Navigation – Plan du site
Participation communautaire dans la gouvernance des ressources naturelles collectives

La dynamique de gouvernance des ressources naturelles collectives au Burundi

Libère Bukobero, Aster Bararwandika et Deogratias Niyonkuru

Résumés

Durant la période de guerre civile au Burundi, l’application des mesures de contrôle et de réglementation environnementales a été lacunaire, conduisant les populations déplacées à surexploiter les ressources naturelles communautaires publiques pour couvrir leurs besoins. Cette étude a été conduite sur les collines Nyarunazi et Munanira de la commune Rutegama et sur les collines Jene, Ndaro, Rorero, Rukere et Manga de la commune Kabarore au cours de la période de juin 2009 à septembre 2011. Il s’agissait de développer des mécanismes participatifs de bonne gouvernance des ressources naturelles collectives dans une perspective d’accroissement durable de la productivité agricole et la réhabilitation des ressources dégradées dans les sociétés d’où émergent les conflits. Des comités de gouvernance des ressources naturelles (CGRN) se sont mis en place dans chacun des sites. L’une des forces de cette nouvelle institution a été l’acquisition du pouvoir de négociation des dividendes issue de la bonne gestion du patrimoine forestier de la commune. Il a ainsi été créé un cadre approprié de concertation et de développement de codes de conduite, de participation au processus décisionnel de gouvernance et de développement d’un leadership féminin, sans oublier l’adoption à grande échelle de plusieurs innovations technologiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Burundi se place dans deux grands ensembles géopolitiques à savoir l’Afrique centrale et la Communauté de l’Afrique de l’Est. La démographie explose, la population pourrait doubler, voir tripler d’ici 2050 (Bonnard, 2011). Il y a de moins en moins de terres pour de plus en plus de personnes à nourrir. Un demi-hectare par ménage ne suffit plus pour assurer la sécurité alimentaire d’une famille. En conséquence, les relations entre paysans sont perturbées, les familles s’entredéchirent pour les questions d’héritages, les terres sont morcelées et de plus en plus marchandées. Les tribunaux sont saturés avec 80 % des affaires juridiques du pays qui concernent le foncier. Des procès souvent interminables ou reportés, car au Burundi, la terre est un bien collectif qui se transmet de génération en génération et l’on se remet souvent au droit coutumier, loin de l’administration dans la capitale Bujumbura. D’ailleurs, les services cadastraux sont quasi inexistants dans les campagnes.

2La superficie du Burundi est de 27 834 km² et sa population est estimée à 8 070 000 habitants. Le classement pour 2007/2008 sur l’indice du développement humain indique qu’il occupe le 167e rang sur les 177 pays pris en compte (Mora, 2008). C’est donc l’un des pays les plus pauvres du monde avec une des plus fortes densités de population d’Afrique (300 hab/km2). Plus de 50 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Selon le rapport de l’Institut des statistiques et études économiques du Burundi (l’ISTEEBU) de mai 2008, le produit intérieur brut moyen s’établit à 144 dollars US par habitant et par an. Il atteint 393 dollars en parité de pouvoir d’achat. Le taux d’inflation était de 8,3 % au début de l’année 2011 avant de connaître un pic de 13,3 % à la fin du dernier trimestre de cette même année. Cette hausse brutale s’explique par la flambée des prix des denrées alimentaires et du carburant.

3L’économie burundaise repose essentiellement sur l’agriculture vivrière de subsistance. Les cultures d’exportation sont le café et le thé. Depuis la fin des années 1980, l’agriculture burundaise est caractérisée par des performances négatives qui affectent beaucoup le bien-être de la population rurale et provoque une insécurité alimentaire sur la majorité du pays. La pression sur les ressources naturelles a été excessive durant la période de crise politique. Durant cette période, l’application des mesures de contrôle et de réglementation était impossible. Les populations déplacées n’ayant pas accès à leur propriété se sont servies des ressources naturelles communautaires pour couvrir leurs besoins de logement, leurs besoins en énergie et même alimentaires. La crise politique a ainsi exacerbé le rythme de dégradation des ressources naturelles.

4Les récents conflits armés au Burundi ont causé une dégradation sans précédent des conditions de vie des communautés rurales, les déplacements massifs des populations vers les écosystèmes fragiles, la destruction du capital naturel tel que les boisements collectifs ; les collines cultivées ; les marais et les aires protégées ; la défaillance des institutions de gestion et de gouvernance ; et la destruction du capital social et des institutions locales de gestion des ressources naturelles collectives. L’accès, la gestion, l’utilisation et le contrôle des ressources naturelles collectives continuent de poser des enjeux majeurs pour la bonne gouvernance de l’environnement, l’augmentation de la production agricole et la lutte contre la pauvreté aussi bien pour la cohabitation harmonieuse des populations que des communautés endeuillées de la région des Grands Lacs après les conflits armés.

Tableau 1. Asymétrie dans le contrôle des forêts en Afrique Centrale

Pays

Forêts sous concession (millions d’ha)

Forêts dédiées aux communautés (millions d’ha)

RD Congo

33.51

0.00

RCA

5.37

0.00

Congo

8.64

0.46

Gabon

18.72

0.00

Cameroun

7.26

1.14

Total

73.00

1.60

Source: Core Drafting Team Member of Land Policy in Africa, Yaoundé, Mai 2009

5Le véritable défi de la gestion des ressources naturelles concerne, d’une part, la faible capacité de production énergétique du pays (moins de 3 % des ménages sont connectés au réseau national d’électricité), et, d’autre part, la dépendance par rapport au bois de chauffe et au charbon, qui fournit plus de 90 % de la consommation d’énergie. Cette dépendance a un impact très négatif sur les ressources naturelles, en particulier sur les forêts et les boisements. Certes, ces ressources sont renouvelables, mais leur déclin a d’ores et déjà provoqué de graves dommages environnementaux comme l’érosion, les glissements de terrain et la baisse de la fertilité des sols. Les effets de cette dégradation s’observent déjà à travers la baisse de la capacité de production dans le secteur agricole et la détérioration du niveau de vie des ménages.

6Sur le plan de la gestion de l’environnement, l’indice de performance environnementale du pays en 2010 était de 43,9, classant le Burundi au 141e rang sur 164 pays. Cela signifie une haute vulnérabilité écologique et des capacités très limitées pour investir dans l’infrastructure environnementale, le contrôle effectif de la pollution et la gestion de l’environnement. Le défi majeur pour l’environnement se pose alors en termes d’aménagement et de gestion. Au niveau juridique, il est prévu d’établir des mesures particulières de protection des sols. Il convient de noter que la sensibilité aux questions environnementales est encore rarement perçue en adéquation avec les effets du changement climatique (ADBG, 2011).

