Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 17Les technologies incitatives pour...Efficience des techniques de gest...

Les technologies incitatives pour la gestion communautaire des ressources naturelles

Efficience des techniques de gestion de l’eau et de fertilité des sols sur le rendement du maïs dans les régions semi-arides : cas de la plaine de la Ruzizi (Sud-Kivu, République Démocratique du Congo)

Espoir Mukengere Bagula, Sylvain Mapatano, Karume Katcho et Nacigera Gustave Mushagalusa

Résumés

L’efficience de l’utilisation de l’eau dans les régions sèches pose actuellement de sérieux problèmes aux producteurs dans le contexte de changement climatique et de sécurité alimentaire. Ces dernières années, les régions agricoles comme la plaine de la Ruzizi sont aussi victime de cette situation. Des mesures d’adaptation à travers les technologies de gestion de l’eau offrent des opportunités pour garantir la production par les agriculteurs. Ainsi, des essais ont été conduits dans l’objectif de trouver les technologies les mieux adaptées et les plus efficientes pour garantir une utilisation efficiente de l’eau. Une gestion des pratiques locales et des éléments nutritifs a servi à améliorer l’efficacité d’utilisation de l’eau (water usage effectiveness, WUE). Ainsi, le rendement et l’efficience de l’utilisation de l’eau et des éléments nutritifs ont été étudiés. Les résultats montrent que la technique de Tied Ridges a augmenté le rendement d’environ 200 % alors que le Zaï a augmenté le rendement d’environ 150 %. Le Tied Ridges et le Zaï ont respectivement augmenté l’efficience de l’eau et des éléments nutritifs de 120 % et 105 %. De plus, contrairement à la pratique locale, ces technologies ont bien contrôlé les mauvaises herbes d’où la nécessité de les promouvoir dans ce milieu à faible pluviométrie.

Haut de page

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Afrique
Haut de page

Texte intégral

Iintroduction

1Le changement climatique est un des plus grands défis que l’humanité connaît actuellement et qui menace les efforts de développement présents et futurs. Les habitants les plus pauvres de notre planète constituent les groupes plus vulnérables, particulièrement ceux des milieux ruraux (GIEC, 2007 ; Scherr et Sthapitn, 2009 ; Perthius, 2010). Avec l’accélération de la variabilité et des changements climatiques, les irrégularités des pluies risquent d’intensifier la situation de pauvreté en progression dans les zones de l’est de la République Démocratique du Congo malgré la mise en œuvre de plusieurs initiatives visant à accroître la production agricole. Une des solutions serait d’introduire et de tester des techniques de gestion de l’eau et du sol capables de soutenir la production dans les zones souffrant déjà de sécheresses prolongées (Zougmoré et al., 2004a ; 2004b ; Sulser et al., 2010). Il s’agit d’adopter les techniques expérimentées en zone sahélienne qui ont été développées pour offrir une opportunité de production, comme la technique de Zaï. Elle consiste à creuser des trous pour retenir de l’eau et qui permet d’augmenter significativement des rendements (Roose et al , 1993). Cependant, ces techniques sont plus efficaces dans le cas de la combinaison de matière organique (MO) avec des engrais (Roose et al, 1993 ; Breman et al.., 2001 ;2003 ; Zougmoré et al., 2004a ; 2004b).

2La plaine de la Ruzizi est l’une de ses zones qui mérite une attention et l’application de telle technique. Elle se trouve dans la zone tropicale sèche et qui constitue une des zones à forte potentialité agricoles de la province du Sud-Kivu. Dans cette dernière, on observe actuellement de fortes perturbations du régime de pluies qui affectent la production agricole tout en déstabilisent les petits producteurs (Balagizi et al, 2011). L’expérimentation des techniques de gestion de l’eau associée à une utilisation rationnelle des fertilisants serait bénéfique pour sécuriser la production paysanne.

3L’objectif général est d’évaluer les meilleures opportunités technologiques de gestion de l’eau en période de perturbation climatique dans la plaine de la Ruzizi à travers des techniques simples et accessibles aux paysans. Les objectifs spécifiques de cette étude sont de tester et évaluer l’efficacité des techniques de Zaï et de Tied Ridges combinées aux fertilisants pour accroître la production agricole dans la plaine de la Ruzizi sur la culture de maïs et d’analyser la combinaison de ces techniques avec une couverture vivante à base des légumineuses alimentaires et/ou à base d’une couverture morte constituée de paille sur la culture de maïs.

