Navigation – Plan du site
Le public : le grand oublié de la patrimonialisation ?

Construire un patrimoine naturel : valeurs (de société) contre critères (officiels) ? L’exemple de hauts lieux montagnards pyrénéens

Build a natural heritage : societal values against official criteria ? Example of Pyrenean iconic places
Christine Bouisset et Isabelle Degrémont

Résumés

L’article travaille à partir du postulat, souvent oublié ou minoré, que la construction patrimoniale d’éléments matériels comme immatériels, n’est pas liée aux seules politiques publiques, mais se révèle être aussi un phénomène de société qui remporte l’adhésion de beaucoup et fait sens collectivement. La valeur d’un patrimoine naturel passe donc également par sa construction sociale. L’analyse de hauts lieux pyrénéens, à partir de la confrontation de divers documents officiels avec une série de 95 entretiens auprès de pratiquants et de visiteurs, permet d’analyser les valeurs du patrimoine naturel à partir des regards d’individus pour mieux questionner les critères officiels de protection du patrimoine naturel en France et comprendre leurs relations. Si les critères officiels évoluent au fil du temps et donnent une place croissante à la biodiversité, le regard des visiteurs relève davantage de la dimension esthétique du patrimoine et du lien intime entre nature et individu à l’échelle du paysage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’objectif de cet article est de s’interroger, à travers l’exemple de sites montagnards pyrénéens, sur les valeurs qui sous-tendent le processus de patrimonialisation de la nature et les éventuelles distorsions entre regards profanes et regards experts sur le patrimoine. Par patrimonialisation nous entendons le processus par lequel des objets (ici des sites naturels montagnards) acquièrent le statut de patrimoine au sens commun du terme. Il s’agit d’une « procédure d’appropriation » (Leniaud, 1992) symbolique (mais parfois aussi matérielle) par différents groupes sociaux qui distinguent l’objet patrimonial de l’objet ordinaire en lui attribuant un certain nombre de valeurs (Jeannot, 1989 ; Desvallées, 1998).

2Ce processus de patrimonialisation peut être porté par différentes catégories d’acteurs. On pense bien sûr en premier lieu aux politiques publiques de conservation appuyées le plus souvent sur la parole d’experts et de scientifiques qui « disent » ce qui est patrimoine et comment il faut le conserver, autrement dit, qui formalisent les valeurs du patrimoine et définissent des critères de reconnaissance, de sélection patrimoniale (pour citer les premières analyses sur ce sujet : Guillaume, 1980 ; Davallon, 1986 et Leniaud, 1992 pour le bâti ; Ollagnon, 1984 et Lefeuvre, 1990 pour le naturel). En amont, des acteurs publics (parfois d’ailleurs les mêmes que précédemment) ou privés s’intéressent à la « mise en valeur » du patrimoine et élaborent des argumentaires pour « vendre » leur territoire et leur patrimoine (Lussault, 1993 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007 ; Di Méo, 2008). Enfin, nous partons du postulat, souvent oublié ou minoré, que la construction patrimoniale d’éléments matériels comme immatériels, n’est pas liée aux seules politiques publiques, mais se révèle être aussi un phénomène de société qui remporte l’adhésion de beaucoup et fait sens collectivement. Dès lors, le patrimoine est à analyser comme un processus culturel relié à des regards, du vécu et des pratiques (Soderström, 1987 ; Watremez, 2010). L’ensemble des représentations individuelles, et pas seulement celles des individus qui possèdent le patrimoine ou qui vivent dans ou à côté, construisent aussi l’adhésion collective (Sgard, 2008). Malgré leur hétérogénéité, toutes ces représentations amènent une charge affective telle que l’on ne remet que très rarement en cause le statut patrimonial donné à un objet ou à un lieu. Le fait de s’approprier physiquement le patrimoine (y aller et le visiter), mais aussi symboliquement (s’y intéresser, avoir de l’émotion) explique l’importance des valeurs et des pratiques sociales vis-à-vis de lui (Donnat, 2009).

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche intitulé « Patrimonialisation et enj (...)

3Notre objectif, à travers l’étude de trois sites pyrénéens, est donc de confronter différents discours sur le patrimoine : les arguments avancés par les experts et le regard porté par le public sont-ils les mêmes ? Ou, sans aller jusqu’à l’opposition, les critères officiels sont-ils bien relayés par les individus et correspondent-ils aux valeurs véhiculées dans la société ? Les individus ont-ils bien les réactions souhaitées par les politiques publiques de conservation, mais également de communication des collectivités qui « valorisent » leur territoire par leurs patrimoines ? Les trois sites retenus sont considérés comme des hauts lieux patrimoniaux au sens de « produit social fait de pierre et de terre, [qui] est dit ou devient haut-lieu en égard à l’imaginaire qu’il suscite et à la symbolique qu’on lui reconnaît » (Bédart, 2002, p. 51). Il s’agit de trois sites montagnards aquitains1 de la chaîne des Pyrénées — le lac de Bious-Artigues, le cirque de Lescun et la forêt d’Iraty— qui font à la fois l’objet d’une conservation officielle via des dispositifs de protection différents (parc national, site classé, etc.), d’une importante valorisation touristique et d’une forte fréquentation. Les discours institutionnels ont été décryptés à partir de l’analyse de divers documents et rapports officiels (Charte du parc national, fiches de classement des sites, etc.). Ces documents sont confrontés à une série de 95 entretiens auprès de visiteurs réalisés pendant l’été 2011. Les questions, ouvertes, portaient sur les motivations, l’appréciation qu’ils avaient de la montagne en général et du lieu particulier à travers quelques questions récurrentes : « qu’est-ce que vous appréciez / n’appréciez pas / dans ce lieu ? », « Comment décririez-vous ce lieu à quelqu’un qui ne le connaît pas ? », « Quels sont selon vous les lieux emblématiques des Pyrénées ? »… avec des questions de relance pour faire préciser le discours et les qualificatifs employés. Les entretiens systématiquement retranscrits ont fait l’objet d’une analyse de contenu. Ils permettent donc d’analyser les valeurs du patrimoine naturel à partir des regards d’individus pour mieux questionner les critères officiels de protection du patrimoine naturel en France et comprendre leurs relations.

4Après avoir développé le contexte sociétal, politique et administratif de la construction des objets patrimoniaux, nous montrerons dans une seconde partie que les valeurs véhiculées par les individus sont parfois en décalage avec les critères officiels appliqués au patrimoine naturel.

