Navigation – Plan du site
Institutionnalisation de la nature et territorialisation politique : des dimensions publiques omniprésentes dans le mouvement patrimonial

Processus de construction d’une ressource territoriale valorisant le patrimoine naturel et culturel en Loire tourangelle

Construction process of a territorial resource valuing natural and cultural heritage (Loire river, France)
Benoit Pin, Sylvain Rode et Sylvie Servain

Résumés

L’inscription par l’Unesco du Val de Loire au patrimoine mondial au titre des paysages culturels vivants et évolutifs a concrétisé l’émergence de nouvelles représentations du patrimoine ligérien et favorisé des projets de développement locaux mobilisant ce dernier. Bien que reconnu internationalement, le patrimoine ligérien n’est pas approprié dans son ensemble par les populations locales. Différentes visions du patrimoine se côtoient, matérialisant tout autant les sensibilités que l’influence de l’action publique et de la société civile sur les représentations. Le présent travail s’attache à démonter le caractère « construit » de la dimension patrimoniale du paysage et cherche à présenter pourquoi et comment ce patrimoine est mobilisé en tant que ressource pour des projets de développement locaux.

L’analyse est conduite à l’échelle principale de deux communes (Bréhémont et Chouzé-sur-Loire) qui se sont engagées dans des processus de valorisation du patrimoine. Elle est complétée par des analyses menées à l’échelle d’un tronçon de la Loire (depuis Tours jusqu’à la confluence entre la Loire et la Vienne) permettant de mettre en perspective les réalités de terrain d’un patrimoine servant de support aux projets de développement locaux.

Haut de page

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Europe
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Comme le montrent les différents travaux de recherche présentés dans l’ouvrage coordonné par Olivie (...)

1Étudier le lien entre patrimoine et paysage peut permettre de considérer l’importance de participer collectivement à la production d’un patrimoine vivant (Choay, 2009). En approchant le paysage à travers ses usages et la manière dont les acteurs s’en saisissent, il devient un outil de portée stratégique et transversal, un levier de construction d’une ressource territoriale et, in fine, un moyen de gestion croisée des dimensions écologiques, sociales et économiques. Le Val de Loire, inscrit en novembre 2000 au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des paysages culturels vivants et évolutifs, cristallise l’ensemble de ces enjeux. Par les valeurs qui lui sont attribuées, par la diffusion de l’identité ligérienne ainsi que par le développement durable qu’il suggère, le paysage culturel du Val de Loire peut être vu comme un projet structurant. Support d’intentions politiques nombreuses, il fait notamment l’objet d’enjeux de développement touristique, mais alimente également les projets de développement urbain, bien au-delà du simple cadre de vie. Les relations entre patrimoine et tourisme, qui peuvent être observées à l’échelle mondiale, renvoient à un processus s’exprimant localement (Lazzarotti, 2003) dans des contextes variés et pour des patrimoines urbains, naturels ou paysagers1. Le cas du val de Loire est également intéressant à analyser de ce point de vue puisque l’objet considéré, le paysage, est le résultat d’une construction complexe qui associe composantes naturelles et actions humaines et qu’on ne peut appréhender qu’en mobilisant le temps long (Burnouf et al., 2003). L’une des composantes de ce système est la digue (ou levée) enserrant la Loire dans son cours moyen. Elle constitue une limite physique et visuelle, mais conditionne également les dynamiques et les usages depuis plusieurs siècles (Dion, 1961).

  • 2 Les résultats présentés sont issus de travaux menés à l’UMR CITERES, soutenus par la Zone Atelier L (...)

2Dans ce contexte, nous avons souhaité comprendre la manière dont le paysage ligérien, érigé en patrimoine, devient une ressource. En analysant les représentations des paysages de Loire par les riverains, les évolutions récentes des composantes biophysiques du paysage fluvial ainsi que les actions et projets de différents acteurs, il est possible d’éclairer le processus complexe de construction d’une ressource territoriale valorisant le patrimoine naturel et culturel ligérien2.

3Dans un premier temps, nous confronterons les représentations des paysages du lit endigué avec leur évolution effective, et plus particulièrement celle des îles. Puis, nous analyserons les actions de la société civile et de la collectivité publique s’exerçant sur le patrimoine naturel (valorisation notamment) afin d’appréhender la construction d’une ressource territoriale et de comprendre les moteurs de cette construction.

4L’approche choisie adopte une entrée par les trajectoires paysagères. Nous considérons que la trajectoire est issue d’un ensemble de forces motrices (évolutions de l’agriculture, des ouvrages hydrauliques) s’exerçant sur le « système fleuve » de manière parallèle aux cycles naturels et produisant donc du paysage (Lespez et al., 2006). À ce titre, l’évolution du paysage est lue au travers d’une coévolution de la nature et de la société. Pour les paysages de vallée, les trajectoires paysagères peuvent être ainsi assimilées à l’évolution conjointe des cycles naturels, des usages et des représentations de l’espace (Germaine, 2009). L’intérêt principal de l’approche retenue est de considérer que le paysage est issu d’allers-retours entre les représentations du paysage et les pratiques. D’un côté, les représentations vont conditionner les pratiques et orienter la production de paysage (Guisepelli, 2005). De l’autre, l’évolution du paysage va transformer les représentations et donc à nouveau les pratiques. Notre propos visera toutefois à nuancer ce déterminisme en mettant en évidence des décalages entre les représentations du paysage et l’évolution de ce dernier et en interrogeant le rôle des actions de la société civile et de la collectivité publique dans l’orientation des représentations du paysage et du patrimoine fluvial. Nous nous efforcerons ainsi de mettre en évidence la manière dont les acteurs se saisissent de la question du paysage et participent à la construction d’une ressource territoriale à différentes échelles (régionale à locale). L’analyse est donc menée à deux échelles spatiales emboitées (Figure 1), ce qui se justifie par les méthodes utilisées et les objectifs. Tout d’abord, pour un tronçon de la Loire moyenne en aval de Tours (de Langeais au bec de Vienne), nous avons caractérisé l’évolution du paysage fluvial du lit endigué, avant de nous focaliser sur deux communes de ce périmètre, Bréhémont et Chouzé-sur-Loire, afin d’affiner l’analyse et de considérer les actions mises en œuvre au sein de ces territoires qui utilisent le paysage ligérien patrimonialisé comme une ressource territoriale.

