Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 17Participation communautaire dans ...Renforcement de capacités des act...

Participation communautaire dans la gouvernance des ressources naturelles collectives

Renforcement de capacités des acteurs locaux dans la gestion des ressources naturelles à travers la résolution des conflits sensibles à la conservation à l’est de la République Démocratique du Congo

Deo Kujirakwinja, Papy Shamavu, Alain Twendilonge, Innocent Karhagomba Balagizi et Jean Berchmans Muhigwa

Résumés

L’approche de résolution des conflits sensibles à la conservation a été développée par l’Institut international de développement durable (IIDD) et expérimentée dans les aires protégées par la Wildlife conservation society (WCS). Cette approche a été utilisée par la WCS pour amorcer un processus multi-acteur dans le parc national des Virunga (PNVi) pour mettre en place un cadre de dialogue et un climat de confiance entre les différents acteurs impliqués dans la pêche au lac Édouard ; ce qui a conduit à une réorganisation de la pêche et la considération de l’agence de gestion du parc, l’Institut congolais pour la conservation de la nature. Au parc national de Kahuzi-Biega, la même approche et le même processus ont servi pour redynamiser le comité de conservation communautaire (CCC) de Bugobe, améliorer la collaboration entre différents groupes sociaux de Bugobe et restaurer le dialogue entre les acteurs et groupes sociaux isolés impliqués dans l’utilisation illégale des ressources naturelles du parc. Cette approche permet de rétablir le dialogue entre différents intervenants (population, structures étatiques, Société civile et confessions religieuses) et elle renforce les capacités des partenaires locaux en développant les structures organisées à la base pouvant influencer les conflits basés sur les ressources naturelles.

Haut de page

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Afrique
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les communautés riveraines des aires protégées de la plupart des pays en développement sont souvent plongées dans un état de pauvreté très aiguë avec comme corollaire une forte dépendance aux ressources naturelles pour leur survie : soit en termes de nourriture ou de combustibles, soit pour les plantes médicinales et les matériaux de construction, soit encore en convertissant les forêts en espaces cultivables (Weeks et Mehta, 2004 ; PNUE, 2008a). L’utilisation de ces ressources est controversée dans le statut des forêts restantes qui sont gérées comme des aires protégées (APs), des parcs nationaux ou des réserves. Ainsi, les communautés riveraines ne parviennent pas/plus à répondre à leurs propres besoins vitaux, perdant parfois leur propre identité socioculturelle car la ressource déterminante n’est plus utilisable au niveau des ménages et des individus (Swiderska et al., 2008 ; Kothari et al., 2000).

2Citons l’exemple des peuples forestiers du Kivu qui sont en mutation culturelle parce que les chenilles comestibles, hôtes des Uapaca spp, Trema orientalis ou les champignons colonisant les forêts sèches de Miombo (Malaisse, 1980, FAO, 2003, Ndong et al., 2011, Balagizi et al., 2010) et qui constituent une source importante de protéines et de minéraux au niveau de ménages ont disparu à cause du dessouchage perpétuel de ces arbres et ces forêts pour la production de combustibles ou de planches. Et conséquemment, les vulnérabilités alimentaires sont actuellement manifestes dans les ménages des zones forestières (Balagizi et al., 2011).

3Cette controverse est renforcée par des facteurs politiques et socioéconomiques tels les conflits armés, la démographie croissante, la pauvreté et la faim, les inégalités sociales. Des facteurs poussant les communautés riveraines à surexploiter les ressources et à aliéner les terres protégées (Gleditsch, 1998 ; Buug et Gates, 2002 ; Luck et al., 2004 ; Weeks et Mehta, 2004 ; Uge et Ellingsen, 1998 ; Auty, 2004).

4Les conflits liés aux ressources naturelles peuvent générer d’autres conflits sociaux allant au-delà des conflits parc-population (Gleditsch, 1998 ; Uge and Ellingsen, 1998 ; Buug and Gates, 2002), marqués par l’exploitation des ressources qui opposeraient farouchement les gestionnaires des aires protégées aux communautés riveraines et leurs leaders. L’accès, la rareté et l’utilisation des ressources génèrent plusieurs conflits entre utilisateurs eux-mêmes, entre communautés locales et décideurs politiques d’une part et d’autre part les autorités politico-militaires et les gestionnaires des aires protégées (Baker et al., 2003). Depuis le début des années 1990, l’est de la République Démocratique du Congo a connu une série de conflits armés et d’incertitudes politiques qui ont eu un impact négatif sur la gestion des ressources naturelles à l’intérieur comme à l’extérieur des aires protégées (Kalpers et Mushenzi, 2006 ; Crawford et Bernstein, 2008). Ce qui rappelle des questions de gouvernance et d’utilisation des ressources naturelles dans les zones de conflit (Akama et al., 1996 ; Auty, 2004). Pour cela, la plupart des ressources ont été dégradées ou surexploitées, entraînant la rareté et la déplétion des ressources naturelles (Buug et Gates, 2002 ; Languy, 2006).