Entre valeurs et critères : par qui le patrimoine naturel est-il construit ?

5Qui construit la patrimonialisation ? Les politiques qui « disent » officiellement quel est « notre » patrimoine ou les individus qui pratiquent et qui vivent « leur » patrimoine ?

Valeurs ou critères ?

6En Europe, le début du phénomène de patrimonialisation officielle autour des monuments historiques est placé sans conteste sous le signe des savoirs scientifiques et techniques, d’ailleurs souvent extérieurs à la société qui avait créé les objets pour des usages précis. Les chercheurs, les historiens en particulier, ont souvent eu un rôle d’experts permettant de justifier scientifiquement l’intérêt patrimonial et ainsi d’institutionnaliser la conservation de patrimoines nationaux avec les premières mesures de protection (fin XIXe et surtout début XXe siècle) fondées sur des critères historiques scientifiques avérés. Dans le domaine du patrimoine naturel, ce rôle d’expert est aujourd’hui bien sûr davantage du registre des sciences de la vie et de la terre.

7Dans un cas comme dans l’autre, la distinction d’objets patrimoniaux repose sur la reconnaissance de leur valeur, mais, comme le faisait déjà remarquer le sociologue Célestin Bouglé en 1922, cette notion de valeur, véritable fourre-tout, est particulièrement ambivalente :

« "Il faut se représenter la valeur, dit M. Charles Gide dans son Cours d’économie politique, comme un éclairage des choses sous le rayon projeté par notre désir". Ce que dit l’économiste, le moraliste pourrait le répéter, et l’historien de l’art, et l’historien des religions. Ils ont affaire les uns et les autres à des valeurs, d’espèces d’ailleurs différentes : elles ont toutes ce trait commun, de traduire des états d’esprit, non des réalités extérieures comme celles qu’étudient le physicien, le chimiste, le biologiste. » (Bouglé, 1922, p. 18).

8La valeur vue comme processus culturel est d’ailleurs le plus souvent employée au pluriel dans le cadre de « systèmes de valeurs » et définie en sciences humaines et sociales « as individually and culturally held beliefs, positions, or evaluative stances with respect to what is important, what is « good » and « bad », what « has value » for human society, individual well being, and the world as a whole » (Reser et Bentrupperbäumer, 2005, p. 129).

9Les mêmes auteurs, à partir de leurs travaux sur les sites du patrimoine mondial en Australie, montrent l’ambiguïté de la notion de « valeur universelle » promue par l’Unesco et l’usage que tendent à en faire les chercheurs des sciences de la nature et les gestionnaires d’espaces naturels pour lesquels ces valeurs ne seraient pas des « états d’esprit », fruits d’une construction sociale, mais bel et bien « des réalités extérieures » observables et mesurables. Ils soulignent ainsi le glissement sémantique entre valeur et lieu : alors que les lieux sont investis de sens et de pratiques par les sociétés, le discours expert, qui en réalité, sous le terme de « valeurs », instaure des critères de classification et de sélection, tend à opérer un glissement entre valeurs que la société place « dans » les lieux et valeurs « des » lieux (Reser et Bentrupperbäumer, 2005). Cela rejoint une réflexion d’A. Micoud dès 1992 :

« Se pose la question de savoir s’il est possible de parler de grands sites naturels, non pas tant que nombre de grands sites naturels sont en même temps historiques ou culturels (la baie du Mont-Saint-Michel, le col de Ronceveaux, la forêt de Brocéliande…), mais parce que tous les grands sites naturels, et même les plus naturels, sont bien d’un autre point de vue, celui du sociologue précisément, tous culturels à proprement parler » (Micoud, 1992, p. 103).

10Sans entrer dans les débats sur l’existence de valeurs intrinsèques de la nature (voir à ce propos la synthèse de Afeissa (2010) sur l’éthique et l’esthétique environnementales), ces réflexions soulignent déjà un hiatus dans les discours entre un patrimoine reconnu comme construction sociale et un patrimoine qui serait intrinsèque et entre, schématiquement, le regard des sciences sociales d’une part et celui des sciences de nature et des gestionnaires d’autre part.

Des divers critères et usages du patrimoine

  • 2 Dans le cas des grands sites naturels de France voir Micoud (1992) ou aux États-Unis, Cronon (1996) (...)

11Ainsi, les politiques publiques de protection de la nature par le discours de leurs experts et parce qu’elles établissent des critères de sélection, influencent directement la définition de ce qui est ou n’est pas du patrimoine. Dès le XIXe siècle, les États occidentaux ont vu dans le patrimoine une manière éducative commode de construire l’identité des nations, de leur donner une personnalité surtout du fait du lien puissant que le patrimoine (surtout bâti et immatériel, mais également naturel2) entretient avec la mémoire et l’histoire d’un « peuple ». Le patrimoine a donc souvent été associé à des politiques de conservation et de protection nationales pour des raisons d’identité culturelle.

12Certaines politiques publiques ont adopté le patrimoine comme un outil, comme une clé dans l’interaction avec les citoyens. Le terme sans cesse rappelé de « mise en valeur » résume bien ce que l’on attend du patrimoine. Deux voies ont ainsi été balisées par les institutions publiques, qui sont sensées cohabiter, mais qui, parfois, mènent à de grandes contradictions : la voie culturelle et la voie économique. En effet, la mise en valeur peut se faire au nom de la culture : on éduque la population à son patrimoine, on l’accompagne dans la compréhension de l’élément patrimonial. Cette œuvre éducative, censée être désintéressée, justifie l’intérêt pour le patrimoine en tant que fondement culturel de la société.

  • 3 La circulaire DNP/SP n° 2000-1 du 30 octobre 2000 vient également actualiser et préciser les autres (...)

13Dans cette veine, les premiers arguments officiels de la conservation et de la préservation patrimoniale de la nature en France en 1906 puis en 1930 s’appuient sur les canons esthétiques « pittoresques » à l’œuvre depuis le XIXe siècle : la loi de 1930 établit dans chaque département une liste des « monuments naturels et des sites » dont la conservation ou la préservation présente un intérêt général, du point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque. C’est donc la notion d’intérêt général qui justifie la protection et parmi les critères mis en avant, le 
caractère pittoresque est généralement, voire systématiquement évoqué pour justifier l’inscription ou le classement d’un site. Cela rattache clairement la législation sur les sites aux législations de protection patrimoniale d’ordre culturel et esthétique3.