Figure 1. Carte de présentation du tronçon et des sites étudiés / Location map of the section and of the studied sites

Figure 1. Carte de présentation du tronçon et des sites étudiés / Location map of the section and of the studied sites

5Les deux communes ont été sélectionnées lors du projet de recherche, en mobilisant les acquis d’une thèse (Pin, 2010) et au terme d’une approche croisée du paysage, de l’occupation du sol et de l’action publique sur le patrimoine fluvial.

6L’approche méthodologique élaborée repose sur une analyse quantitative et qualitative du paysage et du patrimoine. Elle s’appuie pour l’analyse du paysage sur un Système d’informations géographiques (SIG) regroupant, pour le tronçon de la Loire, des données issues du terrain, de cartes et de photographies. L’appréhension de la stratégie de valorisation du patrimoine est abordée par une analyse de documents (projets, documents de communication) et des entretiens auprès d’acteurs locaux (plus spécifiquement, pour les résultats présentés, les élus des deux communes) tandis que les représentations sont caractérisées à partir d’un questionnaire.

Représentations du patrimoine en Loire tourangelle et trajectoires paysagères

  • 3 Schème cognitif permettant de lire un espace et de le qualifier en tant que paysage.

7Les représentations du paysage en tant que patrimoine sont considérées ici comme le regroupement de composantes paysagères (les bateaux, les quais, le village…) mentionnées par les personnes sondées pour décrire le paysage typique du Val de Loire. Il s’agit d’éléments caractérisant un modèle paysager3 (Cadiou et Luginbühl, 1995), auquel les personnes interrogées sont sensibles. Ces éléments traduisent une matrice esthétique (Joliet et Martin, 2007) composant le « bon paysage », celui qui est recherché et fait patrimoine. Il s’agit donc avant tout de comprendre la manière dont les personnes enquêtées « se représentent » le paysage fluvial patrimonial. Ce qui renseigne sur des valeurs partagées par des groupes de sensibilité liés à des pratiques du territoire (Bonin, 2005) et représente un enjeu de compréhension pour l’action publique faisant du paysage un outil de développement local (Guisepelli, 2005).

  • 4 France Nature Environnement, le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund – WWF), le Comité (...)

8Afin de comprendre ces représentations, il convient au préalable de faire référence à des travaux récents (Rode, 2010 ; Ghiotti, 2009 ; Huyghues-Despointes, 2008) ayant porté sur la place de la nature et son agrégation à la question du patrimoine en tant que nouveau référentiel de l’aménagement dans la vallée de la Loire. Ces recherches ont mis en évidence un changement de paradigme de l’aménagement ligérien, au cours de la fin des années 1980 et du début des années 1990, qui fait apparaître une réelle différence d’approche de la nature, d’une nature utilitariste dont les barrages étaient un des avatars vers une nature sujet qui prend de nombreux visages. Parmi eux, on recense notamment les discours véhiculés autour du thème « Loire Vivante » dont l’argumentaire va se concentrer principalement sur la fonctionnalité écologique de la Loire et de ses dynamiques4. À la suite, l’adoption du Plan Loire grandeur nature (1994) puis la création du Parc naturel régional, Loire Anjou Touraine (1996), et in fine l’inscription au patrimoine mondial du Val de Loire (novembre 2000) vont donner, en Loire moyenne, une nouvelle vocation à cet espace, achevant ainsi un processus de patrimonialisation à l’échelle de la vallée. Loin d’être imposé ex nihilo par la collectivité publique, ce cadre patrimonial ne fera qu’apporter un lien à une mosaïque d’actions locales à vocation patrimoniale, dont celles regroupées sous le vocable de « renouveau de la marine de Loire » (Pin, 2010).

9Il existe ainsi une certaine forme d’agrégation entre les référentiels de l’environnement et du patrimoine (Huyghues-Despointes, 2008) qui va influencer les représentations du paysage des acteurs et des populations locales (Pin, 2010). Nous nous proposons ici de mettre en évidence l’importance des discours liés à ce référentiel dans l’orientation des représentations.

10Pour ce faire, nous allons identifier, à partir du questionnaire, les représentations des habitants du paysage fluvial en tant que patrimoine puis les confronterons aux réalités du fleuve.

Patrimonialisation et évolution des représentations

  • 5 Ces dernières sont plus contraignantes, mais ont été privilégiées, car apportant plus d’éléments po (...)
  • 6 69 questionnaires, renseignés par des habitants de Chouzé-sur-Loire et de Bréhémont, ont été traité (...)

