Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2013Ressources naturelles et peupleme...

2013

Ressources naturelles et peuplement: enjeux et défis

Jean-Pierre Husson

Texte intégral

1L’inventaire, l’exploitation, le partage, voire l’épuisement de la ressource dominent les relations internationales, sont intiment associés aux questions démographiques et s’apprécient aussi à l’aune du niveau technique atteint (au Moyen Âge, il fallait brûler 2,4 tonnes de bois pour obtenir un kilogramme de verre). Ces questions posent et entrecroisent des problématiques spatiales, géostratégiques, économiques et environnementales abondamment discutées (protocole de Kyoto). Elles associent les potentiels offerts par les espaces naturels avec les savoir-faire des hommes. Ce thème se décline, télescope et relie l’échelle locale au global; ce qui en fait un objet complexe, mouvant, délicat à maitriser. Il souligne à la fois les prouesses des ingénieurs et les interrogations, tensions, convoitises, voire les guerres qui naissent avec ces leviers de puissance et de profit. Gérer la ressource invite à anticiper, par exemple formuler des transitions énergétiques. Entre égoïsmes des nations et des blocs, spectre du surpeuplement, application de modèles vertueux définis par une valorisation économe, la ressource apparait contingente, renouvelable ou fossile. Elle est soumise aux révolutions techniques qui se bousculent sans annuler complètement les effets des précédentes. Le livre est divisé en trois parties et propose dix-sept chapitres illustrés d’encadrés, accompagnés d’abondantes illustrations cartographiques, de statistiques brutes ou élaborées, actualisées pour se prêter à la nuance et aux comparaisons; ce qui a nécessité un gros travail de collecte, de recoupement, d’effort de synthèse et l’exposé de souci didactique.

2Traiter de la ressource montre au final une planète qui n’est plus du tout atlantico-centrée, mais fortement tiraillée par les défis posés : la maîtrise de l’eau, l’exploitation des bois, du pétrole, des potentiels halieutiques, etc. L’ensemble de ces richesses est mal réparti; 15 % de la population consommant plus de la moitié de l’énergie commerciale. De plus en plus, le bloc qui gravite autour de la Chine et de l’Inde s’impose au cœur des enjeux associés aux localisations des ressources et des échanges qui s’effectuent, se modifient et restructurent. Par exemple, la Chine est devenue le premier producteur de fer et d’acier. Les déterminismes nés des rentes de localisation reculent avec la globalisation et sa déclinaison en réseaux de flux visibles et invisibles. Cette suite d’accélérations techniques (le gazoduc Northstream construit sur le fond de la Baltique pour relier la Russie à l’Europe- p. 159- ou le projet Desertec – p. 195) et logistiques oublie de très vastes zones grises mises presque hors-circuit ou dominées, voire pillées. Souvent appelées les Suds, ces immensités sont menacées par une décapitalisation croissante, parfois intense, irréversible de leurs richesses. Cette situation est souvent aggravée par les effets conjoints du surpeuplement et des carences de démocratie, principal levier pour établir et faire évoluer un projet d’intérêt général. Selon les lieux, les enjeux et attentes sont de niveau très différent. Nourrir les hommes, éloigner le spectre de la sous-nutrition demeure fréquemment la priorité pour les pays pauvres, endettés, inquiets. À l’autre bout du classement, les nations riches sont, afin de répondre à l’essor des nouvelles technologies, de plus en plus en quête de métaux rares ou d’uranium. Pour illustrer ce hiatus, rappelons que le fellah maghrébin se heurte à l’épuisement de nappes peu profondes, ce qui étiole ses champs, alors que l’eau circule sur d’immenses distances pour améliorer le bien-être d’oasis comme Phoenix ou Las Vegas. Cet exemple montre les écarts de perception d’une même question pourtant partagée à l’échelle planétaire.