5Dans le parc national des Virunga (PNVi) par exemple, environ 95 % de la population d’hippopotames (30.000 à 1.200 individus) a été décimée durant les 30 années d’instabilité politique et de conflits armés avec des impacts très négatifs sur la gestion des ressources halieutiques du lac Édouard (Languy et Kujirakwinja, 2006 ; Languy et De Merode, 2006 ; Crawford et Bernstein, 2008 ; Kujirakwinja 2010). Par ailleurs, au parc national de Kahuzi-Biega (PNKB), environ 99 % de la population d’éléphants ont été décimés durant la même période, ramenant cette population d’environ 1.000 têtes à quelques individus éparpillés (Plumptre et al. 2008). Les menaces écologiques imposées aux deux parcs ont été étroitement liées à l’instabilité politique couplée avec une crise de gouvernance environnementale sans précédent. Ces menaces ont été perpétrées par des acteurs externes et internes, et plus particulièrement par les communautés riveraines. À cause de ces menaces, le PKNB et le PNVi se sont retrouvés déclarés sites de patrimoine mondial en péril (Languy et De Merode, 2006).

6Les services techniques de l’État tels que l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) en tant que gestionnaire mandaté pour les Aires protégées (APs), les services de pêche pour ce qui est des ressources halieutiques ou encore des services de sécurité et de police pour la répression des actes contraires à la loi, tous se trouvent en état de défaillance absolue face à cette crise. Tenant compte de cette contrainte pour faire appliquer la loi pour la gestion des ces aires, l’approche intégrant les multiples intervenants ou utilisateurs des ressources a été proposée comme complément aux approches en cours dans les deux aires protégées alors que la prévention basée sur le dialogue et le compromis a été appliquée dans les réserves d’Itombwe et la forêt de Kabogo.

7Cet article propose une approche basée sur la sensibilité des conflits liés aux ressources naturelles s’inspirant de l’analyse des conflits et l’intégration des différentes parties prenantes telle que développée par l’Institut international de développement durable1 (IIDD) et la Widllife conservation society2 (WCS) en relevant les succès et les défis à surmonter dans son application.

Présentation de l’état des lieux et de la gestion des aires protégées de l’est de la République Démocratique du Congo

8Dans cette partie nous présentons les deux parcs nationaux qui hébergent les gorilles endémiques, notamment le parc national de Virunga (PNVi) et le parc national de Kahuzi Biega (PNKB)

Parc national de Virunga (PNVi)

9Le PNVi (Figure 1) est l’un des plus anciens parcs africains. Il couvre une superficie de 8 000 km2. Créé en 1925 d’abord pour protéger les gorilles de montagne, il avait été étendu aux zones de savane pour protéger les grands mammifères tels que les éléphants, les buffles et les hippopotames (Akeley, 1931). Il a été reconnu comme Site du patrimoine mondial (SPM) en 1979 puis classé depuis 1994 parmi les SPM en péril suite à la dégradation sans précédent de ses ressources, la destruction de la faune et la capacité limitée de l’ICCN pour lutter contre différentes menaces anthropiques imposées au parc (Languy et de Merode, 2006).

10Ce parc est reconnu mondialement par sa diversité biologique et écologique grâce à ses écosystèmes (terrestres et aquatiques) variés. Il comprend les forêts afromontagnardes (4 500 m) au sud, les zones savanicoles et la forêt de basse altitude au centre et nord (750-1000 m) et les zones alpines sur les monts Ruwenzori au nord (5 119 m) (Mankoto, 1989 ; Plumptre et al., 2003, 2007 ; Languy et de Merode, 2006). Le PNVi compte plus de 196 espèces de mammifères, 706 espèces d’oiseaux et 2 077 espèces de plantes supérieures dont bons nombres sont endémiques à la région du « Rift Albertin » (Mankoto 1989 ; Plumptre et al. 2003, 2007).

11On note que 74 % des eaux du lac Édouard se retrouvent dans les limites du PNVi ainsi que trois grandes rivières (Rutshuru, Rwindi et Semuliki), sans compter des petits ruisseaux. Ce complexe hydrographique rend le PNVi important pour la survie des populations riveraines en termes des services écologiques. Le lac Édouard constitue naturellement la source par excellence des ressources halieutiques de la région quoique l’utilisation irrationnelle de ces ressources ait conduit à une dégradation sans pareil. À l’indépendance, on comptait deux villages légaux de pêche avec peu d’habitants ; actuellement, on en compte une dizaine avec plus de 60 000 personnes (Vackily, 1989 ; Verschuren, 1989, 1993 ; Languy et Kujirakwinja, 2006 ; Petit, 2006 ; Kujirakwinja, 2010). Cette population devrait seulement vivre de la pêche suivant les prescrits des conventions entre le Parc et les communautés.

12Malheureusement, elle s’adonne à d’autres activités incompatibles avec la gestion d’une AP quoique les gestionnaires aient fait des concessions pour autoriser certaines extractions des ressources (Languy et Kujirakwinja, 2006 ; Petit, 2006 ; Nele, 2008 ; Plumptre et al., 2009 ; Kujirakwinja, 2010). Outre cette population vivant dans les villages de pêche, le PNVi se trouvant dans la région la plus peuplée de la RDC avec plus de 300 habitants/km² à certains endroits, il est ainsi entouré de maillons importants des populations. La plupart de ces habitants sont de petits agriculteurs ayant de petites portions de terres et un accès très limité à d’autres ressources malgré une taille élevée des ménages (8 à 14 personnes par ménage) ainsi que de fonctionnaires publics sans ou avec un salaire maigre. Cette situation les rend alors plus dépendants des ressources naturelles (Languy et Kujirakwinja, 2006 ; Plumptre et al., 2008). À ceci s’ajoutent les conflits armés qui ont endeuillé la région depuis les années 1990 quoique les plus importants fussent ceux de 1996.

