Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 14Anthropisation, domestication, co...Les jardins créoles et ornementau...

Anthropisation, domestication, conservation et gestion de la biodiversité et des paysages

Les jardins créoles et ornementaux comme indicateurs socio-spatiaux : analyse du cas de Fort-de-France

Jean-Valéry Marc et Denis Martouzet

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Par simple observation du terrain, on constate la coexistence de deux types majeurs de jardins privés dans l’agglomération de Fort-de-France, comprise comme étant formée, outre la capitale de la Martinique, chef-lieu de département d’environ 100 000 habitants sur la rive nord de la baie du même nom, de trois communes dites de première couronne que sont, à l’est, Le Lamentin, au nord, Saint-Joseph et, à l’ouest, Schœlcher. L’ensemble forme l’habitat de quelque 160 000 personnes dont les caractéristiques sociales et les trajectoires personnelles et familiales sont d’une grande diversité. Ces deux types majeurs de jardins sont, d’une part, le jardin créole urbain, hérité du jardin créole traditionnel et qui en conserve certaines caractéristiques même si la part de dépendance économique de son propriétaire, c’est-à-dire, très généralement, de celui qui le cultive, est beaucoup moins prégnante que par le passé, tant l’évolution du niveau de vie a permis, pour la très grande majorité de la population martiniquaise en général et foyalaise en particulier, de sortir du cadre de la nécessité d’un jardin pour la survie journalière. D’autre part, confirmant d’ailleurs l’élévation moyenne du niveau de vie et plus encore pour certaines franges favorisées de la population, est apparu le jardin ornemental dont la fonction première de représentation sociale de soi se situe aux antipodes de la dépendance vivrière. Il y a là une véritable rupture même si l’apparition de ce type de jardin peut néanmoins s’expliquer par la combinaison de l’histoire ancienne (imprimant sa marque en termes de rapport à l’espace, à la terre et aux autres) et de l’histoire récente. Jardin créole urbain et jardin ornemental à l’occidental, bien que s’opposant tant sur les caractéristiques fonctionnelles que sur le caractère esthétique, alliant forme, structure, organisation et fonctionnement de ces micro-espaces urbains, cohabitent au sein de mêmes quartiers. Néanmoins, notre analyse se donne pour objectif de montrer que ces jardins, non en tant que tels, mais en tant qu’ils sont révélateurs d’autres choses à caractère plus social et psychosociologique, fonctionnent globalement comme s’il y avait une « écologie du territoire », comme il y a une écologie urbaine : par endroits, à l’échelle de morceaux de ville plus ou moins importants en termes de superficie, selon le milieu support de ces jardins, ils peuvent cohabiter ou, au contraire, s’exclure et l’on a ainsi des quartiers où la très grande majorité des jardins est d’un type, de façon quasi exclusive. Sur un plan dynamique, on constate la diffusion du jardin ornemental à partir de quelques terrains pionniers, à l’instar de la diffusion d’une plante nouvellement arrivée sur un territoire. On peut aller jusqu’à faire l’hypothèse que le jardin ornemental, par la diffusion à travers l’espace qui est la sienne, se comporte comme une plante invasive. Mais il ne s’agit là que d’une métaphore.

2Notre propos se structure en deux temps, le premier visant la différenciation entre ces deux types de jardins, présentant l’un puis l’autre, enfin nuançant une opposition trop forte qui découlerait de cette présentation. Le second temps propose une analyse de la localisation relative des représentants concrets de ces deux jardins-types dans l’agglomération foyalaise, notamment dans sa partie occidentale et mobilisant certaines variables sociologiques comme facteurs explicatifs ou du moins corrélés à ces localisations.

Du jardin créole traditionnel au jardin ornemental international

Le jardin créole entre héritage culturel, cohésion sociale et autonomie alimentaire

3Les mises en valeur du végétal, indépendamment des formes prises et des desseins auxquels elles étaient vouées, ont toujours joué un rôle primordial dans la structuration des paysages antillais. Le jardin créole urbain désigne la petite unité spatiale de production agricole moyennement délimitée et attenante aux maisons individuelles, très répandue dans les espaces désormais urbanisés des Antilles. Il est dit créole pour son mode cultural hérité des époques précoloniale et coloniale et pour son utilisation centrée d’abord sur l’autoconsommation.