3Après avoir brossé un portrait global de la ressource et des inégalités, tensions et conflits occasionnés, M. Deshaies et G. Baudelle traitent des enjeux portés par la présence ou la maîtrise des richesses; avec les craintes de pénuries, les spéculations organisées, les calculs et Cassandre récurrents, en particulier la publication des travaux du Club de Rome (1972). Ressources, réserves attestées ou encore supposées exploitables dépendent d’équations variées : les conditions géologiques (exploitation à ciel ouvert de veines épaisses et subhorizontales), géographiques, techniques (facilités d’extraction), les paramètres économiques (coût de la mobilisation et du transport), enfin la montée en puissance des questions environnementales dans les opinions publiques et encore le respect du principe de précaution. Ces dosages demandent des négociations. Ils peuvent conduire à des blocages, des « psychosystèmes » (gaz de schistes) auxquels le continent Antarctique, actuellement entré dans un scénario de sanctuarisation, échappe pour l’instant. La ressource amène à envisager des alternatives énergétiques et à organiser la sécurité d’approvisionnement faute d’indépendance de la très grande majorité des nations. En fonction de la conjoncture, nous sommes situés entre l’optimisme d’une corne d’abondance adaptative (p. 121), la question controversée des « peack », le maintien des prix arbitrant l’offre et la demande, la gestion de la pénurie (or, métaux et terres rares). Si les gisements métallifères résultent en premier de la dynamique interne du globe, les matières énergétiques sont le résultat de processus de dynamique externe. Les charbons déposés au pied des massifs hercyniens firent l’avance et la fortune de l’Europe et de l’Est américain. On en trouve un peu partout, ce qui explique l’essor possible des grands pays neufs ou émergents. Les ressources sont des leviers de pouvoir qui dépassent le régalien longtemps attaché à en surveiller la maîtrise. Leurs détenteurs disposent de leurs propres logiques, entre autres au sein de l’ellipse pétrolière (p. 149) à la fois si centrale et si troublée. Ce contexte met en avant les questions de sécurité énergétique, par exemple la dépendance de l’Europe par rapport à la proche Russie. La place du nucléaire et des énergies renouvelables découle de ces inquiétudes et des controverses qui sont associées, chacun cherchant à se créer des assurances (AREVA au Niger, p. 167), reconstruisant des formes d’impérialisme ou de néocolonialisme. Dans des équations très variées, les pays s’interrogent sur la pertinence d’une alternative énergétique renouvelable. Ce fut par exemple le cas avec Al Gore, en 2008. Le livre expose ces alternatives : la grande et la petite hydraulique (1,5 million de personnes auraient été déplacées pour établir le barrage des Trois Gorges), l’éolien où s’illustre l’Espagne, les biocarburants et leurs éventuels effets pervers sur les cours des céréales (2008). À ce sujet, rien n’est simple ni universel, avec en toile de fond quantité de conflits d’usages, voire des disettes, des déséquilibres croissants en faveur de la SAU au détriment des forêts. Ressource, développement économique et empreinte écologique (mesure des volumes extraits, des eaux utilisées et des rejets produits) sont indissociables. Ils évoluent selon une courbe en cloche dite de Kuznets. Son sommet localise la période critique où un état élabore sa révolution industrielle, avec l’actuelle indexation de la libération ou de la séquestration du CO2. À cette mesure s’ajoute le concept de sac à dos écologique (p. 205), autrement dit le calcul du volume de matière première et d’énergie qu’il a fallu mobiliser pour produire et faire arriver jusqu’au consommateur une marchandise. La mondialisation des échanges accroît fortement la place accordée à ce calcul établi à une échelle mondiale faite à la fois de solidarités (risques du « Global change ») et de distorsions criantes et croissantes, tant au niveau des blocs que des régions. La prudence partagée invite à impérativement accroître l’efficacité énergétique afin de préserver l’avenir pour les générations à suivre.

4La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à rapprocher peuplement et ressource. Celle-ci a été le moteur de l’histoire, des conquêtes et aventures coloniales, des ruées, des fronts pionniers, du phénomène de frontière si bien incarné dans la mise en valeur de l’Ouest nord-américain, une frontière à la fois horizontale et verticale (p. 253) qui fait figure de modèle inadapté dans la mesure où il invite à la fuite en avant et non à la réflexion sur la création d’un système durable et économe. Le couple hommes/ressources peut porter des crises, engendrer des phénomènes de surpeuplement précipités par une sécheresse, une invasion de criquets, une guérilla, etc. Bref la ressource cohabite mal avec la transition démographique (entre 1960 et aujourd’hui, le Niger est passé de 1,7 million d’habitants à 16 millions) et les systèmes totalitaires. Les auteurs évoquent, comparent et portent une analyse critique des thèses opposées de Malthus et de E. Boserup (p. 268) à propos du couple densité/richesses mobilisées. A priori opposées, ces deux approches, l’une pessimiste, l’autre optimiste, se retrouvent par exemple dans l’actuelle évolution de l’Éthiopie. Ce pays a réalisé des prodiges d’intensification agraire, mais demeure gravement menacé par l’insécurité alimentaire.

5Servi par une abondante bibliographie trilingue (français, allemand, anglais), ce livre montre l’intérêt porté par les géographes aux questions qui relient l’histoire, les perpétuelles adaptations dans nos façons de produire des richesses, enfin les actuelles disparités et les prospectives d’une planète qui, sans utopie, doit apprendre à partager et réfléchir ensemble pour faire évoluer les équilibres entre les produits renouvelables et les ressources fossiles. Le livre sert de cadre, de tribune de débat sur ces questions imbriquées, intriquées et déclinées à toutes les échelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « Ressources naturelles et peuplement: enjeux et défis », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 11 septembre 2013, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13789 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13789

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Centre de recherches en géographie, Université de Lorraine, France, Courriel : jean-pierre.husson@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search