Navigation – Plan du site
Regards non institutionnels : une construction patrimoniale en filigrane

La forêt, un patrimoine au prisme de l’écologisation : le cas des Landes de Gascogne

Forest, an heritage through the prism of ecolozigation : the case of Landes of Gascogne
Clarisse Cazals, Philippe Deuffic, Arnaud Sergent et Ludovic Ginelli

Résumés

Dans le contexte de développement durable où la prise en compte de la dimension écologique de la forêt devient incontournable, le processus de patrimonialisation de la filière forêt-bois-papier s’est profondément transformé. L’article propose une approche interdisciplinaire de sciences sociales permettant d’explorer les différentes formes du patrimoine forestier à partir des relations et tensions entre les différentes logiques d’acteurs sous-jacentes, notamment celles dont est porteur le processus d’écologisation. La déclinaison de cette approche au cas du massif des Landes de Gascogne permet d’étudier les relations entre écologisation et patrimonialisation au niveau d’une part de l’espace forestier et d’autres parts du produit "bois".

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La filière forêt-bois se caractérise par la production de plusieurs types de biens allant des biens publics purs comme la biodiversité et les paysages, aux biens strictement marchands comme le bois en passant par les services récréatifs de type loisirs (Buttoud, 2003). Si la notion de multifonctionnalité des forêts n’introduisait pas de hiérarchie explicite entre ces fonctions et ces biens, le Grenelle de l’environnement remet à l’ordre du jour le rôle écologique de la forêt ainsi que la mise en valeur du bois. Les espaces forestiers sont alors, d’un côté, érigés en sanctuaire de biodiversité et deviennent un atout pour la mise en place de la trame verte, et de l’autre, le bois n’est plus seulement une ressource ligneuse, mais un « éco matériau », une source d’énergie renouvelable et un « piège à carbone ». La formule du « produire plus tout en protégeant mieux », énoncée à cette occasion, traduit une nouvelle fois la difficulté de hiérarchiser les fonctions assignées à la forêt et d’arbitrer entre les attentes productives et celles liées à la préservation.

2Ainsi, l’enjeu pour la filière dans les prochaines années est de trouver une stratégie qui dépasse l’antagonisme historique entre production et protection, ce qui nécessite une analyse renouvelée de la question forêt-bois qu’il est pertinent de structurer autour de la notion de patrimoine. Le processus d’écologisation (Kalaora, 2001) qui caractérise la société actuellement et qui conduit à une meilleure prise en compte du caractère naturel des espaces forestiers et du bois contribue largement à définir les contours de ces nouvelles stratégies. Cependant, considérant que le patrimoine d’un territoire n’est pas donné, mais résulte de construits sociaux conduisant à différentes formes de patrimoines (Barrère et al., 2005), l’objectif de cet article communication est d’analyser comment le processus d’écologisation contribue à renouveler les patrimoines forestiers.

3À partir d’une conception socio-économique du patrimoine, nous étudierons les différentes relations entre écologisation et patrimonialisation de la forêt à la fois, à partir de la vision que les propriétaires forestiers ont de leur patrimoine individuel et de celle que les industriels expriment sur le patrimoine productif en lien avec les attentes plus ou moins explicites des consommateurs envers le produit bois.

Pour une approche croisée des dimensions traditionnelles du patrimoine en forêt : collectif, public, privé

4La question des relations des acteurs de la filière bois au patrimoine, à la forêt et à la nature est complexe. Elle suppose d’interroger une diversité d’acteurs du monde forestier, de s’intéresser à des supports patrimoniaux variés, d’intégrer des échelles de temps et d’espaces potentiellement très larges. Pour cela, il nous faut préciser les notions clefs comme celles de patrimoine, patrimonialisation et écologisation en faisant appel à des regards disciplinaires multiples.

Diversité des processus de patrimonialisation et phénomène d’écologisation

5L’objet de cette section est de montrer la pertinence d’un cadre d’analyse patrimonial interdisciplinaire en sciences sociales. Si les économistes ont été largement marqués par les catégories juridiques imposées par le Code Civil et par les catégories de la théorie économique centrée sur la capitalisation et les logiques marchandes individuelles, les sociologues et politologues se sont appropriés cette catégorie plus tardivement. La déclinaison multidisciplinaire de cette catégorie a permis l’élargissement de la gamme de biens ou d’institutions pouvant être qualifiée de patrimoine, remettant en cause l’assimilation de la notion de patrimoine à celle de capital, qu’il soit naturel ou culturel, productif ou « improductif ». En effet, capital et patrimoine obéissent à des règles de gestion différentes. La gestion du capital repose sur une logique d’accumulation, tandis que celle du patrimoine s’articule autour d’un compromis entre deux logiques interdépendantes, mais souvent opposées : la préservation qui repose le plus souvent sur des normes juridiques de protection et l’utilisation qui s’appuie sur des normes économiques de production et d’usage (Godard, 1990). Le compromis est un « agencement composite » (op. cit.) où « les participants renoncent à clarifier le principe de leur accord, en s’attachant seulement à maintenir une disposition intentionnelle orientée vers le bien commun » (Boltanski et Thévenot, 1991 p.338). Dans ce cas, il est pertinent de s’appuyer sur une conception institutionnaliste qui insiste sur la double dimension marchande et non marchande du patrimoine et de proposer une analyse économique qui conserve cette ambivalence pour mieux en appréhender les influences réciproques. Dans cette approche, le patrimoine concerne des actifs matériels, immatériels et des institutions héritées ; il a d’emblée une dimension collective et est source d’identité en inscrivant les individus dans une lignée temporelle et spatiale située (Barrère al., 2005). Cette définition tout en suggérant que tout objet, savoir, règle peut être considéré comme patrimoine soulève également la question de la référence à l’identité. Dans le cadre de ce travail, nous nous intéressons aux relations entre les identités territoriales qui peuvent être définies comme les éléments reconnus par les individus pour la distinction des territoires qu’ils permettent, mais aussi à l’identité d’une filière qui participe à la pérennité des activités économiques localisées. Ces différents éléments caractéristiques du patrimoine ne facilitent pas son étude empirique. Néanmoins, nous avons tenté de fournir des repères pour analyser la diversité des compromis.

  • 1 Ces éléments identitaires collectifs peuvent être repérés par les relations d’appartenances, les va (...)