7Aujourd’hui et plus qu’hier, les ressources naturelles en général et forestières en particulier subissent d’importantes menaces dont les principales causes sont la faible capacité de l’État à mettre en place un vaste programme de gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement ; la non-organisation du secteur environnement et la mauvaise valorisation des ressources naturelles ; le manque d’un programme de recherche et d’accompagnement ; les feux de brousse ; l’exploitation anarchique des ressources naturelles et de l’environnement ainsi que l’appropriation illégale des forêts et des terres par l’administration locale ou les personnes plus aisées sans aucun souci de conservation. Les contraintes conjoncturelles sont liées à la situation sociopolitique dans laquelle le pays a été plongé. Elles se traduisent par le non-respect par les populations et les responsables de l’administration à la base des dispositions légales en matière de gestion des ressources naturelles et de l’environnement. Tant que sur un même espace se côtoieront l’insécurité sociale, les détournements des biens publics et des ressources naturelles, il sera difficile d’atteindre les objectifs de gestion participative de ces ressources (Milol, 2006).

Comprendre la gouvernance des ressources naturelles

8Le débat sur la « gouvernance » est généralement enfermé dans deux discours contradictoires (Theys, 2003). Pour les uns, la « bonne gouvernance » est la seule solution adaptée aux problèmes actuels d’environnement. Elle a la vocation de se substituer aux politiques publiques traditionnelles considérées comme dépassées. Pour les autres, au contraire, la « gouvernance » est le problème et non la solution, car elle ne fait que renforcer l’impuissance collective face à des défis de plus en plus ingouvernables. Toutes les transformations de l’action publique dessinent aujourd’hui un « paysage » apparemment sophistiqué de la « bonne gouvernance » : un enchevêtrement très complexe de principes, d’instruments, d’institutions et de procédures dont on observe mal, au premier abord, la cohérence. En tout état de cause, la première approche de gouvernance est de rationaliser, crédibiliser et moderniser l’action publique. La seconde approche résulte de l’extraordinaire éclatement des enjeux et des pouvoirs impliqués dans les problématiques écologiques et suppose des mécanismes de coordination non hiérarchiques. La troisième approche, plus ambitieuse, vise à élargir les représentations traditionnelles de la rationalité tandis que la quatrième approche trouve que l’essentiel réside dans la redistribution des pouvoirs et des rôles entre l’État, les autres institutions locales ou internationales, le marché et la société civile.

9Finalement, la « bonne gouvernance » suppose des changements structurels et un ensemble d’innovations qui vont manifestement très au-delà du bricolage pragmatique et des « arrangements de terrain ». La bonne gouvernance est définie comme la transparence de l’action publique, le contrôle de la corruption, le libre fonctionnement des marchés, la démocratie et l’État de droit (Meisel et Aoudia, 2008). Elle est la façon dont le pouvoir est utilisé pour prendre et appliquer des décisions collectives, pour faire respecter les règles et pour résoudre des conflits (Mahonghol, 2009). La gouvernance prend de nombreuses formes différentes selon l’endroit et le contexte sociopolitique et biophysique (Roe et al., 2010). L’obligation de rendre des comptes est le pivot de la gouvernance (Schneider, 1999).

10Notre étude veut contribuer au développement des mécanismes participatifs de bonne gouvernance des ressources naturelles collectives dans une perspective d’accroissement durable de la productivité agricole et la réhabilitation des ressources dégradées dans les sociétés qui émergent des conflits. Nous voulons définir la stratégie de gestion communautaire des ressources naturelles et de l’environnement par la mise en place et le renforcement des capacités des comités locaux dans la gouvernance des ressources naturelles collectives (CGRN). La question principale est de déterminer les mécanismes par lesquels la recherche-action peut aider les communautés de façon à promouvoir la participation responsable aux processus décisionnels liés à la gouvernance des ressources naturelles.

11Ce chapitre est structuré en trois parties. La première partie concerne la méthodologie adoptée reprenant la description du site de recherche, l’approche d’intervention et le cadre d’évaluation ainsi que le matériel utilisé. La deuxième partie est focalisée sur les résultats obtenus et leur discussion, spécialement sur la mise en place des Comités de gouvernance des ressources naturelles (CGRN), l’administration et les attributs des CGRN, les forces et faiblesses d’un CGRN, les raisons d’être du CGRN et les écueils à éviter. La troisième partie aborde les aspects des changements induits en rapport avec les négociations sur les dividendes, le cadre de concertation et de développement des codes de conduite, le schéma participatif des CGRN, et l’adoption à grande échelle des innovations technologiques. Enfin, nous nous intéressons à la participation au processus décisionnel de gouvernance et au leadership féminin avant de conclure sur quelques leçons apprises, les recommandations, les défis et la proposition des mesures de mitigation.

12Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un projet de partenariat entre Appui au développement intégral et à la solidarité sur les collines (ADISCO) au Burundi et la plateforme DIOBASS au Kivu ainsi que le support financier du Centre de recherches pour le développement international (CRDI).

13Ce Projet de bonne gouvernance des ressources naturelles dans les Grands Lacs africains (PGRN) avait pour objectif de développer des schémas participatifs communautaires et des politiques nationales plus inclusives et équitables pour la lutte contre la dégradation des ressources naturelles collectives.

14Par la démarche de recherche-action et les approches multi-acteurs et multi-institutionnelles participatives, le projet de Gouvernance des ressources naturelles (GRN) cherche à développer des mécanismes participatifs de gouvernance des ressources naturelles collectives dans une perspective d’accroissement durable de la productivité agricole et la réhabilitation des ressources dégradées dans les sociétés qui émergent des conflits. Nous convenons que la participation donne des résultats, car elle se passe dans un cadre institutionnel qui permet de concilier l’accès aux ressources et à leur durabilité (Elloumi et al., 2006).

15Le porteur du projet est ADISCO qui est une association de droit burundais sans but lucratif agréée par l’ordonnance ministérielle n° 530/759 du 2/8/2006. Sa mission est de contribuer à l’émergence et à la construction d’un mouvement social national capable de porter son propre développement et d’influencer les politiques au profit des couches modestes de la population.

16Les principaux enjeux de la gestion communautaire sont entre autres le renforcement des capacités techniques de gestion locale (empowerment) pour concilier l’exploitation assurant le meilleur profit à court terme et la conservation de la ressource.