11Le questionnaire élaboré comporte une trentaine de questions, fermées ou ouvertes5, regroupées par thème, qui interrogent les pratiques, les représentations et l’appropriation du paysage en tant que patrimoine ainsi que des questions sur l’enquêté afin de définir le contexte de ses pratiques et son ancienneté dans la commune. L’exploitation procède en deux temps : l’interprétation et la construction d’une typologie des réponses aux questions ouvertes puis des tests statistiques multivariés (AFC et ACM) croisant les questions thématiques et les questions sur le contexte. L’analyse du questionnaire permet d’appréhender les représentations du paysage patrimonial du Val de Loire, ce qui nous conduit à nous intéresser aux composantes visuelles mentionnées par les habitants comme des éléments de ce paysage typique et patrimonial. Si les trois quarts des individus interrogés6 répondent par l’affirmative à la question : "vous sentez-vous ligérien ?" et considèrent la Loire comme un patrimoine, des visions différentes apparaissent qui nous ont amenés à définir plusieurs groupes en opposition.

  • 7 Syndicat interrégional responsable de la gestion et la promotion du label.

12La première opposition est observée entre la « Loire des villages » et la « Loire des châteaux ». Deux groupes d’habitants identifient comme paysages ou patrimoines typiques du Val de Loire d’un côté la culture marinière, les ports et quais ainsi que les villages, de l’autre les châteaux, mais également les bateaux. Si l’on peine à comprendre la non-association des bateaux aux éléments de la culture marinière que sont les quais et les ports, on peut toutefois associer ces premiers aux châteaux comme des images fortes de la communication du Val de Loire. En effet, ces deux images, celles du château et du bateau traditionnel (type chaland, toue, futreau), figurent parmi les plus utilisées au sein des documents de communication des professionnels et institutions du tourisme (Pin, 2010). Si le premier groupe d’habitants a largement été influencé par les actions des associations de marine de Loire et déclare participer aux manifestations locales de batellerie traditionnelle, le second groupe a probablement été touché par les actions de communication menées par le comité départemental du tourisme de Touraine (« Touraine Loire Valley ») ou la Mission Loire7.

13En introduisant la question sur le fait de « se sentir Ligérien », seul les habitants de la « Loire des villages » répondent par l’affirmative, ce qui renvoie à deux visions du patrimoine : une vision locale pour ce premier groupe et une vision « grand patrimoine », plus conforme à la norme nationale (Mériaux, 2005) pour le groupe de la « Loire des châteaux ». Un des apports de l’analyse du questionnaire est de montrer que la construction des représentations des habitants, et par extension des processus d’émergence de la ressource territoriale, est largement conditionnée par les actions de la société civile, associations ou collectivités publiques, menées à des échelles locale ou régionale.

  • 8 Certaines personnes enquêtées se situent dans les deux oppositions.

14La seconde opposition8 concerne l’échelle d’appréhension des composantes du paysage du fleuve. Un groupe d’habitants, constitué de personnes d’anciennetés variées dans la commune, considère comme paysage typique les panoramas singuliers, tels ceux de Candes-Saint-Martin ou Montsoreau. Ces habitants pensent également que l’inscription de l’UNESCO a joué un rôle de moteur quant à la (re)découverte des paysages de Loire. Il s’agit d’une vision contemplative d’un « grand paysage » depuis un point de vue.

15À l’opposé, un autre groupe mentionne spontanément la faune et la flore ainsi que les îles et leurs dynamiques comme le paysage typique du Val de Loire. Il déclare également que l’inscription du Val de Loire au patrimoine mondial n’a pas eu d’effet sur la reconnaissance par les habitants du paysage ligérien. Ces personnes résidant généralement ici depuis plus de 20 ans ont vécu, ne serait-ce qu’au travers de la presse locale, les affrontements entre le collectif « SOS Loire vivante » et les grands aménageurs (Rode, 2010). Ceci explique probablement leur vision spécifique du patrimoine, ainsi que le fait que ce paysage existait pour eux de manière préalable à l’inscription.

  • 9 Cette représentation est exprimée directement ou indirectement (« îles qui bougent », « îles qui di (...)

16Au terme de l’analyse du questionnaire, on peut légitimement se poser la question de savoir si les représentations du paysage ligérien traduisent des réalités observables (à l’échelle de la commune), dans la mesure où ces représentations semblent s’être construites, du moins en partie, sur des schémas diffusés à l’échelle du Val de Loire. Cette question est d’autant plus intéressante que ces représentations vont alimenter des projets de développement locaux. Aussi, nous allons nous intéresser à l’une des représentations mises en avant par les résultats du questionnaire9, à savoir la dynamique fluviale de la Loire et notamment celle des îles et analyserons pour cela les composantes biophysiques du lit endigué.

Une Loire végétalisée, mais à la dynamique fluviale restreinte

  • 10 Réalisée entre 1848 et 1854 dans le cadre du programme d’étude générale de la Loire consécutif à la (...)
  • 11 Épis, duits, chevrettes.

17L’évolution du lit endigué est tout d’abord abordée par l’analyse diachronique de la morphologie et de la végétation des îles dans le tronçon de la Loire considéré (Figure 2). Les campagnes de photographies aériennes de 1956, 1969, 1984, les orthophotoplans de 2007 et les cartes topographiques de l’Institut Géographique National (IGN) composent la série de documents mobilisés. Elle est complétée par la carte de la Loire de 1850, dite de Coume10 qui constitue un document de référence sur l’état du lit et des ouvrages de navigation. Quelle a donc été la dynamique fluviale de la Loire endiguée et plus spécifiquement des îles au cours du demi-siècle écoulé ? Afin d’y répondre, chaque île du lit mineur a fait l’objet d’une numérisation sous SIG aux différentes dates, définissant l’occupation du sol par strate (arborée, arbustive, herbacée, le minéral), complétée par le référencement d’aménagements comme les anciens ouvrages de navigation11 ou le fascinage en pied de berge. La cartographie des îles en 1956 et sa comparaison avec les autres dates permettent de définir les proportions d’îles ayant migré, ayant été érodées ou nouvellement créées puis de lier ces mutations avec la présence d’aménagements. Ce qui aboutit à quantifier les surfaces concernées et ainsi appréhender les dynamiques fluviales de ce secteur.

