Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 13L’intégration du développement du...

L’intégration du développement durable dans la formation postsecondaire québécoise : s’inspirer de la formation spécialisée

Mélanie Drouin et Michel Montpetit

Résumés

Le présent article a pour objectif d’alimenter la réflexion en matière d’intégration du développement durable à la formation postsecondaire au Québec à partir de l’expertise développée dans le domaine de la formation spécialisée en environnement et développement durable. L’expérience du Centre universitaire de formation en environnement (CUFE) de l’Université de Sherbrooke apparaît inspirante à plusieurs égards. La structure administrative, les programmes, les approches pédagogiques et l’engagement des étudiants du CUFE sont d’abord décrits. Cela est suivi d’une discussion visant à illustrer quels aspects de la formation en environnement et développement durable offerte par le CUFE peuvent être porteurs pour l’ensemble des programmes. Il apparaît que la gestion multidisciplinaire et intégrée des programmes, l’appui pédagogique aux enseignants, les approches pédagogiques variées et la participation des étudiants à des projets concrets constituent des exemples intéressants pour le développement de compétences en lien avec le développement durable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De plus en plus d’institutions d’enseignement postsecondaires québécoises se questionnent sur leur rôle dans la mise en application du concept de développement durable. En raison de leur mission éducative, il importe de considérer comment elles peuvent contribuer à la formation de citoyens et de professionnels responsables et engagés. La formation de spécialistes en développement durable est essentielle pour répondre aux besoins d’expertise dans ce domaine et cette formation a connu au Québec un essor considérable. Toutefois, l’intégration du développement durable à la formation universitaire doit aller au-delà de la formation de spécialistes et doit couvrir l’ensemble des domaines de formation. C’est dans ce contexte que l’Université de Sherbrooke s’est positionnée pour incorporer les principales notions de développement durable à la formation de toute personne inscrite à un programme de baccalauréat dans son plan d’action en développement durable ainsi que son plan stratégique.

2La mise en œuvre d’un tel objectif requiert le soutien et l’adhésion d’un nombre important d’acteurs. Afin d’alimenter la réflexion, il est proposé d’explorer quelles sont les façons de faire du Centre universitaire de formation en environnement (CUFE) de l’Université de Sherbrooke qui permettent non seulement d’initier, mais de former des professionnels en environnement et en développement durable. Afin de mieux situer l’influence possible du CUFE pour l’intégration du développement durable dans les curriculums, les particularités de sa structure administrative, de ses programmes et de ses approches pédagogiques sont présentées. Des liens sont ensuite établis pour comprendre dans quelle mesure la formation spécialisée en environnement doit être une source d’inspiration pour l’intégration du développement durable dans diverses disciplines et programmes.

L’expérience du CUFE dans la formation spécialisée en environnement dans une perspective de développement durable

3Le CUFE est une entité qui a été créée officiellement par l’Université de Sherbrooke en 2002 afin de chapeauter les programmes de formation en environnement offerts à l’Université de Sherbrooke et dispensés dans différentes régions du Québec. Il offre des activités et des programmes de formation en environnement et en développement durable d’avant-garde, de haut niveau et adaptés aux besoins de la société et du marché du travail. Les valeurs promulguées par le CUFE se traduisent par l’excellence des services, la qualité des relations humaines et la disponibilité du personnel, l’approche pratique et innovatrice de même que l’ouverture sur le monde.

4Au CUFE, tous s’entendent pour dire que le secteur de l’environnement est en constante évolution. Évidemment, il reste énormément de travail à faire pour que les considérations sociales, environnementales et économiques soient systématiquement prises en compte dans les décisions. Ces constats motivent l’équipe du CUFE à constamment renouveler ses programmes pour mieux répondre aux défis de la société actuelle. Les questionnements récents de l’équipe portent d’ailleurs sur la formation d’agents de changement. Le CUFE souhaite développer davantage le désir d’engagement des étudiants et les outiller pour être des agents de changement et ainsi mieux influencer les processus décisionnels en lien avec des valeurs orientées sur la qualité de vie.