4Les jardins créoles à Fort-de-France restent originaux dans la mesure où bien qu’ils soient situés sur de très petites surfaces avec de fortes contraintes mésologiques (Figure 1), ils accusent un formidable foisonnement d’espèces végétales, issues notamment du riche milieu naturel antillais (Marc, 2007 ; Sastre et Breuil, 2007). Leur présence en milieu urbain, attestée par des observations minutieuses de jardins particuliers, sur le territoire communal de Fort-de-France notamment, suivies d’entretiens avec leurs propriétaires, s’inscrit dans une longue tradition d’attachement au végétal et de mise en valeur du milieu naturel dans les territoires caribéens. En effet, le jardin créole trouve ses origines, d’une part, dans les pratiques culturales des premiers habitants de l’île, les Amérindiens, qui relèvent de la culture itinérante sur brûlis avec longue jachère forestière et, d’autre part, dans celles des esclaves venus d’Afrique à partir du deuxième quart du 17e siècle. Ces jardins ont joué un rôle important dans l’alimentation des esclaves assurant ainsi un complément alimentaire à la maigre ration hebdomadaire qui leur était donnée. Ils ont également favorisé l’appropriation de l’espace, en « attachant le nègre au sol » (Hatzenberger, 2001). Deux siècles et demi après, avec l’exode rural massif vers Fort-de-France à la fin des années 1950, le jardin créole est transposé en ville où il joue un rôle important en assurant plusieurs fonctions (sociale, économique, paysagère).

Figure 1. Distribution des jardins inventoriés par type de quartiers

Figure 1. Distribution des jardins inventoriés par type de quartiers

5Les multiples investigations à travers les différents types de quartiers de Fort-de-France (Marc, 2007) ont permis de mettre en lumière que le jardin créole urbain, véritable espace vécu, se révèle être un facteur de cohésion sociale. La survivance en milieu urbain de pratiques traditionnelles héritées du monde rural et des cultures amérindiennes et africaines est attestée par la forte utilisation des plantes médicinales, puisqu’en moyenne 60 % de l’ensemble des personnes interrogées (Marc, 2007), les utilisent pour la préparation de remèdes. À cela s’ajoute une bonne connaissance de l’usage de ces plantes et de leurs diverses propriétés. Les recettes d’origine populaire apparaissent parfois surprenantes dans leur composition, mais concordent avec les propriétés pharmaceutiques avérées des plantes utilisées (Longuefosse, 2003). Elles sont surtout l’héritage d’un savoir populaire ethnobotanique antillais que les cadres sociaux traditionnels (familles élargies vivant sous le même toit, éducation multi-parentale) ont permis de transmettre de génération en génération. Aujourd’hui cette transmission de savoirs ethnobotaniques demeure fortement menacée par les nouvelles formes de structure familiale (foyer monoparental, familles nucléaires ou recomposées), par la place importante jouée par la télévision dans l’éducation des jeunes générations, ainsi que par le dictat du tout-consommation (Dufour, 2003).

6Une autre survivance ethnobotanique est attestée en milieu urbain, celle des croyances magico-religieuses. La plante peut servir à se protéger d’un point de vue purement technique (haie de bougainvilliers en clôture par exemple) du fait de certains de ses attributs (épines, propriétés urticantes), mais aussi sur le plan spirituel notamment contre les mauvais esprits ou les personnes mal intentionnées, ou encore pour faciliter le quotidien : gain d’argent, chance (Benoît, 2002).

7Le jardin aura d’abord été un moyen d’autosubsistance pour l’esclave des plantations, ensuite pour l’habitant des campagnes antillaises et, enfin, aujourd’hui, pour le citadin. C’est d’ailleurs précisément dans la ville que le rapport ethnobotanique antillais, au travers du jardin privé, s’exprime avec l’acuité la plus forte : survivances de traditions rurales, vecteur puissant de cohésion sociale, indéniable revenu économique informel. Échanges de plants, de plantes médicinales, de recettes curatives, de fruits, création de liens de bon voisinage, de relations humaines durables sont là encore autant d’indices que le jardin créole est un des facteurs de cohésion sociale entre les habitants d’un ou de plusieurs quartiers. Il relève également d’une judicieuse mise en valeur d’une unité spatiale, le terrain, à des fins ornementales, mais aussi d’autoconsommation alimentaire.

8Le jardin créole urbain se veut une réplique miniaturisée du jardin créole traditionnel, adaptée aux contraintes de la ville où existe une étonnante diversité d’espèces végétales. Chacun d’eux est marqué de l’empreinte personnelle du propriétaire. Cependant, on peut constater certaines similitudes qui permettent d’établir une typologie. Dans les jardins des quartiers populaires et des quartiers favorisés, on retrouve le triptyque végétal : arbres fruitiers, plantes médicinales ornementales, alimentaires. Les travaux de Catherine Benoît (2005) sur les jardins de case guadeloupéens ont mis en évidence l’organisation spatiale selon les usages des plantes qui les composent : « […] les plantes ornementales et des plantes dites « magiques », dont les usages sont rarement précisés, se trouvent en façade de jardin ; plus proches de la case et protégées du soleil, sont disposées les médicinales ; à l’écart, les épices et les maraîchères ; enfin, derrière la case, les plantes vivrières et les arbres ». L’auteure ajoute que « cette description générale semble être celle qui s’impose au terme de toute enquête ethnobotanique classique dans la région ».