Figure 2. Cartes d’occupation du sol du lit endigué de Chouzé-sur-Loire entre 1969 et 2007 / Land-use maps of the embanked bed in Chouzé-sur-Loire between 1969 and 2007

Figure 2. Cartes d’occupation du sol du lit endigué de Chouzé-sur-Loire entre 1969 et 2007 / Land-use maps of the embanked bed in Chouzé-sur-Loire between 1969 and 2007
  • 12 Cet indice permet de quantifier la diversité (biodiversité par exemple) d’un milieu.
  • 13 Présence d’un aménagement, nature de ce dernier, date, occupation du sol, types de strates végétale (...)

18Afin de croiser des données quantitatives simples (surfaces), des indices spécifiques (indice de Shannon12 par exemple), mais également des données qualitatives13, il a été choisi d’utiliser des tableaux de contingence et des analyses multivariées.

  • 14 Sur 60 îles numérisées, 25 ont une rémanence de leur surface à 50 % sur 50 ans d’analyse. Sur 21 î (...)
  • 15 Cette représentation suppose que les îles de Loire migrent longitudinalement, qu’elles font l’objet (...)

19L’analyse diachronique du lit mineur met ainsi en évidence une dichotomie entre des îles qui évoluent et d’anciennes îles à la dynamique bloquée. Concernant les premières, il s’agit principalement d’îles ne comprenant pas d’aménagement et connaissant de fortes recompositions quand elles ne sont pas purement effacées. Les secondes sont notamment des îles dotées d’aménagement et presque la moitié d’entre elles ont maintenu leurs positions sur plus de 50 % de leurs surfaces initiales. Ces îles, qui représentent une grande proportion14 des îles numérisées, vont à l’encontre de la représentation dominante du patrimoine sur le tronçon d’étude, à savoir des îles de Loire mobiles et changeantes15. Cette dichotomie est confortée par des travaux réalisés sur la dynamique des îles de Loire moyenne (Gautier and al, 2009 ; Grivel, 2008) qui mettent en avant une co-existence entre des îles migratrices et des îles anciennes à la faible dynamique (taux de sédimentation modestes et résistance à l’érosion). Ces dernières, généralement caractérisées par une aggradation latérale, ont également été stabilisées par l’incision du lit mineur et la déconnexion des chenaux secondaires. La mobilité des îles décrite par les habitants dans les questionnaires est donc à relativiser. Si cette dernière n’est pas une chimère, elle n’est cependant pas une généralité.

20Outre la dynamique fluviale des îles, nous avons également souhaité caractériser les dynamiques végétales qui leur sont propres par des analyses statistiques multivariées. Il s’agissait ainsi de tester l’hypothèse d’une émergence du paysage en tant que patrimoine en raison d’une mutation brutale de ce dernier, qui se traduirait ici par un développement de la végétation et des changements d’usages. L’ensemble des analyses réalisées conforte d’autres travaux qui montrent que le lit mineur de la Loire a subi une végétalisation significative depuis la seconde moitié du XXe siècle (Cornier, 2002) qui est liée, entre autres, à l’abaissement de la ligne d’eau et à l’abandon de la navigation. Seules les îles ayant fait l’objet d’aménagements de génie végétal ont quelque peu gardé des usages agricoles, et connu une progression limitée de la végétation arborée. On retrouve principalement ce type d’îles en aval de Bréhémont, en rive droite. Ces îles ont d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, été rattachées à la berge, la perte de leur caractère insulaire ayant permis de faciliter leur accès et donc leur valorisation agricole. La tendance générale de colonisation végétale observée au cours de la seconde moitié du siècle dernier concerne tout particulièrement les îles supportant des ouvrages de navigation. Sur ces dernières, la végétalisation s’est traduite par une évolution des strates herbacées et arbustives en strates arborées, ce qui rejoint les résultats de travaux réalisés sur une portion de Loire située plus en amont (Grivel, 2008). En dehors de cette tendance générale, une petite partie des îles analysées suit une autre évolution. Il s’agit d’îles migratrices où la strate arborée est moins prédominante, ce qui est lié à la dynamique morphologique des îles qui limite le développement des strates supérieures et leur généralisation.

21L’analyse de la dynamique fluviale et des composantes biophysiques des îles démontre donc bel et bien que la représentation dominante, transparaissant des questionnaires, d’une Loire aux îles dynamiques ne coïncide que très partiellement avec les phénomènes observés. Ces conclusions renforcent l’idée, mise en exergue par l’analyse du questionnaire, de représentations du paysage éminemment construites. Dans ce contexte de désappropriation du lit mineur du fleuve et de promotion d’une image de fleuve patrimonialisé, voyons à présent comment ce paysage aux représentations construites peut devenir une ressource locale.