6Dans ce schéma, le patrimoine d’un territoire résulte des relations entre acteurs et s’inscrit au croisement d’une double opposition, mais aussi d’une complémentarité entre d’une part l’usage et la préservation et d’autre part les intérêts individuels et collectifs. La prise en compte des logiques de préservation par rapport à celle de l’usage dépend de principes de justification non marchands tandis que celle des intérêts collectifs s’appuie sur l’affirmation d’éléments identitaires collectifs1. Il est ainsi possible de repérer à l’intersection de ces axes trois idéaux types de patrimoine souvent mobilisés dans la littérature. Le patrimoine privé s’apparente à du capital où l’accumulation des biens patrimoniaux dans une logique de gestion individuelle reste dominante. Il est alors possible de mobiliser les catégories traditionnelles des économistes pour l’analyser (le stock, le capital et les droits de propriété, les relations marchandes). À l’opposé se trouve le patrimoine commun, notion largement diffusée dans le cadre des traités internationaux, et qui, d’un point de vue analytique, est largement marquée par la logique de conservation et les relations non marchandes inscrites dans la lignée du développement durable (Hugon, 2004). Quant au patrimoine collectif, il relève d’un compromis entre les logiques de préservation et d’accumulation des ressources à l’échelle d’un secteur et/ou d’un territoire. Il vise la mise en synergie des ressources et le renforcement du potentiel productif sans toutefois occulter les formes de relations non marchandes à l’espace et au territoire (Du Tertre, 2008).

7Ces deux derniers idéaux types de patrimoine reposent sur différentes normes de préservation porteuses de valeurs identitaires subjectives et souvent opposées qui sont rarement prises en compte par le calcul économique. Dans ces conditions, il est possible d’analyser les composantes du patrimoine productif d’un territoire en étudiant les choix collectifs des citoyens et les principes de légitimité qui leur sont associés. Si l’usage des ressources et les intérêts individuels dominent, les acteurs s’inscrivent dans des logiques proches du patrimoine privé et, inversement, si la conservation et la protection sont prépondérantes, ils se rapprochent du patrimoine commun.

Figure 1. Les acteurs de la filière forêt bois au regard des idéaux type patrimoniaux

Figure 1. Les acteurs de la filière forêt bois au regard des idéaux type patrimoniaux

8Ainsi appréhendée, la notion de patrimoine trouve écho dans les travaux relatifs à la sociologie de l’action publique. À travers le processus de construction d’un patrimoine partagé, les acteurs publics, comme les acteurs privés, contribuent à donner un contenu à l’intérêt général utilisé comme référence pour la décision et l’action publique. Cet exercice de travail politique met en jeu des rapports de force et une certaine forme de compétition pour la définition des catégories d’actions publiques et pour le partage du pouvoir.

9Or, l’évolution des modalités de l’action publique moderne tend vers la généralisation et la valorisation des principes de concertation, de participation, ou encore de délibération. La redéfinition des processus de construction de la légitimité des choix publics ne peut plus s’appuyer sur le recours à l’intérêt général énoncé par la puissance publique, elle doit être le produit d’un processus délibératif et procédural (Lascoumes et Le Bourhis, 1998). On assiste donc à l’évolution et à la diversification des modalités de construction des intérêts et des préférences de l’ensemble des acteurs, y compris pour des biens communs comme l’environnement. Par conséquent, l’étude des différentes ressources patrimoniales mobilisées et activées par les acteurs dans le champ de l’environnement nous conduit à étudier les relations entre écologisation et patrimonialisation. Les travaux qui interrogent le processus d’écologisation sont peu nombreux, mais tous soulignent, dans le domaine de l’agriculture, ou de la gestion de la nature que ce processus est toujours plus qu’une simple « prise en compte », ou une mise à l’agenda politique des préoccupations environnementales. L’écologisation suppose l’adoption d’une perspective écocentrée, voire écosystémique qui vient bousculer les conceptions modernes et anthropocentrées de la nature, aujourd’hui critiquées, mais toujours largement dominantes et opérantes. L’écologisation possède donc une dimension critique et potentiellement conflictuelle parce qu’elle est souvent assortie de la remise en cause d’une gestion dominée par un seul acteur ou groupe d’acteurs au profit de collectifs variés concernés par le même enjeu.

10Nous définirons ici l’écologisation comme un processus qui suscite l’émergence de nouveaux référentiels, voire de nouvelles pratiques, inspirées par la science écologique, et qui s’accompagne généralement d’une reconfiguration du système d’acteurs autour d’un enjeu et d’un objet commun dont la gestion cesse d’être confiée à un seul acteur. Dans ces conditions, les travaux sur la patrimonialisation des espaces naturels cherchent à mettre en évidence la diversité des orientations « écologiques » des pratiques et des référentiels invoquées par les acteurs impliqués dans la gestion individuelle et/ou collective des différentes formes de patrimoine.

Vers une écologisation du patrimoine forêt-bois ?

11En France, la forêt et l’économie du bois qui lui est associée ont très tôt fait l’objet d’un traitement en termes de patrimoine. Du point de vue des économistes « classiques », la ressource forestière n’est pas considérée uniquement comme un capital à accroître. Les contraintes de son renouvellement et les services qu’elle rend à la collectivité imposent une logique économique basée sur la transmission et le temps long (Larrère et Larrère, 1997 ; Kalaora et Poupardin, 1998). Ce raisonnement a fortement guidé l’action des autorités nationales depuis le XVIIe siècle et contribué à forger les principes d’une vision patrimoniale de l’espace forestier. De même, les produits bois tirés de la forêt ont longtemps été considérés comme des éléments indispensables au fonctionnement et à la protection de la communauté nationale. Certaines des activités productives associées ont ainsi fait l’objet d’une forme de patrimonialisation dans la mesure où elles étaient stratégiques pour le pays (bois de marine) alors que d’autres étaient jugées comme des freins au développement économique (bois de chauffage et domestique).