Matériel et méthodes

Conduite et structure des essais

4Les essais ont été conduits dans le groupement de Kamanyola (02.4425° S et 028.00557°E) en saison A (septembre 2011 en janvier 2012) et B (février en juillet 2011). Kamanyola est situé dans la plaine de la Ruzizi, en basse altitude (altitude entre 850 et 1000 m), avec une pluviométrie variant entre 800 et 900 mm de pluies par an (Balagizi et al, 2011).

5Au total, trois essais par saison ont été installés sur des terrains aux sols sablo-argileux. Pour éviter les arrières effets des engrais et pour ne pas biaiser les résultats, deux terrains différents ont été utilisés en saison A et B. Trois types d’essais ont été conduits avec trois objectifs complémentaires. Le 1er type d’essai consistait à évaluer les différentes techniques de gestion de l’eau dans la plaine de la Ruzizi. Il était conduit en blocs aléatoires complets et les différentes techniques testées étaient le Tied-Ridges (billon cloisonné), la demi-lune (half moon) et le Zaï. Le labour à plat qui constitue la pratique locale a servi de témoin. Le Zaï consiste à creuser des trous de 15 cm de profondeur avec un diamètre de 35 cm. Quant au Tied Ridges, il consiste à tracer des billons de 6 m de long cloisonnés à chaque 2 m et ayant une hauteur de 35 cm. Enfin, le « Half moon » (demi-lune) consiste à creuser le sol en forme de demi-lune avec des bords surélevés à 10cm.

6Dans le deuxième type d’essai, la technique Zaï ayant donné de bons résultats ailleurs (Roose et al, 1993), a été combiné à un second facteur constitué d’une association du maïs avec le soja ou le haricot comme couverture vivante, soit d’un paillage de la culture du maïs avec la biomasse de Hypparhenia diplandra. Le témoin était constitué d’une monoculture de maïs sans Zaï et sans couverture du sol.

7Le troisième type d’essai avait comme objectif de tester les effets de fertilisants sur l’efficience de l’utilisation de l’eau. Il a été conduit en « split plot » avec comme facteur principal, la technique de gestion de l’eau (Zaï, Tied, Labour à plat comme pratique locale) et comme facteur secondaire différentes sources d’éléments nutritifs. Pour ce second facteur, il s’agissait du NPK, du fumier décomposé, de la combinaison de deux premières sources et enfin d’un témoin sans fertilisant. Comme le précédent, trois répétitions reprises dans deux saisons ont été faites. Chaque traitement était répété trois fois pendant les deux saisons.

8Dans tous les essais, les dimensions des parcelles étaient de 6 m par 5,6 m avec une distante de 0,5 m entres elles. La parcelle utile était de 4m par 4m laissant une bordure de deux lignes extérieures. Les différents blocs étaient séparés de 1,5 m (Voir figure 1 et 2). Le premier essai en saison B a été installé le 23 février 2011 et le 28 septembre en saison A. le maïs a été semé à 5 cm de profondeur à raison de deux graines par poquet avec un écartement de 80cm par 50cm. Dans l’essai où le maïs était associé aux légumineuses, trois était placé entre deux lignes de maïs. La première ligne de légumineuse était placée à 30 cm de la première ligne de maïs. À la couverture vivante, les écartements suivants ont été adoptés, les écartements suivants ont été adoptés pour les légumineuses : 30 cmx20 cm pour le haricot et 30cmx20cm pour le soja.

9La paille issue de l’Hypparhenia diplandra a été utilisée, car elle était la plus abondante dans le milieu. Elle a été appliquée à une épaisseur de 5 cm au-dessus du sol. Le NPK a été appliqué à un taux de 2 sacs par hectare soit 100 kg par ha. La matière organique a été appliquée suivant les recommandations du CIAT soit cinq tonnes par ha.

10La récolte est intervenue le 5 juillet 2011 en saison B et le 14 janvier 2012 en saison A.