Construire une ressource territoriale en mobilisant le paysage patrimonialisé

22Il s’agit de comprendre comment des acteurs locaux vont se saisir du paysage et du patrimoine ligérien pour les mettre au service du développement économique de leur territoire en construisant une nouvelle ressource territoriale. Ce processus est ici analysé à l’échelle de la commune de Bréhémont, et secondairement celle de Chouzé-sur-Loire, choisies du fait des actions menées en la matière. En préambule, rappelons que des travaux récents ont mis l’accent sur l’émergence d’une nouvelle politique ligérienne de développement touristique (Pin, 2010). Cette politique menée de concert par les différents échelons de la collectivité publique concourt au développement d’une nouvelle « touristicité » en Val de Loire s’appuyant sur un élargissement de la notion de patrimoine. Loin d’être une création ex nihilo, cette nouvelle touristicité s’appuie autant sur l’héritage de « SOS Loire vivante » que sur des initiatives locales inscrites dans une histoire récente et ayant contribué à modifier largement les représentations du Val de Loire. L’exemple présenté illustre le processus d’émergence d’une ressource territoriale construite à l’échelle locale tout en s’inscrivant dans des évolutions plus globales, et la manière dont cette dernière est mobilisée ainsi que la mutation des représentations qui lui sont associées. Il s’appuie sur l’analyse du contexte géographique, de documents (projets, Plan local d’urbanisme) et d’entretiens réalisés auprès d’élus, concernant plus spécifiquement l’action publique.

De la ressource foncière à la ressource patrimoniale

23Bréhémont illustre parfaitement la manière dont le patrimoine ligérien a été exploité et valorisé afin de doter la commune d’une nouvelle ressource territoriale, face aux contraintes de l’inondabilité qui ont rendu caduc le modèle de développement dans lequel s’inscrivait jusque-là ce territoire. Comme toutes les communes inondables de la Loire moyenne, Bréhémont a dû faire face, à partir du milieu des années 1990, aux effets de la nouvelle politique étatique de prévention du risque d’inondation qui privilégie la maîtrise de l’urbanisation en zone inondable en énonçant plusieurs grands principes : arrêt de l’urbanisation dans les zones les plus exposées, préservation des champs d’expansion des crues, interdiction des remblais et endiguements qui ne seraient pas justifiés par la protection de lieux fortement urbanisés (Circulaire interministérielle du 24 janvier 1994). Pour y parvenir, les « projets de protection contre les dommages liés aux inondations » ont été qualifiés de Projet d’intérêt général (PIG) dans les différents vals de la Loire moyenne par des arrêtés préfectoraux successifs pris entre 1994 et 1998, et ce conformément à l’article R. 121-3 du code de l’urbanisme qui permet à l’État d’imposer les mesures de prévention des risques qualifiées de PIG dans tous les documents d’urbanisme. Les communes concernées devaient donc mettre leur Plan d’Occupation des Sols en compatibilité avec le PIG puis, suite logique, mettre en place un Plan de prévention des risques à l’horizon 2000-2001.

24Cette obligation d’intégration du risque d’inondation au sein des documents d’urbanisme a d’abord été perçue par les élus municipaux comme un blocage intolérable des possibilités de développement en interdisant toute nouvelle construction. Le maire de Bréhémont a alors ressenti, de son propre aveu, un véritable sentiment de « révolte par rapport à la démarche de l’État » (entretien du 20 juillet 2005). De fait, depuis les lois de décentralisation de 1982-1983, les maires ont d’importantes prérogatives urbanistiques : « Le maire devient responsable du développement démographique et économique de sa commune. Le juge de paix est le recensement de la population qui décide si le maire est un maire dynamique. […] Le maire se doit d’attirer les entreprises et de mettre en chantier des lotissements. On atteint là les limites de la décentralisation, certes bénéfique en termes de démocratie locale, mais préjudiciable lorsqu’il s’agit de lutter contre les risques » (Vinet, 2005). Ne plus pouvoir construire, donc ne plus pouvoir accueillir de nouveaux habitants et entreprises, équivalait aux yeux de l’équipe municipale de Bréhémont à la mort de la commune. La ressource foncière, véritable clé du développement périurbain, se retrouvait brutalement gelée. C’est donc le mode de développement même des communes périurbaines qui était remis en cause par la politique préventive des risques (Rode, 2009). La nécessité de maîtriser l’usage des sols en zone inondable a ainsi conduit l’équipe municipale de Bréhémont à s’interroger sur les formes de développement à l’œuvre sur son territoire. La périurbanisation, plus ou moins consciemment perçue par tous les acteurs locaux comme gage de dynamisme démographique et donc à même d’assurer l’avenir de la commune, a été questionnée sous un jour nouveau. Le caractère bénéfique de la périurbanisation sur l’identité et le dynamisme de la commune n’allait désormais plus de soi. Aussi Bréhémont, sous la houlette d’un maire dynamique et conscient de l’opportunité que représentait la prise en compte du risque d’inondation, s’est-elle engagée dans la définition d’une autre forme de développement de son économie et d’aménagement de son territoire.

Un patrimoine diversifié mobilisé pour le développement local

25Il a été décidé de développer le tourisme vert en plaçant l’identité de commune inondable ligérienne au cœur du projet. Pour cela, la commune a souhaité s’appuyer sur un patrimoine, considéré comme son véritable atout. Trois principaux éléments ont ainsi été valorisés. La batellerie traditionnelle tout d’abord. Bréhémont dispose en effet d’un port pavé sur la Loire – récemment réhabilité –, signe de l’importance passée de la marine de Loire dans la commune (Figure 3).

Figure 3. Le port pavé de Bréhémont, emblème valorisant du patrimoine fluvial ligérien / The cobbled port in Bréhémont, positive symbol of the Loire river heritage

Figure 3. Le port pavé de Bréhémont, emblème valorisant du patrimoine fluvial ligérien / The cobbled port in Bréhémont, positive symbol of the Loire river heritage

Crédit : S. Rode, 2009

26La culture du chanvre ensuite, qui était omniprésente au XIXe siècle, presque toute la surface agricole lui étant alors consacrée. Si son importance est moindre aujourd’hui, cette culture subsiste et une association s’efforce de la maintenir vivante. Enfin, le troisième levier de développement touristique utilisé est la situation de la commune sur l’itinéraire cyclable « Loire à vélo ». L’objectif est d’essayer de faire en sorte que la commune, en proposant quelques infrastructures d’accueil et d’approvisionnement des touristes, puisse tirer parti du passage de cyclotouristes sur son territoire. Quelques aménagements, adaptés au risque d’inondation, ont été mis en œuvre pour assurer l’accueil touristique (Rode, 2009).