14Les exemples pyrénéens choisis confirment cette vision culturelle désintéressée des premiers critères officiels. Ainsi, par exemple, la motivation de la protection pour le site naturel classé de Bious (1936) évoque l’aspect surtout esthétique :

  • 4 Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Aquitaine : http:// (...)

« Le plateau de Bious-Artigues est arrosé ou limité par le gave de Bious, affluent du Gave d’Ossau et reçoit sur la pelouse de Bious-Artigues, les ruisseaux d’Ayous et d’Aas et le ruisseau de Mondeils. Ainsi bien irrigué, encadré de belles forêts et possédant des vues étendues sur les escarpements du Pic du Midi d’Ossau, le plateau réunit les trois aspects prairies, forêts et rochers de la montagne pyrénéenne… »4.

15Mais le patrimoine se montre, se visite : se pose donc la question de la mise en valeur économique. Cette ressource devient en effet l’enjeu de stratégies économiques où se mêlent les dimensions culturelles et touristiques (Héritier et Guichard-Anguis, 2008). C’est là que l’on peut parfois observer une contradiction (Graham et al., 2000) : s’occupe-t-on du patrimoine pour des raisons culturelles ou pour développer le tourisme et les loisirs ? Certains auteurs considèrent la première dimension comme la seule vraiment légitime, puisque la plus ancienne développée par l’État : « L’ambivalence de l’expression mise en valeur désigne un fait inédit dans la longue histoire des pratiques patrimoniales : dualité de deux éthiques et de deux styles de conservation. » (Choay, 1992, p. 164).

16Dans le cas pyrénéen, les politiques publiques de protection, des plus anciennes aux plus récentes, témoignent d’une approche plutôt culturelle du patrimoine avec l’idée assez contradictoire d’un contrôle de l’accès du public et en même temps, d’une œuvre d’éducation. On est bien là dans un choix de mise en valeur puisque le contrôle de l’accès du public se fait au détriment d’un développement économique par le tourisme. Si l’on continue par exemple la lecture du dossier de classement de Bious, on note que les visiteurs sont considérés comme la principale menace :

  • 5 Ibid.

« Ce classement nous paraît utile car la facilité d’accès du plateau en fait en été le séjour de nombreux campeurs. Déjà se manifeste une tendance à la construction d’installations permanentes ou semis-permanentes, cantines ou autres destinées à faciliter leurs séjours aux estivants. Il semble bien que les exploitants de ces constructions se laisseraient guider avant tout par des considérations d’économie auprès desquels l’esthétique et l’agrément de l’aspect extérieur tiendront peu de place ».5

Figure 1. Les principaux espaces naturels protégés dans les Pyrénées-Atlantiques / Main natural protected areas in Pyrénées-Atlantiques

Figure 1. Les principaux espaces naturels protégés dans les Pyrénées-Atlantiques / Main natural protected areas in Pyrénées-Atlantiques
  • 6 S’y ajoute Natura 2000 qui n’est pas mentionné sur la figure 1 car le dispositif a pris un retard c (...)

17Mais au fil du temps, ces critères évoluent vers la prise en compte croissante de critères scientifiques écocentrés (Milian, 2004 ; Blandin, 2009). Il existe donc une épaisseur historique de la politique publique de protection entre les années 1930 et les années 2000 (voir tableau 1) avec chronologiquement, pour les trois lieux étudiés, des dispositifs qui s’additionnent et se superposent (voir carte figure 1)6.

  • 7 Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.
  • 8 Zones importantes pour la conservation des oiseaux.
  • 9 DREAL Aquitaine, rubrique « Biodiversité » [en ligne] URL http://www.aquitaine.developpement-durabl (...)

18On observe un glissement dans l’emploi des critères au fur et à mesure de la multiplication des protections au point que le critère scientifique écologique devient exclusif dans les grands inventaires que sont les ZNIEEF7 et les ZICO8 qui affirment répertorier « le patrimoine naturel » : « il convient de renforcer les actions en faveur du patrimoine naturel. Pour y parvenir, la DIREN Aquitaine s’est engagée dans des programmes tels que les inventaires du patrimoine naturel »9. Si on prend l’exemple du dossier ZNIEFF d’Iraty, nous retrouvons l’intérêt scientifique du « site » et non pas l’intérêt social « pour » le site :

« Le massif est intéressant sur le plan floristique par sa flore muscinale et lichénique comprenant plusieurs espèces très rares en France. […] Intérêt faunistique (mammifères, oiseaux) avec certaines espèces rares dans le département ou au niveau national. La richesse entomologique du massif est bien connue avec de nombreuses espèces endémiques, ou ayant leur seule station française à Iraty »10.

Tableau 1. Les trois sites étudiés : critères patrimoniaux officiels / The three studied sites : heritage official criteria

Tableau 1. Les trois sites étudiés : critères patrimoniaux officiels / The three studied sites : heritage official criteria
  • 11 Ibid.

19La biodiversité devient ainsi un argument patrimonial qui se suffit à lui-même. Dans le même temps, et comme pour les premières protections, le public est considéré comme le grand perturbateur des équilibres « biologiques » comme souligné dans la rubrique « Dégradations et menaces : Protections souhaitées » du dossier ZNIEFF : « Les aménagements touristiques (chalets, pistes de ski de fond, pistes forestières...) réalisés ont déjà dégradé le massif »11.

20Certaines structures qui essaient d’asseoir leur légitimité sur autre chose que la seule protection de la biodiversité n’ont pas tranché (du moins dans le discours) et relient les deux pôles de mise en valeur pour justifier leurs investissements financiers dans le domaine du patrimoine. Sur son site internet, à la rubrique « Nous connaître », le Parc national des Pyrénées déclare ainsi que ses missions sont de faire connaître « patrimoines naturel, culturel et paysager », de préserver « la faune, la flore, les habitats et le patrimoine culturel », de favoriser le « développement durable » et de « mettre le patrimoine à la disposition de tous ». Or, si le discours dans les premières lignes du site prône la découverte d’un « territoire d’exception » et le maintien d’un « territoire de vie » où « tradition et modernité se côtoient, où les services aux populations sont globalement maintenus et où la production de richesse doit pouvoir s’appuyer sur la mise en valeur d’un patrimoine naturel et culturel exceptionnellement préservé », la rubrique « Connaissance » ne s’appuie que sur les éléments écologiques :

21« La connaissance du patrimoine du territoire du parc national est une priorité essentielle pour l’établissement car c’est elle qui permet d’évaluer le caractère exceptionnel de celui-ci. Le parc national travaille l’approfondissement des connaissances en matière d’habitats naturels, de milieux et d’espèces, par la réalisation d’inventaires et de cartographies. L’objectif est de mieux connaître la répartition (géographique et écologique) et la situation (abondance, état des populations, menaces…) de nombreux taxons. »12.