Figure 1. Le dispositif expérimental de comparaison des techniques

Figure 1. Le dispositif expérimental de comparaison des techniques

Tableau 1. Dispositif de couverture en lien avec la culture de maïs

Paille

Soja

Rien

Haricot

Paille

Soja

Rien

Haricot

Haricot

Rien

Paille

Soja

Haricot

Rien

Paille

Soja

Soja

Paille

Haricot

Rien

Soja

Paille

Haricot

Rien

Légende : Lignes bleues : Pratiques locales ; lignes blanches : Zaï

Paramètres analysés

11À la récolte, le rendement d’une parcelle a été déterminé après séchage et égrenage du maïs. Ce rendement a ensuite été rapporté à l’hectare. Un égrenage a été fait pour calculer le poids des grains.

12La rentabilité économique a été estimée par la soustraction du revenu obtenu par la vente du maïs localement et des différents coûts engagés pour les opérations culturales dont le labour et le sarclage, en plus de la mise en place des différentes techniques.

13L’homme-jour (HJ) dans la plaine de la Ruzizi est de 1800 francs congolais (FC) soit l’équivalent de 2 $ US. Le labour a coûté 90 HJ par ha tandis que le Zaï a coûté 180 HJ par ha. Trois sarclages ont été effectués avec la technique locale à raison de 90 HJ/ha/sarclage. Le Zaï a demandé 180 HJ par ha tandis que deux sarclages ont été nécessaires lorsque le haricot a été utilisé comme couverture du sol avec le Zaï, en raison de 90H-J par ha. Dans le traitement où la paille a été utilisée, un seul sarclage a été fait (90H-J). Notons que le nombre de sarclages a été dicté par l’apparition des mauvaises herbes dans les champs.

14Pour la mise en place du Tied Ridges, 135 HJ ont été utilisés. La paille a coûté 150 $ pour couvrir un ha. Le prix de vente au kilogramme des différents produits a été respectivement de 350FC pour le maïs, 700FC pour le haricot et 900FC pour le soja. Ainsi, le poids obtenu à la récolte pour chaque culture était multiplié par son prix sur le marché. À cet effet, pour chaque parcelle le revenu global s’obtenait en additionnant le prix du maïs à celui de la légumineuse et à cette somme est soustrait le coût de la parcelle. Le prix d’achat du NPK était de 120 $ pour le 100kgs.

Analyse des résultats

15L’encodage et le dessin des différents graphiques ont été effectués par le logiciel Microsoft Excel 2007 et le logiciel R console 2.10 a servi pour l’analyse statistique des résultats. La procédure de modèle linéaire mixte a été utilisée pour les différentes données. Le test de Shapiro a servi au contrôle de la normalité des données. Pour des données non normales, une transformation logarithmique a été appliquée. Pour séparer les différentes moyennes, le test de Tukey a été utilisé au seuil de signification de 5 %.

Résultats et discussion

Influence des techniques de gestion de l’eau sur le rendement du maïs

16Les résultats tels que présentés dans la figure 2 montrent le rendement du maïs cultivé sous différentes techniques de gestion de l’eau (rain water harvest, RWH).

Figure 2. Rendement du maïs sous différentes techniques de gestion de l’eau (RWH) dans le groupement Kamanyola en saison A et B.

Figure 2. Rendement du maïs sous différentes techniques de gestion de l’eau (RWH) dans le groupement Kamanyola en saison A et B.

17Ces résultats montrent, selon le test de Tukey, que dans les deux saisons la technique du « Tied Ridges », ou billon cloisonné, a donné le rendement le plus élevé (soit 1621,716 kg/ha). La technique du half-moon n’était pas différente de la technique culturale locale en matière de rendement, soit une augmentation de 22 % du rendement uniquement alors qu’elle était différente avec le Zaï avec un écart de 360 kg par ha.

18Cependant, la technique Zaï et la technique locale n’ont pas démontré des différences en rendement. Le Zaï a occasionné une réduction non significative de 16,8 % par rapport au témoin et pourrait avoir un effet sur la rentabilité économique. Cette technique est courante en Afrique pour assurer le bon développement des racines par l’amélioration de la stabilité nutritionnelle de la plante. De plus, il permet un bon drainage et c’est aussi une manière de rassembler la terre fertile autour des plantes cultivées sur les sols les plus dégradés. Le billonnage permet également de maîtriser plus facilement les mauvaises herbes en donnant aux plants cultivés un avantage de 10 à 20 cm de hauteur par rapport aux adventices (Roose, 2002).