27Les initiatives de la commune ont bénéficié de plusieurs relais efficaces. La communauté de communes du pays d’Azay-le-Rideau tout d’abord a décidé l’ouverture d’un centre d’interprétation éclaté sur quatre communes, dont Bréhémont. Dans le cadre de ce centre d’interprétation, la communauté de communes a acquis deux granges dans le bourg de Bréhémont. Elles devaient accueillir des expositions dédiées au chanvre et à la batellerie. Le Conseil général d’Indre-et-Loire devait lui aussi contribuer à soutenir et étoffer ce nouveau choix de développement de la commune, en décidant d’installer à Bréhémont un centre d’interprétation des vallées humides. Il s’agissait donc de constituer une offre complète sur la commune de Bréhémont autour du patrimoine ligérien. Le Conseil général a acquis pour cela l’ancien Hôtel de l’écu, situé dans le bourg, sur la levée de la Loire et à proximité des granges acquises par la communauté de communes du pays d’Azay-le-Rideau. L’objectif affiché était de sensibiliser le grand public ligérien au risque d’inondation et aux possibilités d’adaptation pour « bien vivre » en zone inondable. Mais ce projet, décidé par l’ancienne majorité de droite et bien avancé, a été mis en attente par la nouvelle majorité de gauche issue des élections du printemps 2008. La définition même du projet doit être entièrement revue. Conséquence directe, le projet de centre d’interprétation sur le chanvre et la batellerie porté par la communauté de communes, qui était étroitement lié au projet du Conseil général sur les zones humides – une gestion commune de ces différents sites était envisagée –, est lui aussi suspendu.

28Toujours est-il que, par le biais de structures d’accueil légères de touristes de passage dans le Val de Loire, la commune est parvenue à trouver un certain dynamisme tout en n’ouvrant pas de nouvelles parcelles à la construction. Quelques années après avoir fait ce choix, le maire portait un regard positif sur ce nouveau mode de développement économique et d’aménagement du territoire communal : « avec le recul, je me dis que c’est pas mal, car tant qu’il ne se passe rien ça va, mais le jour où une catastrophe se produit… Ça nous a permis d’avoir un regard différent sur la commune et son devenir » (entretien du 20 juillet 2005). À ses yeux, cela aura permis à la commune d’échapper à un banal destin de "commune-dortoir" et de se forger une identité attractive fondée sur la valorisation de son patrimoine (Rode, 2009). C’est donc bien une nouvelle ressource territoriale – le patrimoine ligérien – qui s’est substituée au support de développement précédemment valorisé – le foncier – en lien direct avec un nouveau mode de gestion du risque d’inondation. À la gestion structurelle du risque, mettant l’accent sur la protection, correspondait une stratégie de valorisation du foncier à destination de l’urbanisation dans le cadre d’une forte demande périurbaine. La gestion non structurelle du risque, désormais privilégiée par l’État et mettant l’accent sur la prévention, a rendu caduque cette stratégie de développement communal. Aussi, le patrimoine ligérien a-t-il été mobilisé par les responsables locaux pour construire une nouvelle ressource territoriale.

29Installé en rive droite de la Loire et dans un contexte d’inondabilité équivalent à Bréhémont, Chouzé-sur-Loire, qui doit en plus faire face à la présence d’une Appellation d’origine contrôlée (AOC) viticole limitant grandement les possibilités d’urbanisation, s’est également orientée vers un projet de développement visant à faire de ses contraintes de véritables atouts. Cela s’est concrétisé par la rénovation des quais et leur valorisation lors de festivités dédiées à la Loire et l’installation d’un musée des mariniers dans des locaux neufs situés directement sur ces quais. Par ailleurs, les entrées de bourg ont fait l’objet d’une véritable réflexion ayant poussé la commune à mettre en avant la viticulture et la batellerie comme des aménités écotouristiques (Figure 4).

Figure 4. Une entrée de bourg à Chouzé-sur-Loire : viticulture et batellerie à l’honneur / Entrance of Chouzé-sur-Loire : viticulture and inland shipping in the spotlight

Figure 4. Une entrée de bourg à Chouzé-sur-Loire : viticulture et batellerie à l’honneur / Entrance of Chouzé-sur-Loire : viticulture and inland shipping in the spotlight

Crédit : B. Pin, 2011

30Ces deux communes situées en marge de sites touristiques majeurs démontrent comment le paysage fluvial ligérien a été saisi comme une nouvelle ressource territoriale. La stratégie mise en œuvre semble cohérente tant la patrimonialisation de nouveaux objets est reconnue afin de mettre en tourisme des lieux situés à l’écart des centres urbains et des grands pôles touristiques et donc de participer à la diffusion du fait touristique (Sol, 2004). Par la valorisation de cette nouvelle ressource, les communes étudiées ouvrent la voie d’un modèle de développement à la fois économique (par le tourisme par exemple), mais également social en participant à la création de repères, d’identité, de lien social. Ces territoires qui mobilisent le patrimoine comme ressource pour leur développement font donc également le choix d’un mode de développement alternatif (Landel et Senil, 2009) qui semble largement pertinent dans leur contexte géographique particulier, éloigné des pôles urbains et en marge des sites touristiques majeurs.

