Navigation – Plan du site
Les technologies incitatives pour la gestion communautaire des ressources naturelles

Valorisation de la chenille comestible Bunaeopsis aurantiaca dans la gestion communautaire des forêts du Sud-Kivu (République Démocratique du Congo)

Muvundja Fabrice Amisi, Uwikunda Serondo Héritier, Mande Paul, Alunga Lufungula Georges, Balagizi Karhagomba Innocent et Isumbisho Mwapu Pascal

Résumés

Cette étude visait à évaluer la valeur nutritive de la chenille Bunaeopsis aurantiaca, largement consommée par les populations de la forêt du bassin du Congo en général et du Sud-Kivu en particulier. Cette chenille a comme plante-hôte l’arbre Uapaca guineensis, un arbre connu pour ses planches en bois de qualité et comme un arbre à chenille de valeur. Les résultats de l’analyse immédiate de sa composition en matières nutritives ont révélé que ces chenilles sont constituées de 49 % de protéines brutes, 24,2 % de matières grasses, 4,5 % de sucres et 3,2 % de matières minérales totales dans leur poids sec. La valeur énergétique de 100 g de matières sèches de cet aliment a été évaluée à 433 kcal. Cette valeur nutritive est comparable à celle du poisson, en l’occurrence la sardine très appréciée localement, la Limnothrissa miodon. Les résultats de cette étude démontrent à suffisance que la chenille B. aurantiaca, tout comme d’autres chenilles comestibles, constitue une source riche en protéines animales et est donc très appréciable. Il s’agit d’un produit forestier non ligneux de grande valeur dans la sécurité alimentaire et qui exige une attention plus accrue de toute la communauté afin de garantir sa gestion durable et de maintenir les différents services environnementaux de la forêt.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La province du Sud-Kivu présente naturellement de larges réserves forestières dont Ulindi, Mushwere, Kadubu et Kamano dans le territoire de Walungu, Lolemba et l’île Kifumbwe à Fizi, Mokanga, Kasombe, Mikelo et Itula à Shabunda, Kamonye, Kahuihuira et la vallée de la Ruzizi à Uvira ainsi que Mushwere à Kabare. Avec les crises politiques et les conflits armés qui se sont inféodés dans les espaces forestiers du Kivu depuis 1994, l’on assiste à une déforestation non sélective dans ces réserves forestières. La dynamique d’évolution de ces écosystèmes est aussi influencée par une exploitation artisanale de bois d’œuvre, la carbonisation et l’agriculture itinérante sur brûlis (GIZ/PBF, 2012). Plus l’on s’approche de la ville de Bukavu, plus la carbonisation et la coupe de bois pour la construction ou la cuisson de briques augmentent leur incidence sur la déforestation.

2Malheureusement, les essences forestières hôtes des ressources alimentaires importantes (chenilles comestibles, champignons, fruits sauvages) sont aussi les espèces les plus détruites pour la production de charbon de bois ou de planches car elles ont une grande capacité calorifique et permettent la création de planche de qualité (Gillardin, 1953 ; Vivien et Faure, 1985). Ces exploitations présentent généralement un impact négatif sur le fonctionnement des écosystèmes forestiers, mais aussi sur la promotion de la sécurité alimentaire des peuples autochtones basée essentiellement sur l’exploitation des produits forestiers non ligneux (PFNL) dont les plus importants sont les chenilles comestibles.

3Pourtant, il est bien connu que les insectes contribuent de manière significative à la sécurité alimentaire en Afrique centrale, en l’occurrence par l’apport en protéines animales et comme source des revenus (Malaisse et Lognay, 2003 ; FAO, 2004 ; Hoare, 2007). On estime que plus de 1700 espèces d’insectes sont consommées dans l’alimentation humaine à travers le monde, la plupart étant récoltées dans les forêts naturelles (Johnson, 2010). Parmi ces espèces, les lépidoptères apparaissent au quatrième rang en matière d’importance après les coléoptères, les hyménoptères, les orthoptères avec lesquels ils constituent les 80 % des insectes comestibles du Monde (Ramos-Elorduy, 2005).

4D’après Malaisse et Lognay (2003), au moins 64 espèces de chenilles dûment déterminées sont consommées tandis qu’en réalité plus d’une centaine d’espèces sont concernées. Au Congo Brazzaville, l’importance de la consommation d’insectes a été analysée par Paulian (1963) qui rapporte que ces aliments contribuent pour 40 % aux apports en protéines d’origine animale et que les chenilles fumées sont consommées dans l’ordre de 40 g par personne et par jour à Brazzaville entre novembre et janvier. À Kananga, la consommation des chenilles s’élèverait à 15 g par jour et par personne durant les mois de récoltes des chenilles (Katya-Kitsa, 1989).