12Pour comprendre les fondements de ces principes, il est nécessaire de revenir sur le contexte dans lequel ils ont émergé. Du Moyen-âge à la Révolution, la forêt en France régresse et se dégrade sous la pression des usages agricoles et des prélèvements anarchiques. Confrontées à la raréfaction de la ressource, les administrations forestières successives s’attachent à la protéger en prétextant que seule la puissance publique est en mesure d’en assurer la gestion et de la préserver des intérêts court-termistes des individus et des communautés locales. On assiste alors à la naissance d’une forme d’économie des ressources naturelles qui s’appuie sur la construction d’un patrimoine collectif et qui confère à l’État un rôle important de préservation de l’intérêt général. Ce patrimoine collectif est considéré comme un patrimoine productif nécessaire à l’économie nationale, voire à sa sécurité, et comme un patrimoine naturel garant de la qualité de l’environnement notamment dans la lutte contre l’érosion en montagne et sur le littoral.

13Toutefois, en parallèle, se développe une autre forme de patrimonialisation par l’imposition du principe de la propriété privée et par l’appropriation individuelle des espaces boisés collectifs suite à la Révolution. Face à un nombre croissant de propriétaires privés et de communautés locales qui revendiquent la liberté de gérer les forêts comme un patrimoine privé, l’État opère alors une distinction entre le « bon » et le « mauvais » usage. Les exploitants forestiers et les industriels sont considérés comme des utilisateurs légitimes, car ils participent à l’économie nationale alors que les usagers « traditionnels » et les agriculteurs sont perçus comme des dangers pour la forêt (Buttoud, 1998).

14Dans ce contexte, la dimension patrimoniale de la forêt produit des rapports de force et cristallise des tensions politiques. Elle contribue à justifier une politique autoritaire de contrôle de l’espace rural où la forêt représente un patrimoine collectif et à stigmatiser l’impact des activités agricoles. La figure n° 1 représente de façon synthétique ces différentes logiques patrimoniales.

15Depuis la fin du XXe siècle, l’émergence des principes du développement durable au niveau international reconfigure les rapports de force qui définissent le contenu des référentiels d’action publique relatifs à la gestion des forêts et à l’industrie du bois. La forêt est considérée en tant qu’écosystème par un nombre croissant d’organisations nationales et internationales (ONGE, ministère responsable de l’environnement, médias) qui l’érigent en patrimoine forestier commun. La question forestière revêt un caractère universel dans la mesure où elle est reconnue comme un réservoir de biodiversité important et un élément déterminant de régulation du climat. Cette référence au patrimoine commun entraîne une forte complexification des formes prises par le patrimoine collectif. Dans ce contexte, l’État est contesté dans sa capacité à définir et à incarner le patrimoine collectif et les conditions de reproduction du modèle forestier ne peuvent plus reposer uniquement sur la mise en avant de l’intérêt sectoriel national. Les territoires infranationaux revendiquent aussi l’activation de patrimoines collectifs différenciés. Si le concept de développement durable est porteur de logiques de globalisation, il invite aussi à redonner de la légitimité aux dynamiques locales. La définition d’un patrimoine commun territorialisé offre l’opportunité aux acteurs locaux de se ressaisir de leurs ressources et de redéfinir leurs propres trajectoires de développement d’autant plus que les processus d’européanisation et de décentralisation confèrent aux niveaux infranationaux de nouvelles compétences et capacités de prise de décision

16Au niveau des produits bois, la prise de conscience des enjeux environnementaux globaux associés à la gestion des ressources forestières a été principalement portée par l’action de médiatisation des problèmes de déforestation dans les zones tropicales par les ONG dans les années 1980 (Smouts, 2001). Ces dernières, ne faisant pas confiance aux États, ont mis l’accent sur la responsabilisation de l’acte de consommation du produit bois et sur les mécanismes de marché pour réguler ces pratiques et protéger le patrimoine forestier mondial (Cashore al., 2004). Depuis, les enjeux liés au réchauffement climatique et à la transition énergétique ont conféré au matériau bois un intérêt important en matière de stockage de carbone et de substitution aux ressources fossiles. Ainsi, au cours des vingt dernières années, le marché du bois a subi une mutation importante qui s’inscrit dans le prolongement du phénomène d’écologisation de la société. La filière bois constitue aujourd’hui un patrimoine productif dont l’activité économique revêt une forte dimension environnementale. À travers l’écologisation du marché du bois, les acteurs de la filière sont confrontés à une évolution de leur environnement non seulement concurrentiel, mais aussi institutionnel.

17Finalement nous pouvons faire l’hypothèse que les contours d’une nouvelle stratégie forestière visant à faire converger les objectifs économiques et écologiques s’appuieront sur une profonde mutation d’un patrimoine productif et collectif porté par des dispositifs d’action nationaux et qui sera différenciée selon les massifs régionaux (Juillot, 2003).

Quelle (s) écologisation (s) du patrimoine forestier landais ?

18Depuis plusieurs années, nous éprouvons les différentes dimensions de cette hypothèse exploratoire au sein du massif des Landes de Gascogne. Ce territoire condense en effet plusieurs aspects de la patrimonialisation évoquée précédemment et il fait l’objet d’une lutte définitionnelle permanente (Gilbert et Henry, 2012) autour de la notion de patrimoine.

Le patrimoine, objet d’une lutte définitionnelle

19Sur le plan historique et collectif, les différents acteurs du territoire tentent d’imposer leur vision du patrimoine landais en puisant dans différents registres de légitimité et en mobilisant des références historiques bien précises. Pour les forestiers, l’histoire des Landes ne commence qu’en 1857 lorsque l’État français, sous l’impulsion de Napoléon III, rend obligatoire le boisement des 800 000 ha de landes, dont une majorité de terrains collectifs jusque-là essentiellement dédiés au pâturage ovin. Si l’ethnographe Félix Arnaudin témoigne au cours du XIXe siècle des bouleversements subis par les acteurs traditionnels de la société agropastorale locale, son histoire est celle des perdants de cette lutte définitionnelle (Daney et Le Fur, 2008). En effet, dès la fin du XIXe siècle et jusqu’à la Grande Guerre, les forestiers – publics et privés – imposent leur discours sur les bienfaits du boisement des Landes quitte à passer sous silence les conflits sociaux qui émaillent cette période (Ribereau-Gayon, 1993 ; Nougarède, 1995 ; Dupuy, 1996). À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le forestier Roger Sargos (1949) réactive le discours-type des grands propriétaires sur l’histoire des forêts landaises. Il procède à une mise en récit et à la construction d’une image particulièrement flatteuse du boisement des Landes de Gascogne : héroïsme des pionniers du reboisement, histoire des grandes familles de sylviculteurs et d’industriels du bois, célébration du dynamisme et du volontarisme des forestiers landais, etc. Ce discours se construit aussi autour d’une rhétorique de la menace naturelle (inondations, stagnation des eaux, maladies) ou anthropique (appauvrissement des sols par le surpâturage, risques d’incendie…). Cette rhétorique est aujourd’hui entretenue par les dénonciations sur le « mitage » du massif forestier par l’agriculture, la périurbanisation, le développement des infrastructures, etc. Ces discours tiennent à la fois de menaces réelles, mais aussi d’intérêts sectoriels : défendre une identité forestière du massif qui soit ancrée dans une certaine « vision patrimoniale forestière » permet de minimiser voire de délégitimer les activités concurrentes. Pour Nougarède, ces groupes sociaux élaborent ces discours « pour mettre en valeur l’image de la Lande qu’ils estiment être la plus conforme à leurs intérêts » (Nougarède, 1995). Ce patrimoine forestier collectif – dont l’histoire est sans cesse précisée et réinterprétée - continue donc de faire l’objet d’enjeux forts, sur le plan économique, social et symbolique (Bouisset et al. 2010 ; Dehez, 2010 ; Puyo, 2010).