Conclusion

31Cet article a ainsi permis de mettre en lumière le processus de construction d’une ressource territoriale fondée sur la dimension patrimoniale du paysage fluvial ligérien. En révélant l’existence de différentes visions de ce patrimoine, l’enquête auprès des usagers a démontré l’importance de l’action publique et de la société civile (associations par exemple) dans l’orientation des représentations du paysage fluvial. Par là même, c’est le caractère « construit » de ces représentations qui a été mis en relief.

32L’étude des dynamiques paysagères a permis d’identifier des décalages entre les réalités du fleuve et les représentations. La faiblesse de la dynamique fluviale d’une bonne partie des îles de notre tronçon d’étude contraste avec les résultats du questionnaire, qui montrent la prégnance dans les représentations de l’image d’îles mobiles et changeantes. De plus, l’analyse de l’évolution végétale de ces mêmes îles en tant qu’avatars de l’évolution paysagère du lit mineur démontre une végétalisation progressive, battant en brèche l’idée d’une mutation paysagère brutale qui aurait servi de support à la patrimonialisation.

33C’est dans ce contexte que s’inscrivent les projets de développement locaux observés à l’échelle des communes de Bréhémont et Chouzé-sur-Loire qui valorisent un paysage fluvial en s’appuyant sur le fleuve et ses dynamiques. La démarche mise en œuvre par ces communes apparaît pertinente dans un contexte rural situé en marge de sites touristiques majeurs. Elle ouvre à la fois des perspectives de diffusion des flux touristiques et s’avère ambitieuse d’un point de vue social. Elle révèle également la capacité des équipes municipales à rompre avec un modèle de développement générique, celui privilégiant la croissance démographique et la progression des espaces bâtis, dont le foncier constitue le support principal, pour se tourner vers un mode de développement territorial alternatif valorisant les ressources du patrimoine local, en l’occurrence fluvial, présentées comme des spécificités faisant l’originalité de ces communes. Le processus de construction d’une ressource territoriale apparaît bien ici comme le produit complexe, direct et indirect, d’actions menées à différentes échelles de temps et d’espace et s’appuyant sur des représentations contrastées.

Haut de page

Bibliographie

Burnouf, J., N. Carcault et M. Garcin, 2003, La Loire entre mythes et réalités, revue 303, pp. 12-17.

Cadiou, N. et Y. Luginbühl, 1995, Modèles paysagers et représentations des paysages en Normandie Maine, in Paysage au Pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages, Coll. Ethnologie de la France, cahier 9, Édition de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, p 19-34.

Choay, F., 2009, Le patrimoine en question, éditions du Seuil, Paris, 214 p.

Cornier Th, 2002, La végétation alluviale de la Loire entre le Charolais et l’Anjou : essai de modélisation de l’hydrosystème, Thèse de doctorat, Université de Tours, 227 p.

Dion, R., 1961, Histoire des levées de la Loire, Flammarion, Paris, 312 p.

Dujardin, S., 2008. Tourisme et valorisation des ressources territoriales en milieu rural – analyse de l’offre touristique de la commune de Durbuy, Bulletin de la Société géographique de Liège, 50, p27-35.

Gautier, E., J. Corbonnois, F. Petit, G.A. Fassetta, D. Brunstein, S. Grivel, G. Houbrechts et T. Beck, 2009, Multi-disciplinary approach for sediment dynam ics study of active floodplains, Géomorphologie : relief, processus, environnement, 1/2009 [En ligne] URL : http://geomorphologie.revues.org/7506. Consulté le 25 novembre 2011

Germaine, M.-A., 2009, De la caractérisation à la gestion des paysages ordinaires des vallées du nord-ouest de la France. Représentations, enjeux d’environnement et politiques publiques en Basse-Normandie, Thèse de doctorat - Université Caen Basse-Normandie, 9 décembre 2009, 545 p.

Ghiotti, S., 2009, La patrimonialisation des fleuves et des rivières. Une comparaison France-Liban, Mondes en développement, 2009-01, p. 72-91.

Grivel, S., 2008, La Loire des îles, du bec d’Allier à Gien : rythmes d’évolution et enjeux de gestion, Thèse de Doctorat, Université Paris VIII – Vincennes-Saint-Denis, 1er décembre 2008, 518 p.

Guisepelli, E., 2005, Les représentations sociales du paysage comme outils de connaissance préalable à l’action. L’exemple des Alpes du nord, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], URL : http://cybergeo.revues.org/3352. Consulté le 25 octobre 2012.

Gumuchian, H. et B. Pecqueur, 2007, La ressource territoriale, éditions Économica, Paris, 252 p.

Huyghues-Despointes, F., 2008, Des barrages au patrimoine mondial : la Loire comme objet, d’action publique, Thèse de Doctorat, Université François Rabelais, 10 décembre 2008, 443 p.

Joliet, F. et T. Martin, 2011, Les représentations du paysage et l’attractivité touristique : le cas « Tremblant » dans les Laurentides, Téoros [En ligne], 26-2, URL : http://teoros.revues.org/841. Consulté le 25 octobre 2012.

Landel P-A et N. Senil, 2009, Patrimoine et territoire, les nouvelles ressources du développement, Développement durable et territoires [En ligne], Dossier 12 : Identités, patrimoines collectifs et développement soutenable [en ligne] URL : http://developpementdurable.revues.org/7563. Consulté le 25 octobre 2012.

Lazzarotti, O. et Ph. Violier, 2007, Tourisme et patrimoine, un moment du Monde, Presses de l’Université d’Angers, 248 p.

Lazzarotti, O., 2003, Tourisme et patrimoine : ad augusta per angusta, Annales de Géographie, 629, p. 91-110.