  • 1 Sou-sou : sorte de banque populaire sans banquier consistant à cotiser mensuellement une somme fixe (...)

9À l’instar des « coups de main », du « sou-sou »1 et malgré les revenus sociaux, le jardin créole urbain constitue en réalité un moyen d’autosubsistance alimentaire pour les populations les moins favorisées de Fort-de-France (Marc, 2007). Il s’inscrit plus largement dans la pratique d’une économie informelle caractéristique des quartiers populaires des villes des Petites Antilles (Letchimy, 1992). Les habitants des quartiers populaires de Roseau (Dominique) ou de Castries (Sainte-Lucie) vendent fréquemment le produit de leur jardin sur le bord de la route, la recette servant ensuite de monnaie d’appoint pour du carburant ou des produits de première nécessité (Marc, 2007). Trois raisons d’être du jardin créole urbain se dégagent aujourd’hui. Elles tiennent d’abord aux conditions économiques difficiles que connaissent les Antilles françaises : le chômage y est deux à trois fois plus élevé qu’en France métropolitaine et, jusqu’à la fin des années 1990, le taux de chômage à la Martinique dépassait les 28 %. Depuis une huitaine d’années, il est de 25 % en moyenne, mais certains quartiers populaires traditionnels de Fort-de-France accusent un taux de chômage record de 45 %. Les personnes en recherche d’emploi depuis plus d’un an représentent plus de 70 % des chômeurs en 2007. Ensuite, la pauvreté demeure importante : l’enquête budget des ménages Insee de 2001 confirme que l’on trouve deux fois plus de ménages pauvres en Martinique qu’en France métropolitaine. 12 % des ménages martiniquais vivent au-dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 6240 € par an et par personne (520 € par mois).

10Dans le même temps, les aléas climatiques défavorables (cyclones, sécheresse, fortes pluies) pour l’agriculture locale, l’étroitesse des marchés de consommation, le coût élevé du transport entraînent un renchérissement quasi constant des denrées alimentaires importées et vendues sur le marché local. Enfin, l’importante dégradation des sols agricoles par l’utilisation massive de pesticides pour les cultures d’exportation (banane essentiellement) a déclenché un scepticisme général de la population envers les grandes productions agricoles.

11Dès lors, pour les populations les plus touchées par la précarité professionnelle et la pauvreté, détenir un arbre à pain, un bananier, quelques légumes ou condiments dans un jardin créole, constitue souvent presque l’unique moyen d’économiser un peu d’argent sur la nourriture tout en s’assurant une santé et une autonomie alimentaire. L’une des caractéristiques paysagères qui résultent de cette réalité est l’omniprésence de l’arbre à pain dans les quartiers populaires de Fort-de-France, mais aussi de Pointe-à-Pitre, Roseau, Castries. L’arbre à pain est « l’arbre social par excellence » (Chauvin et Poupon, 1983; Figures 2 et 3).

Figure 2. Exemple de végétation à Fort-de-France (quartier Trénelle)

Figure 2. Exemple de végétation à Fort-de-France (quartier Trénelle)

Figures 3. Jardin créole urbain typique (quartier Trénelle)

Figures 3. Jardin créole urbain typique (quartier Trénelle)

Le jardin ornemental et la représentation de soi.

12Dans une perspective historique, le jardin ornemental peut apparaître, de prime abord, comme en rupture avec le jardin créole : les fonctions d’ordre économique et social d’échanges ont, pour la plus grande part, disparu ; certaines des fonctions sont, bien que transformées, gardées, au-delà de la forme de leur mise en œuvre, dans leur essence même. Concrètement, le jardin ornemental est généralement le résultat de la transformation d’un jardin créole traditionnel ou, en d’autres cas, le résultat de la transformation d’une terre à vocation agricole, par lotissement du terrain et construction de logements individuels unifamiliaux. Au-delà de l’originalité de l’utilisation de l’espace, son origine est extérieure à la culture créole ou, dans une dynamique temporelle, une nouvelle forme de créolisation qui diminue la part indienne ou africaine au profit de la part européenne de cette culture héritée de croisements. L’origine de l’émergence de ce type de jardin est la villa pavillonnaire métropolitaine ou européenne, bâtisse entourée des quatre côtés d’un jardin, plus ou moins visible de la rue et, plus généralement, de l’espace public. La diversité des plants y est relativement faible, à l’image du peu de diversité esthétique de ces pavillons de banlieue. La maison, surélevée, car disposant en dessous d’un garage semi-enterré sur tout ou sur une partie de la surface de la maison, domine, sur un monticule de terre, l’ensemble du jardin qui la met ainsi en valeur (Figures 4 et 5).

