Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 17Participation communautaire dans ...Capital social et gouvernance des...

Participation communautaire dans la gouvernance des ressources naturelles collectives

Capital social et gouvernance des ressources naturelles collectives au Bushi dans le contexte post-conflit

Jules Barhalengehwa Basimine et Pascal Sanginga

Résumés

Ce chapitre décrit les stratégies efficaces pour renforcer le capital social qui induirait des actions collectives bénéfiques de gouvernance des ressources naturelles, particulièrement dans les agroécosystèmes comme les marais et les collines au Bushi dans un contexte post-conflit. Il met en évidence les résultats d’une recherche-action sur la gouvernance des ressources naturelles dans la région du Sud Kivu. Des enquêtes par questionnaire sur 350 ménages, des focus groups et quelques entrevues ont été réalisés. L’analyse factorielle exploratoire a permis de résumer les données et identifier les dimensions du capital social les plus explicatives tandis que la fiabilité de l’échelle de mesure a été testée par le coefficient Alpha de cronbach. Les résultats de l’étude démontrent que pour renforcer le capital social qui induirait des actions collectives de gouvernance des ressources naturelles dans un contexte post-conflit, il est impérieux de travailler systématiquement dans l’ordre prioritaire suivant : sur les interactions sociales entre les habitants des villages, ensuite sur les rapports entre associations locales sous forme des réseaux de gouvernance des ressources naturelles, puis sur les rapports entre populations et autorités locales et enfin pour une bonne gouvernance des terres et champs des collines au Bushi, il faudrait finalement aussi travailler sur la mise en évidence des normes, sanctions et conventions collectives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les récents conflits armés en République Démocratique du Congo et particulièrement à l’est du Kivu montagneux ont causé une dégradation sans précédent des conditions de vie des communautés rurales comme des déplacements massifs de populations vers les écosystèmes fragiles, la destruction du capital naturel tel les boisements, les collines cultivées, les marais et les aires protégées, la défaillance des institutions, la destruction du capital social et des institutions locales de gouvernance des ressources naturelles collectives, etc. Les communautés locales ont été fragilisées et sont ni techniquement outillées ni socialement organisées pour mener un dialogue soutenu avec les décideurs et les autres intervenants en vue d’obtenir les changements dans les politiques et les interventions nécessaires relatives à la manipulation rationnelle de l’environnement et des ressources naturelles. Les relations de voisinage qui jadis étaient le soubassement de la dynamique communautaire sont devenues froides à cause des conflits armés qui ont prévalu depuis quelques décennies. En République Démocratique du Congo et dans la région du Kivu montagneux en particulier, l’absence d’institutions politiques stables et de politiques convenables est entre autres à la base de la dégradation rapide de certains écosystèmes fragiles observée actuellement. Les autorités publiques sont quasiment absentes et il n’existe pas du tout de politiques systémiques de gouvernance des ressources naturelles (GRN).

2Devant pareilles situations, les solutions techniques en elles-mêmes ne suffisent pas. On peut bien diffuser les innovations et vulgariser les nouvelles technologies culturales, mais cela ne résoudrait pas véritablement les problèmes de bonne manipulation des ressources naturelles dans une zone post-conflit. C’est pourquoi il est tout à fait important d’introduire, de tester et de valider les concepts de capital social ou des connectivités sociales dans la recherche de solutions à ces problèmes dans un contexte institutionnel et social tout à fait fragile après plusieurs années des conflits armés.

3Des recherches réalisées dans certains pays d’Asie et d’Afrique ont démontré qu’il était possible de renforcer le processus collaboratif entre les communautés locales et les différents niveaux sociétaux pour ensuite cheminer vers la formulation des conventions collectives et s’engager dans des processus décisionnels de gestion intégrée des ressources naturelles (Tyler, 2009 ; Tyler, 2006 ; Sanginga et al., 2007 ; Goulden, 2005 ; Pretty, 2003 ; Pretty et Ward., 2001).

4Bien que le thème soit déjà abordé par d’autres scientifiques, nous nous posons la question de savoir dans cette étude : comment arriver à renforcer le capital social et donc les processus collaboratifs pour que celui-ci induise des actions collectives de gouvernance des écosystèmes fragiles comme les marais et les champs de colline au niveau local dans une zone qui sort d’une longue période de conflits armés ? Nous postulons que pour renforcer le capital social qui soit capable d’impulser des actions collectives efficaces de gouvernance des ressources naturelles dont les marais et les champs de collines dans un contexte post conflit, il faut travailler systématiquement et dans l’ordre prioritaire sur les quatre dimensions suivantes :

  • L’encadrement des rapports verticaux entre les membres de la communauté et les responsables des diverses institutions locales,

  • L’organisation et l’accompagnement efficace des actions communautaires en termes de synergie dans les différents milieux,

  • Le développement et le renforcement des normes et conventions collectives de gouvernance des ressources naturelles au Bushi après les conflits,

  • Les interactions et la coopération entre les acteurs sociaux et les membres de la communauté.

5Ce chapitre met en exergue les résultats d’une recherche-action participative doctorale conduite dans le Kivu montagneux au Bushi à l’est de la République du Congo dans le cadre d’un projet de recherche-développement visant à promouvoir des approches participatives multi-institutionnelles pour la bonne gouvernance des ressources naturelles collectives dans les sociétés post-conflits des Grands Lacs en Afrique. Ce projet, appuyé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI-Canada) était mis en œuvre en République Démocratique du Congo par la plate-forme Diobass1 au Kivu en collaboration avec des institutions universitaires de recherche.

6Il met en évidence l’importance des différentes formes d’organisations sociales qui peuvent être générées par un capital social fort de sorte qu’elles favorisent les actions collectives efficaces de gouvernance des marais et des champs de colline dans un contexte post-conflit. Nous explorons les possibilités pour que dans ce contexte de fragilité institutionnelle et d’affaiblissement des ressources sociales, tel le cas de la République Démocratique du Congo, les populations locales arrivent à définir des visions communes et à mettre sur pieds des actions concertées de protection et de réhabilitation de certains écosystèmes fragiles dont les marais et les champs de colline.

7Mis à part la présente introduction et la conclusion, cette étude est divisée en trois sections : la première concerne l’explication des concepts opératoires, la seconde se réfère à la méthodologie de recherche et la dernière à la présentation et aux discussions des résultats de la recherche.

Explication des concepts opératoires

Le capital social

8Le concept de capital social intéresse les scientifiques de plusieurs domaines depuis quelques décennies (Sanginga et al., 2010 ; Ballet, 2007 ; Sanginga et al., 2007 ; Pretty, 2001 ; Coleman, 1988 ; Ostrom, 2000 ; Bourdieu, 1980). Il est défini comme étant l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable des relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance ou en d’autres termes à l’appartenance à un groupe comme ensemble d’agents qui ne sont pas seulement dotés des propriétés communes, mais sont aussi unis par des liaisons permanentes et utiles (Bourdieu, 1980).