Figure . Complexe transfrontalier autour du PNVi

Figure . Complexe transfrontalier autour du PNVi

13À cause de la guerre de libération qui a endeuillé l’est de la République Démocratique du Congo depuis 1996, la gestion du parc a été bipolarisée entre les deux mouvements rebelles du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD – Goma et K-ML) avec des implications sur les ressources, la faune et les limites (Baker et al., 2003 ; Marriage, 2007). La dégradation du PNVi est alors le résultat d’une coalition des différents acteurs dans l’extraction des ressources en violation des lois établies suite à l’inadéquation des stratégies mises en place par l’ICCN et les actions d’autres services liées à la faiblesse institutionnelle et de gouvernance des ressources (Gleditsch, 1998 ; Luck et al., 2004 ; Nele, 2008).

14Comme pour la plupart des agences de gestion des aires protégées, l’ICCN applique l’approche de protection, laquelle implique la conduite des patrouilles avec des arrestations et des amendes comme indicateurs de réussite. Quoique l’approche soit efficace à un certain degré, son impact sur la restauration de la biodiversité pour réduire les menaces est très bas surtout dans les régions de conflits et celle où les communautés dépendent plus des ressources naturelles pour leur survie avec peu ou pas d’alternatives (Terborgh, 1999 ; Redford et Richter, 1999 ; Chidkwa, 2003 ; Adams et al., 2004 ; De Merode et al., 2007).

15L’approche de protection des aires protégées a été identifiée comme l’une de source des conflits entre les gestionnaires des APs et les communautés locales (Adams et al., 2004 ; de Merode et al., 2007 ; Hammill et al., 2009). Du coup, les stratégies de gestion des ressources naturelles ou de conservation excluant les communautés locales ne peuvent pas parvenir à préserver les ressources dans des régions densément peuplées. Il faut impliquer plusieurs intervenants (Chidkwa, 2003).

Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB)

16Le PNKB est situé dans la province du Sud Kivu (Figure 2), et a été érigé en parc national en 1970 et reconnu comme SPM en 1980 (Hall et al., 1997 ; Baker et al., 2003 ; Hart et al. 2007 b). Il est divisé en deux grands blocs, la haute et la basse altitude qui étaient reliées par un couloir, mais actuellement sous occupation illégale par des fermiers (Mutimanwa, 2001).

Figure 2. Parc National de Kahuzi Biega.

Figure 2. Parc National de Kahuzi Biega.

17Le PNKB a été créé pour protéger les gorilles des plaines de l’est (Gorilla beringei graueri) qui sont endémiques à la République Démocratique du Congo. Le PNKB abritait à lui seul environ 86 % des populations des gorilles des plaines de l’est dans les années 1990 (Plumptre et al. 2010).

18Le PNKB est parmi les trois aires protégées importantes pour la conservation de la biodiversité du « Rift Albertin » avec 136 espèces de grands mammifères (dont 15 endémiques du Rift Albertin), 335 espèces d’oiseaux dont 29 endémiques, 69 espèces de reptiles dont 7 endémiques, 44 amphibiens dont 13 endémiques, 1171 espèces de plantes dont 218 endémiques (Hall et al., 1997 ; Plumptre et al., 2003). Malheureusement, avec les guerres à répétition et l’expansion de l’exploitation minière, certaines zones ont été converties soit en champs agricoles soit en sites miniers qui accuse un impact criant sur la faune (Hall et al, 1997 ; Hart et al., 2007 ; International alert, 2009, Kujirakwinja, 2010).

19Ce site est aussi entouré d’un maillon humain important avec environ 300-600 habitants/km² et vivant sur des zones en dégradation continue. Cette concentration humaine, doublée de la crise sociopolitique et économique a eu des conséquences sur la faune et la flore ainsi que leurs habitats à travers l’extraction des ressources naturelles du Parc (exploitation minière, agriculture, exploitation illégale du bois-énergie, etc.) et la dégradation de la faune à travers le braconnage (Hall et al., 1997 ; Mutimanwa, 2001 ; Baker et al, 2003 ; Hart et al., 2007 b ; PNUE, 2008a ; International Alert, 2009).

  • 3 voir chapitre 6 de cet ouvrage

20Différents conflits se rapportent soit au processus de création du parc lui-même, soit encore aux mécanismes d’accès aux ressources (Mutimanwa, 2001 ; Baker et al., 2003 ; WCS, 2003 ; Dudley et al., 2008). Un sérieux problème d’accès à la terre arable se pose dans la plupart des zones environnant le Parc, avec une émergence de la présence de paysans sans terres3. Cette situation affecte la gestion des ressources forestières disponibles uniquement dans le parc. Implicitement, le PNKB devient alors pour les communautés le seul réservoir des différents produits utilisables et utiles pour les communautés riveraines exposées à une pauvreté extrême (bois de chauffe, charbon de bois, bambou, bois de construction et d’œuvre, les champignons) et urbaines environnant le Parc) (Forest Monitor, 2007 ; PNUE, 2008b ; Dudley et al., 2008).