Le CUFE, une structure innovatrice

5La mission du CUFE est d'améliorer les compétences et les connaissances en environnement au sein de la société dans une perspective de développement durable. Il offre des programmes de formation multidisciplinaires aux 1er, 2e et 3e cycles. Une structure administrative innovatrice a été développée puisque ce Centre universitaire regroupe dans un comité de gestion sept facultés (Administration, Droit, Éducation, Génie, Lettres et sciences humaines, Médecine et sciences de la santé, Sciences). Cette structure permet un décloisonnement des activités pédagogiques et favorise l’interdisciplinarité. Les facultés participantes sont mises à contribution à l’intérieur d’un comité de gestion composé du directeur du CUFE et des doyens des facultés et d’un comité de programmes conjoint pour la maîtrise et le baccalauréat grâce à la collaboration d’un membre du corps professoral de chaque faculté, d’étudiants et de chargés de cours.

6L’équipe du CUFE regroupe également des professionnels possédant une expertise approfondie de la formation de pointe en environnement et développement durable, en plus d’enseignants provenant aussi bien du milieu professionnel que des différentes facultés de l’Université. Ensemble, ils assurent l’implantation, le suivi et la révision en continu des programmes de formation, dans un esprit de collaboration et de responsabilité partagée (Prégent et al. 2009). Cette approche facilite l’atteinte des compétences ciblées et le réinvestissement des acquis tout au long des programmes. Par ailleurs, le CUFE sonde périodiquement ses diplômés pour s’assurer de la pertinence des compétences visées dans ses programmes et du réel développement de celles-ci dans la formation.

7Plusieurs cours au CUFE sont offerts par plus d’un enseignant, notamment à la formation continue. Pour assurer une cohérence et l’atteinte des compétences, les divers enseignants sont appelés à communiquer entre eux, entre autres, par l’entremise d’une plateforme électronique où ils peuvent échanger des ressources pédagogiques. Les plans de cours sont également commentés par des conseillers pédagogiques pour assurer le respect de l’approche-programme et des différents règlements du CUFE. Les professionnels du CUFE offrent également un soutien pédagogique personnalisé en plus d’une formation annuelle offerte aux enseignants selon les besoins exprimés par ceux-ci et les améliorations ciblées lors des évaluations des cours.

8Les structures mises en place facilitent donc l’échange entre différents spécialistes contribuant ainsi à la prise en compte de l’ensemble des dimensions du développement durable.

Les programmes du CUFE

9Quoique touchant toujours à l’environnement et au développement durable, les programmes de formation du CUFE sont variés, tant au niveau du cycle (1er, 2e et 3e cycles), de l’approche (type cours et type recherche), que du régime d’étude (temps plein, temps partiel et formation continue). Toutefois, dans le cadre du présent article l’attention sera concentrée sur deux programmes phares du CUFE soit la maîtrise en environnement de type cours et le baccalauréat en études de l’environnement.

Maîtrise en environnement de type cours

10La maîtrise en environnement de type cours se décline en huit cheminements. Plusieurs de ceux-ci comportent un volet international notamment grâce à des partenariats avec d’autres universités (Université de technologie de Troyes, Université Montpellier 2, École supérieure de commerce et de management Tours-Poitiers, Université du Costa-Rica, Université de Santiago au Chili). La maîtrise en environnement de type cours est un programme multidisciplinaire qui vise à former des gestionnaires de l'environnement et du développement durable, professionnellement responsables et capables d'intégrer les aspects sociaux et économiques dans la prise de décision. Ces gestionnaires sont des généralistes pouvant exercer différentes fonctions, allant de la prévention à la résolution de problématiques environnementales, et ce, dans des milieux variés, avec un souci d'équité. La maîtrise en environnement de type cours permet une intégration interdisciplinaire des apprentissages par l'application des connaissances en situations réelles de la pratique professionnelle.