19Dans la plaine de la Ruzizi, la technique de Tied Ridges (billonnage cloisonné) a occasionné l’augmentation du rendement du maïs à 75 %. Cela serait dû à la réduction du développement de mauvaises herbes observées dans ce travail par la dimunition du nombre des sarclages qui est passé de trois à un pour la pratique locale et à l’amélioration de la stabilité nutritionnelle de la plante. Sur le maïs nous remarquons facilement que les augmentations du Tied Ridges en rendement par rapport au contrôle sont de 75 % dans la plaine de la Ruzizi. Certes la grande influence telle que les mauvaises herbes constitue aussi un élément de plus dans l’accroissement du rendement.

Influence de la couverture du sol combinée aux techniques de gestion de l’eau

20Le tableau 2 présente le résultat du rendement en utilisant les techniques locales (couverture du sol).

Tableau 2. Rendement du maïs en fonction des techniques de gestion d’eau et de la couverture des sols utilisée (kg/ha)

Labour à plat (Control)

Zaï

A

1266,66±310,63

1174,51±529,31

Haricot

811,57±243,53 aa

866,53±357,89 aa

Paille

1422,67±364,02 ca

1309,50±222,25ca

Sans couverture

1152,00±480,53 ba

941,83±332,03 aa

Soja

1280,40±404,27 ba

1180,17±932,08 ba

B

1597,31±362,03

1451,17±465,46

Haricot

1562,50±88,39 ab

1445,63±372,82ab

Paille

1671,75±132,58 bb

1460,88±451,78 ab

Sans couverture

1359,75±132,58ab

1234,75±396,93ab

Soja

1796,75±220,97 bb

1664,13±299,20 bb

21Le rendement présenté dans le tableau 2 varie en fonction du type de couverture du sol (P<0,001) et de la saison (P =0,0054), mais pas en fonction de la technique de gestion de l’eau. La présence ou pas de la couverture du sol n’a pas été affecté par la technique utilisée.

22L’interaction entre la technique de gestion de l’eau et la couverture du sol utilisée n’a pas montré de différences significatives (P =0,623).

23Si l’on considère du point de vue de la saison, on remarque très facilement que le maïs a donné le rendement le plus élevé en saison B qu’en saison A (1 502 kg/ha en saison B et 1220,58 kg/ha en saison A).

24Cela étant lié au problème de répartition des pluies au cours de la saison culturale A et le problème de fertilité des sols serait certainement l’une des causes, car la variabilité des sites entraine aussi une variabilité de la fertilité des sols qui est un élément moteur dans l’efficience de l’utilisation de l’eau.

25En saison B, le maïs avec le soja utilisé comme plante de couverture a donné un rendement élevé (1796,75 kg/ha) sous pratique locale et 1708,67 kg/ha sous Zaï. En saison A, il a donné un rendement de 1280,40 kg/ha sous pratique locale et 1180,17 sous Zaï. Ceci démontre la différence liée à la saison, mais certainement pas des différences liées à la technique de gestion de l’eau utilisée. Si l’on compare le rendement du maïs sous couverture du soja au témoin, il se dégage une augmentation du rendement de 33 % en saison A et de 17,5 % en saison B. Les augmentations du rendement entre les deux pratiques ne sont pas différentes dans les deux saisons.

26Pour le paillage, le rendement du maïs était plus élevé en saison B (1 671,7 kg/ha) qu’en saison A (1 359,5 kg/ha) soit une augmentation de 23,4 % sous pratique locale. Sous Zaï, avec le paillage comme plante de couverture, le rendement du maïs est passé de 941 en saison A à 1315kg/ha en saison B soit une augmentation de 39 %.

27Pour la couverture du haricot, aucune différence n’a été trouvée entre le maïs semé sous haricot et le témoin en saison B alors qu’une différence a été trouvée entre les deux traitements en saison A.