21Par ailleurs, les populations labourent juste à la limite juste du parc et les petits producteurs souffrent de la déprédation des récoltes par les grands singes et les oiseaux. Ceci crée une atmosphère conflictuelle et frustrante face à des mouvements de revendications sans compromis.

22De manière générale, on peut dire que la gestion des ressources naturelles et des aires protégées de l’est de la RDC est liée à la gestion et aux résolutions de conflits à travers les mécanismes visant à concilier les intérêts compétitifs comme l’accès aux ressources et leur dégradation, l’utilisation des ressources et leur destruction, le libre accès et la protection/conservation des ressources (Ostrom, 1999 ; Chidkwa, 2003 ; Hammill et al., 2009).

23À ce stade, les stratégies de résolution des conflits doivent être perçues comme des mesures complémentaires aux approches de conservation pour stimuler le dialogue et la participation locale dans la résolution des problèmes de conservation qui ne concernent pas seulement les conservateurs (Adams et al., 2004 ; de Merode et al., 2007).

Processus de résolution de conflits dans les aires protégées de l’est de la RDCongo

24Le processus de mise en œuvre des actions de résolution de conflits implique une analyse systématique des différents acteurs (parties prenantes) issus des différents groupes sociaux et d’individus impliqués dans l’exploitation et la gestion des ressources naturelles ou alors de preneurs de décisions. Le processus implique aussi différents niveaux : local (communautés et leaders), régional (décideurs politiques et organisations), provincial et national (gouvernement provincial, société civile, parlements provincial et national). L’agence de gestion des aires protégées est un acteur transversal à différents niveaux passant des gardes sur le terrain aux conservateurs et à la direction générale. Le processus concerne ainsi différents acteurs disposant de différents pouvoirs, d’intérêts apparents et non apparents et ayant différentes influences sur l’utilisation et la gestion des ressources. Pour déclencher les actions sur terrain, ce processus recourt à l’analyse des conflits, à l’analyse des acteurs et à la dynamique des pouvoirs (Akama et al., 1996 ; Suporardjo et Wodicka, 2003 ; Hammill et al., 2009 ; Reed et al., 2009 ).

25L’encadré 1 montre les catégories de conflits enregistrés autour des parcs nationaux de l’est de la RDCongo, notamment le PNVi et PNKB.

Encadré 1. Catégorisation des conflits autour des aires protégées

Encadré 1. Catégorisation des conflits autour des aires protégées

L’approche des conflits sensibles à la conservation (CSC)

26L’approche implique des analyses, des consultations, le développement des stratégies et la mise en œuvre des actions touchant les sensibilités liées à la conservation avec différents acteurs (voir Hammill et al., 2009 sur www.csconservation.org) ;

271. L’analyse des conflits vise à :

  • Identifier les conflits qui affectent la zone d’étude. Les techniques utilisées incluent le brainstorming afin de catégoriser les conflits (voir encadré 1),

  • Prioriser les conflits identifiés. Ceci inclut l’analyse des impacts des conflits identifiés et leur classement suivant l’intensité afin de faciliter la sélection des conflits-clés.

  • L’analyse des conflits prioritaires pour comprendre les détails et les implications (recours à l’arbre des conflits, carte des conflits et analyse des acteurs), le développement des stratégies, les activités et l’analyse de la sensibilité des activités ou stratégies (comment vos stratégies/actions contribueront à la résolution ou à la création de nouveaux conflits).

282. Évaluation de la mise en œuvre des activités qui pourraient avoir une influence sur les conflits analysés : les stratégies de résolution/gestion des conflits peuvent être appliquées différemment suivant les acteurs impliqués. Ce qui implique (i) des consultations (libre expression des acteurs, mise en commun et perspectives d’avenir) (ii) le dialogue qui implique une communication directe sur les conflits et décisions de résolution (iii) négociations qui impliquent des interactions entre les acteurs et (iv) la médiation qui implique une troisième partie pour faciliter les discussions.

293. La planification des actions de résolution des conflits. Ce projet devra se baser sur le conflit principal prioritaire à résoudre sur base de stratégies et d’actions développées durant les étapes précédentes.

30Durant la mise en œuvre, il est important que les conflits ainsi que les impacts soient suivis sur les autres secteurs afin d’éviter la résurgence d’autres conflits.

Exemples de résolution de conflit dans les parcs nationaux

31Tout en parcourant les étapes ci-dessus (Figure 3), il est important de développer un document des stratégies de résolution des conflits sur base du schéma global dans le tableau 1.

32Le conflit lié à la pêche illicite était identifié lors de différentes réunions avec les intervenants et sa priorisation dépendait de l’importance socioéconomique de la pêche sur les ménages ainsi que son impact sur la faune et les différentes ressources du parc. Quoique cela ne concerne que la pêche, les causes sont multiples et les effets considérables. Les causes de ce conflit peuvent créer de nouveaux conflits : manque d’alternatives pour les ménages, pauvreté, insécurité, croissance démographique dans les villages de pêche, faiblesse institutionnelle et corruption, faible collaboration entre services publics, non-application de la loi et faible structuration de l’organisation de la pêche.

