Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 16Regards non institutionnels : une...Le rôle du Centre excursionniste ...

Regards non institutionnels : une construction patrimoniale en filigrane

Le rôle du Centre excursionniste de Catalogne et de la Société Peñalara dans la patrimonialisation des Pyrénées Aragonaises (fin XIXe – début XXe siècle)

The part of Catalonia Excursionist Centre and the Peñalara Society in Aragonese Pyrenees’ heritage making process (Late 19th & Early 20th Century)
Juan Sevilla

Résumés

La création des premières associations de montagne et d’excursionnistes ibériques a lieu durant le dernier quart du XIXe siècle et les premières décennies du XXe dans le contexte de prolifération des clubs alpins en Europe. Dès le début de leurs activités, elles entrent en rapport avec le collectif pyrénéiste français qui dirige la découverte scientifique, culturelle et sportive dans la haute montagne aragonaise. C’est alors que le Centre excursionniste de Catalogne et la Société Peñalara de Madrid programment des campagnes montagnardes dans les Pyrénées Centrales. Désormais, ces sociétés contribuent à la consolidation du « sentiment de montagne » au sud de la chaîne pyrénéenne. L’objectif de ce travail est de mettre en évidence le rôle de ces associations en tant qu’acteurs dans la valorisation patrimoniale de cette région après l’élan précurseur français.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le concept de patrimoine a évolué depuis le début du XIXe siècle de sorte qu’il ne tient plus seulement compte de l’objet artistique, du monument historique, mais aussi de nombreuses réalités matérielles et immatérielles, reliées à des pratiques collectives, qui sont considérées comme patrimoines (Béghain, 1998; Poulot, 1998). Précisons qu’une nouvelle réaction de l’homme, de la société, vis-à-vis de la nature, voire une réinvention de ce rapport de l’homme à la nature (Berdoulay, 2004), et l’émergence de l’environnement comme valeur de référence (Béghain, 1998), ont contribué à cette évolution en donnant lieu à une dimension territoriale et paysagère du patrimoine. Celui-ci englobe aujourd’hui des portions d’espace de plus en plus étendues intégrant des paysages et des zones composées d’éléments naturels remarquables (Berdoulay, 1992; Guillaume, 1990).

  • 1 Le terme « Haut-Aragon » est fréquemment utilisé depuis plus d’un siècle par la population et les i (...)

2Dans le secteur géographique étudié, celui des Pyrénées Aragonaises – dans le Nord de la province espagnole de Huesca –, la considération patrimoniale intervient, d’un côté, à une échelle fine et donc sur certains hauts lieux particulièrement célèbres (le mont Perdu, le cirque de Barrosa, les gradins de Soaso, etc.). Mais d’un autre côté, elle concerne aussi un territoire plus large en tenant compte de l’ensemble des formes géologiques, de la richesse floristique et des diverses manifestations de l’hydrographie propres aux massifs localisés sur le versant sud des Pyrénées Centrales. En rapport avec cela, l’intérêt est également porté à des questions esthétiques liées à la beauté des paysages – où les catégories du sublime et du pittoresque sont nettement convoquées (Saule-Sorbé, 2007) –, et à l’ampleur des panoramas. Cet ensemble montagnard qui compose la bande septentrionale du Haut-Aragon1, possède donc un caractère d’exception et se trouve à la croisée de préoccupations scientifiques, de considérations esthétiques, mais aussi de motivations sportives.

  • 2 Cette influence se manifeste tant au cœur de la chaîne pyrénéenne qu’au niveau des vigoureux massif (...)
  • 3 D’après Henri Beraldi, « l’idéal du pyrénéiste est de savoir à la fois ascensionner, écrire, et sen (...)
  • 4 « Ces sites ou endroits exceptionnellement pittoresques, forestiers ou agrestes du territoire natio (...)
  • 5 La Société Ramond a été créée par Emilien Frossard, Charles Packe et Henri Russell en 1865 avec l’o (...)

3Cette qualité de patrimoine est donc acquise suite à la diffusion des pratiques de découverte par des acteurs sociaux, scientifiques et institutionnels qui en ont identifié des valeurs écologiques, esthétiques, pédagogiques, etc., afin de contempler, de partager, de préserver. Parmi ces acteurs, on compte des collectifs, des institutions et des organisations, mais aussi des membres de la société, des citoyens, des individus qui animent ces organisations et partagent leurs objectifs (Guillaume, 1990). Les scientifiques et explorateurs, parfois peintres de la nature, qui promeuvent la découverte scientifique, culturelle et sportive des Pyrénées au cours du XIXe et au début du XXe siècle en constituent un exemple remarquable. Soucieux de faire progresser la connaissance des hauts massifs et d’assurer sa diffusion, attentifs aux campagnes d’exploration des uns et des autres, ces érudits se regroupent en clubs de montagne notamment à partir des années 1860 et contribuent à l’émergence d’un processus de patrimonialisation dans ce secteur pyrénéen. En effet, le mouvement de clubs sportifs de montagne a des conséquences très importantes sur la valorisation des éléments naturels de la haute montagne. Leurs récits de courses qui aboutissent à de précieux articles ainsi que l’iconographie (dessins, photographies, cartes) élaborée à partir de travaux sur le terrain y contribuent d’une manière décisive (Castañón et Frochoso, 2007)2. Si à travers la littérature se médiatisent des représentations patrimoniales (Lussault, 1993), la généalogie iconographique de certains lieux a parallèlement contribué à la patrimonialisation (Saule-Sorbé, 2007). Ces collectifs, porteurs du savoir, mais aussi de pratiques modernes de la montagne, jouent alors un rôle important dans la promotion de l’idée de protection de la nature (Debarbieux, 2008). Plus précisément, ceux participant au courant dit « pyrénéiste »3 consolident une façon singulière d’apprécier la nature et le paysage qui semble importante pour la protection de l’espace montagnard dans cette région (Bretón Solo de Zaldívar et Solé i Massip, 1986). De fait, les premières politiques publiques de protection espagnoles, mises en place en 1916, insistent sur les qualités paysagères4. Elles précisent aussi que l’intérêt scientifique conseille la conservation de ces espaces pour l’expérience « de l’homme cultivé et de paix » (Hernández Pacheco, 1933). Ces actions officielles héritent d’un penchant pour la montagne fondé sur la considération des bienfaits physiques et moraux que celle-ci procure - par exemple, par l’adoption « d’habitudes salutaires et de pratiques d’étude »- (Ministerio de Fomento, 1918) - ce qu’avançaient déjà les premiers clubs de montagne français, notamment la Société Ramond5 et le Club alpin français, à leur fondation, au dernier quart du XIXe siècle.