11Les étudiants admis à la maîtrise en environnement de type cours proviennent de plus de 70 disciplines différentes et représente une grande diversité culturelle. Une série de cours obligatoires (Chimie de l’environnement, Droit de l’environnement, Éléments de gestion de l’environnement, Projet intégrateur en environnement, Management en environnement) offerts en début de programme répondent aux besoins du marché du travail, mais également à ceux d’une société aux prises avec des problématiques de plus en plus complexes et interreliées. Par la suite, les étudiants choisissent parmi une série de cours optionnels selon leurs intérêts et objectifs professionnels. Parmi les cours à option, plusieurs sont spécifiques au développement durable (Développement durable : bases scientifiques, Développement durable : enjeux et approches, Développement durable : projets et produits, Application du développement durable, Développement durable dans les organisations, Décision et création de valeur en entreprise). Une grande majorité d’étudiants complètent aussi un stage.

Baccalauréat en études de l’environnement

12Depuis l’automne 2011, le CUFE offre également le premier programme de premier cycle en études de l’environnement en français au Canada. Celui-ci accueille annuellement une cinquantaine d’étudiants. Grâce à des études de cas, des projets appliqués et des stages, les étudiants peuvent constater et étudier, sur le terrain, les impacts qu’ont les activités humaines sur l’environnement. Ils sont ensuite amenés à découvrir et à comprendre les diverses solutions pour prévenir ou réduire les impacts néfastes. Les connaissances et les habiletés développées touchent les domaines des sciences naturelles, sociales, économiques et de la santé ainsi que les plans organisationnel, éthique et légal. Au terme de leur formation, les étudiants seront aptes, comme généralistes, à comprendre la portée multidisciplinaire des enjeux environnementaux. Ils pourront ainsi collaborer de façon efficace avec les divers intervenants concernés pour relever les défis environnementaux des organisations.

13En première année, des cours de mise à niveau sont offerts selon la provenance des étudiants (Sciences de la nature ou Sciences humaines). Sinon, le parcours de formation est identique pour l’ensemble de cette cohorte fermée à l’exception des stages qui sont au nombre de trois ou quatre et de deux cours optionnels en fin de programme. Dans l’optique de l’approche programme, les professeurs ont tous été rencontrés dans la chronologie inverse du programme pour s’assurer que les connaissances préalables requises pour chaque cours étaient intégrées en amont et ainsi, assurer la cohérence du programme, en plus du réinvestissement des compétences. D’ailleurs, certains projets sont arrimés à plusieurs cours d’une même session. À titre d’exemple, dans le cours Les grands enjeux en environnement, les étudiants doivent répondre à un devis fictif lié à une problématique environnementale. Il pourrait s’agir de simuler le rôle d’un attaché politique et de produire un document d’information permettant d’orienter un politicien sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste au Québec. Pour effectuer le devis fictif, une recherche d’informations pertinentes est requise. Une recension des écrits est donc effectuée, mais dans le cadre du cours Recherche et analyse de l’information, offert à la même session.

Approches pédagogiques variées

14Que ce soit au 1er ou au 2e cycle, la formation offerte au CUFE se démarque par l’intégration d’approches pédagogiques variées et participatives. Par exemple, le cours de 2e cycle Éléments de gestion en environnement consiste à prendre position et faire un débat sur une situation à caractère environnementale en considérant l’ensemble des enjeux : environnemental, social, économique, éthique, et ce, en équipe multidisciplinaire et multiculturelle. Cette activité pédagogique ne comporte que quelques heures de cours en classe. Les enseignants agissent plutôt comme mentor et comme médiateur en cas de conflits au sein d’une équipe. Un enseignant attitré à chacune des équipes évalue, bien sûr, la qualité de l’analyse et de la prise de position. Toutefois, les qualités de leadership et la capacité de faire un travail collaboratif sont également enseignées et évaluées à l’aide, entre autres, d’évaluations par les pairs. Ce cours se conclut par un débat où deux équipes ayant travaillé sur la même situation se voient imposer une position opposée à défendre.

