsi le projet du parc guyanais sur l’avant de la scène. Par ailleurs, le Congrès mondial des parcs nationaux de Durban en 2003 a souligné l’importance, dans les aires protégées, de faire participer les populations à toutes les phases d’élaboration du projet, sous peine d’incidences négatives sur les hommes et également sur le but de conservation recherché. Aussi, le processus de création fut relancé, avec une consultation élargie, le projet s’inscrivant dans le cadre des directives internationales (instaurer un mode de développement moins destructeur de l’environnement et replacer l’homme au centre des préoccupations environnementales) et aboutit à un avant-projet en 2005. La nouvelle loi du 14 avril 2006 sur les parcs nationaux prend en compte les situations particulières de l’outre-mer et le texte comporte ainsi un chapitre spécifique « parc amazonien de Guyane » qui intègre les spécificités du territoire. Finalement, le Parc amazonien de Guyane (PAG) est créé par le décret du 27 février 2007.

43La création du PAG révèle deux types d’enjeux, écologiques et humains. Sur le plan écologique, il s’agit de préserver une grande surface forestière pour maintenir les interactions entre la forêt tropicale humide, le climat et son milieu. En effet, comme la moitié des précipitations est issue de l’évapotranspiration de la forêt elle-même, les forêts tropicales jouent donc un rôle essentiel dans la régulation du climat local ; elles génèrent en quelque sorte leur propre climat. Par ailleurs, il est admis par une majorité de scientifiques que la forêt amazonienne constitue un puits de carbone, qui limite l’augmentation du gaz carbonique dans l’atmosphère engendrée par les activités humaines. En outre, dans le cadre du changement global, les grandes surfaces sont essentielles pour renforcer la résilience de la forêt aux évolutions climatiques en cours. Enfin, les sols amazoniens stockent une importante quantité de mercure d’origine naturelle ou anthropique, et la présence d’une masse forestière empêche, en freinant le lessivage des sols, la libération massive du mercure dans les cours d’eau (IRD, 2001).

44Sur le plan humain, le PAG s’étend, partiellement ou en totalité, sur cinq communes (Saül, Maripasoula, Papaïchton, Camopi et le Sud de Saint-Élie). En 2007, cet espace comptait environ 9 500 personnes officiellement recensées (densités de 0,1 à 1 hab/km2), relevant de groupes humains très variés : Créoles, Aluku, Wayana, Emerillon, Wayapi. Ces sociétés traditionnelles du sud de la Guyane présentent des modes de vie en étroite relation avec leur environnement naturel. Aussi, les coutumes et la diversité culturelle véhiculées par ces groupes doivent être respectées et valorisées. Il en est de même pour les savoirs et les savoir-faire patrimoniaux qui font référence à l’héritage culturel matériel et immatériel.

45La délimitation des espaces du parc a résulté de plusieurs approches : la loi du 14 avril 2006, les enjeux écologiques et humains, la prise en compte de la problématique minière ainsi que les positions exprimées par les partenaires consultés (Figure 3). Le cœur du parc, dans lequel s’applique la réglementation fixée par le décret de création, couvre 2 millions d’hectares. Il est complété par une zone de libre adhésion, ayant vocation à faire partie du parc, à l’intérieur de laquelle les communes concernées ont comme objectif de concilier la protection des patrimoines naturel et culturel et un développement local et durable. Cette zone importante (1,4 million d’ha) a été définie en raison de sa continuité géographique et écologique avec le cœur du parc. En sont exclus tous les territoires marqués par une forte occupation minière.

  • 21 Rappelons que le développement durable se définit comme la mise en place d’activités économiquement (...)

