Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 16Institutionnalisation de la natur...Place et fonctions de la patrimon...

Institutionnalisation de la nature et territorialisation politique : des dimensions publiques omniprésentes dans le mouvement patrimonial

Place et fonctions de la patrimonialisation de la nature dans les espaces protégés. Enseignements à partir du massif de l’uKhahlamba-Drakensberg, Afrique du Sud.

The role and function of natural heritage’s process within the protected areas : learning from the uKhahlamba-Drakensberg Park, South Africa.
Mélanie Duval

Résumés

Cet article analyse le champ de la protection de l’environnement sous l’angle de la patrimonialisation de la nature et vise à éclairer quelles sont la place et les fonctions du registre patrimonial dans les espaces protégés. Ces réflexions s’appuient sur un travail de terrain réalisé dans le massif de l’uKhahlamba-Drakensberg, situé à la frontière de l’Afrique du Sud et du Lesotho. Ce massif offre la particularité d’être marqué par la création de plusieurs espaces protégés, successivement établis tout au long du 20e siècle. Cet ancrage dans le temps permet d’interroger les évolutions dans les valeurs mobilisées et les finalités sous-jacentes à la création de ces différents espaces protégés. Situé dans un contexte politique post-régime totalitaire, il conduit également à analyser les questions d’autorité patrimoniale et à observer dans quelle mesure la redéfinition de la société civile ayant voix au chapitre patrimonial se traduit par une évolution des modalités de patrimonialisation de la nature. Des processus de redéfinition s’observent, en lien avec l’évolution du concept même de nature, celle des jeux d’acteurs et les échelles spatiales investies. Au final, l’analyse des liens entre protection de l’environnement et patrimonialisation de la nature conduit à interroger les conditions de la durabilité des espaces protégés, lesquelles sont fonction de la capacité qu’ont les gestionnaires à proposer une approche holistique des rapports Homme-Environnement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parallèlement à la démultiplication du nombre d’espaces protégés (Depraz, 2008 ; Rodary et Milian, 2008), une profusion des objets investis de valeur patrimoniale s’observe (Heinich, 2009), ces deux processus concomitants amenant à analyser la place et les fonctions de la patrimonialisation de la nature dans la création et le fonctionnement des espaces protégés. Ce questionnement revient à interroger les jeux de dialogues entre d’une part, la création institutionnelle d’espaces protégés et d’autre part, des processus de construction sociale traduisant un « changement de référent dans les échelles de valeurs que l’on accorde à des éléments naturels ou à des lieux que l’on veut sauvegarder » (Durand, 1997). Autrement dit, il s’agit d’observer dans quelle mesure les logiques de protection de l’environnement s’appuient sur des processus de patrimonialisation de la nature et vice versa.

2Le massif de l’uKhahlamba-Drakensberg (Afrique du Sud) constitue un terrain d’étude pertinent pour analyser la place du registre patrimonial dans la création et le fonctionnement d’espaces protégés, via une entrée par les valeurs et les finalités associées. Encore peu utilisée, l’entrée par les valeurs permet notamment d’appréhender les ressorts de la patrimonialisation de la nature (Bouisset et al., 2010 ; Sol, 2007), les valeurs témoignant de qualités collectivement attribuées à un objet et/ou un espace. Aussi, déconstruire les valeurs mobilisées, décrypter les finalités qui leur sont associées, permet d’approfondir l’analyse des relations entre les espaces naturels protégés et la patrimonialisation de la nature. C’est tout du moins l’argumentaire défendu dans cet article, lequel vise à démontrer dans quelle mesure les valeurs invoquées lors de l’établissement et/ ou de l’agrandissement d’espaces protégés traduisent (ou non) un rapport patrimonial à la nature, marquant en cela une évolution des rapports Homme-Environnement.

3Situé à la frontière avec le Lesotho, le massif court sur un escarpement de plus de 200 km de long, avec un sommet culminant à plus de 3400 mètres. Reconnu par les acteurs institutionnels pour la richesse de sa biodiversité, le massif abrite également plus de 600 sites d’art rupestre (Wright et Mazel, 2007). Pour partie inscrit en 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que bien mixte (combinaison de critères naturels et culturels), le massif du Drakensberg est marqué par un agrégat d’espaces protégés établis tout au long du 20e siècle : il offre, à ce titre, un pas de temps pertinent pour conduire une approche diachronique et observer des processus évolutifs. L’examen de ces processus est d’autant plus intéressant que la création de ces espaces protégés et l’évolution de leurs statuts sont marquées et alimentées par les changements survenus à une échelle macro sur les plans politique, socio-économique et culturel. Le massif du Drakensberg est, à ce titre, représentatif des espaces protégés anciennement établis par une puissance coloniale et/ou un régime totalitaire et dont le statut a progressivement évolué pour conduire à un classement international. Ces évolutions témoignent de changements d’échelles, mais également d’un élargissement du processus de patrimonialisation : la labellisation UNESCO en tant que bien mixte marque, en effet, la reconnaissance institutionnelle de valeurs culturelles jusqu’ici peu mises en avant dans la patrimonialisation du massif. Ces évolutions, entre transformation graduelle et changement d’échelle dans le processus de patrimonialisation, nous invitent à cibler notre étude sur les espaces protégés constitutifs du bien UNESCO. Aussi, si des espaces protégés existent également le long de l’escarpement au nord et au sud du bien inscrit, ces derniers ne seront pas analysés.

4Notre positionnement théorique spécifié, une approche chronosystémique amènera à envisager les différents temps et les différentes formes que prennent les espaces protégés dans le massif du Drakensberg. L’analyse des valeurs mobilisées conduira ainsi à détailler les relations entre la protection de l’environnement et la patrimonialisation de la nature. Les évolutions dégagées permettront, au final, de mettre en exergue les zones de recoupement entre ces deux processus, et d’ouvrir sur des enjeux d’intégration et d’acceptation sociale, en lien avec les problématiques post-Apartheid liées à la prise en compte des populations précédemment désavantagées.

Ancrage théorique

5Alors que les travaux sur les espaces protégés et la protection de l’environnement se sont multipliés ces dernières années (Aubertin et Rodary, 2008 ; Depraz, 2008 ; Héritier et Laslaz, 2008 ; Arnould et Simon, 2007 ; Grenier, 2000 ; Larrère et Larrère, 1997 ; Viard, 1990 ; Montgolfier (de) et Natali, 1987 ; Leynaud, 1985 ; Cadoret, 1985), la question des liens entre la protection de l’environnement et la patrimonialisation de la nature reste peu explorée. La patrimonialisation de la nature diffère de la protection de l’environnement dans le sens où elle dépasse un seul cadre réglementaire pour exprimer un triple processus de sélection, de qualification et d’appropriation (Di Méo, 2008 ; Lazzarotti, 2003) par lequel l’objet et/ou l’espace patrimonialisé se voit conférer des valeurs sociales et symboliques et devient ce qu’il s’agit de transmettre. Le champ de la protection de l’environnement renvoie, quant à lui, à une démarche avant tout institutionnelle où des espaces protégés peuvent être décrétés en vue de satisfaire différentes finalités (préservation des propriétés environnementales dans une logique de services écologiques, maintien des conditions de renouvellement des ressources naturelles en vue de garantir la pérennité des usages, encadrement de la fréquentation touristique, etc.).

6Les liens entre le registre de la protection de l’environnement et celui de la patrimonialisation de la nature ne sont pas sans rappeler le paradigme de l’œuf et de la poule ; leur compréhension nécessite dès lors une contextualisation des dynamiques territoriales. Alors que dans certains cas de figure, la patrimonialisation de la nature peut précéder l’adoption de mesures de protection, lesquelles sont alors pensées comme un moyen de garantir la transmission du bien naturel patrimonialisé dans le temps (Duval, 2008, à propos des gorges de l’Ardèche), les valeurs patrimoniales peuvent survenir a posteriori, exprimant un changement de regard sur l’espace protégé et des processus d’appropriation sociale (Duval et Gauchon, 2010, à propos des géopatrimoines). Tout l’enjeu réside dans la compréhension de ces articulations, entre moyens et objectifs. Aussi, nous faisons ici l’hypothèse que l’entrée par les valeurs et les finalités qui leur sont associées permet d’analyser les jeux de dialogue entre la protection de l’environnement et la patrimonialisation de la nature et plus précisément, la place du registre patrimonial dans la création, le renouvellement et la durabilité des espaces protégés.