Influence des fertilisants combinés aux techniques de gestion de l’eau sur le rendement du maïs

28Le résultat de la figure 3 tel que présenté dans le graphique suivant résume les influences des éléments nutritifs et des techniques de gestion de l’eau sur le rendement du maïs en zone sèche. Le rendement tel que présenté dans la figure 4 montre des différences hautement significatives (P<0,001) entre les trois techniques de gestion de l’eau utilisée et des différences hautement significatives (P =0,0003791) entre différents intrants utilisés.

29Si l’on se réfère du point de vue technique, le Tied Ridges a donné une fois de plus le meilleur rendement soit 1930 kg/ha contre 995 kg/ha pour la technique locale. Enfin, le Zaï a donné le plus bas rendement à hauteur de 725 kg/ha. Par contre, si l’on se réfère à l’interaction technique de gestion de l’eau et type de nutriment utilisé, il se dégage clairement que le Tied Ridges combiné au NPK donne un rendement de 3523 kg/ha, suivi de la combinaison Tied Ridges et NPK combiné à la MO (3162,34 kg/ha) et du Zaï combiné au NPK (3144,71 kg/ha). Pour le témoin, le plus grand rendement a été obtenu en le combinant au NPK (2192 kg/ha).

Figure 3. Rendement du maïs sous différentes techniques de gestion de l’eau combinées aux fertilisants.

Figure 3. Rendement du maïs sous différentes techniques de gestion de l’eau combinées aux fertilisants.

Analyse de la rentabilité

30L’analyse de la rentabilité est présentée dans le tableau 3. Il présente les résumés des revenus issus de chaque traitement et les coûts consentis pour les activités de mise en place de la culture et d’achat des intrants.

31La rentabilité économique était meilleure dans la pratique locale que dans le Zaï (P<0,02). L’association avec le soja a donné une rentabilité économique plus élevée soit 189,65 $ sous pratique locale contre 136,41 $ sous pratique Zaï. La couverture avec le haricot vient en seconde position avec une rentabilité de 83,07 $ contre 37,3 $ dans la pratique Zaï. La couverture de la paille a donné une rentabilité de 83,53 $ en pratique locale ainsi qu’une rentabilité de 8,3 $. Le témoin (sans couverture) a induit un gain de 13,2 $ alors qu’on enregistre une plus grande perte à hauteur de 126,4 $ sous Zaï.

Tableau 3. Rentabilité économique du maïs dans diverses technologies de gestion de l’eau (en dollars américains)

Pratique locale

Zaï

Haricot

83,1

37,3

Paille

83,5

8,4

Sans couverture

13,2

-126,4

Soja

189,6

136,4

32Le tableau 4 présente les résultats de la rentabilité économique dans diverses techniques de gestion de l’eau. Des différences significatives ont été observées entre les différentes techniques de gestion de l’eau (P<0,001) et entre les différents intrants utilisés (P <0,001).

33La meilleure rentabilité moyenne a été trouvée avec la technique du Tied Ridges (517,35 $) suivi du Zaï (190,43 $) et enfin le témoin (159,76 $). Quant à l’interaction technique RWH et l’utilisation des intrants, il se dégage que le Tied Ridges combiné à l’engrais a donné 768,98 $ suivis de la combinaison avec le NPK+MO. La technique Zaï combinée avec le NPK a aussi donné une meilleure rentabilité de 534,99 $. Une perte de 71,78 $ a toutefois été observé lorsque la technique locale a été appliquée seule et une perte plus importante de 264,45 $ lors de l’utilisation de la seule technique Zaï. Ainsi, la rentabilité de la technique Zaï serait conditionnée de ce fait par l’application des éléments nutritifs, car l’eau seule ne suffirait pas.

Tableau 4. Rentabilité économique du maïs dans diverses techniques (en dollar américain)

Control

Tied Ridges

Zaï

Control

-71,78

283,64

-264,45

MO

193,16

385,09

125,59

NPK

263,16

768,98

534,99

NPK+MO

254,52

631,69

365,61

Total général

159,76

517,35

190,43

MO : Matière organique

Discussion

34Le Tied Ridges a donné le rendement le plus élevé par rapport à ceux de la pratique de labour et du Zaï, ce qui est un résultat satisfaisant en termes de rendement. Ses effets se sont améliorés lorsqu’il était associé aux engrais. Ces résultats montrent clairement que la nutrition hydrique est en interaction avec la nutrition minérale (Lambers et al., 2008).

