Navigation – Plan du site
État des lieux sur la gestion et la gouvernance environnementales dans la région des Grands Lacs africains

Processus d’évaluation des incidences de la gouvernance des ressources naturelles par la méthode « matrice d’influence » au Burundi et Sud Kivu.

Serge Ngendakumana, P. Van Damme, Sylvain Mapatano, Deogratias Niyonkuru, Pascal Sanginga et Mwapu Isumbisho

Résumés

Le développement résulte des changements de comportement des gens. La recherche constitue son levier catalyseur. Toutefois, la conceptualisation et la méthodologie d’action restent des défis au cours du processus de transformation de la vie des paysages et des paysans cibles. La question pourrait être donc: quelle est la meilleure approche pour évaluer les projets et les programmes de recherche en Afrique qui permettra de tirer les meilleures leçons apprises des processus interactifs de gouvernance déclenchés au sein des organisations porteuses d’initiatives? La présente étude utilise les outils de la cartographie des incidences « outcome mapping » pour développer les principes d’évaluation des processus de gouvernance multi-acteurs locale sur la base de discussions en focus group, d’interactions avec les experts ainsi que des observations effectuées de mai à juillet 2012 sur les hautes terres du Burundi et du Sud-Kivu en RD-Congo. La démarche a été réalisée dans six sites couvrant deux pays. Il ressort qu’elle permet de cerner les incidences sur la base de variables socio-environnementales ciblées et d’articulations contraignantes perceptibles au cours des initiatives de gouvernance collective des ressources naturelles. Cette démarche pourrait être applicable dans des contextes similaires de gouvernance des ressources naturelles (GRN) dans les tropiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le développement résulte des changements de comportement des gens et la recherche en constitue le levier catalyseur (Tomich et al., 2005; World Bank, 2008; IPCC, 2007). Dans plusieurs pays, diverses initiatives de recherche-développement sont mises en œuvre, mais la question est toujours demeurée quant à savoir comment mieux promouvoir l’atteinte des incidences escomptées dans les zones post conflit d’Afrique. Ainsi, l’exécution des activités proposées, le processus d’apprentissage envisagé et l’atteinte des indicateurs du changement social et environnemental préoccupent non seulement les agences internationales pourvoyeuses de fonds, mais aussi les porteurs des projets dans les pays en voie de développement. Que ce soit pour les uns ou pour les autres, la conceptualisation et la méthodologie d’action restent des défis majeurs qui devraient mener aux résultats et par la suite aux impacts sur la vie des paysages et des paysans cibles. L’interpellation de l’heure pourrait être donc: quelle est la meilleure approche pour évaluer des projets et des programmes de recherche pour le développement en Afrique tout en s’assurant de les aider à valoriser les pas franchis en terme de résultats? De plus, comment tire-t-on en même temps les meilleurs leçons apprises des processus interactifs de gouvernance déclenchés au sein des organisations porteuses des initiatives et au-delà et nommément l’incidence provoquée à partir des facteurs et des acteurs qui sont dans la sphère d’influence de l’équipe de mise en œuvre?

2Par ailleurs, les projets et programmes trouvent de plus en plus le besoin d’introduire les mécanismes internes ou externes de mesure ou de suivi d’actions entreprises avec les partenaires à la base. Le défi se fait particulièrement sentir quand il s’agit de générer des résultats à court ou à moyen terme comme l’exige la « loi actuelle de l’aide » dans le contexte de la pauvreté récurrente en Afrique subsaharienne.

3Un des grands défis en matière d’évaluation est de mesurer les résultats qu’une recherche sur la gouvernance apporte sur le plan du développement et établir une relation de cause à effet dans un système ouvert tout en encourageant l’apprentissage itératif. Ce défi s’intensifie dans le contexte de la gouvernance des ressources naturelles qui se caractérise par un changement continu, complexe, non linéaire, multidirectionnel et non contrôlable. Un projet de gouvernance des ressources naturelles peut influencer l’apparition d’un changement chez les partenaires et parties prenantes, mais ne peut contrôler ce changement. Alors que l’évaluation classique a tendance à mesurer le succès à partir des modèles et des cadres logiques linéaires établis à l’avance, une évaluation des processus de gouvernance devrait s’axer sur l’évaluation de la dynamique du système et permet d’apprendre (Patton, 2006). La cartographie des incidences (« outcome mapping ») permet d’aborder ce défi et propose d’être une méthodologie qui mesure des changements de comportement en tant qu’incidences (Earl et al., 2001)

4De 2009 à 2012, deux organisations de développement du Burundi et de la République Démocratique du Congo ont initié et implémenté un projet de recherche-action sur « la bonne gouvernance des ressources naturelles collectives dans les sociétés post conflits des régions des Grands Lacs en Afrique », PGRN en sigle.

5Ce projet piloté dans 6 sites au Burundi et en RDC par des équipes multidisciplinaires et multi institutionnelles avait pour objectif de développer des mécanismes participatifs de bonne gouvernance des ressources naturelles collectives dans une perspective d’accroissement durable de la productivité agricole et la réhabilitation des ressources dégradées dans les sociétés d’où émergent les conflits. Les objectifs spécifiques étaient de (i) faciliter l’émergence et le fonctionnement durable des comités locaux de gestion de l’environnent pour servir de cadres de concertation et de développement de codes de conduite pour la gestion responsable des ressources naturelles collectives; (ii) développer des schémas participatifs communautaires et des politiques provinciales plus inclusives et équitables de gestion des ressources naturelles collectives; (iii) promouvoir l’adoption à grande échelle des innovations technologiques des systèmes de production intégrés pour la réhabilitation des collines dégradées et les boisements collectifs dans les zones de retour des déplacés et des immigrés; (iv) identifier et promouvoir des opportunités économiques qui peuvent être exploitées pour inciter les paysans et les femmes en particulier à participer à la bonne gouvernance des ressources naturelles; (v) analyser les conditions pour que les femmes et les plus pauvres participent de manière plus responsable et équitable au processus décisionnel de la gouvernance de l’environnement; (vi) renforcer les capacités techniques et organisationnelles des différents acteurs impliqués afin de participer efficacement à la mise en place des structures et des institutions de bonne gouvernance de l’environnement.

6À la fin de la première phase du projet, il devenait donc impératif de mettre en place des voies et des moyens pour rester constamment au courant de ce qui a été réalisé versus ce qui est prévu. C’est dans cette perspective dynamique de la mise en œuvre du projet qu’une investigation participative rapide a été menée sur les six sites du projet (Figures 1 et 2) par une équipe restreinte de chercheurs comprenant un socio-agro-environnementaliste, un socioéconomiste, des agronomes et un juriste. Cette multidisciplinarité a permis de cerner la dimension systémique et le caractère complexe que les spécialistes reconnaissent à la gouvernance des ressources naturelles dans un contexte post-conflit et de pauvreté dans les communautés locales (Colfer, 2005).