33Les effets de ces causes sont tout aussi importants pour évaluer le succès : la présence des pêcheurs clandestins, faible productivité et production, le vol des matériaux de pêche, formation de groupes armés et insécurité dans les villages de pêche.

34Parmi les acteurs de ce conflit, on note les gardes et les conservateurs, l’armée, les groupes armés, les pêcheurs clandestins et légaux, les autres services de l’État.

35Durant la phase de mise en œuvre, il y avait des conflits entre acteurs liés au partage du butin (argent perçu auprès des clandestins), entre les acteurs dominants impliqués dans le processus de normalisation de la pêche, mais aussi des frustrations d’autres acteurs qui étaient découragés par le sabotage fait par une partie du consortium. En impliquant l’autorité provinciale des deux instances (l’ICCN et l’armée) et à travers un dialogue entre les différents acteurs et la mise sur pied d’un comité de suivi intégrant les différents acteurs, ce conflit résurgent a été maîtrisé et le processus a été de plus en plus fort.

Tableau 1. Activités de renforcement des capacités des membres des CCC

Tableau 1. Activités de renforcement des capacités des membres des CCC

Figure 3. Étapes de la mise en oeuvre des stratégies de résolution des conflits dans les parcs nationaux de Virunga et de Kahuzi-Biega.

Figure 3. Étapes de la mise en oeuvre des stratégies de résolution des conflits dans les parcs nationaux de Virunga et de Kahuzi-Biega.

36La figure 3, tout en montrant le processus de résolution de ces conflits autour de ces deux parcs en intégrant les acteurs –clés, indique la succession des étapes observées et est basée sur la méthodologie développée par IIDD et testée par la WCS. Les tableaux 1 et 2 montrent, quant à eux, les stratégies développées pour renforcer les groupes sociaux y compris les Comités de conservation communautaires (CCC).

37La mise en œuvre de ce processus a amélioré la gestion des ressources halieutiques avec un impact sur la production et la productivité. Pour ce qui est de la productivité par exemple ; alors qu’en 2004 pour avoir 1 kilogramme de poisson-tilapia, il fallait collecter un lot de six poissons, en 2008, il ne fallait seulement que deux tilapias (Vackily, 1989 ; Zozo, 2004 ; Petit, 2006 ; Kujirakwinja, 2010). Alors que la gestion était entre les mains des seuls services de sécurité et d’application de la loi (armée, police, ICCN et la Division provinciale de l’agriculture et élevage) ; à travers le processus, la gestion est passée vers le comité multi-acteurs qui regroupait non seulement les premiers acteurs dominants, mais aussi les acteurs marginalisés (pêcheurs, société civile, etc.). Avec cette implication de différents acteurs, la confiance s’est rétablie entre acteurs, ce qui a incité le politique provincial à appuyer le processus et prendre des mesures correctives dans la gestion au point de céder une taxe provinciale au comité local de gestion du lac.

Tableau 2. Activités développées pour le renforcement des capacités des groupes sociaux impliqués dans la pêche

Tableau 2. Activités développées pour le renforcement des capacités des groupes sociaux impliqués dans la pêche

Étude de cas : Comité de conservation communautaire (CCC) au PNKB

38La conservation communautaire est parmi les approches récentes de conservation qui suggère que l’implication des communautés environnantes dans la gestion des ressources naturelles pourrait avoir plus d’impact dans la durabilité de ces ressources (Borrini-Feyerabend et al., 2000 ; Adam et al., 2004). Cette approche a été expérimentée au PNKB à travers des appuis multiformes aux communautés : éducation environnementale, constitution des comités locaux, développement des infrastructures sociales, etc., quoique l’étendue de ces actions reste une faiblesse. Dans le souci de pallier aux remarques faites à la conservation communautaire, l’ICCN en collaboration avec les communautés riveraines a mis en place des CCC au PNKB pour rapprocher les actions de conservation aux communautés à travers une auto organisation impliquant différents groupes sociaux.

39Les CCC étaient créés à l’initiative de l’ICCN comme un forum local pour améliorer le dialogue entre l’ICCN et les communautés locales, mais aussi pour discuter des actions faisables pour réduire l’impact anthropique sur les ressources du Parc. Dotés d’un directoire de 10-16 personnes, ils étaient en contact avec l’ICCN pour des informations relatives à la violation des lois de la conservation et l’utilisation illicite des ressources, mais aussi pour l’exécution de toute activité bénéficiant aux communautés locales.

40Malheureusement, ce comité a été suspecté par les communautés locales (impliquées dans l’exploitation illégale des ressources) comme informateurs de l’ICCN. D’autre part, le CCC était traité d’incompétent et de complice par l’ICCN. Ce climat a été identifié comme conflictuel entre le CCC, l’ICCN et les communautés locales du fait que le CCC était isolé et assimilé aux individus. La problématique de fonctionnalité de CCC a aussi été évoquée dans le chapitre 10 de ce livre.