Figure 4. Jardins à tendance ornementale dans une zone résidentielle (quartier Didier–Fort-de-France)

Figure 4. Jardins à tendance ornementale dans une zone résidentielle (quartier Didier–Fort-de-France)

Figures 5. Exemple de jardin ornemental au quartier Didier à Fort-de-France (les plantes alimentaires sont quasi-inexistantes)

Figures 5. Exemple de jardin ornemental au quartier Didier à Fort-de-France (les plantes alimentaires sont quasi-inexistantes)

13La venue de métropolitains, généralement de classes socioprofessionnelles relativement aisées, pour des périodes courtes (très souvent de 3 ou 4 années, avant la mutation suivante ou le départ volontaire) qui induisent plutôt la location que l’achat a eu tendance à favoriser et donc à mettre socialement l’accent sur des maisons semblablement entourées d’un jardin n’ayant pas spécifiquement vocation à produire fruits et légumes. La description en est aisée : le terrain, généralement à peu près plat est recouvert dans sa plus grande partie d’une pelouse coupée rase, ombragée par endroits par quelques arbres à vocation plus ornementale que productive. Les arbres sont généralement de faible envergure, sauf exception, parfois des manguiers, jamais d’arbre à pain. L’ensemble est ceint d’un muret surmonté ou non d’une barrière de bois, plus récemment de plastique ou, comme le jardin créole traditionnel, d’une haie vive. Parfois, le muret (ou cette haie) est remplacé, par raisons de sécurité ou pour préserver l’intimité, par un mur atteignant, voire dépassant les 1,80 m, en parpaings éventuellement crépis. Mais ce mur reste l’exception et il est souvent associé à la piscine qui exige la discrétion.

14Bien que résultat d’une influence métropolitaine associant famille et pavillon avec jardin, le jardin ornemental martiniquais n’abrite que très rarement des jeux pour enfants (cabane de plastique, toboggan ou balançoire). On peut même généraliser le propos en signalant que ce jardin n’est pas un objet de loisir. Les enfants n’y jouent pas, les adultes, propriétaires ou simples occupants, ne s’y délassent pas, ni n’y ont même aucune activité. Le jardinage tient moins du loisir que de l’entretien nécessaire, face à la pousse rapide des végétaux en milieu chaud et humide, à mi-chemin entre le tropique du Cancer et l’équateur, à environ 14° 5 de latitude Nord.

15La représentation sociale passe, outre les discours, essentiellement par trois vecteurs principaux que sont la maison, les éléments matériels des codes vestimentaires (habits et accessoires, bijoux) et la voiture, ces deux dernières catégories ayant l’avantage d’être mobiles, la première étant, elle, plus visible. De ce point de vue le jardin indique clairement que le propriétaire, dont tout le monde alentour sait de qui il s’agit, n’a pas besoin d’un jardin créole jugé encore trop fortement à vocation vivrière et qu’il a les moyens d’avoir une belle villa, du moins est-il enclin à le croire puisque sa maison reste visible. Par ailleurs, ce même propriétaire montre qu’il a les moyens de payer le salaire d’un employé pour le jardinage (qu’on ne manque pas de voir, généralement habillé de vert, avec des bottes et maniant avec dextérité une tondeuse à essence de type débroussailleuse « roto-fil » généralement très bruyante, la topographie du lieu et le mélange arbres, arbustes, fleurs ne permettant pas d’avoir une tondeuse sur roues), donc qu’il dispose d’une position hiérarchique élevée : il est « maître sur sa terre ».

16Le jardin ornemental est donc à la fois le résultat de la mise en scène de la représentation de la personne, par ce qu’il montre (une maison, un jardinier, un jardin bien entretenu) et par la manière dont cela est montré. Le jardin ornemental apparaît comme un véritable écrin pour la maison qui figure alors le joyau. Le contraste des couleurs (la maison n’est jamais verte, plutôt de couleur pastel, mais pas nécessairement, parfois blanche ou de couleur plus franche, le toit en tôle rouge, vert ou bleu, les ouvertures colorées ou de bois) ajoutant à l’impression. Cette représentation de soi est bien celle que l’on montre à l’autre et à la société, mais aussi à soi-même. Le jardin permet de satisfaire cette double ambition, ce désir d’être et de paraître.