7Cet article développe les principes d’évaluation des processus de gouvernance locale multi-acteurs et rapporte les résultats de cette investigation conduite de mai à juillet 2012 en parallèle au processus d’évaluation externe de la même initiative pilotée depuis 2009 par un consortium des organisations non gouvernementales, étatiques et paraétatiques dans les hautes terres du Burundi et du Sud-Kivu en République démocratique du Congo.

Figure 1. Localisation des sites du projet PGRN au Burundi

Figure 1. Localisation des sites du projet PGRN au Burundi

Figure 2. Localisation des sites du projet PGRN dans le Sud-Kivu (RD Congo)

Figure 2. Localisation des sites du projet PGRN dans le Sud-Kivu (RD Congo)

Légende: Sites GRN du projet pour la RD. Congo (Source: Rapport Baseline-DIOBASS, 2009)

Approche méthodologique

8Cette section décrit d’une manière détaillée les étapes de l’approche développée pour conduire cette recherche dans les 6 sites comme le montrent les cartes des figures 1 et 2. Il s’agit des sites de Bugobe, Ikoma, Kamanyola et Nyangezi dans la province du Sud Kivu et la Commune Rutegama dans la province de Muramvya et la Commune Kabarore dans la province du Kayanza au Burundi.

9Dans la démarche méthodologique, nous avons procédé à une revue de la littérature relative aux approches du développement rural et de la conservation par l’analyse du contenu. En gros, les chercheurs ont travaillé en étroite interaction avec les équipes de DIOBASS et ADISCO ainsi que celles des institutions partenaires selon un guide d’entretien approprié. Nous avons ensuite utilisé comme outils de collecte d’informations les questionnaires et les grilles ainsi que les fiches adaptées selon l’information recherchée. La grille d’analyse des parties prenantes et la matrice d’influence ont été aussi mises à contribution pour compléter les données qualitatives.

10La présente investigation a été menée de manière à ce qu’elle soit la plus participative possible. Elle a impliqué toutes les parties prenantes dudit projet de « promotion des approches participatives multi institutionnelles pour la bonne gouvernance des ressources naturelles collectives dans les sociétés post conflits des régions des Grands Lacs en Afrique » ainsi que le staff de DIOBASS au Sud Kivu et d’ADISCO au Burundi. Les outils de la cartographie des incidences « outcome mapping » (Earl et al., 2001) ont été utilisés à chaque étape de l’exercice d’évaluation dans les 6 sites. Les indicateurs désignés du changement social graduel ainsi que le système de stratégie et actions segmentées (Tableau 1) ont éclairé les étapes de cette évaluation pendant que les pratiques organisationnelles et les types d’activités développées ont été décryptés pour justifier les niveaux d’atteintes des résultats objectivement observés au cours de la mission de terrain complétée par la lecture des rapports périodiques.

Tableau 1. Étapes de mise en œuvre du PGRN et indicateurs socio-environnementaux

Indicateurs /

Étapes de mise en œuvre du projet

GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE

BIEN ETRE SOCIAL

Score total/45

Rang

Feux de brousse

Nbre d’arbres dans le paysage

Participation des acteurs

responsabilité des organisations limitrophes

Revenus des ménages

Education

Suffisance alimentaire

Filières agronomiques

Epargne

Diagnostic participatif

Appui à l’émergence des CGRN

Actions collectives pour la reforestation

Conventions collectives pour la GRN

Introduction des semences améliorées

Promotion des pépinières autogérées

Recherche action sur l’agroforesterie

Renforcement des capacités

Score total / 40

Rang

Étapes itératives de la méthodologie

Introduction à la méthodologie

11L’approche méthodologique utilisée est une approche hautement participative. Elle consiste à travailler autant que possible avec toutes les parties prenantes du projet depuis les responsables d’ADISCO et de DIOBASS jusqu’au niveau communautaire en passant par tous les responsables de mise en œuvre, les responsables administratifs à la base et ceux du domaine de l’agriculture et de l’élevage (agronomes communaux et moniteurs agricoles). Cette approche offre l’avantage d’obtenir la saturation de l’information recherchée qui est alors équilibrée. Elle permet également de comprendre les circonstances de mise en œuvre du projet, un préalable à une meilleure appréciation des résultats atteints. La recherche-action étant telle que les participants (ici les communautés) sont eux-mêmes des acteurs du changement proposé, ces derniers ont été également placés au centre de l’investigation pour l’appréciation des améliorations apportées par les interventions du projet en même temps qu’ils sont mis à contribution pour juger de la pertinence du projet, ses forces, ses faibles ainsi que leur perception sur les contraintes et limites observées. Ces mêmes communautés ont été capables de suggérer des idées qui seront à la base de la formulation d’activités de recherche action à envisager dans l’optique d’une poursuite éventuelle du projet vers la consolidation des acquis.

12L’accent a été particulièrement mis sur les questions de sécurité alimentaire en combinaison avec le développement du leadership communautaire motivé et responsable.

13Les principales étapes proposées pour la réalisation de l’évaluation sont les suivantes:

Revue documentaire

14Durant cette première étape, il a été question de dépouiller la documentation en rapport avec la conception et la mise en œuvre du projet. Cela comprend: le dossier complet du projet, les rapports d’activités, les différents produits de la recherche-action, les publications en cours sur les activités du projet, la littérature disponible en ligne sur la problématique des approches participatives dans la bonne gouvernance des ressources naturelles, la gestion des projets d’urgence en période post-conflits, les approches d’évaluations de projets utilisées dans la sous-région et dans le monde, etc. Cette étape de documentation est aussi itérative que la méthode car les documents ont été dépouillés avant, pendant et même après les descentes d’imprégnation des réalisations dans les sites.

Échantillonnage, conception des outils et collecte des données

15Au tout début de cette recherche quasi qualitative, l’équipe s’est mise d’accord sur la technique d’échantillon à utiliser (échantillon non aléatoire raisonné et intégral). Il s’est trouvé cohérent après discussion avec les équipes de terrain de considérer les membres du CGRN ainsi que les bénéficiaires volontairement disponibles sans emphase sur sa taille et sa répartition au Burundi et au Sud-Kivu. Les chercheurs ont ensuite conçu les outils de collecte de données sur le terrain (grille d’entretien avec une courte check-list des questions aux acteurs sans catégorisation selon les parties prenantes à rencontrer).