7À l’instar des patrimoines bâtis, les valeurs sous-jacentes à la patrimonialisation de la nature recoupent, pour partie, des enjeux esthétiques, lesquels motivent, tout du moins dans le contexte occidental, l’adoption des premières mesures de protection, telles que celles liées à la préservation de séries d’arbres remarquables de la forêt de Fontainebleau (1861) ou encore à des éléments paysagers comme la cascade du Lison, à l’origine de la première loi de protection des « sites et monuments naturels de caractère artistique » (Loi Beauquier, 1906). Dans un registre similaire, les premiers sites classés dans les Alpes l’étaient essentiellement pour leurs dimensions artistique et pittoresque (Gauchon, 2002). En cela, les valeurs associées à la patrimonialisation de la nature ne diffèrent guère de celles observées dans le registre culturel où il s’agit de préserver le beau et le remarquable, en lien avec les canons esthétiques d’une époque (Ritter, 1978). La patrimonialisation d’espaces naturels en raison de valeurs esthétiques peut aller jusqu’à conduire les sociétés à intervenir pour contrer des évolutions jugées et perçues comme inadéquates par rapport à la valeur esthétique initialement attribuée (Depraz, 2008).

8Loin d’être cantonnée aux débuts de la patrimonialisation de la nature, la dimension esthétique est également présente dans les processus actuels. À ce titre, l’analyse des critères pour l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO est explicite : en octobre 2011, sur les 183 sites naturels et les 28 sites mixtes inscrits, 131 d’entre eux comptent parmi les critères ayant motivé leur inscription le critère VII, à savoir : « représenter des phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles ». L’approche diachronique du critère VII souligne cependant une diminution de ce dernier en valeur relative par rapport aux autres critères mobilisés dans l’inscription des biens naturels au patrimoine mondial de l’UNESCO. À partir des années 2000, celui-ci n’occupe plus de manière aussi nette le devant de la scène. Une analyse fine des sites naturels inscrits depuis 1997 montre une montée en puissance des critères IX et X, autrement dit,

« 9. être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d’animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins ; 10. contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation. »

9Cette tendance indique un élargissement progressif des valeurs sur lesquelles repose la patrimonialisation des espaces naturels. Au critère esthétique s’associent des valeurs environnementales, témoignant d’une prise en compte accrue, à l’échelle internationale, du fonctionnement des écosystèmes depuis le début des années 2000. Sans pour autant se substituer à un regard esthétisant, le regard environnemental vient enrichir et complexifier le « millefeuille patrimonial », caractéristique des dynamiques patrimoniales (Babelon et Chastel, 1994 ; Choay, 1992). En cela, on observe une nouvelle forme d’articulation entre les logiques de protection de l’environnement et la patrimonialisation de la nature, les visées environnementales jusqu’alors privilégiées par les acteurs de la protection de l’environnement se retrouvant dans les discours patrimoniaux. On mesure ici que ce n’est pas tant le type de valeur qui est marqueur d’un rapport patrimonial que les finalités associées aux espaces protégés. Si les valeurs peuvent fonctionner comme des indicateurs des processus de patrimonialisation de la nature, il importe, en effet, de les contextualiser afin de saisir les finalités associées à la création et/ou à l’évolution des espaces protégés.

10À ces deux principales valeurs s’ajoutent les valeurs émotionnelles, encore appelées « valeurs d’ambiance » (Bouisset et al., 2010). Elles sont liées à « l’esprit des lieux » qu’il s’agit de préserver en vue, notamment, de maintenir les propriétés récréatives de l’espace protégé. Loin d’être l’apanage des modes de gestion actuels, la valeur touristique a parfois présidé à la patrimonialisation d’espaces naturels dès le début du 20e siècle (Duval, 2008, au sujet des gorges de l’Ardèche). Aussi, les valeurs sous-jacentes à la patrimonialisation de la nature ne sont-elles pas exclusives les unes des autres et l’analyse croisée des argumentaires successivement mobilisés témoigne au contraire de leur coexistence dans la durée, voire de leur hybridation (Dérioz, 2010 ; Peyrache-Gadeau, 2004).

11L’analyse de la place du registre patrimonial dans la création et le fonctionnement des espaces protégés recoupe des enjeux en matière de durabilité. En tant que marqueur de processus d’appropriation, la patrimonialisation de la nature est, en effet, un des facteurs à même de garantir la durabilité des espaces protégés. Encore faut-il que ce rapport social à la nature soit partagé par un collectif lui permettant de s’ancrer à la fois dans le temps et l’espace. Pour fonctionner, la patrimonialisation est indissociable « d’une forme d’attachement collectif […]. Il ne suffit ainsi pas qu’un individu désigne un objet pour qu’il devienne patrimoine naturel : il faut que toute une communauté se sente concernée » (Cormier-Salem et Roussel, 2000). la question se pose alors de la permanence des groupes ayant l’autorité patrimoniale, de la durabilité du processus de patrimonialisation et de l’évolution des valeurs mobilisées en vue de garantir la continuité des dynamiques patrimoniales.

12La valeur patrimoniale n’est, en effet, pas immuable. Selon l’évolution des cadres sociétaux et des jeux d’acteurs, l’objet, le lieu, l’espace peuvent voir leur fonction patrimoniale remise en question (Gauchon, 2010). La durabilité de leur patrimonialité dépend alors du degré de polysémie de l’objet et plus encore de la capacité des acteurs à renouveler le discours patrimonial de manière à ce que les objets patrimonialisés concordent à des grilles de valeurs sociétales elles-mêmes en mouvement.

13La problématique des valeurs et de l’autorité patrimoniales se décline, quels que soient les espaces protégés patrimonialisés considérés ; dans les contextes post-coloniaux et/ou post-régime totalitaire, elle revêt néanmoins des accents particuliers. La création des espaces protégés ayant été marquée par l’élitisme autoritaire des colonies et/ou les systèmes de valeurs propres à une catégorie d’acteurs dominants, il s’agit aujourd’hui de penser la durabilité de ces derniers compte tenu des évolutions des environnements socio-économiques, culturels et politiques dans lesquels ils s’inscrivent.

14Si les arguments invoqués par les minorités au pouvoir ont pu fonctionner dans un cadre par définition coercitif, qu’en est-il des valeurs sur lesquelles reposent actuellement les espaces protégés ? L’évolution des contextes politiques s’est-elle traduite par une évolution des statuts des espaces protégés et des valeurs sur lesquels reposent ces derniers ? Dans quelle mesure ces valeurs expriment-elles une patrimonialisation de la nature ? La création des espaces protégés ayant conduit à l’exclusion des populations locales au profit d’une élite raciale, l’enjeu pour la société civile est aujourd’hui de travailler l’acceptation sociale des espaces protégés (Laslaz et al., 2010). Dans quelle mesure cette recherche d’acceptation passe-t-elle par une redéfinition des modalités d’articulation entre protection de l’environnement et patrimonialisation de la nature ainsi que par une évolution du registre patrimonial ?

Évolution des argumentaires liés à la création des espaces protégés du Drakensberg

Les valeurs d’usage, moteurs dans la création du premier espace protégé du massif

15Dans le contexte colonial sud-africain, la création des espaces protégés est marquée par les courants de pensée anglophone et la prise de conscience d’une raréfaction des ressources, notamment faunistiques (Carruthers, 1995). Ainsi, la réserve de chasse de Giant’s Castle (Giant’s Castle Game Reserve), premier espace protégé créé dans le massif en 1903, vise-t-elle à protéger l’une des plus grandes antilopes des terres australes : l’éland. Depuis 1866, l’éland fait partie, au même titre que les zèbres des plaines (quagga, espèce aujourd’hui éteinte) de la liste du gibier royal « Royal Game list ». La chasse devient une activité réglementée et les contrevenants peuvent faire l’objet de lourdes sanctions… si tant est qu’ils puissent être identifiés. En effet, la surveillance du Drakensberg n’est pas chose aisée, d’autant plus que celui-ci ne faisant pas l’objet de réglementation particulière, aucune force de police ou tout du moins de surveillance n’est affectée à son contrôle (Barnes, 2003).

16Au début du 20e siècle, la crainte est d’être bientôt dans la même position que la colonie du Cap où les élands ont disparu ou que celle des États-Unis avec l’extinction des bisons : « I think it is almost a moral certainty that if some steps are not taken, a very few years will find them practically as extinct as buffalos are on the plains of North America » (Barnes, 2003). Aussi, l’objectif de ce premier espace protégé est-il de protéger les lieux de concentration des antilopes (Pearse, 1973) ; il s’agit également de créer un espace légitimant la mise en place d’une structure de gestion chargée de la surveillance de cette portion de territoire. C’est donc le critère de raréfaction d’une ressource et la nécessité de penser la durabilité de cette dernière en vue de maintenir l’activité cynégétique qui conduisent à la création de ce premier espace protégé. Les limites de ce dernier ont également été définies en raison de la difficulté pour les hommes d’accéder à ces espaces et du faible intérêt économique de cette région : « its present economic value is so small that it need not enter into the calculations as regards or revenue of financial considerations » (Barnes, 2003). La création de ce premier espace protégé est d’autant plus acceptable qu’elle ne vient pas amputer la surface utile de la colonie du Natal.