5Les espèces des chenilles consommées appartiennent à diverses familles à savoir : les Saturnidae Athletes gigas, A. semialba, Bunaea alcinos, Bunaeopsis aurantiaca, Cinabra hyperbius, cirina spp. , imbrasia spp. , etc.), les notodontidae, de sphingidae, de platysphinx, etc. (Malaisse et Lognay, 2003). Les saturnidae seuls occupent 59 % (soit 44 espèces) des espèces des chenilles consommées en Afrique tropicale (FAO, 2004). Les chenilles sont en effet consommées cuites, frites ou grillées (FAO, 2004).

6Dans le Kivu, les réserves forestières hébergent nombreuses essences hôtes des chenilles comestibles comme les Trema orientalis, Uapaca spp, Bridelia spp, Brachystegia spp, Julbernardia serreti, Khaya spp. , Antidesma sp., Albizia spp, etc ( Balagizi et al, 2012). Ces chenilles constituent naturellement la source importante des protéines animales des peuples forestiers leur donnant une identité alimentaire et culturelle. Parmi les chenilles les plus consommées, l’espèce Bunaeopsis aurantiaca (famille des saturnidés), reconnue localement sous le nom de « Milanga » est plus dominante dans le régime alimentaire des lega (une tribu forestière dominante du Kivu). Cette espèce est l’hôte de l’euphorbiacée du genre « Uapaca », localement connue sous le nom de « Musela » et qui présente les chenilles durant la période allant de mai à septembre. Cette période constitue une période de collecte des chenilles pour améliorer la sécurité alimentaire au niveau des ménages.

7Face au défi de sous-estimation des aliments traditionnels et à la destruction des espèces hôtes face aux marchés (peu rentables) de charbon ou des planches dans le territoire de Mwenga, la valorisation des chenilles Bunaeopsis aurantiaca (« Milanga ») à travers la publication de leur valeur nutritive serait une voie incontournable dans le cadre de la conservation communautaire des ressources forestières vitales. En effet, dans le territoire de Mwenga où cette ressource est de grande importance dans la sécurité alimentaire, il est de plus en plus rapporté que la quantité récoltée annuellement va en décroissant depuis les années 2000, marquant alors un défi majeur de conservation communautaire des ressources forestières. En plus, la déforestation constitue la menace principale contre ces lépidoptères étant donné que les arbres-hôtes sont régulièrement abattus en faveur de la fabrication des braises et des planches ainsi que la recherche des nouvelles terres arables.

8La présente étude a pour objectif de contribuer à la mise en valeur de la ressource alimentaire que constitue la chenille Bunaeopsis aurantiaca par la détermination de sa composition nutritionnelle. Cette étude est effectuée dans le but d’amorcer un processus communautaire de conservation des forêts en mettant en accent leurs valeurs économiques intrinsèques. Les informations contenues dans cet article permettent de se rendre compte de l’utilité de ces insectes en tant que produit forestier non ligneux dont des mesures de gestion durable s’annoncent urgentes. Cette étude peut aussi ouvrir à des recherches biotechnologiques visant à produire des aliments de hautes valeurs et accessibles par tous.

Méthodologie

Milieu de récolte des insectes étudiés

9Les insectes ayant fait l’objet de cette étude ont été récoltés dans la partie forestière du territoire de Mwenga non loin du chef-lieu (Fig. 1). Le territoire de Mwenga (zone de collecte) est caractérisé par un climat équatorial submontagnard et les précipitations y atteignent 2000mm voire 3000 mm.an-1 et sont bien reparties sur toute l’année mais avec un minimum relatif en juin et en juillet (Doumenge et al., 1997). Les températures moyennes sont comprises entre 17,5⁰C (à la station de Mwana) et 22,2⁰C (à la station de Kamituga) (Prigogine, 1978). Les monts Itombwe constituent l’un des sites critiques les plus importants pour la conservation de la diversité biologique de la République Démocratique du Congo et couvre l’une de régions les plus riches en espèces floristiques du pays et peut-être d’Afrique (Doumenge, 1990). De la carte de végétation proposée par Doumenge (1997), il apparaît que le territoire de Mwenga est dominé par des forêts submontagnardes et secondaires avec une anthropisation toujours croissante (effets des activités agricoles, minières et domestiques). La variabilité des espèces ligneuses et de type d’habitat offre des opportunités à une large biodiversité et des espèces sauvages comestibles.