16Un outil appelé « matrice d’influence » a été développé pour l’adapter au contexte de cette investigation. Il s’agit d’un tableau à double entrée qui, en lignes, segmente le projet en ses étapes principales et alignent en colonnes les domaines clés des incidences anticipées du projet ici considérés comme les variables bio-environnementales et les variables socio-économiques (Ngendakumana et al, 2011).

17C’est un tableau à remplir en utilisant le focus group (par un questionnement de type: Comment estimez-vous l’influence de l’étape x sur la composante en colonne (ex. les feux de brousse)? Une table a été complétée dans chacun des 6 villages selon la même méthodologie.

18La case est complétée selon une échelle de valeurs allant de 5 à 1 (5=Très grande influence; 4=Grande influence; 3= Influence moyenne; 2= Faible influence; 1= Très faible influence). Normalement, ce tableau était visualisé avant le début des entretiens de groupes cibles pour faciliter le recueil des réponses, sur un grand papier-conférence (colonnes et lignes sont recopiées sur ce grand papier). Lors de la séance plénière de discussion, le tableau était rempli au fur et à mesure qu’on avait les réponses des parties prenantes. Un chercheur posait les questions au groupe de répondants pour trouver un consensus sur le score. Tout au long de la séance, un membre de l’équipe de recherche recueillait les scores/réponses dans les cases correspondantes. Il fallait choisir des hommes et des femmes leaders capables d’établir des liens de cause à effet.

19On additionne ensuite le score dans les cases et le total est noté dans la colonne « score total ». Chaque ligne totalise un nombre ainsi que chaque colonne. On procède à la classification selon le total des scores ou points obtenus en notant le 1er, 2e, 3e, etc. dans la colonne « rang ».

20Dans les 6 sites de recherche, nous nous sommes entretenus avec environ 115 personnes dont 70 femmes, un parlementaire et un maire d’une commune rurale comme leader d’opinion ainsi que 8 chercheurs et cadres des institutions œuvrant dans le secteur des ressources naturelles dans les deux pays.

Visite de terrain et séances de discussion collectives

21Il s’agissait de se rendre sur le terrain dans les 6 sites cibles du projet (Kamanyola, Nyangezi, Ikoma et Bugobe en province du Sud Kivu ainsi que Rutegama et Kabarore au Burundi), pour voir les réalisations faites dans le cadre du projet. À cette occasion, l’équipe d’investigateurs a visité les réalisations de la recherche-action, s’est entretenue avec les responsables de mise en œuvre des différentes actions de terrain, les responsables administratifs et d’Agriculture et élevage (agronomes communaux et moniteurs agricoles). En plus de ces entretiens ciblés, un atelier et des groupes de discussions (focus groups) ont été organisés dans chaque commune. Les séances de discussions en focus groupes ont permis de collecter l’information qualitative en rapport avec la perception des bénéficiaires potentiels quant aux différentes activités (forces, faiblesses, leçons à tirer, opportunités à saisir, recommandations, etc.). Ensuite, tous les participants ont complété la matrice d’influence aidée d’un cadre du projet (formé préalablement sur cet outil). Les consultants y ont aussi assisté (avec quelques interventions pour guider les débats quand c’était nécessaire). C’était l’occasion pour toutes les parties prenantes de réfléchir sur les liens entre les maillons du projet, le discours de la gouvernance des ressources naturelles et les changements de comportement ainsi que les pratiques observables dans les paysages cogérés sous le PGRN. À la fin de la visite de terrain, les principales informations obtenues des focus groups ont été restituées auprès des responsables de la mise en œuvre du projet pour les besoins de triangulation. Ce dispositif méthodologique s’est avéré très efficace et fructueux aux yeux des chercheurs et du personnel de deux organisations responsables du projet car il permettait de tirer des conclusions effectives basées sur les perceptions des acteurs locaux.

Quelques limites du travail

22Malgré l’expertise et la multidisciplinarité de l’équipe de recherche combinées à la maitrise du terrain des cadres porteurs du projet, il semble subsister quelques limites de notre travail que modestement nous jugeons important de mentionner. Dans un premier temps, nous n’avons pas fait l’analyse approfondie du contexte d’action du projet étudié car nous estimons que ceci rendrait plus dense le rapport de recherche qui lui se veut être synthétique. Il y a aussi que le temps imparti à l’investigation ne nous a pas permis de visiter en détail toutes les réalisations telles que le montrent les nombreux rapports. Il en est de même pour les rencontres prévues pour discuter avec les partenaires limitrophes et les autres intervenants des domaines similaires. Finalement, notre démarche visait les processus et cherchait donc a être plus qualitative que quantitative. Vu la rareté des chiffres (car le projet avait pris l’option du pilotage par incidences) et la brièveté de nos observations sur le terrain autour d’un échantillon de cette taille, il nous a fallu circonscrire la portée de nos conclusions dans les sites visités quand bien même elles pourraient éclairer l’opinion et guider les initiatives de GRN qui sont en cours dans la sous-région.

Résultats et Discussions

23Basé sur les discussions avec les parties prenantes, le PGRN en tant qu’initiative pilote de gouvernance locale des ressources naturelles a été exécuté selon toute évidence dans un esprit de relance des systèmes nationaux de recherche qui semblait être au ralenti suite aux méfaits des conflits qui eux ont été exacerbés par une instabilité et une capacité de loin moins compétitive des équipes scientifiques au niveau international. Par contre, malgré une diversité d’approches quelque peu contradictoire entre l’aide et l’autopromotion, le monde des organisations d’appui et des ONG est resté à la lanterne de la volonté de changer les pratiques et les habitudes des communautés pour une gestion durable des ressources vers un monde plus juste et plus digne via des mécanismes novateurs, mais malheureusement décousus de toute robustesse scientifique. Malgré cet état de choses, le PGRN a constitué une tentative plutôt rare pour réinventer des plateformes fonctionnelles et des cadres d’apprentissage multipartenaires et multidisciplinaires dans le domaine de la gouvernance et de la gestion des RN dans la sous-région. Nous présentons ci-après quelques résultats clés de cette investigation de type exploratoire et qualitative.

De l’efficacité aux incidences: quelques facteurs de transformations physiques et sociales

24Il est clair que le projet a facilité la plantation de 1 470 600 plants issus des pépinières et a pu toucher plus de 225 000 ménages avec une variété de technologies agroforestières (Tableau 2). Il en ressort aussi que 51 ha de collines dénudées ont été reboisées pendant que plus de 2000 ha des paysages cultivés ont fait objet d’intégration des essences agroforestières à usages multiples.