17La définition de la réserve de chasse de Giant’s Castle repose sur l’axiologie coloniale, autrement dit le système des valeurs de l’Europe moderne. Marquée par une vision anthropocentrée des rapports Homme-Environnement, la nature est ici entendue comme une ressource qu’il s’agit de conserver en vue de garantir son exploitation et sa dimension récréative. Spatialement, ces valeurs conduisent à la création d’un premier espace protégé de 34 638 ha (figure 1), témoignant, dans le même temps, de la mainmise de l’autorité blanche sur la gestion des terres tribales. La réserve de Giant’s Castle marque ainsi le début de la protection du massif qui n’aura de cesse de se complexifier tout au long du 20e siècle et du début du 21e.

Figure 1. Approche diachronique et typologique des espaces naturels protégés du massif du Drakensberg.

Figure 1. Approche diachronique et typologique des espaces naturels protégés du massif du Drakensberg.

Crédit : M. Duval (compilation de données)

Royal Natal National Park ou la protection d’un « monument de la Nature »

18Le second espace protégé créé marque les prémisses d’un rapport patrimonial à la nature, lequel s’appuie sur des valeurs émotionnelles. Situé au nord de l’escarpement, le parc du Natal (rebaptisé Royal Natal National Park suite à la visite de la famille royale britannique en 1947) est officiellement décrété en 1916 (figure 1) : il vise à préserver/réserver un paysage aux dimensions de « cathédrale sauvage », pour prendre l’expression de R. Defurnaux (2004) en vue de garantir les usages contemplatifs et récréatifs d’une élite blanche.

19D’un point de vue géomorphologique, le parc s’organise autour d’un amphithéâtre qui fit, très tôt, la renommée du Drakensberg. En lien avec « l’invention de la montagne » (Debarbieux et Rudaz, 2010 ; Joutard, 1986), l’Amphithéâtre et le mont aux Sources comptent, dès la fin du 19e siècle, parmi les hauts lieux de la colonie, voire du sud de l’Afrique. Plusieurs guides touristiques ou récits des membres du Mountain Club mettent en avant la beauté et le caractère dramatique de l’escarpement :

20« The charms of the place were evident immediately – the boulder-bedded Tugela issuing from the mountains, the gap of the Goodoo Pass leading into the beyond, gushing waterfalls showing white amidst luxuriant bush, and, through the clouds at intervals, glimpses of the towering escarpment which seemed to be the end of all things » (Coates, 1920).

21À ces extraits de texte s’ajoutent de nombreuses photographies qui soulignent systématiquement la verticalité des paysages et ciblent sur l’Amphithéâtre (Harrisson, 1903).

22Objet de contemplation, l’Amphithéâtre devient également un lieu du dépassement de soi. En cela, on observe des processus similaires à ceux observés quelques décennies auparavant dans les Alpes où les Britanniques, et plus largement les Européens, investissent les espaces montagnards en vue de réaliser des prouesses alpinistiques (Lejeune, 1988). Sur ce point, la diffusion de telles pratiques dans le Drakensberg est d’autant plus significative que la province du Natal est une ancienne colonie anglaise.

23Dans le même temps qu’il vise à protéger un lieu emblématique, l’espace protégé du Royal Natal est pensé comme une enclave récréative. Sa fonction touristique est d’ailleurs concomitante à la création du parc puisqu’un premier hôtel ouvre ses portes en 1913, précédant de quelques années son institutionnalisation en tant qu’espace protégé (Pearse, 1973).

24Ce deuxième temps dans la protection du massif marque l’émergence d’un rapport patrimonial à la nature, lequel repose à la fois sur des valeurs esthétiques, contemplatives, mais également émotionnelles et récréatives puisqu’il s’agit de préserver la qualité du lieu, condition nécessaire au ressourcement. La prédominance de la valeur esthétique, visant à préserver un monument de la nature, explique d’ailleurs la surface relativement restreinte de cet espace qui couvre 8 094 ha (auxquels s’ajouteront en 1950 les 762 ha de Rugged Glen Nature Reserve). Dans ce cas de figure, une convergence entre la patrimonialisation de la nature et la protection de l’environnement s’observe du fait d’une adéquation entre les acteurs énonciateurs des valeurs patrimoniales et ceux responsables des volets institutionnels. La création de l’espace protégé fonctionne en cela comme un marqueur et un diffuseur des valeurs patrimoniales attribuées par une élite socio-raciale à un lieu désigné par cette dernière comme emblématique.

L’importance des valeurs économiques et récréatives : forêts nationales et réserves naturelles

25Ces deux premières créations sont complétées par une série d’espaces protégés de dimension plus importante ayant pour objectif la gestion des espaces forestiers (3 espaces en 1927, 3 en 1951). Les logiques rejoignent, dans une certaine mesure, celles précédemment observées lors de la création de la réserve de chasse de Giant’s Castle, puisqu’il s’agit de doter les espaces forestiers d’une réglementation et d’une structure de gestion en vue d’optimiser l’exploitation des ressources forestières. Jusqu’ici peu exploités du fait des difficultés d’accès, les espaces forestiers sont de plus en plus perçus comme une ressource économique, notamment pour le bois utilisé dans la construction (Pearse, 1973). Face à la pression dont ils font l’objet et à la multiplication des autorisations de coupes ponctuelles et parcellaires, les trois premiers espaces créés en 1927 visent à gérer durablement les ressources forestières du Drakensberg (Cathedral Peak State Forest, 32 246 ha ; Cobham State Forest, 30 498 ha ; Monk’s Cowl State Forest, 20 379 ha).

26Les trois forêts d’État créées en 1951 s’inscrivent, pour partie, dans cette même logique de gestion des espaces forestiers, mais elles visent également à protéger le château d’eau de la République. Depuis les années 1930, les édiles ont, en effet, peu à peu pris conscience de la vulnérabilité de la ressource en eau, en atteste la résolution de 1934 adoptée par le parlement de l’Union d’Afrique du Sud visant à protéger les bassins versants situés en montagne (Pearse, op. cit.). Dans une logique de gestion des ressources, le massif du Drakensberg fait office de laboratoire scientifique : une station d’observation est créée dans la vallée de Didima en vue de mesurer la consommation d’eau de différentes essences d’arbres. L’objectif est ici d’optimiser le ratio entre d’une part les retombées économiques liées à l’exploitation forestière et d’autre part, la ressource en eau disponible, attendu que les espèces d’arbres intéressantes sur le plan économique peuvent également être celles qui nécessitent les volumes d’eau les plus importants.

27Ce troisième temps dans la création des espaces protégés du Drakensberg est dès lors marqué par des valeurs économiques et scientifiques, déconnectées de logiques patrimoniales. L’espace protégé est ici entendu comme un moyen de garantir une gestion efficace des réserves forestières et de la ressource en eau. Et c’est dans cette perspective que les trois forêts d’État de Garden Caslte (30 766 ha), Highmoor (28 151 ha) et de Mkomazi (49 156 ha) ont été créées (figure 1).

28Dans les années qui suivent, des espaces protégés de petite envergure sont créés à différents endroits de l’escarpement (figure 1). Leur création répond essentiellement à des logiques récréatives : ainsi, la réserve naturelle de Kamberg, créée en 1951 (2980 ha), vise-t-elle à offrir un espace récréatif autour de la pratique de la pêche en eau vive. Celles de Lotheni (1953, 3984 ha) et de Vergelegen (1967, 1159 ha) sont davantage axées autour de la pratique de la randonnée. Quant à celle de Culfargie (1989, environ 1600 ha), elle répond à la fois à une logique récréative, mais également à une volonté de canaliser le développement des hébergements touristiques aux abords immédiats de l’escarpement, pression foncière particulièrement marquée dans la vallée de Champagne Castle. Adjacentes aux forêts d’État, ces réserves naturelles visent au final à combler des interstices entre les espaces précédemment définis et à garantir la qualité d’un écrin paysager et récréatif, préfigurant la notion de continuité écologique qui s’imposera par la suite dans les politiques environnementales (Depraz, 2008).

29Ces créations doivent, dans le même temps, tenir compte d’autres types de réglementations en vigueur, telles que la définition des limites du bantoustan du KwaZulu, créé le 9 juin 1970. Instaurés par la Bantu Authorities Act (1951), les bantoustans matérialisent les principes de la ségrégation raciale, en séparant les espaces affectés aux populations noires de ceux réservés à la minorité blanche. Celui du KwaZulu présente la particularité d’être fortement morcelé et discontinu, composé d’une dizaine d’enclaves. La région de Mnweni est l’une d’entre elles. Aussi, le système territorial établi par l’Apartheid, avec la définition d’une réserve noire à cette hauteur de l’escarpement, explique, pour partie, la discontinuité observée entre le Royal Natal National Park situé au nord et l’ensemble continu formé par les autres espaces protégés au sud (figure 1).