15Le cours de 2e cycle Projet intégrateur en environnement vise, quant à lui, à réinvestir les apprentissages des cours Éléments de gestion en environnement et Management en environnement dans un projet concret pour un client réel. Les étudiants font donc graduellement face à un niveau plus élevé de responsabilités, en conservant l’encadrement d’un enseignant du CUFE. Ce cours permet aux étudiants de mieux comprendre et mettre en œuvre le type de mandats qu’ils pourraient avoir à effectuer sur le marché du travail. Annuellement, c’est près de 50 projets qui sont effectués pour la communauté et qui permettent une implication réelle des étudiants dans la société.

16D’autres cours du CUFE (Management en environnement, Gestion de l’eau, Éducation relative au développement durable, Application du développement durable et Développement durable : projets et produits) collaborent avec le Programme d’apprentissage expérientiel par l’intervention communautaire (PAEIC) de l’Université de Sherbrooke. Les étudiants sont invités à réaliser un mandat pour un organisme communautaire en lien avec la thématique du cours. En plus de consolider les apprentissages antérieurs liés à la gestion de projet, la participation au PAEIC apporte un sentiment d’engagement.

17De plus, le jeu de rôle est utilisé dans le cours Développement durable dans les organisations. L’objectif de cette approche pédagogique est de simuler d’une manière accélérée plusieurs facettes d’une démarche de développement durable dans une organisation. En effet, les étudiants personnifient différentes parties prenantes (acteurs municipaux, sociaux, environnementaux, économiques et autochtones) en plus des consultants qui les accompagnent dans leur démarche. En plus de poursuivre un objectif commun, qui consiste à rédiger collectivement un document d’orientation sur la démarche de développement durable proposée à l’organisation, les étudiants doivent également atteindre des objectifs confidentiels liés à leur personnage. Ceux-ci ne sont dévoilés qu’à la fin du cours lors d’une présentation orale.

Engagement étudiant

18Au CUFE, les étudiants se préparent au marché du travail en participant activement aux activités pédagogiques offertes, mais nombreux sont ceux qui bonifient leur formation par l’engagement parascolaire. En effet, l’Association de la maîtrise en environnement de l’Université de Sherbrooke (AMEUS) est très active dans son milieu. L’AMEUS organise, entre autres, un colloque annuel sur une thématique d’actualité et des « 5 à 7 carrière », en plus de collaborer à l’organisation d’une journée carrière verte. Plus de 1400 ateliers de sensibilisation en environnement ont également été offerts par les étudiants dans les écoles secondaires et les cégeps du Québec entre 2008 et 2012.

L’intégration du développement durable à la formation postsecondaire québécoise

19Fort de l’expertise acquise dans la formation spécialisée en environnement dans une perspective de développement durable ou en gestion du développement durable il est intéressant d’analyser comment les façons de faire du CUFE peuvent inspirer l’intégration du développement durable dans la formation postsecondaire québécoise. En effet, la mise en œuvre du développement durable doit être supportée par des spécialistes tels que ceux formés par le CUFE. Toutefois, ces gestionnaires doivent eux-mêmes s’appuyer sur les experts disciplinaires. Pour que l’expert de sa discipline considère les enjeux liés au développement durable dans ses fonctions professionnelles, encore faut-il qu’ils connaissent et comprennent l’existence de tels enjeux. L’objectif d’introduire l’ensemble des disciplines au développement durable est d’ailleurs conforme aux orientations de la Décennie des Nations Unies pour l’Éducation en vue du Développement Durable 2005-2014 et reprit dans la déclaration de Rio + 20. Il est donc proposé de s’attarder brièvement aux compétences requises pour la mise en œuvre du développement durable et ensuite de poser un regard sur ce qui, dans les pratiques du CUFE, permet la construction de celles-ci et comment ces pratiques peuvent s’intégrer à la formation dans des disciplines variées.