Tableau 2. Quelques performances chiffrées du projet PGRN dans les 6 sites au Sud Kivu et au Burundi

Performance

Nbre d’arbres

 

Nbre ha boisés

 

Ha en intégration

 

Ménages touchés

 

Membres des CGRN

Nbre technologies

 

 Site

H

F

Bugobe

183,000

105

34,700

7

8

4

Ikoma

150,900

-

500

53,800

8

4

4

Kamanyola

125,800

5

60

48,000

7

5

4

Nyangezi

280,700

22

47

67,000

11

4

4

Kabarore

530,285

15

740

11,868

11

5

7

Rutegama

199,915

9

612

9,800

8

3

7

Total

1,470,600

51

2,064

225,168

52

29

30

25Sur ce total d’arbres plantés avoisinant un million et demi, le site de Kabarore se classe en tête avec plus de 530 000 arbres suivi par Nyangezi qui en a planté 280 700. Le même site de Kabarore vient en tête en termes de superficie agroforestière (740 ha) et le dernier dans cette catégorie est Nyangezi suivi par Kamanyola. En matière de technologies introduites dans les communautés, Rutegama et Kabarore sont au premier rang avec 7 innovations par rapport aux autres qui en comptent chacun 4. Le meilleur site en termes de performances au cours de cette phase est ici visiblement le site de Kabarore.

26D’autre part, les différentes observations réalisées sur le terrain ont permis de relever quelques incidences qui sont déjà perceptibles. Les plus importantes sont présentées selon le tableau matriciel des influences ci-après (tableau 3).

Tableau 3. Matrice d’influence du projet PGRN sur les variables socio-environnementales dans les sites

ETAPES DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET

GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE

BIEN ETRE SOCIAL

Score total/45

Rang

Feux de brousse

Nbre d’arbres dans le paysage

Participation des acteurs

responsabilité des organisations limitrophes

Revenus des ménages

Education

Suffisance alimentaire

Filières agronomiques

Epargne

Diagnostic participatif

1.5

2.5

2.5

2.8

1.3

1.6

1.3

2.2

1.1

16.7

8

Appui à l’émergence des CGRN

3.6

4.1

3.8

3.3

3.0

2.3

3.5

3.2

2.2

28.9

2

Actions collectives pour la reforestation

3.8

4.1

3.3

2.8

1.8

1.7

2.6

2.3

1.5

23.8

4

Conventions collectives pour la GRN

3.8

3.7

3.3

3.2

1.9

1.7

2.5

2.3

1.5

23.9

7

Introduction des semences améliorées

2.8

3.2

3.5

3.0

3.3

3.0

3.8

3.6

3.0

29.3

3

Promotion des pépinières autogérées

3.6

4.5

3.8

3.3

2.5

2.1

1.9

2.4

1.3

25.4

4

Recherche action sur l’agroforesterie

3.8

3.7

3.0

2.8

2.8

1.7

2.8

3.0

2.1

25.6

6

Renforcement des capacités

3.9

3.9

3.6

3.5

3.2

2.6

3.6

3.3

2.3

29.8

1

Score total / 40

26.8

29.6

26.8

24.8

19.8

16.5

21.9

22.3

15

 

 

Rang

2

1

2

7

4

9

5

6

8

 

 

27Ce tableau matriciel montre la perception des parties prenantes du niveau d’influence des étapes du projet PGRN sur les variables catégorielles de la gouvernance des RN et du bien-être des communautés. Selon ce résultat, les étapes du processus ayant catalysé le plus de changements ou le plus d’incidences dans les six sites sont d’une part le renforcement de capacités, l’appui à l’émergence des CGRN ainsi que l’introduction des semences améliorées dans les paysages cogérés et, d’autre part, les domaines d’incidence ou variables catégorielles qui ont le plus progressé en termes de changement notable sont par ordre le nombre d’arbres dans les paysages cibles, la participation des acteurs et la réduction des feux de brousse ainsi que le revenu des ménages.

Perception sur l’implication effective des femmes et des peuples autochtones

28Selon les discussions menées avant, pendant et après nos visites sur le terrain, il a été clairement établi que les femmes ont joué un rôle important dans le projet. Leur implication dans les échanges a été remarquable au cours de l’évaluation surtout durant les débats aux entretiens en focus groups. Ceci est une forme de mise en évidence de la considération de cette couche de population que le PGRN est venu impulsée dans la gouvernance des biens collectifs; attitude d’ailleurs anticipée par la Elinor Ostrom dans son ouvrage « governing the commons » daté de 1990. En effet, au cours des discussions en groupes, la perception première est celle des femmes occupant réellement un espace d’expression et d’association d’égal à égal avec les hommes (les chefs) pour discuter sans discrimination sur les questions vitales du milieu. À Bugobe, les femmes ont témoigné que le projet les a conduites à plus de stabilité et d’harmonie dans leurs ménages.

29À Kabarore et même à Rutegama, des femmes témoignent que depuis le début du projet, leurs poids ont jusqu’aujourd’hui augmenté et Adelaïde, une veuve de la colline Jene affirme avoir déjà gagné plus de six kilos; ce qui traduit une amélioration des conditions de vie (voir photo figure 3). D’autres se présentent fièrement avec de nouveaux habits assortis de chaussures qui n’envient plus leurs voisins fonctionnaires de l’État. Les femmes participent largement à la gestion des ressources du ménage car elles sont désormais associées par le mari (après une formation organisée par DIOBASS et ADISCO dans le milieu). Mais il est remarqué que les jeunes filles et jeunes garçons ont été moins impliqués dans les activités organisées au sein du CGRN sauf indirectement quand on organisait des travaux communautaires orientés vers les écoles et églises locales. Ceci confirme les observations et les conclusions de (Bukobero et Bararwandika, in chapitre 8) lors ce qu’ils décrivent les effets du projet dans les sites du Burundi.

Figure 3. Promotion des filières agronomiques est l’une des fiertés des femmes au sein des sites

Figure 3. Promotion des filières agronomiques est l’une des fiertés des femmes au sein des sites

30Le fait que les aménagements effectués apportent une valeur économique en plus, les maris sont de plus en plus attentifs à leurs femmes et s’en rapprochent davantage. Le projet a, de cette façon, suscité une émulation entre groupes sociaux. À certains endroits, les comités sont dirigés par les femmes comme à Kamanyola et à Rutegama. Dans la même foulée, en RD Congo comme au Burundi, les populations autochtones naguère sans sécurité foncière ont graduellement développé de l’intérêt pour la GRN par la sensibilisation répétitive des équipes du projet et leur implication dans le projet commencent à générer des revenus qui ont été utilisés pour acquérir des terres et accéder à la propriété foncière surtout grâce à la culture de champignons dans les sites du PGRN au Burundi.