41Lors des analyses des conflits au PNKB, ce cas a été sélectionné avec comme objectif de rétablir le dialogue entre les trois acteurs d’un côté et de rétablir la confiance des communautés locales au CCC de l’autre.

42Le processus d’analyse et de développement des stratégies et activités a été le même tel que décrit par la figure 3.

43À travers ce processus, un climat de confiance a été créé entre les trois parties au point d’avoir plus de 180 exploitants illégaux des ressources naturelles qui ont abandonné l’exploitation illicite des ressources pour s’adonner à la sensibilisation dans le milieu. Ce processus à donné lieu à un projet d’amélioration des conditions de vie des ces ménages à travers la mise en œuvre d’un projet de microcrédit sans intérêt piloté par le CCC avec l’appui technique de WCS et ICCN. Aussi, ce processus a redoré la crédibilité du CCC face à l’ICCN.

Conclusion

44La gestion des ressources naturelles dans les pays en voie de développement est une tâche complexe si on considère le degré de dépendance des populations locales aux ressources et à la faiblesse de la gouvernance des ressources naturelles. À ce point de vue, la gestion des ressources naturelles est synonyme des conflits entre acteurs (gestionnaires et utilisateurs).

45Dans le souci d’améliorer la gestion des ressources naturelles des aires protégées, la WCS et l’IISD ont testé la méthodologie de sensibilité des conflits liés à la conservation depuis 2006 dans les aires protégées de l’est de la RDC (Virunga et Kahuzi-Biega). Quoique les analyses aient été faites sur différents conflits (Kujirakwinja, 2010), les activités pilotes ont porté sur la pêche illégale (Virunga) et les CCC (Kahuzi) afin de tester l’efficacité de cette approche dans l’amélioration de la collaboration entre acteurs et son incidence sur la gestion des ressources et l’implication des acteurs. Il ressort de ces résultats que la gestion et la résolution des conflits peuvent améliorer la gestion et impulser des améliorations des conditions de vie des populations locales.

46À travers la résolution des conflits liés à la pêche illicite, la production et la productivité du lac se sont améliorées avec un impact considérable sur les revenus des pêcheurs et des vendeurs de poissons, mais aussi sur la situation alimentaire des populations avoisinant le lac en ce qui concerne l’accès aux protéines animales. S’appuyant sur l’approche multi-acteurs, le processus valorise les savoirs locaux et les compétences des uns et des autres pour la réalisation des activités de protection de l’environnement et l’amélioration de l’économie locale.

47La mise en place des activités de gestion et résolution des conflits nécessite une participation active des différents acteurs (positifs et négatifs) et la planification conjointe. La bonne maîtrise des variables du contexte sociopolitique et la capacité d’adaptation sont des éléments-clés de la réussite des actions de gestion des conflits liés aux ressources naturelles (Baker et al., 2003 ; Chidkwa, 2003 ; Suporardjo et Wodicka, 2003 ; Adams et al., 2004). Etant un processus multi acteur de valorisation des ressources, il est nécessaire qu’il tienne compte des valeurs culturelles des différents groupes sociaux.

48Dans la mise en œuvre de ces activités, les communautés locales sont des partenaires clés étant donné qu’ils sont au centre de tout conflit lié aux ressources naturelles. Le contexte politique peut même être maîtrisé à travers l’implication des acteurs locaux dans la réalisation et l’évaluation des activités de gestion des conflits. Cette pratique ramène même les décideurs politiques à se convertir en partenaires positifs de la conservation (Crawford and Bernstein, 2008 ; International Alert, 2010).

49Un autre élément important de ce processus a été la responsabilisation des acteurs locaux dans la gouvernance des ressources naturelles, que ce soit pour le PNVi ou le PNKB.

Remerciements

50Les activités publiées dans ce document ont été exécutées dans le cadre des projets de la Widlife Conservation Society en collaboration avec l’IISD avec l’appui financier de l’USAID et de la Fondation Mac Arthur

Haut de page

Bibliographie

Balagizi, K.I., M.S. Mapatano et A. Cihyoka, 2011, Lexique et Recueil des pratiques et savoirs locaux en Pharmacopée agrovétérinaire dans le Sud-Kivu. Technical paper. 67 p.www. diobass-kivu.org

Adams, W.M., R. Aveling, B. Dickson , D. Brockington, J. Elliot, J. Hutton, D. Roe., B. Vira et W. Wolmer, 2004, Biodiversity conservation and the eradication of poverty, Science vol. 306, pp. 1146-1149.

Akama, J.S, C.L. Lant et G.W. Burnett, 1996, A political-ecology approach to wildlife conservation in Kenya, Environmental Values 5 : 335-47

Akeley, M.L.J., 1931, National parks in Africa, Science vol. 74, pp. 584-588

Auty, R.M., 2004, Natural Resources and Civil Strife. À Two-Stage Process, Geopolitics vol. 9, n.1, pp. 29-49.

Baker, M., R. Clausen, M. N’Goma, T. Roule et J. Thomson, 2003, Conflict Timber : dimensions of the problem in Asia and Africa, vol. III The DR Congo case study. Unpublished report to USAID

Borrini-Feyerabend, G.M.T., J. Farvar, C. Nguinguiri et V. Ndangang, 2000, La gestion participative des ressources naturelles, Organisation, négociation et apprentissage par l’action, GTZ et UICN.