20Sur le plan territorial et politique, cette lutte définitionnelle vise aussi à donner aux acteurs extérieurs l’image d’un monde forestier unifié, soudé et mû par des intérêts communs. Cependant l’étude plus précise des relations des propriétaires forestiers et des industriels à leur patrimoine montre aussi des divergences internes tant au niveau social que spatial. Si on fait abstraction de sa couverture forestière composée à 90 % de pin maritime, le massif des Landes de Gascogne n’est pas une entité homogène sur le plan territorial (Mora et al., 2012). Divisé en de multiples pays, certains territoires sont sous l’influence urbaine des métropoles situées à sa périphérie au premier desquelles la communauté urbaine de Bordeaux. Les zones littorales forestières sont quant à elles soumises à une forte pression touristique où la dimension patrimoniale traditionnelle de la forêt comme espace de production et de protection tend à s’effacer au profit d’un espace de récréation et de loisirs. Enfin, si le cœur du massif incarne l’archétype de la forêt de production, des structures comme le parc naturel régional des Landes de Gascogne (PNRLG) proposent une vision nettement plus environnementaliste, en mettant en exergue les espaces non forestiers (lagunes, ripisylves, tourbières…). Loin d’être uniquement un « triangle vert » exclusivement réservé à la sylviculture, les Landes de Gascogne apparaissent donc de plus en plus comme un espace polycentré et multifonctionnel où se superposent plusieurs identités patrimoniales collectives.

21Au niveau individuel, pour étudier la relation patrimoniale des propriétaires forestiers landais et analyser les conditions d’existence et de reproduction de la filière forêt bois, nous avons eu recours à une démarche d’enquête quantitative et qualitative. Sur le plan quantitatif, une première question se pose alors : à partir de quel seuil peut-on parler de patrimoine forestier privé ? Le cadastre recense près de 58 000 propriétaires forestiers qui possèdent de 0 à plus de 1 000 ha. Pour les institutions statistiques forestières françaises et les organismes de gestion sylvicole, la notion de propriété forestière n’est généralement pertinente qu’à partir de quatre hectares. Les propriétaires fonciers landais eux-mêmes ne se considèrent souvent comme propriétaire forestier qu’au-delà de ce seuil ce qui réduit alors à 16 000 le nombre de détenteurs d’un patrimoine « forestier » dans les Landes de Gascogne. Mais qui sont-ils et quels sont leurs profils sociodémographiques ? Une première classification basée sur une enquête quantitative (CRPF Aquitaine, 2006) fait état de 6 grands types de propriétaires forestiers (forestiers de pointe, hédonistes, délégateurs, sylviculteurs non–résidents, sylviculteurs seniors et très petits propriétaires forestiers). Sur la base de cette classification, nous avons réalisé une cinquantaine d’entretiens qualitatifs approfondis auprès d’un échantillon de chacune de ces catégories (Deuffic, 2012). Lors de ces entretiens semi-directifs, nous avons en particulier cherché à comprendre les circonstances qui entouraient les transmissions patrimoniales, les relations actuelles à ce patrimoine sur le plan économique, environnemental et social et les raisons invoquées pour légitimer la conservation ou l’abandon de ce patrimoine.

La relation des propriétaires forestiers à leur patrimoine

22Les forêts du massif des Landes de Gascogne sont détenues à plus de 85 % par des propriétaires forestiers privés. Si 150 d’entre eux ont des propriétés privées de plus 500 ha, 1 500 détiennent des superficies comprises entre 100 et 500 ha, et 14 000 des peuplements compris entre 4 et 100 ha. Or pour vivre uniquement de la sylviculture dans les Landes de Gascogne, les forestiers estiment qu’il faut au minimum 500 ha. De fait, pour la plupart des forestiers landais qui ne détiennent pas de telles superficies, l’intérêt économique de la forêt est faible à très faible. Les principales motivations à la détention de ces petites propriétés sont très diverses (Deuffic et al., 2010) : atavisme familial, valeur symbolique forte, mimétisme social, système d’épargne alternatif à l’offre bancaire classique, activités récréatives, facteur d’intégration sociale, etc. Pour d’autres, posséder de la forêt n’est plus vraiment un choix ; ayant hérité, ils souhaiteraient vendre leurs terrains, mais la qualité des peuplements et le morcellement des parcelles rendent les transactions difficiles et peu lucratives.

  • 2 Le Code Général des Impôts (CGI) prévoit certaines dispositions fiscales susceptibles d’être accord (...)