Figure 1. Carte phytogéographique des Monts Itombwe et Mwenga (Doumenge 1997)

Figure 1. Carte phytogéographique des Monts Itombwe et Mwenga (Doumenge 1997)

Matériel biologique étudié et plante hôte

Le matériel biologique

10Le matériel biologique qui a fait l’objet de cette étude est une chenille comestible connue sous le nom de Bunaeopsis aurantiaca (Fig. 2a et 2b).

Figure 2. Photos de la chenille de Bunaeopsis aurantiaca récoltée à Kamituga : (a) vue dorsale de l’insecte (b) vue ventrale de l’insecte

Figure 2. Photos de la chenille de Bunaeopsis aurantiaca récoltée à Kamituga : (a) vue dorsale de l’insecte (b) vue ventrale de l’insecte

Figure 3. Papillon adulte de Bunaeopsis aurantiaca

Figure 3. Papillon adulte de Bunaeopsis aurantiaca

(Basquin 2010 repris par http://www.boldsystems.org/​index.php/​Taxbrowser_Taxonpage ?taxid =64635)

11Il s’agit d’une larve de papillon de la classe des insectes, ordre des lépidoptères, de la famille des saturnidés et du genre des Bunaeopsis (Fig. 3). Ce genre des saturnidés est constitué de 33 espèces (http://www.boldsystems.org/​index.php/​Taxbrowser_Taxonpage ?taxid =64635). Le Bunaeopsis aurantiaca est connu sous les noms vernaculaires suivants : Milanga (Kilega), Mukoko (Kikongo ; Latham, 2003), Finakibobo (Katanga ; FAO, 2004).

12Les chenilles, tout en se nourrissant des feuilles de l’arbre-hôte, tombent par terre à la suite de leur poids excédant la résistance des feuilles qui les soutiennent après grossissement et sont ainsi généralement ramassées au sol avant qu’elles ne remontent sur l’arbre. Selon les enquêtes faites sur place auprès de villageois, les chenilles sont visibles durant les mois de janvier et de février ainsi qu’à la fin de la saison sèche (août - septembre) lorsque les jeunes feuilles de l’arbre-hôte se reconstituent. Après la récolte, les échantillons constitués des spécimens des chenilles récoltées ont été conservés vivants dans une boite en planche bien aérée fabriquée pour cette fin et contenant une quantité de feuilles de leur plante hôte pour leur alimentation. Les chenilles étudiées avaient en moyenne 70 mm de taille (N = 34 ; min =60 mm ; max =83 mm) et 6,102 g de poids (N = 34 ; min =4,4925 g ; max =7,9879 g).

Plante hôte

13Ces chenilles de la famille des Saturniidae vivent sur une plante qui porte le nom vernaculaire de « Musela » (en langue Lega) « Muti ya ba mbinzo » (à Kisangani) et « Faux Palétuvier » (en Français) et dont le nom scientifique est Uapaca guineensis Müll. Arg. (Balagizi, 2012 ; Burkill 2004 ). Il s’agit d’un arbre mégaphanérophyte atteignant 35 m de haut (Balagizi et al., en prép.). Les feuilles sont simples, pétiolées, alternes, imparipennées 3-foliolées avec folioles elliptiques, aigues, cunées à la base, renflées aux deux extrémités et les inflorescences axillaires sont en panicules des cymes et les fleurs blanches (Balagizi et al., en prep.). Les racines sont de nombreuses échasses arquées, ramifiées pouvant monter jusqu’à 3-4 m de haut ; l’écorce est brun-rougeâtre à surface finement rugueuse et les fruits sont des drupes globuleuses (3 x 2,5 cm) de couleur jaune verdâtre contenant trois à quatre noyaux par fruit et une graine par noyau (Vivien et Faure, 1985).

14Les chenilles se nourrissent des feuilles de cette plante sur laquelle elles se développent. En Afrique tropicale, cet arbre est reparti de la République Démocratique du Congo à la Sierra Leone (Afrique Centrale, Orientale et Occidentale ; Vivien et Faure, 1985). Il s’agit préférentiellement d’un arbre de forêt primaire équatoriale mais qui peut également se retrouver en forêt secondaire. Dans les forêts des monts Itombwe dont Mwenga fait partie, U. guineensis occupe 3,7 % du peuplement d’arbres dont la circonférence est supérieure à 60 cm avec 50 % d’individus appartenant à la classe de circonférence de 100 à 200 cm (Doumenge et Schilter, 1997). Cet arbre est abondant à partir de la moyenne altitude (700-800 m) jusqu’à la haute montagne (Pierlot, 1966). L’arbre en question se retrouve également dans le parc national de Kahuzi-Biega (entre 600-1200 m d’altitude : Itebero, Irangi). Il a été aussi signalé au Kasaï (Yumoto et al., 1994). D’autres espèces Uapaca sont connues dans les forêts tropicales africaines. Il s’agit d’Uapaca corbisieri De Wild. (« Kisela-sela » en langue Lega), Uapaca paludosa Rubrev. et Leandri. (« Kasela-Kulongo » en langue Lega), Uapaca staudtii, Uapaca togoensis (Balagizi et al. en prep. ; Vivien et Faure, 1985).