35Pour bien dégager les effets des techniques de conservation de l’eau du sol, il faudrait donc ramener les niveaux des éléments minéraux à leur niveau optimum. Notons également que l’ajout de la MO permettrait, non seulement d’augmenter la capacité de rétention de l’eau du sol, mais aussi l’efficacité des éléments nutritifs apportés sous forme d’engrais minérale. Notons néanmoins qu’il n’est pas facile en milieu chaud et humide d’assurer une fumure organique et des compléments minéraux qui minéralisent très rapidement, car ils sont mal stockés par les argiles kaolinitiques (Roose et Barthès, 2001).

36Dans notre étude, seul le Zaï a donné un rendement de 725 kg/ha et combiné aux fertilisants, il a donné un rendement de 3 144 kg/ha, soit une augmentation de 333,6 %. Le Zaï est une technique de restauration des sols dégradés qui existe dans toute la zone soudano-sahélienne de l’Afrique (pluie = 300 à 800 mm). Des essais menés au Burkina Faso ont montré que la technique de Zaï combiné à la fumure donne un rendement de 900 kg/ha, soit trois fois plus que la technique locale (300kg/ha) (Roose et al, 1993). Ces techniques sont les plus souvent acceptés par les paysans de la région sahélienne bien qu’il y ait des difficultés d’implémentation sauf si le travail est organisé en groupe. Il est démontré que les techniques traditionnelles permettent de mieux gérer l’humidité du sol, la fertilité et augmente le rendement. Pour que les techniques traditionnelles soient efficaces dans l’accroissement de la productivité des cultures, cela nécessite une fertilisation et une bonne nutrition des cultures (Zougmoré et al, 2004b).

37Dans les zones sahéliennes de l’Afrique de l’Ouest, l’efficience de l’utilisation des nutriments des plantes dans le système de culture sahélienne est souvent très faible à cause des mauvaises conditions d’humidité (Buerkert et al., 2002 ; Zougmoré et al., 2004b). Ces auteurs démontrent que les impacts bénéfiques des mesures de conservation des eaux et des sols sur la productivité des cultures sont limités sous culture continue pour le cas des céréales sans fertilisations. Cela implique qu’il n’y a pas une bonne efficience des nutriments sans une bonne gestion de l’eau et vice versa.

38Nos résultats sont en relation avec ceux obtenus par Zougmoré et al. (2004a) au sahel où l’application du compost ou de l’urée a fortement augmenté le rendement du Sorgho. Au sahel, lorsque les deux facteurs étaient combinés, on a noté une amélioration du rendement comparativement aux effets simples de chaque facteur.

39Nos résultats montrent clairement que les méthodes de gestion et de conservation de l’eau que nous tentons d’introduire dans la plaine de la Ruzizi ne peuvent efficace que si elles sont utilisées comme composante d’une gestion intégrée de la fertilité des sols tels que le souligne d’ailleurs les travaux de Breman et al. (2003) et de Liu et ses collègues (2010)

40En condition de sols pauvres, la fertilité doit être entretenue par une gestion intensive des résidus de culture, le fumier ou le compost, les arbres et les haies vives. Les améliorations des rendements resteront discrètes tant qu’on n’introduira pas de fumure minérale complémentaire, en particulier de l’azote et du phosphore à la suite de courtes jachères de légumineuses arbustives (Breman et al., 2001 ; Roose et al., 2002).

41Le choix de diverses plantes adaptées localement et, en particulier, de légumineuses fixatrices de l’azote accélère le recyclage des nutriments lessivés. Le développement d’un réseau racinaire abondant et profond stabilise la structure du sol et améliore la porosité et l’infiltration.

42Une interaction entre différents essais semble être la faiblesse du travail. Il serait utile pour la suite de faire une interaction entre l’application des fertilisants et les différentes couvertures du sol car le rendement est une interaction des différents facteurs. Comme précédemment dit l’efficience de la nutrition hydrique est déterminée par l’utilisation efficace des nutriments.