La construction de compétences pour la mise en œuvre du développement durable

20Quelques organismes (Unesco, Learning of a Sustainable Future, Center for Ecoliteracy), établissements d’enseignement (University of British Columbia, Unity College au Maine, Evergreen State College à Washington) et chercheurs (Rands, 2009 ; Lundqvist et Svanstrom, 2008 ; Svanstrom et al., 2008 ; Boutet, 2003) se sont penchés sur la question des compétences en éducation au développement durable. Tantôt définis comme des objectifs d’apprentissage plus larges et généraux, tantôt déclinés sous forme de savoirs, savoir-faire et savoir-être, la façon de les exprimer varie, mais des éléments communs peuvent être identifiés à l’ensemble de ces démarches. L’objectif ultime tourne souvent autour de l’idée de former des « agents de changement ». Au sens large, le terme « agent de changement » réfère à des personnes qui intègrent les principes, valeurs et pratiques liées au développement durable dans l’exercice de leur profession comme dans celui de leur vie citoyenne plus largement. Cet objectif général se décline en objectifs intermédiaires qui rejoignent bien souvent l’un ou l’autre des thèmes suivants :

  • Connaître le contexte entourant l’émergence du développement durable et ses principaux défis.

  • Adopter une vision globale et intégratrice en s’ouvrant aux autres disciplines.

  • Être en mesure de passer à l’action.

Les leçons à tirer de l’expérience du CUFE

21La première option souvent envisagée pour l’intégration du développement durable à la formation est la création d’un cours d’introduction du développement durable offert parallèlement au programme d’études principal de l’étudiant. L’un des objectifs d’un tel cours est le développement d’un langage de base en développement durable permettant le démarrage d’un dialogue entre les disciplines. Une telle approche est d’ailleurs utilisée au CUFE où les cours obligatoires permettent aux cohortes hétérogènes de s’approprier un langage commun, quoique plus poussé dans la mesure où la formation est spécialisée.

22La contribution de toutes les disciplines et davantage la symbiose de celles-ci sont des conditions essentielles pour mettre en œuvre le développement durable dans un monde de plus en plus complexe. L’approche multidisciplinaire et multiculturelle du CUFE contribue à enrichir la compréhension des enjeux et le développement d’une vision globale essentielle. Cela amène les étudiants à développer des solutions originales à des problèmes complexes et systémiques. Aussi, le fait de confronter leurs idées à d’autres disciplines peut les aider à bâtir leur propre identité professionnelle. De plus, cela est plus représentatif du marché du travail où les activités se passent rarement en vase clos (Hegarty et al., 2011). L’intégration du développement durable à des programmes disciplinaires devrait donc favoriser cette démarche multidisciplinaire en réunissant, par exemple, des étudiants de disciplines variées dans des activités pédagogiques.

23L’ouverture aux autres disciplines favorise une vision intégratrice, mais il faut également que l’étudiant puisse relier le développement durable à son champ disciplinaire. L’approche-programme du CUFE et son appui pédagogique facilitent une telle intégration. Pour un programme disciplinaire, l’une des premières questions est de déterminer les portes d’entrée possibles pour le développement durable en lien avec les contenus disciplinaires. L’objectif est de développer le réflexe de prise en compte des aspects sociaux, économiques et environnementaux dans les décisions professionnelles en plus d’éviter que les étudiants considèrent le développement durable comme un concept à part. Dans ce contexte, il semble préférable que le développement durable soit abordé par un spécialiste de la discipline de l’étudiant ou du moins que des liens puissent être démontrés avec la discipline. Comme au CUFE, une telle démarche suppose cependant un appui pédagogique non négligeable pour les enseignants.