De quelques nuances

17Nous avons présenté ces deux jardins comme étant strictement représentatif de l’espace urbain foyalais, ce qui pourrait laisser croire, alors que ce ne sont que des types idéaux, que la réalité est aussi binaire que cette présentation. Quelques nuances doivent donc intervenir de façon à s’approcher autant que possible de la réalité. Tout d’abord, il existe, mais en nombre restreint, des jardins présentant une portion que l’on pourrait qualifier d’ornementale et une autre ayant l’apparence et les fonctions du jardin traditionnel créole.

18D’autre part, le passage historique d’un jardin à l’autre si on peut y voir une rupture peut aussi être compris comme l’ajout d’influences autres qui ne ressortissent pas, en tout cas pas directement, d’une influence extérieure métropolitaine. Ainsi, le jardin ornemental a aussi pour origine, sans doute par des phénomènes d’imitation, les espaces verts des bâtisses dont la dimension institutionnelle ou patrimoniale est importante : avant même l’apparition de jardins ornementaux privés à l’échelle du foyer, elles présentaient de larges espaces verts, plats, herbeux, mettant en valeur le bâtiment et ce qu’il représente. De même, mais plus pour des raisons liées aux modes et aux techniques d’entretien dont la dimension financière est loin d’être négligeable, les espaces verts liés aux logements collectifs, privés ou publics, ayant ou non une vocation sociale, sont à l’image d’une version épurée plus encore du jardin ornemental.

19Enfin, il convient de noter à la fois que le jardin créole est aussi représentation de soi, par le savoir-faire qu’il suppose, par un certain mode d’habiter qui permet de se différencier. La représentation n’est pas spécifique d’un seul type de jardin, elle est seulement plus volontaire et ostentatoire pour le jardin ornemental. D’autre part, et corrélativement, ce jardin ornemental est aussi une réponse pratique, fonctionnelle à la gestion d’un temps tourné vers d’autres activités (travail, déplacements).

Le jardin comme indicateur social

20Sans forcer le trait et en évitant tout déterminisme, la répartition spatiale de ces deux types de jardins, bien que résultat de l’entrelacs de multiples variables qu’il serait ardu de démêler, n’est pas le simple fruit du hasard. On peut, en effet, distinguer des facteurs expliquant les grandes lignes de la répartition et de l’évolution de cette répartition.

Proportion et répartition spatiale

21Les deux jardins cohabitent dans l’espace urbain à l’échelle de l’agglomération de Fort-de-France, mais de façon différenciée, en termes de proportions, entre les quartiers composant la ville. Il s’agit au préalable de bien noter que les caractéristiques du jardin ornemental ne peuvent se comprendre qu’à l’aune de l’importance traditionnelle accordée au jardin en général et au jardin créole en particulier. Le jardin ornemental apparaît ainsi comme une véritable rupture, liée à des apports extérieurs, aux nuances près exposées précédemment. Vidé de sa substance fonctionnelle (de production) et de sa fonction sociale d’échange, le jardin ornemental accentue la structuration de l’espace de la parcelle juxtaposant le jardin, la terrasse ouverte, le bâti fermé. D’autre part, son statut n’est plus celui de facilitateur d’échanges et de communication sociale, mais celui de vecteur d’information unilatérale : il donne à voir et à dire sur la maison et le foyer qu’elle abrite qui, se cachant derrière les murs ou se laissant apparaître sur la terrasse, présente une image de soi, faussée par le caractère spécifiquement représentationnel, donc non sincère, ni spontané.

22Le jardin ornemental appartient, en termes statistiques et en évitant toute systématisation, à certaines catégories sociales, relativement aisées, celles qui, non seulement, n’ont pas économiquement besoin d’un jardin créole, mais qui de plus disposent des moyens nécessaires pour l’entretien du jardin ornemental. Si le premier rapporte, le second coûte. Au-delà de cet aspect matériel, analysable en termes économiques, le passage du jardin créole au jardin ornemental apparaît comme une véritable rupture culturelle pour laquelle on ne peut manquer de voir l’influence extérieure du pavillon métropolitain ou de la villa dont les métropolitains installés provisoirement ou durablement en Martinique sont les vecteurs. Il faut donc bien considérer que sur le plan socio-économique, le métropolitain, notamment le fonctionnaire, apparaît, à tort ou à raison, et de façon néanmoins généralement controversée, comme un « modèle ». Les raisons sont à rechercher dans son statut lui procurant sécurité de l’emploi et niveau de revenu, réel ou fantasmé, confortable ; à cela s’ajoutent la couleur de peau et le fait d’avoir fait ses études en métropole. Le choix de localisation de ces métropolitains, effectué en fonction de leurs lieux de travail et des réseaux alors mis en œuvre, souvent orienté par les pratiques professionnelles des agents immobiliers, influence largement la structure urbaine.