Trois sites montagnards pyrénéens : confrontation des regards

Valeurs et engouement populaire

22Malgré tout, il faut que ces politiques rencontrent un public : leur acceptation sociale, leur poids culturel et/ou économique dépend du nombre de personnes qui veulent bien faire le choix de la curiosité en visitant, pratiquant, donc en consommant le patrimoine en question. Et bien que la politique publique se soit donc fortement investie dans le domaine du patrimoine et de sa mise en valeur, elle n’est pas la source du phénomène : elle n’a fait qu’accompagner un mouvement de fond des sociétés. Or, le phénomène patrimonial ne devient véritablement un phénomène de société que lorsqu’il rencontre un succès populaire. Ce phénomène sociétal a été cerné comme une réponse aux évolutions rapides qu’ont connues les sociétés occidentales à partir de la Révolution industrielle du XIXe siècle. Tout particulièrement, l’engouement patrimonial traduit un nouveau rapport au temps qui dévoile de multiples dimensions : le passé, l’histoire, la mémoire et plus généralement les questions que pose leur transmission. L’explication passe également par le fait que ce nouveau rapport est développé par l’ensemble des composantes structurelles des sociétés, ce que Babelon et Chastel appellent des « faits » : religieux, monarchique, familial, national, administratif et scientifique (Babelon et Chastel, 1980).

23Mais le « fait » familial et plus généralement ce qui concerne l’individu n’est que peu analysé. Les réflexions sur le patrimoine ont moins porté sur les explications que les personnes peuvent convoquer afin de justifier leur engouement patrimonial que sur les pratiques du « public » surtout pour apporter une réponse en terme d’accueil, d’aménagement et de mise en valeur.

24Le premier à avoir tenté une classification des valeurs expliquant l’engouement populaire, non pour quantifier des pratiques mais pour comprendre le pourquoi des visites, le pourquoi des émotions des individus, est Aloïs Riegl (1903) à propos du culte des monuments historiques. Malgré ces travaux précurseurs, il existe un déficit de connaissances dans le lien entre critères officiels des politiques publiques patrimoniales et valeurs vraiment ressenties et développées par les individus. Un double lien semble ainsi à l’œuvre qu’il nous faut davantage décrypter : la question du passage des valeurs de l’individu au collectif d’une part, et d’autre part, la compréhension de la relation des valeurs sociales collectives avec les critères de justification patrimoniale. Alors que le patrimoine naturel est particulièrement invoqué dans les discours politico-administratifs actuels sur les grands problèmes environnementaux planétaires, il semble, plus que tout autre, souffrir d’un déficit de connaissances dans l’étude des interactions entre valeurs populaires et critères institutionnels.

25L’exemple pyrénéen offre donc l’occasion de vérifier l’adéquation entre valeurs affirmées par l’individu pratiquant ces patrimoines naturels et les critères de politiques publiques qui s’internationalisent de plus en plus.

26Les visiteurs rencontrés sur les trois sites correspondent largement à ceux observés dans les enquêtes de fréquentation du Parc national (EOLE, 2011) : ils sont majoritairement originaires de la région Aquitaine et du grand Ouest. C’est un public familial, relativement âgé (forte représentation des quarantenaires et des retraités), où les catégories socioprofessionnelles plutôt favorisées sont bien représentées (cadres et professions intellectuelles), qui vient principalement pratiquer la promenade et la randonnée. Parmi les visiteurs, quelques rares locaux, « visiteurs chez eux » (Devanne, 2005) rencontrés sur le terrain, ont également été interrogés.

  • 13 Avant de faire partie du Parc national et d’obtenir le label Unesco, Gavarnie fait l’objet d’un cla (...)

27Questionnés sur les lieux que l’on peut désigner comme emblématiques des Pyrénées, les enquêtés ont mentionné environ 80 références géographiques différentes. Il s’agit pour la majorité de lieux précis où les Pyrénées se résument dans un des 
lieux qui les constituent (figure 2). Les sommets et les pics, éléments marquants des paysages montagnards, y tiennent une place de choix. Ici, la hauteur n’est donc pas seulement qualitative pour reprendre les termes de M. Bédard (2002) : la topographie contribue pleinement à la dimension symbolique et à la singularité des hauts lieux. Au total, les deux tiers des lieux cités sont des lieux naturels. Si on y retrouve logiquement les lieux où se sont déroulées les enquêtes, Gavarnie est de loin la référence géographique la plus citée, confirmant l’adhésion populaire à sa reconnaissance patrimoniale13 et son véritable statut de « lieu attribut » voire de « lieu de condensation » (Debarbieux, 1995) de la montagne pyrénéenne.

Figure 2. Les hauts-lieux cités par les enquêtés / Iconic places named by the questioned persons

Figure 2. Les hauts-lieux cités par les enquêtés / Iconic places named by the questioned persons

28Si les lieux naturels sont les premiers cités, certains interviewés évoquent davantage des lieux humanisés : villes ou stations thermales, comme Cauterets par exemple, sont également citées comme lieux emblématiques des Pyrénées, reliant directement la notion de haut-lieu à l’expérience personnelle des visiteurs. L’expérience et l’imaginaire individuels sont d’ailleurs fréquemment invoqués pour justifier le choix des sites mentionnés et servent de référence à cette justification. La comparaison est souvent de mise : comme déjà constatée chez les marcheurs pyrénéens (Devanne, 2005), la référence spontanée aux Alpes est fréquente dans les discours. On la retrouve dans une quinzaine d’entretiens où elle sert de point de comparaison à la description de la montagne pyrénéenne et à ce qui fait son attrait : « les Pyrénées c’est plus boisé que les Alpes, c’est moins austère, y a un peu plus de lacs, plus de bois » (entretien 23, Bious).