  • 6 Le Butlletí de l’Associació d’Excursions Catalana est publié entre 1878 et 1890 avec une périodicit (...)

4C’est dans ce contexte que des cercles associatifs espagnols comme le Centre excursionniste de Catalogne et la Société Peñalara de Madrid sont créés. Ils entreprennent rapidement l’exploration des Pyrénées Centrales et contribuent à la consolidation du « sentiment de montagne » (Broc, 1984; Martínez de Pisón et Álvaro, 2002) vis-à-vis du versant sud de la chaîne. Ces sociétés participent également à la diffusion de la connaissance des espaces naturels remarquables de la province de Huesca par le biais de l’iconographie et des textes publiés. C’est à l’étude de leurs premiers projets d’exploration ainsi qu’à celle de leurs contributions littéraires et iconographiques qu’est consacré ce travail. Nous mettons notamment en avant les articles publiés dans les revues que ces associations lancent afin de diffuser leurs activités : le Butlletí de l’Associació d’Excursions Catalana – plus tard nommé Butlletí du Centre Excursionista de Catalunya – et la Revista Peñalara6. Notre intérêt s’est principalement porté sur les récits d’excursions et les rapports d’activités parus entre 1878, année de publication du premier bulletin catalan, et 1920 qui marque la consolidation du penchant pyrénéiste de Peñalara au congrès de Pau. L’objectif est de mettre en évidence le rôle de ces associations, non seulement comme vecteurs fondamentaux de la popularisation des pratiques sportives, mais aussi en tant qu’acteurs qui se sont distingués dans la consolidation d’une transformation du regard sur cette région grâce à la valeur patrimoniale.

La diffusion de la connaissance des Pyrénées Aragonaises : de la naissance du pyrénéisme aux premières actions des clubs de montagne

  • 7 Il convient de ne pas négliger le fait que nombre des premières études notamment botaniques, zoolog (...)

5Dans l’Humanisme de la Renaissance, puis lors du Siècle des Lumières, nous trouvons un intérêt intellectuel pour la montagne qui contrebalance un regard populaire longtemps influencé par la peur et les mythes (Martínez de Pisón, 2004a). Toutefois, l’attrait de la montagne se développe vivement en Europe à partir du Romantisme. À cette époque, la discontinuité biogéographique et climatique entre les bassins aquitains et de l’Ebre contribue à la fascination des Français pour le versant méridional pyrénéen (Degrémont, 2006; Puyo, 2006). Ajoutons que le tourisme vacancier et thermal développé du côté nord-pyrénéen participe à la diffusion des habitudes excursionnistes. En tout cas, l’origine d’un processus de patrimonialisation de la haute montagne aragonaise se trouve à la confluence de la pratique sportive reliée à l’alpinisme, de l’expédition pour le progrès scientifique7 et de l’idéal romantique de l’exploration d’un milieu à peine connu.

6Comme déjà évoquée, l’ascension de Ramond de Carbonnières (1755-1827) au mont Perdu en 1802 a été fréquemment considérée comme le moment-clé de la naissance du pyrénéisme. C’est l’image gelée et resplendissante du glacier du mont Perdu, aperçue depuis la brèche de Tuquerouye lors d’une campagne de terrain en 1797 qui déclenche cette passion pyrénéenne chez Ramond. Cinq ans plus tard, à l’occasion d’une nouvelle expédition, il gagne le sommet et explore les hauts qui dominent Ordesa (Fernández et Pradas, 2000). Jusqu’au dernier quart du XIXe siècle, ce sont plutôt des Français, adeptes de Ramond qui prennent l’initiative de l’exploration en débordant sur le versant espagnol. Signalons l’exemple d’Alfred Tonnellé qui, comme Ramond à la brèche de Tuquerouye, aurait exalté en 1858 l’image imposante de la Maladeta depuis le Portillon de Benasque (Martínez de Pisón, 2004a). Parmi les figures incontournables du pyrénéisme classique, nous devons citer Henri Russell (1834-1909), grimpeur passionné des plus hauts sommets – particulièrement du Vignemale, où il fit creuser des grottes pour y séjourner. On doit à Russell la fondation de la première société montagnarde des Pyrénées en 1865, la Société Ramond. Il partage ce projet avec, parmi d’autres, Charles Packe (1826-1896), cartographe reconnu pour ses travaux sur les monts Maudits et pionnier dans la vulgarisation des régions localisées au sud du mont Perdu  (Schrader, 1879). Franz Schrader (1844-1924) représente également l’archétype du pyrénéiste classique; en effet, ses travaux réunissent les qualités propres aux pyrénéistes et particulièrement celle artistique. Peintre de montagne talentueux, il contribue à sacraliser les rochers, la neige, les lacs, les cascades, les hêtraies, etc., tant par la littérature, la cartographie et la photographie que par le dessin, l’aquarelle et la gravure (Martínez de Pisón, 2004b; Montaner, 2002; Saule-Sorbé, 2007).

Figure 1. Aquarelle du cirque de Barrosa et dessin de la Place de Bielsa réalisés par Franz Schrader lors des travaux de terrain correspondant à la campagne d’été 1877

Figure 1. Aquarelle du cirque de Barrosa et dessin de la Place de Bielsa réalisés par Franz Schrader lors des travaux de terrain correspondant à la campagne d’été 1877

Source : Franz Schrader, Carnet de terrain 1877.

7L’intérêt que suscitent les campagnes d’exploration des uns et des autres ainsi que leur importance pour le progrès dans la connaissance des hauts massifs stimule ces érudits à se regrouper en clubs de montagne. Leur activité constitue un élan fondamental pour la consolidation de la pratique montagnarde dans les Pyrénées. Bien qu’ils adoptent en premier lieu le modèle de l’Alpine club anglais – créé à Londres en 1857 –, les clubs français, comme ceux suisses et italiens, ne tardent pas à s’éloigner de la conception de groupe élitiste en quête d’exploits sportifs. Ils développent des qualités de sociétés géographiques et culturelles où chaque membre fait preuve d’effort soutenu dans l’exploration et participe à la diffusion de la connaissance des montagnes.