Articulations contraignantes et goulots d’étranglement

31Une des étapes importantes de l’investigation a été l’identification des articulations politiques qui présente un potentiel inhibiteur dans la gestion collective des RN communautaires tel que décrit ci-après:

  1. Les aspects « scaling up » ou dissémination à large échelle prévus pour que l’approche CGRN puisse être nationale n’ont pas marché car ils devraient être portés par les administrations. En RDC par exemple, la décentralisation des services de l’État reste encore plus théorique et plusieurs services manquent encore de répondants fonctionnels au niveau local voire même provincial. Il faudrait donc accélérer le processus de décentralisation qui du reste pénalise la mise en route du mécanisme type gestion des RN alors que la constitution nationale en décortique les entités territoriales et les responsabilités.

  2. Le modèle institutionnel d’implication des chercheurs a aussi posé des problèmes qui méritent une réflexion profonde. L’option « chercheur junior » prise par DIOBASS et « chercheur Senior » à laquelle s’est penchée ADISCO se sont heurtées soit sur l’indisponibilité soit sur le désintéressement. Dans l’un ou l’autre cas, il se trouve qu’il faut développer un modèle structurel pouvant vaincre les pesanteurs individuelles et institutionnelles des chercheurs nationaux.

  3. La capacité des CGRN à mener un plaidoyer effectif pour l’intérêt des communautés reste faible dans des domaines complexes comme le foncier et la tenure forestière surtout vu le faible niveau d’accompagnement des CGRN sur le plan matériel et financier. Par ailleurs, les CGRN sont encore assez centralisés et ceci n’est pas de nature à faciliter le travail au niveau des localités et des collines plus éloignées.

Les grandes incidences et changements impulsés

32Les incidences sur la gouvernance des ressources et changements de comportement et pratiques observables dans les paysages cogérés sous le PGRN sont perceptibles même si ils sont encore à petite échelle. En effet, au travers des actions menées, les gens acceptent d’associer les arbres agro forestiers avec leurs cultures et trouvent cette façon de faire comme une manière de protéger le sol, mais aussi et surtout d’améliorer leurs productions agricoles en augmentant la fertilisation et la production des tuteurs pour la promotion de la culture des haricots volubiles. En outre, les populations locales installent elles-mêmes des coupe-feux efficaces pour protéger les collines reboisées, cas des sites visités de Kabarore sur les collines de Manga et Rorero; Nyangezi par exemple avec la colline Bangwe.

33Le projet a su apporté une réponse appropriée à la question d’interaction multi-acteurs par le fait qu’il a pu faciliter la définition d’une vision collective de RN. Il a ainsi aidé à mettre en place des plateformes, des espaces d’échanges y relatifs, d’analyse et de planification concertée, mais aussi, il a su renforcer le rôle de la femme et des minorités autochtones (Pygmées et Twa) dans la gouvernance de ressources naturelles. D’une manière méthodologique, le PGRN a promu des innovations et technologies de gestion durable de ressources naturelles, y compris les institutions d’action collective pour la gestion des ressources communes et en même temps il a su renforcer les capacités des acteurs et des intervenants politiques. Raison pour laquelle le projet a eu le soutien de l’ensemble des parties prenantes dans les sites d’exécution à quelques exceptions près.

  • 1 Voir le chapitre 10 de cet ouvrage

34L’émergence exponentielle de la filière champignon au Burundi au-delà des sites conventionnels du projet est décrite en détail par Kiyuku et al (2013)1 Par exemple un paysan de Kabarore appuyé par le PGRN est en train de former les employés et les unités militaires attachés à la présidence de la République du Burundi sur les techniques de production du champignon pleurote).

35Les performances de la filière haricot à Rutegama et l’adoption irréversible en temps record du Pennissetum fourrager à Kabarore semblent poursuivre un élan vers une révolution verte dans les hautes terres du Burundi et pourrait connaitre une dissémination nationale.

36Du point de vue de l’influence des politiques, il est perceptible que le projet a permis à l’autorité administrative de se mettre à l’apprentissage de la démocratie et de la valorisation de l’action communautaire. Ceci est dû au fait que le PGRN a élargi l’assiette d’implication des acteurs, favorisant ainsi l’émergence progressive d’un leadership responsable catalysé par l’action des CGRN (voir figure 4).

Figure 4. Boisement communal sous cogestion après plusieurs années de déboisement illicite à Kabarore

Figure 4. Boisement communal sous cogestion après plusieurs années de déboisement illicite à Kabarore

L’agriculture, la forêt et l’eau: une trilogie incontournable dans les hauts plateaux

37Avec leurs pratiques agricoles, les communautés rurales ont toujours été considérées comme l’une des menaces qui pèsent sur la forêt. Dans beaucoup de cas, cette affirmation est restée vraie car tous deux ont été pris séparément sans interconnexion réelle jusque récemment lorsque la recherche a mise au point la « gestion intégrée des paysages ». C’est une approche qui combine la conservation et l’amélioration des conditions de vie des populations. Elle prend racine dans le fait que la plupart des paysages de l’Afrique des Grands Lacs et plus particulièrement du Burundi et de l’est de la RDC, apparaissent sous forme de mosaïques de cultures et des jachères arborées à tendances forestières. Les populations rurales assistent presque impuissantes au contexte actuel qui comprend une productivité agricole décroissante, un environnement fragile, une dégradation alarmante des forêts conduisant à l’accroissement drastique du niveau de pauvreté (Ngendakumana et al, 2012a; Ngendakumana, 2011b). Pourtant, l’agriculture est reconnue maintenant comme étant un outil fondamental pour le développement durable spécialement en Afrique où environs 82% des personnes dépendent du secteur agricole (FIDA, 2001, World Bank, 2008).

38Le paysan des Grands Lacs (même africain en général) évolue dans un contexte où il cherche des moyens de survie et des alternatives de génération de revenu pour satisfaire ses besoins fondamentaux. Le milieu naturel lui offre en même temps deux options: l’agriculture et les produits forestiers. Ainsi, il se retrouve dans un vase presque clos où l’agriculture pratiquée dans ou /et autour de la forêt interagit avec une dynamique des forêts à laquelle vient se greffer les défis de l’eau verte et potable. Les services environnementaux issus de la forêt permettent de maintenir une agriculture ayant un potentiel énorme sur les plateaux africains en assurant la séquestration de carbone, la purification des eaux et la protection/restauration de la fertilité des sols (Minang et al., 2012).