17Dans cette optique, ADISCO a comme objectifs spécifiques de : (i) faciliter l’émergence et le fonctionnement durable des comités locaux de gestion de l’environnent pour servir de cadres de concertation et de développement des codes de conduite pour la gestion responsable des ressources naturelles collectives ; (ii) développer des schémas participatifs communautaires et des politiques provinciales plus inclusives et équitables de gestion des ressources naturelles collectives ; (iii) promouvoir l’adoption à grande échelle des innovations technologiques des systèmes de production intégrés pour la réhabilitation des collines dégradées et les boisements collectifs dans les zones de retour des déplacés et des immigrés ; (iv) identifier et promouvoir des opportunités économiques qui peuvent être exploitées pour inciter les paysans et les femmes en particulier à participer à la bonne gouvernance des ressources naturelles ; (v) analyser les conditions qui amènent les femmes et les plus pauvres à participer de manière plus responsable et équitable au processus décisionnel de gouvernance de l’environnement et de (vi) renforcer les capacités techniques et organisationnelles des différents acteurs impliqués afin de les faire participer efficacement à la mise en place des structures et des institutions de bonne gouvernance de l’environnement.

18L’approche qui a été utilisée privilégie la participation de tous les acteurs en présence comme le montre la figure 1.

Figure 1. Les partenaires limitrophes pour la recherche-action au Burundi

Figure 1. Les partenaires limitrophes pour la recherche-action au Burundi

19La présente étude a été menée sur les collines Nyarunazi et Munanira de la commune Rutegama en province Muramvya et sur les collines Jene, Ndaro, Rorero, Rukere et Manga de la commune Kabarore en province Kayanza. Notre période d’observation a couvert la période de juin 2009 à septembre 2011. La population totale de la commune Rutegama est estimée à 41 960 habitants soit 502 hab/km2 tandis que celle de la commune Kabarore est estimée à 50 371 habitants avec une densité moyenne de 252 hab/ km2 (PNUD, 2006).

Figure 2. Cartes des sites de Rutegema et Kabarore, Burundi

Figure 2. Cartes des sites de Rutegema et Kabarore, Burundi

20La principale activité reste l’agriculture avec des pratiques traditionnelles non améliorées, l’utilisation d’une main d’œuvre essentiellement familiale et par l’exigüité des terres dont les dimensions oscillent autour de 35 ares à Rutegama et de 50 ares à Kabarore. Les rendements sont généralement faibles et la production génère peu de revenus. Dans les sites sous étude, la seule culture industrielle pratiquée reste le caféier. Les terres ne sont plus fertiles et l’utilisation des engrais minéraux est plus élevée à Rutegama qu’a Kabarore. Après la crise, l’élevage est en train de reprendre avec un repeuplement spontané du cheptel par la population. L’élevage est du type traditionnel et est constitué essentiellement de bovins de race « ankolé », caprins, ovins, porcins et de la volaille. Les deux communes ne connaissent pas d’activités de pêche et la pisciculture est quasi inexistante. Les plus grandes contraintes agricoles sont liées à l’insuffisance du personnel d’encadrement performant, à la dégradation du sol suite à l’érosion et à l’exigüité des terres, au manque de fumier et à l’insuffisance de semences sélectionnées adaptées.

21D’un point de vue environnemental, l’inventaire des boisements montre que toutes les forêts naturelles ont disparu dans la commune Rutegama qui ne compte que 366,5 ha de forêts artificielles. À Kabarore par contre, l’inventaire des boisements montre que la partie de la forêt naturelle atteint 4 000 ha et les boisements artificiels couvrent au total 175 ha (PNUD, 2006). D’une manière générale, le bois est la principale source d’énergie. Les boisements sont caractérisés par une gestion anarchique, des feux de brousse et leur cession illégale pour d’autres usages comme la construction d’infrastructures scolaires, l’installation des rapatriés, des villages de paix et des enseignants.

22En agriculture comme en foresterie, on note une forte utilisation des pesticides chimiques tant pour la production que pour la protection des cultures. Les plus usuels sont l’urée, le ridomil, le dursban, les décis, le marchal et le benlate.

23Lors de la prospection des sites d’action, la structuration des populations révèle une image classique des associations dont le pouvoir ne se limite qu’à la mise en commun des moyens en vue de réaliser des projets communs. La dimension de la gouvernance environnementale n’y transparaissait guère. L’effectif des membres varie de 10 à 75 avec un taux moyen de participation des femmes très faible.

Suivi et évaluation de la dynamique de gouvernance des ressources naturelles collectives

24Le suivi/évaluation du processus de la dynamique de gouvernance des ressources naturelles s’est inspiré des systèmes d’analyses sociales (Chevalier et Buckles, 2009). Par des observations, des réunions d’évaluation et des rapports des partenaires limitrophes, la cartographie des incidences nous a permis la visualisation des marqueurs de progrès et des changements importants.

25Du début jusqu’à l’aboutissement de l’étude, plusieurs techniques et méthodes ont été utilisées. Dans une phase préliminaire, des visites de prospection ont été effectuées en vue d’une meilleure connaissance du milieu. La sélection des groupes de collaboration est intervenue par la suite pour constituer un groupe d’initiative dans chacun des sites. Ces groupes d’initiative étaient constitués des femmes et des hommes qui acceptent une participation libre et volontaire dans les activités de recherche. Ensuite, des rencontres régulières d’animation ont été organisées pour sensibiliser et conscientiser la population sur les problèmes vécus en rapport avec la gouvernance environnementale. Après plusieurs séances d’analyse de la situation et de quantification des besoins, de nombreuses de formations ont été organisées en fonction des thématiques et des besoins exprimés. Des activités mobilisatrices comme l’établissement des dispositifs antiérosifs, l’aménagement des pépinières, la réhabilitation des boisements et la recherche-action sur les technologies innovantes ont été conduites dans chacun des sites.

26La phase ultime correspondait à la construction de structures opérationnelles pour porter la dynamique de gouvernance. Pour cela, des réunions ont été régulièrement animées et tous les partenaires à la base y ont participé en personne ou par le biais de leurs représentants.

27En ce qui concerne les boisements, des fiches de surveillance ont été employées et un inventaire forestier a été effectué par la méthode de mesure de données dendrométriques telles que les circonférences à 1,50 m de tous les arbres se trouvant sur les cépées et à l’intérieur de la placette ainsi que le nombre de cépées présent dans la placette. L’inventaire forestier proprement dit a été précédé par des séances d’information et de sensibilisation de l’administration communale, qui a compris l’importance de cette activité à savoir « la gestion d’une ressource dont on connaît la quantité et la qualité ». La formation des équipes d’inventaire et la mobilisation du matériel d’inventaire ont été organisées après les contacts avec l’administration. Après le choix du type d’inventaire, des mesures dans des placettes réparties uniformément sur l’ensemble des boisements ont été effectuées.