8De nouvelles études sur des secteurs inconnus de la chaîne pyrénéenne sont publiées notamment dans l’annuaire du Club Alpin français, fondé en 1874. Celles-ci comprennent non seulement de riches récits littéraires, mais aussi de précieuses informations orographiques et toponymiques. Ces clubs s’occupent également de l’aménagement d’abris qui permettent de séjourner en montagne et donc de mieux partager les campagnes en étapes plus rationnelles et moins conditionnées par les distances. Cela permet de s’arrêter davantage en route et facilite l’étude des régions parcourues. Pendant ces premières années de développement des clubs de montagne, un abri est installé par les Français dans le massif du mont Perdu et un autre dans les montagnes du Lys, près de Bagnères-de-Luchon (Schrader, 1879). Dans ce contexte, le Club alpin français programme aussi des actions pédagogiques pour les écoliers et les lycéens à l’échelle nationale. L’objectif est de faire connaître le milieu montagnard aux jeunes Français tout en leur inculquant les valeurs de l’effort et du respect de la nature.

Une institution pionnière en Espagne : le Centre excursionniste de Catalogne

9Dans ce même contexte de développement du Romantisme, une série d’intellectuels catalans s’efforcent de récupérer l’esprit culturel de cette région et de faire revivre leur langue. Ils donnent lieu au courant de la Renaixença Catalana. À cette époque, l’habitude de profiter des weekends et des périodes de vacances pour les excursions de proximité se diffuse grâce à l’extension progressive du réseau de chemins de fer. Et en 1875, à l’École des Beaux-Arts de Barcelone, le jeune Josep Fiter i Inglés (1857-1915) conçoit l’idée de créer une structure publique qui entreprenne une tâche culturelle pour le redressement de la société catalane. Un an plus tard, l’initiative prend forme avec la fondation de l’Association catalaniste d’excursions scientifiques (www.cec.cat).

10Rejoignant une autre association créée en 1878, celle Catalane d’excursions, la structure promue par Fiter i Inglés donne lieu au Centre Excursionista de Catalunya en 1891 pour réunir les versants scientifique et sportif du précoce associationnisme catalan. Cette institution va prendre un caractère complexe qui rassemble des intérêts divers comme l’appréciation esthétique du paysage, la recherche scientifique, ou l’action pédagogique parmi les écoliers et lycéens. On y apprécie donc une certaine communauté d’intérêts avec le pyrénéisme français. En fait, d’après Jordi Martí Henneberg, l’influence française se trouve parmi les facteurs fondamentaux qui ont conduit les excursionnistes catalans à une appréciation sensible de la nature et de l’importance spirituelle, régénératrice et pédagogique que revêt cette pratique (Martí Henneberg, 1986).

11Dans les associations catalanes, selon les cas, joue aussi la composante patriotique et nationaliste au sein d’un sentiment d’affirmation culturelle propre : « la montagne est perçue comme dépôt d’une âme collective récupérable par la connaissance directe du territoire » (Martínez de Pisón et Álvaro, 2002). À l’origine, ces excursionnistes ne parcourent que le territoire catalan; pourtant, ils vont bientôt partir à l’assaut de la montagne aragonaise et même du versant français de la chaîne pyrénéenne. Remarquons l’exemple d’une excursion collective depuis Luz et Gavarnie pour faire le mont Perdu puis regagner la Catalogne en traversant le Haut–Aragon. Le récit de cette course, menée du 20 au 27 août 1880, allait par la suite être publié par Ramón Arabia i Solanas (1850-1902) dans le Butlletí de l’Associació d’Excursions Catala (Abadía i Solanas, 1881).

  • 8 Aymar d’Arlot (1853-1951), Comte de Saint-Saud, est à l’époque le secrétaire général de la section (...)
  • 9 « C’est à vous, Messieurs, maintenant que les chemins sont signalés, de partir explorer ces merveil (...)

12Il faut préciser que le style des excursions évolue grâce à l’enrichissement de leurs objectifs par de nouvelles influences, y compris celles européennes. Dans un premier temps, l’intérêt pour l’histoire et l’art prédomine. Cependant, une progressive convergence avec l’alpinisme international se consolide à l’occasion de la Conférence internationale des Clubs alpins qui a lieu à Genève en 1879. Le représentant catalan, Ramón Arabia, annonce alors l’objectif de diffuser la pratique montagnarde non seulement en Catalogne, mais aussi dans toute l’Espagne (Martínez de Pisón et Álvaro, 2002). De plus, une conférence prononcée par le Comte de Saint-Saud8 cette même année 1879 devant l’Association d’excursions catalanes y contribue amplement. Nous en tirons un extrait significatif : « A vosaltres vos toca, senyors, ara que 'ls camíns son senyalats, anar á explorar aqueixas maravellosas comarcas dels Pyrineus d’Aragó y de Catalunya, quasi tant desconegudas com l' África! Aixís poguéu vosaltres guardar de vostras excursions, com jo de las mevas, recorts eterns, com sols poden donar los aspres sabors de la montanya!» (Saint-Saud, 1879, p. 140-141)9.

13Ainsi, les tendances marquées par Antoni Massó et Ramón Arabia qui préconisent les valeurs morales et sportives de cette activité montagnarde gagnent des partisans au cours des années 1880.

  • 10 « De l’autre côté, c’est l’Espagne; nous avons là-bas le mont Perdu […]; nous passons le col et des (...)

14Les associations catalanes publient elles aussi des bulletins qui recueillent leurs programmes scientifique, culturel, sportif et social. Les récits des excursions et des voyages y prédominent. Et ils montrent des observations qui, en partie, s’approchent de celles des Français, notamment en ce qui concerne la description de l’itinéraire – les vallées parcourues, les rivières franchies, les versants remontés, les sommets à faire – et des circonstances qui conditionnent les étapes –météorologiques, etc. L’exaltation des panoramas sensationnels qui s’offrent à la vue dans des belvédères naturels – un élément fondamental dans la démarche patrimoniale – est aussi caractéristique de ces articles; tout comme les notes sur les rapports humains en milieu montagnard, soit avec la population locale, soit avec d’autres groupes d’explorateurs. De fait, Français et Espagnols se rencontrent en haute montagne et partagent leurs expériences : « Al altra banda es Espanya ; allà tenim lo Mont-Perdu […]; passém lo coll y baixém cosa de una hora fins arribar al Llach del Mont-Perdu, encare glassat; lo vorejém escalant los disformes penyals que li forman muralla y á las 5 estrenyém las mans dels amichs Schrader y Lourde-Rocheblave y nos reuním tots en lo punt designat pera passar la nit» (Arabia i Solanas, 1881)10.

  • 11 « […] certains d’entre nous montent au Cylindre, majestueux rocher qui domine les hauteurs à droite (...)