43Pour le paillage, le rendement du maïs était plus élevé en saison B (1671,7 kg/ha) qu’en saison A (1359,5 kg/ha), soit une augmentation de 23,4 % sous pratique locale. Selon Shaxson et al. (1989), la gestion en surface des résidus de culture couvrant plus de 30 % à 50 % de la surface du sol amortit l’énergie des gouttes de pluie, ralentit le ruissellement et attire la mésofaune au contact de la surface du sol tout en l’encourageant à détruire les croûtes de battance (Shaxson et al., 1989 ; Breman et al., 2001).

44Tous ces résidus (litières et racines) stockent les nutriments et les redistribuent progressivement au cours de la saison culturale, créant ainsi une ambiance forestière bien tamponnée au niveau de la température et de l’humidité, aux agrégats stables. Grâce à l’humus du sol, les microbes et champignons se multiplient et mettent à la portée des racines des nutriments rendus assimilables. Enfin, les cultures associées entre elles ou avec des arbustes (haies ou arbres d’ombrage) explorent mieux le volume de l’air et du sol, valorisent mieux l’énergie lumineuse, dispersent les maladies et les animaux indésirables et produisent plus de biomasses de manière plus durable (Roose, 1994 ; Arora et al., 2006).

Conclusion

45Partant des objectifs fixés par cette étude, il ressort clairement que la technique de Tied Ridges permet d’améliorer le rendement agricole et la rentabilité économique des cultures dans la plaine de la Ruzizi où les paysans souffrent déjà des problèmes de changement climatiques et d’adaptation. L’intégration des nutriments est une opportunité pour améliorer efficacement l’utilisation de l’eau dans la plaine de la Ruzizi et accroitre ainsi le revenu des producteurs. L’animation paysanne pour une adoption des nouvelles techniques permettant de contourner les questions délicates de changement climatique est envisageable.

Remerciement

46Nous remercions la plate forme DIOBASS et le CRDI d’avoir supporté financièrement la réalisation de ce travail. Nous profitons aussi de cette occasion pour remercier les CGRN de Kamanyola ainsi que les étudiants suivants : Mondo Mubalama, Bashombana Raha, Makindu Musombwa, Kitatange Pacifique, Kasangi Buzera, Sinza Bonane et Bahati Muderwa d’avoir contribué à la récolte des données et à la conduite des essais.

Haut de page

Bibliographie

Arora, S. et P. Hadda, 2006, Indigenous technical knowledge for soil and water conservation and soil fertility restoration in foothill region of the Himalayas in north-west India in Roose E., Albergel J., De Noni, Laouina A, Mohamed Sabir, 2006. Efficacité de la gestion de l’eau et de la fertilité des sols en milieu semi-aride, Actualité scientifique, IRD, 1 :133-138

Balagizi, K., B. Polepole, M.S. Mapatano, A.M. Cihyoka, J.M. Cizungu et P.M. Isumbisho, 2010, Etude de base sur la bonne gouvernance des ressources naturelles collectives, DIOBASS. Bukavu, 98 pp. 

Breman, H., J.J.R. Groot et H. Van Keulen, 2001, Resource limitations in Sahelian agriculture. Global Environ Changes 11 : 59-68.

Breman, H., M. Wopereis, A. Maatman, D. Hellums, N. Chien et W. Bowen, 2003, Investment in Soils or in Irrigation for African Food Security and Agricultural Development? Sustainable Improvement in Soil Moisture and Water-use Efficiency through Fertilizer use, Prepared by IFDC in collaboration with the SFI of the World Bank with funding from the Netherlands Environmental Trust Fund. World Bank. 6p

Buerkert, A., H.P. Piepho et A. Bationo, 2002, Multi-site time-trend analysis of soil fertility management effects on crop production in sub-Saharan West Africa. Exp Agric 38 : 163-183.

GIEC, 2007, Changements climatiques. Conséquences, adaptation et vulnérabilité. Rapport de synthèse, OMM, PNUE, 114 p.

Lambers, H., S. Chapin et T. Pons, 2008, Plant Physiological Ecology. Springer, New York, 2nd edition, 604pp

Roose, E. et B. Barthès, 2001, Organic matter management for soil conservation and productivity restoration in Africa. Nutrient Cycling in Agrosystems, 61 : 159-170.