9Le capital social est envisagé comme les facteurs d’une structure sociale qui facilitent l’action des individus au sein de cette structure et rend possible l’action sociale. Il facilite l’action collective et est facteur de la sécurité collective (Coleman, 1988). Le capital social renvoie donc aux caractéristiques de l’organisation sociale telles que les réseaux, les normes de réciprocité ou la confiance sociale qui facilitent la coordination et la coopération en engendrant un bénéfice mutuel et en constituant des atouts majeurs pour le fonctionnement de la société et l’émergence des actions collectives (Putnam, 1995).

10Putnam (1995) distingue trois dimensions du capital social : le « Bonding social capital » qui se réfère à une sorte de colle qui cimente les réseaux fondés sur le partage d’affinités et d’appartenance communes ; le « linking social capital » qui traduit le mécanisme rassembleur et le niveau de structuration des interactions entre les acteurs sociaux et le « Briding Social Capital » qui sous-tend les liens et/ou les rapports entre la société civile et les appareils institutionnels qui la régulent. Comparativement à d’autres formes de capital (humain, financier, naturel et physique…), le capital social peut donc être collectif ou individuel.

L’important

11L’important, c’est le rôle qu’il joue dans la stabilité sociétale notamment l’accès aux moyens d’existence et la gouvernance des ressources naturelles.

12Fukuyama (1992) est le premier à avoir systématiquement expliqué le capital social par la confiance. Pour cet auteur, ce qu’on appelle interaction entre individus dans la société n’est que le fruit d’un degré de confiance élevé. Par contre, Bagnasco place ce concept dans un contexte épistémologique évolutif. Selon lui, deux conceptions s’opposent en sociologie quant au concept de capital social. La première que l’on peut qualifier de systémique s’oppose à celle relationnelle ou interactive. « Dans la première perspective, le capital social est défini comme une aptitude à la collaboration. Celle-ci est le fruit d’une culture de coopération capable d’engendrer une confiance interpersonnelle étendue. Dans la seconde perspective, le capital social suppose des ressources pour l’action collective qui résulte du tissu de relations de coopération dans lequel une personne est insérée ».

13En ce sens, le capital social est un domaine de l’organisation sociale. C’est le potentiel d’interaction coopérative que cette organisation sociale met à la disposition des personnes ».

14Un effort de systématisation et de synthèse à partir d’une revue de la littérature permet de présenter les quatre différentes dimensions du capital social illustrées dans la figure 1 ci-dessous.

Figure 1. Systématisation conceptuelle du capital social.

Figure 1. Systématisation conceptuelle du capital social.

L’action collective

15La théorie de l’action collective part inéluctablement de la notion de groupe organisé. Ceux-ci sont dits organisés lorsqu’ils possèdent des capacités considérables de décisions collectives.

16Boudon et Bourricaud (2004) formulent deux interrogations qui permettent de systématiser la problématique de l’action collective. « La première est celle de savoir sous quelles conditions un groupe lattant (c’est-à-dire un groupe poursuivant des objectifs communs) est capable d’entreprendre une action visant à promouvoir l’intérêt commun de ses membres. Ensuite, par quel processus et sous quelles conditions un groupe latent peut se transformer en groupe semi-organisé ou en groupe organisé ».

17En effet, la référence à la théorie de la conscience de classe de Karl Marx peut constituer un début de réponse à ces questionnements. Pour les marxistes, un groupe ne peut être organisé et de surcroit déboucher sur des actions collectives que si les acteurs ont une conscience de classe. Si ces derniers ont pris conscience de leur devenir, ils peuvent entreprendre des activités collectives orientées sur les intérêts de tous. La notion de l’intérêt commun devient très capitale pour que la conscience de classe existe normalement. Il se dégage de ce fait la trilogie prise de conscience- intérêt commun- action collective que nous présentons dans la figure 2.

18En amont, les acteurs doivent absolument prendre conscience et accepter de travailler ensemble pour un intérêt commun. Au fil de la dynamique sociale, aucune dimension n’est totalement potentialisée. Et même si l’on peut admettre que le point de départ de la mise sur pied des actions collectives dans un système social soit la prise de conscience des acteurs, il est possible qu’en aval celle-ci soit aussi le produit de ces mêmes actions collectives entreprises.

Figure 2. Conceptualisation de l’action collective

Figure 2. Conceptualisation de l’action collective

La gouvernance

19La gouvernance apparait comme un processus et non comme une activité. Comme concept, elle a été définie par plusieurs auteurs (Rey-Valette, 2010 ; Herman et al., 2005 ; Canet, 2004 ; Stoker, 1998 ; Rosenau et Czempiel, 1992) mais elle se comprend aux vues de la littérature comme un mode de gestion qui fait à la fois référence aux rôles des parties prenantes dont le pouvoir public et les différents acteurs privés ainsi que de la société civile. Les rapports deviennent beaucoup plus horizontaux que verticaux et où les décisions ne sont plus que l’apanage du pouvoir central mais plutôt les résultats des consultations et négociations entre les acteurs. Dans ces conditions, elle ne peut être que participative.

20En se basant sur le travail de Dietz et al. (2003) et selon Sanginga et al. (2010), la gouvernance de l’environnement peut être définie comme « un ensemble des processus participatifs et des institutions faisant appel à des intervenants multiples à différents niveaux pour faciliter la large participation de la collectivité à l’élaboration des règles, normes, limites, mécanismes de règlement de conflits, ainsi que des attentes de partage convenant aux réalités locales ».

21La littérature sur la gestion des ressources naturelles met l’accent sur l’importance des institutions sociales et des structures locales formelles ou informelles qui influencent directement ou indirectement les décisions d’accès et de gestion des ressources naturelles.

22La gouvernance des ressources naturelles signifie donc créer des conditions, structures, processus et des institutions pour faciliter la coordination de l’action collective (Sanginga et al., 2010).

23Dans cette étude nous nous focalisons uniquement sur la gouvernance des marais et champs de collines au niveau local en mettant en évidence certaines de ses dimensions que nous conceptualisons dans la figure 3.