15Les particularités géomorphologiques et l’hydrographie d’endroits exceptionnels, ultérieurement retenues dans les critères de la Junta de Parques Nacionales (Ministerio de Fomento, 1916), font très fréquemment l’objet des observations : forts dénivelés, lacs scintillants, rochers singuliers, imposantes murailles calcaires ou pas glissants au bord d’un abîme imposant. Enfin, l’exaltation des perceptions sensorielles au cœur d’un milieu naturel auparavant inconnu, riche en paysages majestueux, marque le style des descriptions littéraires (Martí-Henneberg, 1990) : « […] alguns pujan al Cylindre, majestuós penyal que domina la congesta á la dreta, interessantíssim pera los geólechs ; los més, nos dirigim al Mont- Perdu. Los passos son difícils y s’necessita cap y peus molt segurs ; un punt sobretot, relliscós, sobre lo abisme nos haguera donat un disgust sens la serenitat y ajuda dels guies» (Arabia i Solanas, 1881)11.

16Et ces mêmes perceptions s’expriment à travers l’iconographie. Celle-ci contribue au développement d’une image de la haute montagne qui influe sur la valorisation des lieux. En effet, l’iconographie possède un certain poids dans la transmission d’une prise en conscience de l’intérêt de la sauvegarde des espaces montagnards (Saule-Sorbé, 2005). Les auteurs reconnaissent une valeur paysagère et la révèlent par des images graphiques qui auront postérieurement un poids dans les perceptions des lieux représentés. Le choix des auteurs impose une sorte d’itinéraire qui marque la volonté de découverte du public. Il éveille les sensibilités paysagères tout en influant d’une manière plus ou moins directe, selon les cas, sur les décisions des organismes publics qui travaillent pour la protection de la nature; les qualités paysagères primant un temps, tant en Europe qu’aux États-Unis, dans les critères de ces institutions (Debarbieux et Rudaz, 2010). Les exemples de la vallée d’Ordesa et du massif du mont Perdu se trouvent parmi les plus significatifs. Au moment où la question du classement comme parc national se pose, la diffusion de leur beauté par la peinture et la photographie – qui comptait déjà plusieurs décennies - est venue soutenir les argumentations des cercles intellectuels liés à la pratique montagnarde.

Figure 2. Le regard des excursionnistes catalans sur le mont Perdu et le Cylindre depuis Tuquerouye rappelle l’expérience de Ramond de Carbonnières à l’origine du pyrénéisme.

Figure 2. Le regard des excursionnistes catalans sur le mont Perdu et le Cylindre depuis Tuquerouye rappelle l’expérience de Ramond de Carbonnières à l’origine du pyrénéisme.

Crédit : Cl. E. Ribera (Source : Estasen, 1922).

17Soulignons que la contribution des Catalans aux idées de protection de la nature était déjà manifeste dans un travail présenté par Rosend Serra i Pagès (1863-1929) au Congrès international d’alpinisme de Paris (1900). Intitulé « La conservation des beautés naturelles de la montagne », il constitue une expression précoce de revendication d’une protection officielle des espaces naturels. Serra i Pagès y propose une politique protectionniste publique qui prenne en compte le rétablissement de la faune et de la végétation autochtones, la considération des éléments naturels comme des beautés publiques et d’utilité pour la communauté, la promotion d’une propriété communale de ces éléments afin qu’ils servent au plaisir de l’observation du public, la diffusion de la connaissance des espaces naturels remarquables, et l’aménagement pour l’hébergement des touristes, parmi d’autres actions (Breton Solo de Zaldivar et Solé i Massip, 1986).

18À partir de 1908, le Centre excursionniste de Catalogne se réorganise en plusieurs sections et celle de « Sports de Montagne » contribue à la popularité de l’alpinisme et des sports de neige. Afin de faciliter ces pratiques, l’édification d’un premier refuge à La Renclusa, au pied du Néthou, en Aragon, inaugure à cette époque le réseau de refuges de montagne (il n’entre en fonctionnement qu’en 1916). D’ailleurs, les travaux cartographiques qui poursuivent une connaissance précise du territoire, comme chez les pyrénéistes français, représentent aussi une composante fondamentale de l’activité du Centre excursionniste de Catalogne. Parmi ses membres se trouvent des ingénieurs qui favorisent des rencontres avec des entreprises de travaux publics ayant pour but l’édition de cartes topographiques (Montaner, 2002, p. 6).

Le penchant pyrénéiste chez la Sociedad Peñalara de Madrid

19La Société Peñalara « Los Doce Amigos » est créée à Madrid en 1913. Son nom fait référence au sommet le plus haut du secteur montagnard de Guadarrama, au nord de la capitale espagnole, qui concentre dans un premier temps l’attention de ses douze membres fondateurs. Il s’agit d’un groupe hétérogène de professionnels, où l’on trouve deux professeurs, un étudiant, deux astronomes, quatre fonctionnaires de l’administration publique, un typographe et, enfin, deux poètes. C’est leur passion pour la montagne ainsi que leur intérêt pour l’alpinisme et les sports de neige qui les regroupe dans une association bientôt ouverte à de nouveaux membres et très participative. Il ne faut pas oublier que l’Institución Libre de Enseñanza, surtout en ce qui concerne le développement de l’excursion à des fins pédagogiques, marquait l’esprit des douze fondateurs et inspirait leur activité (Molla, 2010; Victory, 1920; www.penalara.org).

20Les Pyrénées, bien qu’éloignées de la région madrilène, constituent une des destinations privilégiées par Peñalara dès ses premières années d’activité. Les nombreuses informations venues des clubs plus anciens encouragent ses membres à élargir leur champ d’activité. Ensuite, les résultats de leurs campagnes sont diffusés grâce à l’organisation de conférences, de projections photographiques et d’expositions de peintures qui font le tour des villes espagnoles. La volonté de pénétrer la société de leur temps - caractéristique partagée par les clubs alpins de l’époque (Debarbieux et Rudaz, 2010) - y est présente. La publication d’une revue mensuelle illustrée, Revista Peñalara, facilite également cette tâche de vulgarisation. Voici un extrait de l’article où Alberto Oetlli expose une première expédition au mont Perdu en août 1913 :

  • 12 « La journée du 7 août, nous avons quitté avec émotion M. Ramón et sa famille; à une heure quarante (...)