Lespez, L., J.-M. Cador et M.-A. Germaine, 2006, Gestion de l’eau et trajectoire des petites vallées, exemples normands, Actes du colloque International Interactions Nature-Société - Analyses et modèles, 3-6 mai 2006, La Baule, CD-ROM, UMR LETG 6554 CNRS, 6 p.

Mériaux, O., 2005, Le débordement territorial des politiques sectorielles, Faure, A. and Douillet, A.-C., L’action publique et la question territoriale, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, p. 27-32.

Pin, B., 2010, De la conception d’un fleuve patrimonial à sa mise en tourisme : du Val de Loire au fleuve Niger, Thèse de Doctorat, Université François Rabelais, 13 décembre 2010, 446 p.

Rode, S., 2009, Au risque du fleuve. La territorialisation de la politique de prévention du risque d’inondation en Loire moyenne, Thèse de doctorat, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 5 novembre 2009, 481 p.

Rode, S., 2010, De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement, Cybergeo : European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, article 506 [en ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/index23253.html. Consulté le 25 octobre 2012.

Sol, M-P, 2004, La patrimonialisation comme (re)mise en tourisme – De quelques modalités dans les « Pyrénées catalanes », Communication aux journées 2004 de la Commission de Géographie du Tourisme du CNFG, « Tourisme et Patrimoine », Saumur, 17-19 mai 2004.

Vinet, F., 2005, Du risque oublié à la contrainte environnementale : le cas des basses plaines du Languedoc-Roussillon, Cahiers Nantais, 64, p. 11-21.

Haut de page

Notes

1 Comme le montrent les différents travaux de recherche présentés dans l’ouvrage coordonné par Olivier Lazzarotti et Philippe Violier (2007).

2 Les résultats présentés sont issus de travaux menés à l’UMR CITERES, soutenus par la Zone Atelier Loire (CNRS INEE) incluant plusieurs projets de recherche financés (Plan Loire, l’Établissement Public Loire, FEDER) et thèses.

3 Schème cognitif permettant de lire un espace et de le qualifier en tant que paysage.

4 France Nature Environnement, le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund – WWF), le Comité Loire vivante ainsi que le collectif « SOS Loire vivante » vont s’opposer aux projets d’aménagements de l’EPALA (Établissement public pour l’aménagement de la Loire et de ses affluents) sur le bassin de la Loire.

5 Ces dernières sont plus contraignantes, mais ont été privilégiées, car apportant plus d’éléments pour l’analyse des composantes visuelles du paysage.

6 69 questionnaires, renseignés par des habitants de Chouzé-sur-Loire et de Bréhémont, ont été traités.

7 Syndicat interrégional responsable de la gestion et la promotion du label.

8 Certaines personnes enquêtées se situent dans les deux oppositions.

9 Cette représentation est exprimée directement ou indirectement (« îles qui bougent », « îles qui disparaissent et réapparaissent »…)

10 Réalisée entre 1848 et 1854 dans le cadre du programme d’étude générale de la Loire consécutif à la crue de 1846.

11 Épis, duits, chevrettes.

12 Cet indice permet de quantifier la diversité (biodiversité par exemple) d’un milieu.

13 Présence d’un aménagement, nature de ce dernier, date, occupation du sol, types de strates végétales.

14 Sur 60 îles numérisées, 25 ont une rémanence de leur surface > à 50 % sur 50 ans d’analyse. Sur 21 îles avec aménagements, 14 conservent plus de 50 % de leur surface sur cette même période d’analyse.

15 Cette représentation suppose que les îles de Loire migrent longitudinalement, qu’elles font l’objet de fortes variations de formes et de positions (érosion, aggradation) et que leur dynamique végétale est largement impactée par les cycles hydrologiques, lesquels entretiendraient une dynamique de végétaux pionniers complétant une mosaïque de strates végétales diversifiées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de présentation du tronçon et des sites étudiés / Location map of the section and of the studied sites
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2. Cartes d’occupation du sol du lit endigué de Chouzé-sur-Loire entre 1969 et 2007 / Land-use maps of the embanked bed in Chouzé-sur-Loire between 1969 and 2007
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13713/img-2.png
Fichier image/png, 204k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13713/img-3.png
Fichier image/png, 193k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13713/img-4.png
Fichier image/png, 187k
Titre Figure 3. Le port pavé de Bréhémont, emblème valorisant du patrimoine fluvial ligérien / The cobbled port in Bréhémont, positive symbol of the Loire river heritage
Crédits Crédit : S. Rode, 2009
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13713/img-5.png
Fichier image/png, 472k
Titre Figure 4. Une entrée de bourg à Chouzé-sur-Loire : viticulture et batellerie à l’honneur / Entrance of Chouzé-sur-Loire : viticulture and inland shipping in the spotlight
Crédits Crédit : B. Pin, 2011
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13713/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Pin, Sylvain Rode et Sylvie Servain, « Processus de construction d’une ressource territoriale valorisant le patrimoine naturel et culturel en Loire tourangelle », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16 | juin 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13713 ; DOI : 10.4000/vertigo.13713

Haut de page

Auteurs

Benoit Pin

Chargé de recherche, UMR 7324 CITERES (CNRS et Université de Tours), 33 allée Ferdinand de Lesseps BP 60449 37 204 TOURS Cedex 3, France, courriel : benoitpin@yahoo.fr

Sylvain Rode

Maître de Conférences en aménagement et urbanisme, Université de Perpignan Via Domitia, UMR 5281 ART-Dev, France

Sylvie Servain

Maître de conférences, ENSNP de Blois, UMR 7324 CITERES (CNRS et Université de Tours, France)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page