Figure 3. Conceptualisation de la gouvernance

Figure 3. Conceptualisation de la gouvernance

24Ces différentes dimensions de la gouvernance clarifient l’ambiguïté qui s’érige en obstacle quand on recherche une position qui rallie le suffrage dans la compréhension du concept de gouvernance. Même si l’opinion accepte d’une manière peu figée que le contenu de ce concept s’appuie sur la combinaison entre autres des dimensions ci-dessus, il est tout de même évident qu’une difficulté persiste : celle de pouvoir combiner ces dernières dans une approche holiste et à des échelles sociales différentes. Comment par exemple mettre sur pied des mécanismes participatifs de prise de décision sur les ressources naturelles dans des contextes multivariés et multidimensionnels sur des niveaux international, régional ou local ? Quel est le mode de consultation et de communication horizontale entre les acteurs privés et publics sur les questions de manipulations des ressources naturelles et pour le cas de cette étude les marais et les champs de colline dans un pays qui sort des conflits armés comme la République Démocratique du Congo ? Après cette clarification des concepts clés sur lesquels repose l’étude, nous présentons un effort de synthèse conceptuelle, qui oriente nos réflexions dans la figure 4.

Figure 4. Cadre conceptuel de l’étude

Figure 4. Cadre conceptuel de l’étude

25Le premier niveau voudrait que l’on considère que l’existence d’un capital social fort favoriserait des actions collectives de gouvernance des ressources naturelles dans le contexte post-conflit et que le capital social peut être renforcé en travaillant respectivement sur ses différentes dimensions qui sont : les normes et les conventions sociales qui soutiennent les actions collectives ; les interactions entre les membres de la communauté ; les rapports verticaux entre les acteurs membres de la communauté et les différentes institutions locales ; les rapports entre les différentes organisations sous forme de réseaux.

26Il faut également retenir que lorsque le capital social est renforcé, cela permet de passer à la seconde étape qui est celle d’induire des actions collectives de gouvernance des ressources naturelles qui sont dans la présente recherche le marais et les champs de collines. Il faut donc déterminer comment arriver à renforcer le capital social pour faire aboutir le processus avec succès.

Méthodologie de recherche

Zone de l’étude

27Cette étude a été menée dans le Bushi situé dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo. Il correspond aux régions de hautes terres du Kivu situées généralement entre les rives du lac Kivu (altitude : 1463 m) et la ligne de crête de la dorsale occidentale du graben africain et dont l’altitude varie entre 1400 m et 2700 m, avec quelques sommets pouvant dépasser 3000 m d’altitude (Katunga, 2004). Il s’étend entre 27° 30’ et 29° de longitude Est, et entre 1° 30’’ et 3° de latitude Sud (Dupriez, 1986). Il est limité au nord par le territoire de Kalehe, au sud par les territoires d’Uvira et de Mwenga, à l’ouest par les territoires de Shabunda et de Walikale et à l’est par les rives du lac Kivu et la rivière Ruzizi qui constituent sa frontière avec le Rwanda, un pays voisin à la République Démocratique du Congo. Il jouit d’un climat tropical humide tempéré par l’altitude avec deux saisons de durée inégale : une longue saison des pluies qui s’étend du mois de septembre jusqu’au mois de mai (soit 9 mois) et une courte saison sèche qui s’étend du mois de juin jusqu’en août (soit 3 mois). Il est donc évident que ces deux facteurs à savoir la proximité de l’équateur et l’altitude marquent essentiellement le climat du Bushi (Dupriez, 1986).

28Cette vaste étendue comprend les chefferies coutumières de Kabare, Nindja, Ngweshe, Kaziba, Luhwinja, Burhinyi (figure 5) et le groupement de Kalonge qui fait partie administrativement de la chefferie de Buloho (territoire de Kalehe).

29Avec une superficie de 4455 km², le Bushi est situé dans la région volcanique du sud-ouest du lac Kivu et ses principales roches sont des basaltes (Passeau, 1932).

30Avec une population totale de 1249 423 habitants au 31 décembre 2010 et une superficie de 4455 km², le Bushi connaît une densité moyenne d’environs 280 habitants au kilomètre carré.

31Au début, les champs des cultures vivrières étaient localisés au pourtour de la bananeraie et des pâturages sur les terres en pente, mais suite à cet essor démographique rapide, le terroir au Bushi a connu des modifications profondes. La superficie de terre disponible par famille est évaluée à 35 ares.

Figure 5. Carte du Bushi illustrée à l’est de la RDC par une flèche en province du Sud-Kivu.

Figure 5. Carte du Bushi illustrée à l’est de la RDC par une flèche en province du Sud-Kivu.

Les sites de recherche

32Les sites de recherche choisis sont les groupements de Bugobe et d’Ikoma dans la partie est du territoire de Walungu et dans la partie sud de Kamanyola et de Nyangezi. Ces sites ont été choisis pour deux raisons : tout d’abord, c’est dans ces sites que la recherche-action a été réalise depuis mai 2009 et ensuite, ces sites sont caractérisés par une dégradation des terres causées par l’érosion et la surexploitation de celles-ci suite à la pression démographique, une destruction des boisements et des forêts communautaires due aux besoins croissants au bois de chauffe et aux charbons de bois ainsi qu’à une gouvernance qui oeuvre pour des intérêts privés, une pression engendrée par la population sur les ressources collectives et les aires protégées et une proximité par rapport à la ville et la présence de deux zones agroécologiques qui sont le lac et le parc national de Kahuzi-Biega.

33Pour des raisons de comparaison, les groupements de Kaniola et de Mudaka ont été choisis comme sites témoins respectivement pour les chefferies de Ngweshe et de Kabare.

Niveau d’échantillonnage et collecte de données

34L’échantillonnage a été fait sur deux niveaux soit au niveau des associations et des initiatives locales de développement (les comités locaux de gouvernance des ressources naturelles, les structures religieuses, les autorités locales, etc.) et au niveau des ménages paysans. Selon le niveau, la méthode d’échantillonnage a été aléatoire ou non aléatoire.

35Au premier niveau, l’exercice était de recenser et de lister toutes les unités (associations, initiatives locales, comité de gouvernance des ressources naturelles) pour avoir la base de sondage. C’est sur la base de la liste qui reprend toutes ces structures que nous avons tiré au sort celles qui ont participé régulièrement à nos réunions de recherche et à tout le processus de collecte de données. Au total, 40 structures ont été retenues à raison de 10 par site.

36Au deuxième niveau, 350 personnes représentant les ménages ont été enquêtés dans l’optique d’un échantillonnage aléatoire stratifié non proportionnel et sur la base d’un questionnaire.

37Pour comprendre comment les enquêtes désagrégées par catégorie ont été reparties par unité géographique de recherche ou groupement, nous avons comparé les effectifs globaux enquêtés avec tous les groupements. Nous présentons les résultats dans le tableau 1.

