Navigation – Plan du site
2013

« Géofictions » : fictions, espaces et cartographie dynamique

Colloque dans le cadre du congrès annuel de l’ACFAS, 10 mai 2013, Université de Laval, Québec, Canada

Description

À l’heure où un nombre croissant d’artistes, de géographes et de narratologues en viennent à croiser et à interroger leurs expériences et savoirs réciproques[1], l’équipe de recherche fictions et interactions de l’UMR ACTE développe ses investigations et ses expérimentations au centre de ces rencontres et de ces croisements. Le séminaire doctoral 2012-2013 intitulé « Géofictions » propose de rencontrer un certain nombre d’artistes, de géographes et d’écrivains sur ces questions. Dans les fictions canoniques (cinéma, littérature), la perception du sujet est scindée entre l’environnement réel et l’univers imaginé. En situation d’immersion, l’attention à l’univers fictionnel finit par absorber presque entièrement la conscience du sujet, tandis que le corps est majoritairement immobilisé. Les déplacements et les actions qui sont au fondement même de la construction de l’espace perçu sont réactivés mentalement et accompagnés le plus souvent d’une implication émotionnelle. L’exploration de l’espace fictionnel se produit à l’intérieur de la conscience du sujet à partir des représentations et des médias qui servent de support aux fictions artistiques. Que deviennent la recréation et l’exploration de l’espace fictionnel lorsque celui-ci ne se conçoit plus du point de vue d’un sujet immobile, mais à travers ses déplacements et ses actions dans les jeux en réalités alternées? Une part croissante d’artistes met en œuvre des situations en réalités alternées qui ménagent des confrontations entre univers réels, virtuels et fictionnels. Ici, l’espace physique, devient le cadre pour déployer un engagement fictionnel où les actions, la mobilité du sujet et les interactions avec d’autres participants deviennent déterminantes. Les outils virtuels impliqués dans les réalités alternées peuvent alimenter et augmenter des situations réelles, mais aussi développer des contextes fictionnels. L’articulation entre ces contextes réels, virtuels et fictionnels restent pour une grande part à préciser. La cartographie dynamique peut constituer un élément essentiel pour structurer ces différents contextes et ces œuvres sous le mode des réalités alternées. Elle permet de coordonner la géolocalisation des participants, leurs interactions, les contenus fictionnels associés à des emplacements réels dans un espace souvent urbain avec les scénarios et les règles mises en jeu.

En partant de cette problématique ancrée dans les recherches récentes de l'équipe Fictions et interactions sur les immersions, on envisagera avec plusieurs invités un questionnement plus général sur la notion de géofiction

Responsables

Bernard GUELTON Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1),
Renée Bourassa Université Laval

Programme

http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/81/300/349/c