23D’un point de vue socio-spatial, la proportion de jardins ornementaux dans les différents quartiers, correspond grosso modo au niveau socioprofessionnel des habitants de ces quartiers. La superposition de cartes (qui restent à faire tant la quantification précise de la proportion des deux types de jardin est difficile à faire, même si une approximation permet les conclusions qui suivent) avec la localisation des ménages en fonction de critères tels que, par quartier, la part de logements collectifs, la part relative de propriétaires et de locataires, le niveau d’études, le niveau de revenu, l’équipement du foyer, etc. montrent une corrélation positive accentuée. Schématiquement, on a, du centre-ville vers la périphérie, une proportion croissante à la fois des jardins ornementaux et des classes les plus aisées. De façon quasi archétypale, tant l’observation et la mesure sur le terrain, quand elles sont possibles, correspondent au modèle, la portion de territoire qui va du centre-ville au périurbain sur la commune de Case-Pilote, vers l’ouest, le long de la côte caraïbe, montre un gradient quasi parfait. Le centre-ville et l’ensemble de la basse ville (notamment le quartier des Terres Sainville), trop densément construits pour qu’il y ait des jardins, sont entourés de quartiers hérités de la période de bidonvillisation de Fort-de-France dans les années 1930 à 1960 : les jardins créoles sont, aujourd’hui, nombreux dans ces anciens bidonvilles, par la suite résorbés, mais dont les espaces urbains correspondants ont gardé très fortement leurs caractéristiques sociales populaires. Plus loin, non plus comme précédemment sur des terrains assez pentus, mais en altitude relative, les quartiers de classes moyennes, telles Sainte-Catherine, Petit-Paradis ou Plateau-Fofo voient une proportion accrue de jardins ornementaux dont l’apparition est assez récente. À cette distance du centre-ville, le quartier de Didier fait figure d’exception : lieu de prédilection des békés (jusque dans les années 1950), sur les hauteurs aérées de la ville, peu humide et embrassant une vue sur la baie de Fort-de-France et au-delà, il est devenu l’un des quartiers où la proportion de métropolitains est élevée. Là, le jardin créole est très peu présent. Ensuite, à mesure que l’on s’éloigne de la ville, les maisons et les parcelles sont plus grandes (Terreville) ou plus récentes (Ravine Touza), le jardin créole laisse la place au jardin ornemental. Cela est, de façon plus évidente, visible, plus loin, dans les lotissements La Démarche, La Colline, enfin le lotissement Caraïbe. Quand on s’éloigne du centre-ville dans les autres directions, ce modèle est nuancé par les caractéristiques topographiques et climatologiques, ainsi que par la présence de quartiers anciens englobés par la suite dans l’aire de l’agglomération foyalaise.

Conséquences spatiales, paysagères et écologiques

24Cette répartition, non homogène, a deux conséquences majeures. La première relève du paysage dans ce qu’il offre de visuel, de sensible et comme révélateur de modes d’habiter (Photos 1 et 2). Visuellement parlant, les quartiers dans lesquels la proportion de jardins ornementaux est plus importante apparaissent comme plus homogènes (il y a une moins grande diversité de formes, de hauteurs, de couleurs et de jeux de couleurs dans les jardins ornementaux que dans les jardins traditionnels) et, corrélativement, moins touffus. Ils sont aussi plus ouverts sur l’extérieur, bloquant moins le regard, puisque leur fonction est de montrer le bâti. C’est lui qui fait office de barrière visuelle. Le quartier ou plus exactement la portion d’espace urbain que le regard du passant ou de l’observateur peut embrasser donne une apparence plus minérale à la ville. A contrario, les quartiers révélant nombre de jardins créoles traditionnels semblent plus touffus, plus divers dans les formes et les couleurs ainsi que dans les masses et, par conséquent, apparaissent comme un paysage urbain, fermé. L’impression est moins minérale alors que la densité de bâti y est supérieure.

25L’ambiance n’est donc pas la même. Le ressenti du passant, de l’habitant, de celui qui découvre comme de celui qui connaît, est différent selon le lieu. Et cette ambiance et le ressenti qui l’accompagne nécessairement découlent du fait que le quartier se donne à voir comme étant résidentiel aisé, voire très aisé (l’ouverture du champ visuel est proportionnelle à la dimension des jardins) ou, au contraire, comme plus populaire. De la même façon que la maison se montre dans et par le jardin ornemental, le quartier peut lui aussi se montrer : dire « j’habite tel quartier » implique « j’habite tel type de maison ». La représentation sociale que l’individu, via sa demeure, donne à soi-même, à l’autre et à la société est renforcée et renforce celle qu’il donne via sa localisation dans l’espace urbain et dans les connotations directes et indirectes fournies par la dénomination du quartier.