Récolte et traitement des spécimens des chenilles étudiées

15Les échantillons ont été récoltés dans le territoire de Mwenga, à Kamituga en février 2012. Ces chenilles qui ont constitué notre étude sont des individus larvaires périodiques. Elles ne sont pas visibles tous les mois de l’année. Les spécimens ont alors été transportés endéans 48 heures au laboratoire pour un traitement préalable aux analyses chimiques. Les échantillons constitués d’une vingtaine de spécimens ont été alors séchés à l’étuve à 105 °C jusqu’à un poids constant avant d’être moulu pour obtenir l’échantillon sous forme d’une poudre animale, ce qui a permis aussi de déterminer la teneur en eau.

Méthodes et matériel d’analyses chimiques

16Les analyses chimiques ont été réalisées à l’aide des méthodes de l’analyse immédiate proposées par AOAC (2003) sur une poudre animale conservée au dessiccateur après étuvage. Il s’agit de la méthode de séchage à l’étuve (105⁰C) pour l’humidité relative, la méthode de calcination au four à 800⁰C par voie sèche pour les matières minérales, la méthode d’extraction au Soxhlet suivie de la distillation, du séchage et du pesage (gravimétrie) pour les matières grasses (lipides) et enfin la méthode de l’azote Kjeldahl pour les protéines. Ces méthodes ont été appliquées sur des aliquotes prélevées sur la même poudre animale. La conversion de la teneur en azote en teneur en protéines a été réalisée à l’aide d’un facteur multiplicateur de 6,25 selon l’équation :

17 % protéines = %N*6,25(Eq.1)

18La teneur en glucides a été obtenue par la relation :

19 %Glucides =100- ( %humidité+lipides+protéines+cendres totales) (Eq. 2)

20La valeur énergétique de 100 g d’échantillons a été déterminée en multipliant par 100 la valeur énergétique de chacun des macronutriments dosés à savoir :17 kJ. g-1, 38 kJ.g-1et 17 kJ.g-1 de protéines, lipides et glucides respectivement puis en faisant la somme (AOC, 2003 ; Usdys et al., 2010 ; Gokhan et al., 2011). Tous les dosages ont été répétés trois fois pour chaque paramètre analysé et les résultats sont reportés ici sous forme de moyennes.

Présentation et discussion des résultats

21Les résultats obtenus dans cette étude montrent que 100 g de chenilles sèches de B. aurantiaca renferment 49 g des protéines, 24,2 g des lipides, 4,2 g des sucres et 3,2 g de minéraux (Tableau 1).

Tableau 1. Comparaison de la valeur nutritionnelle de Bunaeopsis aurantiaca ( % par rapport à la matière sèche) à celle de certains autres aliments connus

 

Teneur en eau

Protéines brutes

Matières grasses

Glucides

Cendres minérales

Valeur énergétique

 

( %)

( %)

( %)

( %)

( %)

(kcal/100 g)

 

B. aurantiaca (Milanga)(1)

19

49

24,2

4,5

3,2

433

 

Chenilles sèches (2)

9,1

52,9

15,4

16,9

-

430

Viande fraiche de boeuf (2)

63,1

18,2

17,7

0

-

273

Poisson frais (2)

73,7

18,8

2,5

0

-

103

Poisson séché et salé (2)

13,8

47,3

7,4

0

-

269

Limnothrissa miodon (Sambaza) frais (3)

70,6

50,6

18,1

0

11,9

365

 

(1) Cette étude (2) Wu Leung et al. (1970) (3) Riziki (2011).

22Xiaoming et al. (2010) suggèrent que le contenu en protéines des lépidoptères comestibles varie entre 14 et 68 % avec une moyenne de 45 %. Ils sont caractérisés par une teneur moyenne en aminoacides essentiels de 14 %. Le contenu en corps gras des lépidoptères quant à lui varie entre 5 et 49,5 % avec une moyenne de 24,8 % alors que leur teneur en sucres varie de 3,7 à 16,3 %, avec une valeur moyenne de 8,2 %(Xiaoming et al., 2010). En comparant les résultats de cette investigation avec ceux obtenus par Osasona et Olaofe (2010) sur la chenille Cirina forda (saturnidae), il s’avère que la B. aurantiaca se montre plus protéique et plus lipidique que la Cirina forda (49 % contre 20 % et 24,2 % contre 12,5 % respectivement) alors que la dernière exhibe un contenu en hydrates de carbone beaucoup plus important (54,3 % contre 4,5 %). Le contenu en minéraux totaux de B. aurantiaca était de 3,2 % contre 8,7 % pour la C. forda (Osasona et Olaofe, 2010).