29D’ailleurs, le discours sur le patrimoine naturel, s’il se construit principalement en référence à des lieux précis, peut parfois également être englobant et mobiliser des références géographiques plus larges, celles de grands ensembles naturels, mais aussi de territoires administratifs ou historiques « caractérisés » par leur « riche patrimoine naturel » (Degrémont, 1996 ; Bouisset et al. 2010). Pas moins de 14 enquêtés refusent d’ailleurs de citer des lieux particuliers considérant les Pyrénées dans leur ensemble, soit comme un tout dont aucun lieu précis ne se détache —« en patrimoine naturel moi je retire rien des Pyrénées tout, on va pas faire des soustractions, je crois qu’il vaut mieux tout prendre et tout garder au mieux » (entretien 61, Lescun)—, soit parce que c’est justement la diversité qui fait leur valeur : « pour moi les Pyrénées c’est un tout, c’est ce qui fait la richesse des Pyrénées, on passe comment dire, du Pays Basque on va passer dans la Haute-Ariège, on va passer dans les Hautes-Pyrénées, puis dans les Pyrénées Catalanes. C’est tout à fait différent, c’est ça qui… c’est la richesse des Pyrénées » (entretien 26, Bious). Reste à savoir ce qui, exactement, fonde cette « richesse ».

  • 14 Pour reprendre une expression du géographe Franz Schrader en 1897.

30À quoi tient la beauté des montagnes ?14

31L’analyse globale des entretiens permet de constater que l’appréciation des lieux repose en fait sur quelques grands registres de valeurs (Riegl, 1903 ; Bouglé, 1922 ; Droz et al, 2005) : des valeurs esthétiques et d’une manière générale des valeurs issues du rapport intime de l’individu à la nature (autrement dit, « l’ambiance »), des valeurs qui relèvent de l’aménagement des lieux (de leur « mise en valeur » justement), de l’usage que l’on peut en faire et enfin, des valeurs culturelles.

32À la question des valeurs que possèdent les hauts lieux pyrénéens visités, 90 des 95 entretiens évoquent donc avant tout leur beauté. On peut parler de véritable adhésion collective et trois qualificatifs sortent particulièrement des discours (figure 3) : « beau » (123 occurrences), « joli » (45), « magnifique » (45). À eux trois, ces éléments d’appréciation esthétique produisent la valeur principale de la qualification patrimoniale des lieux visités. Les mots donnés pour qualifier sont courts, sans fioriture.

Figure 3. Termes descriptifs les plus fréquemment utilisés dans les entretiens / Terms most often used in interviews

Figure 3. Termes descriptifs les plus fréquemment utilisés dans les entretiens / Terms most often used in interviews

33A. Riegl (1903) considère que cette valeur esthétique, majeure dans la construction du patrimoine est également une des valeurs les plus contemporaines qui lui soient appliquées car elle reflète les goûts de la société à chaque époque.

34À l’origine de la patrimonialisation, ce goût esthétique a été véhiculé par la société civile grâce aux artistes romantiques du XVIIIe et du XIXe siècle qui ont (re)découvert la nature, tout particulièrement les paysages montagnards (Briffaud, 1994). Ce goût a directement influencé les critères des premières mesures de protection en étant à l’origine des demandes auprès des autorités, telle la protection emblématique de la forêt de Fontainebleau. Les premiers critères esthétiques officiels du début du XXe siècle (loi de protection des monuments naturels et des sites de 1930, déjà évoquée et toujours d’actualité) étaient donc en parfaite adéquation avec les valeurs esthétiques véhiculées par la société à ce moment-là.

35Or la contemplation des « œuvres de la nature » à l’échelle des paysages, privilégiée dans les productions artistiques et littéraires du mouvement romantique, remporte toujours l’adhésion des visiteurs : contrairement à l’idée de Riegl, une partie des valeurs esthétiques du XIXe siècle est donc toujours présente. Véhiculées dans les entretiens (figure 4), ces valeurs esthétiques sont directement associées aux vocabulaires géographiques : « paysage(s) » (94 références), « montagne(s) » (85), « lacs » (52), « forêt(s) » (26). Le patrimoine naturel s’apprécie donc à partir du regard du visiteur, il privilégie la « vue » (36 références).

36

Figure 4. Termes les plus souvent employés dans les entretiens selon les catégories de valeurs / Terms most often used in interviews according to categories of values

Figure 4. Termes les plus souvent employés dans les entretiens selon les catégories de valeurs / Terms most often used in interviews according to categories of values

37Les romantiques avaient théorisé les valeurs esthétiques en proposant trois composantes : le beau, le sublime et le pittoresque (Klingender, 1988). Le premier est lié aux canons de l’art classique où la géométrie et la rationalité étaient recherchées. La nature n’en faisait donc pas vraiment partie. Elle est par contre liée au sublime et au pittoresque. Le premier s’appuie une émotion intense, à la limite de la « peur-attirance » face au grand, au vide, aux ténèbres et à la solitude. La haute montagne tombe ainsi sous le coup de cette émotion du sublime qui privilégie les visions grandioses et sauvages de la nature. Mais peu de personnes dans l’échantillon ont privilégié cette esthétique du sublime. Les visiteurs plébiscitent en effet le paysage humanisé de la montagne pastorale (voir figure 5) bien avant la haute montagne minérale : « Ce qui est beau (…) c’est la Nature avec les vaches, les chevaux, les moutons en liberté » (entretien 17, Bious).

Figure 5. Haute Vallée du Gave de Bious / Bious river upper valley

Figure 5. Haute Vallée du Gave de Bious / Bious river upper valley

38Contrairement au XIXe et aux premiers touristes (Berdoulay et al., 2010), les zones « minérales » n’ont donc plus la faveur des visiteurs contemporains. Pour eux, les beaux paysages sont fondamentalement des paysages d’alpage où l’activité agropastorale est bien marquée. Ils rejoignent l’esthétique pittoresque qui fait la part belle à la notion de paysage humanisé, charmant, mais aussi original ou insolite. Ce n’est donc pas un paysage du seul quotidien. En tant que théorie esthétique, le pittoresque passe par une certaine émotion et une certaine imagination. Certains auteurs postulent d’ailleurs que l’esthétique pittoresque écarte l’homme de la nature : « La nature, en tant qu’environnement, est un espace dynamique, en trois dimensions avec des qualités qui font appel à plusieurs sens. Le modèle pittoresque limite l’attention sensorielle au visuel, le principal sens mobilisé dans l’appréciation des tableaux, et ne permet pas de saisir les riches possibilités d’immersion sensorielle dans un espace environnemental à trois dimensions. » (Brady, 2007, p. 67). Pourtant, le discours des enquêtés, révèle que la valeur esthétique reste rarement seule : elle est fortement intriquée avec l’ambiance « du » lieu qui, justement, fait appel aux autres approches sensorielles du corps et à la relation intime qui unit l’individu à la nature :

« Q : Et si vous deviez décrire ce lieu à quelqu’un qui ne connaitrait pas qu’est-ce que vous lui diriez ?