Buug, H. et S. Gates, 2002, The Geography of Civil War, Journal of Peace Research, vol. 39, n. 4, pp. 417-433.

Chidkwa, Z., 2003, Managing conflict around contested natural resources : a case study of Rusitu Valley area, Chimanimani, Zimbabwe, in Castro P., Nielsen E., Natural resource conflict management case studies : an analysis of power, participation and protected areas / FAO, Rome (Italy), pp. 183-206

Crawford, A. et J. Bernstein. 2008 ; MEAs, conservation and conflict : a case study of Virunga National Park, DRC. International Institute fo Sustainable Development, Winnipeg.

Dudley, N., S. Mansourian, S. Stolton et S. Suksuwan, 2008, Safetynet, Protected areas and poverty reduction, WWF, UK.

FAO, 2003, Contribution des insectes de la forêt à la sécurité alimentaire en Afrique, rapport technique, Via delle Terme, Rome, 154 p

Forest Monitor, 2007, The timber trade and poverty alleviation, Upper Great Lakes Region, Cambridge, UK.

Gleditsch, N.P. 1998, Armed conflict and the environment. A critique of the literature. Journal of Peace Research, vol. 35, pp. 381-400.

Hall, J., S.B. Inogwabin, I.E. Williamson, A.I. Omari, C. Sikubwabo et L. White, 1997, A survey of elephants (Loxodonta africana) in the Kahuzi-Biega National Park lowland sector in eastern Zaire. African Journal of Ecology, vol. 35, pp. 213-223.

Hammill, A., A. Crawford, R. Craig, R. Malpas et R. Matthew, 2009, Conflict-sensitive conservation practitioners’ manual, IISD, Winnipeg

Hart, J., M. Carbo, F. Amsini, F. Grossmann et C. Kibambe, 2007, Inventaire préliminaire de la grande faune avec une évaluation de l’impact des activités humaines et la situation sécuritaire 2004 - 2007, Wildlife Conservation Society, IMU Technical report n.7, pp. 1-50

International Alert, 2009, Étude sur le rôle de l’exploitation des ressources naturelles dans l’alimentation et la perpétuation des crises de l’est de la RDC, London

Kalpers, J. et N. Mushenzi, 2006, The crisis years (1992-2006), in Languy M., de Merode E. (eds), Virunga : the survival of Africa’s first National Park, Lannoo, Tielt, Belgium, pp. 95-104.

Kothari, A., N. Pathak et F. Vania, 2000, Where communities care. Community-based wildlife and ecosystem management in South Asia, IIED, 222 p

Kujirakwinja, K., 2010, The status and conservation of the common hippopotamus in Virunga National Park, Democratic Republic of Congo, MSc Thesis, University of Cape Town

Languy, M. 2006. Dynamics of the large mammal populations, in Languy M., de Merode E. (eds), Virunga : the survival of Africa’s first National Park, Lannoo, Tielt, Belgium, pp. 141-152.

Languy, M. et D. Kujirakwinja, 2006, The pressure of legal and illegal fisheries on Virunga National Park, in Languy M., de Merode E. (eds), Virunga : the survival of Africa’s first National Park, Lannoo, Tielt, Belgium, pp. 197-203

Languy, M et E. de Merode, 2006, A brief overview of Virunga National Park, in Languy M., E. de Merode (eds), Virunga : the survival of Africa’s first National park, Lannoo, Tielt, Belgium, pp. 21 - 64

Luck, G.W., T.H. Ricketts, G.C. Daily et M. Imhoff, 2004, Alleviating spatial conflict between people and biodiversity, Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 101, pp. 182-186

Marriage, Z., 2007, Flip-flop rebel, dollar soldier : demobilisation in the Democratic Republic of Congo. Conflict, Security and Development, vol. 7, pp. 281 – 309

de Merode E., K.S. Smith, K. Homewood, R. Pettifor, M. Rowcliffe, G. Crowlisw, 2007, The impact of armed conflict on protected-area efficacy in Central Africa, Biological Letters, vol. 3, pp. 299-301

Malaisse, F. 1997. Se nourrir en forêt claire africaine. Approche écologique et nutritionnelle. Les Presses agronomiques de Gembloux/CTA, Wageningen, 384 p

Mutimanwa, K.D., 2001, Democratic Republic of Congo, The Bambuti-Batwa and the Kahuzi-Biega National Park : the case of the Barhwa and Babuluko people, in Forest peoples programme, Indigenous people and protected areas in Africa : Forest people project report. Moreton-in-Marsh : Forest peoples programme. pp 87-103

Ndong, E.,H., J. Degreef et A. De Kesel, 2010, Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centrale, Taxonomie et identification, Jardin Botanique de Meise, 262p www.abctaxa.be.

Nele, A., 2008, La relation entre le Parc National des Virunga et sa population riveraine : analyse socio-économique de la consommation du bois de cuffe à Kyavinyonge (et Vusorongi) (République Démocratique du Congo), Master Thesis, University of Gand, Belgium.