23De ces résultats, il ressort que ces chenilles se classent parmi les aliments les plus protéiques connus tels que la viande et le poisson (Tableau 1). Leur valeur nutritive est bien similaire à celle du Sambaza (49 % des protéines pour les chenilles contre 50,6 % pour le poisson Sambaza ; 24,2 % des lipides pour les chenilles contre 18,1 % pour le Sambaza, Tableau 1). Sur le plan de la sécurité alimentaire, il est donc raisonnable que les chenilles Milanga (de moindre coût) puissent se substituer au poisson ou à la viande (de coût élevé) dans le régime alimentaire des populations forestières sans leur causer des carences en protéines.

24La présente étude signifie donc que ces chenilles apportent ~49 % des protéines consommées par les populations de Mwenga et Shabunda qui se nourrissent de ces insectes pendant des périodes données de l’année. Ces résultats démontrent ainsi que, contrairement au fait que ce mets soit considéré comme des aliments traditionnels de faible importance par les gens de la classe bourgeoise, il s’agit plutôt d’un aliment de haute valeur nutritionnelle. En raison de leur forte valeur nutritionnelle dans certaines régions du monde, les chenilles sont mélangées à la farine afin de préparer une bouillie pour lutter contre la malnutrition des enfants (FAO, 2004). Certaines espèces d’insectes tels que Imbrasia spp. , Tagoropsis sp. et Cinabra sp., très riches respectivement en protéines, calcium et fer sont données aux personnes anémiques et aux femmes enceintes a leur petit déjeuner (FAO, 2004). Sur l’ensemble des monts Itombwe, on peut observer que le recul progressif des forêts se fait au profit des formations herbacées, voire arbustives, bien que des conditions et des effets très variables s’y appliquent (Doumenge, 1997). La perte des espèces hôtes des chenilles s’annonce aussi et donc la diminution sensible de la biomasse des chenilles comestibles.

25La question fondamentale est d’évaluer la possibilité de renforcer la participation communautaire dans la protection des espèces hôtes des chenilles et pour lier la production et le marché dans une filière bien définie et durable. Le marché de chenilles est à la fois local, national et international. En effet, les chenilles sont mangées dans les localités de récolte ainsi que dans les grandes villes, le prix du kilogramme y est estimé à environ 1 à 2 $ US (Ndoye et Awone, 2005). Elles sont aussi exportées dans les pays de l’Union européenne où le prix du kilogramme s’élève à 20 € (Demesmaecker, 1997 ; Hoare, 2007). En dépit du manque d’une étude spécifique du marché local, il est possible que cette ressource soit sous-évaluée comparée aux autres aliments riches en protéines comme les poissons et la viande. Ndoyo et Awono (2005) ont estimé qu’en province de l’Équateur (RDC), les chenilles contribuent pour 25,6 $ (contre 20,6 $ au Bandundu) au revenu mensuel par ménage et se placent en première position par rapport aux autres produits forestiers non ligneux (PFNL) tels que l’huile de palme, le charbon de bois, etc. ( Ndoyo et Awono, 2005).

26Comme les chenilles sont des ravageurs des feuilles d’arbre, la défoliation qu’elles causent peut ralentir la croissance des arbres (Reeler et al., 1991). Il appert ainsi que si leur récolte est rationnellement faite, elles peuvent avoir des impacts positifs sur le développement des arbres et la conservation de la forêt. Malheureusement, parfois les populations forestières recourent à des pratiques peu recommandables consistant à abattre des arbres trop hauts pour accéder à plus de biomasse de chenilles, ce qui menace la forêt et la ressource elle-même (Hoare, 2007). Ce problème a été observé en Zambie où il a été observé une récession de la forêt au rythme de deux hectares par an pendant des périodes d’abondance de chenilles (Lees, 1962). Les récoltes prolongées des chenilles ne semblent pas affecter négativement leur capacité de reproduction cependant on pense que la disparition des arbres-hôtes peut être suivie, à long terme, d’une diminution progressive de la présence de ces insectes particulièrement ceux-qui proviennent des plantes hôtes spécifiques (Hoare, 2007).