R : heu, moi la première des choses c’est la splendeur des paysages parce que c’est vrai que comme je vous disais, quand on arrive avec un temps dégagé dans le Cirque de Lescun ben c’est magnifique on a l’impression d’être sur une autre planète on a l’impression vraiment d’un bien-être, du calme, de la beauté, d’une sensation de liberté » (entretien 52, Lescun).

39L’esthétique et l’ambiance sont également souvent évoquées pour qualifier les paysages humanisés à partir de la « verdure » qui devient un facteur déterminant dans l’appréciation des lieux : « C’est bien parce que c’est vert, c’est très très vert. Disons que l’altitude d’Iraty me convient. Je n’aime pas trop quand c’est que de la pierre. Si je monte plus haut, c’est moins d’attrait pour moi » (entretien 88, Iraty). Beaucoup de visiteurs perçoivent néanmoins ces espaces d’estives, fruits de l’interaction homme-milieu, comme « préservés », donc « sauvages » (Laslaz, 2008) qu’ils soient officiellement protégés ou non. Ce qui est apprécié est un tout « naturel » à l’échelle du paysage :

« Q : Et qu’est-ce que vous aimez justement ?

R : (h1) La nature, tout…

(f1) Les chevaux, les vaches, les moutons, tout ce qu’on voit c’est superbe.

(f2) Le végétal, et ces montagnes, c’est la tranquillité » (entretien 78, Iraty).

40Peu importe que les espèces soient rares et singulières, que la biodiversité soit riche : ce qui compte c’est leur contribution au pittoresque et à l’ambiance. En fait, les animaux d’élevage ont au moins autant de valeur que la faune sauvage… Or, si la dimension pittoresque était bien présente dans les premiers critères officiels de protection, les critères biocentrés de définition du patrimoine naturel qui prévalent actuellement dans les politiques publiques et le discours expert s’éloignent de plus en plus de ces références populaires contemporaines. D’ailleurs, le terme biodiversité lui-même est absent du vocabulaire des entretiens (seules deux personnes l’emploient).

41Mais, si le pittoresque et la sérénité de l’ambiance montagnarde sont indéniablement les plus fréquemment évoqués par les visiteurs, ils ne sauraient être appréciés sans un certain nombre d’autres éléments : 60 entretiens sur 95 évoquent la question de l’aménagement dans la description et l’appréciation du lieu. Les deux tiers pour souligner la qualité ou la nécessité de l’accessibilité et de la mise à disposition d’équipements dédiés aux visiteurs : sentiers balisés, panneaux, aires de pique-nique, parkings… Les propos ne sont d’ailleurs pas dénués d’ambivalence et on réclame un certain niveau d’équipement tout en se plaignant de la fréquentation d’autrui et du tourisme de masse. Néanmoins, cette nature aménagée ne fait pas l’unanimité : le tiers restant des personnes interrogées se réfère au contraire à l’équipement comme un point négatif et préfère des sites « préservés » du béton, des stations de ski…

42L’appréciation de la dimension naturelle des paysages n’est pas non plus exclusive : la part humanisée de ces espaces montagnards est souvent appréciée, bien sûr dans sa dimension pittoresque, mais également culturelle. On vient pour la « verdure puis découvrir aussi une autre façon de vivre, de manger et de boire » (entretien 85, Iraty). Dans ce registre, la montagne basque s’illustre particulièrement comme emblème d’une société traditionnelle marquée par sa forte identité. Dimensions naturelles et culturelles se rejoignent pour former un tout, gage de dépaysement, où l’on goûte aussi bien les paysages pastoraux que la langue, les spécialités culinaires ou l’habitat traditionnel aux volets rouges et verts :

« Q : Et si vous deviez résumer un peu ce lieu, le décrire à quelqu’un qui ne connaît pas, qu’est-ce que vous diriez ?

R : Iraty ? Déjà, je pense que le Basque vaut le coup d’être connu. Je pense qu’au delà du lieu, il y a déjà les gens qui y vivent et c’est vrai que je trouve que déjà qu’ils aient conservé leur culture, leur particularité et leur langue c’est déjà un effort en soi parce qu’il y a beaucoup de régions qui ont perdu cette notion là. Et puis c’est vrai que le Pays Basque est particulier. […] C’est de la pluie, de la verdure et puis une densité verdoyante. Et puis des vallées avec des moyennes montagnes. Mais très dense. Bien verdoyant avec de supers jardins, de superbes maisons » (entretien 86, Iraty).

Conclusion

43On le voit, l’imbrication des valeurs dépasse les distinctions entre patrimoine naturel et patrimoine culturel : l’appréciation des deux va de pair. Cette double dimension patrimoniale est bien perçue par certains acteurs publics territoriaux de même que le hiatus entre valeurs populaires et critères scientifiques lorsqu’ils évoquent « le capital patrimonial du Massif » lié aux « formes spécifiques des rapports entre l’homme et la nature » et à :

« "la vie pyrénéenne" due à un assemblage de culture, d’histoire, de valeurs, de mode de vie, de rapports humains et d’attachement au « pays ». C’est cet ensemble patrimonial qui constitue actuellement le soubassement de l’économie des Pyrénées. Complémentairement, la richesse de la biodiversité pyrénéenne, bien qu’elle soit moins directement appréciée par le public, donne au patrimoine une autre dimension, très importante, de « capital écologique » que le monde extérieur tient à voir préserver, s’agissant d’une richesse et de raretés qui s’apprécient à l’échelle nationale et européenne » (Comité de massif des Pyrénées, 2006, p. 18).