39À leur tour, les bonnes pratiques agricoles sauvegardent la forêt en offrant les options alternatives du cadre de vie des populations riveraines et réduisant ainsi la pression sur la biodiversité. Ceci permet d’avoir un régime hydrique soutenu, au service de l’homme et de l’agriculture en toute saison. En outre, il faut souligner que l’agriculture basée sur des spéculations isolées a montré beaucoup de limites et seul un mécanisme qui intègre l’arbre, la culture et la gestion efficace de l’eau pourra être durable. Les gouvernants devraient appuyer l’émergence des systèmes agroforestiers mixtes basée sur une agriculture familiale au centre de laquelle se trouve l’arbre naturel ou l’arbre planté dans les exploitations agricoles. Ce propos est en ligne droite avec ceux de Garrity et al. (2010) dans son article sur l’agriculture verte et la sécurité alimentaire en Afrique. À long terme, les unités boisées évoluent vers des agroforêts plus productives et plus continues pouvant garantir les revenus tout au long de l’année et réduit ainsi le risque de crise alimentaire (Garrity et al., 2006; Michon et al., 2007) et les périodes de soudure qui exposent les familles à la pauvreté voire à la mendicité. Cet état de choses, renforcé par les propos de la Convention sur la diversité biologique (CDB, 2010), cadre bien avec le fait que le paysan africain semble trouver la garantie dans un système agricole à plusieurs composantes qui réduirait le risque de dépendance à une seule spéculation ou à une monoculture en cas d’incident avant ou après les récoltes.

40En plus, la forêt tire sa protection dans une agriculture bien maîtrisée couplée à une meilleure coordination des initiatives participatives de gestion des ressources naturelles. Ce point avait été soulevé par Balinga et al. (2008) dans une analyse similaire en Guinée et reprise par Ngendakumana (2011a). Il indique que les communautés locales agissent en véritables conservateurs de massifs forestiers. En effet, la forêt génère des revenus qui motivent les communautés à s’intéresser aux activités pour leur gestion/conservation.

41Vu sous cet angle, il est préférable, voire indispensable, d’exploiter la complémentarité qu’offrent actuellement l’agriculture, la forêt et l’eau pour mieux cibler les questions de politiques nationales visant à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté. On ne saurait séparer les trois et prétendre évoluer vers l’atteinte des objectifs du millénaire car prises de manière dispersées, autant l’agriculture que la forêt deviennent plus vulnérables et fragiles. Pour aller vers ce but, l’eau, l’agriculture et la forêt doivent être coordonnées par une même unité opérationnelle tout en exploitant et en renforçant les liens avec d’autres domaines comme l’environnement, l’élevage, les infrastructures publiques, la gouvernance et le développement local.

L’avenir des arbres plantés dans le contexte des changements climatiques et le paiement des services écosystémiques

42Le rôle de l’arbre et de la gouvernance locale des ressources naturelles, RN en sigle, dans la stratégie d’adaptation aux changements climatiques reste d’une importance indéniable par les divers acteurs limitrophes du domaine forestier. Sur le strict plan paysager, il est évident que l’introduction ou la conservation d’arbres, éventuellement d’essences diverses, constitue une amélioration esthétique, particulièrement dans les grandes étendues des hautes terres africaines, mais aussi un potentiel important pour la mitigation des effets du réchauffement climatique due aux gaz, surtout le CO2 émanant de la déforestation et de la dégradation des ressources naturelles. La communauté scientifique internationale a déjà établi que la dégradation évitée (REDD) - le fait de conserver les arbres dans les écosystèmes naturels ou artificiels - ralentit le changement climatique (Swallow et al. 2006). En fait, les arbres agroforestiers fixent un stock non négligeable de carbone, à la fois dans leur bois, mais aussi dans le sol qui est enrichi en profondeur en matière organique par la décomposition continuelle de leurs racines fines, année après année. Les arbres des agroforêts contribuent aussi à la prévention d’inondations par la limitation du ruissellement responsable des pics de crue des rivières (Van Noordwijk et al., 2007a), et à la réduction de la pollution des nappes par les engrais agricoles.

43Au stade mature, toute agglomération de ligneuse a un fonctionnement écologique similaire à celui observé dans les forêts en matière de cycle des nutriments, dissémination, régénération (de Foresta et Michon, 1996). Vu le rythme de dégradation des ressources naturelles autour et sur les hautes terres des pays des Grands Lacs africains, on peut aussi prédire qu’une promotion des larges bosquets sous forme d’agroforêts à base des espèces de valeurs (arbres de moyen à longs cycles comme les Grevillea, Cedrella, et Maesopsis) visant la restauration des aires dégradées par les individus volontaires via une tenure négociée renverserait la tendance actuelle et ajouterait un plus au reste des forêts naturelles encore conservées (Ngendakumana et al, 2008). On pourrait capter l’attention des conventions-cadres comme le CCNUCC en vue de déclencher les mécanismes de compensation/payement des services environnementaux et les crédits dans le marché global de carbone à partir de cette initiative PGRN dans la sous-région des Grands Lacs africains.

44Ces mécanismes de compensation peuvent prendre trois formes principales: une compensation financière et des paiements en nature (Pirard et Billé, 2011; Ngendakumana, 2012) tel que le développement d’infrastructures, accès à la formation et accès à des ressources ou à des marchés, et enfin le droit d’usage du sol ou sa certification. Selon Pagiola et al (2007), « il s’agit de payer aux utilisateurs de terres les services environnementaux qu’ils génèrent et d’aligner ainsi les incitations sur celles de la société dans son ensemble ». Les principes fondamentaux du PSE sont les suivants: qui fournit les services environnementaux reçoit une compensation et qui bénéficie de ces services ailleurs paye (Herman et al., 2003).

45Cette définition est en quelque sorte la traduction du théorème de Coase, ou plus largement d’une théorie des droits de propriété qui s’applique parfaitement aux externalités environnementales (Wunder, 2005). En effet, selon Coase (1960) quelle que soit l’allocation initiale des droits de propriété, la possibilité de les échanger entre agents, avec des coûts de transaction minimes, permet d’atteindre un optimum social.

Leçons apprises et perspectives conclusives

Les grandes leçons de l’initiative PGRN

46Au bout de la présente investigation, les grandes leçons suivantes peuvent être dégagées:

  • Il est possible de changer les mécanismes sociaux complexes et les pratiques agricoles en faveur de la gouvernance des ressources naturelles en s’y engageant méthodiquement.