Tableau 1. Répartition des enquêtés par catégorie et par unité géographique

Groupement

Total

Ikoma

Nyangezi

bugobe

kamanyola

kaniola

mudaka

Niveau des associations locales et autres parties prenantes

Catégories

Chefs des localités

2

2

2

2

2

2

12

Responsables des associations locales

3

3

3

3

3

3

18

Membres des comités de gouvernance des RN

3

3

3

3

0

0

12

Responsable religieux

2

2

2

2

2

2

12

Total

10

10

10

10

7

7

54

Niveau des enquêtes ménages

Genre

Féminin

27

18

29

12

12

15

113

Masculin

25

48

42

32

35

54

236

Total

52

66

71

44

47

69

349

Démarche de traitement des données quantitatives.

38Pour faire l’analyse comparative de la dynamique de gouvernance des ressources naturelles entre les sites concernés par la recherche-action et les sites témoins, nous avons généré des tableaux croisés grâce aux données quantitatives. Ce qui nous a aussi permis de comprendre de manière différentielle les changements générés par la recherche-action comparativement aux sites témoins.

39Nous avons recouru à l’analyse factorielle exploratoire pour deux raisons fondamentales. La première, pour résumer les données en identifiant les variables et les dimensions les plus explicatives et même les variables avec des pourcentages élevés de variance afin de centrer le débat et valider notre position de recherche. Le choix de ce type d’analyse se justifie par la multiplicité de nos dimensions, des variables explicatives et des variables expliquées. Nous avons donc trouvé pertinent de nous appliquer d’abord à les résumer et ensuite à les réduire pour les rendre intelligibles.

40Deuxièmement, l’analyse factorielle nous a permis d’arriver à déterminer les dimensions du capital social sur lesquelles il faudra agir prioritairement pour que des actions collectives bénéfiques de gouvernance des ressources naturelles relatives aux marais et champs de colline émergent dans le Bushi.

41L’échelle de mesure utilisée était composée de 29 items regroupés en quatre dimensions. Les questions posées ont été de type catégoriel. Les enquêtés ont été appelées à faire le choix entre deux extrêmes sur une échelle de Likert à 5 points (suis totalement d’accord (5), suis totalement en désaccord (1).

42Après nous être assurés que les données convenaient bien à une analyse factorielle (KMO = 0,75 supérieur 0,5 et, le test de Sphéricité de Bartlet = 1,181), nous avons procédé à la purification de l’échelle en adoptant une démarche itérative (Churchill, 2008).

43Nous utilisions les communalités (supérieur ou égale à 0,5), la valeur propre supérieure à 1) et le pourcentage de variance expliquée (au moins 60 %) comme critères de décision.

44Ainsi, ne sont retenus dans notre solution finale que les variables qui ont des communalités supérieures ou égales à 5 %. Quant aux dimensions, seules celles qui avaient une valeur propre supérieure à 1 ont été retenues. L’extraction des facteurs principaux a été obtenue en recourant à la rotation varimax afin de maximiser les possibilités et pour que chaque variable ne soit pas fortement corrélée avec une seule dimension principale. En utilisant le critère du pourcentage de variance expliquée, nous avons donc arrêté l’extraction des facteurs si nous atteignions plus ou moins 60 % de variance expliquée (Malhotra et al., 2005).

45Quant à la fiabilité et à la validité de l’échelle de mesure, elles ont été obtenues en recourant au coefficient de Cronbach. Nous avons retenu un alpha de 0,7 signifiant un alpha élevé qui nous renseigne que notre échelle de mesure est fiable par rapport aux variables analysées.

Démarche de traitement des données qualitatives.

46Quant à l’analyse de contenu des réponses reçues lors des interviews focalisées, elle nous a permis de classifier méthodiquement les réponses de nos discussions de groupe sur les possibilités du renforcement du capital social et l’identification des facteurs qui perpétuent ou qui atténuent les mauvaises ou bonnes pratiques de gouvernance des ressources naturelles dans la région du Bushi.

Résultats et discussion

Caractéristiques de la population d’enquête

47Nous avons retenu uniquement deux paramètres que nous avons jugés importants pour caractériser notre population d’enquête. Il s’agit de l’âge des enquêtés et leur niveau d’instruction. Les résultats obtenus sont présentés dans les figures et tableaux ci-dessous.

48La répartition de la population enquêtée est présentée par tranche d’âge dans la figure 6 ci-dessous.

Figure 6. Répartition par tranche d’âge de la population enquêtée

Figure 6. Répartition par tranche d’âge de la population enquêtée

49Nous constatons que la tranche d’âge qui a été la plus enquêtée est celle se trouvant entre 30 et 36 ans, le pic se situant à 35 ans, suivis de celle se situant entre 24 et 25 ans. Ces deux configurations rassurent quant à la fiabilité des données récoltées, par rapport l’objet de notre recherche. En effet, nous avons constaté que les tranches d’âge les plus concernées par la manipulation des ressources naturelles en milieu rural et spécialement au Bushi sont situées entre 20 et 35 ans. C’est la population la plus active qui manipule plus les ressources naturelles pour avoir accès aux moyens de subsistance. C’est également elle qui a été la plus touchée par nos enquêtes. Dans la figure 7 ci-dessous, nous présentons la fréquence du niveau d’instruction des personnes enquêtées pendant notre étude.

Figure 7. Fréquence du niveau d’instruction des enquêtés

Figure 7. Fréquence du niveau d’instruction des enquêtés

50De manière évidente, il ressort que nous avons considérablement enquêté les personnes moins instruites. En effet, près de 44 % de l’échantillon total, soit 156 sur les 350 de nos enquêtés étaient des analphabètes.

51La seconde grande tranche est celle des personnes ayant fréquenté l’école primaire. Ils représentent 20,3 % de l’échantillon total, suivi ensuite de ceux qui n’ont fait qu’une alphabétisation des adultes et qui comptent pour 18 % de l’ensemble. La plupart de ces deux dernières catégories peuvent lire le swahili. Ils avaient donc plus de facilités à répondre à nos questions et fournissaient plus d’informations aux questions ouvertes. Ceux qui ont fréquenté l’école secondaire viennent en quatrième position et représentent 13,4 % et enfin il y a ceux qui ont fréquenté l’université. La plupart des responsables locaux et leaders communautaires sont dans cette tranche de l’échantillon.

52Relation entre les variables et les différentes dimensions du capital social : identification des variables significativement explicatives.

53Avant de retenir notre solution finale après purification de l’échelle, nous avons mesuré la fiabilité de la cohérence interne des variables et valider l’acceptabilité de la structure factorielle par le calcul du coefficient Alpha de Cronbach. Nous présentons les résultats dans le tableau 2.

Tableau 2. Mesure de la cohérence interne ou la fiabilité de l’échelle par le calcul du coefficient Alpha de Cronbach pour toutes les variables.