28Des placettes de forme circulaire avec un rayon de 7,98 mètres (soit une superficie de deux ares) ont été mises en place à une équidistance horizontale de 100 mètres.

Résultats

29Cette partie présente les résultats les plus importants au terme du processus qui a accompagné cette étude sur la gouvernance participative au Burundi. Ils comprennent la mise en place des comités locaux de gouvernance des ressources naturelles (CGRN), l’administration des CGRN et la mise en place et administration des comités locaux de gouvernance des ressources naturelles (CGRN),

30Les raisons de mettre en place les CGRN se justifiaient par les contraintes et les problèmes liés à la dégradation des ressources naturelles collectives. Les ateliers de diagnostic participatif et de visionning ont révélé que la situation des ressources naturelles collectives est préoccupante et est marquée par les faits suivants :

  • Inondations des marais et des bas-fonds,

  • Déboisement par des coupes anarchiques,

  • Insuffisance visible du bois de chauffage,

  • Insuffisance du bois pour le tuteurage du haricot volubile,

  • Feux de brousse,

  • Tarissement des sources d’eau,

  • Changements climatiques,

  • Perte progressive de la fertilité des sols,

  • Méconnaissance de l’importance de protéger les ressources naturelles,

  • Surpopulation et surpâturage.

31La dynamique du CGRN a commencé par la constitution du groupe d’initiative composé des membres d’associations existantes au niveau de chaque site. L’analyse initiale des acteurs a montré que la prédominance des hommes est évidente comme on peut le constater dans le tableau 2.

Tableau 2. Composition du groupe d’initiative pour la GRN à Rutegama et à Kabarore

Commune

Nombre d’associations

Composition

% des femmes

H

F

T

Kabarore

10

175

101

276

36.5%

Rutegama

2

65

0

65

0.0%

TOTAL

12

240

101

341

29.6%

32On remarque une absence totale des femmes dans les associations identifiées dans la commune de Rutegama alors que le mouvement associatif est beaucoup plus étoffé à Kabarore.

33La restructuration du groupe d’initiative a conduit à la mise en place du comité de gouvernance des ressources naturelles collectives (CGRN).

34Le CGRN comprend deux organes principaux à savoir le conseil consultatif et le comité exécutif. La composition du comité varie selon les sites.

35On voit que le taux de participation des hommes et des femmes est inégal, mais que la proportion des femmes (figure 3) a augmenté si on compare avec la situation avant l’intervention des CGRN. Le pourcentage des femmes dans les deux conseils est relativement équivalent ; plus encore, la participation des femmes reste nulle au niveau administratif (Tableau 4). Au niveau du comité exécutif, organe fortement impliqué dans la prise de décision, la participation de la femme reste minoritaire.

36À Kabarore, beaucoup de collines sont intéressées par la pertinence du comité et chacune d’elles s’y est fait représenter ; au total, huit collines sont concernées dont Jene, Caratsi, Ngoma, Rorero, Rukere, Yandaro, Randa et Ryamukona. À Rutegama par contre, peu de collines sont concernées et la représentation s’est limitée à trois collines seulement à savoir Nyarunazi, Munanira I et Rutegama.

37Cela est dû au fait que les collines de Rutegama sont très vastes.

Tableau 3. Composition du conseil consultatif du CGRN

Commune

Composition

Total

 % des femmes dans le conseil

Administration

Services déconcentrés

Police

Représentants des paysans

H

F

H

F

H

F

H

F

H

F

Kabarore

3

0

7

0

1

0

17

13

28

13

46.4 %

Rutegama

3

0

2

1

1

0

18

10

24

11

45.8 %

TOTAL

6

0

9

1

2

0

35

23

52

24

46.1 %

Tableau 4. Composition du comité exécutif du CGRN

Commune

Composition

 % des femmes dans le comité

Administration

Services déconcentrés

Police

Représentants des paysans

H

F

H

F

H

F

H

F

H

F

T

 %

Kabarore

2

0

2

0

0

0

7

5

11

5

16

31.2 %

Rutegama

2

0

2

1

0

0

4

2

8

3

11

27.2 %

TOTAL

4

0

4

1

0

0

11

7

19

8

27

29.6 %

Figure 3. Proportion homme/femme en 2009 et Proportion homme/femme en 2011

Figure 3. Proportion homme/femme en 2009 et Proportion homme/femme en 2011

Administration du CGRN

38Chaque CGRN est régi par un statut. Ce texte met en évidence tous les éléments sur lesquels on doit se référer pour assurer le bon fonctionnement des organes et des membres ainsi que la compréhension par tous les protagonistes de la composante environnementale.

39Le CGRN repose sur trois organes à savoir l’assemblée générale, le comité exécutif et le comité de contrôle. L’assemblée générale n’est autre que le conseil consultatif. Les membres des comités exécutifs et du comité de contrôle sont élus en assemblée générale pour un mandat. Dans une phase préliminaire, le CGRN a fonctionné sur base d’appuis divers rendus disponibles par ADISCO dans la rubrique « Appui aux communautés ».

40Parallèlement, le CGRN a dû préciser à travers les statuts l’origine des ressources indispensables pour son fonctionnement dans un contexte de durabilité. C’est par les cotisations des membres et le fruit de leur travail (cogestion des boisements communaux) que les dépenses du comité sont couvertes.

41Le cahier de charge commun pour le comité a été clairement défini et comprend les actions prioritaires suivantes : stimuler la conscience collective et individuelle pour la protection des ressources naturelles, mobiliser les membres de la communauté à appliquer les meilleures pratiques acquises depuis la recherche-action participative, appuyer la communauté dans l’organisation des activités liées à la gestion collective des ressources naturelles, arbitrer tout conflit lié à la gestion des ressources naturelles et plaider en faveur de la communauté pour la bonne gestion des ressources naturelles.

Attributs du CGRN

42Mettre en place un CGRN ne suffit pas ; il faut en assurer un suivi régulier en vue d’éviter des actions ou des comportements susceptibles d’influencer négativement son progrès. En général, un bon CGRN est crédible, représentatif, solidaire, dynamique et autonome pour canaliser et porter le développement endogène.

43Les analyses des membres du CGRN ont permis de caractériser cette institution en mettant en évidence ses forces et ses faiblesses (tableau 5).