26Sur le plan de l’écologie en milieu urbain, il apparaît que la diversité de formes, de plants, d’espèces végétales dans les jardins traditionnels créoles, plus importante que dans les autres jardins, favorise le déplacement des espèces animales mieux que le jardin ornemental. Néanmoins,par leur seule présence, ces derniers ont également un rôle écologique non négligeable. L’ensemble des jardins, par leurs caractéristiques, leur nombre et leurs localisations, joue ce rôle de « corridor écologique » que certains appellent de leurs vœux dans nombre de villes, mais la portée des jardins traditionnels y est plus grande.

Conclusion

27Notre propos, au-delà du caractère descriptif et analytique, à partir du cas particulier de la ville et du périurbain foyalais, vise à dégager quelques lignes de force de ce que cet objet, le jardin, peut entretenir comme relation avec l’espace environnant, tant sur le plan paysager que social. La multiplicité des fonctions qui lui sont attribuées, par les acteurs mêmes de cet espace, renforce nécessairement les liens qu’il entretient avec son environnement immédiat et plus lointain, tant par des effets de contiguïté et de voisinage que par des effets de composition. On a ainsi un résultat global, sur le plan paysager, jugé généralement positivement : l’esthétique associée au symbolisme de l’exotisme renvoie tant à la quotidienneté de l’habitant qu’à la quête du touriste. Il est à noter que ce résultat global est plus que la somme d’autant de micro-aménagements qu’est chaque jardin, chaque parcelle. C’est bien une composée dont la loi de composition n’est pas la juxtaposition (l’addition spatiale) : cette juxtaposition est aussi auto-organisée, elle produit des règles et des phénomènes (par imitation, par reconnaissance d’un entre-soi, etc.) qui l’organisent.

28Cependant, ce résultat global se nourrit aussi des conflits, avortés ou menés à terme, qui naissent du non-respect des règles de bon voisinage et des conséquences de celui-ci. Le jardin, ici ou ailleurs, apparaît comme un lieu, parmi d’autres, de pratiques en partie normées, en partie irrespectueuses, sans que pour autant cette normativité soit celle que l’on retrouve dans les espaces publics. Pourtant dépassant l’opposition public/privé et par conjonction de l’analyse de la norme et de l’analyse des pratiques individuelles qui s’en affranchissent en partie, on peut mobiliser, dans ce contexte particulier et dans cet espace contraint, le concept de mode d’habiter développé par et autour de N. Mathieu : les pratiques de jardinage et d’autres utilisations du jardin, les relations de voisinage, recherchées ou non, les échanges permis au-delà de ce voisinage, en d’autres réseaux, les pratiques culturales révélant un rapport à la terre spécifique, hérité de longue date, tout cela et d’autres éléments encore construisent le rapport à l’espace en tant que celui-ci est habité : en d’autres termes, le jardin, révélateur des modes d’habiter, s’inscrit tant dans les pratiques que les temporalités longues, du côté de l’histoire comme du côté de la projection et de l’anticipation, et même dans l’idée d’une certaine permanence de la société.

29Intégré dans d’autres pratiques de solidarité communautaires déjà évoquées précédemment, le jardin créole urbain réhabilite également le troc, mais aussi le don simple, à savoir celui qui n’attend rien en retour, le don pour le plaisir de donner. On a ainsi parlé de « fuite en avant » pour décrire ce jardin (Marc, 2007), dans la mesure où il permet à l’individu de s’affranchir un tant soit peu du dictat de la consommation tout en générant durablement du lien social ; il s’agit d’un phénomène intéressant à plus d’un titre qui vient alimenter les débats sur la géographie de « l’habiter » et l’espace vécu. Au-delà de la socialisation toujours plus intense qu’il favorise, l’entretien du jardin créole conduit ensuite à une modification de la perception de la ville chez leurs propriétaires : en vivant leur jardin au sens large du terme, ces derniers estiment ne plus subir la ville, et témoignent d’un « rapport affectif à la ville » (Martouzet, 2007) qui se manifeste par exemple par l’abandon du projet de retourner vivre à la campagne, celle-ci ayant pu être recréée sur place. L’intérêt géographique du jardin créole constitue en définitive une grille de lecture des modes et des niveaux de vie des populations urbaines de la Caraïbe insulaire. Un véritable enjeu pour la ville existe ainsi autour du jardin créole urbain, dont les multiples aspects s’articulent autour du développement et de l’animation locale, de l’écologie urbaine, de la valorisation du patrimoine, ainsi qu’autour de l’autonomie alimentaire.

Haut de page

Bibliographie

Audebert, C. et P. Saffache, 2002, Les quartiers populaires de la ville de Fort-de-France : approche socio-historique et intégration urbaine, La Géographie, 1507, p. 20-31.