Alpha de Cronbach

Alpha de Cronbach basé sur la fiabilité des variables

Nombre total des variables testées

0,731

0,719

13

54Les résultats de l’analyse factorielle en composantes principales sont conformes aux directives de Hair et ses collègues cités par Carricano et Poujol (2008) pour une structure factorielle acceptable. Le coefficient Alpha de Cronbach pour les 13 variables retenues est globalement de 0,719 ; ce qui traduit véritablement l’existence de la cohérence interne des variables. De cette manière, notre solution finale est valide et peut être retenue.

55Comme indiqué dans la figure 4, nous avons retenu quatre dimensions essentielles du capital social à savoir : (i) les interactions entre les membres de la communauté (ii) les rapports entre les différentes organisations sous forme de réseaux (iii) les rapports verticaux entre les acteurs membres de la communauté et les différentes institutions locales, et (iv) les normes et conventions sociales qui soutiennent les actions collectives. Chacune de ses dimensions a des composantes essentielles reprises dans le tableau 3. Ce sont les résultats de l’analyse factorielle exploratoire en composantes principales après purification de l’échelle. Les détails concernant ces résultats sont présentés dans les paragraphes ci-dessous.

Tableau 3. Relation entre les variables et les différentes dimensions du capital social

Dimensions et Variables

Communalités

Alpha de Cronbach par Item

 % de variance par dimension du capital social

Les interactions entre les membres de la communauté

1

Niveau d’entraide mutuelle entre les habitants du village

741

,761

21 %

Confiance mutuelle entre les habitants du village

733

,745

3

Nombre de visites réalisées entre familles voisines

780

,695

4

Niveau de participation aux activités communautaires au village

802

,692

Les rapports entre les différentes organisations sous forme de réseaux

5

Existence des cadres de concertation des associations locales pour la mise en œuvre des actions collectives de GRN

615

,694

18 %

6

Organisation des échanges d’expériences entre associations locales sur la GRN

580

,692

7

Existence d’un leadership capable de coordonner les activités des associations pour une GRN rationnelle

839

,673

8

Mise en place des séances d’échanges communautaires

825

,679

Les rapports verticaux entre les acteurs membres de la communauté et les différentes institutions locales,

9

Faible coopération entre les autorités locales et la population sur les questions de GRN

682

,697

17 %

10

Fréquence des réunions entre autorités locales et population

599

,739

11

Rôle des autorités locales dans la gouvernance des ressources naturelles

692

,735

Les normes et conventions sociales qui soutiennent les actions collectives

12

Existence des sanctions pour ceux qui ne participent pas aux activités communautaires de GRN

593

,728

12 %

13

Existence des conventions collectives locales de GRN

596

,738

TOTAL DE LA VARIANCE CUMULATIVE

69,8 %

Les interactions sociales entre les habitants des villages au Bushi et la gouvernance des ressources naturelles

56Nous postulions au départ que la présence d’un capital social fort au Bushi est une valeur ajoutée et un véritable vecteur d’actions collectives pour une gouvernance rationnelle des ressources naturelles. Notre préoccupation à ce niveau était de rechercher comment procéder pour que le capital social soit renforcé de sorte que les différentes couches sociales participent de manière fructueuse à la prise des décisions sur la gestion des marais et champs de colline, qu’elles mettent en place un contrôle participatif, communiquent de manière concertée et inclusive, et en enfin qu’elles résolvent rationnellement leurs problèmes dans un contexte post-conflit,

57Les résultats de l’étude démontrent que renforcer le capital social au Bushi en période post-conflit consiste prioritairement à structurer les interactions entre les différents acteurs sociaux (paysans agricoles et exploitants de marais et champs de colline). L’analyse place cette dimension du capital social au premier niveau avec 21 % de variance. Les données de terrain ont aussi démontré que les interactions sociales, mesurées dans le cas d’espèce à partir de quatre variables reprises ci-dessus étaient plus renforcées dans les zones où se passait la recherche-action comparativement à d’autres zones. Les activités collectives à l’égard du processus de gouvernance des ressources naturelle dont spécifiquement les marais et champs de collines ont obéi à cette dynamique. Nous avons essayé de comparer les données recueillies de manière différentielle dans les sites de recherche et sur la base des tableaux croisés et avons obtenu les résultats repris dans le tableau 4.

58Les résultats des enquêtes quantitatives et qualitatives ont démontré que les interactions entre paysans, qui est la dimension du capital social prioritairement soutenable pour arriver à disposer des actions collectives efficaces de gouvernance des ressources naturelles, ont été plus renforcées dans les groupements où se déroulait la recherche-action notamment à Nyangezi, Kamanyola, Ikoma et Bugobe, bien que de manière différentielle aussi. Dans les groupements de Kaniola et Mudaka, considérés comme zones témoins, les interactions entre habitants des villages n’ont pas été renforcées comparativement aux zones de la recherche-action précitées.

59À partir des données du tableau 4, relatives à la comparaison entre les variables de la première dimension du capital social, il ressort que les enquêtés ont été totalement d’accord que les activités du projet de recherche-action ont significativement renforcé les possibilités d’entraide mutuelle, la confiance entre les acteurs et même la fréquence des rencontrent d’échanges.

Tableau 4. Comparaison entre les variables retenues après analyse factorielle de la première dimension du capital social et les différentes zones de cherche

Variables

Échelle

Ikoma

Nyangezi

Bugobe

Kamanyol

Kaniola

Mudaka

Total

Niveau d’entraide mutuelle entre habitants du village

1

34

39

54

36

8

10

181

2

9

25

17

7

6

10

74

3

2

0

0

0

1

0

3

4

5

1

0

0

5

16

27

5

3

1

0

1

27

33

65

Total

350

Confiance mutuelle entre habitants d’un village.

1

31

38

48

31

6

10

164

2

11

25

23

12

10

14

95

3

2

0

0

0

1

4

7

4

7

1

0

1

8

6

23

5

2

2

0

0

22

35

61

Total

350

Nombre de visites entre voisins d’un village

1

32

40

50

33

7

6

168

2

13

25

21

7

6

8

80

3

2

0

0

2

4

0

8

4

6

1

0

2

10

20

39

5

0

0

0

0

20

35

55

Total

350

Participation aux activités communautaires de gouvernance des ressources naturelles

1

39

56

58

37

7

18

215

2

8

6

12

6

3

6

41

3

2

4

1

0

5

2

14

4

2

0

0

0

4

5

11

5

2

0

0

1

28

38

69

Total

350

Échelle : 1 = totalement d’accord, 2 = d’accord, 3 =neutre, 4 = pas d’accord 5 = totalement en désaccord.