44Il a été relevé entre autres :

  • Les conflits interpersonnels,

  • l’individualisme et la ségrégation

  • Le manque de concertation,

  • Le manque de créativité pour le développement dans les communautés

  • La passivité face à la destruction de la colline

  • La destruction de la dynamique associative

Tableau 5. Caractéristiques du CGRN

Un bon CGRN

Un mauvais CGRN est caractérisé par

Est celui voté démocratiquement

Fait des réunions régulières

C’est un cadre d’échange et de documentation sur le milieu et tout ce qui s’y passe

Mobilise les idées et les moyens pour les projets endogènes

Contribue au renforcement des organisations communautaires

Recherche l’intérêt communautaire et des ménages

Réalise des activités visibles

Valorise les ressources locales

Fait évoluer les mentalités

Bonne gouvernance et regroupement des acteurs en synergie d’action

Mauvaise gouvernance

Rencontres irrégulières

Absence d’approche systémique, d’analyses et d’action concrète dans le milieu

Isolement du village et ségrégation entre associations

Manque de cadres définissant les droits et devoirs des associations Organisations Villageoises

Manque d’ouverture aux autres comités de développement locaux

Perte de la notion d’effort local

Dépendance totale de l’extérieur

Inactivité et égocentrisme

La jalousie, la paresse et la destruction

Changements et incidences induits par les CGRN

45Des incidences ou changements importants ont été observés dans les deux sites de Rutegema et Kabarore. En utilisant la méthodologie de la cartographie des incidences (Earl et al., 2006), nous avons dégagé des changements dans les domaines suivants :

Mise en place des boisements communaux

46En deux ans, les CGRN ont mis en place quatre boisements à Rutegama et deux à Kabarore. Le tableau 6 indique les caractéristiques de ces boisements.

47Au total, 844.856 plants pour la réhabilitation des boisements de Kidunduri, Kinyovu à Kabarore et de Nyamugari et Nkingu à Rutegama ont été produits et plantés sur des espaces communautaires.

48D’après les résultats de l’inventaire forestier (tableau 6), le volume du bois n’est pas négligeable (1341m3) même si la superficie est faible (24 ha). À l’hectare, il a été estimé à 60 m3 dans les boisements de Mugogo, Nyarunazi et Kinyovu et la surface terrière qui a été calculée est de l’ordre de 25 m2. Le nombre de tiges à l’hectare variait de 850 à 1100 arbres. La hauteur dominante variait de 9 à 12 mètres dans les boisements de Mugogo, Nyarunazi et Kinyovu.

49Dans ces boisements, la circonférence dominante variait de 38 à 51 cm alors que la circonférence moyenne se situait entre 30 et 40 cm. Le volume total atteignait 240 m3 à Mugogo et Nyarunazi, 346 et 487 m3 à Kinyovu et Kidunduri, respectivement. Ces réalisations sont importantes si l’on considère la courte durée (2 ans) de la mise en place des CGRN et en les comparant à d’autres initiatives qui n’ont pas produit les mêmes résultats dans les deux communes.

Tableau 6. Estimation du volume de bois soumis à la cogestion

N° 

Nom du boisement

Superf.
[ha]

NT/ha

Hdom
[m]

Cdom
[cm]

Cmoy
[cm]

G
[m²/ha]

V/ha
[m3]

Vtotal
[m3]

1

Nyarunazi

4

850

12

50,0

42,2

25,1

61,1

244,4

2

Mugogo

4

863

12

51,5

42,3

25,5

61,6

245,4

3

Kabuguzo

0,2

1100

1

12

2,8

4

Kavumu

0,4

1100

3

36

14,4

5

Kinyovu

8

875

9

38,0

30,5

24,5

60,9

487,2

6

Kidunduri

7

1100

1

49,5

346,5

23,634

15788

6,33

46,33

38

25

46,83

1340,7

Source : inventaire

Légende : Superf. : Superficie,NT/ha : nombre de tiges à l’hectare

Hdom : hauteur dominante, Cdom : circonférence dominante, V/ha : volume à l’hectare, V :volume, G : surface terrière, Cmoy : circonférence moyenne

Négociations des contrats de cogestion des boisements communaux

50Une des forces du CGRN a été l’acquisition du pouvoir de négociation des dividendes issus de la bonne gestion du patrimoine forestier de la commune. Avec l’appui de la recherche-action participative et la réhabilitation, la surveillance régulière des boisements a obligé les parties prenantes à évaluer le patrimoine « bois » des boisements placés en régime de cogestion.

51Le contrat a défini le niveau de partage des responsabilités et des intérêts découlant de la cogestion. Les négociations entre les différents partenaires au sujet du partage des dividendes sur les boisements communaux placés sous le régime de la gestion communautaire ont conduit aux résultats suivants (tableau 7).

52La part réservée aux CGRN a atteint 60 % des recettes à Kidunduri et Kinyovu (Kabarore) et Nyamugari et Mugogo (Rutegama), alors qu’à Kabuguzo et Kavumu (Rutegama) elle a été de 80 %. Pour la Commune, elle variait entre 17 et 35 % selon les boisements alors que la part réservée à l’État n’a pas dépassé 3 % des recettes.

53Le plan de gestion a estimé les recettes de l’exploitation et de la transformation du bois pendant la durée de l’aménagement à 25 000 USD pour la commune de Kabarore et 14 000 USD pour Rutegama.

54Le revenu annuel moyen de 2000 USD à Kabarore et de 1350 USD à Rutegama a montré que les boisements peuvent contribuer à l’augmentation des recettes de la Commune et à dégager une partie de ces recettes pour la reconstitution du patrimoine en témoigne le bilan financier de 17 300 USD à Kabarore et de 10 800 USD à Rutegama ainsi que le revenu moyen par hectare et par an de 144 USD à Kabarore et 157 USD à Rutegama.

Tableau 7. Proportions des parts réservataires dans la cogestion des boisements

Parties prenantes

Kabarore

Rutegama

 % réservé aux différentes parties prenantes pour les boisements de

Kidunduri

Kinyovu

Nyamugari

Mugogo

Kabuguzo

Kavumu

CGRN

60.0

60.0

62.5

60.0

80.0

80.0

Commune

37.5

37.5

35.0

37.0

17.0

17.0

État burundais

2.5

2.5

2.5

3.0

3.0

3.0

55Les capacités de négociation des CGRN ont témoigné de la force évidente du leadership local. En effet, le meilleur pourcentage obtenu (60 % en moyenne) dans le partage des dividendes résultant de la gestion des boisements réhabilités a été le fruit d’un important travail collectif qui a fait des analyses fouillées sur les responsabilités des acteurs en présence à savoir les CGRN, la commune et l’État burundais représenté par les services techniques déconcentrés. Les CGRN sont parvenus à expliquer aux différents protagonistes l’importance de leur travail et l’intérêt qu’il porte pour l’ensemble de la communauté en général et de la commune en particulier.