23À côté de cette majorité de moyens et petits propriétaires forestiers, il existe une frange de propriétaires forestiers pour qui la forêt constitue une véritable activité économique. La forêt représente pour eux une partie importante, mais non exclusive du patrimoine familial qui comprend souvent d’autres types de bien, immobiliers notamment. Dans certains cas, la détention de ce type de patrimoine forestier est aussi motivée par des intérêts fiscaux2. Dans le massif landais, ces propriétés de plus de 500 ha appartiennent à 150 propriétaires qui détiennent ainsi 25 % de la surface boisée, les propriétés privées de plus de 1 000 ha étant détenues par une cinquantaine de personnes physiques ou morales (données cadastrales 2003). Si certaines grandes propriétés créées à la fin du XIXe siècle ont été divisées au fil des successions, d’autres ont été consolidées grâce aux stratégies d’alliance matrimoniale entre grandes familles et aux échanges fonciers qui ont suivi les aléas économiques (crise de la gemme) et naturels (incendies de 1949). Leur pérennité dans le temps montre une adaptabilité forte aux différentes crises qui ont secoué le massif. Celle-ci est liée à des réorientations et des diversifications de leur patrimoine forestier vers d’autres sources de revenus que la seule vente de bois sur pied (forges puis industrie de la gemme, du papier, du sciage…). Dans le cas des propriétés familiales, le recours à des statuts juridiques spécifiques (groupements forestiers, sociétés civiles immobilières) a permis d’éviter le morcellement au fil des successions. Si l’attachement à la propriété familiale des différents ayants-droits demeure, l’éloignement géographique, le désintérêt pour la sylviculture, la délégation de gestion à un spécialiste et la succession récente de crises graves (tempêtes de 1999 et de 2009, sécheresse de 2003) ébranlent – comme c’est aussi le cas pour les petits propriétaires – leurs relations à ce patrimoine (Deuffic et al., 2010).

Patrimonialisation et écologisation

  • 3 L’airial est une forme traditionnelle d’aménagement de l’espace. Il prend la forme d’une clairière (...)

24Au tournant des années 1960, un nouveau schème d’interprétation patrimoniale concurrence la vision hagiographique de la forêt landaise. La création du parc naturel régional des Landes de Gascogne (PNRLG) est en effet une occasion de réactiver d’anciennes formes patrimoniales : l’airial landais3, le bâti agricole ancien, les vieux métiers de la forêt, etc. Au début des années 1980, et à la faveur de l’écologisation de la société française en général, le PNRLG promeut également des formes moins culturelles et traditionnelles de patrimoine et qu’il qualifie de naturel : lagune, tourbières, faune et flore endémiques, etc.

25Si cette patrimonialisation progressive des espaces naturels a, en fin de compte, assez peu touché les espaces forestiers de production, on assiste toutefois à une imbrication progressive des espaces patrimoniaux, forestiers et naturels. De plus, au tournant des années 1980, l’échec de certaines plantations soutenues par le Fonds Forestier National, la remise en cause des méthodes de sylviculture par les écologistes, la disparition des milieux écologiques fragiles comme les zones humides réintroduisent les questions d’écologie dans les arènes de débat public. Celles-ci ne sont plus désormais l’objet privilégié des seuls forestiers. Elles deviennent un objet d’étude partagé entre biologistes de la conservation, écologues du paysage, spécialistes de la dynamique des populations, etc. La création d’un terme spécifique – la biodiversité – et la production d’un discours alarmiste évoquant une extinction massive des espèces achèvent de mettre cette question à l’agenda politique (Arnould, 2005). Tout au long des années 1990, elle forcera les forestiers à rendre compte de leurs pratiques voire à en changer.

26Comment les propriétaires forestiers vivent ce mouvement de patrimonialisation et d’écologisation de leur forêt ? Lors de nos enquêtes, les propriétaires forestiers landais se disent préoccupés par les enjeux environnementaux globaux comme le changement climatique. Toutefois, ces questions n’entrent dans leur univers de sens qu’à partir du moment où ils se sentent directement touchés par un problème environnemental précis. La perspective d’un changement climatique est évoquée à propos des tempêtes de 1999 et de 2009 ou de la sécheresse de 2003. Ils déclinent également des enjeux environnementaux locaux tels que la question de la ressource en eau, la présence de déchets en forêt... Quant à la question de la biodiversité dont l’intérêt patrimonial est mis en avant par les écologues forestiers, elle est considérée de différentes manières selon les propriétaires rencontrés. Nous identifions plusieurs groupes de propriétaires forestiers qui s’échelonnent entre deux pôles socio-centrés et éco-centrés. La place qu’ils accordent à la notion de biodiversité révèle ainsi une distance plus ou moins forte vis-à-vis de la patrimonialisation par l’écologisation de la forêt.

27L’ensemble des forestiers interrogés distingue également la patrimonialisation à portée juridique de celle qui n’en a pas ou peu. Ils sont très critiques vis-à-vis des cas de patrimonialisation institutionnalisée par un cadre juridique contraignant (site classé, arrêté de biotope, zone Natura 2000…). La motivation même de la patrimonialisation n’est pas toujours comprise : transformer la forêt – outil de production – en paysage ou en écosystème sort des cadres de référence et d’interprétation de la réalité de la plupart des propriétaires forestiers. En réaction, une majorité de forestiers réaffirment la prépondérance de la fonction de production de la forêt sur la fonction environnementale alors qu’une minorité tente de les garder sur le même plan. Cet affichage de la primauté de la production sur l’environnement ou le social est souvent plus discursif que réel notamment dans le cas des petites et moyennes propriétés forestières dont la rentabilité économique peut être interrogée. Mais l’image du propriétaire forestier – sylviculteur et donc producteur de bois – reste fortement ancrée. S’occuper de ses bois est un « plaisir », mais aussi un « travail » avec, au final, un « produit ». Au moment de la vente, l’échelle de référence qui fait la fierté du vendeur, reste le prix du mètre cube de bois. La rentabilité très incertaine, voire négative, des peuplements de pin maritime est assez fréquemment évoquée par les petits propriétaires landais qui rejoignent ainsi une opinion également émise par une majorité de propriétaires forestiers français selon qui les bois ne leur rapportent pas d’argent (CREDOC, 2010).

28Déjà sceptiques sur la rentabilité réelle de leur patrimoine, les propriétaires forestiers interrogés se montrent encore moins enthousiastes à l’idée d’une écologisation de leur patrimoine forestier. Quand celle-ci s’impose à eux, certains propriétaires adoptent des stratégies d’évitement qui consistent à orienter les mesures de protection dans les espaces les moins productifs. Faute d’y parvenir, certains propriétaires exploitent leurs bois avant le classement de peur de ne plus pouvoir réaliser aucune opération sylvicole. Une fois la protection juridique effective, le patrimoine naturel forestier ne fait pas l’objet de la même attention. Si on ressent une certaine fierté des propriétaires forestiers à l’idée de transmettre un patrimoine forestier économiquement viable, ce sentiment est moins net à propos des zones classées au titre du patrimoine naturel. D’autres n’envisagent pas cette écologisation sans une contrepartie symbolique minimale même s’ils préfèreraient une compensation financière. Mais pour l’instant, cette rémunération des services écosystémiques est balbutiante.