60La fréquence de la réponse totalement d’accord quant à la question de savoir si les activités de la recherche-action avaient renforcé réellement les interactions entre les membres de la communauté, en s’appuyant sur les quatre variables retenues après ventilation de l’échelle de mesure par l’analyse factorielle se situe entre 31 et 58 pour l’ensemble des zones de la recherche-action tandis que pour les zones témoins, celle-ci se trouve entre 6 et 18 dans les tableaux croisés constitués sur la base des données récoltées sur le terrain.

61À Nyangezi, les travaux collectifs de luttes antiérosives par le reboisement de la colline de Bangwe et le drainage du marais de Kanyantende ont été rendus possibles suite aux activités de la recherche-action entreprises. Ces travaux ont été à la base d’un renforcement des rapports entre les différentes couches de la population y compris la confiance mutuelle et le souci d’entreprendre des activités collectives de gestion des ressources naturelles. Dans les groupements de Bugobe et Ikoma par contre, la participation des populations aux activités collectives d’intégration des espèces agroforestières sur les collines de culture et même l’implication des autorités locales ont été impulsées par la mobilisation des animateurs du projet, les chercheurs et les comités locaux de gouvernance des ressources naturelles mises en place pour le suivi de proximité.

62En effet, depuis le lancement du projet de recherche-action, toutes les parties prenantes au processus (chercheurs, membres des comités locaux de gouvernance des ressources naturelles, autorités et populations locales…) ont organisé plusieurs réunions d’échanges d’expériences, des séances de formations, des expérimentations participatives, des activités collectives dans les différentes zones, etc., afin d’amener les populations locales à pouvoir développer des visions communes de gouvernance des marais, des boisements et des champs de collines.

63Dans les zones témoins, la situation est totalement différente. Nous avons constaté une absence de dynamique cohésive capable d’impulser des actions collectives de gouvernance des marais et des champs de collines comme celle rencontrée dans les zones opérationnelle de la recherche-action. Dans les discussions avec les populations de Mudaka et Kaniola, il s’est dégagé que les activités collectives existaient jadis surtout en ce qui concerne les travaux dans les marais, mais que ces derniers ont été totalement affectés par les conflits armés et ne sont presque plus organisés.

64Cette analyse comparative permet de formuler une proposition : lorsque l’entraide mutuelle entre habitants d’un village, la confiance mutuelle, la fréquence des rencontres ou des visites entre voisins, la participation aux activités collectives ou communautaires sont renforcées, cela permet de développer des visions collectives de gouvernance des ressources naturelles dans un contexte spécifique de post-conflits.

65En effet, dans les zones où les interactions entre les couches de la population étaient renforcées par différentes activités organisées au fil du processus de recherche-action, notamment la tenue des réunions participatives sur les questions de gouvernance des ressources naturelles, l’organisation des ateliers de visionning faisant participer les chercheurs et toutes les parties prenantes aux activités du processus de la recherche-action, les séances d’échanges d’expériences entre populations des différentes couches de la zone de recherche, les expérimentations participatives, etc., nous avons constaté que les populations s’étaient collectivement impliquées dans les activités de gestion de ressources naturelles comparativement aux zones dans lesquelles aucune activité n’était entreprise.

66Certaines études conduites en Afrique de l’est, de l’ouest et même en Asie ont démontré la même chose bien que le contexte soit tout à fait différent (Tyler, 2006). Elles mettent en évidence que plus les relations sociales sont fortes dans le sens où la confiance entre les acteurs et l’existence des réseaux sont véritables, plus la participation locale à la prise de décision dans la gouvernance des ressources naturelles sera effective.

Renforcer les rapports entre associations locales sous forme des réseaux de gouvernance des ressources naturelles au niveau local.

67Des résultats du tableau 4, il ressort également que renforcer le capital social sous-tend en second lieu de renforcer les rapports entre les différentes organisations sous forme de réseaux. Cette dimension du capital social explique les 18 % de variance.

68Notre analyse met en exergue quatre variables fortement liées à cette dimension du capital social, notamment : (i) la mise en évidence des cadres de concertation des associations locales pour mettre en œuvre les actions collectives de GRN (ii) suivi de l’organisation des échanges d’expériences entre associations locales sur la gouvernance des ressources naturelles dont les marais et les champs de collines (iii) puis la formation d’un leadership capable de coordonner les activités des associations pour une gouvernance rationnelle des ressources naturelles et enfin (iv) la mise en place des séances d’échanges communautaires dans les villages respectifs.

69Au regard des résultats des nos enquêtes, cette dynamique partirait inévitablement d’un travail systématique sur des cadres de concertation entre différentes associations et organisations paysannes qui devraient être fonctionnels et durables et des échanges d’expériences entre les associations des différents groupements ou villages sur les mécanismes de gouvernance des ressources naturelles mis en place. Une capacité de coordination des activités des associations et l’organisation des échanges communautaires sont deux autres préalables supplémentaires pour posséder des actions collectives de gouvernance des ressources naturelles efficaces.

70Le tableau 5 ci-dessous compare les perceptions des enquêtes dans les zones de recherche-action et les zones témoin sur deux composantes de la deuxième dimension du capital social (les rapports entre les différentes organisations sous forme de réseaux).

Tableau 5. Perceptions des enquêtés sur l’existence des cadres de concertations entre associations dans les villages

Groupements

Échelle de perceptions

Total

1

2

3

4

5

Ikoma

13

11

3

7

19

53

Nyangezi

48

18

0

0

0

66

Bugobe

52

19

0

0

0

71

Kamanyola

33

11

0

0

0

44

Kaniola

8

11

4

7

17

47

Mudaka

22

8

11

12

16

69

Total

176

78

18

26

52

350

Échelle : 1 = totalement d’accord, 2 = d’accord, 3 = neutre, 4 = pas d’accord, 5 = totalement en désaccord.

71Deux choses ont été constatées dans les zones de la recherche-action comparativement aux zones témoin. Des cadres de concertation entre différentes associations sur les questions de la gouvernance des ressources naturelles ont été mis en place. Des associations de développement au niveau local ont commencé à se rencontrer régulièrement et à réfléchir sur les grands problèmes de gouvernance des ressources naturelles spécifiquement sur le cas des marais et des champs de collines.

72Les chercheurs et les autres animateurs du projet ont facilité tout le temps la fonctionnalité des rencontres. Petit à petit, les différentes associations ont pris conscience de l’importance de ces réseaux constitués pour une gouvernance des ressources naturelles. Au début du projet, les acteurs n’ont pas semblé comprendre pourquoi ils devaient se rencontrer pour essayer de discuter des questions ayant trait à la gestion et/ou à la gouvernance des ressources naturelles en plus d’autres questions comme celles relatives à la sécurité, à la recherche des bailleurs des fonds pour leurs activités respectives, etc.