  • Le facteur de succès pour le cas du Burundi et du Nyangezi a été la présence des autres projets antérieurs ou en cours dans les mêmes sites que le projet PGRN en plus d’une démarche innovante. Par exemple au Burundi, le projet HAGURUKA et ses groupes cibles ont servi de tremplin pour faire décoller en force le projet PGRN;

  • On peut piloter des projets autant par des processus qu’uniquement par des chiffres;

  • L’implication des populations locales dans le processus d’un projet accroît leur responsabilisation;

  • Les communautés locales sont de plus en plus conscientes des questions forestières et environnementales, mais il reste encore beaucoup à faire dans le domaine en leur faveur;

  • Même si leur sécurité alimentaire n’est pas garantie, les communautés locales se montrent soucieuses de la restauration de leur environnement qui en retour garantira la sécurité alimentaire

  • Une forte vulgarisation des essences agroforestières constitue un investissement à long terme efficace pour les générations à venir.

47Avant de clore cette perspective conclusive, il est pertinent de souligner quelques questions de fond qui pourraient guider les réflexions futures pour la consolidation des acquis ou le développement de nouvelles initiatives. Des interrogations qui sont: 1) Comment capitaliser sous forme de document de recherche intellectuelle et scientifique tout le travail fait au niveau de la recherche? 2) Est-ce que le leadership de l’autorité en place joue un rôle important au niveau des incidences observées ou en d’autres termes qu’adviendrait-il aussitôt que le leadership politique en place change? 3) Quel est l’avenir du partenariat entre les institutions de recherche et les ONG dans le domaine de la gouvernance des ressources naturelles? 4) Comment aborder la durabilité de PGRN compte tenu de l’esprit d’attentisme au niveau local et la recherche au niveau national? 5) Comment développer un mécanisme de compensation stratégique pour les bénéficiaires bénévoles qui sont membres des CGRN étant donné que cet esprit sacrificiel a des limites dans le temps et dans l’espace? 6) Comment organiser le renforcement de capacités ou les échanges d’expérience entre paysans dans un nouveau contexte de sécurité alimentaire et de changement climatique dans la sous-région? 7) Quels sont les droits d’usage pour les communautés locales en RDC dans la dynamique de tenures foncières et forestières?

Conclusion

48Cette investigation avait comme but de développer et de tester les principes de mesure des incidences des processus de gouvernance des ressources naturelles dans les hautes terres. La démarche a été décrite et testée dans six sites couvrant deux pays et il en ressort qu’elle nous a permis de cerner les incidences sur la base des variables socio-environnementales ciblées, le niveau d’implications des acteurs ainsi que les articulations contraignantes perceptibles au cours des initiatives de gouvernance des ressources naturelles collectives.

49De ce fait, les impacts perceptibles sur le terrain sont encore limités compte tenu de la portée des interventions (seulement 6 sites pilotes), le temps et le matériel pour consolider une telle initiative transfrontalière. Ainsi, ce projet est plutôt un processus qui devrait s’étendre et se poursuivre sur plusieurs années (7 à 10 ans même) pour commencer à produire des changements significatifs au sein des groupes cibles. Pour un projet qui prétend opérer dans le domaine de recherche-développement et environnement, trois ans ne peuvent donc pas suffire.

50Mais jusque-là, tel que les matrices d’influences présentées en section résultats le montrent, le projet a déjà quelque peu influé sur la gouvernance des RN par rapport aux aspects liés au bien-être qui ont été plus intégrés comme facteurs motivants pour que les acteurs s’impliquent efficacement. Les options développées pour le bien-être peuvent être considérées dans ce cas comme une forme de paiement indirect pour les services environnementaux.

51Les résultats d’analyse et la discussion nous ont aussi permis de retenir un message clé qui donne un crédit au travail de recherche mené dans les deux pays. Dans un premier temps, en captivant et les populations locales et les pouvoirs publics, le développement d’un modèle de cogestion dont les pilotes par excellence sont les CGRN fonctionne bien, créant ainsi l’engouement raisonnable de toutes les parties prenantes de la GRN. Dans un second temps, du point de vue de l’influence des politiques, il est perceptible que le projet a permis à l’autorité administrative de se mettre à l’apprentissage de la démocratie et à la valorisation de l’action communautaire. Ainsi, nous constatons que cette démarche pourrait être applicable dans des contextes similaires de gestion de ressources. Nous suggérons toutefois que la robustesse de l’outil soit encore testée au-delà des Grands Lacs pour mieux s’adapter aux diverses écorégions.

Remerciements

52Nous remercions les membres de notre équipe de recherche en l’occurrence Éric Kasuku, Libère Bukobero, Paulin Polepole, Jean Chizungu, Emmanuel Nintunze, pour leur implication dans la collecte des données et leur accompagnement sur le terrain. Ils ont aussi suivi toutes les étapes de cet exercice et ont d’une manière ou d’une autre donné du contenu et de la densité à cet article. Une marque de gratitude va également à Alpha Oumar Bah pour le traitement des données sur Excel ainsi que les Professeurs Bigawa Samuel de l’Université du Burundi et Godefroid Muzalia Kihangu du Centre de Recherches Universitaires du Kivu (CERUKI) /ISP Bukavu) pour leurs commentaires très inspirants sur le manuscrit.

Haut de page

Bibliographie

Balinga, B., M. Diallo, A. D., Delacourt et S. Ngendakumana, 2008, “Institutionalizing participatory natural resource management in the Republic of Guinea’s Fouta Djallon Plateau”, CIFOR paper

Bukobero, L., et A. Bararwandika, 2013, La dynamique de gouvernance des ressources naturelles collectives au Burundi, Chapitre 8 de cet ouvrage

De Foresta, H., et G. Michon, 1997, The agroforest alternative to Imperata grasslands: when smallholder agriculture and forestry reach sustainability. Agroforestry Systems 36: 105-120)

Earl, S., F. Carden et T. Smutylo, 2001, Outcome mapping: Building learning and reflection into development programs. International Development Research Centre (IDRC)- P.O. Box 8500, Ottawa, Canada K1G 3H9 . [En ligne] URL: http://www.idrc.ca/booktique

IPCC, 2007, Climate Change, the Fourth Assessment Report (AR4) of the United Nations Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), IPCC, Geneva, Switzerland. pp 104

Garrity, D., A. Okono, M. Grayson et S. Parrot, 2006, World Agroforestry Centre in the future. World Agroforestry Centre, Nairobi, Kenya. ISBN 92 9059 1846

Garrity D.P., F. Akinnifesi, K. Ajayi, F. K. Sileshi, J. Mowo, G. Kalinganire, A. Larwanou et M. Bayala, 2010, Evergreen Agriculture: a robust approach to sustainable food security in Africa. Food Sec. (2010) 2:197–214, Springer Science+Business Media B.V. & International Society for Plant Pathology

Coase, R., 1960, The Problem of Social Cost, Journal of Law and Economics, 3 (1), pp. 1–44.