Écologisation du marché du bois et avenir du patrimoine productif bois landais

29Du côté des produits issus de la forêt et de leur patrimonialisation, durant près d’un siècle, l’économie forestière des Landes de Gascogne a été marquée par l’activité d’extraction de la résine. Son déclin dans les années 1940 a été vécu comme un profond bouleversement de l’identité locale. Néanmoins, l’activité industrielle de transformation du bois qui s’est développée à cette époque s’est fortement appuyée sur la réactivation de cette identité basée sur la valorisation économique des ressources forestières. Le patrimoine productif associé à un appareil industriel structuré est ainsi devenu un élément important de l’économie régionale, participant à l’identité du territoire et à sa spécificité forestière. Il se caractérise depuis trente ans par la dimension intégrée de la filière forêt-bois-papier et par sa forte capacité de production associée à un bon niveau de compétitivité sur certains marchés. Ces éléments ont fait de l’Aquitaine la région la plus dynamique de la filière forêt-bois française avec 30 000 emplois et 3,4 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Dans un contexte d’écologisation du marché du bois, on peut aujourd’hui s’interroger sur le devenir de ce patrimoine productif.

  • 4 En effet, les scieries de la région se sont progressivement spécialisées sur la production de palet (...)

30Le premier élément structurant du patrimoine productif bois Landais réside dans son positionnement sur le marché des produits bois. Celui-ci est déterminé par les caractéristiques de l’essence utilisée, mais aussi et surtout par les choix historiques des industriels. En Europe, le commerce des produits bois est un marché ouvert et très concurrentiel dont le niveau d’activité dépend fortement de la conjoncture économique globale. La concurrence s’établit principalement entre grandes régions de production, intra européennes et mondiales. Sur le marché des résineux, plus particulièrement, la concurrence se fait par les prix et la capacité à réaliser des économies d’échelle. Dans ce contexte, les entreprises du Pin Maritime en Aquitaine ont une position intermédiaire. Elles disposent d’une ressource abondante et facilement mobilisable, mais le tissu industriel demeure relativement éclaté et déséquilibré. Alors qu’il existe d’un côté quelques gros groupes industriels dans le domaine du panneau, du papier et de l’emballage qui concentrent l’activité, de l’autre le secteur du sciage est marqué par la présence d’un nombre important de petites entreprises qui souffrent d’une faible capacité d’investissement. Globalement, l’industrie du pin maritime en Aquitaine se positionne sur des marchés de production de masse et, pour les sciages, sur des produits à faible valeur ajoutée4.

31L’autre élément caractéristique du patrimoine productif bois landais relève des conditions d’approvisionnement du système industriel et des formes d’interdépendance particulières qui se sont noués entre les entreprises et entre les entreprises et les propriétaires. D’un côté la demande en bois des industriels s’inscrit dans le court terme selon l’évolution des marchés alors que les propriétaires sont plutôt dans une logique de capitalisation et d’optimisation à moyen terme de leurs ventes. De l’autre, les industriels ont besoin de sécuriser leurs approvisionnements et de s’assurer que les propriétaires maintiendront l’état de la ressource. Dans ce contexte, les industriels de la trituration jouent un rôle déterminant dans la mise en place d’une forme de coordination garantissant l’investissement des propriétaires, la viabilité d’un modèle sylvicole et la pérennité du système industriel. En effet, en tant que gros utilisateurs de bois d’éclaircie et de produits connexes de scierie, ils sont les maillons essentiels d’un système productif basé sur la sylviculture du pin maritime. Cette essence présente en effet beaucoup de contraintes et le système productif s’est développé sur la base de l’assurance par les papetiers de revenus intermédiaires aux propriétaires et aux scieries permettant de compenser la faible valeur ajoutée tirée de la valorisation des bois à maturité. Il existe ainsi un véritable compromis au sein de la filière en vue d’assurer sa préservation sur le long terme : les industriels achètent les bois d’éclaircie à bas prix, car ils estiment financer la sylviculture, les papetiers et les scieurs se partagent la ressource et les propriétaires s’investissent dans la sylviculture.

32Face aux évolutions récentes de la concurrence (augmentation de la production en Europe du Nord, en Allemagne et en France sur le Douglas et l’Épicéa) et à l’écologisation du marché des produits bois (développement du bois construction et du bois énergie ; demande de bois certifiés), les acteurs du système productif Pin Maritime sont confrontés à de nouveaux défis.

  • 5 Program for the Endorsement of Forest Certification
  • 6 Forest Stewardship Council, développé par le WWF.
  • 7 Syndicat des Sylviculteurs du Sud Ouest.

33Tout d’abord, les acteurs aquitains ont été des défenseurs très actifs de la mise en place du système de certification environnementale PEFC5 en réponse au label FSC6 élaboré par les ONG dans les années 90. Ainsi, l’association PEFC qui a vu le jour dans la région en 2002, à l’initiative du SYSSO7, a très rapidement réussi à mobiliser un grand nombre de propriétaires et à convaincre les industriels de les accompagner dans la démarche. Il s’agissait pour les uns comme pour les autres d’un enjeu important, car le massif des Landes de Gascogne est régulièrement critiqué pour son caractère artificiel et pour sa sylviculture intensive et mono-spécifique. En l’espace de quelques années, le PEFC Aquitaine s’est donc imposé comme un exemple en termes de dynamique de filière. La certification est aujourd’hui nécessaire pour accéder au marché, mais les industriels regrettent qu’en dépit de cet effort de traçabilité et de qualité environnementale, la concurrence par les prix reste déterminante. De même il semble encore difficile pour les industriels de la région de développer une stratégie commerciale fondée sur la mise en valeur de l’origine des produits et sur l’identité du massif landais. Certains essayent de promouvoir une logique de marque, mais, contrairement à l’agriculture, les indications géographiques ne sont pas développées dans le domaine du bois et il n’existe pas de dynamique collective en ce sens en Aquitaine. En revanche, la piste du bilan carbone des produits bois semble prometteuse et ouvre des perspectives de valorisation des produits locaux.

  • 8 Fondé en 2005 à l’initiative de la CCI des Landes, ce groupement de sept scieries du massif des Lan (...)
  • 9 Le projet ABOVE (Aboutage BOis Vert), soutenu par le pôle de compétitivité a permis de montrer qu’i (...)