73Les animateurs du projet et les chercheurs impliqués ont organisé plusieurs séances de discussions dans lesquelles tous les acteurs étaient impliqués, ce qui a stimulé de plus en plus la détermination des associations à se rencontrer périodiquement pour débattre des questions liées à la gouvernance des marais et des champs de collines. En examinant les données de terrain, le groupement de Bugobe vient en première position suivie de Nyangezi, puis de Kamanyola, avec respectivement 52, 48 et 33 comme fréquence de réponses positives à la question de savoir si les concertations entre associations locales avaient commencé dans les villages sur les questions de gouvernance des ressources naturelles, tandis que dans les groupements de Kaniola et Mudaka, la tendance semble être plus contraire. Les fréquences des réponses positives obtenues se situent au bas de l’échelle. Ceci traduit les différences d’impacts entre d’une part les zones de recherche-action et celles dans lesquelles la recherche-action ne s’est pas réalisée. Dans le tableau 6, nous donnons la perception des enquêtés sur les échanges d’expérience entre membres des associations.

Tableau 6. Perceptions des enquêtes sur les échanges d’expérience entre membres des associations

Légende : 1 = totalement d’accord, 2 = d’accord, 3 = neutre, 4 = pas d’accord, 5 = très moins d’accord.

74Sur les questions de gouvernance des ressources naturelles, la situation est pareille pour la mise en route des échanges d’expérience entre les membres des associations. Les résultats montrent que les séances d’échanges d’expérience entre les membres des associations locales et d’autres parties prenantes ont commencé à être plus fréquentes et à s’organiser dans les zones du projet comparativement à d’autres zones non couvertes par la recherche-action. Bugobe vient encore en première position suivie de Nyangezi et de Kamanyola.

Les rapports entre autorités et populations locales pour la gouvernance des ressources naturelles

75Les résultats montrent que la dimension du capital social relative aux rapports entre les autorités et populations locales vient en troisième position avec 17 % de variance. Les variables qui ont présenté une forte corrélation avec cette dimension sont notamment (i) le niveau de coopération entre les autorités locales et la population sur les questions de gouvernance des ressources naturelles (ii) la fréquence des réunions entre autorités locales et populations, et (iii) le rôle joué par les autorités locales dans la gouvernance des ressources naturelles, dont les marais et les champs de collines. Dans quelle mesure le rôle des autorités locales peut-il être remis au bas de l’échelle dans la définition et la mise en applications des mesures de bonne gouvernance des ressources naturelles ?

Nous avons posé à plusieurs reprises la question de savoir comment les autorités locales étaient impliquées dans les activités de protection et de réhabilitation des marais et champs de collines.

76Jusqu’à 68 %, nos enquêtés ont soutenu que les associations locales étaient plus actives dans les activités de gouvernance des marais et champs des collines et que les autorités locales jouaient un rôle très minime. Même les variables retenues avec une importante cohérence interne possèdent un pourcentage de variance faible pour la dimension précitée. Le rôle des autorités locales est pourtant capital dans certaines conditions. À un certain niveau, les conventions locales de gouvernance des marais et champs de collines définies par les populations locales et d’autres parties prenantes ont besoin d’être soutenues par l’autorité locale pour leur mise en application. Il est donc impérieux que ces autorités se rapprochent de plus en plus des populations locales et s’impliquent activement dans les différentes activités de gouvernance des ressources naturelles.

Mettre en évidence les normes, sanction et convention collective de gouvernance

77La dimension relative aux normes, sanctions et conventions collectives est reprise au dernier niveau (12 % de variance). Deux variables ont pourtant été retenues de par l’analyse. Il s’agit de l’existence des sanctions pour les non-participants aux activités communautaires de gouvernance des ressources naturelles et l’existence des normes et conventions collectives de gouvernance des ressources naturelles. Ces dernières ont un faible poids factoriel. Ce qui fait qu’elles ne sont pas suffisamment explicatives selon notre échelle de mesure. Il est donc important de travailler sur les conventions collectives et mettre en place des mécanismes des sanctions pour que les acteurs s’impliquent davantage dans les activités de protection et de réhabilitation des marais et champs de colline au Bushi.

Conclusion

78En somme, notre objectif de recherche était d’étudier comment renforcer les différentes dimensions du capital social, et de surcroît les actions collectives à la base, afin que celles-ci influencent significativement la gouvernance des ressources naturelles spécifiquement sur le cas des marais et des champs de collines au Bushi dans un contexte post-conflit.

79Nous avions postulé au départ que pour renforcer le capital social au Bushi en période post- conflits et pour que cela induise des actions collectives de gouvernance rationnelle et efficace des ressources naturelles, un travail minutieux devrait être réalisé en priorité sur l’encadrement des rapports verticaux entre les membres de la communauté et les responsables des diverses institutions locales, suivies de l’organisation et l’accompagnement efficace des actions communautaires en termes de synergie dans les différents milieux, et successivement le développement et le renforcement des normes et conventions collectives de gouvernance de ressource naturelle et les interactions entre les acteurs sociaux.

80Dans cette étude, nous avons défini le capital social à partir de ses quatre dimensions essentielles, à savoir : (i) les interactions entre les membres de la communauté (ii) les rapports entre les différentes organisations sous forme de réseaux (iii) les rapports verticaux entre les acteurs membres de la communauté et les différentes institutions locales, et (iv) les normes et conventions sociales qui soutiennent les actions collectives. Chacune de ses dimensions a plusieurs composantes qu’il convient de bien cerner. Nous avons conduit des enquêtes sur 350 ménages, effectué des focus groups et quelques interviews focalisées dans 6 sites dont 4 sites d’action rechercher pour le projet, et 2 sites témoins pour mener une étude comparative.

81Nous avons recouru à l’analyse factorielle pour déterminer les dimensions du capital social sur lesquelles il faudra agir prioritairement pour que des actions collectives bénéfiques de gouvernance des ressources naturelles relatives aux marais et champs de colline émergent dans le Bushi. L’analyse factorielle exploratoire a permis de résumer les données et identifier les dimensions du capital social les plus explicatives, tandis que la fiabilité de l’échelle de mesure a été testée par le coefficient Alpha de Cronbach.