56Les recettes issues de la gestion des boisements ne viendraient pas gonfler les poches de quelques-uns comme auparavant, mais restent une propriété de la commune pour la restauration et l’amélioration des ressources naturelles collectives dégradées en l’occurrence les boisements communaux. En outre, le bilan financier a montré que la commune va non seulement tirer profit de ces ressources forestières, mais va également avoir des fonds suffisants pour le renouvellement et l’extension du patrimoine forestier. Sur le plan social, les comités locaux, la population de Kabarore et Rutegama vont bénéficier des revenus découlant de l’exploitation et de la transformation du bois.

Cadre de concertation et de développement des codes de conduite

57Les CGRN ont été mis en place dans chaque site et fonctionnent effectivement. L’administration locale, les services techniques et les agriculteurs participent dans ces comités. Des mesures administratives favorables à la gouvernance des boisements communaux ont été appliquées à Kabarore.

58Par exemple, une mesure prise par l’administrateur a interdit le vagabondage des bêtes dans les boisements. Les CGRN ont démarré la surveillance quasi quotidienne des boisements publics dans les deux communes et ont donné des rapports à qui de droit.

Une fiche de suivi a été mise en place ainsi que des équipes de surveillance.

59Un schéma participatif communautaire pour la lutte contre la dégradation des ressources collectives a été initié. Jusqu’à présent, les dynamiques participatives pour la bonne gouvernance des ressources naturelles se sont développées vers trois directions : les associations de production des plants agroforestiers, les travaux communautaires institutionnels et les travaux communautaires des groupes d’autopromotion accompagnés par le CGRN.

60Les associations paysannes ont signé chacune un contrat avec le projet pour la production de plants agroforestiers à Kabarore. Le CGRN a entamé l’encadrement bénévole de la production et la plantation de plants agroforestiers à Rutegama et à Kabarore.

61Sur proposition des CGRN, les travaux communautaires ont été régulièrement organisés pour la réhabilitation des boisements. Le taux de participation aux réunions d’information sur la restauration des ressources dégradées s’est nettement amélioré. L’administration locale a initié des rencontres sur la gestion des ressources naturelles. Elle a rendu disponibles les espaces d’expérimentation et s’est impliquée activement dans les activités organisées par le comité. Le plan concerté de gestion des ressources naturelles collectives a vu le jour dans les deux sites.

Adoption à grande échelle des innovations technologiques

62En référence à la thématique « Innovations techniques et systèmes de gestion intégrée des ressources naturelles pour la réhabilitation des pentes des collines dégradées », la recherche-action a évolué vers la valorisation de technologies testées en milieu contrôlé et favorable à la bonne gestion de la ressource terre en ce qui concerne l’amélioration de la fertilité et partant de la production agricole. Elle a progressé vers l’appropriation par la communauté du couple Champignon-Pennisetum pour la lutte contre l’érosion, le tuteurage pour le haricot volubile et l’amélioration de la fertilité des sols dégradés.

63Les CGRN sont arrivés à convaincre toute la population des sites de l’intérêt de lutter contre l’érosion par l’aménagement des haies antiérosives suivant les courbes de niveau. Les mêmes comités ont persuadé la population sur l’intérêt de l’intégration agro-sylvo-zootechnique. L’administration communale de Kabarore a pris une mesure visant la généralisation de la lutte antiérosive (Mesure administrative obligeant la plantation des herbes fixatrices sur les bordures des routes, les talus et les limites de propriétés). Grâce aux CGRN, la population a pu apprécier et adopter la culture des champignons comestibles dans les sites, les amateurs du champignon cultivé ont progressivement augmenté, les producteurs de champignon ont commencé à exploiter le marché intérieur et étaient en train d’essayer le marché du Rwanda pour cette denrée.

64Les technologies seules ne suffisent pas, les comités non plus car il faut une interrelation active. Nous nous sommes appuyés sur le paquet technologique jugé le plus intéressant pour la communauté, ce qui a servi de support de sensibilisation et de conscientisation. Néanmoins, nous avons remarqué que les technologies, si importantes soient-elles, ne peuvent rien changer sans porteurs valables, c’est-à-dire des comités bien choisis, bien structurés et engagés pour la cause communautaire. En plus, la recherche-action en milieu rural a été un catalyseur important dans ce domaine de gouvernance des ressources naturelles collectives.

65Parmi les principaux enjeux de la gestion intercommunautaire des ressources naturelles, il faut considérer l’enjeu méthodologique, à savoir la recherche de consensus comme système de gestion. Pour nous, en faisant la recherche avec, par et pour les agriculteurs, nous avons gagné la confiance des partenaires limitrophes qui, de ce fait, ont apprécié cette méthodologie transparente, qui sort du trop scientifique tout en restant réaliste.

Participation au processus décisionnel de gouvernance et leadership féminin

66Au niveau organisationnel, des réunions de sensibilisation sur les questions environnementales, de multiples ateliers au sujet des technologies possibles et des schémas participatifs pour la gouvernance des ressources naturelles ont fait que la population, les membres de l’administration de base, les services décentralisés de l’État (niveau communal) prennent progressivement conscience des enjeux et défis de l’environnement en perpétuelle dégradation au Burundi en général et dans les sites en particulier.

67Le taux moyen de participation de la femme est passé de 29,6 % en juin 2009 à 45 % pour les conseils et à 41 % pour les CGRN. La participation de la femme a connu une augmentation appréciable, ce qui témoigne de sa préoccupation pour des questions environnementales en l’occurrence le problème de bois de chauffage pour le ménage.

68D’après Ndiaye et al. (2006), le nombre relativement faible de femmes impliquées dans les activités de gouvernance locale et de gestion décentralisée des ressources naturelles tient à plusieurs facteurs dont le plus important est d’ordre institutionnel. Pour le cas d’espèce, la participation de la femme s’est beaucoup accrue. En comparant l’effectif des femmes dans les associations trouvées sur place et qui ont été interpellées à participer dans la présente recherche, force est de constater que la tendance a fortement évolué vers une augmentation de leur nombre dans les nouvelles structures de gouvernance des ressources naturelles collectives.