« El día 7 de agosto nos despedimos con sentimiento de D. Ramón y de su familia; a la una y cuarenta y bajamos por la senda de la Faja, pasando por la borda de Andescastieto (1.180 metros), en la ladera derecha del río Ordesa, hasta puente de los Navarros (llegada a las dos cuarenta, altura 1.060 metros) llamado así por haberlo construido unos navarros. Éste salva el río Aza entre dos paredes de roca bastante altas cortadas a pico, y en el fondo corren, en parte escondidas, las aguas cristalinas y turbulentas. Tomamos el camino que al principio es muy pedregoso aguas arriba, por la orilla izquierda del río, atravesamos luego un puente, y a las tres y veinte pasamos cerca de la Ermita de Santa Elena, llegando a Bujaruelo a las tres cuarenta y cinco de la tarde. La garganta desde el puente de los Navarros hasta cerca de la Ermita de Santa Elena, es muy estrecha y pintoresca » (Oetlli, 1914b)12.

21Dans les articles publiés par la Société Peñalara nous trouvons des récits détaillés qui constituent une source précieuse pour connaître les itinéraires ultérieurement popularisés parmi le public passionné de la montagne : toponymes des lieux (cols, ponts, villages, etc.), heures de passage, altitudes, indications des directions suivies, caractéristiques des sentiers, difficultés trouvées sur le chemin, panoramas remarquables qui s’offrent à la vue au cours de l’étape, notes à portée ethnographique ou artistique, etc. Les récits sont donc riches en informations pratiques. Dans le style, parfois sobre, se glisse une certaine charge émotive au moment d’évoquer ces caractères du paysage qui inspirent le sentiment de la montagne : la verticalité ou l’aspect géométrique des sommets, l’aspérité des rochers, l’extension des glaciers, l’enneigement des sols, l’abondance de vallées et de cours d’eau, etc. :

“¡Qué vista tan grandiosa, querido lector! Por centenares se pueden contar los picos y cumbres que se elevan hasta el cielo! ¡Cuánto nevero y glaciar y cuántos valles y ríos!

La cumbre del Mont Perdu está formada por una cúpula, cuya vertiente Sur estaba completamente limpia de nieve, mientras que la parte que mira hacia Francia la cubría este elemento y el límite entre estas dos zonas pasaba precisamente por la misma cresta de la cumbre.

  • 13 « Quelle vue grandiose, cher lecteur! Des pics et des sommets s’élevant au ciel, on en peut compter (...)

A nuestros pies, hacia el Norte, teníamos un pequeño lago, el llamado del Mont Perdu, en cuyas aguas, de color azul oscuro, flotaban algunos bloques de hielo; más allá, lejos, el Pic du Midi de Bigorre, y a la izquierda, en primer término, el Cilindro” (Oetlli, 1914a)13.

  • 14 En exposant les orientations qui guident l’action de l’État sur le secteur d’Ordesa, le professeur (...)

22Cette diversité d’aspects et de caractères observés dans les éléments naturels attire plus tard l’attention de la Junta de Parques Nacionales14.

Figure 3. Photographie de l’auberge construite par la Société Peñalara dans la vallée d’Ordesa

Figure 3. Photographie de l’auberge construite par la Société Peñalara dans la vallée d’Ordesa

Source : Revue Peñalara, Tome VIII, 1919.

23Les photographies publiées dans la revue Peñalara témoignent elles aussi de la convergence avec le courant français. Le regard est porté sur les mêmes éléments du paysage : les formes massives du relief calcaire, l’attrait fascinant de l’eau tant au niveau des glaciers que dans la chute des cascades, les pentes boisées, le rapport des villages au cadre naturel - qui les valorise (Lussault, 1993) -, les typologies architecturales régionales, le portrait du quotidien de la vie pastorale, etc. Dans ces photographies, on trouve l’attrait du monumental et de l’extraordinaire ainsi que celui du pittoresque et du particulier qui déterminent le choix d’espaces naturels valorisés (Fel, 2008).

Figure 4. Photographie de la Place de Bielsa

Figure 4. Photographie de la Place de Bielsa

Source : Revue Peñalara. Tome VIII, 1919

24Le rapport avec les clubs français se renforce à l’occasion du congrès du Pyrénéisme qui se tient à Pau en 1920, où Peñalara est invitée par la Fédération pyrénéenne. Cette même année, la société madrilène participe à Monaco au Congrès international d’alpinisme. Suivant l’exemple d’autres collectifs, Peñalara accorde une importance particulière à l’aménagement des refuges en montagne. Et lors de sa participation au congrès de Pau, elle insiste sur l’intérêt d’emplacements stratégiques permettant de prolonger les campagnes sur certains itinéraires réputés pour atteindre les hauts lieux : le pic du Vignemale, les cabanes de Goriz, le mont Perdu, la vallée d’Ordesa, la brèche de Tuquerouye, les lacs de La Munia, le cirque de Troumouse, etc. Pour cela, d’après Peñalara, des refuges correctement aménagés seraient nécessaires à Brachimaña, la rivière Ara, le mont Perdu et les secteurs de Pineta et Barrosa.

25Enfin, concernant l’accessibilité de ces espaces naturels, le cercle associatif de Madrid semble être partisan de la desserte par le train et le réseau routier jusqu’au pied des massifs. Sur cet aspect, il s’aligne donc sur la position de l’organisme de « Parques Nacionales » et du Commissariat royal de tourisme espagnol. Ce dernier défendait même le projet de « mettre en communication au moyen d’un train électrique la région d’Ordesa avec la ligne Irún-Madrid et les pics d’Europe […] Quel parcours que celui de cette ligne si elle s’embranche du Port de Bujaruelo ou Gavarnie avec celle des Pyrénées Françaises » (Victory, 1920).

Figure 5 : Carte de localisation. L’expérience des lieux par les clubs de montagne français et espagnols à travers trois exemples d’explorations : Franz Schrader, Carnet de terrain, 1879; Arabia, 1881; Oetlli, 1914.

Figure 5 : Carte de localisation. L’expérience des lieux par les clubs de montagne français et espagnols à travers trois exemples d’explorations : Franz Schrader, Carnet de terrain, 1879; Arabia, 1881; Oetlli, 1914.

Conclusion

26Les activités des excursionnistes catalans et madrilènes amènent un essor essentiel pour la consolidation d’un processus de patrimonialisation des Pyrénées Aragonaises. Le style adopté dans leurs pratiques, proche de celui propre aux pyrénéistes français et la connaissance diffusée par leurs publications contribuent à une sensibilisation envers la nature et le paysage de ces montagnes. Ils attirent l’attention sur cette région et prolongent l’influence française sur sa valorisation. Certes, ces initiatives ibériques ne constituent pas une relève des clubs français puisque la présence des pyrénéistes voisins est loin de s’affaiblir dans l’Aragon. Mais elles y acquièrent un rôle de plus en plus majeur – à côté d’autres acteurs scientifiques espagnols, dont le célèbre géologue Lucas Mallada, et des acteurs institutionnels comme la « Junta de Parques Nacionales » ou le Commissariat royal du tourisme. En effet, le Centre excursionniste de Catalogne et la Société Peñalara de Madrid contribuent d’une manière décisive à la diffusion de la connaissance de la chaîne pyrénéenne dans la société espagnole. Il faut également tenir compte du fait que l’œuvre des pyrénéistes classiques français n’a pratiquement pas été connue en Espagne en dehors des cercles d’érudits et d’intellectuels, sauf dans le cas de Lucien Briet – et c’est pour cela que l’on a peut-être surdimensionné la contribution pyrénéiste de ce dernier.