46Une charte en cours d’élaboration (elle doit être approuvée d’ici 2011) doit définir un projet de territoire pour l’ensemble du parc (Barrière, 2001). Dans l’aire d’adhésion, elle concourt à la mise en valeur du territoire tout en rendant plus efficace la protection du patrimoine. La charte pourra aborder tous les thèmes portant sur l’aménagement du territoire pour mieux les intégrer dans un développement durable (énergie et ressources renouvelables, transports, infrastructures, collecte et traitement des déchets, etc.). Elle accompagnera également les activités économiques durables qui doivent être le moteur d’un développement de cette région. En effet, dans le cadre de la loi du 14 avril 2006, le développement durable devient une mission à part entière des parcs21. Certaines activités de subsistance comme la cueillette, la culture sur abattis, l’artisanat peuvent faire l’objet de filières dans un cadre économique à déterminer. En rapport avec le développement touristique, l’artisanat (notamment la vannerie) a été identifié comme une piste forte de développement pour les populations du Sud : fédération des artisans, création de labels garantissant la qualité et l’origine des produits, protection des savoirs et des techniques, études de marché, études d’impact sur les ressources naturelles utilisées, afin d’en assurer la durabilité.

47Il ressort que la réglementation proposée pour le cœur du parc doit donner les moyens d’atteindre l’objectif de conservation de la nature tout en permettant aux communautés de poursuivre leurs activités de subsistance. Dans la nouvelle philosophie des parcs, il ne s’agit pas de figer un territoire en proscrivant toute activité, mais de le préserver de certaines atteintes incompatibles avec son évolution naturelle. Parmi les dispositions particulières pour les résidents et les communautés d’habitants, il existe les zones de droits d’usage (ZDU). Il faut rappeler que, dans les années 1970, s’était développée une revendication des peuples amérindiens cristallisée autour du foncier. Or, la Constitution française, dans son article 2, ne peut pas reconnaître des revendications de type ethnique. La stratégie trouvée pour contourner cette impossibilité s’est appuyée sur le fait que le droit français reconnaît le droit des populations à la défense de la conservation des modes de vie. En 1987, un décret introduit la notion de zone de droits d’usage, modifiant ainsi le Code du domaine privé de l’État. Dans les années 1990 à 1995, le décret est concrétisé par une succession d’arrêtés préfectoraux sur les ZDU, au profit des « communautés d’habitants qui tirent traditionnellement leurs moyens de subsistance de la forêt », à savoir les Amérindiens, mais aussi les Businenge. Le texte du décret ne précise d’ailleurs pas si ces droits d’usage sont exclusifs, c’est-à-dire si d’autres personnes résidant dans la zone peuvent y prétendre. C’est la raison pour laquelle le décret de création du PAG en 2007 a voulu éviter toute ambigüité ; à côté d’un article concernant les communautés de population (possibilité de chasser, de pêcher, de faire des abattis, de faire de nouveaux villages dans le cœur du PAG), un autre article concerne les résidents (les personnes qui travaillent pour le PAG), mais avec des droits plus restreints.

48D’autre part, dans le cadre d’un tourisme durable respectueux de l’environnement et du mode de vie des habitants, les activités pourront se dérouler dans tout le PAG. Des aménagements seront ainsi possibles (sentiers, infrastructures légères et réversibles), y compris dans le cœur du parc. Ainsi, sur le chemin dit des Émérillons, qui relie le bassin fluvial du Maroni à celui de l’Oyapock, le passage sera autorisé par dérogation, dans le cadre d’activités écotouristiques. Il est prévu de définir un code d’éthique destiné aux professionnels du tourisme souhaitant travailler sur le territoire du parc, mais pour l’instant, la structure ne reçoit pas de touristes : la demande est très faible et l’organisation n’est pas encore mise en place (hébergement, layons, guides). Le parc est en cours d’installation, et sa philosophie veut que les populations traditionnelles soient impliquées dans ce développement. Il n’en reste pas moins vrai que la problématique du tourisme ne sera pas facile à gérer, car les visiteurs ne possèdent généralement pas les codes du système amérindien : par exemple, ils ne sont pas toujours conscients qu’il n’existe pas de délimitation des espaces privatifs dans les villages amérindiens (carbets ouverts, chemins qui mènent aux carbets). Il faut également constater que, depuis une vingtaine d’années, le mode de vie des Amérindiens s’est profondément modifié, rentrant progressivement dans le système marchand. D’une façon générale, la population, les jeunes en particulier, souhaite conserver ses activités traditionnelles de subsistance et ses pratiques culturelles, tout en recherchant l’accès aux biens de consommation et aux services offerts par la société moderne. Face à cette évolution sociétale, à l’écotourisme, à la modernisation, tous les Amérindiens n’ont pas la même vision, mais tous pensent qu’il faut une régulation, plus ou moins stricte selon les groupes, selon les lieux : par exemple, les Wayapi de Trois-Sauts et ceux de Camopi ont une vision très différente de la place des activités touristiques dans leur village respectif.