69S’agissant de l’implication des femmes dans les activités régulières de recherche sur les sites et surtout dans la réhabilitation des boisements communaux, le pourcentage est estimé à 56,3 % des femmes étant donné que ce sont les membres des groupes Haguruka, un mouvement paysan accompagné par ADISCO pour l’autopromotion qui a mobilisé l’ensemble des communautés pour la gouvernance des ressources naturelles en l’occurrence la réhabilitation des boisements communaux et les activités d’aménagement des dispositifs antiérosifs. Notons que le taux de participation était de zéro au début de cette étude, car de telles activités n’étaient pas organisées.

Quelques leçons apprises

70En analysant les résultats obtenus, nous avons constaté que le développement du processus qui a abouti à la mise en place des CGRN est un travail de longue haleine. Il a fallu beaucoup de temps pour déboucher sur un bon comité fonctionnel. En effet, la période de sensibilisation et de conscientisation exige un accompagnement de proximité qui a duré environ quatre semaines.

71Le renforcement des capacités des membres a requis des formations intensives sur des thématiques intéressantes pour la communauté notamment des technologies innovantes et à haute valeur ajoutée comme la culture des champignons comestibles, la gestion intégrée de la fertilité des sols, l’aménagement optimal des dispositifs antiérosifs, l’évolution des textes législatifs et réglementaires, les bonnes pratiques et les outils de gestion des ressources naturelles pour ne citer que cela.

72Parmi les principaux enjeux de la gestion intercommunautaire des ressources naturelles, il faut considérer l’enjeu méthodologique : un renforcement des capacités de gestion locale pour concilier l’exploitation, assurant le meilleur profit à court terme et la conservation de la ressource à long terme. Les collectivités quelles qu’elles soient doivent disposer de capacités techniques bien particulières : régler les conflits d’intérêts entre usagers, définir les règles communes d’exploitation des ressources…

73La structuration paysanne quant à elle a exigé environ deux semaines. L’accompagnement des jeunes comités a nécessité l’établissement d’un plan d’action pour une stratégie de gestion communautaire participative et ce travail a duré une semaine par site, contrairement à Alison (2010) qui soutient que le soutien financier et la formation doivent se poursuivre pendant un certain nombre d’années pour s’assurer que la foresterie communautaire soit efficace et largement mise en œuvre.

74Enfin, le processus de base pour une gestion participative et communautaire a duré vingt-huit semaines et comprend généralement sept étapes, à savoir :

  • réaliser un inventaire exhaustif et la caractérisation des boisements communaux et domaniaux,

  • organiser des réunions d’information de la communauté (population, administration, services de l’État et les autres intervenants),

  • définir les activités à réaliser dans différents domaines,

  • définir la manière et les moyens pour le faire,

  • mettre sur pied un comité de gestion communautaire, ce dernier étant différent du CGRN, définir clairement les organes,

  • élaborer progressivement des textes simples d’application relatifs à la bonne gouvernance des ressources naturelles comme des « gentleman agreement » (Mineeatu, 2010a ; 2010 b), et

  • la mise en place et l’institutionnalisation d’un CGRN compétent et compétitif dure au moins quarante-quatre semaines, exige des moyens humains et matériels suffisants et de qualité.

75L’expérience tirée des changements induits par la mise en place des CGRN a apporté une valeur ajoutée pour ADISCO, pour l’administration, pour les institutions de recherche et d’enseignement ainsi que pour la communauté. Pour ADISCO, le CGRN est un autre canal important pour le transfert des innovations au sein de sa zone d’intervention et qui peut être valorisé par d’autres intervenants. Pour l’administration, le CGRN constitue un outil et un espace d’échange pour les questions épineuses en lien avec le développement de la commune en général et la promotion de la bonne gouvernance des ressources naturelles collectives. C’est également un cadre approprié pour assurer le suivi de la bonne gestion du patrimoine communal, ce qui contribue aussi à l’amélioration des recettes de la commune. Ces recettes sont destinées aux actions de développement local comme le sont au Cameroun les fonds tirés des redevances forestières. D’une manière générale, l’utilisation de ces fonds notamment par les communes ne correspond pas toujours à l’éthique que l’on est en droit d’attendre de la gestion de ces derniers (Milol, 2006). Pour les institutions de recherche et d’enseignements, le CGRN est venu confirmer l’importance de la recherche avec la participation des agriculteurs. Les résultats ont été vite compris par les utilisateurs immédiats et le coût de la recherche s’est trouvé amoindri comparativement à la recherche classique. La diffusion des résultats de la recherche a été particulièrement rapide. Quant à elle, la communauté a trouvé aisément un porte-parole de taille pour des questions sur la gouvernance des ressources naturelles ; ce que confirme les propos de Mahonghol (2009) qui dit qu’un tél porte-parole est une autorité locale légale qui garantit le partage équitable des bénéfices issus de l’exploitation et de l’utilisation des ressources naturelles. Auparavant, ce domaine ne semblait être qu’une affaire de l’État et la population n’y attachait aucune importance.

Conclusion et perspectives d’avenir

76Les conflits armés qui ont caractérisé la région est congolaise (Sud-Kivu), le Burundi et le Rwanda ont conduit à la dégradation des conditions de vie des communautés rurales et les a plongées dans la pauvreté. Ce qui a eu comme conséquence la destruction de l’environnement et la défaillance des institutions de gestion et de gouvernance de ressources naturelles.

77Notre question principale de recherche était de savoir comment peut-on, par la recherche-action participative, renforcer l’apprentissage adaptatif des communautés pauvres qui émergent des conflits, de manière à promouvoir l’action collective, la participation responsable aux processus décisionnels liés à la gouvernance de l’environnement et l’adoption et l’utilisation des innovations technologiques de GRN par les femmes et les hommes ?

78Après plus de trente mois de recherche-action, nous avons abouti à plusieurs résultats dont les plus importants sont la mise en place d’un comité pour la gouvernance des ressources naturelles collectives, l’amélioration des exploitations familiales par l’installation des dispositifs antiérosifs par la gestion optimale de la fertilité, l’introduction de technologies innovatrices en l’occurrence la culture des champignons pleurotes. Tous ces résultats ne constituent pas une finalité en soi, mais prouvent que l’acquisition du pouvoir par les CGRN est un enjeu de taille pour la gouvernance participative.

79En effet, après dix ans de mise en œuvre de l’approche de cogestion des boisements communaux dans les provinces de Ngozi et Muyinga, les résultats montrent que cette approche est bien meilleure. Les CGRN ainsi accompagnés à Rutegama et à Kabarore apportent une plus value par rapport à la simple cogestion du fait que les membres du CGRN sont de véritables porte-paroles pour toute la communauté et ne mettent pas en avant leurs propres intérêts comme c’est le cas dans les autres systèmes de cogestion suivi jusque-là au Burundi. Les contrats négociés permettent d’asseoir une bonne gestion du patrimoine communal commun sans oublier l’atténuation de la corruption autour des ressources communautaires considérées jadis comme sans propriétaires. La caisse communale s’en retrouve aussi améliorée par les recettes issues de la cogestion.