24L’intégration du développement durable dans la formation postsecondaire québécoise passe nécessairement par l’acquisition de connaissances et le développement d’une vision systémique. Toutefois, l’agent de changement doit ultimement être en mesure de mobiliser ses connaissances pour passer à l’action; une prise de conscience de son pouvoir d’action est donc nécessaire (Boutet, 2003). Au CUFE, une variété d’approches pédagogiques (apprentissage par projet, débat, jeu de rôle, étude de cas, stage, sortie sur le terrain) est utilisée pour bâtir cette confiance en la capacité d’agir chez les étudiants. Ces approches aident à prendre conscience du développement de nouvelles compétences dans un contexte encadré et sécurisant. De plus, bon nombre de projets au CUFE répondent à des besoins réels du milieu ce qui est une excellente source de motivation et de valorisation. Ce besoin d’engagement est également reflété au CUFE par la proportion importante d’étudiants engagés dans des activités extrascolaires. Une approche qui peut se généraliser relativement bien à tous les programmes par le développement de l’apprentissage expérientiel.

Conclusion

25Au CUFE, le développement durable est considéré de façon transversale et s’intègre dans l’ensemble de la formation. Évidemment, sa structure administrative multidisciplinaire, combinée à son approche-programme lui confère des avantages certains en la matière. Toutefois, il est intéressant de constater que l’expérience du CUFE peut également inspirer les programmes disciplinaires qui souhaitent intégrer le développement durable. Plusieurs pistes de solutions pour l’intégration du développement durable à l’ensemble de la formation ont été discutées. Cela rappelle qu’il n’y a pas de modèle unique et qu’on peut s’attaquer à la question de l’éducation au développement durable dans les établissements postsecondaires de maintes façons.

Haut de page

Bibliographie

Boutet, M., 2003, L'éducation relative à l'environnement pour vaincre l'exclusion des jeunes en difficultés, 23 p., Rousseau, N. et L. Langlois, Vaincre l'exclusion scolaire et sociale des jeunes : Vers des modalités d'intervention actuelles et novatrices, Québec, Les Presses de l'Université du Québec, pp. 63-84.

Hegarty, K., I. Thomas, C. Kriewaldt, S. Holdsworth et S. Bekessy, 2011, Insights into the value of a 'stand-alone' course for sustainability education. Environmental Education Research, 17, 4, pp. 451-469.

Lundqvist, U. et M. Svanstrom, 2008, Inventory of content in basic courses in environment and sustainable development at Chalmers University of Technology in Sweden. European Journal of Engineering Education, 33, 3, pp. 355-364.

Moore, J., F. Pagani, M. Quayle et J. Robinson, 2005, Recreating the university from within : Collaborative reflections on the University of British Columbia's engagement with sustainability. International Journal of Sustainability in Higher Education, 6, 1, pp. 65-80.

Prégent, R., H. Bernard et A. Kozanitis, 2009, Enseigner à l'université dans une approche-programme : guide à l'intention des nouveaux professeurs et chargés de cours. Montréal, Presses internationales Polytechnique, 330 p.

Rands, G.P. (2009). A Principle-Attribute Matrix for Environmentally Sustainable Management Education and Its Application : The Case for Change-Oriented Service-Learning Projects. Journal of Management Education, 33, 3, pp. 296-322.

Svanstrom, M., U. Lundqvist, M. Arehag, et J. Holmberg, 2008, Addressing the quality of engineering education for sustainable development - Experiences form Chalmers University of Technology. Engineering Education in Sustainable Development 2008 Conference Graz, Austria, 22-24 septembre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Drouin et Michel Montpetit, « L’intégration du développement durable dans la formation postsecondaire québécoise : s’inspirer de la formation spécialisée », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 13 | janvier 2013, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13203 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13203

Haut de page

Auteurs

Mélanie Drouin

Conseillère pédagogique en développement durable, PACTE 2D – Partenariat, apprentissage, collaboration et transfert en éducation au développement durable, 2500 boul. de l’Université, Sherbrooke, Québec, Canada, J1K 2R1, Courriel : Melanie.Drouin@Usherbrooke.ca

Michel Montpetit

Directeur, Centre universitaire de formation en environnement, Université de Sherbrooke, 2500 boul. de l’Université, Sherbrooke, Québec, Canada, J1K 2R1, Courriel : Michel.Montpetit@USherbrooke.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search