27Les travaux des associations de montagne ibériques alimentent donc la permanence de certains éléments naturels (pics, glaciers, lacs, cascades, gorges, versants boisés, etc.), de certains angles de vue et panoramas, d’effets de lumière, de textures, silhouettes et volumes au sein des représentations paysagères; une permanence par laquelle se consolide une patrimonialisation de la montagne aragonaise. Les images qui découlent de cette permanence demeurent récurrentes, très appréciées du point de vue esthétique, à partir du moment où les Centres excursionnistes de Catalogne et de Peñalara, puis des groupes locaux comme Montañeros de Aragón (né du « Sindicato de Iniciativa y Propaganda de Aragón » en 1929) ou Peña Guara (constitué en 1932 à partir de la « Sociedad Turismo del Alto Aragón »), acquièrent du prestige au cours de la première moitié du XXe siècle et suscitent l’intérêt d’une part croissante de population sensible à la nature.

Haut de page

Bibliographie

Arabia i Solanas R., 1881, Excursio collectiva a Luz y Gavarnie. Ascensió del Mont-Perdu (3.352 m.) regrès per l'Alt Aragó (provincia de Huesca). Del 20 al 27 de agost de 1880, Butlletí de l'Associació d'Excursions Catalana, 32-33, p. 111-121.

Béghain P., 1998, Le patrimoine : culture et lien social, Presses de Science Po, La Bibliothèque du citoyen, Paris, 120 p.

Béraldi, H., 1898-1904, Cent Ans aux Pyrénées, Paris, 7 volumes.

Berdoulay, V., 2004, Requalification des lieux et des espaces publics à travers la réinvention des rapports à la nature, Hégoa, 24, p. 9-10.

Berdoulay, V., 1992, Les valeurs géographiques, A.S. Bailly, R. Ferras , D. Pumain (dir.), Encyclopédie de Géographie, Economica, Paris, p. 385-403.

Bretón Solo de Zaldívar, V. et J. Solé i Massip, 1986, El paraíso poseído. La política española de parques nacionales (1880-1935), Geo Crítica, 63, p. 5-59.

Bielza de Ory, V., 2001, Patrimonio y turismo sostenible desde la Ordenación del Territorio : el caso del Pirineo aragonés, Estudios Geográficos, 245, p. 583-604.

Broc, N., 1984, Le milieu montagnard : naissance d’un concept, Revue de Géographie Alpine, 72-2-4, p. 127-139.

Castañón, J.C. et M. Frochoso, 2007, La naturaleza del paisaje en el Parque Nacional de los Picos de Europa, E. Martínez de Pisón Stampa; N. Ortega Cantero (dir.), La conservación del paisaje en los parques nacionales, Universidad Autónoma de Madrid, Fundación Duques de Soria, Madrid, p. 177-212.

Claver Salas, I., 1945, Pirineo Alto-Aragonés : valle de Ordesa, Montes, 4, p. 169-178; 366-373.

Debarbieux, B., 2008, Construits identitaires et imaginaires de la territorialité : variations autour de la figure du montagnard, 
Annales de géographie, 660-661, p. 90-115.

Debarbieux, B. et G. Rudaz, 2010, Les faiseurs de montagne. Imaginaires politiques et territorialités : XVIIIe - XXIe siècle, CNRS Éditions, Paris, 373 p.

Degrémont, I., 2006, Au delà de la frontière : les premiers pyrénéistes français face à l’Espagne, G. Carrière-Prignitz, V. Duché-Gavet, Y. Landerouin (dir.), Les Pyrénées, une frontière ?, L’Harmattan, Paris, p. 201-212.

Degrémont, I., 1998, Patrimoine et zone littorale, un renouveau des enjeux touristiques dans les Pyrénées Atlantiques », Sud-Ouest Européen, 1, p. 33-46.

Estasen, L., 1922, Del Balaïtous a les Tres Sorores ( Mont Perdut ) (acabament), Butlleti del Centre Excursionista de Catalunya, 329, p. 149-168.

Fel, L., 2008, L’esthétique verte, Champ Vallon, Seyssel, 352 p.

Fernández, J. et R. Pradas Regel, 2000, Historia de los Parques Nacionales Españoles. Picos de Europa, Ordesa y Monte Perdido, Aigües Tortes i Estany de Sant Maurici, y Sierra Nevada, Tomo II, Organismo Autónomo de Parques Nacionales, Madrid, 381 p.

Guillaume, M., 1990, Invention et stratégies du patrimoine, H.P. Jeudy (dir.), Patrimoines en folie, Ministère de la Culture et de la Communication, Cahier 5, Édition de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, p. 12-20.

Hernández Pacheco, E., 1933, La Comisaría de Parques Nacionales y la protección de la naturaleza en España., Guías de los Sitios Naturales de Interés Nacional, Comisaría de Parques Nacionales, Madrid, 57 p.

Leniaud, J.-M., 1992, L’utopie française, essai sur le patrimoine, Editions Mengès, Paris, 180 p.

Lussault, M., Tours : images de la ville et politique urbaine, Maison des sciences de la ville, Tours, 415 p.

Martí Henneberg, J., 1986, La pasión por la montaña. Literatura, pedagogía y ciencia en el excursionismo del siglo XIX, Geocrítica, 66, p. 1-48.

Martí Henneberg J., 1990, Els alpinistes i la muntanya. La literatura de muntanya a Suïssa Romanya i a Cataluña en el segle XIX, Treballs de la Societat Catalana de Geografia, 24, p. 65-73.

Martínez de Pisón, E. et S. Álvaro, 2002, El sentimiento de la montaña. Doscientos años de soledad, Desnivel, Madrid, 386 p.

Martínez de Pisón, E., 2002, El Alto Pirineo, Biblioteca Aragonesa de Cultura, Zaragoza, 190 p.