27Parmi les grandes menaces contre la ressource des chenilles forestières comestibles du Sud-Kivu, on peut citer dans l’ordre de valeur l’abattage systématique des arbres pour des fins d’exploitation des braises et des planches, la recherche de nouvelles terres arables et les feux de brousse. En effet, de telles perturbations de l’écosystème forestier finissent par causer une diminution drastique de la population d’insectes voire de leur extinction (Leleup et Daems, 1969 ; Holden, 1991).

Conclusion

28Étant donné la richesse en protéines de la chenille B. aurantiaca ainsi que son importance pour la sécurité alimentaire, il est important d’envisager des mesures adéquates de gestion et de conservation afin de pérenniser la ressource. Une bonne gestion de ces ressources devra passer par l’étude écologique de l’insecte, le monitoring de la dynamique des populations, la réglementation de son exploitation ainsi que celle de l’arbre-hôte qui est menacé par la fabrication de charbons de bois et de planches.

29La valorisation de cette ressource peut se faire par la transformation et la conservation alimentaire (boîtes de conserve, introduction dans les biscuits ou les farines alimentaires, etc.), ce qui améliorerait les pratiques hygiéniques post-récoltes ainsi que son acceptabilité sur le marché urbain. Dans les zones où ces chenilles ne sont pas traditionnellement consommées, elles peuvent être incorporées dans les rations alimentaires de la volaille, des poissons, etc.

30Il est aussi important de vulgariser à travers l’éducation environnementale, le processus de conservation des réservoirs-hôtes des ces chenilles et de promouvoir la gestion durable des forêts et des ressources génétiques ainsi que la mise au point de biotechnologies appropriées de mise en valeur de ces denrées forestières négligées (insectes, mollusques, etc.) notamment dans la fabrication des concentrés pour nourrissons ou de l’élevage (volaille, porcs, poissons, etc.).

31La rentabilisation de l’industrie des chenilles couplée à la réglementation de leur exploitation ainsi que celle de l’arbre-hôte aura une retombée positive sur la conservation de la forêt et vice versa. En effet, Vantomme (2010) soutient le fait que la valeur nutritionnelle et économique des insectes comestibles est souvent négligée et que nous devrions encourager vivement leur récolte et leur commercialisation étant donné leur intérêt pour l’environnement et pour la sécurité alimentaire de l’Homme. L’intérêt de cette ressource exige également que des efforts de reboisement/reforestation ciblé utilisant les arbres à chenille et doivent être promus afin de pouvoir contribuer à la diversification des produits forestiers, sources de revenus pour les populations riveraines, ce qui permet en même temps de maintenir les équilibres écosystémiques forestiers. De surcroît, cet arbre à chenille est aussi apprécié pour ses fruits consommés par les humains et les animaux sauvages. Il serait également utile d’investiguer sur la possibilité de domestication de ces chenilles dans des plantations de tierces personnes (Balinga et al., 2004). Ces arbres peuvent donc être classés comme essences à protéger et dont l’abattage en forêt doit requérir d’une autorisation spéciale par les autorités compétentes à l’issue du constat de leur vieillesse avérée.

Remerciements

32Nos remerciements s’adressent à Monsieur Mutumoyi de l’Institut Facultaire des sciences de développement (IFSD) de Kamituga pour son assistance dans la récolte des spécimens des chenilles étudiées.

Haut de page

Bibliographie

Balagizi K.B, 2012, Notes de cours d’Ethnobotanique destinées aux étudiants de la troisième année de Graduat en Biologie-Chimie, inédit, Département de Biologie-Chimie, ISP/Bukavu, Bukavu (RDC).

Balagizi K., P. Dumbo, M. Ithe et M. Bashonga, 2012, Les Plantes ligneuses du parc national de Kahuzi-Biega (en préparation).

Balinga, M.P., P.M., Mapunzu, J.-B. Moussa et G. N’Gasse, 2004, Contribution des insectes de la forêt à la sécurité alimentaire : L’exemple des chenilles d’Afrique Centrale. FAO, Rome, Programme des Produits Forestiers non Ligneux, 107 pp. 

Burkill, H.M., 2004, The useful plants of West Africa. USDA, ARS, National Genetic Resources Program. Germplasm Resources Information Network - (GRIN) [Online Database].National Germplasm Resources Laboratory, Beltsville, Maryland. [En ligne] URL : http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/stdlit.pl ?Use %20Pl %20WT %20Afr

Chidumayo, E.N. et K.J. Mbata, 2002, Shifting cultivation, edible chenilles and livelihoods in the Kopa area of northern Zambia. Forests, Trees and Livelihoods 12 (3) : 175-193.

Doumenge, C. 1997. Diversité floristique. In : Doumenge et Schilter (eds), Les monts Itombwe, d’une enquête environnementale et socio-économique à la planification d’interventions au Zaïre. IUCN, IZCN, PIL et SIDEM, Ed. Saint-Paul, Kinshasa.