44Nous avons, par ces propos, l’illustration que les critères scientifiques, véritables arguments d’autorité, proviennent toujours d’un « monde extérieur » (au sens propre comme au figuré) même si ce dernier propose d’associer les populations locales à la gestion d’un patrimoine naturel présenté comme commun. Il existe encore bien un problème d’échelles d’appropriation et de gestion de la patrimonialisation officielle, potentiellement porteur de conflits, entre injonctions nationales et supranationales et réception locale et entre « ceux qui savent » et les « autres », priés d’adhérer. Le patrimoine fait maintenant partie d’une « nature administrée » d’où : « les effets pervers qui renforcent la notion d’une nature procédurale, soumise aux discours et aux élaborations institutionnelles, qui minorent les dimensions d’appréhension spontanée, subjective, la part et la dynamique des individus générant la mise à l’écart, l’exclusion des publics cantonnés à un simple rôle d’usager spectateur » (Charles et Kalaora, 2008, p. 17-18).

45Or, le discours des enquêtés est tellement homogène qu’on peut y voir la preuve que l’individu exprime des valeurs de société. Leurs « expériences » des hauts lieux patrimoniaux n’appartiennent donc pas seulement à une dimension privative, personnelle, elles sont partagées pour « cultiver un sens du lieu » alors que nous « avons pris l’habitude de nier ou d’oublier la vraie nature de nos expériences au profit des clichés du discours public » (Yi Fu Tuan, 1977 p. 203). Cette « expérience » du patrimoine naturel, qui amène émotions, regards esthétiques et discours de construction patrimoniale de la part des « pratiquants », s’établit à partir d’échelles paysagères qui, si elles font sens collectivement, sont très peu en phase avec le discours savant actuel de justification officielle où le patrimoine naturel se confond en fait avec les notions de milieux, d’écosystèmes et d’environnement et qui finalement traite le patrimoine naturel comme une réponse locale aux enjeux planétaires.

Haut de page

Bibliographie

Afeissa, S.H., 2010, De mirabilibus mundi : vers une éthique et une esthétique environnementales », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 10 n° 1, [en ligne] URL : http://vertigo.revues.org/9447 (consulté le 22 décembre 2012).

Babelon, J.-P. et A. Chastel, 1980, La notion de patrimoine, Revue de l’art, n° 49, p. 5-30.

Bédard, M., 2002, Une typologie du haut-lieu, ou la quadrature d’un géosymbole, Cahiers de géographie du Québec, vol. 46, n° 127, p. 49-74.

Berdoulay, V., I. Degrémont et D. Laplace-Treyture, 2010, Savoir-être-au-lieu et mise en patrimoine de la nature dans les stations thermales des Pyrénées (XIXe-XXe s.), Géographie et cultures, n° 73, Image et espace public, p. 39-62.

Blandin, P., 2009, De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles, Quae, 124 p.

Bouglé, C., 1922, Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs, Armand Colin, Paris, 1922, 298 p. [en ligne] URL : http://classiques.uqac.ca/classiques/bougle_celestin/lecons_socio_valeurs/lecons_socio.html (consulté le 22 décembre 2012).

Bouisset, C., I. Degrémont et J. Sevilla, 2010, Le patrimoine naturel en Aquitaine vu du Web : discours, valeurs, fonctions, Sud-Ouest Européen, p. 85-98.

Brady, E., 2007, Vers une véritable esthétique de l’environnement : l’élimination des frontières et des oppositions dans l’expérience esthétique du paysage, Cosmopolitiques, n° 15, p. 65-76.

Briffaud, S., 1994, Naissance d’un paysage. La montagne pyrénéenne à la croisée des regards. XVIe – XIXe siècles, AGM-Archives des Hautes-Pyrénées, Tarbes, 622 p.

Charles, L. et B. Kalaora, 2008, Pensée, sensibilité et action dans la société française autour de la question de la nature, Annales de géographie, n° 663, p. 3-25.

Choay, F., 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil, La couleur des idées, 273 p.

Comité de massif des Pyrénées, 2006, Schéma interrégional d’aménagement et de développement des Pyrénées, 52 p. [en ligne] URL : http://www.datar.gouv.fr/sites/default/files/datar/pyrenees-schema-massif.pdf (consulté le 19 décembre 2012).

Cronon, W., 1996, The trouble with wilderness ; or, getting back to the wrong nature, Cronon, W. (dir.), Uncommon Ground : Rethinking the Human Place in Nature, W.W. Norton, New York, p. 69-90.

Davallon J. (dir.), 1986, Claquemurer pour ainsi dire tout l’univers, la mise en exposition, Centre Georges Pompidou, Paris, 302 p.

Debarbieux, B., 1995, Le lieu, le territoire et trois figures de réthorique, L’espace géographique, Tome 24, 1995-2, p. 97- 112.

Degrémont, I., 1996, Patrimoine et aménagement, étude géographique d’un outil d’aménagement, Thèse de géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 495 p.

Devanne, A.-S., 2005, Marcheurs en montagne et expérience de l’espace. Une analyse de la construction du rapport à l’espace, à travers la pratique de la marche dans les Pyrénées, Thèse de doctorat, CEMAGREF, 345 p.

Desvallées, A., 1998, A l’origine du mot « patrimoine », Patrimoine et modernité, L’Harmattan, coll. Chemins de la mémoire, Paris, p. 89-105.

Di Méo, G., 2008, Processus de patrimonialisation et construction des territoires, Colloque Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser, Poitiers - Châtellerault (2007), [En ligne] URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00281934/fr/ mis en ligne le 26 mai 2008.

Donnat, O., 2009, Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique, Enquête 2008, Ministère de la culture et de la documentation, La découverte, 288 p. [en ligne] URL :http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/index.php (consulté le 26 janvier 2012).

Droz Y., V. Miéville-Ott, R. Spichiger, J. Forney, 2005, Le champ du paysage ; Représentations paysagères et processus de légitimation des usages sociaux du paysage : de la Vue-des-Alpes au Pays-d’Enhaut, rapport de recherche, FNS, 81 p.

EOLE, 2011, L’étude quantitative des fréquentations 2011. Document de synthèse, Parc national des Pyrénées, 15 p.

Héritier, S. etS. Guichard-Anguis, 2008, Le patrimoine « naturel », entre culture et ressource , Géographie et Cultures, n° 66, p. 3-10.

Graham, B.J., G. J. Ashworth et J. E. Tunbridge, 2000, A Geography of Heritage : Power, Culture and Economy, Londres, Arnold, 288 p.