Martínez de Pisón, E., 2004, 200 años de pirineísmo, E. Anía, M. García, A. Tornos, E. Viñuales (dir.), Parques Nacionales de Montaña, Ministerio de Medio Ambiente, Organismo Autónomo de Parques Nacionales, Madrid, p. 59-65.

Martínez de Pisón, E., 2004, El paisaje de montaña. La formación de un canon natural del paisajismo moderno, N. Ortega Cantero (dir.), Naturaleza y cultura del paisaje, Fundación Duques de Soria, Universidad Autónoma de Madrid, Colección de estudios, nº91, Madrid, p. 53-121.

Ministerio de Fomento, 1916, Ley creando en España los Parques Nacionales, Gaceta de Madrid, 343, 8 de diciembre de 1916, p. 575.

Ministerio de Fomento, 1918, Real decreto creando en España, o más del Parque Nacional de la Montaña de Covadonga o de Peña Santa, en los Picos de Europa asturiano leoneses, el Parque Nacional del Valle de Ordesa o del río Ava, en el Pirineo del Alto Aragón, Gaceta de Madrid, 230, 18 de agosto de 1918, p. 493-494.

Mollá Ruiz-Gómez, M., 2010, La Sierra de Guadarrama y los excursionistas alemanes, N. Ortega Cantero, J. García Álvarez et M. Mollá Ruiz-Gómez, (dir.), Lenguajes y visiones del paisaje y del territorio, Ediciones de la Universidad Autónoma de Madrid, Colección de estudios, nº 141, Madrid, p. 55-60.

Montaner, C., 2002, Los excursionistas y la cartografía de los Pirineos a partir de 1870, Actas del XIX Congreso Internacional de Historia de la cartografía, Ministerio de Defensa, Secretaría General Técnica, Madrid, p. 1-11.

Oetlli, A., 1914, Documentos. Pirineos Aragoneses. El Monte Perdido, Revista Peñalara, I. 7. Abril, pp. 73-76.

Oetlli, A., 1914, Documentos. Pirineos Aragoneses. El Monte Perdido, Revista Peñalara, I. 8. Mayo, pp. 89-95.

Poulot, D., Le patrimoine et les aventures de la modernité, D. Poulot (dir.), Patrimoine et modernité, L’Harmattan, coll. Chemins de la mémoire, Paris, p.7-67.

Puyo, J.-Y., 2006, Le regard porté par les géographes français sur l’Espagne : entre répulsion et fascination, G. Carrière-Prignitz, V. Duché-Gavet, Y. Landerouin (dir.), Les Pyrénées, une frontière ?, L’Harmattan, Paris, p. 185-199.

Saint-Saud (Comte de), 1879, Duas excursions à, través dels Pirineus de Catalunya y Aragó (conclusió), Butlletí de l'Associació d'Excursions Catalana, 9, p. 134-141.

Saule-Sorbé, H., 2005, Prólogo, Schrader F., Pirineos. 1874-1919, Organismo Autónomo de Parques Nacionales, coll. Naturaleza y Parques Nacionales. Serie Histórica), Madrid, p. XV-XXXVI.

Saule-Sorbé, H., 2007, El Parque Nacional de los Pirineos y el Arte, E. Martínez de Pisón Stampa, N. Ortega Cantero (coord..), La conservación del paisaje en los parques nacionales, Universidad Autónoma de Madrid, Fundación Duques de Soria, Madrid, p. 125-176.

Schrader, F., 1878, État de la Géographie dans les Pyrénées, Annuaire du Club Alpin Français, p. 37-46.

Schrader, F., 1879, Carnet de terrain. Fache, Panticosa, Tendeñera, Niscle, Bielsa, Laspuña, Fanlo, Gavarnie, Laboratoire SET UMR 5603 CNRS-UPPA – Archives Schrader.

Schrader, F., 1879, Les clubs alpins, Communication adressée à la Société dans sa séance du 7 mars 1879, p. 55-60.

Victory, A., 1929, L’Espagne au Congrès de Pau. Mémoire de la Société Peñalara au Congrès de Pyrénéisme de Pau. Décembre 1920, Commissariat Royal de Tourisme et Culture Artistique, Madrid, 12 p.

Viñuales Cobos, E., 2008, Ordesa, el espíritu pionero permanece dos siglos después, Heraldo de Aragón. Frontera Azul. Suplemento de medio Ambiente, 205, p. 2-3.

www.cec.cat, Consulté en août 2011

www.enciclopedia-aragonesa.com, Consulté en décembre 2012.

www.penalara.org, Consulté en août 2011.

http://www.ramond-societe.com, Consulté en décembre 2012.

Haut de page

Notes

1 Le terme « Haut-Aragon » est fréquemment utilisé depuis plus d’un siècle par la population et les institutions de la province espagnole de Huesca pour désigner ce territoire administratif situé dans le nord de la région d’Aragon. La population non aragonaise identifie pourtant le Haut-Aragon avec le secteur topographiquement le plus élevé de cette province de Huesca –  en comparant avec le toponyme « Bas-Aragon » qui désigne un sous-secteur des basses terres aragonaises dans la province de Teruel – [en ligne] URL : www.enciclopedia-aragonesa.com [Consulté en décembre 2012].

2 Cette influence se manifeste tant au cœur de la chaîne pyrénéenne qu’au niveau des vigoureux massifs des Picos de Europa, sur le littoral atlantique du Nord de l’Espagne, où les pyrénéistes français identifient les « Pyrénées Cantabriques ».

3 D’après Henri Beraldi, « l’idéal du pyrénéiste est de savoir à la fois ascensionner, écrire, et sentir. S’il écrit sans monter, il ne peut rien. S’il monte sans écrire, il ne laisse rien. Si, montant, il relate sec, il ne laisse rien qu’un document, qui peut-être il est vrai de haut intérêt. Si –chose rare- il monte, écrit et sent, si en un mot il est le peintre d’une nature spéciale, le peintre de la montagne, il laisse un vrai livre, admirable » (Beraldi, 1898-1904). Nous comprenons donc le « pyrénéisme » comme une modalité de la pratique montagnarde spécifique à la chaîne pyrénéenne, composée d’attitudes sportives, intellectuelles et artistiques, associant à parts égales connaissance et sentiment de la montagne.

4 « Ces sites ou endroits exceptionnellement pittoresques, forestiers ou agrestes du territoire national » sont alors protégés par la loi du Ministerio de Fomento du 7 décembre 1916 afin de « faire respecter la beauté naturelle de leurs paysages, la richesse de leur faune et de leur flore, et les particularités géologiques et hydrologiques qu’ils enferment, en évitant toute action de destruction, détérioration ou altération par l’homme » (Ministerio de Fomento, 1916).