Roose, E., M. Sabir et G. De Noni,, 2002, Techniques traditionnelles de GCES en milieu méditerranéen. Bull Réseau Érosion, Montpellier, n° 21, 523 pp. 

Roose, E., 1994, Introduction à la GCES. Bull. Pédologique FAO, Rome, 70, 420 pp. 

Roose, E., V. Kabore et C. Guenat, 1993, Le Zaï : fonctionnement, limites et améliorations d’une pratique traditionnelle africaine de réhabilitation de la végétation et de restauration de la productivité des terres dégradées de la région soudano-sahélienne. Cah. ORSTOM Pédol. 28, 2 : 159-174.

Shaxson, T., N. Hudson, D. Sanders., E. Roose, W. Moldenhauer, 1989, Land husbandry, a framework for soil & water conservation. SWC Soc., Ankeny, Iowa, USA, 64 pp. 

Liu, S., L.F. Chen, Y. Shenjiao et C. Xinping, 2010, Soil water dynamics and water use efficiency in spring maize (Zea mays L.) fields subjected to different water management practices on the Loess Plateau, China, Agricultural Water Management, 97: 769–775

Scherr, S. et S. Sthapit, 2009, Mitigating Climate Change Through Food and Land Use, WorldWatch, Washington, D.C.,, 45pp

Sulser, B., C. Ringler, T. Zhu, S. Msangi,, E. Bryan et W. Rosegrant,, 2010, Green and blue water accounting in the Ganges and Nile basins: Implications for food and agricultural policy, Journal of Hydrology, 384: 276–291

Pertius, C., 2009, Analyse de la Vulnérabilité et de la Capacité d’adaptation au Changement climatique, CARE, Washington, 52 pages

Zougmoré, R., Z. Gnankambary, S. Guillobe et L. Stroosnijder, 2002, Effect of stone rows on soil chemical characteristics under continuous sorghum cropping in semiarid Burkina Faso. Soil Tillage Research, 66 : 47-53.

Zougmoré, R., A. Mando, J. Ringersma et L. Stroosnijder, 2004a, Effet synergique des techniques de gestion de l’eau et des nutriments sur le ruissellement et l’érosion en zone semi-aride du Burkina Faso. Bull. Réseau Erosion IRD, Montpellier, 23 : 540-553.

Zougmoré, R., R. Mando et L. Stroosnijder, 2004b, Effect of soil and water conservation and nutrient management on the soil–plant water balance in semi-arid Burkina Faso, Agricultural Water Management, 65: 103–120

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le dispositif expérimental de comparaison des techniques
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2. Rendement du maïs sous différentes techniques de gestion de l’eau (RWH) dans le groupement Kamanyola en saison A et B.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 3. Rendement du maïs sous différentes techniques de gestion de l’eau combinées aux fertilisants.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13922/img-3.png
Fichier image/png, 6,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Espoir Mukengere Bagula, Sylvain Mapatano, Karume Katcho et Nacigera Gustave Mushagalusa, « Efficience des techniques de gestion de l’eau et de fertilité des sols sur le rendement du maïs dans les régions semi-arides : cas de la plaine de la Ruzizi (Sud-Kivu, République Démocratique du Congo) »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 17 | septembre 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13922

Haut de page

Auteurs

Espoir Mukengere Bagula

Université Évangélique en Afrique, BP 3323 Bukavu, République Démocratique du Congo, Courriel : ueabukavu@yahoo.fr Auteur de correspondance. Université Evangélique en Afrique, Faculté des Sciences agronomiques, République Démocratique du Congo, Courriel : bespoir@yahoo.com

Articles du même auteur

Sylvain Mapatano

Plateforme Diobass au Kivu, BP 1914 Bukavu, République Démocratique du Congo

Articles du même auteur

Karume Katcho

Université Évangélique en Afrique, BP 3323 Bukavu, République Démocratique du Congo, Courriel : ueabukavu@yahoo.fr

Nacigera Gustave Mushagalusa

Université Évangélique en Afrique, BP 3323 Bukavu, République Démocratique du Congo, Courriel : ueabukavu@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search