Ostrom, E. 1999, Coping with the tragedy of the commons. Annual Reviews of Political Science 2 : 493-535

Petit, P. 2006, La pêche dans la partie congolaise du lac Édouard, Report for VECO, Butembo, DRC

Plumptre, A.J., M. Bengana, T. Davenport, C. Kahindo, R. Kityo, E. Ndomba, D. Nkuutu, I. Owiunji, P. Ssegawa et G. Eilu, 2003, The Biodiversity of the Albertine Rift, Albertine Rift Technical Reports N-3. Wildlife Conservation Society, Kampala, Uganda. www.albertinerift.org

Plumptre, A.J., D. Kujirakwinja et S. Nampindo, 2008, Conservation of landscapes in the Albertine Rift. Pages27-34 in Redford K.H., Grippo C., (eds.), Protected areas, governance and scale, Working Paper N-36, Wildlife Conservation Society, Bronx, New York.

Redford, K.H.et S.E. Sanderson, 2006, No Roads, Only Directions, Conservation and Society vol. 4, pp. 379–382.

Suporardjo, S. et S. Wodicka, 2003, Conflicts over community-based “Repong” resource management in Pesisir Krui Region, Lampung Province, Indonesia in Castro, A.P and Nielsen, E., 2003, Natural resource conflict management case studies : an analysis of power, participation and protected areas, FAO, Rome, pp. 81-100

Terborgh, J., 1999, Requiem for nature, Island Press. Washington D.C.

PNUE, 2008a, Accord sur la conservation des gorilles et de leurs habitats plan d’action, gorilla beringei graueri (Gorille de plaine oriental), Rome, Italy

PNUE, 2008 b, Afrique. Atlas d’un environnement en mutation, Progress Press ., Malta, 393 p

Reed, M., S.A. Graves, N. Dandy, H. Posthumus, K. Hubaeck, J. Morris, C. Prell, C.H. Quinn et L.C. Stringer, 2009, Who’s in and Why ? A typology of stakeholders analysis methods for natural resource management. Elsevier. Journal of Environmental Management, 90, pp 1933-1940.

Swiderska, K., D. Roe., L. Siegele et M. Grieg-Gran, 2008, The Governance of Nature and the Nature of Governance. Policy that works for biodiversity and livelihoods, iied, Earthprint Ltd., 160 p.

Verschuren, J. 1989. Observation des bitats et de la faune après soixante ans de conservation, Exploration du Parc National des Virunga vol. 26 : 1-44

Uge W. et T. Ellingsen, 1998, Beyond Environmental Scarcity : Causal Pathways to Conflict, Journal of Peace Research, vol. 35, n.3, pp. 299-317

Verschuren, J. 1993, Les habitats et la grande faune : évolution et situation récente, Exploration du Parc National des Virunga (Zaïre), vol. 29, pp. 1-133

Vakily, J.M., 1989, Étude du potentiel halieutique du lac Idi Amin. Report for FED, Brussels

Weeks P. et S. Mehta, 2004, Managing people and landscapes : IUCN’s protected area categories, Journal of Human Ecology ,vol.16, pp. 253-263

WCS, 2003, Democratic Republic of Congo Environmental Analysis, Final Report to USAID, New York.

Haut de page

Notes

1 www.iisd.org

2 www.wcs.org

3 voir chapitre 6 de cet ouvrage

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure . Complexe transfrontalier autour du PNVi
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13885/img-1.png
Fichier image/png, 260k
Titre Figure 2. Parc National de Kahuzi Biega.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13885/img-2.png
Fichier image/png, 215k
Titre Encadré 1. Catégorisation des conflits autour des aires protégées
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13885/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 1. Activités de renforcement des capacités des membres des CCC
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13885/img-4.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 3. Étapes de la mise en oeuvre des stratégies de résolution des conflits dans les parcs nationaux de Virunga et de Kahuzi-Biega.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13885/img-5.png
Fichier image/png, 132k
Titre Tableau 2. Activités développées pour le renforcement des capacités des groupes sociaux impliqués dans la pêche
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13885/img-6.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deo Kujirakwinja, Papy Shamavu, Alain Twendilonge, Innocent Karhagomba Balagizi et Jean Berchmans Muhigwa, « Renforcement de capacités des acteurs locaux dans la gestion des ressources naturelles à travers la résolution des conflits sensibles à la conservation à l’est de la République Démocratique du Congo », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 17 | septembre 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13885

Haut de page

Auteurs

Deo Kujirakwinja

Wildlife Conservation Society (WCS), RDCongo et Rift Albertin
email : dkujirakwinja@wcs.org

Papy Shamavu

Wildlife Conservation Society (WCS), RDCongo et Rift Albertin
email : dkujirakwinja@wcs.org

Alain Twendilonge

Wildlife Conservation Society (WCS), RDCongo et Rift Albertin
email : dkujirakwinja@wcs.org

Innocent Karhagomba Balagizi

Centre de recherches universitaires du Kivu, CERUKI-ISP Bukavu
Plateforme Diobass au Kivu, Programme de recherche-action participative, Bukavu.

Articles du même auteur

Jean Berchmans Muhigwa

Institut supérieur de développement rural (ISDR), Bukavu, Département d’environnement et développement durable

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search