30Au final, la mise en place successive des espaces protégés du Drakensberg s’inscrit dans une logique agrégative et cumulative : ces créations sont portées/motivées par des valeurs distinctes, appartenant tant au registre récréatif/émotionnel qu’à celui de l’esthétique ou encore économique. Suivant les finalités qui leur sont associées, ces valeurs expriment l’émergence d’un processus de patrimonialisation de la nature, notamment lors de la création du Royal Natal National Park. Pour autant, les dynamiques patrimoniales restent timides dans la création des espaces protégés du Drakensberg ; suite à l’évolution des environnements systémiques dans lesquels s’inscrit le massif, elles voient cependant leur place et leur fonction redéfinies. À la croisée de plusieurs dynamiques situées à différentes échelles, les statuts des espaces protégés vont, en effet, être progressivement redéfinis. Tant l’évolution des contextes internationaux que les reconfigurations locales des jeux d’acteurs ou encore les nécessités sociales sur le plan national vont se traduire par des processus de relecture des axiomes sur lesquels repose l’existence des espaces protégés, traduisant une construction et une diffusion progressive d’une certaine forme de patrimonialisation de la nature.

La patrimonialisation de la nature dans les espaces protégés du Drakensberg

Construction, diffusion et affirmation d’un rapport patrimonial à la nature

31Pour partie, la construction d’un rapport patrimonial à la nature est concomitante des jeux d’acteurs et de leur reconfiguration progressive. La mise en place d’un acteur gestionnaire unique va, en effet, se traduire par une mise en ordre des valeurs associées aux espaces protégés et la diffusion de dynamiques patrimoniales.

  • 1 S’inscrivant dans une logique anglo-saxonne, l’entrée dans les parcs sud-africains est en effet pay (...)

32Initialement, les deux premiers espaces protégés créés (Giant’s Castle Game Reserve et Royal Natal National Park) sont gérés par l’administration provinciale du Natal. Pour autant, il n’existe pas, à proprement parler, de structure unique et toutes deux sont gérées de manière disjointe, des rangers respectifs devant veiller à leur fonctionnement. En 1947, la création de Natal Park Board (NPB) va changer la donne ; un bureau central est chargé de coordonner la gestion des espaces protégés de la province du Natal, dont font partie ceux du Drakensberg. Dans un premier temps exclues, les forêts d’État verront leur gestion transférée du Ministère des Forêts et de l’Agriculture à Natal Park Board dans les années 1980. Cette structure présente la particularité de regrouper à la fois des services de protection de l’environnement, mais également une branche « tourisme », chargée de développer l’accueil dans les espaces protégés1. On se situe dès lors dans une configuration différente de celle observable dans d’autres espaces protégés où une dissociation s’observe entre les acteurs de la préservation et ceux impliqués dans des logiques de développement, ce qui explique également la diversité des fonctions attribuées aux espaces protégés dont NPB a la charge.

33La mise en place d’un acteur unique se traduit par une centralisation des argumentaires ayant présidé à la création des différents espaces protégés du massif. Tant les valeurs d’usage, émotionnelles, esthétiques, économiques que récréatives se trouvent être mobilisées par un seul et même acteur. Compte tenu du contexte politique ségrégatif sud-africain, celui-ci va, dans le même temps, fonctionner comme un relais du système de valeurs de la minorité blanche et se retrouve, de fait, en position dominante dans l’énonciation d’un rapport patrimonial à la nature englobant les valeurs précédemment mobilisées : « We have not only been impressed by the magnificence of the scenery but also by the richness of the natural resources and, on bearing in mind our function, we are earnestly aware of the role that this mountain range can play in the lives of our people and visitors from beyond our shores. (…) We must refer to the important role played by mountain ranges in other parts of the world in the active and passive recreational needs of people » (Dossier d’archives AA/25/1, document daté du 20 juin 1968, intitulé « National Parks Board of Trustees. Utilisation of the Drakensberg Catchment area », et signé par le directeur de National Parks).

34En lien avec l’évolution des paradigmes environnementaux (Rodary et al., 2003), cette axiologie se trouve complétée à partir des années 1980 par la reconnaissance des valeurs environnementales, liées à la protection des propriétés faunistiques et floristiques du massif. La protection de la biodiversité devient un objectif en soi et prend progressivement sa place dans le jeu des valeurs constitutives d’un rapport patrimonial à la nature. Spatialement, cette évolution se traduit par l’adoption « d’aires sauvages » (wilderness areas). Ce nouveau découpage vient se superposer à des espaces protégés jusqu’ici juxtaposés, créant ainsi une forme de continuité entre ces derniers (figure 1). Sont ainsi créées les aires sauvages de Mdedelelo (27 000 ha) et de Mkhomazi (56 122 ha) en 1973 ; puis de Mzimkulu (28 340 ha) et de Mhlambonja (6270 ha) en 1989. Ces dernières témoignent d’une orientation claire en faveur d’une éthique biocentrée (Depraz, 2008) où l’accent est mis sur la préservation des écosystèmes.

35Au tournant des années 1990, une convergence s’observe dès lors entre les logiques de protection de l’environnement et la patrimonialisation de la nature à l’échelle du Drakensberg. Les valeurs successivement mobilisées lors de la création des différents espaces protégés ont été intégrées dans un même discours patrimonial, porté par un acteur unique, émanation d’une minorité blanche au pouvoir. Les espaces protégés du Drakensberg sont devenus des espaces qu’il s’agit de transmettre aux générations futures en raison des valeurs sociales et symboliques dont ils sont les dépositaires.

La fin de l’Apartheid : essai et limites en matière d’intégration des populations précédemment désavantagées

36La fin du régime totalitaire de l’Apartheid (1994) apporte une nouvelle configuration des jeux d’acteurs : les services de protection de la nature du Natal et du KwaZulu, autrement dit de l’ancien bantoustan, fusionnent en une seule structure, Ezemvelo KwaZulu-Natal Wildlife (EKZNW). Celle-ci est responsable de l’ensemble des espaces protégés de la province, soit une centaine. À l’instar de NPB, EKZNW compte également une branche « environnement » et un service « tourisme », un de ses credos étant le développement de l’écotourisme.

37La fusion de NPB et des services de l’ancien bantoustan du KwaZulu entraîne une diffusion des valeurs activées par NPB lors de la création des différents espaces protégés du massif. Son antériorité en tant qu’acteur de la protection de l’environnement dans le Drakensberg, les savoir-faire développés et les succès rencontrés tels que le maintien des qualités écologiques des milieux ou encore le développement de cette destination écotouristique, confèrent une légitimité à l’axiologie portée par l’ancien organisme.

38Dans le même temps, il s’agit de composer avec la problématique montante de l’intégration des populations locales dans la gestion des espaces protégés (Adams et Hutton, 2007 ; Adams et Hulme, 2001 ; Agrawal et Gibson, 1999). À la fin de l’Apartheid, les espaces protégés du Drakensberg, et plus largement du pays, se trouvent confrontés à la nécessité de légitimer leur existence dans le nouveau contexte démocratique, marqué par d’importantes inégalités raciales et socio-économiques (Guyot, 2006a). Initialement imposé au détriment des usages domestiques des populations bantoues, il s’agit de travailler leur acceptation sociale, ce qui passe par la prise en compte des populations locales jusqu’ici maintenues à distance. Dans les faits, ces réflexions ont déjà été entamées depuis le début des années 1980 avec, notamment, une préférence à l’embauche de la population locale pour les emplois peu qualifiés dans les structures d’accueil touristique des espaces protégés (entretien G. Hughes, op. cit.). Suite à 1994, la prise en compte des populations locales passera par deux principales mesures : la mise en place d’instances participatives et l’association aux retombées économiques.

39Au KwaZulu-Natal, l’appareil législatif provincial stipule très clairement l’association de la population locale à la gestion des espaces protégés via la mise en place de Local Board (Guyot, 2006a, b ; Luckett et al., 2003). En plus de membres d’EKZNW, ces instances se composent des représentants des autorités traditionnelles et municipales ainsi que des différents secteurs d’activité comme l’agriculture ou l’artisanat. Ils fonctionnent comme des lieux et temps d’échange entre les administrateurs et les représentants de la population locale et sont doublés, localement, par la tenue des Neighbour Relations liaison committee. La principale fonction de ces derniers est de prévenir des conflits potentiels, notamment en ce qui concerne l’utilisation de ressources naturelles comprises dans l’espace protégé (prélèvements de plantes et de bois de chauffage pour l’essentiel). Pour autant, les limites à la participation effective de la population locale sont nombreuses et les dysfonctionnements majeurs, ne serait-ce qu’en termes de représentativité. Ainsi le Local Board du Drakensberg se compose-t-il de 17 personnes nommées pour représenter 48 167 unités d’habitations (chiffre communiqué par EKZNW en 2010), le long d’un escarpement courant sur plus de 200 km. Quant aux Liaison Committee, ils sont plus ou moins boycottés par les représentants de la population locale, lesquels, dans certains cas, manifestent leurs mécontentements par des incendies criminels dans les limites de l’espace protégé (entretien S. Richert, responsable du Royal Natal National Park, mars 2010). Ces conflits témoignent en retour des limites dans la prise en compte des rapports que les populations locales entretiennent avec les espaces protégés.