34Ensuite, les perspectives de développement du marché des bois s’appuient non seulement sur la qualité environnementale des produits, mais surtout elles s’orientent vers des produits à haute valeur ajoutée capables de répondre à un marché du bois dans la construction en pleine expansion. Pour faire face à ces enjeux, la création d’un pôle de compétitivité destiné à soutenir l’innovation dans la filière (Xylofutur) et des initiatives collectives comme celle d’ULIS8 témoignent de la prise de conscience par les acteurs locaux des besoins de structurer une offre nouvelle. Ces démarches donnent des résultats9 et révèlent l’existence d’une volonté, publique et privée, locale de profiter de l’engouement pour le bois construction afin de revaloriser le patrimoine productif bois de la région. En dépit de ces efforts, l’activité de sciage de qualité reste trop marginale, au sein d’une filière tournée vers le marché de l’emballage et de la trituration, pour faire face à la compétition des industriels du nord de l’Europe. Dans ce contexte, des actions locales misent sur la stimulation de l’offre pour dynamiser la filière et promouvoir symboliquement les produits locaux. L’accès privilégié aux marchés publics est effectivement promu par les acteurs de la filière locale, mais il existe encore de nombreuses contraintes réglementaires à cette forme de distorsion de la concurrence sur des critères de proximité.

  • 10 Dans le cadre des appels d’offres pour le rachat de l’électricité produite à partir de la biomasse, (...)

35Enfin, le patrimoine productif bois landais est déstabilisé par le développement du bois énergie. Cette nouvelle filière connaît un développement industriel très rapide sous l’effet d’un accroissement de la demande et de la mise en place de dispositifs publics fortement incitatifs. Elle entre directement en compétition pour l’approvisionnement en bois de faible qualité avec les industriels de la trituration. Ces derniers voient ainsi se développer les projets de valorisation biomasse dans la région et s’inquiètent vivement de l’augmentation du prix de la matière première et même de l’éventuelle pénurie qui risque de toucher le massif. Les autorités publiques locales sont sensibles à cette préoccupation des industriels de la filière, mais ont peu de moyens d’empêcher cette dynamique économique qui s’inscrit directement dans le cadre de la politique de transition énergétique, soutenue par ailleurs par leurs ministères de tutelle au niveau national. Dans cette perspective, certains papetiers ont décidé de se positionner sur le marché énergétique afin d’en contrôler le développement et d’améliorer leur bilan environnemental10. Cette posture est un peu ambigüe, mais elle témoigne de leur volonté de conserver la mainmise sur la ressource et d’empêcher l’arrivée d’opérateurs concurrents sur le massif.

36Ce rapide passage en revue des effets de l’écologisation du produit bois sur le patrimoine productif Landais permet de mettre en évidence d’un côté la volonté des acteurs industriels de se saisir de cette opportunité pour maintenir leur activité et résister aux difficultés rencontrées (tempêtes de 1999 et 2009, baisse de compétitivité sur le marché), de l’autre l’importance des choix productifs antérieurs sur les capacités de renouvellement de l’identité patrimoniale.

Conclusion

37Face aux injonctions environnementales, les travaux de recherches peuvent se porter sur la patrimonialisation de la nature ou sur la naturalisation du patrimoine. Nous avons choisi la deuxième piste en privilégiant une approche interdisciplinaire qui permet, d’une part d’insister sur les tensions entre les différentes logiques d’action conduisant à la redéfinition des formes de patrimoine et d’autre part, d’appréhender l’hybridation d’un patrimoine naturel et productif souvent mise en avant par les acteurs d’un territoire. L’application de cette approche au cas du massif des Landes de Gascogne montre que « forêt et patrimoine » ouvre un champ de recherches très fructueux, car il s’agit de s’interroger sur la compatibilité entre des modes de protection de ressources naturelles et leur exploitation dans le cadre d’une filière productive intensive historiquement instituée. Ce type de questionnement de recherche peut constituer des atouts pour la mise en place de recherches reposant sur des approches comparées avec d’autres filières locales productives dépendant de l’exploitation de ressources naturelles.

38Actuellement, notre travail met en évidence une faible hybridation entre patrimoine naturel et patrimoine productif pouvant s’interpréter comme un « verdissement » purement rhétorique ne modifiant en rien les pratiques, ou bien comme une écologisation (même partielle) supposant au contraire une modification (parfois à la marge) des discours et des pratiques. Cependant notre approche met bien l’accent sur le caractère temporaire de ces choix stratégiques. À ce titre la question du bois énergie et la possibilité d’une rémunération des services écologiques sont des opportunités qui peuvent faire évoluer les analyses exposées ci-dessus

Haut de page

Bibliographie

Agreste, 2005, La récolte forestière et l’activité des sciences en 2005.

Arnould, P., 2005, Biodiversité : quelle histoire ? , Marty P., Vivien F.-D., Lepart J., Larrère, R., Les biodiversités. Objets. Théories. Pratiques, CNRS Éditions, Paris, p. 67-80.

Barrère, C., D. Barthelemy, M. Nieddu et F.D. Vivien, 2005, Réinventer le Patrimoine : De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ? , L’Harmattan, Paris, 336 p.

Boltanski, L. et L. Thévenot, 1991, De la justification : les Économies de la Grandeur. Gallimard, coll. NRF Essais, Paris, 483 p.

Bouisset, C., I. Degrémont et J. Sevilla, 2010, Le patrimoine naturel en Aquitaine vu du Web : discours, valeurs, fonctions, Sud-Ouest Européen , vol. 30, p. 85-99.

Buttoud, G., 1998, Les politiques forestières, P.U.F., Paris,128 p.

Buttoud, G., 2003, La forêt, un espace aux utilités multiples, La documentation française, Paris, 144 p,

Cashore, B., G. Auld et D. Newsom, 2004, Governing Through Markets. Forest Certification and the Emergence of Non-State Authority, Yale University Press, 327 p.

Credoc, 2010, Les propriétaires forestiers français sont attachés à leur patrimoine, mais peu motivés par son exploitation commerciale, Crédoc-Consommation et modes de vie, vol. 228, p. 1-4.

CRPF Aquitaine, 2006, Projet FORSEE- Indicateur "Propriétés forestières", CRPF Aquitaine, IEFC, Bordeaux, 52 p.