49Aujourd’hui, le principal problème environnemental du PAG et de l’intérieur forestier en général est la pratique des activités minières, car les zones d’intérêt écologique et à fort potentiel aurifère se superposent. Il y a environ 10 000 ans (approximativement au moment de l’arrivée de l’homme dans la région des Guyanes), le climat de la Guyane était beaucoup plus sec qu’aujourd’hui et les savanes beaucoup plus étendues. De ce fait, les forêts étaient concentrées dans des zones refuges, en général sur les reliefs (région de Saül, Montagne de Kaw, massif des Nouragues, etc.). Il en résulte que les zones de très forte biodiversité sont également les zones les plus minéralisées et les plus aurifères. Or, depuis les années 1980, la Guyane connaît un renouveau de l’activité aurifère et les sites illégaux d’orpaillage se sont multipliés avec la hausse du cours de l’or qui s’est ajoutée à la porosité des frontières et à la pauvreté des populations des pays voisins. Aujourd’hui, l’activité minière, pourtant interdite, reste largement présente dans le parc : il y aurait une centaine de chantiers clandestins dans le cœur du parc et plus de 120 dans la zone d’adhésion.

50Or, cette activité illégale ne prend aucune mesure pour limiter ses impacts sur l’environnement, sans compter qu’elle est génératrice de problèmes de santé et de désordres sociaux (Calmont, 2004). Si l’impact le plus visible de l’exploitation aurifère est la déforestation et la difficile reprise naturelle sur les sites abandonnés, le plus grave concerne les écosystèmes aquatiques fortement perturbés par les rejets de boue dans les rivières (environ 1 000 tonnes pour un kilo d’or extrait). C’est plus d’un millier de kilomètres de fleuves et de rivières qui sont ainsi impactés. Mais le problème le plus important reste le risque sanitaire lié à la présence du mercure dans les cours d’eau où il s’accumule le long de la chaîne alimentaire, processus qui peut conduire à une contamination humaine. Aussi, dès le début des années 2000, à la suite du rapport au premier ministre de la députée guyanaise Christiane Taubira, l’État met en place des mesures, dont la lutte contre l’orpaillage clandestin, pour tenter d’apporter des réponses aux risques engendrés par l’activité aurifère sur les écosystèmes forestiers. Cependant, les mesures prises n’ont pas permis d’éradiquer le phénomène qui nuit fortement au développement touristique, potentiel économique fort pour le sud de la Guyane.

51En fin de compte, à la suite de la prise de conscience des risques environnementaux potentiels sur la biodiversité de la forêt guyanaise, des outils de gestion et de protection de l’écosystème forestier ont été mis en place, dans les années 1990, voire les années 2000, dans le cadre d’une gestion durable des ressources écosystémiques. Ils s’adressent aux différentes pressions sur l’écosystème, l’exploitation forestière, la chasse ou l’activité minière, mais leur mise en place se heurte souvent à des intérêts contradictoires. Même si le recul n’est pas encore suffisant pour en juger, ces outils juridiques ne seront vraiment efficaces que s’ils bénéficient d’une large adhésion des populations locales.