  • 2 Les montants prélevés à destination du Community Levy Fund varient selon les types d’espaces protég (...)

40À ces essais de démarche participative s’ajoute la mise en place d’un Community Levy Fund. Propre à la province du KwaZulu-Natal, il s’agit d’un fonds alimenté par des perceptions sur les entrées et les nuitées dans les hébergements situés à l’intérieur de l’espace protégé2. Considérant les montants ainsi constitués, la population locale peut déposer des projets de développement (réalisation de salles de classe, développement de microentreprises en lien avec le secteur agricole, centres d’artisanat, ou encore construction d’hébergements touristiques). Au-delà des effets en matière de développement local (avérés ou fantasmés, mais pour l’heure, non clairement évalués), la réalisation de projets via le Community Levy Fund permet de « donner à voir » aux populations locales les retombées économiques qu’elles peuvent escompter des logiques de préservation et les intérêts qu’elles ont à la préservation et au bon fonctionnement de l’espace protégé. Pour autant, le Community Levy Fund manque de transparence. La procédure reste complexe et peu accessible pour des populations rurales par ailleurs peu scolarisées. En terme de montage de dossier, les populations locales se retrouvent confrontées à des problèmes d’effectifs : à l’échelle du Drakensberg, seules trois personnes sont responsables de l’instruction de ces dossiers pour l’ensemble des espaces protégés du massif. De plus, des décalages apparaissent entre les projets qui peuvent normalement prétendre à ce fonds et ceux finalement réalisés, les édiles locaux s’en saisissant parfois afin de servir leurs propres intérêts.

41L’adoption de telles mesures indique une volonté d’intégrer les populations locales dans le fonctionnement des espaces protégés. Pour autant, cette recherche d’intégration ne prend pas en compte les liens que les populations locales ont avec ces derniers, qu’il s’agisse de valeurs d’usage, de valeurs émotionnelles, voire spirituelles. Alors que la fin du régime de l’Apartheid s’est traduite par une redéfinition de l’espace public et de la société civile ayant voix au chapitre patrimonial, les actions visant à intégrer les populations locales s’interrogent peu sur « ce qui nous relie » (Micoud, 2005), autrement dit sur les relations que ces dernières entretiennent avec la nature.

42Dans une certaine mesure, l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO conduit à une redéfinition des ressorts sur lesquels repose la patrimonialisation du massif et cherche à prendre en considération les liens que les populations précédemment désavantagées et vivant à proximité des espaces protégés ont avec ces derniers. En tant que bien mixte, son inscription conduit à la fois à un élargissement des objets patrimonialisés ainsi qu’à un changement d’échelle en matière de gestion patrimoniale.

L’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO : une redéfinition des modalités de patrimonialisation du Drakensberg ?

Des objectifs de développement territorial

43Lancée en 1996 par EKZNW, la procédure auprès de l’UNESCO aboutit en 2000 à une inscription en tant que bien mixte, renvoyant aux qualités paysagères, environnementales et culturelles du massif. La candidature s’appuie sur les critères (i), (iii), (vii) et (x), dont les deux premiers sont relatifs aux valeurs culturelles du massif.

44En termes de processus de patrimonialisation, l’inscription à l’UNESCO traduit un changement d’échelle conséquent, passant des échelles micro des espaces protégés à l’échelle macro du massif. D’un point de vue spatial, la dénomination même de « bien UNESCO » permet alors de penser l’intégration des espaces protégés précédemment créés dans un même ensemble : the uKhahlamba-Drakensberg Park World Heritage Site (figure 2). L’inscription constitue en cela une étape supplémentaire dans la mise en cohérence des différents espaces protégés jusqu’ici établis et gérés par EKZNW.

45Pour autant, l’appellation de « parc » est trompeuse puisque juridiquement, il ne s’agit pas d’un parc, mais bien d’un agrégat d’espaces protégés gérés par EKZNW. Spatialement, le même décalage s’observe entre le vocable usité et la forme du bien, attendu que celui-ci est marqué par la discontinuité. Le portage du projet UNESCO explique cette configuration particulière avec l’association dans un même bien du Royal Natal National Park et de l’aire formée par les autres espaces protégés situés le long de l’escarpement, alors même que ces deux ensembles sont distants d’une trentaine de kilomètres. L’inscription UNESCO ayant été portée par EKZNW, l’ensemble des espaces protégés gérés par ce dernier (autrement dit situés dans les limites de la province du KwaZulu-Natal) et localisés sur l’escarpement s’est retrouvé, de fait, considéré comme devant former le périmètre du bien proposé à l’inscription UNESCO. La question d’exclure le Royal Natal National Park de cet ensemble du fait de son éloignement relatif, ne s’est, a priori, pas posée et ce d’autant plus (i) que l’Amphithéâtre constitue l’un des lieux emblématiques du massif (cf. supra) et (ii) que des négociations avaient dans le même temps été entreprises avec les autorités tribales afin de créer un nouvel espace protégé au niveau de Mnweni (entretien G. Hughes, op. cit.). Depuis, le sujet revient régulièrement dans les discussions sans pour autant donner lieu à des prises de décisions effectives, les populations locales craignant la mainmise des acteurs institutionnels sur leur territoire.

Figure 2. Le périmètre du bien UNESCO « uKhahlamba-Drakensberg Park World Heritage Site » inscrit en 2000 et la zone de transition à l’étude.

Figure 2. Le périmètre du bien UNESCO « uKhahlamba-Drakensberg Park World Heritage Site » inscrit en 2000 et la zone de transition à l’étude.

Crédits : M. Duval (compilation de données)

46La principale innovation relative à la démarche UNESCO réside dès lors dans la définition d’un seul et même document de gestion. Adopté en 2005, celui-ci met sur un même plan l’ensemble des valeurs invoquées depuis le début du 20e siècle pour légitimer la création des espaces protégés du massif. Aussi, l’inscription à l’UNESCO alimente la mise en place d’un discours patrimonial englobant où se combinent les valeurs environnementales, esthétiques, émotionnelles, récréatives et économiques, affichées dans les objectifs du parc dès la première page du plan de gestion :

“The purpose of the Park is to :

Contribute to the achievement of Provincial and National conservation targets through protecting a representative portion of mountain grassland landscapes and its associated biodiversity, including the ecological and evolutionary processes that generate and maintain this diversity ;

Protect endangered, rare and endemic species indigenous to the area ;

Preserve and conserve the ecological and cultural integrity of the area ;

Safeguard the archaeological, historical, palaeontological and living cultural heritage of the area ;

Promote awareness of the natural beauty and outstanding aesthetic value of the area ;

Provide access by the public to the area and its resources, including the spiritual values provided by wilderness areas ;

Contribute to local, regional, and national economies through sustaining water production and other life support systems, eco-cultural tourism, and the sustainable use of natural resources ; and

Provide a major destination for eco-cultural tourism in SA.” (EKZNW, 2005).

47Un processus co-constitutif s’observe, ici, entre 1/ le changement d’échelle dans le processus de patrimonialisation et 2/ l’élargissement des fonctions attribuées à l’acteur gestionnaire. Aussi, ce document marque tout autant qu’il institutionnalise une nouvelle étape dans la patrimonialisation de la nature du massif, laquelle compose depuis le début des années 2000 avec des attentes sociétales en matière de développement territorial. Loin d’être cantonnée aux limites du bien UNESCO, cette approche territoriale percole à une échelle régionale, que ce soit dans le cadre d’un projet de zone tampon (buffer zone) ou d’une aire de protection transfrontalière.

La diffusion des principes d’une gestion patrimoniale

48En cours de réflexion depuis 2001, la création d’une zone tampon au site UNESCO met l’accent sur les mesures à prendre en vue d’en préserver l’intégrité (Town and Regional Planning Commission, 2001). Pour ce faire, EKZNW a retenu la méthodologie suivante : considérant chacune des valeurs constitutives du site UNESCO (ressources en eau, paysage, valeur culturelle, etc.), la zone de transition permettant la préservation de chacune de ces valeurs prise de manière individuelle est définie (le bassin versant pour la ressource en eau, la définition d’une unité paysagère pour pérenniser l’image de wilderness, etc.). Les zones de transition ainsi définies de manière individuelle sont ensuite superposées sur un même fond topographique ; le périmètre maximal apparaissant est considéré comme la zone de transition globale (Forster et al., 2007). C’est cette dernière qui sera soumise à discussion auprès des représentants locaux. Dans sa version optimale, celle-ci couvrirait une superficie d’environ 730 000 ha (figure 2). En terme d’objectifs, la zone de transition vise à la fois à garantir l’intégrité du bien UNESCO tout en pensant l’intégration de ce dernier dans son environnement. Il s’agit alors de :

49« 1/ Protect the purpose and values of the Protected Area, 2/ Protect important areas of high value for biodiversity and or to society where these extend beyond the boundary of the Protected Area, and 3/ Assist adjacent and affected communities to secure appropriate and sustainable benefits from the Protected Area and Buffer Zone Area itself » (Forster et al., 2007).