Dehez, J., 2010, Les forêts d’Aquitaine : un patrimoine fréquenté. Sud-Ouest Européen, vol. 30, p. 99-108.

Deuffic, P., 2012, Produire et négocier les normes environnementales. Écologues et forestiers face à la biodiversité associée aux bois morts, Thèse de sociologie, Université Victor Segalen, Bordeaux, 535 p.

Deuffic, P., L. Ginelli et K. Petit, 2010, Patrimoine foncier… et naturel ? Les propriétaires forestiers face à l’écologisation des Landes de Gascogne, Sud-Ouest européen, vol. 30, p. 109-121.

Du Tertre, C., 2008, Investissements immatériels et "patrimoine collectif immatériel", Laurent C. et Du Tertre C., Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, L’Harmattan, Paris, p. 73-90.

Dupuy, F., 1996, Le pin de la discorde. Les rapports de métayage dans la Grande Lande. Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 407 p.

Gilbert, C. et E. Henry, 2012, La définition des problèmes publics : entre publicité et discrétion, Revue française de sociologie, vol. 531, n° 1, p. 35-59.

Godard, O., 1990, Environnement, modes de coordination et systèmes de légitimité : analyse de la catégorie de patrimoine naturel, Revue économique, vol. vol 41, n° n° 2, p. 215-241.

Hugon, P., 2004, Les frontières de l’ordre concurrentiels et du marché : les Biens Publics Mondiaux et les patrimoines communs, Géographie Économie et Société, vol. 6, n° 3, p. 265-290.

Juillot, D., 2003, La filière bois française. La compétitivité enjeu du développement durable. Assemblée Nationale 104 p.

Kalaora, B., 2001, À la conquête de la pleine nature, Ethnologie française, vol. XXXI, n° 4, p. 591-597.

Kalaora, B. et D. Poupardin, 1998, L’administration forestière entre 1860 et 1940. L’esprit de corps à travers les nécrologies, Ethnologie française, vol. XVIII, p. 27-41,

Larrère, C. et R. Larrère, 1997, Du bon usage de la Nature : pour une philosophie de l’environnement, Aubier, Paris, 355 p.

Lascoumes, P. et J.P. Le Bourhis, 1998, Le bien commun comme construit territorial. Identités d’action et procédures. Politix, vol. 11, n° 42, p. 37-66.

Mora, O., V. Banos, J.-M. Carnus et M. Regolini, 2012, Le massif des Landes de Gascogne à l’horizon 2050, Conseil régional d’Aquitaine-INRA, Bordeaux, 290 p.

Nougarède, O., 1995, Discours sur la Grande Lande. Archéologie de la constitution et de la transmission d’un patrimoine d’écrits idéologiques sur la mise en valeur des Landes de Gascogne du XVIIe au XXe siècle. INRA, Unité STEPE, Ivry-sur-Seine, 287 p.

Puyo, J.-Y., 2010, Les suberaies d’Aquitaine : entre enjeux patrimoniaux et relance économique. Sud-Ouest Européen, vol. 30, p. 53-66.

Ribereau-Gayon, M.-D., 1993, Re-production identitaire dans les Landes de Gascogne, Écologie humaine, vol. XI, n° 2, p. 71-85.

Sargos, R., 1949, Contribution à l’Histoire du boisement des Landes de Gascogne, Editions Delmas, Bordeaux, 836 p.

Smouts, M.C., 2001, Forêts tropicales. Jungle Internationale. Presses de science Po, Paris, 349 p.

Haut de page

Notes

1 Ces éléments identitaires collectifs peuvent être repérés par les relations d’appartenances, les valeurs communes, les produits véhiculant l’image du territoire

2 Le Code Général des Impôts (CGI) prévoit certaines dispositions fiscales susceptibles d’être accordées aux propriétaires forestiers : l’exonération partielle des droits de mutation (donations ou successions ou mutations de parts de groupement forestier) pour des cessions de bois et forêts, dite « amendements Monichon », un abattement de la valeur vénale de la forêt servant de base au calcul de l’impôt sur la fortune (ISF), des exonérations de taxe foncière non bâtie dans certaines situations (régénération naturelle, zones humides, contrat et charte Natura 2000).

3 L’airial est une forme traditionnelle d’aménagement de l’espace. Il prend la forme d’une clairière au cœur du massif forestier. Celle-ci regroupe une ou plusieurs maisons et leurs dépendances (grange, bergerie, poulailler…).

4 En effet, les scieries de la région se sont progressivement spécialisées sur la production de palette (45 % des sciages) et de parquet/lambris (26 % des sciages). Source : Agreste (2005). La récolte forestière et l'activité des sciences en 2005. Agreste Aquitaine. n° 5.

5 Program for the Endorsement of Forest Certification

6 Forest Stewardship Council, développé par le WWF.

7 Syndicat des Sylviculteurs du Sud Ouest.

8 Fondé en 2005 à l’initiative de la CCI des Landes, ce groupement de sept scieries du massif des Landes de Gascogne est une marque collective de référence.

9 Le projet ABOVE (Aboutage BOis Vert), soutenu par le pôle de compétitivité a permis de montrer qu’il était possible d’utiliser le pin maritime dans des procédés constructifs innovants.

10 Dans le cadre des appels d’offres pour le rachat de l’électricité produite à partir de la biomasse, organisés par la Commission de Régulation de l’Énergie, les entreprises Smurfit et Tembec ont par exemple mis en place des centrales bois énergie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les acteurs de la filière forêt bois au regard des idéaux type patrimoniaux
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13702/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clarisse Cazals, Philippe Deuffic, Arnaud Sergent et Ludovic Ginelli, « La forêt, un patrimoine au prisme de l’écologisation : le cas des Landes de Gascogne », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16 | juin 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13702 ; DOI : 10.4000/vertigo.13702

Haut de page

Auteurs

Clarisse Cazals

Chargée de recherches en économie, Irstea, UR ADBX. 50 Avenue de Verdun, F-33612 CESTAS cedex, France, courriel : clarisse.cazals@irstea.fr

Philippe Deuffic

Ingénieur de recherches en sociologie Irstea, UR ADBX

Articles du même auteur

Arnaud Sergent

Ingénieur chercheur en science politique, Irstea, UR ADBX

Articles du même auteur

Ludovic Ginelli

Doctorant en sociologie, Irstea, UR ADBX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page