Doumenge, C. et C. Schilter, 1997, Annexe 6. Précisions sur les formations végétales et inventaires forestiers zaïrois, en particulier dans les monts Itombwe et en périphérie. In : Doumenge et Schilter (eds), Les monts Itombwe, d’une enquête environnementale et socio-économique à la planification d’interventions au Zaïre. IUCN, IZCN, PIL et SIDEM, Ed. Saint-Paul, Kinshasa.

Doumenge, C., K.B. Kabazimya et M.D., Mukuninwa, 1997, Milieu physique. In : Doumenge et Schilter (eds), Les Monts Itombwe, D’une enquête environnementale et socio-économique à la planification d’interventions au Zaïre. IUCN, IZCN, PIL et SIDEM, Ed. Saint-Paul, Kinshasa.

FAO, 2004. Contribution des insectes de la forêt à la sécurité alimentaire. L’exemple des chenilles d’Afrique Centrale : Produits forestiers non ligneux, Document de Travail N⁰1, programme des produits forestiers non ligneux de la FAO, Rome. [En ligne] URL : http://www.fao.org/docrep/007/j3463f/j3463f00.HTM

Gillardin, J. 1959. Les essences forestières du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Leurs dénominations indigènes, leur distribution et leur habitat. Publication de la Direction de l’Agriculture des Forêts et de l’Élevage, Bruxelles.

Gokhan B., K. Hikmet, 2011. Seasonal changes in proximate composition of some fish species from the Black sea. Turk. J., Fish., pp. 3-4.

Hoare, A.L., 2007, The use of non-timber forest products in the Congo basin : Constraints and opportunities. Report to the Rain forest foundation, London, UK., 56 p.

Holden, S, 1991, Edible caterpillars – a potential agroforestry research ? They are appreciated by local people, neglected by scientists. Food Insects Newsletter 4 (2) : 3-4. [En ligne] URL : http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl ?404808

Jonson, D.V, 2010, The contribution of edible forest insects to human nutrition and to the forest management. In : Forest insects as food : humans bite back. Proceedings of a workshop on Asia-Pacific resources and their potential for development, 19-21 February 2008, Chiang Mai, Thailand.

Latham, P, 2003, Edible caterpillars and their food plants in Bas-Congo.Canterbury : Mystole, 60 p.

Lees, H.M.N. 1962. Working plan for the forests supplying the Copperbelt, western province, 1962-1967. Government Printer. Lusaka. In : Chidumayo, Mbata (2002).

Leleup, N. et H. Daems, 1969. Les chenilles alimentaires du Kwango. Causes de leur raréfaction et mesures préconisées pour y remédier. Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliqué, 16, pp. 1-21.

Mapunzu, M, 2002, Contribution de l’exploitation des chenilles et autres larves comestibles dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté en République Démocratique du Congo. In : N’Gasse (Ed.) Contribution des insectes de la forêt à la sécurité alimentaire. L’exemple des chenilles d’Afrique Centrale. FAO, Rome. [En ligne] URL : http://www.fao.org/docrep/007/j3463f/j3463f00.HTM

Moussa, J.B., 2002, Les chenilles comestibles du Congo : Intérêt alimentaire et circuits de commercialisation : Cas de Brazzaville. In : N’Gasse (Ed.) Contribution des insectes de la forêt à la sécurité alimentaire. L’exemple des chenilles d’Afrique Centrale. FAO, Rome.

N’Gasse, G., 2003, Contribution des chenilles/larves comestibles à la réduction de l’insécurité alimentaire en République centrafricaine. In : N’Gasse (Ed.) Contribution des insectes de la forêt à la sécurité alimentaire. L’exemple des chenilles d’Afrique Centrale. FAO, Rome. [En ligne] URL : http://www.fao.org/docrep/007/j3463f/j3463f00.HTM

Osasona, O. et O. Olaofe, 2010. Nutritional and functional properties of Cirina forda larva from Ado-Ekiti, Nigeria. Afr. J. Food Sci.4, 12, pp. 775-777.

Pierlot, R., 1966, Structure et composition de forêts denses d’Afrique Centrale, spécialement celles du Kivu. Acad. Roy. Sci. Outre-Mer, Sci. Nat. & Médic., Nouv. Sér., 16, 4, 367 p.

Prigogine, A., 1978. Les oiseaux de l’Itombwe et de son hinterland. vol. II. Ann. Mus. Roy. Afr. Cent., Sci. Zoo., 223 : 134 p., 11 pl. photo + 1 carte h.-t.