50Reste que l’élaboration du zonage n’a pas fait l’objet de concertation en amont et que sa construction repose avant tout sur un modèle descendant. Ces modalités d’élaboration expliquent, pour partie, le manque d’appropriation de la démarche par les populations locales et la difficulté pour EKZNW de faire aboutir ce projet en cours d’élaboration depuis maintenant dix ans.

  • 3 Et non d’un Peace Transfrontier Park (parc transfrontalier pour la paix) comme cela peut parfois êt (...)

51Quant au projet d’une aire de conservation transfrontalière avec le Lesotho3, cette aire de conservation se définit avant tout comme un lieu de concertation et d’échanges visant à conduire des actions transfrontalières selon trois thématiques principales, hiérarchisées de la manière suivante : 1/ la protection de la ressource en eau, 2/ la préservation de la biodiversité et 3/ des actions de valorisation des patrimoines culturels. Ce projet s’inscrit dans la continuité du classement Ramsar effectué en 1997, au titre des zones humides d’importance internationale et témoigne d’un nouveau changement d’échelle. Alors que le classement Ramsar couvrait l’ensemble des espaces protégés du Drakensberg, la superficie de l’aire de conservation en projet envisage la protection de la ressource en eau à l’échelle du bassin versant, comprenant la partie de l’escarpement située sur le territoire du Lesotho (figure 3). À cette échelle, la priorité est d’amener une évolution dans les pratiques agricoles et pastorales des Basothos, de manière à protéger le château d’eau de l’Afrique du Sud (entretien F. Prins, porteur du Projet Maloti, novembre 2009). Au final, il semble ici que l’objectif ne soit pas tant de construire avec les populations locales des modes d’action ascendants prenant en compte leurs attentes et modes de vie que de servir des objectifs de bien commun sous couvert de modèles participatifs.

Figure 3. Superficie considérée par le projet de création d’une aire de protection transfrontalière (La zone envisagée pour l’aire de protection transfrontalière est signifiée en jaune pâle)

Figure 3. Superficie considérée par le projet de création d’une aire de protection transfrontalière (La zone envisagée pour l’aire de protection transfrontalière est signifiée en jaune pâle)

Source : d’après la plaquette d’information du projet éditée en mars 2006.

52L’inscription UNESCO et les projets associés constituent, au final, un nouveau temps dans la construction d’un rapport patrimonial à la nature et témoignent d’une évolution des perceptions : au paradigme de la domination de la nature par l’homme (Latour, 1991), puis de la recherche d’un contrat naturel (Serres, 1990) succède une vision globale et intégrée des rapports Homme-Environnement, marquée par une volonté d’ancrage territorial des dynamiques patrimoniales.

53Pour autant, les modes de gestion restent calés sur des procédés descendants où les populations précédemment désavantagées n’ont finalement que peu de place. Le traitement de la question culturelle va dans le même sens et indique les limites rencontrées en matière d’élargissement du socle patrimonial et d’intégration des rapports que les populations locales entretiennent avec les espaces protégés. Alors même que l’inscription au patrimoine mondial en tant que bien mixte a ouvert la voie d’une diversification patrimoniale avec la mobilisation des sites d’art rupestre et du registre culturel, la prise en compte effective des valeurs culturelles dans le discours patrimonial reste relative.

54Ce décalage entre les possibilités introduites par l’inscription à l’UNESCO en faveur des valeurs culturelles et la place prépondérante que continue d’occuper la patrimonialisation de la nature dans le fonctionnement des espaces protégés met en exergue la difficulté (les réticences ?) des acteurs institutionnels à prendre en compte d’autres systèmes de valeurs dans leurs modes de fonctionnement.

Une prise en compte en demi-teinte des dimensions culturelles

55L’inscription à l’UNESCO marque l’entrée en scène des valeurs historiques et culturelles dans les discours patrimoniaux légitimant les espaces protégés du Drakensberg. Jusqu’à présent, les richesses archéologiques du massif, et notamment les sites d’art rupestre, n’apparaissent pas dans les motivations ayant conduit à la création des différents espaces protégés du massif. Alors que les valeurs d’ancienneté et d’authenticité auraient précédemment pu être activées compte tenu de la temporalité des abris sous-roches ornés, ces derniers sont les grands absents des argumentaires développés. Bien qu’ils soient protégés à l’échelle nationale par les lois de 1911, 1923, 1934 (Deacon, 1993, 1991), leur protection est restée générique et leur valeur patrimoniale n’a jusqu’ici pas été considérée comme faisant ressource dans l’argumentaire de la protection du massif. Ce décalage s’explique en partie par le contexte sociopolitique de l’Apartheid où l’art primitif était déconsidéré, mais également par la lente mise en place de la science archéologique : l’attribution de ces peintures aux populations San et leur dimension spirituelle ne seront reconnues qu’à partir des années 1970 (Duval et Smith, 2012). Quand bien même l’un d’entre eux (le site de Mpongweni) a été classé au titre des monuments nationaux en 1979, les dimensions historiques et culturelles du massif sont restées en retrait par rapport aux impératifs de protection de la nature jusqu’au projet d’inscription à l’UNESCO qui leur donnera une place de choix.

56Elles apparaissent, en effet, de manière centrale dans l’argumentaire de l’inscription à l’UNESCO et leur mobilisation a vraisemblablement permis l’obtention du label. Pour qu’un bien soit inscrit sur la liste du patrimoine mondial, ce dernier doit, entre autres, démontrer son caractère exceptionnel. Or, pour autant que les paysages du Drakensberg soient majestueux, force est de constater qu’à l’époque, la liste du patrimoine mondial comptait déjà plusieurs paysages de ce genre : le parc national de Durmitor (Monténégro, 1980), le parc national de Pirin (Bulgarie, 1983) ou encore le parc national des Great Smoky Mountains (États-Unis d’Amérique, 1983). À eux seuls, les critères (vii) et (x) relatifs aux dimensions naturelles du massif n’auraient vraisemblablement pas suffi pour obtenir l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

57En termes d’affichage, la mobilisation des registres historiques et culturels permet d’étoffer les valeurs sous-jacentes au processus de patrimonialisation du massif. Ainsi, la valeur esthétique jusqu’ici attribuée aux seuls monuments de la nature est renforcée par la qualité de l’art rupestre du Drakensberg (critère (i)), tandis que l’ancienneté des peintures et leur dimension spirituelle permettent d’inscrire le massif dans le temps long des civilisations (critère (iii)).

58Pour autant, la mise en avant des dimensions historiques et culturelles du massif peine à se traduire par de nouvelles orientations en matière de gestion patrimoniale et un élargissement du processus de patrimonialisation. À l’inverse d’autres espaces protégés où la reconnaissance des cultures autochtones est au cœur des discussions (Aubertin et Filoche, 2008 ; Tiouka et Karpe, 2008 ; Borrini-Feyeraben et al., 2004), cette question reste éludée par les gestionnaires du Drakensberg. Pour partie, ce positionnement s’explique par une faible lisibilité à l’échelle locale, les voix s’élevant pour revendiquer une filiation San restant minoritaire et peu organisée (Duval, 2012 sous presse ; Prins, 2009). Il s’explique également par une certaine frilosité des acteurs institutionnels en matière de reconnaissance des savoir-faire traditionnels (Amafa, 2008 ; EKZNW, 2005). Ainsi, les liens spirituels qu’entretiennent les populations bantoues avec les sites d’art rupestre et les paysages du Drakensberg sont, de manière générale, ignorés, voire contestés (Ndlovu, 2005), amenant en retour le développement de pratiques secrètes (fréquentation cachée des sites d’art rupestre, prélèvement non autorisé de pigments et de plantes médicinales, etc.).

Conclusion

59Le massif du Drakensberg offre un pas de temps intéressant pour mesurer les évolutions des argumentaires mobilisés dans la création d’espaces protégés et la place du registre patrimonial parmi ces derniers. La mise en place successive d’espaces protégés permet de décrypter l’éventail des valeurs mobilisées, elles-mêmes liées aux enjeux assignés par les acteurs aux espaces protégés et à l’évolution des conceptions philosophiques et morales ayant trait au concept même de nature. Cette approche diachronique a permis d’analyser la mise en place d’un rapport patrimonial à la nature, lequel s’est progressivement construit autour de six principaux registres de valeurs : 1/ les valeurs d’usage (s), 2/ les valeurs économiques et touristiques, 3/ les valeurs émotionnelles dont font partie les valeurs esthétiques, 4/ les valeurs environnementales, 5/ les valeurs culturelles et identitaires, 6/ les valeurs territoriales comprenant des aspects de marquage territorial, mais également des registres sociaux et participatifs. Au gré de l’évolution des perceptions des rapports Homme-Environnement (approches anthropocentrées, biocentrées ou encore écocentrées (Depraz, 2008)), ceux-ci sont mobilisés de manière différenciée, sans pour autant se substituer les uns aux autres. L’analyse développée souligne au contraire leur coexistence dans la durée, leur complexification, voire leur hybridation.