5 La Société Ramond a été créée par Emilien Frossard, Charles Packe et Henri Russell en 1865 avec l’objectif d’étudier les Pyrénées et de diffuser les connaissances scientifiques qui en découlent. Les fondateurs ont établi le nom de la société en l’honneur du naturaliste, botaniste, géologue et physicien Louis Ferdinand Ramond de Carbonnières (1755-1827), dont l’ascension au mont Perdu en 1802 est considérée comme le moment clé pour la naissance du Pyrénéisme. [en ligne] URL : www.ramond-societe.com [Consulté en décembre 2012].

6 Le Butlletí de l’Associació d’Excursions Catalana est publié entre 1878 et 1890 avec une périodicité mensuelle. Ensuite, le Butlletí du Centre Excursionista de Catalunya recueille les publications des excursionnistes catalans jusqu’en 1938 (périodicité mensuelle, mais temporairement irrégulière). Il est alors remplacé par le Butlletí excursionista de Catalunya. Quant à la Revista Peñalara, elle est publiée depuis 1913 avec une périodicité trimestrielle.

7 Il convient de ne pas négliger le fait que nombre des premières études notamment botaniques, zoologiques, géologiques et topographiques, travaillent déjà, à la fin du XVIIIe siècle, à l’inscription de ces montagnes dans le champ du savoir scientifique. La campagne géodésique des ingénieurs cartographes Reinhard Junkers et Vicente de Heredia en constitue un exemple précoce. À la même époque sont connus les travaux de calcul d’altitudes des sommets pyrénéens effectués par Vidal et Reboul.

8 Aymar d’Arlot (1853-1951), Comte de Saint-Saud, est à l’époque le secrétaire général de la section Sud-Ouest du Club alpin français.

9 « C’est à vous, Messieurs, maintenant que les chemins sont signalés, de partir explorer ces merveilleuses comarques des Pyrénées d’Aragon et Catalogne, presque aussi inconnues que l’Afrique ! Ainsi, pourrez-vous garder de vos excursions, comme je le fait des miennes, souvenirs éternels, comme seulement peuvent apporter les âpres saveurs de la montagne » (Saint-Saud, 1879, p. 140-141).

10 « De l’autre côté, c’est l’Espagne; nous avons là-bas le mont Perdu […]; nous passons le col et descendons une heure environ jusqu’à arriver au lac du mont Perdu, encore glacé; nous le contournons en grimpant les rochers déformés qui y forment une muraille et à cinq heures nous serrons les mains des amis Schrader et Lourde-Rocheblave, et nous nous réunissons tous au point désigné afin de passer la nuit » (Arabia i Solanas, 1881).

11 « […] certains d’entre nous montent au Cylindre, majestueux rocher qui domine les hauteurs à droite, très intéressant pour les géologues; la plupart nous dirigeons au mont Perdu. Les pas sont difficiles… ; notamment un point glissant sur l’abîme aurait entraîné une contrainte sans la sérénité et l’aide des guides » (Arabia i Solanas, 1881).

12 « La journée du 7 août, nous avons quitté avec émotion M. Ramón et sa famille; à une heure quarante, et nous sommes descendus par le sentier de la Faja, en passant par la borda d’Andescastieto (1180 mètres), sur la rive droite du fleuve Ordesa, jusqu'au pont des Navarros (arrivée à deux heures quarante, 1060 mètres d’altitude) ainsi nommé pour avoir été construit par des navarrais. Celui-ci passe le fleuve Aza entre deux parois en roche assez hautes et coupées à pic. Au fond courent les eaux cristallines et tourbillonnées. Nous prenons le chemin qui est rocailleux en amont, sur la rive gauche du fleuve, puis traversons un pont et passons près de l’Ermita de Santa Elena à trois heures vingt, pour arriver à Bujaruelo à trois heures quarante-cinq de l’après-midi. La gorge est très étroite et pittoresque depuis le pont des Navarros jusqu’à proximité de l’Ermita de Santa Elena » (Oetlli, 1914b).

13 « Quelle vue grandiose, cher lecteur! Des pics et des sommets s’élevant au ciel, on en peut compter des centaines ! Combien de glaciers, et combien de vallées et de fleuves !

Le sommet du mont Perdu est composé d’une coupole dont le versant sud était complètement dégagé de neige, tandis que la partie qui fait face à la France en était couverte, et la limite entre ces deux zones passait précisément par la même crête du sommet.

À nos pieds, vers le Nord, nous avions un petit lac, celui dit du mont Perdu, dans les eaux de couleur bleu foncé duquel, flottaient quelques blocs de glace; au-delà, lointain, le pic du Midi de Bigorre, et à gauche, en premier plan, le Cylindre » (Oetlli, 1914a).

14 En exposant les orientations qui guident l’action de l’État sur le secteur d’Ordesa, le professeur Eduardo Hernández Pacheco (1872-1965) observe « une telle diversité dans les aspects variés de ses beautés naturelles qui font de cet endroit l’un des plus beaux et intéressants de la Terre » (Hernández Pacheco, 1933).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Aquarelle du cirque de Barrosa et dessin de la Place de Bielsa réalisés par Franz Schrader lors des travaux de terrain correspondant à la campagne d’été 1877
Crédits Source : Franz Schrader, Carnet de terrain 1877.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2. Le regard des excursionnistes catalans sur le mont Perdu et le Cylindre depuis Tuquerouye rappelle l’expérience de Ramond de Carbonnières à l’origine du pyrénéisme.
Crédits Crédit : Cl. E. Ribera (Source : Estasen, 1922).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 3. Photographie de l’auberge construite par la Société Peñalara dans la vallée d’Ordesa
Crédits Source : Revue Peñalara, Tome VIII, 1919.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4. Photographie de la Place de Bielsa
Crédits Source : Revue Peñalara. Tome VIII, 1919
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 5 : Carte de localisation. L’expérience des lieux par les clubs de montagne français et espagnols à travers trois exemples d’explorations : Franz Schrader, Carnet de terrain, 1879; Arabia, 1881; Oetlli, 1914.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13751/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Sevilla, « Le rôle du Centre excursionniste de Catalogne et de la Société Peñalara dans la patrimonialisation des Pyrénées Aragonaises (fin XIXe – début XXe siècle) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16 | juin 2013, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13751

Haut de page

Auteur

Juan Sevilla

Enseignant associé. Université de León, Calle Foncalada 8 – 7º 33 002 Oviedo, Espagne, Courriel : juansevi@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search