Guillaume, M., 1990, Invention et stratégies du patrimoine, Patrimoines en folie, H.-P. Jeudy (dir.), Éd. de la MSH, coll. ethnologie de la France, Paris, p. 13-20.

Gumuchian, H. et B. Pecqueur (dir.), 2007, La ressource territoriale, Éd. Anthropos, Paris, 254 p.

Jeannot, G., 1989, Ce que les associations donnent à voir du patrimoine, Les annales de la recherche urbaine, n° 42, p. 27-35.

Klingender, F., 1988, Le sublime et le pittoresque, Actes de la recherche en Sciences Sociales, vol. 75 (Sur l’art), p. 2-13.

Laslaz, L., 2008, Le chardon bleu, instrument de l’acceptation sociale dans les politiques des parcs nationaux alpins français, Géographie et cultures, n° 66, p. 27-44.

Lefeuvre, J.-C.,1990, De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel, Patrimoines en folie, H.-P. Jeudy (dir.), Éd. de la MSH, coll. ethnologie de la France, Paris, p. 29-75.

Leniaud, J.-M., 1992, L’utopie française, essai sur le patrimoine, Editions Mengès, Paris, p. 181.

Lussault, M., 1993, Tours : images de la ville et politique urbaine. Maison des Sciences de la Ville, Tours, 415 p.

Micoud, A., 1992, Les grands sites naturels et la géographie du beau pays de France, Tourisme et environnement, Paris, La Documentation française, p. 103-111.

Milian, J., 2004, Protection de la nature et développement territorial dans les Pyrénées, Thèse de doctorat en géographie et aménagement, Université de Toulouse le Mirail, 863 p.

Ollagnon, H., 1984, Acteurs et patrimoine dans la gestion de la qualité des milieux naturels, Aménagement et nature, n° 74, p. 118-127.

Reser, J.P. et J.M. Bentrupperbäumer, 2005, What and where are environmental values ? Assessing the impacts of current diversity of use of "environmental" and "World Heritage" values, Journal of Environmental Psychology, n° 25, p. 125-146.

Riegl, A., 1984 [1ère édition : 1903], Le culte moderne des monuments, essence et genèse, Editions du Seuil, coll. Espacements, Paris, 122 p.

Schrader, F., 1988 [1ère édition : 1897], À quoi tient la beauté des montagnes, Conférence faite au Club Alpin, le 25 novembre 1897 à Paris + panorama des Hautes Pyrénées du sommet du Pic de Piméné, Pau, éditions du Pin à crochets, 29 p.

Sgard, A., Entre l’eau, l’arbre et le ciel. Figures paysagères suédoises et construction de l’identité nationale, Géographie et cultures, n° 66, p. 121-138.

Söderström, O., 1987, Logiques et pratiques ordinaires du patrimoine, Les langages des représentations géographiques, Venise : Università degli Studi di Venezia, Dipartimento di Scienze Economiche, vol. 2, p. 63-80.

Tuan, Y.-F., 2006 [1ère édition : 1977], Espace et lieu, la perspective de l’expérience, Infolio Editions, collection Archigraphy Paysages, Genève, 219 p.

Haut de page

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche intitulé « Patrimonialisation et enjeux territoriaux en Aquitaine. Une analyse géographique des hauts lieux montagnards et forestiers » financé par le Conseil régional d’Aquitaine.

2 Dans le cas des grands sites naturels de France voir Micoud (1992) ou aux États-Unis, Cronon (1996) par exemple.

3 La circulaire DNP/SP n° 2000-1 du 30 octobre 2000 vient également actualiser et préciser les autres critères. Le caractère scientifique par exemple est invoqué quand l’intérêt scientifique d’un lieu, d’un élément naturel ou d’une création égale ou dépasse la valeur esthétique.

4 Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Aquitaine : http://www.donnees.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/DREAL/ficheinfo/ ?Code =SCL0000530&Rubrique =SCL

5 Ibid.

6 S’y ajoute Natura 2000 qui n’est pas mentionné sur la figure 1 car le dispositif a pris un retard considérable dans le département des Pyrénées-Atlantiques : en l’absence de Documents d’objectifs validés il n’est pas encore opérationnel.

7 Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

8 Zones importantes pour la conservation des oiseaux.

9 DREAL Aquitaine, rubrique « Biodiversité » [en ligne] URL http://www.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/biodiversite-r272.html (consulté le 26 novembre 2012).

10 http://www.donnees.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/DOCUMENTS/SPREB/NATURE_PAYSAGE_BIODIVERSITE/ZNIEFF/ZNIEFF/FICHES/720008874.pdf

11 Ibid.

12 http://www.parc-pyrenees.com/nous-connaitre/missions.html

13 Avant de faire partie du Parc national et d’obtenir le label Unesco, Gavarnie fait l’objet d’un classement dès 1921 sous les critères pittoresques et artistiques.

14 Pour reprendre une expression du géographe Franz Schrader en 1897.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les principaux espaces naturels protégés dans les Pyrénées-Atlantiques / Main natural protected areas in Pyrénées-Atlantiques
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Tableau 1. Les trois sites étudiés : critères patrimoniaux officiels / The three studied sites : heritage official criteria
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 2. Les hauts-lieux cités par les enquêtés / Iconic places named by the questioned persons
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 3. Termes descriptifs les plus fréquemment utilisés dans les entretiens / Terms most often used in interviews
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 4. Termes les plus souvent employés dans les entretiens selon les catégories de valeurs / Terms most often used in interviews according to categories of values
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure 5. Haute Vallée du Gave de Bious / Bious river upper valley
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Bouisset et Isabelle Degrémont, « Construire un patrimoine naturel : valeurs (de société) contre critères (officiels) ? L’exemple de hauts lieux montagnards pyrénéens », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16 | juin 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13750 ; DOI : 10.4000/vertigo.13750

Haut de page

Auteurs

Christine Bouisset

Maîtres de conférences en géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET UMR CNRS 5603, Institut Claude Laugénie (bâtiment IRSAM), 64 000 PAU, France, courriel : christine.bouisset@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Isabelle Degrémont

Maîtres de conférences en géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET UMR CNRS 5603, Institut Claude Laugénie (bâtiment IRSAM), 64 000 PAU, France, courriel : isabelle.degremont@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page