60Compte tenu des enseignements apportés par le massif du Drakensberg, nous posons ici l’hypothèse que la durabilité des espaces naturels protégés, entendue ici comme étant leur capacité à perdurer dans le temps et dans l’espace, est fonction de la construction d’un rapport patrimonial à la nature cherchant à intégrer ces différentes valeurs. Une approche kaléidoscopique, tout en étant intégrative, permettrait en effet, de répondre à une vision aujourd’hui holistique des rapports Homme-Environnement, marquée par une complexification constante et un enchevêtrement des grilles de valeurs mobilisées. Être en mesure de jouer plusieurs cartes et de répondre à des attentes sociales toujours plus diverses est un indicateur des capacités d’adaptation des espaces protégés.

61Dans le contexte particulier post-apartheid, l’évolution et la renégociation des grilles de valeurs sont liées à la question de l’autorité patrimoniale. La mise en place du régime démocratique s’est accompagnée d’une redéfinition de l’espace public et du champ patrimonial. Bien qu’il existait dans certains bantoustans des organismes de gestion des affaires culturelles et environnementales, ces derniers se calaient pour l’essentiel sur les directives de Pretoria. L’Afrique du Sud post-apartheid se caractérise ainsi par une redéfinition de la société civile ayant voix au chapitre patrimonial. Ces dynamiques d’ouverture s’accompagnent d’une évolution des enjeux associés aux espaces protégés puisqu’il s’agit pour les gestionnaires de travailler l’acceptation sociale d’espaces créés dans un contexte politique coercitif et ségrégatif. La question de la protection de l’environnement est dès lors abordée sous l’angle de la ressource territoriale (Gumuchian et Pecqueur, 2007), où l’espace protégé est intégré à des dynamiques territoriales, lesquelles sont censées en retour favoriser l’acceptation sociale des espaces protégés par les populations historiquement exclues.

62Cette recherche d’ancrage territorial passe, depuis une quinzaine d’années, par une volonté d’associer les populations locales, que ce soit avec la mise en place d’un fonds communautaire ou la tenue de conseils locaux. Pour autant, l’efficacité de ces mesures s’avère partielle. Elles viennent davantage conforter des édiles locaux qu’elles ne permettent d’instaurer des systèmes participatifs. Par ailleurs, ces mesures mettent l’accent sur des aspects utilitaires et économiques, sans chercher à prendre en compte les valeurs sociales et symboliques attribuées par les populations locales aux espaces protégés, autrement dit, sans prendre en compte leurs modes de patrimonialisation de la nature et les valeurs sous-jacentes à leur axiologie. Aussi, si le régime démocratique a remplacé l’élite blanche par des responsables de couleur, les modalités de fonctionnement du processus de patrimonialisation n’ont pas changé et continuent de s’organiser selon un modèle descendant et un agencement de valeurs héritées de l’ancien système.

63Ce décalage résulte de la volonté des acteurs de maintenir une forme de consensus, via la minoration de valeurs potentiellement dissonantes, telles que les valeurs culturelles et identitaires, et ce d’autant plus lorsque l’on se situe dans un contexte multiculturel où l’identité collective en est encore à ses balbutiements (Bennett, 1998). Aussi, l’affichage tardif des sites d’art rupestre, et plus globalement le peu d’intérêt accordé aux valeurs culturelles et identitaires, peut se comprendre comme une certaine frilosité de la part des acteurs institutionnels à mettre en avant des objets patrimoniaux ou des savoir-faire potentiellement marqueurs d’identités communautaires, à caractère centrifuge. Reste qu’en l’absence d’une prise en compte des valeurs culturelles et identitaires du massif par les gestionnaires, le bien UNESCO continuera à être perçu par les populations locales comme une enclave imposée, héritée de l’Apartheid. La durabilité des espaces protégés du Drakensberg passe dès lors par un élargissement du rapport patrimonial à la nature avec une prise en compte d’autres réalités culturelles, autrement dit, par l’intégration de l’axiologie des populations précédemment désavantagées.

Remerciements

64L’auteur tient à remercier l’Université de Witwatersrand, la fondation de la recherche nationale sud-africaine (NRF), Amafa, EKZNW, le CNRS et le GDRI « STAR » pour le financement des missions sur le terrain et l’aide logistique apportée. Les remerciements vont également aux acteurs interviewés pour leur disponibilité et amabilité, ainsi qu’à la bibliothécaire d’EKZNW pour nous avoir ouvert les portes de la salle d’archives. Enfin, l’auteur souhaite ici remercier les évaluateurs anonymes pour la pertinence de leurs remarques, ainsi que L. Chanteloup, C. Gauchon et L. Laslaz pour leurs suggestions d’amélioration.

Haut de page

Bibliographie

Adams, W.M. et D. Hulme, 2001, Conservation and Community : Changing narratives, policies and pratices in African conservation. In : Hulme D. et M. Murphree (Eds.), African Wildlife & Livelihoods. The promise and performance of community conservation. James Currey, Oxford, pp. 9-13.

Adams, W.M. et J. Hutton, 2007, People, Parks and Poverty : Political Ecology and Biodiversity Conservation, Conservation and Society, vol. 5, n° 2, pp. 147-183.

Agrawal, A. et C. Gibson, 1999, Enchantment and disenchantment : The role of community in natural resource conservation, World Development 27, pp. 629-649.

Amafa, 2008, Draft Cure Document by Ms. Celeste Rossouw : prepared Dec 2007 and revised October 2008 np.

Arnould, P. et L. Simon, 2007, Géographie de l’environnement, Belin, Paris, 303 p.

Aubertin, C. et G. Filoche, 2008, La création du parc amazonien de Guyane : redistribution des pouvoirs, incarnations du "local" et morcellement du territoire. In : Aubertin C. et Rodary E. (Eds.) Aires protégées, espaces durables ?, IRD Editions, Marseille, pp. 163-185.

Aubertin, C. et E. Rodary (Eds.), 2008, Aires protégées, espaces durables ?, IRD Editions, Marseille, 260 p.

Babelon, J.-P. et A. Chastel, 1994, La notion de patrimoine, éd. Liana Levi, Paris, 142 p.

Barnes, B., 2003, Giant’s Castle, A personal history, PJ’s Printing Services, Johannesburg, 280 p.

Bennett, D. (Ed.), 1998, Multicultural states : rethinking difference and identity, Routledge, London, New York, 305 p.

Borrini-Feyeraben, G., A. Kothari et G. Oviedo, 2004, Indigenous and Local Communities and Protected Areas - Towards Equity and Enhanced Conservation - Guidance on policy and practice foir Co-managed Protected Areas and Community Conserved Areas, IUCN - The World Conservation Union, Cambridge, 112 p.

Bouisset, C., I. Degrémont et J. Sevilla, 2010, Le patrimoine naturel aquitain vu du Web : discours, valeurs, fonctions, Revue Sud-Ouest Européen n° 30, pp. 85-98.

Cadoret, A. (Ed.), 1985, Protection de la nature : histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, L’Harmattan, Paris, 245 p.

Carruthers, J., 1995, The Kruger National Park. A social and political history, University of Natal Press, Pietermaritzburg, 200 p.

Choay, F., 1992, L’allégorie du patrimoine, Le Seuil, Paris, 270 p.

Coates, H. A., 1920, The Mont-aux-Sources, The annual of the mountain club of Natal, pp. 12-14.

Cormier-Salem, M.-C. et B. Roussel, 2000, Patrimoines naturels : la surenchère, La Recherche, 333, pp. 106-110.

Deacon, J., 1991, South African rock art and the National Monuments Council, Occasional SARARA Publication, 1, pp. 229-234.

Deacon, J., 1993, Archaeological sites as national monuments in South Africa : a review of sites declared since 1936, South African Historical Journal, 29, pp. 118-131.

Debarbieux, B. et G. Rudaz, 2010, Les faiseurs de montagne, Imaginaires politiques et territorialités : XVIIIe - XXIe siècle, CNRS Edition, Paris, 374 p.

Defurnaux, R., 2004, Les cathédrales sauvages de la philosophie de la nature et des espaces protégés, L’Harmattan, Paris, 152 p.

Depraz, S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Armand Colin, Paris, 320 p.

Dérioz, P., 2010, Les ambiguïtés de la patrimonialisation des « paysages naturels », Revue sud-ouest européen n° 30, pp. 19-36.

Di Méo, G., 2008, Processus de patrimonialisation et construction des territoires, colloque patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser ?, Poitiers Châtellerault (2007), [En ligne], URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00281934/fr/ Consulté le 14 octobre 2011.