Ramos-Elorduy, J., 2005, Insects : a hopeful food source. In : M.G. Paoletti ( ed). Ecological implications of minilivestock. Science Pub., Enfield NH, USA, pp. 263-291.

Reeler B., B., Campbell et L. Price, 1991. Defoliation of Brachystegia spiciformis by a species-specific insect, Melasoma quadralineata, over two growing seasons. Journal of African Ecology 29, pp. 271-274.

Riziki, W.J., 2011. Évaluation de la valeur nutritive de Lamprichthys tanganicanus et

de Limnothrissa miodon, deux poissons introduits au lac Kivu, par l’analyse immédiate. Mémoire inédit, Département de Chimie-Physique, ISP/Bukavu, Bukavu, 37 p.

Usydus, Z., S. J. Zlinder-Richert, M. Adamszyk et U. Szatkowska, 2011, Marine and farmed fish in the polish market : comparison of the nutritional value. Food Chemistry, 126 pp. 78-84.

Vantome, P., 2010, Les insectes forestiers comestibles, un apport protéique négligé. Unasylva 236, 61, pp. 19-21.

Vivien J. et J.J. Faure, 1985, Arbres des forêts denses d’Afrique Centrale. Agence de Coopération culturelle et technique, Ministère des Relations extérieures de Coopération et de Développement, Paris.

Wu Leung, W.T., F. Busson et C. Jardin (éds.) 1970, Table de composition des aliments à l’usage de l’Afrique. FAO, Rome et Department of Health, Education, and Welfare, Bethesda, Maryland.

Xiaoming Ch., F. Ying, Z. Hong et Ch. Zhiyong, 2010, Review of the nutritive value of edible in,sects. In :Forest insects as food : humans bite back. Proceedings of a workshop on Asia-Pacific resources and their potential for development, 19-21 February 2008, Chiang Mai, Thailand.

Yumoto T., J.Yamagiwa, N. Mwanza et T. Maruhashi,. 1994, List of plant species identied

in Kahuzi-Biega National Park, Zaire. Tropics 3, pp. 295–308.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte phytogéographique des Monts Itombwe et Mwenga (Doumenge 1997)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2. Photos de la chenille de Bunaeopsis aurantiaca récoltée à Kamituga : (a) vue dorsale de l’insecte (b) vue ventrale de l’insecte
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13929/img-2.png
Fichier image/png, 246k
Titre Figure 3. Papillon adulte de Bunaeopsis aurantiaca
Crédits (Basquin 2010 repris par http://www.boldsystems.org/​index.php/​Taxbrowser_Taxonpage ?taxid =64635)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/13929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muvundja Fabrice Amisi, Uwikunda Serondo Héritier, Mande Paul, Alunga Lufungula Georges, Balagizi Karhagomba Innocent et Isumbisho Mwapu Pascal, « Valorisation de la chenille comestible Bunaeopsis aurantiaca dans la gestion communautaire des forêts du Sud-Kivu (République Démocratique du Congo) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 17 | septembre 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 12 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13929

Haut de page

Auteurs

Muvundja Fabrice Amisi

Unité d’Enseignement et de Recherche en Hydrobiologie Appliquée (UERHA), ISP/Bukavu, Bkavu, B.P. 203 Cyangugu, Rwanda
Département de Chimie, Institut Supérieur Pédagogique, BP 854, Bukavu, R.D. Congo, Correspondance : Muvundja Fabrice A., ISP-Bukavu, courriel : amisimuv@yahoo.fr

Uwikunda Serondo Héritier

Département de Chimie, Institut Supérieur Pédagogique, BP 854, Bukavu, R.D. Congo

Mande Paul

Laboratoire de physico-chimie de l’Office congolais de contrôle (OCC), Bukavu, R.D.Congo

Alunga Lufungula Georges

Unité d’Enseignement et de Recherche en Hydrobiologie Appliquée (UERHA), ISP/Bukavu, Bkavu, B.P. 203 Cyangugu, Rwanda
Centre des Recherches Universitaires du Kivu (CERUKI), ISP-Bukavu, Bukavu, R.D.Congo

Balagizi Karhagomba Innocent

Centre des Recherches Universitaires du Kivu (CERUKI), ISP-Bukavu, Bukavu, R.D.Congo, Plateforme Diobass au Kivu, programme de Recherche Action, 317 Nguba, commune d’Ibanda

Isumbisho Mwapu Pascal

Unité d’Enseignement et de Recherche en Hydrobiologie Appliquée (UERHA), ISP/Bukavu, Bkavu, B.P. 203 Cyangugu, Rwanda
Centre des Recherches Universitaires du Kivu (CERUKI), ISP-Bukavu, Bukavu, R.D.Congo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page