82Les résultats de l’étude démontrent que pour renforcer le capital social, pour qu’il induise des actions collectives de gouvernance des ressources naturelles dans un contexte post conflit, il est impérieux de travailler systématiquement dans l’ordre prioritaire suivant. D’abord, sur les interactions sociales entre les habitants des villages : Il s’agit de renforcer l’entraide mutuelle entre les habitants des villages, suivi de la confiance mutuelle entre les habitants, le nombre de visites réalisées entre familles voisines et le niveau de participation aux activités communautaires. Ce sont ces variables qui se sont montrées fortement corrélées à la dimension après analyse factorielle. En second lieu, il est important de structurer les rapports entre les associations locales sous forme de réseaux de gouvernance des ressources naturelles. Il s’agit mettre en place les cadres de concertation entre différentes associations et organisations paysannes, de privilégier les échanges d’expériences entre les associations sur les mécanismes de gouvernance des ressources naturelles et enfin coordonner efficacement les différentes activités de gouvernance mise en place. En troisième lieu, il faut travailler sur les rapports entre populations et autorités locales, ce qui signifie qu’il faut rendre efficace le niveau de coopération entre les autorités locales et la population sur les questions de gouvernance des ressources naturelles en multipliant la fréquence des réunions sur les questions de gouvernance des ressources naturelles, dont les marais et les champs de collines. Enfin, la mise en évidence des normes, sanctions et conventions collectives pour une bonne gouvernance des terres et champs des collines au Bushi dans un contexte post conflits.

83Bien que la vision systémique combinant à la fois toutes les dimensions du capital social doit être prise en compte, ces résultats permettent d’échelonner prioritairement les pas à aborder pour amener les populations paysannes et d’autres parties prenantes à définir de manière participative des visions communes de gouvernance des certains écosystèmes fragiles tels que les marais, les boisements collectifs, les aires protégées, les champs de collines, etc. Les différents acteurs (chercheurs, agents de développement, structures étatiques, organisations non gouvernementales de développement…) travaillant dans les zones post-conflits pour une gouvernance des ressources naturelles se serviraient de pareils résultats de recherche pour cadrer efficacement leurs interventions.

Haut de page

Bibliographie

Ballet, J., 2007, « La gestion en commun des ressources naturelles : une perspective critique », Développement durable et territoires [En ligne], Varia, [En ligne] URL : http://developpementdurable.revues.org/index3961.html. Consulté le 20 juillet 2009.

Bourdieu, P., 1980, « Le capital social », in Actes de la recherché en sciences sociales, n° 31.

Boudon, R. et F. Bourricaud, 2004, Dictionnaire critique de la sociologie, Puf, Paris, 7è édition, 714p.

Canet, R., 2004, « Qu’est-ce que la gouvernance ? ». in Conférences de la Chaire MCD.

Carricano, M. et F. Poujol, 2008, Analyse des données avec SPSS, collection synthex, Pearson Education, Paris

Coleman, J., 1988, Social capital in the creation of human capital. American Journal of Sociology, 94, 95-120.

Churcill, C., 2008, Le soutien social au travail : conceptualisation, mesure et influence sur l’épuisement professionnel et l’implication organisationnelle, étude d’un cas hospitalier, thèse, CNRS, Université de Rennes1,

Dietz, T., E. Ostrom et P.C. Stern, 2003, The struggle to govern the commons. Science, 302 :1907–1912.

Dupriez, H., 1987, Bushi, l’asphyxie d’un peuple, Bukavu, Terres et vie, Nivelles.

Fukuyama, F., 1992, La confiance et la puissance, vertus sociales et prospérités économiques, paris, Plon, 56 p

Goulden, M., 2005, « Adaptation to climate variability in East African lakes and wetlands : The role of social capital in promoting resilience » Holmen Fjord Hotel, Asker, [En ligne] URL : http://www.cicero.uio.no/humsec/papers/Goulden.pdf

Herman, G. et P. Alikazancigil, 2005, La gouvernance : un concept et ses applications, Paris, Karthala

Malhotra, N., 2007, Etude marketing avec SPSS, ed pearson Education, Paris,

Ostrom, E., 2000, Collective action and the evolution of social norms. The journal of Economic perspectives 14 (3), 137 -158.

Passeau, G., 1932,« La région volcanique du sud-ouest du lac-Kivu » in BIRCB, 3(2), Bruxelles,193

Pretty, J., 2003, Social capital and the collective management of resources in Science 32 : 1912-1914

Pretty, J. et H. Ward, 2001, Social capital and the environment. World Development, 29(2) : 209–227.

Putnam, P., 1995, Bowling a lone : America’s Declecling social capita in Journal of Democracy,

Rosenau, J., et Czempiel, 1992, Governance Without Government : Order and Change in World Politics, New York, Cambridge University Press,

Rey-Valette, H. et M. Antona, 2009, Gouvernance et gestion intégrée du littoral : l’exemple des recherches françaises », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 9 numéro 1, [En ligne], URL : http://vertigo.revues.org/index8455.html. Consulté le 21 janvier 2010

Sanginga, P. C., R. N. Kamugisha et A. M. Martin , 2007, The Dynamics of Social Capital and Conflict Management in Multiple Resource Regimes : A Case of the Southwestern

Highlands of Uganda. Ecology and Society 12 (1) : 6. , [En ligne] URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol12/iss1/art6/

Sanginga, P., R. Kamugisha,, et A. Marin, 2010, Strengthening Social Capital for Adaptive Governance of Natural Resources : A Participatory Learning and Action Research for Bylaws Reforms in Uganda. Society and Natural Resources, 23 :1–16

Stoker, G., 1998, Cinq propositions pour une théorie de la gouvernance in Revue internationale des Sciences Sociales, n° 155, UNESCO/ères, Paris,

Tyler, S., 2006, Communities, livelihoods and natural resources, IDRC, Ottawa,

Tyler, S., 2009, La Cogestion des Ressources Naturelles. Réduire la pauvreté par l’apprentissage local. , [En ligne] URL : http://www.idrc.ca/fr/ev-103297-201-1-DO_TOPIC.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Systématisation conceptuelle du capital social.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2. Conceptualisation de l’action collective
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3. Conceptualisation de la gouvernance
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4. Cadre conceptuel de l’étude
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 5. Carte du Bushi illustrée à l’est de la RDC par une flèche en province du Sud-Kivu.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6. Répartition par tranche d’âge de la population enquêtée
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13863/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 7. Fréquence du niveau d’instruction des enquêtés
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13863/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Barhalengehwa Basimine et Pascal Sanginga, « Capital social et gouvernance des ressources naturelles collectives au Bushi dans le contexte post-conflit », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 17 | septembre 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13863

Haut de page

Auteurs

Jules Barhalengehwa Basimine

Université officielle de Bukavu, faculté de Sociologie, courriel : julesbarhalengehwa@yahoo.fr

Pascal Sanginga

Centre de recherches pour le développement international (CRDI)-Canada, Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search