Haut de page

Bibliographie

Barrière, O., Faure J.-F., Goeury R. et F. Huynh, 2010, « Droit protégé dans les aires protégées : du cadre national à la gouvernance territoriale locale, le cas du Parc amazonien de Guyane » in Laslaz L. (dir.), Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux, Chambéry, Université de Savoie, EDYTEM, pp 237-248.

Brunaux, O. et J. Demenois, 2003, Aménagement forestier et exploitation de la forêt tropicale humide guyanaise, Revue forestière française, numéro spécial, pp 260-272.

Calmont, A., 2004, Le renouveau de l’exploitation aurifère en Guyane. Risques socio-environnementaux et enjeux, 13 p., G. David (dir.), Espaces tropicaux et risques. Du local au global, Presses Universitaires d’Orléans / IRD, Orléans, pp 292-304.

Calmont, A., 2000, Le problème foncier en Guyane : le poids de la domanialité, 17 p., M. Burac et A. Calmont (dir.), La question de la terre dans les colonies et départements français d’Amérique (1848-1998), Karthala / GÉODE-Caraïbe, Paris, pp 203-219.

Demenois, J., S. Gourlet-Fleury, M. Fuhr, et J.-G. Jourget, 2003, Sylviculture en forêt tropicale humide guyanaise, Revue forestière française, numéro spécial, pp 273-290.

Fleury, M., C. Moretti et D. Bereau, 2003, Usage des ressources forestières en Guyane : de la tradition à la valorisation, Revue forestière française, numéro spécial, pp 291-305.

Fleury, M. et O. Poncy (dir.), 1999, Conserver, gérer la biodiversité : quelle stratégie pour la Guyane ?, Paris, JATBA (Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée), 678 p.

Granville de, J.-J., 2002, Paysages et végétation, J. Barret (dir.), Atlas illustré de la Guyane, Institut d’enseignement supérieur (IES) de Guyane, Cayenne, pp 52-56.

Institut pour la recherche et le développement (IRD), 2001, Le mercure en Amazonie : le rôle de l’homme et de l’environnement, risques sanitaires, Paris : IRD Éditions, coll. « Expertise collègiale ».

Linarès, S. (dir.), 2007, Atlas des sites et espaces naturels protégés en Guyane, Cayenne, DIREN-Guyane, 96 p.

Lochon, S. et S. Linarès, 2003, Conservation de la nature : les espaces protégés de la Guyane, Revue forestière française, numéro spécial, pp 323-339.

Richard-Hansen, C., B. de Thoisy, E. Hansen, F. Catzeflis et P. Grenand, 2003, Conservation et gestion de la faune forestière en Guyane : contexte local, moyens d’action et études, Revue forestière française, numéro spécial, pp 306-322.

Haut de page

Notes

1 Il ne sera pas traité ici des mangroves, côtières ou d’estuaire (environ 70 000 ha), forêts inondées qui croissent en milieu saumâtre.

2 Mis en place en 1852, le bagne de Guyane qui reçut, jusqu’en 1937, plus de 68 000 forçats de tous statuts (transportés, relégués, déportés) se voulait un instrument de développement économique, mais l’entreprise fut un échec complet.

3 En 1975, le gouvernement français lance, dans le cadre du VIIe Plan (1976-1980) une vaste opération de mise en valeur agro-forestière de la Guyane, couplée avec un important volet migratoire.

4 L’ordonnance de 2005 établit un code forestier spécifique pour la Guyane, adaptation du code métropolitain à la situation particulière du département.

5 Il ne pourrait pas y avoir de défrichement, pour créer des lotissements par exemple.

6 En réalité, ce travail d’inventaire avait été entamé par l’ONF dès le début des années 2000.

7 Le dispositif expérimental de Paracou, installé près de Sinnamary à la fin des années 1970, avait pour objectif d’étudier l’effet d’interventions sylvicoles (comme la dévitalisation chimique d’essences dépourvues d’intérêt commercial ou présentant des anomalies) susceptibles d’accélérer la reconstitution du peuplement forestier après exploitation.