Benoît, C., 2000, Corps, jardins, mémoires. Anthropologie du corps et de l’espace à la Guadeloupe, Paris, éd. CNRS, éd. de la Maison des Sciences de l’homme, 309 p.

Blanc, N., 1996, La nature dans la cité, thèse de doctorat, Paris, Université Paris I.

Chauvin, G. et J. Poupon, 1983, Les arbres de la Martinique, Office Nationale des Forêts, Direction régionale pour la Martinique, 256 p.

Dufour, D.-R, 2003, L’art de réduire les têtes, Sur la nouvelle servitude de l’homme libéré à l’ère du capitalisme total, Paris, éditions Denoël, 253 p.

Étifier-Chalono, É., 1985, Étude descriptive des jardins traditionnels des campagnes de Sainte-Marie, Martinique, Thèse de doctorat de 3e cycle, Montpellier, Université des Sciences et techniques du Languedoc, 272 p.

Fournet, J., 2002, Flore illustrée des phanérogames de la Guadeloupe et de la Martinique, Cirad, Gondwana, tomes 1 et 2, 2538 p.

Fournet-Guérin, C., (sous la direction), 2007, La nature dans les villes du Sud, Géographie et cultures, n°62, Paris, L’Harmattan.

Hatzenberger, F., 2001, Paysages et végétations des Antilles, Paris, Karthala, 508 p.

Letchimy, S., 1992, De l’habitat précaire à la ville. L’exemple martiniquais, Paris, L’Harmattan, collection « objectif ville », 149 p.

Loguefosse, J.-L., 2003, Plantes médicinales de la Caraïbe, Gondwana, 2 vol. (238, 239 p.)

Lussault, M., 2003, Urbanité, in Lévy J., M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

Mancébo, F., 2003, Questions d’environnement pour l’aménagement et l’urbanisme, Nantes, Éditions du Temps, 285 p.

Marc, J.-V, 2007, Le végétal dans les espaces urbains et périurbains des Petites Antilles : le cas de Fort-de-France, Schœlcher, Université des Antilles et de la Guyane, Thèse de doctorat de géographie, 338 p.

Martouzet, D., 2001, Fort-de-France, ville fragile ? Paris, Économica, Collection Villes, 259 p.

Mathieu, N., 2007, L’évolution des modes d’habiter : un révélateur des mutations des sociétés urbaines et rurales. Introduction, in Luginbühl Y., (dir.), Nouvelles ruralités, nouvelles ruralités en Europe, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, pp. 25-45.

Moullet, D., P. Saffache et A.-L. Transler, 2007, L’urbanisation caribéenne : effet et contrastes, Études Caribéennes, 7, p. 67-74.

Paquot, Th., M. Lussault et Ch. Younès, 2007, Habiter, le propre de l’humain. Villes, territoires et philosophie, Paris, La Découverte, 379 p.

Peeters, A., 1986, La médecine populaire traditionnelle et ses rapports avec la médecine officielle, ATP Santé et Environnement, Étude comparative des facteurs socioculturels relatifs à la santé et à l’environnement dans les Petites Antilles, CNRS.

Sastre, Cl. Et Breuil A., 2007, Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises, Biotope, Collection Parthénope, 672 pp.

Haut de page

Notes

1 Sou-sou : sorte de banque populaire sans banquier consistant à cotiser mensuellement une somme fixe, déterminée au départ par plusieurs personnes et reversée mensuellement, tour à tour, à chaque membre du groupe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Distribution des jardins inventoriés par type de quartiers
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 2. Exemple de végétation à Fort-de-France (quartier Trénelle)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Figures 3. Jardin créole urbain typique (quartier Trénelle)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4. Jardins à tendance ornementale dans une zone résidentielle (quartier Didier–Fort-de-France)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12526/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Figures 5. Exemple de jardin ornemental au quartier Didier à Fort-de-France (les plantes alimentaires sont quasi-inexistantes)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/12526/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Valéry Marc et Denis Martouzet, « Les jardins créoles et ornementaux comme indicateurs socio-spatiaux : analyse du cas de Fort-de-France », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 14 | septembre 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.12526

Haut de page

Auteurs

Jean-Valéry Marc

Maître de conférences en géographie-aménagement, Université des Antilles et de la Guyane, Campus Schœlcher, 97275 Schoelcher, Courriel : jvmarc@yahoo.fr

Articles du même auteur

Denis Martouzet

Professeur en aménagement de l’espace et urbanisme, UMR 6173 CITERES, Université de Tours, 33, allée Ferdinand de Lesseps, 37200 Tours, France, Courriel : denis.martouzet@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search