Durand, M.-G., 1997, Un « système montagne » réinventé : le développement durable dans les Alpes françaises ou la nouvelle gestion globale des territoires, Revue de Géographie Alpine, 2, 85, pp. 157-172.

Duval, M., 2008, Patrimonialisation et mise en tourisme des espaces naturels : l’exemple des gorges de l’Ardèche, Géographie et cultures, 66, pp. 61-78.

Duval, M., 2012 (sous presse), Les sites d’art rupestre sud-africains comme révélateurs de tensions patrimoniales : le cas de la cérémonie de l’Eland autour de l’abri orné de Game Pass, massif du Drakensberg, Civilisations, vol. 61 (1).

Duval, M. et C. Gauchon, 2010, Tourisme, géosciences et enjeux de territoires. Actualités du géotourisme, Téoros, 29 (2), pp. 3-14.

Duval, M. et B. Smith, 2012, Rock Art Tourism in the uKhahlamba/Drakensberg World Heritage Site : obstacles to the development of sustainable tourism, Journal of Sustainable Tourism. DOI :10.1080/09669582.2012.699060

EKZNW, 2005, Integrated Management Plan : uKhahlamba Drakensberg Park World Heritage Site, South Africa, Ezemvelo KZN Wildlife, Pietermaritzburg, 79 p.

Forster, C., Mthimkhulu O., Kiepiel J. et Rushworth I., 2007, An approach to the identification and establishment of a Buffer Zone to the Ukhlhamba Drakensberg Park World Heritage Site, Development Management Services and Ezemvelo KZN Wildlife, 60 p.

Gauchon, C., 2002, Les sites naturels classés entre 1906 et 1930 dans les Alpes du Nord : entre tourisme et protection, bilan et actualités, Revue de Géographie Alpine, 2, pp. 15-31.

Gauchon, C., 2010. Tourisme et patrimoines : un creuset pour les territoires ?, mémoire HDR Université de Savoie, inédit, 211 p.

Grenier, C., 2000, Conservation contre nature. Les îles Galapagos, TRD Editions, Paris, 376 p.

Gumuchian, H. et B. Pecqueur (Eds.), 2007, La ressource territoriale, Economica, Paris 252 p.

Guyot, S., 2006a, Rivages zoulous. L’environnement au service du politique en Afrique du Sud, Karthala/ IRD, Paris, Johannesburg, 250 p.

Guyot, S., 2006b, Géopolitique des parcs (trans) frontaliers en Afrique Australe, Cahiers d’Outre-Mer, 234, pp. 215-232.

Harrisson C.W.F., 1903, Natal : An Illustrated Official Railway Guide and Handbook of General Information, ed. Payne Jennings, London, 300 p.

Heinich, N., 2009, La fabrique du patrimoine, éd. de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 286 p.

Héritier, S. et L. Laslaz (Eds.), 2008, Les parcs nationaux dans le monde. Protection, gestion et développement durable, Ellipses, Paris, 312 p.

Joutard, P., 1986, L’invention du mont Blanc, Gallimard/ Julliard, Paris, 217 p.

Larrère, C. et R. Larrère, 1997, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Aubier, Paris, 355 p.

Laslaz, L., C. Gauchon, M. Duval et S. Héritier (Eds.), 2010, Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux, Cahiers de Géographie, Coll. Edytem n° 10, 269 p.

Latour, B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, réd. 1997, La Découverte, Paris, 206 p.

Lazzarotti, O., 2003, Tourisme et patrimoine : ad augusta per angustia, Annales de Géographie, 629, pp. 91-110.

Lejeune, D., 1988, Les “alpinistes” en France (1975-1919), CTHS, Paris, 272 p.

Leynaud, E., 1985, L’État et la Nature : l’exemple des parcs nationaux français : contribution à une historie de la protection de la Nature, Parc national des Cévennes, Florac, 70 p.

Luckett, S., K. Mkhize et D. Potter, 2003, The experience of Local Boards in KwaZulu-Natal, South Africa, Parks, 13,1, pp. 6-15.

Micoud, A., 2005, La patrimonialisation, ou comment redire ce qui nous relie. Un point de vue sociologique. In : Barrère C., Barthélémy D., Nieddu M. et Vivien F.-D. (Eds.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine, l’Harmattan, Paris, pp. 81-97.

Montgolfier, J. (de) et J.-M. Natali, 1987, Le patrimoine du futur, approches pour une gestion patrimoniale des ressources naturelles, Economica, Paris, 248 p.

Ndlovu, N., 2005. Incorporating indigenous management in rock art sites in KwaZulu-Natal. MA dissertation, Grahamstown, Rhodes University, 314 p.

Pearse, R.O., 1973, Barrier of Spears, Drama of the Drakensberg, éd. Howard Timmins, Cape Town, 304 p.

Peyrache-Gadeau, V., 2004, Ressources patrimoniales – Milieux innovateurs. Variation des durabilités des territoires, Montagnes méditerranéennes n° 20 : la notion de ressource territoriale, pp. 7-19.

Prins, F., 2009, Secret San of the Drakensberg and their rock art legacy, Critical Arts, 23 (2), pp. 190-208.

Ritter, J., 1978, Paysage : fonction de l’esthétique dans la société moderne, réd. 1997, éd. de l’Imprimeur, Paris, 109 p.

Rodary, E., C. Castellanet et G. Rossi (Eds.), 2003, Conservation de la nature et développement : l’intégration impossible ? , éd. Karthala, Paris, 308 p.

Rodary, E. et J. Milian, 2008, Extension et diversification des aires protégées : rupture ou continuité ?. In : Aubertin C. et Rodary E. (Eds.), Aires protégées, espaces durables ?, IRD Editions, Marseille, pp. 33-53.

Serres, M., 1990, Le contrat naturel, réd. 1992, Champs Flammarion, Paris, 191 p.

Sol, M.-P., 2007, La patrimonialisation comme (re)mise en tourisme. De quelques modalités dans les « Pyrénées catalanes ». In : Lazzarotti O. et Violier P. (Eds.), Tourisme & patrimoine. Un moment du Monde, Presses de l’Université d’Angers, Angers, pp. 161-175.

Tiouka, A. et P. Karpe, 2008, Droits des peuples autochtones à la terre et au patrimoine, JATBA, Revue d’ethnobiologie, 40 (1-2), pp. 611-632.

Town and Regional Planning Commission, 2001, A Special Case Area Plan for the Drakensberg (SCAP), Town and Regional Planning Commission, Main Series Volume 90, Pietermairtzburg, 119 p.

Viard, J., 1990, Le tiers espace. Essai sur la nature, Méridiens Klincksieck, Paris, 152 p.

Wright, J. et A. Mazel, 2007, Tracks in the mountain range : Exploring the history of the uKhalamba-Drakensberg, Wits University Press, Johannesburg, 155 p.

Haut de page

Notes

1 S’inscrivant dans une logique anglo-saxonne, l’entrée dans les parcs sud-africains est en effet payante (prix variables selon les provinces, les structures gestionnaires et les types d’espaces protégés) et des hébergements touristiques se sont développés à l’intérieur (publics et/ou privés selon les cas de figure).

2 Les montants prélevés à destination du Community Levy Fund varient selon les types d’espaces protégés : en 2010, pour les espaces protégés du Drakensberg, ils étaient de 1 rand par entrée, de 0,5 rand par nuitée en camping et 5 rands par nuitée dans des hébergements en dur (soit 0,10 ; 0,05 et 0,5 euro).

3 Et non d’un Peace Transfrontier Park (parc transfrontalier pour la paix) comme cela peut parfois être trouvé dans la littérature.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Approche diachronique et typologique des espaces naturels protégés du massif du Drakensberg.
Crédits Crédit : M. Duval (compilation de données)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 2. Le périmètre du bien UNESCO « uKhahlamba-Drakensberg Park World Heritage Site » inscrit en 2000 et la zone de transition à l’étude.
Crédits Crédits : M. Duval (compilation de données)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 3. Superficie considérée par le projet de création d’une aire de protection transfrontalière (La zone envisagée pour l’aire de protection transfrontalière est signifiée en jaune pâle)
Crédits Source : d’après la plaquette d’information du projet éditée en mars 2006.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Duval, « Place et fonctions de la patrimonialisation de la nature dans les espaces protégés. Enseignements à partir du massif de l’uKhahlamba-Drakensberg, Afrique du Sud. », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16 | juin 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13572

Haut de page

Auteur

Mélanie Duval

Chargée de Recherches en géographie. Laboratoire Edytem UMR 5204 du CNRS. Bâtiment Pôle Montagne - Campus scientifique, Université de Savoie. 73 376 Le Bourget du Lac cedex France, 04.79.75.88.77. Courriel : melanie.duval@univ-savoie.fr. Membre associé au Rock Art Research Institute, GAES, University of the Witwatersrand, P. Bag 3, P.O. Wits, 2050, South Africa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search