8 Commencé au début des années 1970, l’interminable chantier de la route nationale n° 2 (190 km), dite route de l’Est, ne s’est achevé que 30 ans plus tard, atteignant le bourg frontalier de Saint-Georges en 2003.

9 La sylviculture avait commencé en 1976, en relation avec les projets industriels de production de pâte à papier du « Plan vert », par des essais de plantation d’essences à croissance rapide (pins tropicaux, eucalyptus) qui devaient remplacer les essences locales.

10 La méthode utilisée pour ces relevés de terrain est l’indice kilométrique d’abondance (IKA, ou nombre d’observations par unité de longueur) qui fournit une valeur comparative claire de l’évolution de l’abondance dans une zone, mais dépend cependant des conditions de visibilité.

11 Il est symptomatique que le début de la réglementation date des années 1980, période qui connaît une croissance rapide de la population en Guyane.

12 Dans certains cas, la limite entre chasse commerciale et chasse de subsistance n’est pas toujours nette, car cette dernière peut inclure des échanges monétaires, par exemple la vente d’une biche pour acheter du carburant pour le moteur de la pirogue.

13 L’ancien village aurifère de Bélizon, sur le Comté, se situe au bout de 70 km de piste à partir de la route nationale n° 2 et un barrage de gendarmerie y est installé dans le cadre de la lutte contre l’orpaillage clandestin. Saül est un village de 120 habitants officiellement, mais seule une soixantaine de personnes y résident réellement : quelques Créoles qui ne pratiquent presque plus l’agriculture, une famille hmong (les autres étant parties en raison des difficultés de commercialisation des produits) et un certain nombre de « métropolitains ».

14 Les espèces autorisées à la chasse et au commerce sont désormais moins d’une dizaine : le cabiaï, le pac, l’agouti, l’iguane (Iguana iguana), deux variétés de tatous (tatou à neuf bandes/Dasypus novemcinctus, tatou de Kappler/Dasypus kappleri) et les deux espèces de pécaris (Tayassu pecari, appelé localement cochon bois et Pecari tajacu ou pakira en Guyane).

15 Les Businenge sont les descendants d’esclaves africains fugitifs du Surinam, qui avaient trouvé refuge

dans les forêts de l’intérieur, sur les bords du Maroni.

16 Le Parc naturel régional, quant à lui, n’est pas à proprement parler un outil de protection. C’est un syndicat mixte de collectivités qui, à travers une charte, anime des actions dans le cadre du développement durable.

17 Le terme de biotope doit être ici entendu au sens large d’aire géographique délimitée et caractérisée par des conditions particulières (géologiques, édaphiques, hydrologiques, climatiques) qui constitue le milieu indispensable à l’existence d’espèces animales et végétales.

18 Alors que partout ailleurs en Guyane, les sols rouges, riches en oxydes de fer, prédominent, le socle est recouvert ici de sols très lessivés sur matériaux sableux ou sablo-argileux d’origine continentale.

19 Parmi les trois autres réserves, deux sont formées de zones humides (réserves d’Amana et de Kaw) tandis que la troisième est constituée de l’îlet du Grand Connétable, unique site de reproduction des oiseaux marins sur la côte des Guyanes.

20 En 2006, deux agents de la réserve, qui travaillaient comme piroguiers à la station d’écotourisme, ont été assassinés par des orpailleurs clandestins.

21 Rappelons que le développement durable se définit comme la mise en place d’activités économiquement viables, socialement équitables et écologiquement efficaces.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Structure de la forêt climacique
Crédits Source : Philippe Joseph, d’après Oldeman
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2. Diversité des essences forestières
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 3. Les espaces naturels protégés
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Calmont, « La forêt guyanaise, entre valorisation et protection des ressources écosystémiques », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 14 | septembre 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12402 ; DOI : 10.4000/vertigo.12402

Haut de page

Auteur

André Calmont

Maître de conférences en géographie, Université des Antilles et de la Guyane, 4, lotissement Bougainvilliers, Palmiste, 97232 Lamentin (Martinique), Courriel : andre.calmont@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page