Colfer, C.J.P., 2005, The equitable forest: diversity, community and resource managements. RFF Press Book, 335 P

FIDA, 2001, Evaluation de la pauvreté rurale: Afrique de l’Ouest et du Centre, Rapport.113 p, Rome, Italie.

Herman, R., S. Kandel et L. Dimas, 2003, Compensation for Ecosystem services and rural communities: Lessons from the Americas, PRISMA. 3a Calle Poniente, No. 3760, Colonia Escalón San Salvador, El Salvador, C.A.

Kiyuku, P., et S., Bigawa, 2013, Production de Pennisetum sp. et son utilisation pour la culture de Pleurotus ostreatus. Chapitre18 de cet ouvrage

Michon, G., H. De Foresta, P. Levang, et F. Verdeaux, 2007, Domestic forests: a new paradigm for integrating local communities’ forestry into tropical forest Science. Science. Ecology and Society 12:1. [En ligne] URL: http://www.ecologyandsociety.org/vol12/iss2/art1/

Minang, A., P., M. Van Noordwijk et J. Gockowski, 2012, Carbon trade-offs along tropical forest margins: lessons learnt from ASB partnership work in Cameroon. In Wollenberg et Al.(Eds). Climate change mitigation and agriculture. Earthscan, London, UK. 419p, pp391-398

Ngendakumana, S., R. H. Macauley, A. Kalinganire, A. Keita, A. Diaby, K. Abou, et M. B. Balinga, 2008, Améliorer les performances des agroforêts traditionnelles par les innovations agroforestières: Cas des paysages du Fouta Djallon. Contribution à l’atelier International sur les agroforêts (CIRAD, Guinée), Acte de l’Atelier International CIRAD

Ngendakumana, S., 2012, Mapping policy and institutional landscapes for RES approaches in Watershed and biodiversity management schemes: current lessons and prospects in Guinea, Country Readiness Study report, ICRAF-UNDP Report for PRESA Project, 36p

Ngendakumana, S., 2011a, Développement d’une approche alternative de gestion des ressources naturelles du paysage de Madina Oula-Guinée, Msc Thesis, University of Quebec –Canada and CERE. Guinea. Unpublished.

Ngendakumana, S., 2011b, Reflection workshop on prospects of agroforestry research for ecosystems restoration and improved livelihoods in Burundi, San Safari Club Hotel, Bujumbura-Burundi, 8th December 2011, Workshop Report, World Agroforestry Centre, 28p

Ostrom, E., 1990, Governing the commons: The evolution of institutions for collective action. Cambridge University Press, Cambridge

Pagiola, S., E. Ramírez, J. Gobbi, C. Haan, E. Murgueitio et J. P. Ruíz, 2007, Paying for the environmental services of silvopastoral practices in Nicaragua. Ecological Economics, 64(2), pp. 374-385.

Pirard, R. et R. Billé, 2011, Paiements pour services environnementaux – de la théorie à la pratique en Indonésie, VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement Volume 11 Numéro 1 [En ligne], URL: http://vertigo.revues.org/10746, DOI: 10.4000/vertigo.10746

CDB, 2010, La biodiversité forestière- Le trésor vivant de la planète. Montréal, Québec Canada, 48 Pages.

Swallow, B.J., M, Boffa, et J. S. Sara, 2006, The potential for Agroforestry to contribute to the conservation and enhancement of landscape biodiversity. In World Agroforestry Centre in the future: 95-101

Tomich, T., P. Chomitz, F. Francisco, A. Izac, N. Murdiyarso, D. Ratner, D. E. Thomas, et M. Van Noordwijk, 2004, Policy analysis and environmental problems at different scales: asking the right questions. Agriculture, Ecosystems and Environment 104: 5-18.

Van Noordwijk, M., F. Agus, B. Verbist, K. Hairiah et T. P. Tomich, 2007a, Managing watershed services in ecoagriculture landscapes. Pages 191–212 in S. J. Scherr and J. A. McNeely, editors. Farming with nature: the science and practice of ecoagriculture. Island Press, Washington, D.C., USA

World Bank, 2008, World Development report: Agriculture for development, launched on 19th October 2008 . [En ligne] URL: http://www.worldbank.org/wdr2008

Wunder, S., 2005, Payments for environmental services: some nuts and bolts. CIFOR Occasional Paper 42. Center for International Forestry Research, Bogor, Indonesia.

Haut de page

Notes

1 Voir le chapitre 10 de cet ouvrage

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des sites du projet PGRN au Burundi
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2. Localisation des sites du projet PGRN dans le Sud-Kivu (RD Congo)
Légende Légende: Sites GRN du projet pour la RD. Congo (Source: Rapport Baseline-DIOBASS, 2009)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13836/img-2.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 3. Promotion des filières agronomiques est l’une des fiertés des femmes au sein des sites
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 4. Boisement communal sous cogestion après plusieurs années de déboisement illicite à Kabarore
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Ngendakumana, P. Van Damme, Sylvain Mapatano, Deogratias Niyonkuru, Pascal Sanginga et Mwapu Isumbisho, « Processus d’évaluation des incidences de la gouvernance des ressources naturelles par la méthode « matrice d’influence » au Burundi et Sud Kivu.  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 17 | septembre 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13836 ; DOI : 10.4000/vertigo.13836

Haut de page

Auteurs

Serge Ngendakumana

Chercheur associé, Doctorant à l’Université de Gent-Belgique, Faculté des Biosciences et Ingénierie, Département de biologie appliquée, BP: 2882 Bujumbura, Burundi Tel: +257 77743 133 Email: sergengenda@yahoo.fr ou serge.ngendakumana@Ugent.be
World Agroforestry Centre

Articles du même auteur

P. Van Damme

Université de Gant-Belgique, Faculté des Biosciences et Ingénierie, Département de biologie appliquée

Sylvain Mapatano

Plateforme DIOBASS au Kivu, coorrdination

Articles du même auteur

Deogratias Niyonkuru

Appui au développement intégral et la solidarité sur les collines ADISCO.

Articles du même auteur

Pascal Sanginga

Centre de recherche pour le développement international

Articles du même auteur

Mwapu Isumbisho

Centre de recherches universitaire du Kivu, CERUKI, ISP-Bukavu
Unité d’enseignement et de recherche en hydrobiologie appliquée (UERHA), Dpt biologie-chimie, ISP/Bukavu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page