80Au terme des analyses sociales, nous constatons que le système basé sur le modèle de CGRN fonctionne bien et pourrait être généralisé comme une stratégie nationale pour la bonne gouvernance des ressources naturelles collectives au Burundi. Nous recommandons à tous les intervenants et en particulier aux ONG de mettre en œuvre des projets à long terme afin de s’assurer que les structures qu’elles mettent en place sont durables. Les CGRN ont exigé beaucoup de temps et un accompagnement sur une période d’au moins deux ans pourrait consolider de telles institutions dans le long terme.

81En plus, des innovations incitatives sont de véritables déterminants dans la construction des structures communautaires solides comme les CGRN. En définitive, il faudrait que les CGRN se coalisent en réseaux solidement ancrés dans la communauté pour mettre en place un mouvement paysan crédible, représentatif, solidaire, dynamique et autonome pour la gouvernance durable des ressources naturelles collectives dans un contexte post-conflit. Le réseau pourra ainsi s’engager dans la voie du plaidoyer pour une gestion harmonieuse de la richesse commune.

82Bien qu’elle nous ait conduits à des résultats intéressants, notre étude n’a duré que trente mois et s’est limitée à deux communes. Nous ne prétendons pas avoir épuisé l’analyse des attributs, des avantages et d’autres questions concernant les CGRN. Bien d’éléments subtils et importants nous ont certainement échappé.

83C’est pourquoi nous présentons nos résultats comme une contribution dans ce domaine important non seulement pour le Burundi, mais également pour le monde entier étant donné que la dégradation de l’environnement n’a pas de limite et affecte tout le monde. Une évaluation externe est indispensable et pourrait dévoiler bien d’autres éléments susceptibles d’améliorer la présentation du présent travail.

Remerciements

84Nos remerciements s’adressent à l’endroit des chercheurs de la faculté d’agronomie de l’Université du Burundi, de l’Institut des sciences agronomiques du Burundi et des collègues de l’ADISCO qui nous ont accompagnés par leurs thématiques pour la stimulation des bénéficiaires à la base. Notre gratitude s’adresse particulièrement à Stéphanie SIBONIYO et à Paul MINANI, président des deux CGRN pour avoir accepté notre collaboration dans l’initiation de cette étude, la mise en place et la direction des CGRN de Rutegama et de Kabarore.

Haut de page

Bibliographie

African Development Bank, 2011, Perspectives Economiques en Afrique. [En ligne] URL : www.africaneconomicoutlook.org/.../east-africa/burundi. Consulté le 2 juin 2012.

Alison, L.H., 2010, Gestion communautaire des forêts en République Démocratique du Congo, conte des fées ou véritable stratégie REDD. [En ligne] URL : http/ ://www.forestsmonitor.org. Consulté le 2 juin 2012.

Bonnard, J., 2011 la bataille de la terre. [En ligne] URL : www.france 24.com/fr/20110107-reporters-burundi-bataille…Consulté le 2 juin 2012.

Chevalier, J. M. et D. J., Buckles, 2008, Guide sur la recherche collaborative et l’engagement social, Editions ESKA Paris

Elloumi, M. et S. Selmi, 2006, Développement local, institutions et gestion des ressources naturelles : le cas de la communauté d’Ouled H’lel dans la délégation de Aïn Draham., [En ligne] URL : http://www.pubs.iied.org. Consulté le 2 juin 2012.

Mahonghol, D. S., 2009, Gouvernance et gestion des ressources forestières en Afrique Centrale : réfléchissons ensemble, COMIFAC, Cameroun.

Mora, S., 2008, La réforme du secteur de la sécurité au Burundi, Coordination des acteurs internationaux, prise en compte des besoins et des préoccupations des communautés au sein de leurs programmes et liens avec d’autres processus clés associés à la réforme du secteur de sécurité, Initiative For Peacebuilding, [En ligne] URL : www.initiativeforpeacebuilding.eu. Consulté le 2 juin 2012.

Milol, C.A., 2006, Gouvernance et participation dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun : impacts inattendus sur les pratiques foncières, paru dans Christoph Eberhard (dir.), Enjeux fonciers et environnementaux. Dialogues afroindiens, Pondichéry, Institut Français de Pondichéry, 549 p (233-255)

Mineeatu, 2010a, Etude d’impact environnemental et social du projet d’aménagement des bassins versants du Burundi, Bujumbura.

Mineeatu, 2010 b, Plan d’aménagement démonstratif des massifs forestiers de Gakara et Vyanda, Bujumbura.

Ndiaye, D,.S. et A. Faye, 2006, Gouvernance locale et gestion décentralisée des ressources naturelles au Sénégal, CRDI,

PNUD, 2006, Monographie provinciale et communale du Burundi, Bujumbura.

Meisel, N., J., Oul Aoudia, 2008, La « bonne gouvernance » est-elle une stratégie de développement ?

Roe, D., N. Fred et C. Sandbrook, 2010, Gestion communautaire des ressources naturelles en Afrique : Impacts, expériences et orientations futures, IIED, London.

Schneider, H., 1999, « Gouvernance participative : Le chaînon manquant dans la lutte contre la pauvreté », Cahiers de politique économique du Centre de Développement de l’OCDEA, OECD Publishing.

Theys, J., 2011, « La gouvernance, entre innovation et impuissance », Dossier 2 : Gouvernance locale et développement durable, [En ligne] URL : http://developpementdurable.revues.org/1523, Consulté le 02 octobre 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les partenaires limitrophes pour la recherche-action au Burundi
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2. Cartes des sites de Rutegema et Kabarore, Burundi
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13856/img-2.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 3. Proportion homme/femme en 2009 et Proportion homme/femme en 2011
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Libère Bukobero, Aster Bararwandika et Deogratias Niyonkuru, « La dynamique de gouvernance des ressources naturelles collectives au Burundi », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 17 | septembre 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13856 ; DOI : 10.4000/vertigo.13856

Haut de page

Auteurs

Libère Bukobero

Association pour le développement intégral et la solidarité sur les collines – ADISCO

Articles du même auteur

Aster Bararwandika

Association pour le développement intégral et la solidarité sur les collines – ADISCO

Deogratias Niyonkuru

Association pour le développement intégral et la solidarité sur les collines – ADISCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page